Archives par mot-clé : relations interethniques

Johann Grémont : Maintenir l’ordre aux confins de l’Empire [parution]

[ndlr] Signalement de la publication de la thèse remaniée de Johann Grémont. Présentation de l’éditeur.

Réf. : Johann Grémont, Maintenir l’ordre aux confins de l’Empire. Pirates, trafiquants et rebelles entre Chine et Viêt Nam 1895-1940, Paris : Maisonneuve et Larose nouvelle édition, coll. « Asie en perspective », 2018.

La collection Asie en perspective est dirigée par Eric Guerassimoff et Emmanuel Poisson.

Des manuels de géographie aux planisphères de l’École de la République, l’Indochine coloniale affiche sur des aplats rassurants une autorité dont les contours clairement définis s’appliquent de manière uniforme sur l’ensemble du territoire. En réalité l’affirmation de la France sur les confins du Tonkin à partir des années 1880 fut le fruit d’une entreprise diplomatico-militaire délicate et de longue haleine dans un environnement troublé.

Depuis la moitié du XIXe siècle, la région frontalière bordant le Céleste empire échappe à l’autorité nominale de la cour de Huế qui s’appuyait traditionnellement sur les gardiens traditionnels des marches issus des grands lignages autochtones pour garantir une stabilité mise à mal sous la pression des bandes chinoises. L’autorité des empereurs Nguyễn s’efface au profit de l’ordre colonial, nouveau garant de la paix et de la stabilité sur la frontière sino-vietnamienne.

Épaulés par leurs partisans, les officiers français, basés dans un chapelet de postes, luttent en collaboration avec leurs homologues situés du côté chinois contre toutes les formes de crimes se jouant de la frontière. C’est cette histoire du maintien de l’ordre sur les confins de l’Empire par les autorités coloniales qui est l’objet de ce livre. Fruit d’une thèse de doctorat, il vise à restituer l’architecture destinée à préserver l’ordre public sur la frontière sino-vietnamienne, cerner le dynamisme des illégalismes transfrontaliers, du banditisme aux trafics en passant par les rébellions, et étudier la manière dont les pouvoirs publics tentent d’apporter une réponse à cette criminalité bordant la région frontalière.

L’auteur : Enseignant de formation, Johann Grémont  a vécu et travaillé au Vietnam dans le cadre de la coopération décentralisée. Désormais attaché d’administration centrale, il poursuit ses recherches autour de la frontière et du maintien de l’ordre dans les colonies à la confluence de l’histoire culturelle et quantitative.

Source : Hémisphère éditions

Image « à la une » : Pirates chinois venus en parlementaires à Bao-Ha, tiré de Léon-Xavier Girod, Dix Ans de Haut-Tonkin, édité chez Alfred Mame & fils à Tours, 1899.

Omer Bartov et Eric D. Weitz : Shatterzone of Empires [séminaire ENS de Lyon]

[ndlr] Annonce de séminaire.

Séminaire

« L’ordinaire de la guerre. Guerres et violences extrêmes sous le regard des sciences sociales”

ENS de Lyon

Bartov&Weitz_ShatterzoneOfEmpire

André Loez et Sylvain Bertschy

présentation de l’ouvrage dirigé par Omer Bartov et Eric D. Weitz

Shatterzone of Empires

Coexistence and Violence in the German, Habsburg, Russian, and Ottoman Borderlands

(Presses de l’université d’Indiana, 2013)

Mardi 13 mai 2014

de 14h à 17h, en salle F001.

 

Shatterzone of Empires is a comprehensive analysis of interethnic relations, coexistence, and violence in Europe’s eastern borderlands over the past two centuries. In this vast territory, extending from the Baltic to the Black Sea, four major empires with ethnically and religiously diverse populations encountered each other along often changing and contested borders. Examining this geographically widespread, multicultural region at several levels—local, national, transnational, and empire—and through multiple approaches—social, cultural, political, and economic—this volume offers informed and dispassionate analyses of how the many populations of these borderlands managed to coexist in a previous era and how and why the areas eventually descended into violence. An understanding of this specific region will help readers grasp the preconditions of interethnic coexistence and the causes of ethnic violence and war in many of the world’s other borderlands both past and present.

Omer Bartov is the John P. Birkelund Distinguished Professor of European History at Brown University. His books include Erased: Vanishing Traces of Jewish Galicia in Present-Day Ukraine and Mirrors of Destruction: War, Genocide, and Modern Identity.

Eric D. Weitz is Dean of Humanities and the Arts and Professor of History at City College, City University of New York. His books include A Century of Genocide: Utopias of Race and Nation and Weimar Germany: Promise and Tragedy.

 

Pour en savoir plus sur cet ouvrage :