Archives par mot-clé : répression

4 juin 1989 : Il y a 30 ans Tiananmen

[ndlr] Il y a trente ans le 4 juin 2019, les chars de l’armée populaire chinoise répriment dans le sang le mouvement démocratique étudiant. Rappel vidéographique sur cet événement clé de l’histoire de la Chine contemporaine. Une mémoire consciencieusement effacée par le pouvoir en place. Mais le « printemps de Pékin » est désormais inscrit dans l’histoire mondiale.

Tiananmen, l’événement que la Chine veut effacer

À l’occasion des 30 ans de Tian’anmen, le journaliste Pierre Haski signe un portrait documentaire de Liu Xiaobo, l’un des plus grands dissidents chinois, et revient sur ce tournant dramatique et majeur de l’histoire du pays.

30 ans après, « L’homme de Tiananmen » reste encore une énigme

A l’occasion des 30 ans des évènements de Tiananmen, nous avons demandé à l’une des figures de cette révolte, l’écrivain et poète chinois Liao Yiwu – condamné à quatre ans de bagne pour avoir écrit un poème qui dénonçait le massacre du 4 juin 1989 – qui était l’homme de Tiananmen, celui qui s’est dressé devant les chars de l’armée chinoise, devenant à lui seul, le symbole de la lutte pour la liberté.

Thảm sát Thiên An Môn: Quan điểm của một người lính

Ngày 4 tháng 6 đánh dấu 30 năm vụ thảm sát Thiên An Môn, một cuộc đàn áp đẫm máu một phong trào dân chủ đã bị xóa khỏi lịch sử ở Trung Quốc, nhưng vẫn được nhớ đến bởi những người đã chứng kiến sự hỗn loạn tại Bắc Kinh. Khởi đầu chỉ là một cuộc tập họp tự phát của một nhóm sinh viên tương đối nhỏ vào ngày 15 tháng 4 năm 1989, nhưng đã biến thành một cuộc tụ tập của hơn 1 triệu người vào ngày 20 tháng 5, khi những công dân bình thường kéo đến để bày tỏ sự ủng hộ của họ đối với những người biểu tình. Chính phủ Trung Quốc gọi cuộc biểu tình là « cuộc nổi dậy phản cách mạng », và đã tuyên bố thiết quân luật vào ngày 20 tháng 5, đồng thời huy động hơn 200.000 quân tại thủ đô. Trong số đó có ông Lý Hiểu Minh, một cựu quân nhân của Quân đội Giải phóng Nhân dân. Ông Lý Hiểu Minh cho biết tuy ông đã không có bắn một phát súng nào, nhưng ông vẫn mang cảm giác tội lỗi đối với cái chết của các sinh viên và thường dân khi những chiếc xe tăng tiến vào Quảng trường Thiên An Môn vào ngày 4/6. (Chaîne YouTube du Viêt Tân)

Di sản VNCH: Khi nền văn minh đã thắng ‘chế độ man rợ’ (VOA)

A l’occasion du 44e anniversaire de la chute de Saigon et de la fin de la République du Viêt-Nam, le journaliste Mạnh Kim analyse le choc culturel entre le nord communiste vainqueur et le sud vaincu militairement mais culturellement résilient.

Những ai sống ở miền Nam giai đoạn sau 30-4-1975 không thể nào quên những gì từng trải qua. Đó là những chuỗi ngày không chỉ khốn khổ về vật chất. Biết bao người không thể cầm được nước mắt khi chứng kiến cảnh hàng đống sách vở và băng đĩa nhạc bị đốt. Một cuộc thảm sát văn hóa đã xảy ra. Không chỉ sản phẩm văn hóa, con người của văn hóa cũng bị tận diệt. Nhà văn bị bỏ tù. Nhà báo bị “học tập cải tạo”. Nhà thơ đi đạp xích lô… Bất luận bị “tra tấn” và “truy diệt” tàn bạo như vậy, văn hóa VNCH vẫn không chết!

Lire la suite : VOA, 27/04/2019.

Image « à la une » : le drapeau de la République du Viêt-Nam flottant sur une colline du pays © Facebook Hong Thai Hoang / Source : Calitoday 2016

RSF : Nguyen Phu Trong, prédateur de la liberté de la presse (175/180)

[ndlr] La République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) se retrouve encore mal classée cette année dans la palmarès annuel de RSF sur la question de la liberté de la presse (175e sur 180 pays). Au moins 15 journalistes et blogueurs sont emprisonnés dans ce pays. Malgré une presse florissante de plusieurs centaines de titres, le pouvoir politique exerce un contrôle drastique sur l’information. Les journalistes ont été, le 25 octobre 2016, accusés de « dérives pro-démocratiques » par M. Trương Minh Tuấn, le Ministre de l’information et des médias du gouvernement de la RSVN. La crainte d’une « auto-évolution » (“tự diễn biến”) et d’une « auto-transformation » (“tự chuyển hóa”) en cours justifie pour le pouvoir cette menace directe et explicite à l’encontre des médias.

Voir en ligne sur l’organe officiel du PCV :

vietnam_nguyenphutrong_predateur2016_rsfSource : RSF

Nguyễn Quang Duy : Tổng thống Ngô Đình Diệm: Độc tài hay nhân trị? [BBC]

[ndlr] Le rôle de Ngô Dinh Diêm entre construction d’un Etat vietnamien moderne non-communiste et dictature/népotisme politique continue de faire couler l’encre sur la toile.

Tổng thống Ngô Đình Diệm là người có công sáng lập Việt Nam Cộng Hòa, công định cư hàng triệu người Bắc di cư, công đưa miền Nam từ chiến tranh sang một thời kỳ vàng son nhất trong lịch sử cận đại, công xây dựng nền tảng kinh tế, giáo dục, văn hóa, xã hội cho miền Nam tự do.

Bên cạnh đó không ít người cho rằng ông Diệm độc tài, gia đình trị và đàn áp Phật giáo. Bài viết nhìn vào hoàn cảnh chính trị nhận định, phân tích, làm rõ vấn đề, để rút ra bài học.

Lire la suite : BBC Vietnamese, 02/11/2016.

★ ★ ★

 

  • Pour en savoir plus sur l’histoire de la Première République (1955-1963), voir l’ouvrage d’Edward Miller traduit en vietnamien : « Sách mới về số phận Việt Nam cộng hòa ».

TTO – Một công trình quan trọng của vị giáo sư lịch sử người Mỹ Edward Miller vừa được dịch và ấn hành tại Việt Nam nhân dịp 30-4 năm nay.

Source : Tuoi Tre, 30/04/2016.

 

Image « à la une » : Ông Ngô Đình Diệm, tổng thống đầu tiên của Việt Nam Cộng hòa, xuất hiện tại một hội chợ ở Sài Gòn năm 1957 © Keystone/Getty Images

Répression d’une manifestation contre la pollution à Ninh Hòa, province de Khánh Hòa

[ndlr] Matinée du 12 août 2016, commune de Ninh Hoa, province de Khanh Hoa : répression d’une manifestation contre le projet de construction d’une usine de traitement de déchets dangereux. Séquences vidéographiques.

KHÁNH HÒA (CTM Media) – Người dân xã Ninh Hòa bảo vệ môi trường, phản đối nhà máy môi trường Khánh Hòa xây dựng nhà máy xử lý chất thải độc hại gần khu dân cư hôm nay đã đụng dộ với công an khi lực lượng này đến đàn áp dân.

Được biết từ ngày 4/8 sau khi được tin nhà máy xử lý rác thải nguy hại của Công ty môi trường Khánh Hòa hoạt động trở lại, hàng trăm người dân thị xã Ninh Hòa, tỉnh Khánh Hòa đã bỏ việc, tập trung đón chặn xe chở rác thải độc hại gây ô nhiễm đến đỏ tại đây. Theo người dân địa phương, hiện có 5 nguồn thải lớn nơi dân chúng sinh sống nên đã ô nhiễm rất nặng nề như các chất thải khác như nghĩa địa Ninh An, bãi rác Hòn Rọ, nhà máy trộn bêtông của Công ty Việt Đức và rất nhiều nhà máy khác, nay lại thêm nhà máy này nữa nên người dân lo ngại ở đây rồ sẽ “thành thành làng ung thư” nệ đứng ra tự bảo vệ.

Nguồn video Fb Nguyễn Chi Sương và Lê Khôi TV.

Source : CTM Media

Troisième manifestation pour l’environnement au Viêt-Nam : poisson pourri

La troisième journée de manifestation pour la protection de l’environnement au Viêt-Nam s’est déroulée à Hanoi, Ho Chi Minh-Ville, Vung Tau, Hai Phong, Hai Duong… et dans la province de Nghe An le dimanche 15 mai 2016. Pour éviter la publicité autour de ce mouvement citoyen, les forces de Sécurité ont, comme d’habitude, institué la censure médiatique sur les réseaux officiels et tentent d’organiser le black-out des images et des idées sur les réseaux sociaux. Cette répression intervient à quelques jours de la visite officielle de Barack Obama (23-25 mai) lors de laquelle le gouvernement de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) craint un regain de protestations citoyennes.

Sale temps pour les manifestants. La Sécurité publique a mis cette fois-ci en place un nouveau système pour endiguer le mouvement. Les arrestations préventives et des assignations à résidence ont été la règle pour enrayer le bon fonctionnement des rassemblements. Le centre-ville, particulièrement surveillé, a fait l’objet d’un important quadrillage policier et l’avenue Nguyen Hue a été interdite de passage pour travaux de maintenance. Quelques rares images vidéos ont néanmoins pu témoigner de cette entrave au droit de manifester.

Départ de la manifestation dans le Parc 23/9 à Saigon.

Entraves au droit de manifester

Les forces de sécurité ont réussi à empêcher les gens de rejoindre les points de rassemblement désignés dans la capitale et à Ho Chi Minh-Ville. Seuls quelques petits groupes de manifestants ont fait de brèves apparitions et des protestataires ont mené des sit-in symboliques chez eux. Un certain nombre de manifestants ont été arrêtés, comme le blogueur Huỳnh Ngọc Chênh qui, courageusement, s’est assis au milieu de l’avenue Nguyen Hue en brandissant une pancarte. La performance de cet « Homme seul » a pris fin lorsque trois policiers en civil sont venus le déloger.

Ceux qui sont familiers des réseaux sociaux ont pu constater que les réseaux Facebook et Instagram ont été bloqués un temps pour éviter l’envoi de témoignages vidéographiques sur la toile et autres compte-rendus photographiques de ces événements. A Hanoi, selon la tactique habituelle, des groupes de manifestants ont été forcés de monter dans des cars de tourisme pour une garde à vue de quelques heures avant d’être relâchés. A Saigon, la même opération s’est déroulée à proximité du point des différents points de rassemblement (voir à ce sujet le reportage détaillé de Do Son).

Arrestations à Saigon dans le parc 23/9 (source Dân Làm Báo).

Fait à noter, l’épicentre des manifestations s’est déplacé ce dimanche dans la province du Nghệ An dans le centre du pays. Organisée par les Catholiques, une grande manifestation a rassemblé des centaines de participants à Vinh. Une longue file de marcheurs a pu ainsi défiler pacifiquement autour de larges banderoles lettres blanches sur fond bleu azur avec en tête de cortège les prêtres Têphano Trần Đình Tề et JB Nguyễn Đình Thục du diocèse de Vinh.

Vinh_15-05-2016
Le prêtre JB Nguyễn Đình Thục et les fidèles de la paroisse de Vinh manifestants pour la protection de l’environnement le 15 mai 2016 © DR

Cette démonstration de force de la communauté catholique précisément dans cette province n’est pas sans rappeler les différents mouvements protestataires contre l’État colonial puis contre l’État-Parti qui se sont déroulés dans le Nghệ An, « chaudron historique de la révolution ».

Le Viêt Tân en embuscade ?

La communication de la RSVN sur ces événements ne s’est pas fait attendre. Dans la presse officielle, notamment le journal Tuoi Tre [Jeunesse] et Le Courrier du Vietnam, les autorités communistes accusent le parti pro-démocratique Viêt Tân, interdit à l’intérieur du pays, d’avoir créé les conditions pour qu’il y ait des troubles lors des manifestations précédentes des 1er et 8 mai. Cette accusation a été immédiatement récusée par Hoang Tu Duy, le porte parole du groupe pro-démocratique, sur la chaîne vietnamienne de la BBC. S’il admet soutenir ce genre d’initiatives citoyennes pacifiques réaffirmant que le droit de manifester pacifiquement est un des droits fondamentaux de l’homme, il rejette toute accusation de violences. Du côté du pouvoir, ce type de diffamation n’est pas nouveau et offre en réalité un joli coup de publicité sur les actions de ce parti à l’intérieur du pays. Selon le journaliste Huy Duc, en diabolisant ainsi le Viêt Tân, le pouvoir en place confère à ce mouvement une importance démesurée.

Sous prétexte de «protection de l’environnement», les rassemblements illégaux ont perturbé les affaires de nombre de familles commerçantes sises dans le centre de la mégapole économique du Sud, entravé la circulation, provoqué des troubles à l’ordre public.

Les fauteurs ont même distribué de l’eau, du pain, de l’argent aux participants. Lors du rassemblement du 8 mai, certains sont munis des bombes lacrymogènes. Au moins, quatre jeunes volontaires [les hommes casqués en uniforme vert] chargés du maintien de l’ordre ont été blessés, a fait savoir la police municipale.

Ils ont utilisé les réseaux sociaux pour appeler à la recherche d’adresses des policiers et des jeunes d’avant-garde participant au maintien de l’ordre dans le but de les intimider et menacer, et promis une prime à chaque acte d’intimidation ou de menace. [Le courrier du Vietnam, 16/05/2016].

En réalité, ces accusations comme le démontrent de nombreux témoignages et vidéos postés sur les réseaux sociaux ne sont guère fondées. Par contre, les violences et les provocations issues d’un groupe remarqué par le port d’un anneau vert ou perpétrées par les forces de sécurité en uniforme (notamment les hommes casqués des TNXP) ne font pas de doute ; tout comme la volonté de la part du gouvernement de mettre un terme à ce mouvement d’opinion avant la venue de Barack Obama le 23 mai prochain.

Dans un reportage d’une dizaine de minutes diffusé sur la chaine VTV1 le discours officiel a proposé son scénario des événements. A partir d’extraits de textes subversifs postés sur Facebook et sur des sites d’organisations pro-démocratiques, le discours officiel met en scène une « révolution des poissons » (cách mạng cá) qui serait fomentée par les « forces réactionnaires » à l’extérieur du pays. L’amalgame est vite établi entre des billets sur la toile appelant à la fabrication de cocktails Molotov et les activistes pro-démocratie très connus des réseaux sociaux. Il s’agit d’incriminer le mouvement protestataire dans son ensemble afin de lui retirer toute crédibilité : c’est cousu de fil banc. Plusieurs personnalités de la société civile sont mises en avant, assimilées à de supposés dangereux terroristes. On peut ainsi distinguer sur le reportage les figures connues suivantes : les intellectuels et chercheurs Nguyen Quang A, Nguyen Hue Chi, le poète Hoang Hung, le blogueur Nguyen Xuan Dien, le musicien Ta Tri Hai, l’activiste social Nguyen Lan Thang…

La chose serait risible s’il ne s’agissait pas de mettre en danger physiquement cette poignée d’empêcheurs de tourner en rond, tous très pacifiques et déterminés dans leur combat pour un Viêt-Nam démocratique. Visiblement la crainte d’une récupération de la contestation par une organisation structurée bénéficiant de soutiens extérieurs taraude l’État-Parti. C’est en sens que le Viêt Tân peut paraître en embuscade et c’est d’ailleurs son rôle, revendiqué en tant que mouvement d’opposition au totalitarisme : « Nous sommes convaincus que les actions non-violentes sont le meilleur moyen de générer le maximum de participation civique » rappelle la présentation du parti sur son site officiel. Peut-on lui reprocher ?


Arrestations à Hanoi le 15 mai 2016

Code couleur : place au bleu azur

Depuis dix ans, le Viêt Tân, taxé d’organisation terroriste (au regard de son passé trouble dans la résistance armée anticommuniste dans la décennie 1980-90), a réussi à créer des cellules de sympathisants notamment dans la communauté catholique. A leur risque et péril, des dissidents notoires n’ont pas caché leur appartenance à l’organisation ou affiché leur sympathie. Des associations de la société civile comme l’Association des Jeunes Démocrates (Hội Anh Em Dân Chủ) ou le réseau Voice (Vietnamese Overseas Initiative for Conscience Empowerment) se sont positionnés aux côtés du mouvement d’opposition.

Protest_Hanoi_15-05-2016
Jeunes manifestants à Hanoi le 15 mai 2016 © DR

Plusieurs actions d’éclats pacifiques ont été menées dans le pays par le Viêt Tân notamment en 2007 en plein cœur de Hanoi pour dénoncer le danger impérialiste chinois. Les codes couleurs véhiculés par le Viêt Tân sont de plus en plus visibles dans les banderoles antichinoises ou antigouvernementales. Le bleu azur s’impose partout contre le rouge vermillon des affichages officiels.

Le blogueur catholique JB Nguyen Huu Vinh s’interroge sur la fixation du pouvoir sur l’organisation Viêt Tân dont le siège social est aux États-Unis. Son article intitulé « Tout d’un coup, le multipartisme au Viêt-Nam« , posté sur sa page Facebook le 16 mai, il ironise sur l’image du Viêt Tân que renvoient les autorités communistes : une organisation patriotique capable de mobiliser des milliers de compatriotes pour défendre les intérêts du peuple et se tenant aux côtés du peuple, répondant aux aspirations du peuple.

« Ainsi, les médias d’État ont dépeint le Viêt Tân comme un puissant parti politique présent au Viêt Nam et disposant partout de milliers de partisans. Qui oserait dire ainsi que le Viêt-Nam est encore un régime totalitaire ? Désormais, le Viêt-Nam a adopté le multipartisme, c’est tout ! Peut-être que le Viêt Tân, de la lointaine Amérique, devrait remercier les service de la propagande de l’État de la RSVN » [JB Nguyen Huu Vinh].

* * *

Pour cette fois-ci la technique répressive du pouvoir communiste a porté ses fruits. L’information a été sérieusement contrôlée. Un contre-discours anti-Viêt Tân a été abondamment servi et diffusé, les réseaux sociaux ont été bloqués et de nombreuses personnes, coincées chez elles, n’ont pu manifester tandis que d’autres ont été arrêtées puis relâchées. Les images de la violence d’État n’ont pu être diffusées sur la toile et la répression continue dans l’ombre. Sans réponse officielle, il plane une odeur de poisson pourri sur l’affaire des eaux empoisonnées du Centre du pays.

Le mouvement citoyen né des questions environnementales et géopolitiques devra tirer les leçons de sa relative impuissance publique et continuer d’inventer d’autres formes de lutte pour faire entendre sa voix. Le pouvoir communiste peut compter sur le Viêt Tân et les autres organisations politiques et/ou issues de la société civile pour relever le défi.

FG, MàJ 30/05/2016

Pour en savoir plus :

Lire le compte-rendu détaillé des événements à Ho Chi Minh-Ville par Do Son : « Decisive state repression? An account of ‘Hit the streets for the environment week 3 ».

Seconde manifestation pour l’environnement au Viêt-Nam : un 8 mai répressif

Le 8 mai 2016, une seconde manifestation pour l’environnement au Viêt-Nam [xuống đường vì môi trường] s’est déroulée au Viêt-Nam : à Ho Chi Minh-Ville, Hanoi ou Nha Trang. La population demande des éclaircissements sur l’affaire de la pollution industrielle qui a engendré des tonnes de poissons morts sur les côtes de quatre provinces vietnamiennes.

Lors de ce « second round », la répression a été plus forte : des dizaines de manifestants ont été arrêtés et des violences policières on été rapportées. En particulier, à Ho Chi Minh-Ville, l’intervention d’une bande mafieuse dénommée « les chiens aux anneaux verts » a secondé la Sécurité publique dans sa confrontation avec les manifestants. Selon des internautes, photos à l’appui, ces hommes en civil utilisés pour créer des violences portent un anneau en plastique vert sur leur doigt.

La répression a été principalement menée par des hommes casqués en uniformes verts issus des troupes des Jeunesses de choc (ou TNXP, fondées pendant la guerre du Viêt-Nam et autrefois assignées à la logistique de guerre). L’avocat dissident Phạm Công Út a appelé à mener une action en justice contre cette unité spéciale issue des Jeunes Volontaires. Ces jeunes recrues sont habituellement chargées de la protection des touristes dans le centre-ville et mobilisées pour fluidifier la circulation aux heures de pointe. Pour témoigner des exactions de ces forces supplétives, de nombreux manifestants ont pris des photos ou filmé à l’aide de leur portables les violences qui ont émaillées le cortège pacifique.

Ces événements relancent une fois de plus la question de la loi sur le droit de manifester, l’étendue de ce droit et sa gestion par l’État-Parti. Dans un entretien avec la BBC, le député Dương Trung Quốc a souligné l’ambiguïté du droit actuel qui relève plus de la gestion de la protection de l’État-Parti que du droit des citoyens. Malgré la volonté de légiférer sur ce droit, l’équilibre entre droits des citoyens et autoprotection d’un État craignant la subversion politique semble difficile à trouver.

En guise de réponse aux demandes de transparence sur la pollution des côtes, via la télévision officielle VTV, le gouvernement a lancé cette semaine (du 9 mai au 12 mai) une opération d’envergure dénommée « Nous devons nettoyer la mer » [?!] (Hãy làm sạch biển) mobilisant quelques 4000 jeunes pour nettoyer les côtes investies par des poissons morts dans quatre provinces du centre du pays : Hà Tĩnh, Quảng Bĩnh, Quảng Trị, Thừa Thiên Huế).

Étend donné l’ampleur de la pollution et de son impact sur l’économie de la pêche dans tout le pays, le nouveau gouvernement joue sa crédibilité dans cette première crise environnementale qu’il se doit de résoudre. A défaut d’une réponse appropriée, transparente et mesurée le gouvernement donnerait du crédit à l’hypothèse du professeur Lê Viết Khuyến sur une possible volonté délibérée de saborder l’économie maritime vietnamienne à travers une « guerre géophysique » (chiến tranh địa vật lý).

On comprend à demi-mot qu’il pourrait y avoir un lien entre cette affaire de pollution et les problèmes récurrents rencontrés par la RSVN en Mer de Chine méridionale. Ainsi, en touchant l’intérêt national, une grande partie de l’économie du Viêt-Nam étant tournée vers la pêche, l’affaire pourrait prendre, à l’avenir, un tour beaucoup plus politique.

FG, MàJ 09/05/2016.

Aperçus vidéographiques et compte-rendus en ligne :


Deux policiers en civil arrêtant et frappant au visage un manifestant.


Hommes de main : arrestation musclée d’un manifestant qui tente de fuir et protestation de la foule suivie par l’agression contre un autre manifestant (peu après embarqué manu-militari).

Près de la Cathédrale de Saigon, protestation de manifestantes contre la violence exercée sur une femme et son enfant.

Un manifestant délivré des mains des forces de Sécurité par d’autres manifestants.


Arrestations de manifestants par les forces de la Sécurité publique (ici l’unité spéciale des Jeunes Volontaires). Des manifestants sont isolés, frappés et embarqués de force par des policiers en civils et des hommes de main dans des cars de tourisme.


Idem. Une technique répétée à chaque manifestation.


Ici, une première voiture noire aux vitres teintées s’arrête et un manifestant est embarqué de force à l’intérieur suivie d’une seconde voiture et d’un autre manifestant.


Cars de tourisme réquisitionnés par la Sécurité publique pour embarquer les manifestants dans les commissariats du secteur. Applaudissements et soutien solidaire des autres manifestants contre la répression.


Manifestation à Nha Trang.


Les supporters de l’équipe de football de Haiphong manifestent pour la sauvegarde des poissons : « Nous choisissons la mer, nous choisissons le poisson, nous aimons le foot ! ».

Image « à la une » : arrestation d’un manifestant par deux membres de l’unité anti-manifestation des Jeunesses de choc © Dân Làm Báo