Archives par mot-clé : République du Viêt-Nam (Sud)

Eté 2022 : la bibliothèque vietnamienne de l’IAO enrichit ses collections

A l’heure où la circulation internationale des ouvrages en langues asiatiques est soumise aux contraintes liées à la pandémie de coronavirus, la bibliothèque vietnamienne de l’IAO (Institut d’Asie Orientale, UMR 5062) à Lyon poursuit son développement par d’autres voies.

Depuis sa fondation en 2003, la bibliothèque en langue vietnamienne s’est enrichie chaque année de dons de chercheurs, spécialistes du Viêt Nam et de l’Asie du Sud-Est. Outre l’apport initial très important du Fonds Georges Boudarel, les collections vietnamiennes ont été régulièrement augmentées par des achats auprès de nos fournisseurs vietnamiens, français ou américains ou des dons de particuliers (Philippe Devillers, Daniel Hémery, Philippe Langlet, Paul Mus, Judy Stowe, Trân Van Ân…). L’ensemble de la collection réunit actuellement plus de 8000 ouvrages et près d’une centaine de titres de revues.

Cet été 2022 a été marqué par un don important d’ouvrages vietnamiens édités principalement aux Etats-Unis, au Canada ou en Europe. Par l’intermédiaire d’un vieil ami vietnamien, nous avons répondu présent pour réceptionner ce don situé en banlieue sud de Paris chez le Dr Phạm Hữu Thành, radiologue à la retraite. Trois chercheurs, spécialiste du Viêt-Nam, Pascal Bourdeaux (GSRL / EPHE-PSL), Laurent Gédéon (IAO / UCL) et François Guillemot (IAO / CNRS), ont pu évaluer la quantité d’ouvrages, autour d’un millier de titres, et repérer des collections importantes de revues. Quelques 85 caisses petites et grandes ont été ramenées à Lyon.

M. Pham Huu Thanh et Mme Vinh Long devant leur don pour l’IAO © FG 2022
Les chercheurs F. Guillemot, P. Bourdeaux et L. Gédéon en compagnie de M. Thành

Le fonds Phạm Hữu Thành, réceptionné en vrac doit cependant faire l’objet d’un tri conséquent car une partie des ouvrages et des revues sont abimés et de nombreux doublons sont présents dans la collection.

En effet, la particularité de ce fonds est qu’il rassemble en son sein de nombreux ouvrages ayant appartenu à l’écrivain Hồ Trường An (1938-2020), un auteur prolixe, spécialiste de la culture méridionale du Viêt Nam et ami des donateurs. Né en 1938 dans la province de Vĩnh Long et décédé en France en 2020, Hồ Trường An a consacré sa vie à l’écriture et la promotion de la culture méridionale. Parmi les quelques centaines d’ouvrages qui vont rejoindre prochainement les rayons des compactus de la collection vietnamienne de l’IAO à Lyon, une belle collection d’ouvrages rédigés par cet auteur et offerts par son ami Bernard Detrez pourra y figurer (une quarantaine d’ouvrages).

L’écrivain Hồ Trường An, décédé à Troyes en 2020. Source : Người Việt

Grâce à ce don, l’IAO va compléter ses collections en littérature, histoire et culture. Des auteurs et autrices fondamentaux pour la compréhension de la société vietnamienne des années 1990 et de l’exil seront ainsi fortement représentés. On peut compter parmi eux les écrivain-es clés du Renouveau (Đổi Mới) : Dương Thu Hương (1947-), Nguyễn Huy Thiệp (1950-2021), Tô Hoài (1920-2014)… mais aussi et surtout tout la production critique et fictionnelle des écrivains de Saigon qui ont poursuivi leur art littéraire jusque dans leur exil lointain. On peut citer : Doãn Quốc Sỹ (1923-), Duyên Anh (1935-1997), Đặng Phùng Quân (1942-), Kiệt Tấn (1940-), Lê Tất Điều (1942-), Mai Thảo (1927-1998), Nguyễn Mộng Giác (1940-2012), Nguyễn Ngọc Ngạn (1945-), Nguyên Sa (1932-1998), Nhậ̣t Tiến (1936-2020), Phạm Công Thiện (1941-2011), Phạm Duy (1921-2013), Tạ Chí Đài Trường (1938-2016), Tạ Tỵ (1921-2004), Võ Đình (1933-2009), Võ Phiến (1925-2105) ou Xuân Vũ (1930-2004).

Fait notable également, grâce à la collection Hồ Trường An, des autrices souvent invisibilisées dans l’historiographie du livre et de l’édition, sont à signaler : Nguyễn Thị Chân Quynh (1931-), Nguyễn Thị Hoàng (1939-), Nhã Ca (1939-), Phạm Thị Hoài (1960-), Phương Khánh (1936-2020), Trần Thị Diệu Tâm (1946-), Thụy Khuê (1944-), Vi Khuê (1931-2018).

Une autre particularité de ce fonds est de proposer un ensemble de sources littéraires et culturelles sur la partie méridionale du pays et le delta du Mékong. On y trouvera les grands auteurs du Sud ou installé au Sud comme Bình Nguyên Lộc (1914-1987), Hứa Hoành, Huỳnh Minh (1913-?), Nguyễn Hiến Lê (1912-1984), Nguyễn Văn Ba, Phạm Thắng, Phan Nhật Nam (1943-), Sơn Nam (1926-2008) ou encore Vương Hồng Sển (1902-1996). Ainsi l’ensemble de la collection vietnamienne s’enrichit sur le plan des monographies culturelles et régionales dédiées au Sud du pays.

D’autres ouvrages d’écrivains célèbres ou de groupe littéraire comme le Tự Lực Văn Đoàn sont aussi présents dans la collection comme les écrits des intellectuels Hồ Hữu Tường (1910-1980), Vũ Ngọc Phan (1902-1987), ainsi que de nombreux recueils et anthologies de poésie.

Aperçu des premiers ouvrages catalogués dans le domaine littéraire.
Parmi les récits personnels vietnamiens : Xuân Vũ, Nguyễn Thụy Long, Tô Hải, Cao Xuân Huy, Hoàng Liên… Photos FG

En outre, le domaine religieux est couvert grâce aux ouvrages de référence (histoire, textes et pratiques du bouddhisme). Sur le bouddhisme, on y retrouve ainsi les ouvrages de référence de Nguyên Phong, Nhất Hạnh (1926-2022) ou Tuệ Sỹ (1943-). Des collections sur la culture chinoise classique, notamment les romans « de capes et d’épées » et les grands romans à épisodes beaucoup lus dans le Sud du pays, font également parties de ce fonds très riche.

Enfin, dans le domaine des récits à portée historique, on retrouve les mémoires et témoignages des acteurs du conflit vietnamien : récits personnels vietnamiens témoignant de la guerre vue de la République du Viêt-Nam (Sud) comme celui de Cao Xuân Huy, récemment traduit en français, ou récits retraçant des aspects de l’histoire politique dans le Sud du pays (sur les Bình Xuyên, sur les différents pouvoirs républicains de Saigon entre 1955 et 1975, sur la résistance anticommuniste post-1975, sur l’univers concentrationnaire de la RSVN).

Il est encore trop tôt pour connaître la quantité d’ouvrages qui rejoindront les collections de l’IAO mais on peut estimer quelques 500 titres repérés, dûment sélectionnés. Au 1er octobre 2022, une centaine d’ouvrages ont été catalogués et ont rejoint les rayons de la bibliothèque. Parmi cet ensemble on retrouve les œuvres de Doãn Quốc Sỹ, Duyên Anh, Dương Thu Hương, Đặng Phùng Quân, Hồ Hữu Tường, Mai Thảo, Nguyễn Hiến Lê, Nguyễn Mộng Giác, Nguyễn Ngọc Ngạn, Nguyễn Thị Hoàng, Nhã Ca, Nhậ̣t Tiến, Phạm Thị Hoài, Võ Phiến (à venir), Xuân Vũ.

La revue littéraire Văn Học (année 1995) qui consacra des numéros spéciaux sur les 25 ans de littérature des Vietnamiens de l’étranger dont la littérature d’exil.

Sur le plan des revues, des collections quasi complètes de revues importantes éditées aux Etats-Unis entre 1980 et 2010 seront bientôt disponibles. Parmi celles-ci : Hợp Lưu, Khởi Hành, Làng Văn, Thế Kỷ 21, Văn, Văn Học… D’autres petites collections s’y ajoutent telles que Cao Thơm, Gió Văn, Hải Ngoại Nhân Văn, soit près d’une douzaine de titres. Ces revues essentiellement littéraires proposent un contenu très riche, de grande qualité, pour l’étude de la production intellectuelle en exil, les réseaux d’écrivains, le tissu associatif, les interactions et dialogues avec les écrivain-es du pays.

En provenance du Viêt-Nam, Kiến thức ngày nay, une revue de vulgarisation culturelle éditée à Hô Chi Minh-Ville et très lue dans le Sud rejoindra la collection.

En conclusion, le Fonds Phạm Hữu Thành présente la double particularité de témoigner du contenu d’une bibliothèque vietnamienne dans la communauté exilée avec de nombreux ouvrages toujours interdits de publication au Viêt-Nam et d’offrir une vue exceptionnelle sur le Sud par sa littérature, sa culture et son histoire avec ses prolongements au-delà des mers (hải ngoại).

L’IAO remercie chaleureusement le Dr Phạm Hữu Thành, Mme Lê Vĩnh Long et le regretté Hồ Trường An ainsi que son ami Bernard Detrez pour ce don de grande qualité.

FG, 03/10/2022.

L’autre Viêt-Nam. Jalons pour l’histoire d’une révolution démocratique empêchée – 19 mai 2022 – IrAsia

Dans le cadre du séminaire de recherche sur le Viêt Nam et de la coopération inter-laboratoires IAO / IrAsia / EPHE, François Guillemot fera une présentation sur une recherche en cours.

Date : jeudi 19 mai 2022, 9-12h

Lieu : Université Aix-Marseille, laboratoire IrAsia UMR 7306

Résumé :

Avant la victoire communiste de 1975, il a existé de multiples options alternatives à la réunification nationale et l’indépendance du pays. Cette communication permettra de poser quelques jalons provisoires sur les artisans et partisan.es d’une « praxis non-révolutionnaire » pour accéder à l’indépendance tout en menant un combat pour les valeurs démocratiques.

De la revendication de réforme de l’Etat colonial à la contestation du parti unique par la dissidence actuelle une histoire des idées peut ainsi prendre forme et rappeler la complexité politique intrinsèque de ce pays. A partir des textes produits par des Vietnamien-nes engagé.es dans la lutte pour l’indépendance et la liberté politique, l’ouvrage fait émerger les alternatives oubliées, effacées ou proscrites par l’historiographie officielle.

A travers tout le XXe siècle, de la situation coloniale en passant par la révolution indépendantiste et la guerre civile jusqu’aux transformations politiques post-réunification, nous tenterons de comprendre pourquoi et comment le pluralisme politique n’a pu se maintenir et ce que cela implique pour les temps présents.

Enfin, ces regards critiques sur l’Etat colonial, la monarchie ou le communisme et ces aspirations pour une transformation pacifique ou l’avènement d’une démocratie sociale à visage humain conservent encore aujourd’hui toute son actualité pour penser le Viêt Nam de demain.

La communication sera suivie d’une discussion.

Source : IAO – https://iao.cnrs.fr/actualite/lautre-viet-nam-jalons-pour-lhistoire-dune-revolution-democratique-empechee/

Conférence – Débat : Emmanuel Poisson & François Guillemot présentent l’ouvrage de Cao Xuân Huy : En mars, fusils brisés – 21 janvier 2022

A ne pas manquer, présentation en visioconférence. Inscription sur le site de l’IAO. Un séminaire coordonné par Arnaud Nanta.

Vendredi 21 janvier 2022

de 14h-15h30

Emmanuel Poisson, professeur d’histoire sociale et économique du Vietnam classique et traducteur littéraire, Université de Paris.

François Guillemot, ingénieur de recherche au CNRS, Institut d’Asie Orientale, historien du Vietnam contemporain.

Au mois de mars 1975, un mois avant la chute de Saigon, le jeune lieutenant Cao Xuân Huy est fait prisonnier près de Huê. Dans un texte autobiographique qui fit des remous dans la communauté exilée, il relate la retraite et l’annihilation d’une unité de Marines sud-vietnamiens autour du 17e parallèle. Ce récit apocalyptique d’une armée en déroute, paru en 1986 aux États-Unis, est unique en son genre car les témoignages des « vaincus » restent largement inédits et inconnus du grand public. Pour resituer l’ouvrage, cette traduction française est accompagnée d’une introduction de deux historiens du Vietnam « Une guerre sans fard », d’un texte de l’écrivain Bao Ninh et d’une postface de l’écrivain Dô Khiêm. L’ouvrage est également agrémenté d’une bibliographie sur la guerre du Vietnam.

Lien : https://iao.cnrs.fr/actualite/presentation-de-louvrage-de-cao-xuan-huy-en-mars-fusils-brises/

Shawn F. McHale: The First Vietnam War. Violence, Sovereignty, and the Fracture of the South, 1945–1956 [parution]

Une nouvelle étude sur la partie méridionale du Viêt-Nam, de la Cochinchine à l’avènement de la Première République du Viêt Nam (Sud, 1955-1963). Un ouvrage clé proposant une nouvelle histoire de la guerre de résistance, à ne pas manquer. Présentation de l’éditeur.

Shawn McHale explores why the communist-led Resistance in Vietnam won the anticolonial war against France (1945–54), except in the South. He shows how broad swaths of Vietnamese people were uneasily united in 1945 under the Viet Minh Resistance banner, all opposing the French attempt to reclaim control of the country. By 1947, Resistance unity had shattered and Khmer-Vietnamese ethnic violence had divided the Mekong Delta. From this point on, the war in the south turned into an overt civil war wrapped up in a war against France. Based on extensive archival research in four countries and in three languages, this is the first substantive English-language book focused on southern Vietnam’s transition from colonialism to independence.

Shawn F. McHale is Associate Professor of History and International Affairs, George Washington University. His first book, Print and Power: Confucianism, Communism, and Buddhism in the Making of Modern Vietnam (University of Hawaii Press, 2004), was a finalist for the Benda Prize in Southeast Asian Studies.

Source : https://www.cambridge.org/fr/academic/subjects/history/south-east-asian-history/first-vietnam-war

Nguyễn Nhã – Publications au Sud du Vietnam / Ngành xuất bản ở miền Nam Việt Nam : 1954-1975

Une nouvelle vidéo du cycle de conférences-débats organisé par le centre de l’EFEO de Hô Chi Minh-Ville est disponible sur la chaîne Youtube de l’École : 

Nguyễn Nhã, “Toàn cảnh về ngành xuất bản trong lĩnh vực khoa học xã hội ở miền Nam Việt Nam 1954 – 1975” 

[Aperçu de la presse, des éditions et publications en sciences sociales au Sud du Vietnam : 1954 – 1975]

8 octobre 2020 / Ngày 8 tháng 10 năm 2020. Vidéo en vietnamien sous-titrée en français.   

Cette vidéo prend place dans la liste des vidéos de conférences-débats déjà disponibles sur la chaîne Youtube de l’Ecole. 

————- 

Kính gửi các đồng nghiệp và các bằng hữu, 

Tôi rất vui mừng thông báo với các bạn rằng một video mới trong chuỗi tọa đàm do trung tâm EFEO tại Thành phố Hồ Chí Minh tổ chức đã có mặt trên kênh Youtube của Viện: 

Nguyễn Nhã, “Toàn cảnh về ngành xuất bản trong lĩnh vực khoa học xã hội ở miền Nam Việt Nam 1954 – 1975” [Aperçu da la presse, des éditions et publications en sciences sociales au Sud du Vietnam : 1954 – 1975], 8 octobre 2020 / Ngày 8 tháng 10 năm 2020.  Video bằng tiếng Việt với phụ đề tiếng Pháp.

URL : https://youtu.be/QWWIPrs0I_c

Video này nằm trong danh sách các video về tọa đàm hiện có trên kênh Youtube của Viện. 

Trân trọng, 

Olivier Tessier (EFEO – Hô Chi Minh-Ville).

Tưởng niệm 46 năm Hải chiến Hoàng Sa

[ndlr] Au Viêt-Nam, la mémoire de certains faits militaires reste interdite : 46 ans après la bataille des Paracels contre la Chine communiste, la commémoration du sacrifice des 74 (ou 75) marins sud-vietnamiens se déroulent dans la sphère privée et sous le contrôle de la police politique.

Sur la vidéo, autel dédié au Capitaine de vaisseau Nguy Van Tha décédé lors de la bataille des Paracels le 19 janvier 1974.

les irréductibles “amis du Viêt-Nam Libre” – Lyon, 20 octobre 2019

Pour protester à la fois contre la politique du régime communiste vietnamien (RSVN) et à l’expansionnisme de Pékin (RPC) en mer de Chine méridionale, des Vietnamiens exilés se retrouvent presque toutes les fins de semaine sur le parvis des Droits de l’Homme au Trocadéro à Paris. Résilients à tout, qu’il pleuve, qu’il vente ou que le soleil brille, ils se font le relais de la protestation interne complètement étouffée au Viêt-Nam.

Cette semaine, les organisateurs de ces happenings politiques, sorte d’agit-prop anti-communiste, sont descendus sur Lyon en mobilisant une poignée de Vietnamiens de l’agglomération.

Dans l’Appel à cette manifestation du dimanche 20 octobre 2019, organisée par “Les amis du Viêt-Nam Libre”, l’expansionnisme de la “Chine rouge” contre le Viêt-Nam était souligné. Quatre dates clés rappelaient la politique de fait accompli chinoise menant à la perte de territoire sur la frontière nord et dans la partie de la “Mer de l’Est” sous souveraineté vietnamienne :

1974 : les îles Paracels,

1979 : la porte de Nam Quan, les chutes de Ban Gioc, les zones frontalières du Nord du Viêt-Nam après la guerre éclair sino-vietnamienne en 1979,

1988 : les îles Spratleys,

2019 : les récifs de corail Vanguard Bank.

Extrait du tract diffusé le 20/10/2019 place Bellecour à Lyon1.
Copie d’écran du reportage d’Albert Goulain © DR

La perte de ses territoires terrestres et maritimes a soulevé beaucoup d’émois au Viêt-Nam tout comme dans la communauté exilée depuis les premières manifestations massives anti-chinoises en 2011 et celles plus violentes de 20142. Face à ces protestations de rue à caractère insurrectionnel (voir les grandes manifestations de 2014 et 2018), le pouvoir politique vietnamien a mobilisé l’ensemble des forces de sécurité, policière et militaire, pour étouffer dans l’œuf la voix des blogueurs, activistes sociaux et intellectuels critiques. Cette répression régulière et accrue ces dernières années a eu pour effet d’amoindrir considérablement les mouvements de protestations dans le pays. Les dissidents les plus influents ont été expulsés du pays ou croupissent dans les camps de prisonniers. Et de fait, aujourd’hui la réaction à l’affaire de Vanguard Bank reste modique dans le pays comme à l’extérieur dans l’espace transnational vietnamien3.

A Lyon, les manifestants, près d’une quarantaine, vilipendèrent la faiblesse de la réaction du gouvernement vietnamien face à ces actes belliqueux de Pékin tout en condamnant le régime autoritaire pour sa répression continue des “patriotes”.

Au delà de cette inquiétude légitime relayée par nombre d’intellectuels depuis l’intérieur du pays, les “irréductibles” d’aujourd’hui lièrent cette protestation anti-chinoise aux problématiques écologiques qui traversent la société vietnamienne dans son ensemble :

En même temps, les communistes vietnamiens ont laissé entrer sans visa des Chinois au Viêt-Nam pour y construire des usines polluant l’environnement sur terre et en mer. Parallèlement avec cette lâcheté devant l’ennemi, ces mêmes forces brutales ont utilisé la Loi Cyber-Sécurité [entrée en vigueur en janvier 2019] pour exercer des oppressions, emprisonnements contre les activistes pacifistes qui ont milité pour la Démocratie, la Liberté sur les trois zones (Nord-Centre-Sud) de la Patrie, la protection de l’environnement ! [référence au projet des trois Zones économiques spéciales concédées à Pékin pour une durée de 99 ans]4

Extrait du tract du 20/10/2019, parties en français et en anglais.

Si le caractère folklorique de ce happening politique peut faire sourire ou étonné (notamment par les références à l’ancienne République du Viêt-Nam conquise en 1975 par les forces communistes), il n’en reste pas moins que le message vise avant tout les compatriotes à l’intérieur du pays, premières victimes de la politique gouvernementale et de la corruption :

A l’étranger, nous, les Vietnamiens en exil à cause de la catastrophe communiste, n’oublions jamais nos compatriotes au pays. Nous avons soutenu et nous soutiendrons toujours notre Peuple qui est en train de faire face au pouvoir oppressif dans des difficiles conditions voire dangereuses pour la vie.

Extrait du tract diffusé le 20/10/2019.

D’aucun verront dans ces paroles, une amertume accumulée pendant des décennies suite à la chute de Saigon le 30 avril 1975 vécue comme une “catastrophe” pour l’ensemble du pays, d’autres, que ce message possède une portée plus historique, liant le drame vietnamien du XXe siècle (guerre d’indépendance, guerre civile, boat people, disparition de toute possibilité de pouvoir démocratique) à l’avènement d’un pouvoir autoritaire sans partage désormais pieds et poings liés avec Pékin5.

Autour d’une quarantaine de manifestants, le happening dura près de deux heures entre l’installation des panneaux, de la sono et des drapeaux du Viêt-Nam libre (le drapeau jaune au trois bandes rouges), français ou américain. Débutant par une cérémonie en hommage à l’ancienne République du Viêt-Nam (1955-1975), au son de son hymne national, une minute de silence fut observée pour les “combattants sacrifiés pour la juste cause”. Entre discours offensifs et chansons de lutte, une série de slogans contre l’expansionnisme chinois ou contre le pouvoir communiste vietnamien résonnèrent avec emphase sur la place Bellecour. Chacun pouvait noter la grande détermination des quatre femmes au micro, relayées par l’ensemble de l’assemblée.

Aperçu de la tribune de la manifestation du dimanche 20 octobre 2019 à Lyon.

Un grand panneau explicatif en français destiné aux passants exposait les raisons de cette mobilisation (Qui sommes nous ? ; Que voulons nous ?…). Dans le public, deux jeunes françaises spectatrices, familières du drapeau du Viêt-Nam socialiste, s’interrogeaient sur la signification du drapeau jaune à trois bandes rouges, emblème de la communauté vietnamienne réfugiée avant de souhaiter bonne chance aux participants. Des touristes américains, en provenance du Minnesota, s’intéressèrent à la manifestation. Une femme me glissa à l’oreille un “sorry” pour l’effroyable guerre du Viêt-Nam qui résonnait encore dans son esprit. Un français d’un certain âge, frappé par la présence des drapeaux jaunes, applaudit à la résilience de Saigon. D’autres passants étaient intrigués par la juxtaposition d’une manifestation vietnamienne et d’une manifestation libanaise (de l’autre côté de la statue de Louis XIV) le même jour sur une place Bellecour transformée en étendard coloré de la contestation.

Dans l’assemblée, on put remarquer la présence de M. Duong Van Loi, réfugié, ancien prisonnier évadé des camps de rééducation vietnamien, défilant malgré son grand âge6. En fin de happening, les organisateurs MM. Nguyen Anh Tai et Dang Mau Vinh remercièrent les manifestants et les invitèrent à un moment de convivialité autour d’un verre et de quelques mets vietnamien. Si à l’avenir la communauté vietnamienne de Lyon répond présent, ils seront prêts à initier une nouvelle protestation de ce type pour mobiliser les consciences et ceci jusqu’à “la chute du régime”.

Près de quarante cinq ans après la chute de Saigon, les “irréductibles” n’ont donc pas encore dit leur dernier mot.

FG, 20/10/2019.

Notes

  1. Sur les agressions de pêcheurs vietnamiens, voir la chronologie établie par André Menras : “Chronologie non exhaustive des agressions chinoises sur les pêcheurs du Centre Vietnam (2002-2014)” []
  2. Voir sur Mémoires d’Indochine : “Expéditions punitives antichinoises sur fond de frustrations vietnamiennes”, 17/05/2014 []
  3. Voir sur Mémoires d’Indochine : “Viêt-Nam : Feu vert pour protester contre le fait accompli Chinois en Mer de Chine ? []
  4. Sur ce dernier point, voir le dossier de la BBC, programme en vietnamien []
  5. Voir nos analyses : “L’urgence démocratique – Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne”, 27/05/2014 et “Viêt-Nam : le casse-tête chinois”, 29/06/2014 []
  6. Sur le site de France Terre d’Asile, témoignage en ligne de Duong Van Loi sur la condition des prisonniers : “La bouillabaisse” et auteur de L’ hélicoptère de la liberté: de la Porte du Ciel (Cong Troi) à la Porte de Chine. Aventure vécue d’un prisonnier politique échappé du camp de la mort, Paris, Les éditions La Bruyère, 1990 []