Archives par mot-clé : République Démocratique du Viêt-Nam

« Hanoi and the American War: Two International Histories » review by Geoffrey C. Stewart

[ndlr] Signalé par VSG, un compte-rendu de lecture par Geoffrey C. Stewart des ouvrages de Pierre Asselin (2013) et de Lien Hang T. Nguyen (2012) consacrés au déroulement de la guerre du Viêt-Nam (période 1954-1975).

HanoiSRoadToTheVietNamWar_HanoiSWar

Hanoi and the AmericanWar: Two International Histories

Geoffrey C. Stewart, Western University

On November 22, 1963, an emergency session of the Central Committee of the Vietnam Workers’ Party (VWP) opened in Hanoi. The session, known as the Ninth Plenum, was held, in part, to determine the best route forward for the party following the coup that had toppled Ngo Dinh Diem’s South Vietnamese government three weeks before. Over the ensuing weeks, the committee members addressed domestic and international concerns of the Democratic Republic of Vietnam (DRV), particularly the evolving political situation in the South and the status of the world revolutionary struggle. At the heart of the matter were divisions within the party over the best means to achieve the reunification of Vietnam and the ramifications that the widening Sino-Soviet split might have on this goal. From what can be gleaned from the spotty historical record, the debates were quite contentious.

Ever since Vietnam was divided at the seventeenth parallel following the Geneva Accords of 1954, the VWP had been split over how best to reunify Vietnam. Some advocated a “North-first” strategy, in which efforts would be focused on building a viable socialist base above the demarcation line before embarking on a quest to reunify the nation, by violent means if necessary. Others believed in a “South-first” strategy. They felt that the socialist revolution in the North could be advanced only by eliminating the anticommunist government below the seventeenth parallel. By the Ninth Plenum, this domestic split was threatening the unity of the party. Militant advocates of the “South-first” strategy viewed the moderate position as bankrupt, believing it had done nothing to further the goal of national reunification. Just as problematically, it threatened to cede the direction of the southern revolution to local revolutionaries, who, after eight and a half years of oppression from the southern government without much relief from the North, were becoming less inclined to pursue the party line as dictated by Hanoi.

Lire la suite en ligne (PDF) : Cross-Currents

From: Cross-Currents: East Asian History and Culture Review
Volume 3, Number 1, May 2014
pp. 275-285 | 10.1353/ach.2014.0006

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2014 : Séance 3

 Année universitaire 2014-2015 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre

vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

* * *

Séance 3 – Mardi 14 octobre 2013

« Naissance et affirmation de deux Viêt-Nam »

Mémoiresd'Indochine_2014

A travers une approche comparative, cette séance se focalisera sur la vie politique, culturelle et sociale au sein des deux Viêt-Nam après les Accords de Genève (juillet 1954), accords qui entérinent la séparation provisoire du pays au 17ème parallèle. Il s’agira de s’immerger dans les sociétés en révolution de la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN) sous l’égide du parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Đảng Lao động Việt Nam) au Nord et de la Première République du Viêt-Nam (1955-1963) au Sud. On s’intéressera à la question de la réforme agraire déclenchée au Nord de décembre 1953 à 1956 et au soulèvement bouddhiste de 1963 au Sud Viêt-Nam contre le régime autoritaire de Ngô Đình Diệm.

 

Extraits de textes à discuter :

  • BUI TIN, 1945-1999, Vietnam. La face cachée du régime, Paris, Editions Kergour, 1999, pp. 47-75 [+ dos de couverture].
  • NGUYEN KHAC VIEN, « La réforme agraire », in Expériences vietnamiennes, Paris, Editions Sociales, 1970, pp. 73-97.
  • DAVID LAN PHAM, Two hamlets in Nam Bo. Memoirs of life in Vietnam through Japanese occupation, the French and American wars, and communist rule, 1940-1986, Jefferson (NC), McFarland & Company, 2000, (réédition de 2008), pp. 79-108 [+ dos de couverture].
  • Terreur contre les Bouddhistes au Sud Viêt-Nam, S.l., Editions Libération, juin 1963, pp. 5-32.

Voir le Mémento personnalités de la séance 3 sur Mémoires d’Indochine.

 

Exposé oral :

  • Sidonie, Bonnet Bel Arbi : Hugon, Anne (sous la dir.), Histoire des femmes en situation coloniale, Paris : Karthala, 2004.

 

Pour aller plus loin :

  • Fall, Bernard, Les deux Viet-Nam, Paris, Payot, Etudes et documents, 1967.
  • Dommen, Arthur J., The Indochinese experience of the French and the Americans. Nationalism and communism in Cambodia, Laos and Vietnam, Bloomington, Indiana University Press, 2001 (voir chapitres 5, 6 et 7).

 

Sources complémentaires

Sur la RDVN (Nord Viêt-Nam)

  • Boudarel, Georges, Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam. Communisme et dissidence 1954-1956, Paris, Jacques Bertoin, 1991.
  • Goscha, Christopher E. & Tréglodé, Benoît de, Naissance d’un Etat-Parti. Le Vietnam depuis 1945, Paris, les Indes Savantes, 2004 (voir en particulier les chapitres de Judy Stowe, Shawn McHale et Nguyen Van Ky).
  • Hartingh, Bertrand de, Entre le peuple et la nation. La République Démocratique du Viêt Nam de 1953 à 1957, Paris, EFEO, Monographies 189, 2003.
  • Hoang Van Chi, From colonialism to communism. A case history of North Vietnam, New York – London, Frederick A. Praeger, 1968, third printing.
  • Marangé, Céline, Le communisme vietnamien (1919-1991). Construction d’un Etat-nation entre Moscou et Pékin, Paris, Presses de Sciences Po, 2012 (voir chapitres 4, 5, 6).
  • Tréglodé, Benoît de, Héros et révolution au Viet Nam 1948-1964, Paris, Les Indes Savantes, 2013.
  • Turner, Robert F., Vietnamese Communism, it’s origins and development, Stanford, Stanford University, Hoover Institution Press, 1975 (voir chapitres 5, 6, 7, 8).

 

Sur la RVN (Sud Viêt-Nam)

  • Fitzgerald, Frances, Fire in the lake. The Vietnamese and the Americans in Vietnam, Boston – Toronto, Little Brown, An Atlantic Monthly Press Book, 1972. (nombreuses rééditions)
  • Hammer, Ellen J. A death in November. America in Vietnam, 1963, New York, E.P. Dutton, 1987.
  • Nghiem Dang, Viet-Nam politics and public administration, Honolulu, East-West Center Press, 1966.
  • Mme Nguyen An Tuan, Les forces politiques au Sud Viet Nam depuis les accords de Genève 1954, Louvain, Université Catholique de Louvain, Faculté des sciences économiques, sociales et politiques, nouvelle série n° 31, 1967.
  • Nguyen Thai, Is South Vietnam viable?, Manila, November 1962.
  • Scigliano, Robert, South Vietnam. Nation under stress, Boston, Houghton Mifflin Company, 1964.
  • Shaplen, Robert, The lost revolution. The U.S. in Vietnam 1946-1966, New York, Harper & Row, Harper Colophon Books, 1966, revised edition.

 

Sur le bouddhisme social, au Viêt-Nam (1963-1966) et en Asie :

  • [Thich] Nhat Hanh, Vietnam. Lotus in a sea of fire, New York, Hill and Wang, 1967. Views on the situation in Vietnam by a Buddhist intellectual and Director of the School of Social Studies at the Van Hanh University at Saigon.
  • Nguyen The Anh, « L’engagement politique du bouddhisme au Sud Viêt-Nam dans les années 1960 », in Alain Forest, Eiichi Kato & Léon Vandermeersch (eds), Bouddhismes et sociétés asiatiques. Clergés, sociétés et pouvoirs, Paris, L’Harmattan, Recherches asiatiques / Sophia University (Tokyo), 1990, pp. 111-124.

Martin Grossheim : The East German ‘Stasi’ and Vietnam – Between ‘proletarian internationalism’ and distrust

SeminaireIAO_2014_09_25

NB : changement d’horaire, le séminaire se déroulera de 14h30 à 16h.

Read more on this topic :

David G. Marr: Vietnam – State, War, and Revolution (1945-1946) [H-Diplo]

Marr_VietnamStateWarRevolution[ndlr] Un H-Diplo important sur le dernier ouvrage du grand historien David G. Marr. Introduction de Stein Tonnesson, analyses de Pierre Brocheux, Shawn McHale, Pham Quang Minh et Tuong Vu suivies de la réponse de l’auteur. A lire sur H-Diplo.

Vietnam: State, War, and Revolution (1945–1946) is a work of immense value for future debates about such issues, because it brings so many previously unknown facts to the table. The book is likely to attract many Vietnamese readers. Books like these cannot yet be produced by Vietnam-based Vietnamese scholars, who are not free to undertake independent research on topics of major political importance. Once Marr’s book appears in a complete and fully reliable Vietnamese translation – as Pham Quang Minh says it must – it is likely to become a work of reference in Vietnam. My hope is that it will set a standard of historical craftsmanship for future generations of Vietnamese historians (Stein Tonnesson).

Accéder aux textes (PDF) :

H-Diplo Roundtable on David G. Marr. Vietnam: State, War, and Revolution (1945-1946)
3 June 2014

 

Mark Atwood Lawrence : Assuming the Burden – CR de lecture par Olivier Campeau

Lawrence_AssumingTheBurdenDans son ouvrage Assuming the Burden, Mark Atwood Lawrence cherche à répondre à une question en apparence bien simple : comment expliquer le changement d’attitude et de politique des États-Unis qui, en 1945, étaient largement indifférents envers le sort du Vietnam, et qui en 1950 considéraient que l’avenir de celui-ci « carried heavy implications for the destiny of Asia »[1] au point d’intervenir dans la guerre d’Indochine, marquant alors le prélude à ce qui deviendra la guerre du Vietnam ? Or, la complexité de la réponse et l’argument original que propose Lawrence, ainsi que le brio avec lequel il mène sa démonstration, sont ce qui fait de cet ouvrage une lecture incontournable pour quiconque désire comprendre l’évolution de la guerre d’Indochine, les origines de la guerre du Vietnam et l’arrivée de la guerre froide dans le tiers-monde.

Comme nous le rappelle Lawrence, trois explications dominent l’historiographie quant aux raisons permettant de comprendre l’intervention américaine en Indochine en mai 1950[2]. D’abord, certains historiens comme Gary Hess et George Herring expliquent le phénomène par le fait que la situation géopolitique en Asie à la fin des années 1940 semblait, aux yeux de l’administration américaine, se conformer de plus en plus à un modèle d’agression soviétique global dirigé contre les intérêts des pays du bloc capitaliste[3]. Avant 1948, le gouvernement américain avait largement porté son attention envers l’Europe de l’Est, au détriment de l’Asie, celle-ci considérée alors comme un théâtre secondaire de la guerre froide. Au lendemain de la victoire de Mao en Chine cependant, en 1949, Washington en était venue à considérer la menace soviétique comme globale, et le Vietnam comme la prochaine cible de Moscou en Asie. Il fallait donc rapidement intervenir en Indochine et bloquer l’avancée de l’idéologie soviétique avant de voir celle-ci triompher ailleurs en Asie. C’est ce qui expliquerait, selon certains historiens, le changement de politique des États-Unis en 1949 et leur décision d’intervenir en Indochine en 1950. Les historiens de l’économie, dont Gabriel Kolko, se sont quant à eux intéressés à une deuxième explication: l’Indochine aurait constitué une région essentielle pour la relance de l’économie ouest-européenne, et donc pour les intérêts américains, et son maintien au sein du bloc capitaliste serait devenu une priorité devant la menace d’une victoire communiste au Vietnam en 1950[4]. Enfin, la troisième explication mise de l’avant par les historiens, entre autres par Robert Blum, tient aux aléas de la scène politique américaine[5]. Le changement de politique de l’administration Truman serait alors à mettre en lien avec les critiques qu’elle essuya de la part de l’opposition républicaine suite à la victoire de Mao en Chine, selon lesquelles le gouvernement américain n’aurait pas été assez fort pour éviter une telle conclusion à la guerre civile chinoise.

           Pour Mark Atwood Lawrence, ces trois explications sont toutes valables pour expliquer le changement d’attitude et de politique des États-Unis en 1950 envers le Vietnam et elles ne s’excluent en rien, cependant qu’elles oblitèrent toutes une réalité jusqu’ici jamais abordée, et tel est l’argument original de Lawrence : la transformation de la politique américaine envers le Vietnam entre 1945 et 1950 résultat aussi d’un débat transnational entre les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France pour trouver une solution au conflit indochinois, chacun essayant le plus possible de faire valoir ses impressions et ses intérêts au sein du groupe[6]. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, alors que la défaite japonaise devenait de plus en plus imminente, ces trois pays commencèrent à réfléchir sur l’avenir de l’Indochine. Pour la France Libre de Charles de Gaulle, il ne faisait aucun doute que l’Indochine devait revenir dans le giron français. La France devait retrouver son statut de grande puissance perdu aux mains des Allemands et des Japonais en 1940, et cela passait par la voie impériale. Quant à la Grande-Bretagne, elle se rangeait derrière l’idée d’un retour de la France en Indochine essentiellement, selon Lawrence, parce qu’elle estimait qu’une remise en question du pouvoir colonial français en Indochine risquerait de se retourner contre ses propres intérêts coloniaux ailleurs dans le monde, et parce que la France était maintenant considérée comme un allié important en Europe contre le communisme et s’opposer au retour de la France en Indochine ne ferait qu’envenimer les relations entre les deux pays[7]. Quant aux États-Unis, ils hésitaient à consolider leurs bonnes relations avec Londres et Paris et à reconnaitre les droits de la France en Indochine ou à demeurer ferme sur leurs convictions anticolonialistes et maintenir en vie l’esprit de la Charte de l’Atlantique. Selon Lawrence donc, on ne peut comprendre la réorientation de la politique américaine à l’égard du Vietnam en 1950 si l’on ne tient pas compte des débats entre ces trois gouvernements entre 1945 et 1950 quant à l’avenir du Vietnam.

           Pour le démontrer, Lawrence entreprit de vastes recherches à travers divers fonds d’archives des gouvernements américain, britannique et français. Il reconstitua à la fois les débats et les conflits internes ayant eu lieu au cœur de ces administrations quant à la solution à appliquer au Vietnam, et les négociations internationales menées entre ces différentes administrations. C’est par cela, entre autres, que se démarque cette recherche de l’historiographie actuelle : l’abondante utilisation des sources françaises pour expliquer un pan d’histoire de la politique étrangère américaine et la prise en compte de l’allié britannique. Conduite avec le souci de la nuance, cette entreprise historique nous offre donc à voir une administration américaine influencée par ses alliées, « [as] merely one participant in a complicated, decidedly international dynamics in which other governments usually held the initiative and set the agenda »[8], et donc loin du stéréotype de l’Amérique triomphante et toute puissante d’après-guerre, dictant ses remèdes au reste du monde, tel qu’on nous la présente parfois dans certaines monographies ou dans certains médias.

BaoDai_200Piastres_1954
Bao Dai, enjeu de la Guerre froide.

           Cette dynamique et ces rapports de forces entre les États-Unis et leurs alliés français et britannique, finement analysés par Lawrence, nous permettent, de même, de mieux saisir l’évolution de la guerre d’Indochine et l’intervention américaine au Vietnam en 1950. L’analyse que fait Lawrence de la solution Bao Dai en est un bon exemple. Ayant désespérément besoin de l’aide financière et militaire américaine pour s’imposer face à la République Démocratique du Vietnam (RDV), mais se butant, entre 1946 et 1948, au refus de l’administration américaine d’intervenir au Vietnam et de cautionner un retour du colonialisme dans la péninsule, la France se mit alors en quête d’une solution pour circonvenir la position des États-Unis. En octobre 1947, Paris arrêta son choix sur l’ex-empereur d’Annam, Bao Dai. Au sein du gouvernement français, on croyait que si celui-ci pouvait prendre la tête d’un nouvel État vietnamien non-communiste destiné à faire concurrence, sur la scène politique vietnamienne, à la RDV et à s’imposer dans l’opinion publique vietnamienne, il serait alors plus aisé de nier à Ho Chi Minh sa position de leader du nationalisme vietnamien et de le stigmatiser comme un rebelle et un agent de Moscou. De la sorte, le gouvernement français n’aurait plus à demander à Washington de l’aider à vaincre un gouvernement vietnamien nationaliste et légitime, mais plutôt de l’aider à vaincre une rébellion communiste dirigée par Staline. Si Lawrence analyse cependant la solution Bao Dai davantage sous l’angle de sa thèse, comme étant « designed largely to shatter existing international perceptions of the Indochina conflict »[9], et néglige ainsi par moment la dimension « nationale » bien réelle de la solution Bao Dai (en ce sens où la solution Bao Dai n’avait pas seulement que des objectifs internationaux), il n’en demeure pas moins qu’il démontre très bien dans son ouvrage que la décision des États-Unis de reconnaitre diplomatique le gouvernement de Bao Dai en février 1950, et par la suite d’intervenir en Indochine pour le compte de ce nouvel État vietnamien en mai 1950, résulte bel et bien des conclusions d’un débat multinational. En somme, il démontre que les multiples tentatives de la part du gouvernement français, aidé en cela par son allié britannique, pour réorienter les objectifs de la guerre d’Indochine de manière à les faire correspondre aux valeurs et aux engagements américains ont réussi. Après de longs mois de négociations, l’administration américaine accepta finalement de jouer « the active role in Southeast Asian affairs that they [la France et la Grande-Bretagne] had scripted for it »[10]. Aux yeux des États-Unis, la guerre d’Indochine n’était plus une guerre coloniale, mais plutôt une guerre destinée à défendre le Vietnam et le reste de l’Asie contre une agression soviétique.

           Dans l’introduction de son ouvrage, Lawrence écrit que « this book rests partly on the theoretical insight that « reality » is established through social interaction »[11]. Or, cette phrase est peut-être celle, pour conclure, qui donne toute sa portée à cet ouvrage. En démontrant tout au long de son ouvrage que la « réalité » de la guerre d’Indochine, pour les États-Unis, fut « construite » lors d’un long débat avec ses alliés français et britannique sur l’avenir de la péninsule indochinoise et sur le rôle que devait y jouer l’administration américaine, Lawrence fait intervenir ici les perceptions personnelles des responsables politiques dans l’élaboration de la politique américaine, et démontre ainsi l’incertitude qui entoura, entre 1945 et 1950, le sort politique du Vietnam. « To the extent that Vietnam’s political destiny lay in the hands of the Western powers, it’s future remained highly incertain »[12]. Une lecture indispensable donc pour les historiens travaillant sur l’intervention américaine au Vietnam et sur la construction du prisme à travers lequel Washington vit, pour les années à venir, son rôle politique en Asie du Sud-Est.

Olivier Campeau, UQAM


[1] Mark Atwood Lawrence, Assuming the Burden: Europe and the American Commitment to War in Vietnam, University of California Press, Berkeley, 2005, p. 3.

[2] Ibid., p. 4.

[3] Gary R. Hess, The United States’s Emergence as a Southeast Asian Power, 1940-1950, Columbia University Press, New York, 1987, 448 p. ; George C. Herring, America’s Longest War: The United States and Vietnam, 1950-1975, McGraw-Hill, New York, 1985, 316 p.

[4] Gabriel Kolko, The Roots of American Foreign Policy: An Analysis of Power and Purpose, Beacon Press, Boston, 1969, 166 p.

[5] Voir entre autres Robert M. Blum, Drawing the Line: The Origins of the American Containment Policy in East Asia, Norton, New York, 1982, 273 p.

[6] Lawrence, Op. cit., p. 7.

[7] Ibid., p. 33-45.

[8] Ibid., p. 4

[9] Ibid., p. 187.

[10] Ibid., p. 168.

[11] Ibid., p. 9.

[12] Ibid., p. 8.

 

Olivier Campeau est titulaire d’une maîtrise en histoire de l’Université du Québec à Montréal. Son mémoire s’intitule « La perception française de l’Inde durant la guerre d’Indochine, 1947-1954: une étude de cas sur l’émergence du mouvement anticolonial asiatique sur la scène internationale avant Bandung ». Il poursuit présentement des études en pédagogie.

François Guillemot : Nguyễn Tường Tam ou le rêve évanoui du Grand Viêt-Nam [résumé]

 Colloque 20-22 mars 2014 – Académie des Sciences d’Outre-mer

« DE L’INDOCHINE COLONIALE AU VIỆT NAM ACTUEL »

 NhatLinh_parNguyenGiaTri

 Nguyễn Tường Tam ou le rêve évanoui du Grand Viêt-Nam :

un intellectuel nationaliste dans la tourmente des années 1940

(1938-1948)

 

Résumé :

Cette communication propose une analyse du destin politique de l’écrivain Nhất Linh, de son vrai nom Nguyễn Tường Tam (1906-1963), un des fondateurs du Tự Lực văn đoàn [Groupe littéraire autonome], de l’Association Ánh Sáng [Lumière ou Clarté], chef du Parti Populaire du Grand Viêt-Nam (Đại Việt Dân Chính) puis du Parti National du Viêt-Nam (Việt Nam Quốc dân Đảng / VNQDĐ) et enfin ministre des Affaires étrangères du gouvernement d’Union et de Résistance de mars 1946 présidé par Hồ Chí Minh. Le destin politique que l’on peut qualifier de tragique (l’homme se suicida en juillet 1963) de cet acteur majeur de la vie culturelle, sociale et politique du Viêt-Nam contemporain reste relativement méconnu. A la fois écrivain de renom, moderniste, révolutionnaire et artiste, le personnage donne à voir de lui-même de nombreuses facettes. Pour son engagement à la fois contre le colonialisme et le communisme, à la recherche d’une troisième voie pour son pays, l’homme politique Nguyễn Tường Tam fut ostracisé pendant longtemps par l’historiographie officielle. Si depuis les années 2000, il n’est plus considéré comme un simple « réactionnaire », les avis sur son rôle politique restent partagés. Son action, aux côtés des nationalistes vietnamiens pendant la période révolutionnaire, est pourtant clé. Peu d’études se sont cependant intéressées à la période prérévolutionnaire de la fin des années 1930 qui propulse cet écrivain renommé dans la sphère politique. Entre 1938 et 1948, soit pendant une décennie, Nguyễn Tường Tam va se consacrer corps et âme à la lutte pour l’indépendance et tenter de définir une voie nationaliste pour relever son pays.

* * *

A la recherche d’un grand destin pour son pays, il fut un acteur politique majeur entre 1938 et 1948 avant d’abandonner provisoirement ce rôle sur un constat d’échec. Les raisons pour lesquelles il convient d’étudier l’action de cet autodidacte en politique apparaissent suffisamment. Les sources disponibles (archivistiques, presse, ouvrages de recherche, analyses littéraires et témoignages) permettent de reconstituer avec assez de précision cet itinéraire singulier qui fait le lien entre l’Indochine coloniale de Vichy sous occupation japonaise, la période des indépendances vietnamiennes de 1945, la reconquête militaire de l’Indochine par la France et la mise en place de l’Etat associé du Viêt-Nam sous l’égide de SM Bảo Đại.

VietNam_so53ngay16.1.1946_p1
Nguyen Tuong Tam à la une du journal Viêt Nam (VNQDD) le 16 janvier 1946.

Nous abordons ici les dix années de son activité politique à travers trois questions clés qui émergent de l’analyse de son parcours politique. La première concerne la genèse et l’élaboration d’un nationalisme Đại Việt dans le contexte particulier de l’Indochine « à deux têtes » (régime de Vichy et présence japonaise). La seconde question est relative à l’unité du nationalisme vietnamien et par voie de conséquence à celle de la violence révolutionnaire dans les milieux émigrés vietnamiens en Chine du Sud. La troisième s’intéresse aux réalités complexes du terrain lors de son retour au Viêt-Nam en 1946. A travers ces trois clés (idéal politique, violence révolutionnaire, confrontation au réel), notre déconstruction ouvre le champ plus large de l’échec d’une intelligentsia vietnamienne, embarquée, parfois malgré elle, dans les affres d’une guerre de trente ans. Ces trois clés posent de fait trois questions : quelle politique ? Quels moyens pour y parvenir ou quelle stratégie ? et enfin quelle application concrète (l’idéal confronté à la pratique) ? D’une façon plus générale, cette communication tente d’analyser à travers le destin de cet homme de lettres les possibilités de l’émergence puis de l’existence d’un Viêt-Nam à la fois unifié du point de vue de son territoire national et unifié politiquement de façon pacifique.

Quelques auteurs ont souligné avec justesse la complexité du personnage Nhất Linh – Nguyễn Tường Tam tant dans son parcours que dans ses différentes actions. De même, a été mise en avant toute la difficulté qu’il y avait à évaluer son destin politique. Cette communication tente d’approcher cette complexité, de pointer les contradictions de ce parcours tout en réfléchissant sur son unité.

Dans une première partie nous nous focalisons sur l’avènement et la construction de l’idéal d’un Grand Viêt-Nam (Đại Việt) indépendant. En 1941, Nguyễn Tường Tam apparaît dans le curseur de la Sûreté coloniale comme le chef d’une nouvelle organisation révolutionnaire antifrançaise susceptible de prendre de l’envergure. Le nationalisme revendiqué du célèbre écrivain remonte à quelques années antérieures lorsqu’il abandonne la littérature pour l’action sociale puis politique. De la publication du « Manifeste » du groupe littéraire autonome en décembre 1936 dans la revue hebdomadaire Ngày Nay [Temps actuels] à la création de l’Association « Ánh Sáng » la même année, un glissement vers l’activisme social puis politique s’opère. La Sûreté coloniale s’en inquiète et Ngày Nay, finalement interdit, cesse de paraître en septembre 1940. Cette première partie retrace ce glissement et s’attarde sur la courte existence du Parti Populaire du Grand Viêt-Nam (1938-1945), son idéologie, ses hommes et son action ; enfin son démantèlement par la Sûreté coloniale en septembre 1941. Quoique modeste, l’existence de cette organisation groupusculaire atteste à la fois de la volonté d’indépendance des Vietnamiens à Hanoi au cœur même de l’Indochine coloniale et de la clairvoyance vis-à-vis des enjeux internationaux pesant sur le destin du Viêt-Nam démantelé. Elle est en outre, fait à souligner, une des premières tentatives d’unification de forces non communistes à Hanoi.

InsigneVNQDD

La seconde partie revisite la période des deux exils politiques de Nguyễn Tường Tam (de 1942-45 et de 1946-49), la question de l’unification des forces nationalistes et la problématique de la violence révolutionnaire. Ce premier épisode douloureux, qui est illustré par le démantèlement presque total de l’organisation nationaliste révolutionnaire Đại Việt, force Nguyễn Tường Tam à se repositionner. Il doit reconsidérer sa stratégie pour fondre son organisation dans le Parti National du Viêt-Nam de l’Extérieur (VNQDĐ-Hải Ngoại). Il rejoint les réseaux des révolutionnaires vietnamiens émigrés en Chine du Sud notamment la Ligue des Révolutionnaires Vietnamiens (Việt Nam Cách Mệnh Đồng minh hội, en abrégé ĐMH) fondée en octobre 1942 et concurrente du Việt Minh créé en mai 1941 mais cette intégration n’est guère facile. Trois aspects sont à considérer dans ce premier exil entre 1942 et 1945 : le retournement contre le Japon, l’affiliation au VNQDĐ de l’Extérieur et la question de la violence révolutionnaire entre émigrés vietnamiens abordée dans une partie non négligeable de son œuvre littéraire. La période du second exil de 1946 à 1949 est marquée par la nouvelle tentative d’unification des forces nationalistes cette fois-ci pour soutenir le retour de l’ex-empereur Bảo Đại comme fer de lance de l’indépendance négociée avec la France. Constat d’échec face aux divergences de vue entre les nationalistes sur la nature de ce soutien et le propre projet de Bảo Đại. Quelques années après le décès soudain de son frère (et soutien indéfectible) Nguyễn Tường Long en Chine dans des circonstances non éclaircies, Nguyễn Tường Tam de retour à Hanoi, décide d’abandonner la politique.

ConférenceDalat_1946
Extrait de Raoul Salan, Mémoires tome 1 (Presses de la Cité, 1970) © 1946 L’Illustration

La troisième partie analyse le dur retour aux réalités politiques de 1946 face à la France dans un pays occupé militairement et divisé tant sur le plan territorial que sur le plan politique. En quittant le théâtre tumultueux de la Chine du Sud pour retourner dans son pays à la fin de l’année 1945, Nguyễn Tường Tam est vite confronté à une réalité de terrain plus complexe qu’il ne pouvait l’imaginer et toute aussi dangereuse. Il revient au Viêt-Nam en tant que principal chef de l’opposition nationaliste et devient le ministre des Affaires étrangères du nouveau gouvernement d’Hồ Chí Minh de mars 1946. Il affiche à la fois son indépendance vis-à-vis du Việt Minh et sa détermination face à la France. Son intransigeance vis-à-vis des Français va peu à peu le marginaliser politiquement alors que le Việt Minh se rapproche sensiblement, pour des raisons tactiques, de l’ancien colonisateur jusqu’à la rupture en décembre 1946. Son rôle de rassembleur est tout de même écorné par sa participation secrète au Front nationaliste d’opposition (Mặt trận Quốc dân Đảng) qui envisage un coup d’État en juillet 1946 auquel il n’est cependant pas impliqué. C’est le temps des occasions manquées, de la confrontation aux exigences françaises et de l’impossible entente avec le Việt Minh. Défendant avec détermination l’intérêt national au dessus de celui des partis, il reprend le chemin de l’exil en juin 1946 de nouveau sur un constat d’échec.

La conclusion revient sur les raisons de cet échec et l’héritage que laisse derrière lui ce romantique contestataire après son suicide en juillet 1963 quelques mois avant la chute du régime autoritaire de Ngô Đình Diệm qu’il combattait. Son destin politique rejoint les millions de destins oblitérés par la guerre civile et les confrontations des nationalismes dans l’histoire du Viêt-Nam contemporain.

François Guillemot, CNRS, IAO, ENS de Lyon.

Nguyễn Thị Mai Hoa : Giúp đỡ quân sự của Liên Xô cho Việt Nam những năm chống chiến tranh phá hoại (1965-1972)

Soldats de la défense aérienne nord-vietnamienne dzavnt une rampe de missile soviétique SA-2  (cliquez pour agrandir)
Soldats de la défense aérienne nord-vietnamienne devant une rampe de missile soviétique SA-2 (cliquez pour agrandir)
© U.S. Air Force photo

[ndlr] Signalement d’un article intéressant et détaillé sur l’aide militaire soviétique à la République Démocratique du Viêt-Nam (Nord Viêt-Nam) entre 1965 et 1972.

Tiến hành kháng chiến chống Mỹ, cứu nước, trong cuộc đối đầu lịch sử với một đối phương mạnh hơn gấp nhiều lần, có tiềm lực kinh tế, quân sự vượt trội, Việt Nam luôn nhận được sự đồng tình, cổ vũ của các lực lượng khác nhautrên thế giới. Thắng lợi của cuộc kháng chiến chống Mỹ không tách rời sự ủng hộ quốc tế to lớn, trong đó có sự giúp đỡ của Liên Xô – quốc gia có nền công nghiệp quốc phòng hùng mạnh với những vũ khí chiến lược tối tân, hiện đại. Viện trợ quân sự toàn diện của Liên Xô, nhất là vào những thời điểm quan trọng của cuộc kháng chiến, đã tăng cường và tạo ra sức mạnh đáng kể cho Quân đội nhân dân Việt Nam.

1. Quyết định tăng cường viện trợ cho Việt Nam

Từ giữa những năm 60 (XX), ở Đông Nam Á diễn ra những thay đổi nhanh chóng. Mỹ tăng cường sự hiện diện, củng cố quyền lực trong khu vực, đẩy mạnh hỗ trợ các nước Đông Nam Á chống lại “nguy cơ của chủ nghĩa Cộng sản”. Trung Quốc – đối thủ cạnh tranh của Liên Xô, một mặt, vừa tiếp tục có thái độ thù địch với Liên Xô, vừa « tìm kiếm quan hệ với Washington để cân bằng địa vị với Liên Xô”[1], đẩy nhanh hòa hoãn với Mỹ; mặt khác, tích cực giúp đỡ Việt Nam chống Mỹ, thông qua Việt Nam mở rộng ảnh hưởng đối với các nước Đông Nam Á. Những sự kiện nêu trên minh chứng cho vị trí địa – chiến lược, địa – chính trị và địa – quân sự quan trọng của Đông Nam Á nói riêng, châu Á nói chung và tác động, ảnh hưởng, buộc Liên Xô phải nhìn nhận, cân nhắc lại quan hệ với khu vực này, khởi động lại chính sách châu Á. Trên con đường khẳng định vị thế, tham gia vào các vấn đề của khu vực, Việt Nam – quốc gia « điểm nóng » là sự lựa chọn thích hợp, « một kênh quan trọng giúp Liên Xô có thể thâm nhập vào Đông Nam Á, cô lập, ngăn chặn chiến lược mở rộng ảnh hưởng của Trung Quốc, không rơi vào thế yếu một khi Trung Quốc hòa hoãn với Hoa Kỳ »[2]. Chuyến thăm của Đoàn đại biểu Liên bang CHXHCN Xô-viết do Chủ tịch Hội đồng Bộ trưởng Liên Xô A.N. Kosygin dẫn đầu đến Việt Nam vào tháng 2-1965 là dấu mốc quan trọng, mở ra bước ngoặt trong quan hệ Việt – Xô với cam kết giúp đỡ toàn diện, cung cấp vũ khí củng cố khả năng phòng thủ của Việt Nam, chống lại sự tấn công bằng không lực của Mỹ. Đó là lựa chọn – như phân tích của Cục tình báo Trung ương Hoa Kỳ, « đảm bảo cho sự có mặt và ảnh hưởng lâu dài của Liên Xô ở Việt Nam (…). Đó cũng là cách Liên Xô giúp đỡ Việt Nam cộng sản chiến thắng – một chiến thắng không gắn với và khuyếch trương uy tín, thanh thế của Trung Quốc »[3].

Lire la suite : Van Hoa Nghe An, 13/02/2014.

  • Dernière parution : Nguyễn Thị Mai Hoa, Các nước xã hội chủ nghĩa ủng hộ Việt Nam chống Mỹ, cứu nước, Hà Nội, Nxb. Chính trị quốc gia – Sự thật, 2013.