Archives par mot-clé : réseaux de parenté

AFRASE : Appel à communication – Des histoires de familles, alliances, filiations et récits de soi en Asie du Sud-Est

Appel à communication de l’Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est (AFRASE) pour ses prochaines rencontres de Janvier 2020.

Appel à communication

Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est Rencontres de l’Afrase, 24 janvier 2020, Salons de l’EFEO, Paris

Des histoires de familles, alliances, filiations et récits de soi en Asie du Sud-Est

Dans les sociétés d’Asie du Sud-Est, la famille – au sens de groupe de parenté – demeure le premier espace de sociabilité et la principale ressource d’entraide des personnes. Parfois tentaculaires, les réseaux de parents participent voire encadrent les hiérarchies sociales, la structuration des territoires et les systèmes économiques. La famille sud-est asiatique dépasse en effet les limites de la filiation et de l’alliance réelles en reconnaissant de nombreuses formes de parenté symbolique. Le modèle individualiste libéral progresse en Asie du Sud-Est et tend à souligner les contraintes que l’adhésion à cette collectivité peut faire peser sur les personnes. Cependant la famille conserve une valeur positive, espace privilégié de l’affection, de la confiance et de la protection. Les individus peuvent s’y accomplir en se revendiquant de son identité et en s’impliquant dans sa perpétuation. Les limites à la liberté individuelle induites par les logiques d’appartenances sont ainsi compensées par les opportunités sociales permises par la logique d’entraide dans la collectivité. Les évolutions parfois brutales et l’instabilité politique de certaines des sociétés d’Asie du Sud-Est ont d’ailleurs tendance à renforcer le recours aux logiques familiales en tant qu’elles seraient des instruments de résilience des communautés. Contraintes à la séparation du fait des nombreux types de migrations pratiquées par les sociétés sud-est asiatiques, les familles se sont parfois construites en tant qu’entités transnationales : elles témoignent aujourd’hui de l’existence de multiples relations entre les identités régionales et internationales.

Les chercheurs ont démontré la nécessité de comprendre les structures familiales pour envisager d’étudier les sociétés sud-est asiatiques. Ils ont notamment insisté sur la nécessité de ne pas distinguer sphères publiques et privées mais de considérer un même espace social hiérarchisé par les relations de parenté et de parentalité. Ils ont cherché à recueillir les récits généalogiques ou les biographies familiales. Ce faisant, ils se sont confrontés aux stratégies d’évitement mis en place par leurs informateurs. Car si la référence au milieu familial est permanente, la description de ce milieu fait parfois l’objet d’un tabou. Nombre d’individus souhaitent en effet conserver cachées leurs histoires de famille. Certains ignorent, volontairement ou involontairement, d’autres dissimulent ces récits. Tous mettent en évidence les ruptures dans la chaîne de transmission généalogique et valorisent alors la mémoire familiale comme une donnée majeure de leur identité.

L’objet des Rencontres de l’Afrase 2020 est donc de considérer comment les individus expriment leurs relations à leurs parents et au groupe qui les réunit, quelle que soit la nature de la famille ainsi considérée : famille réelle, famille étendue, famille reconstruite ou famille imaginée. Nous nous intéressons à la manière dont on parle de la notion de famille, comment on raconte l’histoire de sa parenté et comment on construit son récit biographique par rapport au groupe en Asie du Sud-Est. On s’interroge alors sur les logiques de conservation, de transmission, de dévoilement ou bien de dissimulation du savoir familial et de ses ressources ainsi qu’aux usages que les descendants font de celles-ci.

Les supports de ces récits et leur mode de transmission sont multiples : on s’intéresse en particulier aux conditions de la transmission du savoir généalogique à travers l’oralité, mais également à la production de textes manuscrits, typographiés, imprimés, de dessins ou d’œuvres d’art, comme à la production de témoignages photographiques et filmés voire de documentaires qui peuvent mettre en lumière le patrimoine familial. L’emploi généralisé des médias et réseaux sociaux dans les sociétés asiatiques nous intéressent particulièrement. Nous souhaitons notamment aborder la nature transnationale des familles sud-est asiatiques à travers les thèmes de la reconstitution des groupes de parents, de la communication et des échanges à échelle internationale. On s’intéresse enfin à l’expression de l’absence, de la perte ou de la rupture avec la famille dans le récit biographique et à leurs conséquences dans la représentation de la collectivité.  

L’Afrase propose à tous de participer à ces Rencontres. Cette participation peut prendre la forme d’une communication, d’une exposition commentée, d’une représentation ou d’un visionnage. L’Afrase invite tous ceux qui souhaitent participer à se signaler avant le 15/12/2020 à :

marie.aberdam@hotmail.fr

Quelques références indicatives

  • Collectif, La fabrique de l’hérédité en politique, Critique internationale, 2016/4, n°73, 192 p.
  • Collectif, Parenté, alliance et filiation, Péninsule, 2011/1, n°62, 218 p.
  • Collectif, Auto-biographie, ethno-biographie, L’Homme, 2010, n°195-196, 583 p.
  • Anglè, Valérie, Justine Romolacci, (dir.), Paysages biographiques du migrant asiatique, Moussons n°26, 2015/2, 178 p.
  • Berman, Laine, Speaking through the Silence, Narratives, Social Conventions and Power in Java, New York, Oxford University Press, 1998, 256 p. 
  • Condominas, Georges, « Aînés, anciens et ancêtres en Asie du Sud-Est, entretien avec Georges Condominas », Communication, 1983, n°37, pp. 55-67.

Illustration « à la une » : famille vietnamienne dans les années cinquante, source : Gia đình Việt ngày ấy – bây giờ © Afamily

« Diversité des transactions non marchandes et dynamiques des rapports sociaux en Asie du Sud-Est et au-delà » – 13 avril 2018 – EHESS

[ndlr] Intéressante journée d’étude à venir à l’EHESS.

« Diversité des transactions non marchandes et dynamiques des rapports sociaux en Asie du Sud-Est et au-delà »

vendredi 13 avril 2018

EHESS, 54 bld Raspail, 75006, Paris, salle 737

Source : CASE

 

L’État en Asie et aux Amériques : perspectives croisées – Jeudi 15 juin -EHESS

[ndlr] Annonce d’une journée d’études à l’EHESS. Deux séances sont dédiées à l’Asie du Sud-Est. Présentation et programme ci-dessous.

L’État en Asie et aux Amériques: perspectives croisées

Journée d’études

Jeudi 15 juin de 9hà 18h, EHESS, Paris 6e

Organisée par Marie Aberdam (Paris 1/CRHAC), Nicolas Barreyre (EHESS/Mondes Américains), Véronique Hébrard (Paris 1/Mondes Américains)

Aucun État, même dans le cas extrême où il est imposé de l’extérieur, ne peut valablement se penser en dehors des interactions sociales qui le font naître, le façonnent et en conditionnent le fonctionnement quotidien. En se concentrant sur les expériences historiques américaines, l’axe de recherche « État, institutions et dynamiques sociales dans les Amériques (XVIIIe-XXIe siècles) » du laboratoire Mondes Américains a donc fait porter ses travaux sur la multiplicité d’alternatives mises en œuvre sur le continent, et remet en perspective notre compréhension de l’État dit « moderne », qui apparaît dès lors moins comme un paradigme qu’une des formes historiques d’institutionnalisation des pouvoirs politiques et sociaux.

Les expériences américaines, aussi bien à l’époque coloniale qu’après les indépendances, fourmillent de ces alternatives, des différentes formes de fédéralisme institutionnel à la puissance laissée aux corporations, aux associations volontaires, aux fondations philanthropiques, voire au crime organisé… Ces expériences sont aussi celles de formes originales de résistance ou au contraire d’interpellation de l’État.

Dès lors que l’Asie a expérimenté, comme les Amériques mais selon des temporalités différenciées, cette double dynamique institutionnelle (interne et « coloniale »), il nous a semblé pertinent d’ouvrir une réflexion croisée sur l’historiographie actuelle concernant ces deux régions du monde, mettant en discussions les outils et concepts mobilisés pour saisir ces différentes manifestations de l’État, en tenant à bonne distance le « modèle » européen.

Cette journée d’étude a pour ambition de nouer ce dialogue, à partir de recherches ancrées sur une aire et commentée par des spécialistes de l’autre.

Programme

9h – 9h10 : Introduction

9h10 – 10h : Xiaohong Xiao-Planes (INALCO-Asies)
« Historiographie sur l’État chinois contemporain »

Commentaire : Annick Lempérière (Paris 1 / Mondes Américains)

10h – 10h50 : Sébastien Lechevalier (EHESS / Centre Chine Corée Japon)
« L’État développeur au Japon et en Corée dans un contexte post développement libéralisé et financiarisé »

Commentaire : Romain Huret (EHESS / Mondes Américains)

10h50 – 11h20 : Pause

11h20 – 12h10 : Silvia Capanema P. de Almeida (Université Paris 13, Pléiade-CRESC (EA 2356))
« Race, révolte et république : vies de marins et châtiments corporels dans l’Armada brésilienne de la période post-abolitionniste »

Commentaire : Clément Fabre (ENS)

12h10 – 13h : Marie de Rugy (Paris 1 / Sciences Po)
« Comprendre l’État colonial par ses frontières ? Contrôle et transgressions dans la péninsule indochinoise, fin XIXe-début XXesiècles »

Commentaire : Ombelyne Dagicour (Paris 1 / Genève)

13 h – 14h30 : Déjeuner

14h30 – 15h20 : Beatriz Fernández (Universidad Politecnica de Madrid/EHESS/CRH)
« L’État et les villes : réponses locales aux interventions sur les capitales américaines pendant le premiers tiers du XXe siècle »

Commentaire : Françoise Ged (Cité de l’architecture et du patrimoine)

15h20 – 16h10 : Marie Aberdam (Paris 1 / SIRICE / CHAC)

« L’État dans l’État : les réseaux de parenté et l’administration en Asie du Sud-Est continentale XIXe-XXe siècle »

Commentaire : Véronique Hébrard (Paris 1 / Mondes Américains)

16h10– 16h40 : Pause

16h40 – 17h30 : Jean-Philippe Garneau (Université du Québec à Montréal)
« Prendre la parole sur les rives du Saint-Laurent (Canada, XVIIe-XIXesiècles) : réflexion sur le rôle du droit comme laboratoire d’une souveraineté “américaine” »

Commentaire : François Gipouloux (CNRS / Centre Chine Corée Japon)

17h30 – 18h : Discussion générale et conclusions

Source : EHESS, Mondes américains