Archives par mot-clé : République Populaire de Chine

Expéditions punitives antichinoises sur fond de frustrations vietnamiennes

BinhDuong_NguoiKichDong4Les événements violents de ces derniers jours ont démontré que les autorités vietnamiennes en jouant la carte du nationalisme officiel ont été débordées par des forces de contestations populaires plus ou moins organisées par les « classes dangereuses » ou marginales de la société vietnamienne. Ces événements graves et meurtriers obligent la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) à revoir sa stratégie pour faire face à l’expansionnisme chinois. Dépourvue d’un soutien international clair, sa marge de manœuvre semble pour l’heure très étroite. Retour sur une semaine agitée qui doit se terminer demain 18 mai 2014 par de nouvelles manifestations dans tout le pays. L’affaire n’est donc pas close.

De façon prévisible, la Chine a haussé le ton après la bagarre meurtrière qui opposa ouvriers chinois et vietnamiens le soir du mercredi 14 mai dans le parc industriel de Vũng Áng dans la province de Hà Tĩnh [1]. Ce qui s’est déroulé ce jour là n’est pas encore clairement établi et les données sur le nombre de morts restent sujettes à caution. L’agence Reuters évoquait le 15 mai un total de 21 victimes tandis que d’autres sources chinoises rapportaient qu’au minimum deux Chinois étaient décédés et huit autres étaient portés disparus au cours de ces affrontements très violents [2]. Lors d’un point presse (pour reprendre les termes officiels) tenu le jeudi 15 mai, l’ampleur de l’affrontement a été soulignée :

« Selon les autorités provinciales, un conflit a opposé 5.000 manifestants vietnamiens à 1.000 experts, travailleurs et forces de surveillance chinois du chantier du projet Formosa » [3].

A la suite duquel 76 personnes ont été arrêtées. On dénombre 149 blessés et d’importants dégâts liés aux dortoirs incendiés et aux destructions ou vols de matériel du projet Formosa [4]. Selon Reuters, le Formosa Plastics Group est le premier investisseur taïwanais au Viêt-Nam et son usine sidérurgique usine, « qui doit être achevée en 2017, sera la plus grande installation sidérurgique d’Asie du Sud-Est » [5]. Autant dire que cela pèse dans le redressement économique du Viêt-Nam.

Slogan antichinois sur un camion réquisitionné © 2014 VN Express
Slogan antichinois sur un camion réquisitionné © 2014 VN Express

Le jour d’avant, le mardi 13 mai, la zone industrielle de Binh Duong à proximité d’Ho Chi Minh-Ville et qui regroupe de nombreuses sociétés chinoises s’enflammait. A l’issue d’une manifestation violente de milliers d’ouvriers vietnamiens, de très nombreux dégâts furent constatés pour un bilan financier et humain qui reste à évaluer [6]. Les explosions de violence de cette ampleur contre des biens assimilés à la Chine ou contre des ressortissants chinois sans distinction sont des faits rares et inédits au Viêt-Nam depuis au moins plusieurs décennies. Ils ont provoqué le départ quasi immédiat de plusieurs centaines de citoyens chinois vers le Cambodge [7].

De fait, ces deux manifestations violentes soulèvent aujourd’hui l’indignation mais aussi de nombreuses questions. La presse officielle a évoqué la présence d’éléments perturbateurs extérieurs au monde ouvrier lors des manifestation de Binh Duong. En particulier, le Người Lao Động [Le Travailleur] soulignait, dans ses éditions des 16 et 17 mai, l’organisation dont avait pu bénéficier une telle vague de destructions en mettant en avant l’implication de gangs organisés de plusieurs centaines d’individus. Le 16 mai, après l’arrestation de plus de 800 personnes, la police confirmait que parmi elles se trouvaient de nombreux voyous déjà présents sur la liste noire des services de police et résidant à proximité de la zone industrielle [8]. Une fois de plus, la RSVN découvre donc ses extrémistes, ses casseurs, sa racaille, ses gangs organisés mobiles. Elle découvre les « Bình Xuyên » des temps actuels et devrait garder en mémoire que l’on peut être à la fois voyou et patriote au Viêt-Nam.

Les Binh Xuyen des temps actuels ? © 2014 Bao Dong Nai
Les Binh Xuyen des temps actuels ? © 2014 Bao Dong Nai

Les internautes, observateurs scrupuleux de ces événements, et ceux qui participèrent directement aux manifestations vont plus loin que l’analyse officielle. Deux pistes, pouvant paraître excessives, sont soulevées mais qui démontrent qu’une enquête sérieuse doit être conduite. D’une part, un certain nombre d’internautes ou de Facebookers ont constaté les agissements troublants de groupes de manifestants [9]. Pour eux, il s’agissait de policiers en civils chargés de mettre le feu aux poudres. Ce serait donc une provocation et une manipulation. Dans quel but ? Discréditer les manifestations de rue non contrôlées par le pouvoir afin de prévenir tous les éventuels dérapages antigouvernementaux qui pourraient poindre leur nez les prochaines semaines. En clair, permettre la Sécurité publique (Công An) de poursuivre son travail de sape en direction des associations contestataires [10]. Le but ultime étant de garder le contrôle sur les manifestants et sur les slogans dans un sens favorable à l’Etat-Parti vietnamien [11].

BinhDuong_NguoiKichDong
Un manifestant armé d’un bâton appelant à investir les lieux d’une compagnie chinoise à Binh Duong © 2014 Tuan Khanh

De son côté, le journaliste Nguyen Quoc Thai a émis une autre hypothèse, relayée sur la toile, sans y apporter réellement de fondement. Pour lui, la main des services spéciaux chinois pourrait se trouver derrière ces débordements [12]. Dans quel but également ? La violence contre des ouvriers et des biens chinois permettrait d’alimenter le discours de la Chine pour stigmatiser l’impuissance de la RSVN à maîtriser sa course au nationalisme antichinois. Pourtant, malgré la gravité des faits dénoncés par l’agence chinoise Xinhua, la rupture entre les deux parties n’est pas à l’ordre du jour. En octobre dernier à Hanoi, les deux pays avaient même « convenu d’élever le niveau de la coopération bilatérale ». Voici ce que dit à ce propos l’agence officielle chinoise dans un style plutôt modéré :

En ce qui concerne l’impasse en mer de Chine méridionale, Hanoï devrait exercer un maximum de retenue et éviter de prendre des mesures qui pourraient aggraver la situation. Les canaux de discussion et de négociation sont toujours ouverts entre les deux pays, et il est grand temps de les utiliser [13].

S’il s’agit plutôt d’exactions organisées et provoquées par des gangs criminels comme le suppose le journal Người Lao Động (et aujourd’hui d’autres quotidiens en ligne), on peut se poser des questions sur l’attitude de la police. Comment est-ce possible qu’elle n’ait pas été informée qu’un coup de cet ampleur se préparait alors qu’elle dispose de nombreux indicateurs au sein de ces organisations ?

Destruction de biens et pillage. Un manifestant à l'action © 2014 Tuan Khanh
Destruction de biens et pillage. Un manifestant à l’action © 2014 Tuan Khanh

Ces trois hypothèses – gangs de banlieue, flics en civil ou agents téléguidés chinois – pour expliquer les dérapages violents des ces derniers jours sont difficiles à déterminer. Il est peu probable, compte-tenu du manque de liberté de presse et d’autonomie des médias, que la lumière complète soit faite sur ces événements. La nature du régime va dans le sens d’une version officielle validée qui doit être répercutée à tous les échelons. Quelle sera cette version ? Y en aura-t-il seulement une ? Ou plus probablement, les événements seront rapidement évacués des médias pour laisser place au nationalisme officiel dont l’objectif est de rassembler comme un bloc toute le peuple derrière son gouvernement que le slogan « đồng lòng với chính phủ » (« de tout cœur avec le gouvernement ») illustre parfaitement.

Quoiqu’il en soit ces événements tragiques soulignent la frustration qui habite le peuple vietnamien envers le grand frère chinois, assimilé depuis des années à un capitaliste outrancier doublé d’un impérialiste sans vergogne. Depuis plusieurs années déjà les conversations de type « café du commerce » sur la présence chinoise affichaient ouvertement le ressentiment des couches populaires. Les événements de Binh Duong et ceux plus graves de Ha Tinh sont assimilables à des expéditions punitives de bas niveau pour évacuer cette frustration accumulée depuis près d’une dizaine d’années et reposant sur une mystique antichinoise ancrée dans les mentalités et portée par l’histoire ancienne. Le déficit de communication du gouvernement voire le secret entretenu sur ses propres relations avec les réseaux politiques et d’affaires chinois participèrent de ce ras-le-bol. A ce titre, il paraît peu probable que le gouvernement vietnamien n’ait eu aucune information en amont en provenance de la Sécurité militaire du ministère de la Défense sur l’installation d’une plateforme d’une telle ampleur dans ses eaux. Si elle est sincère chez bon nombre de patriotes, l’indignation soudaine des hauts dirigeants apparaît un peu surfaite.

Violences à Vung Ang © 2014 Dan Luan
Violences à Vung Ang © 2014 Dan Luan

L’Etat-Parti tente de sauver aujourd’hui la mise en se positionnant comme l’interlocuteur unique et crédible pour répondre du fait accompli chinois en Mer de Chine méridionale. Or, l’histoire récente entre les deux pays démontre qu’au cours du XXe siècle le Vietnam communiste était plus préoccupé par la mise en place de sa révolution socialiste autoritaire sur l’ensemble du pays que de préserver l’intégrité de son espace maritime. La Chine maoïste fut le modèle absolu de Truong Chinh, Le Duan ou de Le Duc Tho, bref de ceux qui dirigèrent le Nord Viêt-Nam depuis 1954. Alors que la Chine décollectivisait après la mort de Mao, le Viêt-Nam réunifié (RSVN) se lançait dans une collectivisation ratée et coûteuse du Sud tout en observant avec perplexité mais sans doute une admiration cachée la réforme chinoise et les fruits de sa réussite.

Les choses ont évolué depuis les années 2000 avec les attaques répétées de la Chine contre des marins vietnamiens qui ont soulevé l’indignation de la presse. Rappelons à cette occasion l’excellent reportage d’André Menras intitulé Vietnam Hoang Sa : la meurtrissure, interdit de projection à HCM-Ville en novembre 2011 [14]. Depuis 2010, de nombreux ouvrages du « monde académique » dédiés à la question de la « Mer orientale » (Bien dong) ont été publiés au Viêt-Nam. Tous les moyens sont bons pour fournir les preuves cartographiques et textuelles de l’ancienneté de la souveraineté vietnamienne sur cet espace maritime. Un des meilleurs ouvrages sur la question fut édité dès 1974 par les historiens de la République du Viêt-Nam (Sud). Il s’agit du numéro spécial de la revue Sử Địa (n° 29), publié à Saigon, et pourtant non réédité lors de cette course à la preuve historique.

Le Sud Viêt-Nam savait de quoi il parlait car il venait de perdre la bataille des Paracels lors d’un conflit maritime limité. Alors que les Américains se désengageaient massivement du conflit vietnamien, le gouvernement du Sud privé du soutien de son allié avait tenu à défendre son territoire quoiqu’il advienne. Les marins tombés lors de cette bataille sont aujourd’hui les héros d’une grande partie de la communauté exilée. Cette dernière n’est pas en reste dans ses critiques contre Hanoi. Résolument anticommuniste, elle pointe là où ça fait mal en déclinant régulièrement toutes les allégeances historiques du Parti communiste vietnamien (PCV) à son mentor chinois. Ce fut d’abord la catastrophique réforme agraire des années cinquante, puis l’affaire des « révisionnistes anti-parti » contre les pro-soviétiques du régime dans les années soixante, jusqu’à la rupture de 1972 (visite de Nixon à Pékin dans le dos d’Hanoi). Sans parler de la traque engagée contre « l’ennemi intérieur » (le traître, le réactionnaire), qu’il fut trotskiste ou nationaliste, depuis la Révolution d’Août 1945.

AnhHungHoangSa1974
Commémoration du 40e anniversaire de la bataille des Paracels le 19 janvier 2014 aux Etats-Unis © Hoang Sa Paracel

Après la réunification, la guerre des communismes enflamma le Viêt-Nam jusqu’au retrait du bourbier cambodgien en 1989. Dix ans plus tard, d’autres frustrations apparurent. Ce furent l’affaire des frontières entre 1999 et 2009 avec le bornage fort contesté puis les reculades de Hanoi devant la question du bauxite, exploité par des milliers d’ouvriers chinois sur l’ancienne colonne dorsale de la guerre, la mythique Piste Ho Chi Minh. Enfin, chacun put observer la faiblesse des réactions officielles lors des atteintes aux biens et aux marins vietnamiens, maltraités ou tués en mer par des militaires chinois. De nombreux autres exemples pourraient être donnés pour illustrer cette frustration grandissante comme la question des grèves ouvrières dans les entreprises chinoises, taïwanaises ou coréennes constamment réprimées depuis des années.

Dans son analyse des événements, la Chine se pose aujourd’hui en maître du jeu. Elle appelle à la retenue, même si sa blogosphère est forcément plus radicale [15]. Tout en réaffirmant fermement ce qu’elle considère comme son bon droit, la Chine entend calmer le jeu mais elle laisse entrevoir la possibilité d’une réaction plus musclée. Arc-boutée sur un discours nationaliste (tout comme le Viêt-Nam), le général Fang Fenghui, en visite aux Etats-Unis le 15 mai, a lancé depuis Washington, une mise en garde :

« Le territoire frontalier nous a été transmis par nos ancêtres et nous ne pouvons pas nous permettre d’en perdre un pouce », a souligné le général Fang, lors d’une conférence de presse conjointe après une rencontre avec son homologue américain, Martin Dempsey.

« Nous ne cherchons pas les troubles, nous ne créons pas les troubles, mais nous n’avons pas peur des troubles », a martelé le général Fang, qui effectue une tournée aux Etats-Unis depuis mardi.

« La Chine est un pays épris de paix. Nous nous attachons à promouvoir un développement pacifique et à mettre en œuvre une politique de défense nationale défensive », a-t-il expliqué. [16]

La Chine est de toute évidence en position de force. Créancière du monde, elle accède cette année à la place de première puissance mondiale avant les États-Unis, titre qu’elle récuse modestement [17]. Les intérêts économiques mondiaux sont très dépendants de la Chine, ce nouvel empire qui organise le basculement du monde. Si par malheur, cette superpuissance montrait des signes de faiblesses ou devait s’effondrer (voir les risques de faillite des ses trusts), les autres grandes puissances ne manqueraient pas de lui venir en aide pour préserver l’équilibre économique planétaire. Si elle se fâchait en coulant quelques navires vietnamiens en Mer de Chine peu d’États oseraient l’affronter. La Chine populaire soulève les arguments de poids qui devraient ramener tout le monde à la raison. Elle n’hésite pas à mettre en avant la longue amitié entre les deux États-Partis et de souligner que « le maintien de la stabilité en mer de Chine méridionale et l’amélioration des relations bilatérales répondent autant aux intérêts de la Chine qu’à ceux du Vietnam » [18]. Le prix de cette amitié et de cette allégeance d’une partie du Polit-Buro vietnamien se paie aujourd’hui et il paraît bien difficile pour le gouvernement vietnamien de modifier la donne (répondre aux exigences chinoises) sans provoquer un séisme politique interne.

François Guillemot

 

Devant le Consulat de Chine à HCM-Ville © 2014 TTXVA
Devant le Consulat de Chine à HCM-Ville le 10 mai 2014 © 2014 TTXVA

Notes

[1] La Chine exhorte le Vietnam à punir les auteurs des violences et à assurer la sécurité des ressortissants chinois, Xinhua, 16/05/2014.

[2] Synthèse 2-Emeutes anti-chinoises meurtrières au Vietnam, Reuters, 15/05/2014 ; (dépêche Xinhua), Vietnam/émeutes : un mort et 149 blessés dans le centre du pays, Le Quotidien du Peuple, 16/05/2014. Voir aussi : Bloody violence targeting Chinese workers in Ha Tinh, Dan Lam Bao, 15/05/2014.

[3] Ha Tinh : les troubles à l’ordre public seront sévèrement sanctionnés, Vietnam +, 16/05/2014.

[4] Dépêche Xinhua du 16/05/2014, art. cit.

[5] Synthèse 2 de Reuters, art. cit.

[6] Reuters rapporte que 460 entreprises ont signalé des dégâts.

[7] Face aux violences, des centaines de Chinois du Vietnam fuient vers le Cambodge, France 24, 15/05/2014.

[8] Điểm mặt côn đồ gây rối, Nguoi Lao Dong, 17/05/2014

[9] Voir les reportages du musicien Tuấn Khanh : Đi giữa dòng bạo động (P.1) ; Đi giữa dòng bạo động (P.2). Reproduit sur le blog Dan Lam Bao. Voir la version anglaise : Amidst the torrent of violence.

[10] Rappelons que la répression se poursuit avec l’arrestation le 15 mai au matin des manifestants et blogueurs Le Thi Phuong Anh et Trung Nghia : Urgent announcement: Dong Nai police arrest Le Thi Phuong Anh and Trung Nghia, Dan Lam Bao, 17/05/2014. Selon son mari, Le Thi Phuong Anh a enquêté ces dernières années sur l’implication du ministre de l’économie Hoang Trung Hai et d’autres personnalités très importantes du régime dans un trafic de drogue.

[11] Ceci fut vérifié lors de la manifestation de Hanoi. Voir la vidéo sur YouTube : Des membres de la police se mêlent aux manifestants et empêchent des slogans contre les dirigeants « a bas des traîtres du pays » par « protégeons la patrie ». (29e Prix du Reporter de Rue / Giải Phóng Viên Vỉa Hè 29  tháng năm 2014).

[12] Nam Nguyên, Đặc vụ Trung Quốc kích động biểu tình bạo động?, RFA, 16/05/2014.

[13] Le Vietnam doit assurer la sécurité des citoyens chinois au pays, Xinhua, 15/05/2014. Un dialogue constructif a tout de suite été engagé entre les deux parties : La Chine et le Vietnam s’entretiennent sur les récentes violences anti-Chine, Xinhua, 17/05/2014.

[14] Voir « Les aventures inattendues d’un film », sur le site de Carnets du Viêt Nam.

[15] La rivalité Chine-Vietnam enflamme les réseaux sociaux, RFI, 16/05/2014 ; Déclarations martiales en direction du Vietnam, Courrier International, 16/05/2014.

[16] La Chine ne peut pas se permettre de perdre ne serait-ce qu’un pouce de son territoire, Xinhua, 15/05/2014.

[17] Philippe Barret, « La Chine, première puissance économique mondiale ? », Le nouvel économiste, 15/05/2014.

[18] Le Vietnam doit assurer la sécurité des citoyens chinois au pays, Xinhua, 15/05/2014, art. cit.

* * *

* * *

A lire sur ce sujet sur Mémoires d’Indochine

Daniel Schaeffer : Mer de Chine du Sud : Illégitimité du tracé en neuf traits. La Chine persiste et signe [Asie21]

[ndlr] Pour mieux saisir les enjeux en Mer de Chine méridionale, rappel par Daniel Schaeffer du contexte juridique et de la stratégie chinoise dans les eaux constestées.

Les 3 et 4 mai 2014, par le biais de sa compagnie China National Oil Offshore Company (CNOOC), la Chine a mis en place sa plate-forme géante de forage (HD-981 ou Haiyang Shiyou 981) au large des côtes vietnamiennes pour y mener une campagne temporaire de recherches pétrolières, du 4 mai au 15 août. La plateforme en question a été amarrée au large de Danang, plus exactement de la province de Quang Ngai, à 120 milles marins de l’île vietnamienne de Ly Son, et à quelque 18 milles marins au sud de l’île du Triton, de l’archipel des Paracels, à 15°29’58’’ de latitude nord et 111°12’06’’ de longitude est. Elle est ainsi placée en zone économique exclusive (ZEE) vietnamienne, sur le block d’exploration – exploitation pétrolière N°143. Les cartes jointes permettent de visualiser correctement le site de la contestation.

En revanche, de leur côté, les Chinois estiment être dans leur droit en ce sens que la plateforme a été installée dans la zone contigüe des îles Paracels, ce qui, si l’on se place dans le cadre de l’interprétation abusive qu’ils commettent depuis longtemps du droit de la mer, est exact. En effet, le 15 mai 1996, le gouvernement chinois, dans sa déclaration sur « la ligne de base de la mer territoriale de la mer de Chine du Sud » a présenté les coordonnées des points à partir desquels il tirait les lignes de base droites qui déterminent le territoire de l’archipel des Paracels.

Or une telle méthode ne peut pas s’appliquer aux Paracels. La Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM) la réserve, jusqu’à présent, aux seuls Etats archipels. Par cet artifice, au lieu de pouvoir prétendre à des eaux territoriales, des zones contiguës, des ZEE qui ne s’étendent qu’à partir des seules émergences qui peuvent soutenir une vie autonome (article 121.3 de la CNUDM), les Chinois prétendent alors à des eaux territoriales et une ZEE qui correspondent à un archipel, et non pas seulement à une ou plusieurs îles prises une à une. Dès lors le gain déterminé dans ses conditions en prétentions à territoire maritime sous souveraineté ou droits souverains est nettement supérieur à ce qui serait déterminé dans le cadre de l’application du régime des îles à chaque île des Paracels. C’est ce qui permet aux Chinois d’affirmer qu’ils sont dans leur droit lorsqu’ils implantent la plateforme HD-981 sur le site indiqué.

CarteVOV[cliquez sur l’image pour l’agrandir. Source VOV]

Lire la suite : Asie21

Viêt-Nam : Changer pour exister ?

Tel pourrait être le slogan résultant des diverses manifestations antichinoises de ces derniers jours. Le blog frondeur des net-citoyens combattants « Dân Làm Báo » a relayé la parole de quelques internautes convaincus d’une chose : le Parti communiste vietnamien au pouvoir n’a plus la capacité de résoudre la question des Paracels [1].

Compte-tenu des bonnes relations, jusqu’à présent, entre les deux partis communistes chinois et vietnamiens, le PCV n’a même peut-être jamais eu réellement cette volonté de mettre en faute le grand frère chinois, son propre mentor politique. La question est posée crûment par un hanoïen qui pendant de longues années a observé avec perplexité l’attitude bénie oui-oui des plus hauts dirigeants et d’une partie de l’intelligentsia vis-à-vis de Beijing [2].

HanoiBieuTinh_ FBThanh Hoang
« Pour une nation prospère, il faut changer ! » © 2014 Dan Lam Bao

Cet aveuglement à propos des ambitions chinoises a été, depuis de longues années, dénoncé par des blogueurs dont la plupart sont aujourd’hui soit d’anciens prisonniers de conscience (Cu Huy Ha Vu, Le Thanh Long, Le Cong Dinh, Nguyen Tien Trung, Pham Thanh Nghien…), soit toujours en prison (Ba Sam Nguyen Huu Vinh, Bui Thi Minh Hang, Dieu Cay Nguyen Van Hai, Dinh Nguyen Kha, Le Quoc Quan, Ta Phong Tan, Tran Anh Kim, Tran Huynh Duy Thuc…) et dont les analyses ou les mises en garde restent tout à fait pertinentes dans le contexte actuel [3]. Si l’on considère l’état des dégradations entre Hanoi et Beijing suite à l’affaire de la plate-forme HD 981, ces net-citoyens furent des visionnaires.

Concernant les relations avec la Chine populaire, la responsabilité que porte le PCV est très importante pour ne pas dire historique car elle s’inscrit dans le long terme. Le Parti communiste vietnamien doit en effet beaucoup à la Chine populaire pour sa pérennité dans le temps. Le Parti Communiste Indochinois (PCI) de Ho Chi Minh connut sa genèse nationaliste en Chine (avec le Thanh Niên) dans les années vingt, se lia d’amitié avec des révolutionnaires chinois dans les années trente, en adopta les pratiques d’organisation et favorisa dans les années cinquante la greffe du système maoïste dans les campagnes de la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN, ancien Nord Viêt-Nam) pendant la réforme agraire [4]. Le parti, devenu Lao Dong en 1951, mena une purge sociale et politique sanglante lors de cette réforme agraire avant de se rendre compte qu’il s’agissait d’une grossière erreur qui porte encore aujourd’hui la marque de l’infamie dans l’histoire de son existence.

Les deux décennies suivantes, le parti bénéficia d’une aide considérable en hommes (plus de 320.000 soldats chinois en RDVN entre juin 1965 et mars 1968), moyens militaires et financiers pour conquérir le Sud Viêt-Nam, République indépendante massivement soutenue de son côté par les États-Unis [5]. Il porte en lui cette lourde « dette » qui pouvait être soldée dans les années 1980 lorsque les relations s’étaient considérablement dégradées à la suite de l’invasion du Cambodge et de la guerre frontalière de février-mars 1979. Cependant, les années d’après, les hauts-dirigeants pragmatiques plus proches de l’URSS que de la Chine populaire ne réussirent pas à s’imposer à la tête de la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN), l’État officiellement réunifié depuis 1976 [6]. Le retrait militaire des troupes vietnamiennes du Cambodge à partir de 1989, la fin de l’URSS en 1991 et son démembrement, et le réchauffement diplomatique avec Beijing l’année suivante ont inauguré une nouvelle ère d’amitié et d’échanges entre les deux Partis-États chinois et vietnamien. Pour autant, ce partenariat régulier ne fut pas sans embûches notamment sur la question des zones maritimes relevant de la souveraineté des deux pays.

Dans la décennie 1999-2009, le bornage de la frontière entre les deux États avait soulevé moult polémiques. Certains Vietnamiens (même au sein de l’appareil) considéraient que la Chine populaire avait profité de l’établissement de cette nouvelle frontière officielle pour « grignoter » quelques kilomètres à l’intérieur des terres (engloutissant au passage quelques symboles frontaliers) et des eaux vietnamiennes (en particulier dans le golf du Tonkin) [7]. L’affaire de l’exploitation de bauxite à partir de 2008 avait frappé l’opinion et mit en avant la force des groupes d’intérêts au sein du Parti. Le sentiment national avait été quelque peu sacrifié sur l’autel du développement économique. Des milliers de travailleurs chinois étaient installés sur l’ancienne Piste Ho Chi Minh pour extraire le précieux minerai. Le général Vo Nguyen Giap en personne, véritable icône patriotique, avait envoyé aux instances dirigeantes plusieurs mises en garde soulignant son désaccord et sa perplexité devant la politique menée [8].

Les partis nationalistes, éternels concurrents du national-communisme hanoïen, publièrent également déclarations sur déclarations pour dénoncer ce qu’il considère comme une mainmise chinoise sur le Viêt-Nam [9]. Depuis 2010, une vidéo politico-historique au titre évocateur Đại Họa Mất Nước (La catastrophique perte du pays) a même été largement diffusée sur les réseaux sociaux et dans la communauté d’outre-mer [10]. Si cela a été fait avec beaucoup d’exagération avec une bonne dose d’ultranationalisme, la réalité d’aujourd’hui rejoint les pires scénarios. Le gouvernement vietnamien est dans l’impasse ou du moins au pied du mur. Il se doit désormais d’afficher son indépendance vis-à-vis de Beijing et donc de déconstruire la solidarité politique patiemment élaborée depuis le début des années 1990 avec la Chine populaire. Cela ne se fera pas en un jour, les liens politiques, économiques et familiaux avec la Chine restent forts au sein de l’appareil communiste vietnamien. La fracture ancienne entre « pro et contra » est ravivée et ne se refermera que si la Chine calme le jeu et modère son action vis-à-vis de son voisin du Sud.

Paradoxalement, si les hauts-dirigeants du Parti arrivent à conserver une unité sur la question nationale, cet incroyable défi lancé par Beijing pour tester les limites de son partenaire politique régional peut se transformer en une occasion de faire le point des relations entre les deux pays à l’aune de l’expérience de plusieurs décennies. L’occasion de se rapprocher des États-Unis est une solution envisageable [11]. L’Europe, quant à elle, n’apparaît pas comme un partenaire assez uni et résolu dans la région pour peser face à la Chine. La crise actuelle permet en effet de constater que les Philippines s’en sortent mieux que le Viêt-Nam grâce au parapluie américain [12]. Est-il trop tard ? Le PCV saura-t-il saisir cette nouvelle opportunité pour refondre sa politique extérieure puis intérieure ? La pression populaire pourra-t-elle être canalisée ?

Si l’on considère l’épreuve de la refonte de la constitution de l’année dernière comme celle d’un rendez-vous manqué avec l’histoire, on peut douter de la capacité de se réformer du pays sur le plan politique [13]. Si l’on considère sur un plus long terme les changements effectués depuis bientôt trente ans avec l’avènement du Đổi Mới (Renouveau), notamment sur le plan diplomatique, on peut espérer une avancée pour sortir de l’embarrassant giron chinois. Dans le contexte international actuel, présentant l’image d’un Poutine conquérant et d’une faible intervention diplomatique étrangère sur la question de l’Ukraine et de la Crimée en particulier, il est fort à parier (ce que démontre déjà la modeste réaction de l’ASEAN) que la question de l’espace maritime vietnamien n’intéresse que peu les officines diplomatiques. De fait, la RSVN apparaît isolée du fait même de ses contradictions internes. Elle doit mobiliser sa population comme aux grandes heures de la guerre mais pour recueillir pleinement l’adhésion elle doit également favoriser le jeu démocratique et engager de façon officielle et responsable une véritable réconciliation nationale.

Ne plus censurer la parole, libérer les prisonniers de conscience dont certains ont développé de véritables programmes d’alternative politique [14], permettre un bi-partisme voire le multipartisme, renouveler l’Assemblée nationale à travers des élections libres sont les choix impérieux et courageux du second Đổi Mới que le PCV doit initier [15]. Sans quoi, il portera à jamais dans son histoire, celle de son peuple, l’unique et lourde responsabilité d’un défaut de fonctionnement face à une Chine envahissante. Tel est l’enjeu véritable de la sortie de crise du défi lancé par Beijing. La solution la moins coûteuse sur le plan politique mais également la moins honorable serait de faire le gros dos pendant les quelques mois d’exploitation chinoise dans les eaux vietnamiennes. Pour cela, le pouvoir actuel devra maintenir la protestation populaire à une expression de pure forme au risque de passer pour un élève (turbulent mais relativement impuissant) aux ordres de la Chine.

François Guillemot

__________________

Notes

[1] Voir Nguyen Thach, Còn cộng sản Việt Nam – Còn thất vọng!, Dan Lam Bao, 13/05/2014.

[2] Nguyen Trung Linh, Hỡi bọn người ngu dốt và hèn nhát trong nội bộ đcsvn đã sáng mắt ra chưa?, Dan Lam Bao, 13/05/2014.

[3] A titre d’exemple, voir les entretiens avec le lieutenant-colonel Tran Anh Kim sur la Chine, le rôle de l’armée populaire, la question des Paracels et des Spraleys : Cựu Trung Tá QĐND Trần Anh Kim Nói Về Hoàng Sa & Trường Sa 1/2 (YouTube) ; Cựu Trung Tá QĐND Trần Anh Kim Nói Về Hoàng Sa & Trường Sa 2/2 (YouTube).

[4] Voir le constat édifiant dressé par le colonel Bui Tin dans ses Mémoires: Bui Tin, 1945-1999, Vietnam : la face cachée du régime, Paris, Editions Kergour, 1999, (ch. II: Réformes).

[5] Cf. Qiang Zhai, China and the Vietnam Wars, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2000, p. 135.

[6] Voir la cabale lancée contre le général Vo Nguyen Giap et ses soutiens par les conservateurs pro-chinois exposée dans Huy Duc, Le Général Giap, Dien Dan – Forum.

[7] Pour un aperçu général de la résolution des questions frontalières entre les deux pays, voir : Ramses Amer, The Sino-Vietnamese Approach to Managing Boundary Disputes, IBRU, Martitime Briefing, 2002.

[8] Voir les trois lettres de Vo Nguyen Giap rédigées en 2009 publiées sur le site Bauxite : Tư liệu liên quan đến bản Kiến nghị 2009 (17) – Ba lá thư của Đại tướng Võ Nguyên Giáp gửi đến các nhà lãnh đạo về vấn đề khai thác Bauxite Tây Nguyên ; la troisième lettre du 20/09/2014 : Thư thứ 3 của Đại tướng Võ Nguyên Giáp gửi BCH TU, Bộ Chính trị cùng Quốc hội và Chính phủ về vấn đề Bauxite Tây Nguyên (Blog Boxitvn).

[9] Voir à titre d’exemple la déclaration du Tân Dai Viêt : Tuyên Cáo của Đảng Tân Đại Việt, LMDCVN và ĐGĐ Nguyễn Ngọc Huy (11/05/2014).

[10] Le film est diffusé sur You Tube et a bénéficié depuis 2010 d’une audience très importante : Đại Họa Mất Nước.

[11] Cf. l’analyse de Trần Trường Thủy, Căng thẳng Việt-Trung là cơ hội đẩy mạnh quan hệ Việt-Mỹ, VOA, 12/05/2014. Voir aussi : Nguyen Nghia 650, Một cơ hội lớn để thoát Trung, Dan Lam Bao, 13/05/2014.

[12] Akit Panda, Why Did China Set Up an Oil Rig Within Vietnamese Waters?, The Diplomat, 13/10/2014.

[13] Cf. François Guillemot, La constitution vietnamienne de 2013 confrontée au monde réel : choix pragmatique ou réflexe protectionniste ?, Mémoires d’Indochine, 01/12/2013.

[14] Voir l’ouvrage en ligne du dissident Tran Huynh Duy Thuc, « Quelle voie pour le Viêt-Nam » : Sách Trần Huỳnh Duy Thức và Con Đường Nào Cho Việt Nam (PDF)

[15] Laurent Gédéon & François Guillemot, « Viêt Nam. L’appel à un second Renouveau », in Jérémy Jammes et Benoît de Tréglodé (dir.), L’Asie du Sud-Est 2012. Les événements majeurs de l’année, Bangkok & Paris, Irasec / Les Indes Savantes, 2012, pp. 289-311.

Why Did China Set Up an Oil Rig Within Vietnamese Waters? – by Ankit Panda

[ndlr] Article de Ankit Panda publié dans The Diplomat d’aujourd’hui. Analyse des raisons qui ont poussé la Chine populaire à forer dans les eaux vietnamiennes. Pourquoi maintenant et pourquoi le Vietnam ? L’article est suivi de l’analyse lucide et détaillée du Viêt-Nam sur cette question (première partie de l’émission). Rappel des faits et du contexte international particulier, offrant l’occasion pour la Chine de tenter de modifier les rapports de force dans la région et d’affirmer son autorité sur les eaux contestées.

Navire de la Garde côtière chinoise attaquant un navire vietnamienne au canon à eau au large de la plate-forme HD 981 © 2014 Dan Tri
Navire de la Garde côtière chinoise attaquant un navire vietnamien au canon à eau au large de la plate-forme HD 981 © 2014 Dan Tri

Why Did China Set Up an Oil Rig Within Vietnamese Waters?

Why now and why Vietnam?

The who, what, where, when and how of China’s HD-981 oil rig foray into Vietnamese waters have been addressed comprehensively, both by commentators here at The Diplomat and elsewhere. The enduring question, as with many of China’s provocative actions in the Asia-Pacific, remains why? The opacity of China’s internal decision-making processes makes it rather difficult to conclusively answer that question, but a good amount of evidence suggests that the oil rig crisis with Vietnam was manufactured to test the mettle of ASEAN states and the United States. It gives Beijing an opportunity to gauge the international response to China asserting its maritime territorial claims.

As Carl Thayer points out on this blog and M. Taylor Fravel said in an interview with The New York Times, the China National Offshore Oil Company’s decision to move oil rig HD-981 was a premeditated move of territorial assertion. CNOOC may be a state-owned enterprise but the decision to move this $1 billion asset into an area with questionable hydrocarbon reserves while also inciting a diplomatic crisis speaks to the planned, political nature of this move. The fact that approximately 80 PLAN and Chinese coast guard ships accompanied the rig reinforces the notion that China was making a strategic push to assert its territorial claims in the region.

Read more : The Diplomat, 13/05/2014.

* * *

L’analyse vietnamienne

Trung Quốc dùng giàn khoan 981 để thay đổi hiện trạng Biển Đông

Source : Clip VN

Paracels : Forage chinois contesté et regain de nationalisme vietnamien

Alors que se célèbre aujourd’hui 7 mai 2014 le 60e anniversaire la bataille de Dien Bien Phu, lors de laquelle les généraux vietnamiens bénéficièrent de la précieuse aide chinoise [1], les relations entre les deux pays communistes se sont subitement tendues à la suite des incursions répétées de la Chine populaire dans la zone maritime vietnamienne.

L’incident a débuté le 1er mai dernier lorsque la Chine a poussé ses bâtiments militaires à proximité des îles Paracels dans le but d’y faire fonctionner un puits de forage de pétrole au seul profit de la China National Offshore Oil Corporation (CNOOC). On savait les Paracels sous contrôle militaire chinois et que la revendication des îlots vietnamiens perdus en 1974 était de pure forme mais l’implantation d’une structure pétrolière, baptisée Haiyang Shiyou 981 par Beijing et inaugurée en mai 2012, dans ce nouveau paysage contesté sonne comme une véritable provocation pour les autorités de Hanoi [2]. La réaction du Parti Communiste Vietnamien (PCV) ne s’est d’ailleurs pas fait attendre. Par la voix de Pham Binh Minh, vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la RSVN, une protestation officielle a été émise le mardi 6 mai lors d’une conversation téléphonique avec Yang Jiechi, le conseiller d’État chinois.

Position_HD981
Position (carré noir) de la plateforme de forage chinois dans la zone maritime vietnamienne © 2014 Petrotimes

Le site officiel du PCV rapporte les propos de Pham Binh Minh ci-après :

« Ces actes sont illégaux et contraires au droit et à la pratique internationale. Ils violent gravement la souveraineté du Vietnam sur l’archipel de Hoang Sa (Paracels), ses droits souverains et sa juridiction dans sa zone économique exclusive et sur son plateau continental. Ils portent également atteinte à la confiance politique et à la coopération multisectorielle entre les deux pays.

« Le Vietnam proteste énergiquement contre ces actes et demande à la Chine de retirer cette plateforme et tous ses bateaux de cette zone et de retourner à la table de négociation pour régler tous les différends à ce sujet« . [3]

Cette protestation officielle s’accompagne de son pendant historique régulièrement mis en avant par Hanoi pour réaffirmer sa souveraineté ancienne sur les Paracels et les Spratley et d’un rappel du contexte juridique international :

« Le Vietnam possède suffisamment de preuves historiques et de bases juridiques pour affirmer sa souveraineté, ses droits légitimes sur les deux archipels de Hoang Sa (Paracels) et de Truong Sa (Spratley) ainsi que ses droits souverains et sa juridiction dans sa zone économique exclusive et sur son plateau continental, conformément à la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 (UNCLOS).

Le Vietnam appliquera toutes les mesures nécessaires pour protéger ses intérêts légitimes. Le Vietnam fait toujours preuve de bonne volonté dans le règlement des divergences via des négociations, sur la base des conceptions communes des hauts dirigeants des deux pays et de l’Accord sur les principes directeurs fondamentaux du règlement des questions maritimes entre le Vietnam et la Chine, conformément au droit international, a fortiori l’UNCLOS ». [4]

Le 3 mai, l’Administration de sécurité maritime chinoise annonçait officiellement la mise en route du forage. Le porte-parole du ministère vietnamien des Affaires étrangères Lê Hai Binh s’insurgeait :

« L’emplacement d’opération du forage HD-981 exposé dans l’annonce chinoise est situé totalement dans la zone économique exclusive et sur le plateau continental du Vietnam, à environ 120 miles nautiques de ses côtes. [5]

PlateformeChinoise_HaiyangShiyou981
La plateforme chinoise Haiyang Shiyou 981 © 2014 Petrotimes

Pour faire valoir son bon droit et pour démontrer que cet acte ne fait pas l’unanimité en Chine populaire, l’agence de presse francophone Vietnam + mobilisa ses talents de propagandiste en relayant la voix d’un intellectuel chinois :

Dans un texte publié le 6 mai sur son blog à la page 163.com, le célèbre intellectuel chinois Li Ling Hua a affirmé que la Chine étant une partie de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 (CNUDM 1982), elle doit mener des actes conformément aux articles 74 et 83 de celle-ci aux termes desquels elle doit respecter le plateau continental et la zone économique exclusive de 200 milles marins des pays environnants. [6]

D’autres voix importantes se sont fait entendre comme celle de la porte-parole du Département d’État américain Jen Psaki qui évoque un acte « provocateur » pouvant déstabiliser la région [7]. Les voix des intellectuels et blogueurs vietnamiens n’ont par contre pas retenu l’attention de l’agence officielle. Dans un entretien avec le journaliste Tran Quang Thanh (Radio Chan Troi Moi), le dissident et intellectuel iconoclaste Ha Si Phu constatant l’inefficacité de la politique vietnamienne face au grand frère communiste en appelait à la mobilisation populaire pour renverser la situation [8].

Dans le même registre, une vidéo de deux minutes postée sur You Tube par Dân Làm Phim (Les citoyens cinéastes) tourne en dérision les vaines protestations officielles de la RSVN face à la politique de fait accompli de la Chine populaire. Elle met en scène l’espace vietnamien peu à peu envahi par son voisin du Nord. Sur un fond musical digne d’un mauvais film à suspense, la vidéo pose cette question aux citoyens : « Ami, lorsque le Viêt-Nam sera complètement occupé par la Chine, où seras-tu, que feras-tu ? »

Les réactions au sein de la société civile et de la blogosphère sont encore plus explicites. Une des premières émanent de l’avocat dissident Cu Huy Ha Vu qui, de son exil forcé aux États-Unis, a proclamé lors d’une conférence de presse qu’il rentrerait tôt ou tard dans son pays pour y défendre son peuple et sa patrie contre l’expansionnisme chinois [9]. Ce regain de nationalisme et de positionnement contre la Chine risque de donner du fil à retordre à la Sécurité publique vietnamienne qui doit déjà savoir que dès dimanche prochain deux manifestations sont programmées à Hanoi et à Saigon. En effet, 20 associations et groupes issus de la société civile se sont d’ores et déjà données le mot d’ordre pour exprimer le ras-le-bol des Vietnamiens face aux empiètements récurrents de la Chine. [10]

Trois mots d’ordre accompagnent cet ordre de mobilisation intitulé « Protéger la Patrie » (image ci-dessous). Le premier consiste à protester contre « l’invasion » chinoise en Mer orientale, il interpelle directement la Chine populaire. Le second est en direction de l’État vietnamien, pressé de trouver une solution en s’appuyant sur le peuple pour faire cesser les provocations chinoises dans la zone maritime vietnamienne. Le troisième mot d’ordre vise à faire libérer sept dissidents et blogueurs actuellement emprisonnés pour leurs actions patriotiques : Điếu Cày – Nguyễn Văn Hải, Bùi Thị Minh Hằng, Trần Huỳnh Duy Thức, Nguyễn Xuân Nghĩa, Việt Khang, Trần Vũ Anh Bình, Đinh Nguyên Kha. [11]

baovetoquoc-danlambaoDans sa politique de conquête des hydrocarbures la Chine choisit la manière forte. L’annonce publiée le 3 mai dernier par l’Administration de sécurité maritime chinoise avait fait savoir que le forage pétro-gazier HD-981 fonctionnerait du 2 mai au 15 août dans un emplacement de 15° 29′ 58  » de latitude Nord et 111° 12′ 06 » de longitude Est [12]. On imagine aisément la mauvaise surprise pour le Viêt-Nam qui, depuis juin 2011, tente avec un certain succès de réprimer les manifestations anti-chinoises dans les grandes villes. L’arrestation récente du blogueur Ba Sàm (Nguyen Huu Vinh) par la Sécurité publique n’arrange rien car elle est un avertissement contre ceux qui contestent la politique de la RSVN. Cette arrestation donne l’impression que l’État vietnamien, très embarrassé par cette situation, se plie aux injonctions chinoises. Les mots d’ordre de l’appel à manifester visent tout autant la Chine que l’État vietnamien. L’été risque donc d’être chaud.

FG, mise à jour le 08/05/2014.

[1] Jean-Luc Domenach, « Qui se souvient de Diên Biên Phu? », Ouest-France, 07/05/2014.

[2] Yann Rousseau, « Cette nuit en Asie : Grave poussée des tensions entre la Chine et le Vietnam », Les Echos, 07/05/2014.

[3] CPV, « Le Vietnam demande à la Chine de retirer sa plateforme de forage pétro-gazier des zones maritimes vietnamiennes », Le journal en ligne du PCV, 07/05/2014.

[4] Idem.

[5] CPV, « Le Vietnam s’oppose fermement aux activités étrangères illégales dans ses zones maritimes », Le journal en ligne du PCV, 05/05/2014.

[6] VNA, « Opinions publiques : la Chine doit respecter la CNUDM 1982 », Vietnam +, 07/05/2014.

[7] VNA, « Plate-forme chinoise en Mer Orientale, « une provocation », Vietnam +, 07/05/2014.

[8] Hà Sĩ Phu: Chỉ nhân dân Việt Nam mới cứu được nước, Chan Troi Moi, 07/05/2014. (une leçon de real politik. La question de la réponse à apporter est à la toute fin de l’entretien).

[9] TS Cù Huy Hà Vũ họp báo ở Quốc hội Hoa Kỳ, RFA, 06/05/2014. (interview)

[10] Lời Kêu Gọi Biểu tình Yêu Nước của 20 Tổ Chức Dân Sự Việt Nam, Dan Lam Bao, 08/05/2014.

[11] Idem.

[12] CPV, « Le Vietnam s’oppose fermement aux activités étrangères illégales dans ses zones maritimes », Le journal en ligne du PCV, 05/05/2014.

* * *

Informations complémentaires


Conférence de presse de la RSVN rappelant que 80 navires chinois (dont 7 navires militaires) avaient pénétré dans les eaux vietnamiennes.

Une recherche par le mot clé « HD 981 » (terme utilisé dans la presse vietnamienne) sur le moteur de recherche Google renvoie le 8 mai 2014 à 772 entrées soulignant l’important traitement médiatique dont bénéficie cette inquiétante affaire au Viêt-Nam.

L’expert australien Carl Thayer considère que la Chine lance un défi au Viêt-Nam et que cette manœuvre agressive est une réponse probable au récent tour d’Asie du président américain Barak Obama (AFP).

Suivre l’information sur la Mer de chine méridionale (Mer orientale pour les Vietnamiens) :

Articles en français des 08 et 09 mai :

Bandeau capturé sur les sites non officiels des plus hautes personnalités de la RSVN

banner-nguyen-tan-dung

Le slogan dit : « S’opposer à l’agression chinoise »

La souveraineté réaffirmée du Vietnam sur les archipels de Hoang Sa (Paracels) et de Truong Sa (Spratly) [2013]

TruongSaHoangSa[ndlr] Lu sur le site officiel du PCV. L’information date d’avril 2013.

Des chercheurs vietnamiens et étrangers ont avancé des preuves juridiques et historiques affirmant la souveraineté du Vietnam sur les archipels de Hoang Sa (Paracels) et de Truong Sa (Spratly), lors d’un colloque international tenu à Quang Ngai (Centre).

Ce colloque international de deux jours intitulé “Souveraineté sur les archipels de Hoang Sa et Truong Sa – Aspects historiques et juridiques” s’est clôturé dimanche dans la ville de Quang Ngai, province éponyme du Centre. Il a réuni une cinquantaine de chercheurs vietnamiens et étrangers, dont des experts des Etats-Unis, de Russie, du Canada, de Suisse, d’Australie, d’Inde, de République de Corée, des Philippines et du Vietnam.

Des chercheurs ont mis au clair des preuves juridiques et historiques de la souveraineté du Vietnam sur ces deux archipels et ont discuté des orientations et solutions pour le règlement pacifique des différends en Mer Orientale, a déclaré le professeur associé-docteur Pham Dang Phuoc, directeur de l’Université Pham Van Dông, organisateur de ce colloque international.

Ils ont également montré que la Chine n’avait pas suffisamment de preuves de sa souveraineté sur ces deux archipels, tandis que le Vietnam l’a établie, selon eux, sur ces deux archipels, de façon continuelle et pacifique conformément au droit international.

Ils ont aussi repoussé la revendication irraisonnable d’une souveraineté sur ce que la Chine appelle la « ligne des neufs tronçons » et la fondation par la Chine de la soi-disant « Ville de Shansha », revendication qui porte gravement atteinte à la souveraineté du Vietnam sur les deux archipels de Hoang Sa et de Truong Sa.

Ce dimanche, les délégués se sont rendus sur des sites historiques liés aux activités de pratique de la souveraineté du Vietnam sur les archipels de Hoang Sa et de Truong Sa. Ils ont également assisté à une cérémonie commémorative des soldats vietnamiens tombés pour la souveraineté du Vietnam sur Hoang Sa, laquelle est organisée dans le district insulaire de Ly Son, province de Quang Ngai.

VNA, 29/04/2013.

Source : Parti Communiste Vietnamien

Tuong Lai: Vietnam’s Angry Feet

GSTaiUong[ndlr] Coup de colère du Professeur Tuong Lai (Nguyen Phuoc Tuong), sociologue et ancien conseiller de deux Premiers ministres de 1991 à 2006. Il s’indigne de l’attitude trop soumise de l’Etat-Parti vietnamien face à la Chine populaire. Cette soumission pèse lourdement, selon lui, sur le devenir du pays tant sur le plan politique, empêchant toute démocratisation du régime, qu’économique, freinant le développement.

HO CHI MINH CITY, Vietnam — LAST month, Vietnamese courts imposed heavy sentences on two patriotic students in their early 20s who had been charged with “speaking ill of China.” These charges touched the most sensitive nerve in the nation’s psyche — our patriotism and spirit of nationalism — and publicly exposed the government’s shady collusion with foreign aggressors.

Vietnam’s greatest tragedy is that the illusion of a common socialist ideology has been used by the Vietnamese government as an excuse to allow Chinese expansionism to run rampant and to stifle democracy, censor and suppress information, and psychologically terrorize its citizens. Earlier this week, the police in Hanoi broke up an anti-China demonstration and sent the organizers to jail.

We Vietnamese are rightfully proud of building and defending our nation for thousands of years despite its perilous position, bordering a gigantic neighbor that has never abandoned its expansionist dream of devouring Vietnam. We endured 1,000 years of Chinese occupation. During that long and painful night, China constantly sought to assimilate the Vietnamese people. But they failed.

Read more / lire la suite : New York Times, 06/06/2013.

A lire en vietnamien :