Archives par mot-clé : relations diplomatiques

Pierre Journoud : France-Vietnam – Entre héritages de l’histoire et quête d’un nouveau souffle

[ndlr] Longue tribune de notre collègue Pierre Journoud sur les relations franco-vietnamiennes et leur devenir. Publiée avec l’autorisation de l’auteur que nous remercions.

 

France-Vietnam : Entre héritages de l’histoire et quête d’un nouveau souffle

 

Le président de la République effectuera une visite d’état au Vietnam, les 6 et 7 septembre, aussitôt après sa participation au Sommet du G20 réuni pour la première fois en Chine. Voilà douze ans qu’un président français ne s’était pas rendu dans ce pays engagé depuis une trentaine d’années dans un processus d’ouverture internationale et de réformes structurelles (le Doi Moi) qui en a modifié partiellement, mais en profondeur, le visage. Après la visite historique de François Mitterrand, venu en 1993 y « clore un chapitre pour en ouvrir un nouveau », Jacques Chirac, mû par une forte appétence pour les grandes et vieilles civilisations asiatiques, n’avait pas négligé l’Asie du Sud-Est et encore moins le Vietnam. Il était même allé à deux reprises à la rencontre des Vietnamiens : en 1997, à l’occasion du 7Sommet de la Francophonie, puis en 2004, lors du 15e Sommet de l’ASEM (Asia-Europe Meeting), deux grandes rencontres multilatérales accueillies pour la première fois au Vietnam par des autorités plus que jamais désireuses de conforter leur intégration régionale et internationale, après des décennies de guerre et de relatif isolement vis-à-vis du monde non communiste.

De Jacques Chirac à François Hollande : l’effacement du passé comme contrainte politique

En 2004, précisément, le passé était encore présent. Il fallait solder le cinquantenaire de la bataille de Dien Bien Phu et des accords de Genève qui avaient mis fin à la « guerre d’Indochine », accorder – pour la première fois au niveau du président de la République, grâce à l’action de l’Association nationale des combattants de Dien Bien Phu, dissoute peu après – l’hommage de la nation aux anciens combattants, et accompagner les colloques des historiens contemporanéistes qui s’étaient engagés, eux aussi de façon inédite, dans une fructueuse coopération scientifique. Ce temps fort, à l’évidence le dernier en présence d’un si grand nombre de témoins, fut dominé par un esprit de compréhension, de respect et de dignité. Le passé s’était aussi invité par effraction : aux yeux des Vietnamiens et de leurs voisins chinois, la diplomatie française venait de se distinguer, en 2003, en renonçant à suivre les États-Unis de George W. Bush dans leur imprudente aventure irakienne. Cette posture de défiance à l’égard de l’« hyperpuissance » américaine avait alors fait resurgir le souvenir de l’opposition vibrante du général de Gaulle à l’engagement militaire massif des États-Unis au Vietnam et en Asie du Sud-Est dans les années 1960 même si, en 2004, l’intérêt de Hanoi, alors candidat à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), lui commandait de mettre en sourdine ses récriminations diplomatiques à l’encontre de l’ancien adversaire américain. Dans la plus pure tradition gaullienne et plus offensif que jamais dans sa lutte pour le respect de la diversité culturelle, Jacques Chirac avait aussi, devant les étudiants rencontrés à l’Espace culturel français lors de sa seconde visite à Hanoi, fustigé l’hégémonie de la langue anglaise en l’accusant de « rétrécir la pensée » et de conduire à une « sous-culture générale » : « Dans un monde où il n’y aurait qu’une seule langue, avait-il averti, tout le reste disparaîtrait. Ce serait une catastrophe écologique. » La promotion de la francophonie se distinguant difficilement de celle des Droits de l’Homme, il avait remis discrètement à ses hôtes vietnamiens, comme son prédécesseur en 1993, une liste de prisonniers politiques à libérer – et dont certains le furent effectivement.

François Hollande n’aura pas à supporter le (sur)poids du passé. Sans doute, ses discours seront-ils émaillés de quelques formules convenues sur les « liens indéfectibles hérités de l’histoire » et la « proximité entre nos deux peuples ». Mais, les Vietnamiens sont jeunes, très jeunes : 65% des 90 millions d’habitants sont nés après 1980, plus de la moitié ont moins de 30 ans, et un quart environ, moins de 15 ans. Cette histoire ne leur parle plus. Même leurs dirigeants ne sont plus assez vieux pour avoir vécu, adultes, la colonisation et son dénouement. Né en 1944, Nguyen Phu Truong, secrétaire général du parti communiste, est le plus âgé des quatre plus importants membres du Bureau politique… Le réalisme politique, parfois non dénué de cynisme, l’emporte sur le facteur idéologique. Sans doute, François Hollande rappellera-t-il aussi aux dirigeants de l’État-parti vietnamien l’importance du respect des Droits de l’Homme, pour les inciter à octroyer de véritables libertés d’expression et de réunion publiques à une société civile embryonnaire encore privée de toute capacité d’opposition politique. Personne ne s’attend toutefois à des avancées décisives et encore moins rapides dans ce domaine, au moins tant que l’État-parti peut conforter par ses succès économiques une légitimité historiquement tirée de ses victoires politico-militaires contre le colonisateur et ceux qui lui ont succédé. En France non plus, l’Indochine n’est plus un sujet de polémique. Les « anciens d’Indo » sont de moins en moins nombreux et ne constituent plus un lobby à proprement parler, à supposer qu’ils l’aient été auparavant. Avec Bigeard, leurs derniers hérauts ont disparu. Au-delà des vétérans, la perception globale des derniers régimes communistes de l’histoire a profondément évolué. Ni la Chine ni le Vietnam ne sont plus appréhendés avec les lunettes déformantes qui les avaient fait passer, auprès d’une partie de nos élites, d’un statut idéalisé au rang de paria. Le communisme, la colonisation indochinoise, la guerre, Dien Bien Phu, n’intéressent plus guère, à première vue, qu’une poignée d’historiens et de diplomates, d’écrivains, de réalisateurs et de cinéastes, stimulés par les bataillons un peu plus nombreux d’amateurs d’histoire politique, coloniale et militaire – souvent les mêmes. Aussi, les dirigeants français seraient-ils fondés, aujourd’hui, à faire de ce passé table rase.

La prégnance de l’imaginaire colonial

À bien y regarder, pourtant, le passé n’est pas mort. Il pèse encore, d’une façon moins conscientisée, sur la relation franco-vietnamienne.

Relativement nombreux sont encore les Français qui entretiennent le souvenir de cette page d’histoire commune, par leurs origines vietnamiennes (au moins 300 000 Viet Kieu) ou des attaches familiales nées de la colonisation, par leurs voyages touristiques au Vietnam (211 636 en 2015 contre un peu plus de 130 000 une décennie auparavant), leurs activités professionnelles et/ou associatives… Côté pile : le romantisme suscité par le processus d’interpénétration de deux vieilles civilisations, corps et esprits, et tout ce qui a pu en surgir de constructif, fructueux et durable. Côté face : la gravité des malentendus, la cruauté de la guerre, le fiel de la défaite et l’humiliation de l’abandon des « populations amies ». Confisquée par les idéologues de tout bord et presque totalement éradiquée de l’enseignement, en France, au point de n’être plus enseignée que dans de rares établissements universitaires, cette histoire a été d’autant plus fantasmée que l’imaginaire collectif ne pouvait plus satisfaire sa soif qu’au contact d’une culture exotico-érotico-coloniale, aux reflets aussi envoûtants que déformants. Des sources littéraires et audiovisuelles sur l’Indochine ont en effet jailli des images communes mêlant confusément, par touches impressionnistes, amours métisses interdits et violentes embuscades de guérilla, vieilles pagodes boisées et églises en pierre flambant neuves, liasses de piastres et mystérieuses fumeries d’opium, vastes rizières au vert dense et petites plantations clairsemées d’hévéas, chapeaux coniques intemporels et modernes complets-vestons, larges villas coloniales et maisons traditionnelles étroites, Université indochinoise et Temple de la littérature, Alexandre de Rhodes et Nguyen Van Vinh, Victor Hugo et Nguyen Du [prononcer Zou]… La puissance de cet imaginaire est telle, à propos du Vietnam, qu’il est encore difficile, aujourd’hui, de s’en extraire totalement. Ne trahirait-elle pas une part de notre histoire et de notre identité collectives, aussi sombre que lumineuse, de nos rêves accomplis et avortés, de nos combats gagnés et perdus, de notre innocence perdue puis reconquise ?

Un effort de démythification est pourtant nécessaire si l’on veut dégager une vision réaliste du bilan, des enjeux et des possibilités offertes au développement des relations franco-vietnamiennes. Deux écueils semblent devoir être évités.

Le mythe d’une relation privilégiée

L’erreur sans doute la plus fréquente, chez nous, est de se laisser convaincre que la France et le Vietnam sont liés entre eux par des liens privilégiés parce qu’hérités de l’histoire, et que, par la seule vertu du passé, ils se réserveraient l’un à l’autre une place de choix dans leur relation bilatérale. Certes, les Vietnamiens dans leur grande majorité, pragmatiques par nature et débarrassés du complexe du colonisé par leur retentissante victoire militaire sur le corps expéditionnaire français en 1954, ne veulent surtout retenir aujourd’hui que le versant positif des liens qui ont été forgés à l’épreuve de la colonisation. De l’école Française d’Extrême-Orient à l’Institut océanographique de Nha Trang, d’Alexandre Yersin au chirurgien Pierre Huard, d’Alfred de Vigny à Françoise Sagan, de l’Opéra de Hanoi à l’hôtel de Ville (aujourd’hui siège du Comité populaire) de Saigon (devenu Ho Chi Minh-Ville), du pont Paul Doumer (devenu Long Bien) aux 1 700 kilomètres du Trans-indochinois (baptisé « la Réunification » en 1975 puis « le Renouveau » en 1989), de la route nationale (ex-coloniale) n°1 au vélo Peugeot et à la Citroën Traction Avant… tout ce qui les a enrichis, matériellement, intellectuellement et spirituellement, et qu’ils se plaisent à redécouvrir, tantôt avec nous, tantôt sans nous, est désormais considéré comme constitutif de leur patrimoine national. Croire néanmoins que nous sommes attendus, parce que Français, relève d’une illusion qui ne peut conduire qu’à de brutales déconvenues. Passe encore que cette méprise ait été nourrie par les acteurs de la « pacification » coloniale – peu d’Européens, imbus de leur « mission civilisatrice », échappaient alors au complexe de supériorité dominant. Mais, il est plus surprenant de la voir parfois se perpétuer aujourd’hui dans la communauté française, notamment au sein de milieux d’affaires pas toujours assez modestes ni attentifs aux besoins du consommateur final. Or, résolument engagé dans un processus d’insertion et de reconnaissance internationale depuis le tournant du Doi Moi, le Vietnam évolue d’abord et avant tout dans sa sphère d’influence traditionnelle, la péninsule indochinoise et l’Asie du sud-est, avec laquelle il a rétabli de multiples liens d’échanges, à l’échelle bilatérale comme dans le cadre régional de l’ASEAN, l’Association des Nations d’Asie du Sud-Est. Au-delà de ce premier cercle, il a démultiplié le nombre de ses relations diplomatiques avec les états étrangers (de 57, en 1986, à 169 au début des années 2000) tout en intensifiant son rapprochement avec les pays qui, à l’instar des États-Unis ou du Japon, pouvaient l’aider à contenir les ambitions jugées excessives et inquiétantes de son immense, dynamique et incontournable voisin, la Chine populaire. Dans cette reconfiguration post-guerre froide, la France n’est aucunement privilégiée par rapport à ses concurrents asiatiques et même européens. Elle ne l’a d’ailleurs jamais été depuis la fin de la période coloniale, sauf entre 1954 et 1975 dans la République du (Sud-)Vietnam, ce prolongement du régime dont elle avait permis la naissance en pleine guerre d’Indochine pour contrebalancer l’État communiste fondé par Ho Chi Minh en 1945, avant d’être littéralement placé sous perfusion par les États-Unis pendant toute la durée de la guerre au Vietnam. Peut-être plus encore que les autres, les Français doivent faire leurs preuves, convaincre, persévérer, être attentifs aux attentes. S’il n’existe, a priori, aucun lien privilégié entre la France et le Vietnam, il peut en naître, a posteriori, d’échanges réguliers et égaux, de coopérations durables et confiantes.

Le mythe d’une relation indifférente ou dépassée

La deuxième erreur consiste à penser, au contraire, que nos deux pays seraient devenus indifférents l’un à l’autre, séparés par une guerre, 10 000 km, un régime politique et soixante dix ans d’histoire. En réalité, jamais depuis la fin de la guerre d’Indochine, Paris et Hanoi ne se sont tourné le dos, malgré les vicissitudes de l’histoire et les divergences politico-idéologiques qui n’ont cessé d’être instrumentalisées par tous ceux qui, en France comme au Vietnam, croyaient nécessaire d’aggraver le fossé entre les anciens ennemis.

Dès 1954, après plus de huit années de guerre, près de 100 000 morts dans les troupes de l’Union française et – selon les estimations – 500 000 morts parmi les civils et militaires vietnamiens, les Premiers ministres Pierre Mendès France et Pham Van Dong avaient audacieusement posé les premiers jalons d’une normalisation des relations sous la forme d’une amorce de coopération commerciale et culturelle, en prélude à une nécessaire réconciliation. Mais, la partition provisoire du pays à laquelle les accords de Genève avaient prévu un terme au bout de deux par voie d’élections générales qui n’eurent jamais lieu, conduisit Paris à privilégier la République du (Sud-)Vietnam, où se trouvaient l’essentiel de ses intérêts économiques, culturels et pour tout dire clientélistes, au détriment de la moitié septentrionale sous régime communiste, avec lequel s’accumulaient les difficultés de coexistence, en particulier dans les établissements français d’enseignement et de recherche que nous nous efforcions alors tant bien que mal de maintenir. Les pressions américano-sud-vietnamiennes achevèrent de dissiper rapidement ces velléités initiales. Dix ans plus tard, l’escalade et l’américanisation de la guerre au sud du Vietnam décidèrent le général de Gaulle, conscient des erreurs qui l’avaient conduit à privilégier l’option militaire en 1945, à répondre favorablement aux sollicitations exprimées par Ho Chi Minh et Pham Van Dong en faveur d’un rapprochement prudent mais volontariste avec l’ancien adversaire. Auréolé de son rôle dans la décolonisation africaine et libéré du fardeau algérien, de Gaulle nourrissait une stratégie de sortie de guerre dans la péninsule indochinoise – pour ne pas dire de guerre froide – que ne saurait résumer, à elle seule, la condamnation magistrale de l’aventurisme américain qu’il prononça dans le grand stade de Phnom Penh il y a très exactement 50 ans. Devant Norodom Sihanouk, ancien roi devenu chef de l’État du royaume du Cambodge, et des dizaines de milliers de Cambodgiens admiratifs, mais contre l’avis de bien des « experts » en stratégie, il alla jusqu’à prophétiser l’échec militaire de la plus grande puissance mondiale : « Eh bien ! La France considère que les combats qui ravagent l’Indochine n’apportent, par eux-mêmes et eux non plus, aucune issue. Suivant elle, s’il est invraisemblable que l’appareil guerrier américain vienne à être anéanti sur place, il n’y a, d’autre part, aucune chance pour que les peuples de l’Asie se soumettent à la loi de l’étranger venu de l’autre rive du Pacifique, quelles que puissent être ses intentions et si puissantes que soient ses armes. Bref, pour longue et dure que doive être l’épreuve, la France tient pour certain qu’elle n’aura pas de solution militaire. À moins que l’univers ne roule vers la catastrophe, seul un accord politique pourrait donc rétablir la paix… »

Sa politique était fondée sur un rééquilibrage des relations avec le monde communiste et neutraliste asiatique, un retrait programmé des troupes américaines seul à même d’éviter l’implication sino-soviétique et la généralisation du conflit, ainsi qu’une neutralisation du Vietnam sanctionnée par une conférence internationale à laquelle devait participer la Chine populaire, reconnue officiellement par Paris en 1964. La cohérence et la constance des positions et des initiatives gaulliennes aussi bien publiques que secrètes furent récompensées, en mai 1968, par le choix de Paris comme lieu des négociations officielles puis très vite secrètes entre les belligérants. En janvier 1973, la signature de l’accord de paix mit un terme à la phase américano-vietnamienne du conflit. Pendant toutes ces années d’intenses tractations entre les adversaires, la diplomatie française, aidée par quelques intermédiaires non officiels comme Raymond Aubrac, joua un rôle facilitateur discret, que les Vietnamiens ne manquèrent pas de saluer à l’issue des négociations. Pendant toutes ces années de guerre, marquées par une médiatisation sans précédent et sans retenue de l’hyper-violence, des dizaines de milliers de Français vibrèrent pour la résistance vietnamienne, l’intelligence de ses chefs, la résilience de la population, l’engagement des femmes. Avec une sincérité non dénuée d’une certaine naïveté sur un régime communiste qui, sous l’influence de l’aile radicale du parti, s’était discrètement enfoncé dans le totalitarisme, des milliers d’entre eux se mirent à militer contre la guerre, multiplier les initiatives humanitaires, nouer de courageuses coopérations scientifiques, fonder des structures associatives plus durables pour faire perdurer dans la paix les liens forgés à l’épreuve de la guerre. À travers cet engagement politique, humanitaire et humaniste très divers dans ses origines, ses modalités et ses soutiens politiques, les Français redécouvraient ainsi dans la péninsule indochinoise un horizon positif d’engagement et de coopération. Peut-être y trouvèrent-ils aussi cette parcelle généreuse de leur âme que la brutalité de la colonisation et l’incapacité à accepter une décolonisation pacifique avaient conduit à l’errance.

Après la guerre et la réunification du Vietnam sous l’égide du parti communiste, en 1975-76, les choix politiques, économiques et stratégiques désastreux de ce dernier auraient pu conduire à une rupture des relations franco-vietnamiennes, tant ils contrastaient avec le visage offert, et en partie fantasmé, pendant la guerre elle-même. Mais, l’attachement au sort de populations dramatiquement éprouvées l’emporta, sans distinction, qu’il s’agisse des 50 millions de Vietnamiens restés dans leur pays comme des centaines de milliers de Boat People qui le fuyaient alors par la mer et dont une partie fut généreusement accueillie en France. Tandis que les relations du Vietnam réunifié se dégradaient avec le « Kampuchéa démocratique » des Khmers rouges, et bientôt avec la Chine qui fit le choix cynique de défendre un régime génocidaire au Cambodge pour contenir un voisin vietnamien jusqu’alors allié mais devenu trop entreprenant, Paris et Hanoi surent aménager une transition vers la reprise d’une relation plus dense. Leurs efforts, marqués par des échanges de ministres et la reprise d’une coopération culturelle et technique, furent couronnés par la visite de Pham Van Dong à Paris, en 1977, et celle de Louis de Guiringaud à Hanoi, l’année suivante, la première d’un ministre des Affaires étrangères français depuis 1954. Le grand virage soviétique décidé par Hanoi au même moment, puis l’intervention militaire de son armée au Cambodge et la guerre-éclair avec la Chine, en 1979, ne purent empêcher longtemps la reprise des échanges ministériels entre nos deux pays et encore moins leur poursuite tout au long des années 1980 : Hanoi reçut les visites de Jean-Pierre Chevènement, ministre de la Recherche, Claude Cheysson, ministre des Relations extérieures, Jack Lang, ministre de la Culture, Alain Decaux, ministre de la Francophonie, et de bien d’autres encore. Alors que le Vietnam ressentait durement le double effet de sa politique de collectivisation et d’un embargo presque total de la « communauté internationale », la France, avec une poignée d’autres pays européens, maintint sa porte ouverte. Trois hypothèques qui pesaient sur la relation bilatérale furent alors levées : la première, à l’initiative du gouvernement de Jacques Chirac en 1986, permit de concrétiser le rapatriement trop longtemps différé des restes mortels de 27 000 soldats du Corps expéditionnaire français d’Indochine dans la nécropole de Fréjus, où débuta en 1988 la construction du Mémorial des guerres en Indochine inauguré par François Mitterrand à son retour du Vietnam, en 1993. Le gouvernement vietnamien prit, quant à lui, deux décisions majeures : la libéralisation de l’économie dans le cadre de la politique du Doi Moi officialisée en 1986, qui suscita rapidement l’intérêt des milieux d’affaires français ; et la libération, en 1987, de la quasi-totalité des anciens cadres et collaborateurs sud-vietnamiens maintenus en camp de rééducation depuis 1975, permettant ainsi une reprise du dialogue politique franco-vietnamien.

Renouant avec l’héritage de son ancien adversaire, la République du (Sud-)Vietnam, qui avait été membre fondatrice de l’Agence de coopération culturelle et technique en 1970, la République socialiste du Vietnam participa pour la première fois au 1er Sommet de la Francophonie accueilli à Versailles, en février 1986. Lorsque le Premier ministre cambodgien Hun Sen (parvenu au pouvoir grâce à l’occupant vietnamien) et Norodom Sihanouk se résolurent à négocier une sortie de crise au Cambodge, c’est encore sur le territoire français et avec l’active complicité de la diplomatie française que put, entre 1986 et 1988, se concrétiser leur intention. Fruit d’une conférence multilatérale co-présidée par la France et l’Indonésie, le nouvel « accord de Paris » signé en octobre 1991 permit une résolution très progressive du conflit cambodgien et favorisa la réinsertion politique de la France sur la scène indochinoise. L’ONU se vit confier sa première grande opération post-guerre froide de restauration de la paix. Notre pays y prit toute sa part en affectant notamment 1 200 soldats à l’APRONUC pour contribuer au déminage des zones sensibles et à la formation des militaires cambodgiens dans de nombreux domaines. Occultant soigneusement leurs propres responsabilités dans les exactions et la survie du pire régime génocidaire de l’histoire depuis 1945, la Chine, l’Occident, et leurs soutiens asiatiques, se détournèrent du Cambodge et normalisèrent progressivement leurs relations avec Hanoi, privé avec l’implosion de l’URSS de son principal soutien militaire, économique et financier. Enfin sorti de ce conflit qui l’avait acculé à l’impuissance pendant une décennie, le Vietnam put alors tourner son regard vers une Europe en voie de réintégrer les anciens pays communistes placés sous le joug soviétique et redevenue bienveillante à son égard. La France qui n’avait jamais cessé de l’être malgré sa condamnation formelle de l’occupation militaire du Cambodge par le Vietnam, a constamment et activement soutenu la volonté d’intégration internationale des dirigeants vietnamiens. Elle a défendu successivement la levée totale de l’embargo américain, effectif en 1994 ; la normalisation avec les États-Unis, concrétisée en 1995 ; et l’intégration du Vietnam à l’ASEAN la même année. François Mitterrand, premier chef d’État occidental et président de la République française à se rendre au Vietnam en février 1993, sut donner à la relation franco-vietnamienne une nouvelle dynamique, situant l’action de la France sur la longue durée : désenclavement du pays, modernisation de l’État (Finances publiques, Justice, Santé, Commerce, Administration centrale…), développement de formations étudiantes et professionnelles au Vietnam et en France, aide à la modernisation du droit (notamment civil et commercial) sous l’égide de la Maison du Droit vietnamo-française ; encouragement à la coopération décentralisée et aux contacts entre les sociétés civiles, etc. En soutenant pleinement ce tournant vietnamien de l’ouverture et de la modernisation dans un contexte de mondialisation accrue, avec l’espoir de favoriser un processus de démocratisation, François Mitterrand savait bien qu’il faciliterait l’arrivée de concurrents économiques aussi redoutables que les États-Unis et leurs alliés asiatiques, et qu’il précipiterait ainsi, à terme, la perte d’une position encore favorable de notre pays dans la péninsule indochinoise. Mais il assuma cette politique en homme d’État conscient des évolutions inéluctables et de la nécessité d’en prendre date.

Depuis lors, si l’on peut parler d’une singularité historique de la relation vietnamienne, sans autre équivalent pour la France en Asie, les concurrents asiatiques et européens se sont multipliés et les relations franco-vietnamiennes, banalisées, au point de nourrir certaines déceptions.

Entre frustrations, espoirs et solidarités

La prégnance de certains préjugés dans une partie des élites françaises explique sans doute, plus que la conjoncture économique et les réductions budgétaires, les déceptions de ces dernières années et le constat largement partagé d’un déficit de nos relations par rapport à leurs potentialités. Faut-il rappeler que la part française dans le marché vietnamien reste inférieure à 1%, et que, malgré une augmentation récente de nos exportations, notre balance commerciale demeure déficitaire avec ce pays ? Nous sommes bien loin de l’objectif de doublement des parts de marché de nos entreprises en quatre ans que la ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq avait fixée lors de sa visite en avril 2013. Le « partenariat stratégique » franco-vietnamien signé par les Premiers ministres Jean-Marc Ayrault et Nguyen Tan Dung, le 25 septembre 2013 à Paris, a sanctionné, il est vrai, une relation globale de qualité, désormais étendue à tous les grands domaines de la coopération bilatérale : politique, économique, militaire, juridique, culturelle et scientifique, parlementaire, universitaire, journalistique, littéraire, touristique, associative, muséale, sportive, etc. On sait peu que la France fut même le premier pays occidental à formaliser, dès 1997, une relation de défense avec le Vietnam. Après l’ouverture d’un poste d’attaché militaire à Hanoi, en 1991, après le succès de la collaboration des autorités et de l’armée vietnamiennes au tournage du film de Pierre Schoendoerffer sur la bataille de Dien Bien Phu, la coopération militaire a fait ses premiers pas entre les services de santé des deux armées, avant de s’étendre progressivement à de nombreux autres domaines : formation, hydrographie, opérations de maintien de la paix, et plus récemment dialogue stratégique, formalisé depuis 2010 dans le cadre d’un comité conjoint de défense. C’est dans ce care qu’est abordée la sécurité régionale et le conflit en mer de Chine méridionale que les Vietnamiens appellent mer de l’Est (ou mer Orientale), aujourd’hui leur plus grand défi de sécurité en raison des prétentions territoriales et de l’activisme naval et aérien des Chinois. Pour autant, le partenariat stratégique n’a pas été suivi d’initiatives fortes susceptibles d’en nourrir le contenu et de tempérer les impatiences qui se sont exprimées de part et d’autre. Certains regrettent, en France, que la générosité des crédits d’aide au développement octroyés par la France au Vietnam depuis 1993, et qui font d’elle le 2e pays donateur bilatéral après le Japon, n’ait pas davantage été récompensée, par exemple dans le domaine commercial ou des ventes d’armes. D’autres s’inquiètent du poids de la corruption, que des campagnes très médiatisées tentent de réduire sans grande efficacité, de la faiblesse et du manque d’innovation du secteur privé, ou encore du poids excessif de la dette publique (officiellement 67% du PIB, fin 2015, mais sans doute supérieure à 90% si l’on tient compte en particulier des dettes détenues par les entreprises publiques non comptabilisées dans les statistiques, ce qui la rapproche alors des niveaux français)…

Bien que tardive, la visite du président de la République française est bienvenue et devrait permettre de dissiper au moins en partie certaines impatiences. Toute visite présidentielle s’accompagne d’un effort de synthèse et de prospective salutaire, d’accords et de contrats prometteurs, d’une impulsion venue du sommet qui rejaillit pour quelque temps au moins à tous les niveaux de la relation bilatérale. Encore faut-il que, la visite passée, les acteurs de cette relation continuent de s’impliquer pour la faire vivre et grandir. Entre la France et le Vietnam, la coopération est servie par une très grande diversité d’acteurs publics et privés. Rien que la coopération décentralisée, qui fera l’objet de prochaines assises à Can Tho, implique aujourd’hui plus de 500 acteurs institutionnels français différents, relevant aussi bien des collectivités locales que des organisations de solidarité, des centres de recherche ou des hôpitaux français. Les coopérations entre universités et grandes écoles se sont multipliées et la France est aujourd’hui le 3e pays d’accueil des étudiants vietnamiens puisqu’elle en compte plus de 7 000, ce qui en fait la 2e communauté étudiante asiatique en France. Les potentialités de nos relations sont grandes, pour le Vietnam comme pour la France. Avec 6,7% de croissance en 2015, le Vietnam s’affiche comme l’une des économies les plus dynamiques d’Asie et du monde, même si cette croissance est encore trop dépendante de la réexportation (l’exportation à destination d’un pays de marchandises précédemment importées d’un autre, grâce à une main d’œuvre encore bon marché). Il représente un formidable marché, non seulement pour les grandes entreprises françaises, dont certaines sont déjà présentes, mais aussi pour toutes les PME/PMI, TPI et autres start-up qui font la richesse du tissu économique français et que notre diplomatie économique n’a pas suffisamment valorisées ni pensées dans leurs synergies potentielles avec les centres de recherches universitaires et les zones incubatrices d’entreprises. La prochaine visite présidentielle pourrait en être l’occasion. Les relations économiques et commerciales de la France avec ce pays, où sont déjà implantées plus de 300 entreprises françaises, devraient aussi bénéficier de l’accord de libre-échange signé en décembre 2015 entre l’Union Européenne et le Vietnam, dont l’entrée en vigueur est prévue en 2018. Les perspectives ne sont pas négligeables car les Vietnamiens s’intéressent particulièrement aux savoir-faire et aux produits français dans des domaines aussi divers que les sciences et technologiques, l’industrie du luxe, l’agroalimentaire, l’environnement, l’urbanisme ou encore le secteur médical et pharmaceutique : à nous de mieux cibler leurs besoins et de les convaincre que la liste est exponentielle… Ces potentialités sont toutefois confrontées à un contexte régional de concurrence accrue par la multiplication de plusieurs initiatives commerciales d’envergure, à l’échelle régionale ou transrégionale, telles que la communauté économique de l’ASEAN (2015) et, surtout, l’ambitieux accord de partenariat transpacifique – le « TPP » – signé début 2016 par le Vietnam, les États-Unis et 10 autres pays de la zone Asie-Pacifique.

Très ouverts aux produits étrangers, les Vietnamiens sont aussi avides de connaissance, de culture et d’art. Contrairement à ce que les chiffres et les préjugés donnent à croire, la francophonie, bien qu’inférieure à 1% de la population, n’y est pas morte. Tandis qu’on présuppose à tort que tout le Vietnam a été francophone à l’époque coloniale, en oubliant que l’enseignement « franco-indigène » n’a jamais concerné qu’une infime minorité de Vietnamiens, on regrette généralement, en France, la disparition des derniers témoins de l’ancienne génération formée dans les établissements scolaires français pendant la période coloniale et jusqu’en 1975 au Sud-Vietnam. La mort du général Vo Nguyen Giap, en 2013, a semblé entériner la fin de la greffe francophone au Vietnam. En plus d’être lui-même un brillant francophone, le héros des résistances « antifrançaise » et « antiaméricaine » s’était aussi révélé un ardent défenseur de la survie de la francophonie dans son pays. Or, l’adhésion essentiellement géopolitique du Vietnam à la Francophonie multilatérale s’est doublée, dès les années 1990, d’un programme de formation, modeste mais non négligeable, de nouvelles générations de lycéens et d’étudiants dans les classes bilingues de l’enseignement secondaire et à l’Université. Moins visible mais pas moins combative pour éviter la « catastrophe écologique » redoutée par Jacques Chirac, la relève existe. Le département de langue et de culture françaises de l’Université nationale du Vietnam à Hanoi – où le président Hollande prononcera un grand discours, le 6 septembre – accueillera à la rentrée 50% d’étudiants supplémentaires par rapport à 2015. L’un des plus importants centres universitaires francophones du Vietnam, il comptera 500 étudiants, rien qu’en français, et 1 000 étudiants venus d’autres disciplines qui ont choisi le français comme première langue étrangère. Au-delà de ces chiffres qui ne reflètent évidemment pas une réalité nationale globalement moins optimiste, il faut avoir mesuré les efforts, les sacrifices, la détermination et jusqu’à la passion des Vietnamiens de tous âges qui ont investi notre langue et notre culture, pour comprendre à quel point ils ont besoin d’être soutenus et encouragés, au Vietnam comme en France. Leur persévérance nous oblige d’autant plus qu’elle traduit souvent un profond attachement à nos valeurs républicaines.

De même, ne devons-nous pas nous détourner des séquelles de la guerre, même si elles se sont heureusement estompées, ou laisser à d’autres le soin de les guérir. À beaucoup de visiteurs, la guerre paraît loin car ses effets sont de moins en moins visibles. Or, depuis la fin de la guerre au Vietnam, des dizaines de milliers d’habitants ont été victimes de munitions non explosées ; plusieurs millions d’entre eux ont souffert, par contamination directe ou indirecte, des conséquences de la guerre chimique conduite par les Américains et leurs alliés sud-vietnamiens, entre 1961 et 1971. Les scientifiques ont de bonnes raisons de penser que les effets de la dioxine contenue dans l’Agent orange et les autres défoliants se sont transmis génétiquement aux générations suivantes. Nous en serions à la quatrième génération d’enfants handicapés, malades, défigurés et malformés. Mais les études pour le prouver coûtent cher. L’impératif de solidarité qui a animé notre diplomatie et tant de nos compatriotes pendant la guerre du Vietnam ne doit pas être sacrifié sur l’autel des intérêts géopolitiques et économiques. Plusieurs associations françaises et vietnamiennes ont fait du combat pour la reconnaissance de ce scandale sanitaire leur cheval de bataille, parfois même de longue date. Cependant, au nom des compétences scientifiques qu’elle possède sur les perturbateurs endocriniens, de l’ancienneté et de la qualité de la coopération médicale franco-vietnamienne, la France pourrait aller au-delà. Elle s’honorerait, par exemple, à prendre l’initiative de créer un groupe d’experts capables d’établir les preuves scientifiques des effets transgénérationnels de l’Agent orange et de prendre en charge une partie des patients. Si les plus chanceux de ces derniers sont soignés dans des hôpitaux et des villages médicalisés au Vietnam, beaucoup sont encore cachés dans des familles en grande souffrance qui assimilent le handicap à une malédiction.

La guerre coule dans le sang des Vietnamiens d’une façon plus invisible encore. Elle est inscrite au plus profond de l’ADN de ce peuple dont le destin collectif a été forgé à l’épreuve de multiples guerres internes mais aussi et surtout de conflits asymétriques longs et récurrents, au fil des siècles, contre les armées des dynasties chinoises ou sino-mongoles, plus tard et plus brièvement occidentales. Or, la résurgence de la puissance chinoise en Asie et des tensions en mer de Chine méridionale, depuis le tournant des années 2000-2010, pousse les dirigeants vietnamiens à équilibrer leurs relations avec les États-Unis, pour le moment seuls susceptibles de contenir les ambitions chinoises. Comme le Vietnam ne peut non plus se permettre de rompre avec la deuxième puissance économique et militaire mondiale qui est aussi son premier partenaire commercial, en se rapprochant à l’excès de Washington, il renforce ses relations avec d’autres puissances régionales, tels le Japon, l’Inde ou l’Australie, tout en se montrant ouvert à un approfondissement de ses coopérations politico-stratégiques avec la France et l’Europe. Ainsi renforce-t-il sans coût excessif sa profondeur stratégique. Ici, toutefois, prudence est mère de sûreté. L’observateur averti sait qu’au Vietnam, le nationalisme réveillé par une commune perception de la « menace » chinoise transcende tous les ferments de division, sans exception, et devient vite indomptable, au point que le régime communiste pourrait craindre pour sa survie s’il se montrait trop faible vis-à-vis d’elle. La France, dans ce domaine, ne devrait pas se cantonner à des échanges de vue, pour importants qu’ils soient, ni au rôle d’exportateur d’armements qu’elle joue déjà activement dans une région en voie de modernisation militaire rapide et potentiellement inquiétante. Forte d’une bonne relation diplomatique avec la Chine, qui a d’ailleurs facilité le succès de certaines grandes négociations multilatérales sur de grands enjeux transnationaux susceptibles de rejaillir positivement sur le Vietnam, comme la COP 21, et d’une relation plus équilibrée qu’auparavant avec les pays de l’ASEAN, elle aurait intérêt à renouer avec une posture médiatrice volontariste et de préférence concertée avec ses partenaires européens. Dans un environnement sécuritaire aussi instable, l’attachement commun de nos deux pays, comme de l’Union européenne, au « règlement pacifique des différends dans le respect du droit international », tel qu’il est réaffirmé dans l’article 5 de la déclaration sur le partenariat stratégique franco-vietnamien, pourrait conduire notre diplomatie à nourrir une approche à la fois plus politique et plus régionale de sa relation avec le Vietnam. N’est-ce pas, en définitive, ce que suggère la coïncidence chronologique entre la visite de François Hollande, le cinquantenaire du discours du général de Gaulle à Phnom Penh et les 25 ans de l’Accord de Paris sur le Cambodge, qui constituent tous deux des marqueurs historiques forts de notre relation politique avec cette région du monde ? En renouant avec un tel héritage, la France ne pourrait-elle pas développer plus facilement sa présence économique, dont la faiblesse au Vietnam comme dans toute l’Asie du Sud-Est ne cesse à juste titre d’être déplorée ?

Enfin, si l’on tient absolument à faire abstraction des nombreux atouts politico-stratégiques, économiques et culturels propices au rapprochement franco-vietnamien, pour démontrer combien les Français peuvent tirer profit d’une plus grande fréquentation du Vietnam et de ses habitants, l’on se contentera de rappeler, d’après deux classements distincts, que si les Français sont considérés comme l’une des nations les plus pessimistes du monde, les Vietnamiens se classent au deuxième rang mondial des pays les plus heureux !

 

Pierre Journoud, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier, cofondateur du GIS « ESPRIT » (études en Stratégies, Politiques, et Relations InTernationales), 31 août 2016

Pour aller plus loin :

  • Pierre Brocheux et Daniel Hémery, Indochine, la colonisation ambiguë, Paris, La Découverte, 2001 (2e éd.).
  • Christopher Goscha et Benoît de Tréglodé (dir.), Naissance d’un État-parti. Le Vietnam depuis 1945, Paris, Les Indes Savantes, 2004.
  • « Le Viêtnam depuis 2000 ans », dossier de L’Histoire – les collections, n°62, janvier-mars 2014.
  • « Les enjeux géopolitiques du Viêt Nam », dossier d’Hérodote, n°157, 2e trimestre 2015.
  • Pierre Journoud, De Gaulle et le Vietnam (1945-1969). La réconciliation, Paris, Tallandier, 2011.
  • Pierre Journoud et Hugues Tertrais, Paroles de Dien Bien Phu. Les survivants témoignent, Paris Tallandier, coll. Texto, 2012.
  • Stéphane Dovert et Benoît de Tréglodé (dir.), Vietnam contemporain, Paris, IRASEC/Les Indes Savantes, 2009 (seconde édition revue et actualisée).
  • Philippe Papin, Vietnam. Parcours d’une nation, Paris, Belin, 2003.
  • Hugues Tertrais, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Autrement, 2004.

Lire également de Pierre Journoud :

Viêt-Nam et France, histoire connectée mais rendez-vous politique manqué – Jalons pour réfléchir

[ndlr] Ebauche* de notre communication pour le colloque « Ensemble en France« .

Viêt-Nam et France, histoire humaine connectée mais rendez-vous politique manqué :

Quelques jalons pour réfléchir

Guillemot François, CNRS, IAO, ENS de Lyon

*

De Trương Vĩnh Ký (1837-1898) à Phạm Quỳnh (1892-1945), de l’empereur Bảo Đại au président Hồ Chí Minh, de Nhất Linh à Trần Đức Thảo (1917-1993), l’histoire du Viêt-Nam du temps de la colonisation a pris, bon gré mal gré, la forme d’une histoire humaine durablement connectée avec la France. A quelques moments clés de l’histoire des deux pays, on pouvait entrevoir une synthèse indochinoise1. Les transferts culturels qui se sont opérés, la formation d’une élite intellectuelle francophone, les exemples ne manquent pas pour illustrer ce processus mis à mal par la brutalité coloniale mais jamais complètement interrompu2. Au temps de l’Indochine coloniale, ce qui fut possible et pensé pour la culture ne devait cependant pas déborder sur le champ politique au risque d’une implacable répression. C’est tout le drame d’une histoire franco-vietnamienne qui ne sut tracer une voie médiane vers une indépendance paisible et concertée notamment à partir des moments clés comme ceux de 1930-1931 ou de 1945-1946. C’est l’histoire d’une république vietnamienne indépendante et démocratique qu’il fallait imaginer à deux.

Au-delà de ce constat, surgissent les questions profondes sur la relation entre savoir et pouvoir et plus largement la place du sujet dans la société (et donc du sujet « indochinois » dans la société coloniale) ou encore sur la relation colonisé/colonisateur dans la construction l’état de droit3. Je ne ferai pas ici d’histoire contrefactuelle avec des « si », on aurait pu… mais tenterai de dresser un bilan, qui prend la forme d’un rendez-vous manqué (et qui peut paraître globalement négatif) autour de quelques jalons fondamentaux. D’une histoire connectée puis déconnectée et enfin reconnectée, ces jalons provisoires sont ici rappelés pour ouvrir la discussion.

Prise_des_forts_de_Huê_guerre_du_Tonkin

Une histoire commune ambivalente et imposée par la force

Le Viêt-Nam et la France ont une assez longue histoire commune. L’historien Nguyn Thế Anh a rappelé « les réalités d’un dialogue culturel de trois siècles », rythmés par des échanges commerciaux, l’intrusion du catholicisme dans la société vietnamienne et un soutien de la cour de France (traité alliance de 1787) pour aider le prétendant rebelle Nguyn Ánh, le futur empereur futur Gia Long (1762-1820), à reconquérir son pays4. Mais ce contact fructueux, médaille idyllique d’une entente parfaite, semble basé sur un malentendu et offre un revers problématique qui va peser lourdement sur l’histoire du Viêt-Nam à partir du milieu du XIXe siècle. La dernière dynastie vietnamienne ne peut se départir d’une représentation « axée sur la démonstration de la collusion entre l’action missionnaire et l’expansionnisme occidental »5. Cependant, si le Viêt-Nam unifié de Gia Long entretient de bons rapports avec l’Occident, le Đại Nam de ses successeurs met rapidement un frein aux actions des étrangers et proscrivent violemment la religion catholique6. La réaction de la France se transforme en menace puis en intervention militaire. L’éphémère « intermède »7 avec Gia Long débouche sur une guerre et une conquête coloniale aux conséquences désastreuse. Le Viêt-Nam impérial est démantelé. Le corps du long dragon réunifié après une guerre civile de deux siècles est tronçonné en trois parties et intégré à une nouvelle entité politique et économique : Union indochinoise (1887). Le choc est rude et l’ancien pays confucéen est soumis à une profonde transformation de son cadre socioculturel. Néanmoins, cette « modernité contrainte » favorise l’avènement d’une nouvelle élite occidentalisée à cheval entre l’ancienne et la nouvelle culture.

Quelques grandes figures de l’histoire du Viêt-Nam symbolisent cette histoire connectée : l’érudit catholique Petrus Trương Vĩnh Ký, qui maîtrisait dit-on 14 langues et fondateur du premier journal d’information vietnamien le Gia Định báo (嘉定報) en 1865, Paulus Của, (Huỳnh Tịnh Của, 1834-1907) auteur du premier dictionnaire vietnamien Đại Nam quấc âm tự vị (1895-1896). Cela annonçait une riche collaboration sur les plans culturel et intellectuel. Mais c’était sans compter sur la mise en coupe du pays et la volonté d’affaiblir la monarchie à sa seule vocation de représentation théâtrale. Les jeunes empereurs Hàm Nghi (1871-1944), Thành Thái (1879-1954), Duy Tân (1900-1945) relégués aux exils lointains fermeront le chapitre douloureux de la monarchie de Nguyn… jusqu’à l’abdication du dernier empereur en août 19458.

Emperor_Thanh_Thai
L’empereur Thành Thái (1879-1954), « fou » ou visionnaire ?

Un pont fragile entre deux rives

Les générations de la fin du XIXe siècle et celle des années dix font le pont entre deux rives, maîtrisant encore le chinois classique, le quốc ngữ (système de transcription de la langue vernaculaire inventé par les missionnaires) et le français : Phan Kế Bính (1875 – 1921), Huỳnh Thúc Kháng (1876–1947), Nguyn Văn Vĩnh (1882-1936), Nguyn Văn Tố (1889-1947), Phạm Quỳnh (1892-1945), Đào Duy Anh (1904-1988), Nhượng Tống (1904-1949), Nguyn Văn Huyên (1905-1975), jusqu’aux jeunes lettrés occidentalisés du Groupe littéraire autonome9. L’érudition des trois générations d’intellectuels (1862, 1907, 1925) décryptées par le sociologue Trịnh Văn Thảo a su traverser les guerres et les destructions10. Pourtant si l’on se réfère à la représentation traditionnelle des quatre peuples (Tứ dân), « Sĩ, nông, công, thương », des monarchies asiatiques, l’étude de la classe des intellectuels apparaît insuffisante pour saisir le tableau global des interactions coloniales. Les militaires, les fonctionnaires, les entrepreneurs, les paysans ont eu des rôles fluctuant au cours du XXe siècle, entrecroisés et jamais tout à fait linéaires11. Le passage du mandarin militaire au soldat paraît aussi important que celui du lettré à l’intellectuel.

nguyenvanvinh-poster
Nguyen Van Vinh (1882-1936) : Le passeur de culture. Affiche du film de Nguyen Lan Binh, 2009.

L’immigration politique et ses interactions avec le Viêt-Nam colonisé offre un tableau saisissant des transferts qui s’opèrent entre les deux rives. « Un transfert d’influences et d’inspirations ainsi que leur incubation » comme le rappelle Pierre Brocheux12. La difficulté est d’identifier et de mesurer quels types de transferts sont opérés et d’entrevoir leurs limites.

Dès le début du XXe siècle, la pacification coloniale à peine achevée, les demandes vietnamiennes d’autonomie, d’égalité puis d’indépendance, se sont fait pressantes. Phan Bội Châu initie le mouvement avec son « voyage vers l’Est » avec le Japon moderne comme horizon. L’impulsion est donnée. Des campagnes du Duy Tân (Modernisation) et du Minh Tân (Nouvelle lumière) jusqu’au plaidoyer de Phan Châu Trinh pour une refonte générale du système (1906)13 et à l’expérience du Đông Kinh Nghĩa Thục (1907), les engagements vietnamiens démontraient au pouvoir colonial l’urgence de mettre en place une entente raisonnable, à pieds d’égalité, et à faire de l’indigène le sujet de la construction politique en devenir. Cette première interaction s’est soldée par un échec qu’illustre la répression de la lutte antifiscale du Quảng Nam en 1908. Phan Châu Trinh est exilé de force à Paris en 1911 pendant que la Chine mène sa révolution et instaure la République. En Indochine, l’indigène est relégué à sa mission de supplétif d’une mère-patrie en guerre entre 1914-1918. Un total de 92.102 travailleurs et tirailleurs indochinois prennent la route de la France pour soutenir l’effort de guerre14. Pendant cette période, la révolution russe éclate avec des conséquences que l’on ne sait pas encore déterminantes pour l’avenir de l’Indochine colonisée.

NhomNguLong11
Le groupe des « Cinq dragons » de gauche à droite et de haut en bas : Nguyen Tat Thanh (Nguyen Ai Quoc), Phan Van Truong, Phan Chau Trinh, Nguyen An Ninh et Nguyen The Truyen.

« Cinq Dragons » et un enterrement

C’est sans doute dans les années vingt, décennie manquée, que se trouvent les profils les plus « franco-vietnamiens » et que l’on observe les limites de l’entente franco-indigène15. Ces « nouvelles têtes » sont issues du microcosme politique vietnamien qui a choisi le « voyage vers l’Ouest » pour tenter de faire bouger les lignes de la colonisation. Entre 1919 et 1925, le groupe dit des Cinq Dragons de Paris constitue à lui seul un exemple frappant des voies qui s’offrent alors au Viêt-Nam pour recouvrer son indépendance et des possibilités qui s’offrent à la France pour accompagner ce pays dans un processus non violent vers plus d’autonomie16. Les patriotes vietnamiens ont conscience du tournant historique qui se jour à la sortie de la guerre. Sous la signature collective de « Nguyên Ai Quâc », ils livrent les Revendications du peuple annamite en mettant la France face à ses responsabilités :

« Depuis la victoire des Alliés, tous les peuples assujettis frémissent d’espoir devant la perspective de l’être de droit et de justice qui doit s’ouvrir pour eux en vertu des engagements formels et solennels, pris devant le monde entier par des différentes puissances de l’entente dans la lutte de la Civilisation contre la Barbarie »17.

Or, cette quête des Vietnamiens pour leurs droits politiques, pour accéder à un nouveau statut et cette immense espérance pour prendre en main la gestion de leurs affaires, débouchent sur une fin de non recevoir plus ou moins explicite.

Quelques figures marquantes des Cinq Dragons, ce groupe parisien à la portée politique cruciale, sont inscrites dans le fonds commun franco-vietnamien. La plus importante de ces figures est incarnée par le jeune Nguyễn Ái Quốc, futur Hồ Chí Minh, mais à l’époque il n’était qu’un acteur parmi d’autres maîtrisant encore assez mal la rédaction du français18. D’autres comme l’avocat Phan Văn Trường (1876-1933), le politicien Nguyn Thế Truyền (1898-1969) et le jeune exalté Nguyn An Ninh (1900-1943) illustrent cette avant-garde vietnamienne, grande connaisseuse de la France et de ses idéaux, qui aurait pu jouer un rôle fondamental dans le processus de reconnaissance d’une nation désireuse de prendre son destin en main. Nguyn An Ninh était connu pour ses mises en garde au colonisateur. Dans un texte de référence intitulé « La France et l’Indochine » dans lequel il idéalisait la commune annamite, sorte d’âge d’or démocratique précolonial, il faisait un constat bien amer soulignant la grande contradiction dans le rapport de la métropole aux colonisés :

« Nous constatons dans la politique coloniale appliquée par la France en Indochine :

1° Que la France en Indochine non seulement n’applique pas les grands principes qu’elle-même a proclamés, mais encore y détruit l’esprit démocratique de la société annamite.

2° Que la France, qui accorde la liberté et le droit de citoyen français à des hommes qui, hier, étaient encore des esclaves, impose en Indochine l’esclavage à un peuple libre qui possédait déjà une civilisation à l’heure où l’habitant du sol français vivait dans des cités lacustres19. »

LeProcèsDeLaColonisationFrançaise

Publié en 1925, le pamphlet Le procès de la colonisation française expose en détail un malaise déjà décrit deux décennies plus tôt dans l’Histoire de la Perte du pays du lettré révolutionnaire Phan Bội Châu20. Pour les « Cinq Dragons », qui ont tour à tour quitté la France, l’un pour Moscou puis la Chine, les autres pour Saigon, la désillusion est grande. L’intransigeance coloniale a divisé leurs rangs en deux clivages généraux durables : modérés/révolutionnaires ; nationalistes/communistes (eux-mêmes comprenant des sous-groupes). Le sang vietnamien versé de 1914-1918 n’aura donc servi à rien. Entre 1925 et 1934, sur les 47 Vietnamiens inscrits à l’Université des Travailleurs d’Orient, 40 viennent de France21. En créant le Thanh Niên (Association des Camarades de la jeunesse révolutionnaire du Viêt-Nam) à Canton, Nguyễn Ái Quốc s’occupe désormais de la relève. En France, les 1700 étudiants vietnamiens s’organisent difficilement. Le Parti annamite de l’indépendance fondé par Nguyn Thế Truyền en juin 1926, le seul les Cinq Dragons encore présent en métropole, est dissout par les autorités trois ans plus tard en mars 192922.

Toujours dans les années vingt, en Cochinchine, une élite émergente incarnée par Bùi Quang Chiêu (1872-1945) ou Nguyễn Phan Long (1889–1960) pouvait également incarner cette nouvelle voie vers une indépendance raisonnée23. En Annam, le lettré Phạm Qunh, féru de culture française et attaché à son rôle de passeur de culture entre l’Orient et l’Occident, proposait une synthèse. Il défendit l’alliance entre « un nationalisme annamite sage et raisonnable » et « un protectorat français large et libéral »24. Aucun de ces hommes ne fut écouté et leurs avertissements solennels d’une prochaine déflagration ne furent pas plus pris en compte25. Le vieil ennemi de la France coloniale, Phan Bội Châu, trahi, est enlevé à Shanghai en 1925, condamné à mort, puis assigné à résidence à Hue jusqu’à sa mort en 1940. Phan Châu Trinh s’éteint à Saigon en 1926 engendrant, lors de ses funérailles, un respect populaire sans précédent.

Des femmes dans un monde d’hommes

Dans ce processus des interactions coloniales, on parle encore aujourd’hui assez peu du rôle des femmes. Fut-il important, voire déterminant dans la « configuration transactionnelle »26 des années vingt ? Comment se positionnent-elles dans la société confucéenne bousculée par la modernité coloniale ? Quelles sont leurs revendications ? Quels sont les enjeux de l’émancipation ?

SuzanneVinh_1966
Suzanne Vinh devant l’autel de Nguyen Van Vinh. Derrière les lettrés, les épouses infatigables © 1966 Reporters associés

Des profils féminins, trop peu signalés dans l’histoire de la colonisation et de la révolution, s’ajoutent à la longue liste des lettrés, presque exclusivement masculine des dictionnaires biographiques vietnamiens27. Sur 222 intellectuels recensés, Trịnh Văn Thảo mentionne 5 femmes28. Le Who’s who des élites indochinoises publié en 1943 sous l’Indochine de l’Amiral Decoux en mentionne 20, principalement des épouses de hauts fonctionnaires et des femmes de lignée impériale29. Le pourcentage des profils qui passent à la postérité est édifiant et mériterait sans doute un rééquilibrage. Dès la génération de 1907, on peut citer Sương Nguyệt Anh (Nguyễn Th Khuê, 1864-1921), fille du célèbre lettré résistant Nguyễn Đình Chiểu, poétesse et éditrice de la revue Nữ giới chung (La Cloche des femmes) dès 191830. Dans sa thèse sur l’émergence du féminisme vietnamien, l’historienne Bùi Trân Phượng souligne le rôle des femmes révolutionnaires instruites qu’elles soient nationalistes (les sœurs Nguyễn Thị Giang, Nguyễn Thị Bắc) ou communistes (Nguyễn Th Thập, Nguyễn Th Minh Khai, Nguyễn Trung Nguyệt, Nguyễn Th Lựu…) et met en avant le rôle occulté des épouses des intellectuels ou des hommes politiques31. Elle analyse avec soin l’œuvre sociale et éducative de Đạm Phương (1881-1947), les critiques littéraires de Nguyễn Th Kiêm ou de Cao Thị Khanh (Mme Nguyễn Đức Nhuận), rédactrice en chef de la première gazette féminine Phụ nữ tân văn (1929-1934)32. D’autres femmes diplômées ou enseignantes au cœur de l’interaction coloniale méritent d’être mentionnées33. Avec l’explosion de la presse et le développement du journalisme, des femmes de lettres renommées, poétesses, écrivaines, chroniqueuses, éditrices, surgissent de l’ombre et s’impose au nouveau paysage culturel (Anh Thơ, Mộng Sơn, Mộng Tuyết, Thụy An, Tương Phố, Vân Đài…)34.

PhuNu_TranhCoDong11
La figure de la femme mobilisée dans la propagande Viêt-Minh.

D’autres profils trop rarement signalés s’inscrivent dans le paysage de la lutte pour l’indépendance : Đặng Th Khiêm35, Nguyễn Th Lan Phương jusqu’à l’historienne et journaliste Đặng Phương Nghi d’une génération plus tardive. Seule Henriette Bùi, fille du de l’agronome et politicien Bùi Quang Chiêu, échappe à cette occultation générale36. Du côté du colonisateur, on n’est pas mieux loti. Le rôle des femmes reste méconnu en France mais une étude récente pourrait combler ce vide37. Cet aparté volontaire sur ces « passeuses » doit nous conduire, chercheur.e.s en sciences sociales, à reconsidérer l’histoire coloniale dans sa dimension genrée.

Liberté – égalité – fraternité, pour qui et à quel prix ?

Ni Phạm Qunh et son projet de Parti progressiste de 192638, ni Bùi Quang Chiêu, ni Nguyễn An Ninh et les autres « retours de France » comme Nhất Linh – Nguyễn Tường Tam (rappelons-nous de Đi Tây) n’obtinrent satisfaction du monde colonial si sûr de lui en Indochine ou en métropole. La France ne sut saisir cette opportunité historique sans doute aveuglée par une vision encore raciale du monde et pétrifiée dès 1917 par la « bochévisation » de « ses » indochinois. La devise « Liberté, égalité, fraternité » portée par les révolutionnaires Nguyễn Ái Quốc, Nguyễn An Ninh ou Nguyễn Thái Học restait interdite aux indigènes. Que ce message fusse porté par de jeunes révolutionnaires vietnamiens au nom des leurs, « sans culottes » des campagnes, en dit long sur l’inertie du pouvoir39. La promotion de la nouvelle culture franco-vietnamienne ne permettait pas d’engendrer une politique franco-vietnamienne sur un pied d’égalité comme le demandait par exemple Dương Văn Giáo40.

tirailleurs_annamites_saigonExemple frappant, on a beaucoup parlé ces dernières années et à juste titre du destin des « Travailleurs indochinois », raflés en Indochine, pour faire office de main d’œuvre dans nos usines d’armement pendant les deux guerres mondiales41. Ces ouvriers, formés en France, de retour dans leur pays, bousculaient la sociologie locale et se retrouvaient en quelque sorte bannis du paysage ou en porte à faux avec les autorités locales acquises à la colonisation. Bref, pour la France tout comme pour les autorités mandarinales dûment contrôlées, tous ces hommes, ouvriers ou intellectuels politisés et avides de changements faisaient peur. Pour la plupart, malmenés par la conjoncture historique, ils furent confinés dans un entre soi et un silence rassurants pendant des décennies.

La rupture radicale : prévisible et souhaitée ?

1930 fut la réponse sanglante de l’échec de l’entente envisageable dans les années vingt. Rappelons ici encore la lettre de Nguyễn Thái Học aux députés français, rapportée par Louis Roubaud, en préambule de laquelle le jeune révolutionnaire écrit : « En équité : le droit de tout citoyen est de vouloir sa patrie libre. En humanité : le devoir de tout individu est de secourir son frère malheureux »42. Comme dans les revendications annamites de 1919, il s’agit de devenir « sujet libre », citoyen bénéficiant « des droits élémentaires de l’individu : liberté de voyage, liberté d’instruction, liberté d’association, liberté de la presse » (point 3 de la lettre). Il faisait ce constat d’échec : « J’avais d’abord pensé atteindre ce but en collaborant avec vous. Mes échecs répétés m’ont conduit à comprendre que les Français ne désiraient pas sincèrement cette collaboration et qu’il me serait impossible de servir mes compatriotes aussi longtemps que vous serez les maîtres de mon pays ».

NguyenThaiHoc
Nguyen Thai Hoc (1902-1930), le chef du Parti National du Viêt-Nam, fut guillotiné à Yen Bai le 13 juin 1930 avec 12 autres insurgés.

En Annam, dans le Nghệ Tĩnh, l’insurrection paysanne instaure des Xô Viết locaux et la sécession dure des mois engendrant une répression très dure avec son lot de morts et ces milliers d’arrestations43.

Plus grave encore, 1930 scellait le destin du Viêt Nam, les insurrections nationalistes et communistes allaient cliver le pays pour des décennies et radicaliser les perspectives politiques. Mais tout n’était cependant pas perdu, un sursaut était possible, celui d’asseoir une monarchie rénovée plus autonome, bref de tenter la voie du dominion britannique. Comme chacun le sait, il n’en sera rien. La « première solution Bảo Đại » de 1932-33 se révèle vite un échec, discréditant un peu plus la monarchie sur le déclin, une chape de plomb s’est abattue sur tous les mouvements politiques désormais clandestins (voir les rapports éloquents du directeur de la Sûreté générale Louis Marty publiés en 1933) et le nationalisme se contente d’agir sur le mode culturel à travers quelques groupes littéraires, que le Tự Lực văn đoàn incarne. Le retour sur soi par l’avènement du « je » (tôi) proposé par le Groupe littéraire autonome n’abandonne pas la lutte patriotique mais il entend s’émanciper en dépassant l’horizon français et indochinois44.

La voie du milieu, celle d’un rapport équitable fondateur d’une histoire fraternelle et connectée à la France, d’une voie médiane, est étouffée jusqu’à l’avènement de Vichy en Indochine. Pourtant, une expérience courte mais essentielle se déroule en Cochinchine au milieu des années trente en grande partie à la faveur du Front populaire à travers l’expérience du « Congrès indochinois » (1936-1937)45. Le mouvement communiste légal s’impose dans le paysage local comme force alternative aux élites francisées et aux coloniaux. Cette force grandissante, à la fois sociale et indépendantiste, inquiète rapidement les autorités et ne peut renforcer sa légalité.

NgayNgay99
Le « Dr » Pham Quynh en apprenti sorcier de la synthèse franco-vietnamienne dans le journal Ngày Nay : « Cette semence-ci est super, on doit pouvoir la féconder… » (Ngày Nay 99, 27/2/1938).

L’expression démocratique trouva vite ces limites et pris de peur par cette « bolchévisation » de l’Indochine, le pouvoir colonial retourna à sa pratique initiale « surveiller et punir », qui, dit en passant, fera parti de l’outillage communiste hérité du colonialisme. Ce nouvel échec mène à la radicalisation pure et simple. Les nouvelles insurrections communistes et nationalistes de 1940 sont plus que la répétition de 1930 avec ce facteur important : l’Europe elle-même était désormais en guerre et la France considérablement affaiblie par la défaite tandis que le Japon met en scène un nouveau nationalisme panasiatique « contre les blancs »46.

Isolée, l’Indochine tente une nouvelle expérience, celle d’un fédéralisme censé promouvoir une nouvelle identité aux peuples de la péninsule et ouvrir la voie vers une synthèse franco-indochinoise47. Celle-ci est décelable jusqu’en dans la revue officielle du régime de Vichy en Indochine (Indochine illustrée).

Au début des années 40, de grandes figures s’imposent : les historiens Trn Trọng Kim (1883-1953), Dương Quảng Hàm (1898-1946) et Đào Duy Anh (1904-1988), le polytechnicien Hoàng Xuân Hãn (1908-1996) auteur du premier dictionnaire de vocabulaire scientifique en 1942, le juriste Nguyễn Mạnh Tường, titulaire de deux doctorats, le philosophe Trn Đức Thảo dont on redécouvre aujourd’hui l’œuvre48. En réalité, ce fédéralisme ouvre la voie aux indépendances et à une nouvelle géopolitique locale. L’impérialisme français qui s’effondre donne renaissance à une ambition impériale vietnamienne jamais vraiment éteinte. L’espace indochinois qui leur est offert par le colonisateur profite largement aux Vietnamiens et à leur vision impérialiste49. Il devient celui d’un futur Đại Việt imaginaire débarrassé de la France ou d’une fédération « rouge » indochinoise que le révolutionnaire Nguyễn Ái Quốc tente d’incarner avec le projet du PCI.

HoChiMinh_Sainteny_1946
Rencontre entre le président Ho Chi Minh et Jean Sainteny en 1946. Ho Chi Minh est visiblement inquiet.

Des indépendances bafouées à « l’archétype franco-Viêt Minh »

1945 est le temps de l’avènement du nouveau Viêt Nam. Les élites francisées n’ont plus le choix de l’entre-deux, on doit être pour ou contre la France. Et massivement on est contre depuis le 9 mars 1945. Lucide, Jean Rouget, administrateur des services civils, le sait. Il l’exprime dans son bilan rétrospectif « sur les rapports France-Vietnam » : « Ce n’est pas à Dien Bien Phu, ni à Genève, que la France a perdu l’Indochine. C’est le 9 mars 1945, lors du coup de force japonais sur l’ensemble de la colonie »50. Il rappelle les moments clés de 1945 :

« La capitulation a ouvert les vannes de l’Histoire. Lorsque le général Leclerc, à la tête des premiers éléments de la 2e D.B., débarque à Saigon, le 6 octobre, il se sera passé beaucoup de choses, la proclamation par Bao Dai d’une indépendance sous contrôle nippon, l’effondrement du gouvernement pro-japonais du professeur Kim, la flambée du Viêt-Minh, son installation à Hanoi dès le 17 août, l’abdication de Bao Dai, son ralliement au nouveau pouvoir, la proclamation par Ho Chi Minh, le 2 septembre 1945, d’une indépendance pleine et entière. Les Français d’Indochine ne sont toujours pas libérés. Notons que le mot ‘Indépendance’ a déjà été prononcé deux fois »51.

Face à ce déni de la réalité vietnamienne, des intellectuels, passeurs de la culture franco-vietnamienne, pour la majorité, rallient le Viêt-Minh. D’autres font le choix de l’attentisme ou encore, de façon clandestine, le choix de l’anticommunisme. Les plus anti-français furent sacrifiés sur l’autel de la nouvel entente franco-Viêt Minh de mars 1946 qui se révèle en réalité bien fragile. Contre le Parti communiste indochinois (devenu secret à partir du 11 novembre 1945) et contre le colonialisme de la France, une troisième voie s’avère difficilement négociable comme le constate Nguyễn Tường Tam (Nhất Linh) et d’autres intellectuels acteurs de la solution Bo Đại de 1947. L’instauration de la République de Cochinchine le 1er juin 1946 en pleine période d’une difficile négociation en cours sur l’unité du Viêt-Nam est un coup de poignard planté dans le dos des patriotes vietnamiens. Cette sécession soutenue par l’Amiral d’Argenlieu alimente un peu plus les divisions entre Vietnamiens52 .

NamKyQuoc
Le drapeau de la discorde. Pavillon de la République autonome de Cochinchine de 1946-1948.

A la suite de l’échec franco-Viêt Minh de 1945-1946, une nouvelle histoire connectée équitable avec la France se dessine. L’écrivain Trn Văn Tùng en est l’illustration parfaite. Avec lyrisme, il glorifie l’espoir d’une nouvelle nation en accord avec le romantisme français. Cette idylle avec le nouvel État associé vietnamien fut courte et le romancier de dénoncer, dans les années soixante, l’oppression communiste et la féodalité diemiste pour promouvoir une république vietnamienne véritablement libre, indépendante et démocratique53. Cette nouvelle voie franco-vietnamienne malgré l’échec a construit son destin jusqu’à aujourd’hui. Cependant, pour ce qui fut d’entériner l’indépendance totale et de mettre en place des institutions démocratiques, que de temps perdu entre 1947 et le congrès national de septembre 1953, lors duquel les « pro-français » (vue du Viêt Minh) demandaient la sortie de l’Union française ! Encore une fois et ce fut la dernière, l’Etat associé vietnamien s’était retrouvé pieds et poings liés, à la fois à cause de la guerre mais aussi du fait de l’incompréhension mutuelle.

La guerre d’Indochine ne permet pas de résoudre le clivage vietnamien désormais pendant la Guerre froide et désormais ancré au cœur même des familles. La France développe alors pendant des décennies l’idéal-type franco-Việt Minh qui semble former jusqu’à nos jours une grille de lecture unique de l’aventure franco-vietnamienne. Au fil de l’histoire entre les deux pays, la richesse des profils s’est réduite à l’expérience de la guerre d’Indochine, le Viêt-Nam est assimilé au Viêt-Minh, l’insaisissable et irréductible ennemi. La littérature « militaria » a largement participé à cette réduction culturelle à travers l’expression « les Việt », tantôt péjorative tantôt admirative. Cette réduction du contact franco-vietnamien à la seule guerre d’Indochine a favorisé l’exclusion de toutes celles et ceux qui avaient donné un sens à cette histoire connectée pendant la colonisation. Evincé le lyrisme de Trần Văn Tùng, la synthèse de Phm Qunh, l’énergie de Nguyễn An Ninh, l’imaginaire républicain de Phan Châu Trinh, la vision française s’est au fil du temps accommodée de ce binôme et de sa binarité excessive. Après sa détestation au temps de Raoul Salan, la France s’est ralliée à l’incarnation tutélaire de Hồ Chí Minh, épousant ainsi le discours tout autant réducteur des dirigeants communistes. C’est ainsi que le couple Franco-Viêt-Minh est devenu synonyme de « franco-vietnamien ».

French President Francois Mitterrand (L) speaks with former Vietnamese General Vo Nguyen Giap during a state banquet in this Hanoi February 9, 1993 file photo. General Vo Nguyen Giap, architect of Vietnam's military victories over France and the United States, died on October 4, 2013, of natural causes, family members and a hospital source said. He was 102. REUTERS/Jacky Naegelen/Files (VIETNAM - Tags: POLITICS CRIME LAW)
French President Francois Mitterrand (L) speaks with former Vietnamese General Vo Nguyen Giap during a state banquet in this Hanoi February 9, 1993 © REUTERS/Jacky Naegelen

Adieu la France ?

Le rejet politique de la France s’affiche avec l’avènement de Ngô Đình Diệm au Sud avec l’avènement de la Première République du Viêt-Nam puis de façon plus brutale sous le gouvernement de Nguyễn Khánh en 196454. Pourtant, les cadres du Đại Việt comme Nguyễn Tôn Hoàn et Nguyễn Ngọc Huy sont en France sous la période diemiste. Hoàn tient un restaurant asiatique dans le quartier latin et Huy poursuit ses études universitaires. Le Gaullisme pouvait-il contribuer au bonheur vietnamien ?55. Alors qu’au Nord, des Français fuient l’atmosphère irrespirable du totalitarisme (cas de Gérard Tongas puis de Georges Boudarel), ils restent quelques 17.000 ressortissants français au Sud Viêt-Nam qui ne mettent pas fin à l’aventure culturelle et économique56.

Sur le plan politique, l’histoire se reconnecte avec le processus de négociation vers la paix qui se met en place en banlieue parisienne. Quelques voix anciennes s’élèvent pour proposer une solution neutraliste pour le Viêt-Nam comme celle de Trần Văn Hữu, ancien Premier ministre de Bảo Đi de mai 1950 à juin 1952, mais cela ne pèse pas lourd57. L’heure est au déferlement de la violence, aux bombardements intensifs, les analyses divergentes de Trần Văn Hữu ne peuvent cadrer avec la doxa antagoniste de la Guerre froide.

FrenchPeaceStatue1964

Tous ceux qui sont de la génération de l’Etat du Viêt-Nam et pourtant réfugiés en France sont oubliés. Personne, pas même les historiens, n’ira recueillir leur parole : le ministre Lê Thăng, le fameux général Bình Xuyên Lê Văn Viễn, Hoàng Cợ Thụy, Nguyễn Ngọc Huy, Nghiêm Xuân Thiện, Vũ Quc Thúc, Thái Văn Kiểm, Lê Mộng Nguyên… la liste pourrait s’avérer longue… La page franco-vietnamienne est tournée avec les promoteurs de la démocratie libérale car il faut s’accommoder avec les nouveaux maîtres du pays, réunificateurs d’un pays bien malmené au cours du XXe siècle58. Le général Nguyên Giáp, vainqueur de Điên Biên Phủ, francophone et toujours souriant, devient alors la figure marquante du repentir français. De son côté Phạm Văn Đồng, dans un français impeccable, explique les bienfaits de la rééducation politique et l’intellectuel marxiste Nguyễn Khắc Vin élabore avec soin l’histoire officielle. Si téléologique et si évidente que peu d’historiens la contestent en France sauf au Viêt-Nam59.

Réfugiés, résistances et nouvelles élites

Les années 80 sont lourdes. Les boat people, la troisième guerre d’Indochine, des Vietnamiens de France prennent le chemin de la lutte des idées contre le totalitarisme vietnamien. Une infime minorité s’engage sur la route d’une résistance armée pour ne pas rester de médiocres « politiciens de salons ». Le Viêt-Nam ne fut pas libéré et Trần Văn Bá, figure iconique d’un combat illusoire est fusillé le 8 janvier 1985 malgré les protestations de la France et les soutiens d’intellectuels engagés (notamment le journaliste et écrivain Olivier Todd auteur du Cruel Avril).

ManifestationRéfugiés_DroitDeL'Homme
Manifestation de réfugiés vietnamiens en faveur des Droits de l’Homme à Paris dans les années 80.

La France des années 80 accueille des dizaines milliers de réfugiés en provenance de l’ancienne Indochine. Des Vietnamiens tissent patiemment un réseau associatif qui se révèle gardien des traditions. Des groupes d’intellectuels de droite comme de gauche suivent avec beaucoup d’intérêt l’évolution de leur pays en pleine Rénovation. On compte parmi les principales publications de langue française par ordre chronologique d’apparition : le Bulletin d’information et de documentation de l’Association d’Amitiés franco-vietnamienne (1972-2003) remplacé par Perspectives France Vietnam (2004-), la revue Le Viêt Nam Libre (1978-1984?), le magazine Sudestasie (1980-1991), les éditions Ðường Mới La voie nouvelle (1983-1992), la revue trotskiste Chroniques vietnamiennes (1986-1991), la revue Nhân Quyền Droits de l’homme (1986-1997?), Reflets d’Asie (1987-2005), le bulletin Viet Nam confidentiel (1988-?), le journal Tin Tức (1991-?), les bulletins Vietnam démocratie (1996-2000?), Vietnam Infos (depuis 2000), le magazine Van Hoa Culture… Certaines de ces publications percent l’enceinte de l’Assemblée nationale et du Sénat pour tenter d’infléchir la politique extérieure de la France dans un sens comme dans l’autre. En outre, ce corpus de plusieurs dizaines de titres est utile pour penser le positionnement social, politique, culturel ou économique des réfugiés face à l’évolution interne du régime. Les réfugiés et les officiels de 1975 donnent vie à une forme de dialogue60.

Mais, à l’aube des années 90, à l’heure de l’effondrement soviétique et du réveil des peuples, la France ne sait trop sur quel pied danser. Je me souviens d’une intervention d’Hervé de Charrette au Sénat, invité par le sénateur Michel Pelchat, pour inaugurer une rencontre franco-vietnamienne sur la démocratisation du pays. Hervé de Charrette commença à glorifier les relations multiséculaires entre les deux pays malgré les vicissitudes de l’histoire et à congratuler le développement économique sous la férule du Parti communiste vietnamien avant de se rendre compte qu’il n’avait pas à faire avec une délégation officielle de la RSVN mais à l’opposition libérale en quête d’un soutien pour promouvoir l’ouverture démocratique du Viêt Nam. Anecdotique certes, cette volte-face en disait long sur la méconnaissance des enjeux vietnamiens.

VietPhap

* * *

Depuis 25 ans, le Viêt-Nam s’est recentré sur l’Asie, premier partenaire économique, et les relations entre les deux pays semblent excellentes. Le partenariat stratégique est un signe fort de rapprochement et ouvre la voie à une entente de longue durée…61 La France n’en oublie pas pour autant ses citoyens franco-vietnamiens entrés dans la dissidence (cas du militant Phm Minh Hoàng par exemple) et elle revendique la paternité de ceux qu’elle a formé (cas du brillant Ngô Bảo Châu). Pour des raisons géopolitiques et économiques la nouvelle élite issue du néocommunisme a su renouer le fil avec la France (et l’Europe), un fil qui n’a jamais été complètement rompu… Cependant, d’autres malaises minent notre pays dans sa représentation citoyenne. Qu’est-ce qu’être français ? Qu’est-ce qu’être Vietnamien en France ? Quid de la double culture ? Dans son essai intitulé Les irremplaçables, la philosophe Cynthia Fleury questionne notre relation à l’état de droit, la place du « sujet libre » dans la configuration néolibérale actuelle62. Ces questionnements font étrangement écho aux demandes vietnamiennes des années vingt et trente. La France laisse en héritage au Viêt-Nam de la douleur mais aussi une histoire riche et beaucoup d’espoir. Sera-t-elle à la hauteur de cette nouvelle dynamique ?

FG, MàJ du 14/12/2015

* Ce texte sera remanié et complété dans le cadre d’une publication ultérieure.

Notes

  1. Voir la discussion engagée par l’historien Christopher E. Goscha dans son essai : Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015 []
  2. Pierre Brocheux souligne la nécessité de changer de paradigme, de mettre de côté celui de la confrontation, pour mieux saisir la dynamique interne du moment colonial à travers ses échanges, transactions, interactions et fusions. Voir Pierre Brocheux, Histoire du Vietnam contemporain, la nation résiliente, Paris, Fayard, 2011, pp. 11-12 []
  3. Nous ne ferons ici qu’effleurer le sujet. Sur la mutation qui s’opère entre système mandarinal et nouvel État socialiste voir le chapitre 6 de Philippe Papin, Viêt-Nam, parcours d’une nation, Paris, Belin/Documentation française, 2003, pp. 96-113 []
  4. Nguyen The Anh, Parcours d’un historien du Viêt Nam, Paris, les Indes savantes, 2008, pp. 150-156. Voir l’article en ligne sur le site Viêt Nam Infos : http://www.vninfos.com/selection/histoire/dialogue_culturel.html []
  5. Nguyen The Anh, 2008, p. 153 []
  6. D’où le rapport complexe entre le catholicisme et le nationalisme lors de l’avènement de l’indépendance. Cf. Charles Keith, Catholic Vietnam. A Church from Empire to Nation, Berkeley, University Press of California, 2012 []
  7. Nguyen The Anh, 2008, p. 155 []
  8. Sur ce déclin, voir Nguyen The Anh, Monarchie et fait colonial au Viêt-Nam, 1875-1925. Le crépuscule d’un ordre traditionnel, Paris, L’Harmattan, 1992 []
  9. Pour une analyse globale quoi qu’incomplète de cette génération d’intellectuels, voir Trinh Van Thao, Vietnam du confucianisme au communisme. Un essai d’itinéraire intellectuel, Paris, L’Harmattan, Logiques sociales, 2007. Voir aussi le panorama succinct de Dao Dang Vy, Évolution de la littérature et de la pensée vietnamienne depuis l’arrivée des Français jusqu’à nos jours (1865-1946), Saigon, Impr. De l’Union Nguyen-Van-Cua, 1949 et le numéro spécial de la revue Moussons : Trinh Van Thao & Nguyen Phuong Ngoc (sous la dir.), « Les passeurs : Portrait de groupe d’intellectuels vietnamiens dans le siècle franco-vietnamien (1858-1954) », n° 24, 2014 : https://moussons.revues.org/2992 []
  10. Trinh Van Thao, 2008, pp. 16-18 []
  11. Il n’y a qu’à penser au rôle prépondérant des militaires pour s’en convaincre. Une étude socio-historique des milieux militaires vietnamiens communistes et non communistes permettrait de mieux comprendre comment cette classe s’est imposée tout au long du XXe siècle []
  12. Voir l’excellente analyse de Pierre Brocheux, « Une histoire croisée : l’immigration politique indochinoise en France, 1911-1945 », mai 2009. Article en ligne : http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article14195 . Nous nous référerons désormais à cette version révisée en ligne []
  13. BEFEO, Vol. 7, 1906, p. 166-175. Voir en ligne : http://www.persee.fr/doc/befeo_0336-1519_1907_num_7_1_1901 Il faut relire ce texte véritable réquisitoire contre un mandarinat cruel et un état colonial oppressif, trop ignorant de la misère des populations locales. Cité par Brocheux, 2009, note 5 []
  14. Brocheux, 2009 []
  15. Patrice Morlat a consacré une étude minutieuse sur cette période clé : Patrice Morlat, Indochine années vingt : le rendez-vous manqué, 1918-1928, Paris, Les Indes savantes, 2005 []
  16. Brocheux, 2009 []
  17. Voir le texte en ligne sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/532[3] []
  18. Pierre Brocheux, Ho Chi Minh, Paris, Presses de Sciences Po, Références Facettes, 2000, p. 112 []
  19. Nguyen An Ninh, La France et l’Indochine », Europe, Vol. VIII, n° 31, 15 juillet 1925, pp. 257-277 (voir p. 262) []
  20. Notamment sur la dénonciation des impôts, de l’usure et des taxes et la violence coloniale. Voir Nguyen Ai Quoc, Le procès de la colonisation française, Paris, Librairie du travail, 1925 ; Phan Boi Chau, Viet Nam vong quoc su, Saigon, Tao Dan, 1969 (édition en quoc ngu par Nguyen Quang To) []
  21. Brocheux, 2009 []
  22. Brocheux, 2009. Voir aussi Dang Huu Thu, Than the va su nghiep nha cach mang Nguyen The Truyen, Melun, autoédition, 1993 []
  23. Voir l’étude de Philippe Peycam, The birth of Vietnamese political journalism, Saigon 1916-1930, New York, Columbia University Press, 2012 []
  24. Pham Quynh, Nouveaux essais franco-annamites, Hue, Editions Bui-Huy-Tin, 1938, p. 465 []
  25. Pour une synthèse efficace de cette impossible entente, voir : Agathe Larcher-Goscha, « La voie étroite des réformes coloniales et la « collaboration franco-annamite » (1917-1928), Revue française d’histoire d’outre-mer, tome 82, n° 309, 4e trimestre 1995, pp. 387-420 []
  26. Terme que nous empruntons à Pierre Brocheux, 2009 []
  27. Voir par exemple Nguyen Q. Thang & Nguyen Ba The, Tu dien nhan vat lich su Viet Nam, Hanoi, NXB Van Hoa, 1999. Néanmoins d’autres monographies spécifiques sur l’histoire des femmes ont été publiées au Viêt-Nam. Voir par exemple Cao Tu Thanh (tong chu bien), Phu nu Viet Nam trong lich su, Hanoi, NXB Phu Nu, 2012, 2 vol. []
  28. Respectivement : Anh Tho, Luu Thi Yen (Thuy An), Mong Son, Mong Tuyet, Tuong Pho []
  29. Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943. Par ordre alphabétique du prénom (après les trois reines) : L’impératrice Nam Phuong, SM la Reine Grand-mère, SM la Reine Mère, Diep Thi Chac (oeuvres sociales), Nguyen Thi Chau (professeure), Mme Nguyen Huu Hao (duchesse), Le Thi Hoang (doctoresse en médecine), Mme Ho Vinh Ky (doctoresse en médecine), SA la Princesse My Luong, Mme veuve Le Trung Ngoc (œuvres sociales), Mme Nguyen Huu Nho née Huynh Thi Chanh (œuvres sociales), Mme Nguyen Van Nhung (œuvres sociales), Melle Le Thi Phi dit Nam Phi (actrice de théâtre), SAR Sophon Norodom, SAR la Princesse Suramarit, SAR Norodom Sutharot, SA la Princesse Tan Phong, Mme Truong Vinh Tong (œuvres sociales), Mme Hoang Thi Uyen dite Ca Moc (œuvres bouddhiques) []
  30. Bui Tran Phuong, 2008, pp. 108-109 []
  31. Bui Tran Phuong, 2008, pp. 395-420 (Les épouses des intellectuels), 513-524 (Les épouses des homes politiques, des écrivains et poètes) []
  32. Bui Tran Phuong, 2008, p. 110-112 (Cao Thi Khanh), 389-391 (Nguyen Thi Kiem) []
  33. Bui Tran Phuong, 2008, pp. 367-376 []
  34. Bui Tran Phuong, 2008, pp. 376-395 []
  35. Portrait succinct de cette femme d’affaire et femme politique dans François Guillemot, Dai Viet, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie, 1938-1955, Paris, les Indes savantes, 2012, p. 606 []
  36. Tran Thi Lien, « Henriette Bui: The Narrative of Vietnam’s First Woman Doctor », in Gisèle L. Bousquet, Pierre Brocheux (ed.), Vietnam Exposé French Scholarship on Twentieth – Century Vietnamese Society, Ann Arbor, Michigan University Press, 2002, pp. 278-309 []
  37. Marie-Paule Ha, French Women and the Empire. The case of Indochina, Oxford, Oxford University Press, 2014 []
  38. Cf. Patrice Morlat, « La place de Pham Quynh dans le projet colonial français au Vietnam », in Frédéric Mantienne et Keith W. Taylor (ed.), Monde du Viêt-Nam / Vietnam World. Hommage à Nguyen The Anh, Paris, Les Indes savantes, 2008, pp. 253-270 (voir pp. 269-270) []
  39. En outre, sans vouloir d’anachronisme, la revendication reste valable dans la société française d’aujourd’hui []
  40. Cité par Brocheux, 2009 []
  41. Voir sur ce sujet la thèse de Liêm-Khê Luguern, Les « Travailleurs indochinois », étude socio-historique d’une immigration coloniale (1939-1954), Paris, EHESS, 2014 []
  42. Cf. Louis Roubaud, Viet-Nam la tragédie indo-chinoise, Paris, Librairie Valois, 1931, pp. 147-148. Texte en ligne sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/762 []
  43. Voir le numéro spécial consacré à cette insurrection révolutionnaire : Special Issue: Revisiting and Reconstructing the Nghê Tĩnh Soviets, 1930–2011, South East Asia Research, Vol. 19, No. 4, December 2011 []
  44. Sur ce sujet voir l’étude de Nguyen Van Ky, La société vietnamienne face à la modernité. Le Tonkin de la fin du XIXe siècle à la Seconde guerre mondiale, Paris, L’Harmattan, 1995 ; ainsi que la thèse de Martina T. Nguyen, encore inédite : The Self-Reliant Literary Group (Tu Luc Văn Đoàn). Colonial Modernism in Vietnam, 1932-1941, []
  45. Cf. le récit personnel de Ngo Van sur cette période : Ngo Van, Au pays de la Cloche fêlée. Tribulations d’un Cochinchinois à l’époque coloniale, Montreuil, L’Insomniaque, 2000 et l’étude incontournable de Daniel Hémery, Révolutionnaires vietnamiens et pouvoir colonial en Indochine. Communistes, trotskystes, nationalistes à Saigon de 1932 à 1937, Paris, François Maspéro, 1975 []
  46. Voir l’étude de Chizuru Namba, Français et Japonais en Indochine : colonisation, propagande et rivalité culturelle, Paris, Karthala, 2012 []
  47. Sur cette période voir les études majeures suivantes : Eric Jennings, Vichy sous les tropiques. La révolution nationale à Madagascar, en Guadeloupe, en Indochine, 1940-1944, Paris, Bernard Grasset, 2004 ; Sébastien Verney, L’Indochine sous Vichy. Entre Révolution nationale, collaboration et identités nationales, 1940-1945, Paris, Riveneuve, 2012 []
  48. Sur ce dernier voir, Jocelyn Benoist & Michel Espagne (sous la dir.), L’itinéraire de Tran Duc Thao, phénoménologie et transfert culturel, Paris, Armand Colin, 2013 []
  49. Christopher E. Goscha, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015 []
  50. Jean Rouget, Indochine, les dernières moussons. Un regard sur les rapports France – Viêt Nam, Panazol, Lavauzelle, 2004, p. 11 (avant-propos) []
  51. Souligné par nous, Rouget, 2004, p. 11 []
  52. A ce jour, aucune étude détaillée ne s’est consacrée à l’histoire de cette République dissidente qui dure deux ans de juin 1946 à juin 1948 et aux raisons profondes qui poussent des Vietnamiens à choisir la sécession plutôt que l’union []
  53. Tran Van Tung, Le Vietnam face au Communisme et à la Féodalité, Viry-Chatillon, Les éditions du Parc, 1962 []
  54. Voir l’article de Phi Van Nguyen, « Le sac de l’ambassade de France de Saigon de juillet 1964 », en ligne sur academia (accès restreint) []
  55. Sur ce sujet voir les études fouillées sur le gaullisme : Frédéric Turpin, De Gaulle, les gaullistes et l’Indochine 1940-1956, Paris, Les Indes savantes, 2005 ; Pierre Journoud, De Gaulle et le Vietnam, la réconciliation, 1945-1969, Paris, Tallandier, 2011 []
  56. Voir le court billet de Pierre Brocheux en réponse à la revue L’Histoire sur mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/13184 []
  57. R. Reicher-Sgradi, Vietnam… nous sommes tous concernés, tome 1, Paris, Jérôme Martineau, 1967, pp. 187-248 (Troisième partie : « Entretiens avec le Président Huu ») []
  58. Voir ce que dit du soutien de la France l’intellectuel et homme politique Nguyen Ngoc Huy, « La France et les Vietnamiens partisans de la démocratie libérale », Duong Moi – La voie nouvelle, 4/1985, pp. 113-122 []
  59. Voir la note de l’éditeur dans la 6e édition revue et complétée : Nguyen Khac Vien, Vietnam une longue histoire, Hanoi, The Gioi, 2007 []
  60. Sur les réfugiés, voir : Le Huu Khoa, Les Vietnamiens en France. Insertion et identité : le processus d’immigration depuis la colonisation jusqu’à l’implantation des réfugiés, Paris, L’Harmattan / CIEM, 1985 []
  61. Le texte est en ligne sur le site de l’Ambassade de France à Hanoi : http://www.ambafrance-vn.org/Signature-de-la-declaration Reproduit sur Mémoires d’Indochine : lien à venir. []
  62. Cette digression osée nous ramène à la question du pouvoir et du savoir, celle de l’éducation, la place de l’individu et de la citoyenneté dans un monde en pleine mutation. Cynthia Fleury, Les irremplaçables, Paris, Gallimard, 2015 []

La France, l’Europe et le Vietnam depuis 1954 – Colloque international : 16-18 janvier 2014

ColloqueFranceEuropeVietnam[ndlr] Annonce du programme d’un colloque international sur « les relations entre la France, l’Europe et le Vietnam depuis 1954 », organisé du 16 au 18 janvier 2014 dans le cadre de l’Année croisée France-Vietnam 2013-2014.

Depuis la fin de la guerre d’Indochine et après une première période difficile, les relations entre la France et le Vietnam se sont approfondies et diversifiées, au point de nourrir aujourd’hui des échanges de haut niveau et une riche coopération. Parallèlement, le dialogue franco-vietnamien s’est multilatéralisé, notamment au sein de l’Asia Europe Meeting, avant de s’élargir à la dimension stratégique, sous l’effet des recompositions régionales entraînées par la fin de la guerre froide. Dans le cadre de l’Année croisée France-Vietnam 2013-2014, et quarante ans après le premier échange d’ambassadeurs entre France et Vietnam, ce colloque international permettra aux historiens, experts et grands témoins, d’évaluer le chemin parcouru entre la signature des accords de Genève, en 1954, et celle du partenariat stratégique franco-vietnamien, en 2013.

Colloque organisé par l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, la direction des archives du ministère des Affaires étrangères et l’Institut de recherche stratégique de l’école militaire (Irsem), en partenariat avec l’Université des sciences sociales et humaines de Hanoi (Ussh).

Inscriptions conseillées par mail : lecture.archives@diplomatie.gouv.fr
Renseignements : 01 43 17 70 30

 

Organisateurs et partenaires / Organizers and sponsors

–        Pour la France/In France : Université Paris I Panthéon-Sorbonne University / Chac-Irice ; Direction des archives du ministère des Affaires étrangères (mae) / Direction of the Archives of the Ministry of Foreign Affairs (mofa) ; Institut de recherche stratégique de l’école militaire (Irsem) / Institute for Strategic Research at the Military Academy (Irsem) ; Musée de l’Armée/Army Museum.

–        Pour le Vietnam/In Vietnam : Université des sciences sociales et humaines (Ussh), Université nationale de Hanoi / University of Social Sciences and Humanities (Ussh), National University of Hanoi.

 

Pré-programme du colloque (décembre 2013)

Conference Pre-program (December 2013)

 

Jeudi 16 janvier 2014 / Thursday, 16 January 2014

– Invalides – musée de l’Armée / Army Museum –

(Esplanade des Invalides, 129 rue de Grenelle, Paris 7e)

 

17h : visite privée de l’exposition « Indochine 1856-1956. Des territoires et des hommes » / private tour of exhibit « Indochina, 1856-1956: Landscapes and Men »

 

17h45 (Auditorium Austerlitz).

Accueil / Welcome Address :

Général / General Christian Baptiste, directeur du Musée de l’Armée / Director of the Army Museum

Pierre Journoud, Irsem, Paris

 

18h. Table ronde sur la coopération de défense depuis la fin de la guerre froide, animée par / Roundtable on Defense Cooperation since the End of the Cold War, chaired by Benoît de Tréglodé, docteur en histoire et chef du bureau Asie-Pacifique de la Délégation aux affaires stratégiques (Das) du ministère de la Défense, avec / Doctor of History, Asia-Pacific Bureau Chief of the Strategic Affairs Delegation (Das) at the Ministry of Defense, featuring:

 

  • Général (2s) / General Daniel Schaeffer, premier attaché de défense près l’ambassade de France au Vietnam (1991-1995) / First Defense Attaché at the Embassy of France, Vietnam (1991-1995)
  • Contrôleur général des armées / General Comptroller of the Armed Forces Christian Protar, ancien attaché de défense près l’ambassade de France au Vietnam (2000-2003) / Former Defense Attaché at the Embassy of France, Vietnam (2000-2003)
  • Christian Bourdeille, adjoint au sous-directeur Asie Pacifique de la Direction Générale de l’Armement (Dga) / Assistant to the Asia-Pacific Deputy Director of the Armement General Staff (Dga)
  • Hoang Anh Tuan, directeur de l’Institut de politique étrangère et des études stratégiques de l’Académie diplomatique du Vietnam (Adv) / Director of the Institute for Foreign Policy and Strategic Studies at the Vietnamese Diplomatic Academy (Adv) (pending confirmation)
  • Capitaine de vaisseau Christophe Pipolo (Ema – État-major des armées RI/Division Régions), chef du Bureau Asie-Pacifique, Amérique latine / Asia-Pacific, South America Bureau Chief of the Joint Staff –International Relations desk (pending confirmation)

 

Vendredi 17 janvier 2014 / Friday, 17 January 2014

– MAE / MOFA – La Courneuve –

(3, rue Suzanne Masson 93126 La Courneuve)

Traduction simultanée français-anglais / Simultaneous English-French translation

 

9h. Accueil / Welcome

9h15. Allocutions d’ouverture / Opening Remarks

  • Richard Boidin, directeur des archives du ministère des Affaires étrangères / Director of the Archives of the Ministry of Foreign Affairs
  • Hugues Tertrais, professeur à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et directeur du Centre d’histoire de l’Asie contemporaine (Chac-Irice) / Professor at Paris I Panthéon-Sorbonne University and Director of the Center for Contemporary Asian History (Chac-Irice)
  • Nguyen Van Khanh, professeur d’histoire moderne et recteur de l’Université des sciences sociales et humaines (Ussh), Université nationale de Hanoi / Professor of Modern History and Rector of the University of Social Sciences and Humanities (Ussh), National University of Hanoi

 

9h45. Présentation d’archives/ Archives Presentation

Grégoire Eldin, conservateur aux Archives du ministère des Affaires étrangères / Archivist at the Archives of the Foreign Ministry : Des archives de transition. Des états associés à la section Cambodge-Laos-Vietnam / Transitional Archives : From the Associated States to the Cambodia-Laos-Vietnam Section

Diffusion d’extraits d’archives de l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) / Presentation of audiovisual archives from the National Audiovisual Institute (Ina)

* * *

1.    Les relations politico-stratégiques, vues par les historiens / Strategic and Political Relations: Historians’ Perspectives

 

10h45. Les relations franco-vietnamiennes après la guerre d’Indochine, présidée par / Franco-Vietnamese Relations after the Indochina War, chaired by Pierre Brocheux, historien, maître de conférences honoraires à l’Université Paris Diderot-Paris 7 / Historian, Retired Associate Professor, Paris Diderot-Paris 7 University

 

  • Pierre Asselin (Hawai’i Pacific University), Les relations franco-vietnamiennes après la guerre d’Indochine, vues de Hanoi / Franco-Vietnamese Relations after the Indochina War : The View from Hanoi
  • Pierre Journoud (Irsem / Chac-Irice), Entre Hanoi et Saigon : la diplomatie française et le Vietnam de 1954 à 1973 / Between Hanoi and Saigon : French Diplomacy and Vietnam, 1954-1973
  • Hugues Tertrais (Paris I /Chac-Irice), Les relations franco-vietnamiennes à l’épreuve de la réunification / Franco-Vietnamese Relations and the Question of Reunification
  • Trinh Van Tung (Ussh) : Le rôle de la France dans la relation entre le Vietnam et l’Union Européenne / France’s Role in the Relationship between Vietnam and the European Union

 

12h45-14h15 : déjeuner / lunch

 

14h. Les relations entre l’Europe et le Vietnam depuis les accords de Genève de 1954, présidée par / Relations between Europe and Vietnam since the Geneva accords of 1954, chaired by Ton Nu Thi Ninh, vice-présidente de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale du Vietnam, chargée des rapports avec les pays d’Amérique du Nord et d’Europe Occidentale (2002-2007) / Vice President of the Foreign Affairs Commission of the Vietnamese National Assembly, responsible for relations with North American and Western European States (2002-2007)

 

  • James Hershberg (George Washington University), Les tentatives de médiation européennes pendant la guerre du Vietnam et leur impact sur la relation avec le Vietnam. La France et Marigold / European Mediation Efforts during the Vietnam War and their Impact on Relations with Vietnam. France and Marigold
  • Wilfried Mausbach (Université Heidelberg), Les relations entre les deux Allemagne et les deux Vietnam pendant la guerre froide / Relation between the Two Germanies and the two Vietnams during the Cold War
  • Pham Quang Minh (Ussh), La promotion des études européennes au Vietnam : opportunités et défis / Promoting European Studies in Vietnam: Chances and challenges

 

* * *

2.     Les relations politico-stratégiques, vues par les témoins / Strategic and Political Relations : Witnesses’ Perspectives

 

15h45. Allocutions introductives / Introductory Remarks :

Duong Chi Dung, ambassadeur de la République socialiste du Vietnam en France / Ambassador of the Socialist Republic of Vietnam, France

Christian Lechervy, conseiller du Président de la République pour les affaires stratégiques et l’Asie-Pacifique (sous réserve) / Presidential Adviser for Strategic and Asia-Pacific Affairs (pending confirmation)

 

16h30. Table ronde sur les relations diplomatiques entre la France et le Vietnam depuis la réunification du Vietnam, sous la présidence de / Roundtable on Diplomatic Relations between France and Vietnam since Vietnamese Reunification, chaired by Elizabeth Laurin, directrice Asie-Océanie au Mae (sous réserve) / Director, Asia-Oceania, MoFA (pending confirmation)

 

  • Louis Amigues, ambassadeur de France au Vietnam entre 1986 et 1989 / Ambassador of France to Vietnam between 1986 and 1989
  • Claude Blanchemaison, ambassadeur de France au Vietnam entre 1989 et 1993 / Ambassador of France to Vietnam between 1989 and 1993
  • Antoine Pouillieute, ambassadeur de France au Vietnam entre 2001 et 2004 / Ambassador of France to Vietnam between 2001 and 2004
  • Ton Nu Thi Ninh, ambassadeur du Vietnam en Belgique et au Luxembourg et chef de mission auprès de la Commission européenne à Bruxelles (2000-2003) / Ambassador of Vietnam in Belgium and Luxemburg and Head of Mission to the European Commission in Brussels (2000-2003)

 

18h. Présentation de l’exposition du Mae / MoFA Exhibition presentation

 

Samedi 18 janvier / Saturday, 18 January

– Université Paris I Panthéon-Sorbonne University, Centre Panthéon,

salle / room n°1 – (12, place du Panthéon, Paris 5e)

 

9h. Accueil / Welcome

Philippe Boutry, président de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne / President of the University of Paris I Panthé-Sorbonne

* * *

3.    Les relations économiques de 1954 à nos jours / Economic Relations from 1954 to the Present

 

9h15. Allocution introductive / Introductory Remarks : Pierre Brocheux, historien du Vietnam / Historian of Vietnam : Les relations franco-vietnamiennes dans le domaine économique entre 1954 et 1975 / Franco-Vietnamese Relations in the Economic Realm between 1954 and 1975

 

9h40. Les relations économiques et commerciales entre la France, l’Europe et le Vietnam depuis la fin de la guerre d’Indochine, sous la présidence d’ / Economic and Commercial Relations between France, Europe, and Vietnam since the end of the Indochina War, chaired by éric Bussière, professeur d’histoire des relations économiques et monétaires internationales contemporaines à l’Université Paris IV et directeur de l’Umr-Irice / Professor of History of Contemporary Economic and Monetary International Relations at Paris IV University and Director of Umr-Irice

 

  • Bui Thanh Nam (Ussh), Les relations économiques entre la France et le Vietnam depuis 1954 / Economic Relations between France and Vietnam since 1954
  • Jean-Philippe Eglinger (Alcatel-Lucent / Inalco), Les relations commerciales entre la France, l’Europe et le Vietnam depuis la fin de la guerre du Vietnam / Commercial Relations between France, Europe, and Vietnam since the End of the Vietnam War
  • Philippe Ortoli (Europe-Asia Investment & Corporate Advisory), L’énergie nucléaire dans la coopération entre la France, l’Europe et le Vietnam / Nuclear Energy in the Cooperation between France, Europe, and Vietnam

 

11h45 : Déjeuner / Lunch

* * *

4.    Les relations dans le domaine culturel et religieux, de 1954 à nos jours / Relations in the Cultural and Religious Realm, from 1954 to the Present

 

13h. Allocution introductive / Introductory Remarks : Franciscus Verellen, directeur de l’Efeo / Directeur of the French School of the Far East : L’Efeo, une expérience vietnamienne / The French School of the Far East: A Vietnamese Experience

 

13h25. Les relations culturelles et religieuses, sous la présidence de l’ambassadeur / Cultural and Religious Relations, chaired by Ambassador Duong Van Quang, représentant du Président de la République du Vietnam auprès de l’Organisation Internationale de la Francophonie (sous réserve) / Representative of the President of the Socialist Republic of Vietnam to the International Organization of the Francophonie (pending confirmation)

 

Rapporteur / Commentator : Bénédicte Chéron (Umr-Irice) : Héritages, mémoires et images dans la relation franco-vietnamienne / Legacies, Memories, and Images in Franco-Vietnamese Relations

  • Nguyen Thuy Phuong (Université Paris Descartes University), La coopération scolaire franco-vietnamienne pendant la guerre du Vietnam / Franco-Vietnamese Educational Cooperation during the Vietnam War
  • Julien Mary (Université Paul Valéry – Montpellier III University), Les anciens prisonniers français de la guerre d’Indochine et leurs relations avec le Vietnam : « mémoire partagée » ou ultime réparation de l’entre-soi ?/ Former French Prisoners of the Indochina War and their Relationship with Vietnam : « Shared Memory » or Ultimate Self-Healing ?
  • Tran Thu Huong (Ussh), Le rôle des sciences sociales et humaines dans les relations culturelles franco-vietnamiennes / The role of social sciences and humanities in the cultural Franco-Vietnamese relations

 

Rapporteur/Commentator : Pascal Bourdeaux (Ephe/Efeo Ho Chi Minh-Ville), Décolonisation, sciences religieuses et dialogue franco-vietnamien / Decolonization, Religious Science, and Franco-Vietnamese Dialogue

  • Claire Tran Thi Lien (Paris Diderot-Paris 7 University), Catholiques de gauche vietnamiens et français et combat pour la paix : Histoires parallèles d’une presse engagée (1962-1975) / Leftist Vietnamese and French Catholics and the Struggle for Peace : Parallel Histories of a Committed Press (1962-1975)
  • Sabine Rousseau (Sciences Po Lyon), La question religieuse dans la coopération franco-vietnamienne depuis la réunification / Christian Involvement in Franco-Vietnamese Cooperation with Vietnam since Reunification

 

16h. Table ronde des acteurs de la coopération culturelle, animée par / Roundtable of Agents of Cultural Cooperation, chaired by Daniel Weissberg, professeur de géographie de l’Université Toulouse II-Le Mirail / Professor of Geography at Toulouse II-Le Mirail University

 

  • Christine Hemmet (muséologue / curator, Paris/Hanoi), La coopération muséale / Museum Cooperation
  • Dao Thanh Huyen (journaliste indépendante / Independent Journalist, Hanoi), La coopération journalistique / Journalistic Cooperation
  • Patrice Jorland (Association d’amitié franco-vietnamienne / Franco-Vietnamese Friendship Association), La coopération associative / Associative Cooperation
  • Bui Tran Phuong (Université Hoa Sen University, Ho Chi Minh-Ville / City), La coopération universitaire / Inter-University Cooperation
  • Doan Cam Thi (Inalco), La coopération littéraire / Literary Cooperation

 

17h30. Conclusions / Concluding Remarks, par / by Ambassadeur Michaël Reiterer, conseiller Asie-Pacifique au Service européen pour l’action extérieure (Seae, Bruxelles) / Asia-Pacific Advisor to the European Service for Foreign Action (Seae, Brussels)

 

18h-19h : Concert de clôture / Closing Concert

Ensemble vocal Quê-Huong / Vocal Ensemble, dirigé par / under the direction of

Nguyen Ngan Ha

Université Paris I University ; amphi de gestion ; 14, rue Cujas, Paris 5e

Source : IRICE UMR 8138

U.S. Diplomatic Oral Histories on Cambodia, Laos, and Vietnam

[ndlr] L’Association d’études diplomatiques et de formation (ADST) est une organisation indépendante à but non lucratif fondée en 1986. Localisée au Centre National de Formation des Affaires étrangères (Centre George P. Shultz) du Département d’État (NFATC) à Arlington, en Virginie, elle contribue à la compréhension de la diplomatie américaine et prend en charge la formation du personnel des affaires étrangères à l’Institut des Affaires étrangères du NFATC à travers une variété de programmes et d’activités. L’ADST propose en ligne une série audiovisuelle et une documentation très riche sous forme d’entretiens (Oral histories) sur le personnel diplomatique américain dans le monde. Nous proposons ci-après les liens menant aux « Readers » des trois pays de la péninsule indochinoise. Nous en profitons pour remercier le professeur Nguyen The Anh pour avoir signalé cette documentation en ligne comme présent de bienvenue dans la nouvelle année 2013.

 

The Association for Diplomatic Studies and Training (ADST)

Country and Subject Reader Series

Interested in a particular country or subject? Go beyond the experiences of simply one diplomat with Country and Subject Readers.

These Readers consist of relevant excerpts from individual oral history interviews arranged in approximate chronological order. They are designed to give users an overview of U.S. relations with a country or policy on a specific subject, as seen by those who dealt with it from Washington or in the field. The Readers offer unique insights over decades, though they may not provide full chronological continuity.

Some of our larger Country Readers that exceed 1,000 pages of content, such as China, are only available in part for free download. Full Country Readers that fall under this category are available for purchase in PDF format from the Official ADST Store. When your purchase is complete, you will be automatically sent a link to download your purchase(s). All proceeds are used to financially support ADST’s programs.

Note:  These oral histories contain the personal recollections and opinions of the individual interviewed.  The views expressed should not be considered official statements of the U.S. government or the Association for Diplomatic Studies and Training.

Source : ADST

  • Documentation on Cambodia (pdf 386 p.)
  • Documentation on Laos (pdf 459 p.)
  • Documentation on Vietnam (pdf extrait de 104 p.)

 

L’Année France-Vietnam 2013-2014 [annonce officielle]

Organisée à l’occasion du quarantième anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre nos deux pays, l’Année France-Vietnam débutera par la France au Vietnam au deuxième semestre 2013, et se poursuivra avec le Vietnam en France, au premier semestre 2014.

Cette Année sera marquée par un large éventail d’événements, dans tous les domaines : la culture, l’éducation, la coopération en matière d’enseignement supérieur et de recherche, le tourisme, le sport, les industries culturelles et créatives, plus particulièrement l’architecture, la mode et le design, et, de manière plus générale, l’ensemble des échanges économiques entre la France et le Vietnam.

L’Année France-Vietnam sera l’occasion de mettre particulièrement en valeur l’acquis représenté par le dynamisme de la coopération décentralisée entre les collectivités des deux pays, très présente sur tout le territoire. Elle s’appuiera également sur l’apport des communautés vietnamiennes en France.

Tout en s’attachant à présenter des éléments remarquables de l’histoire, du patrimoine et des traditions de la France et du Vietnam, cette Année a pour ambition de faire découvrir à chacun des deux pays, les aspects les plus contemporains et les plus créatifs de l’autre, et de donner un nouvel élan aux échanges, tant dans le domaine économique, que dans les domaines culturel, éducatif, scientifique et sportif.

La labellisation des projets culturels

La labellisation est accordée par le comité mixte d’organisation franco-vietnamien, sur la base de la qualité du projet, de son adéquation avec les principes et orientations des Années croisées et de sa faisabilité.

Un projet labellisé intègre la programmation des Années croisées. A ce titre, il bénéficiera des supports de communication de l’Institut français (documents, site web…).

Pour plus d’informations et pour télécharger la fiche de labellisation : cliquez ici

 Les 4 Instituts français au Vietnam :