Archives par mot-clé : régime de Vichy

Eric T. Jennings : Vichy vu d’Asie – Résistance et collaboration en Indochine [EHESS]

[ndlr] Annonce d’une séance de séminaire consacrée à Vichy en Indochine avec Eric Jennings, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Toronto (Victoria College) et spécialiste de la colonisation française en Indochine, à Magadascar et en Afrique.

Eric T. Jennings
professeur d’histoire à l’université de Toronto,
professeur invité à l’EHESS


animera, au sein du séminaire « Douze fois Vichy » organisé par Marc Olivier Baruch, Julien Blanc et Emmanuel Saint-Fuscien, une séance intitulée :


Vichy vu d’Asie :

Résistance et collaboration en Indochine

 

le jeudi 7 avril, de 13h à 15h

au 105 bd Raspail, salle n° 5

* * *

Jennings_VichySousLesTropiquesÉtudes de Eric Jennings consacrées à cette thématique :

Eric Jennings, « L’œil de Vichy à Madagascar: Le règne de terreur d’un chef de district en Imerina, » Les Cahiers d’études africaines, 54:3 (211) (October 2013): 625-648.

Eric Jennings, co-editor, with Jacques Cantier, of a collective volume entitled L’Empire colonial sous Vichy, Paris: Odile Jacob, 2004.

CantierJennings_LEmpireColonialSousVichyEric Jennings, “Conservative Confluences, ‘Nativist’ Synergy: Re-inscribing Vichy’s National Revolution in Indochina”, French Historical Studies, special issue on “the New French Colonial History” 27:3 (Summer 2004): 601-635.

Eric Jennings, “Last Exit from Vichy France: The Martinique Escape Route and the Ambiguities of Emigration, 1940-41”, The Journal of Modern History, 74 (June 2002): 289-324.

Eric Jennings, Vichy in the Tropics: Pétain’s National Revolution in Madagascar, Guadeloupe and Indochina, 1940-1944, Stanford: Stanford University Press, 2001.
– French translation by Eric Jennings: Vichy sous les Tropiques: La Révolution nationale à Madagascar, en Guadeloupe, en Indochine, 1940-1944 (Paris: Grasset, 2004).

Image « à la une » : un des deux timbres Sports et Jeunesse (Y&T Indochine n° 284/285) émis le 10 juillet 1944. Timbre témoignant du culte de la force et de l’embrigadement des jeunes indochinois dans la Jeunesse d’Empire de Maurice Ducoroy pendant la période Decoux (1940-1945).

Chizuru Namba : Français et Japonais en Indochine (1940-1945) – CR de lecture par Pierre Brocheux

Namba_FrancaisetJaponaisEnIndochineNAMBA Chizuru, Français et Japonais en Indochine (1940-1945). Colonisation, propagande et rivalité culturelle, Paris, Karthala, 2012, bibliographie, index, 279 p.

Les historiens de l’Indochine française pendant la Seconde guerre mondiale sont peu nombreux, leurs ouvrages focalisent le régime colonial (voir CR du livre de Sébastien Verney in Outre-Mers 378-379 / 2013, p. 352-354) et surtout ‘l’occupation japonaise’, en évitant de se pencher ou d’insister sur le fait singulier de la collaboration d’État entre le gouvernement général vychiste et le gouvernement impérial nippon.

Il revient à une historienne japonaise d’aborder le sujet sur son versant japonais. En fait sur les six chapitres de sa thèse, Mlle Namba Chizuru raconte et analyse la ‘cohabitation’ franco-japonaise. Son étude est originale parce qu’elle se détourne du registre politique et militaire de la période 1941-1945 pour examiner les rapports au quotidien entre les protagonistes et, volens nolens, partenaires dans un jeu qui dura jusqu’au 9 mars 1945. Mais le travail de Mlle Chizuru est novateur lorsqu’elle scrute la dimension culturelle de la cohabitation, les initiatives japonaises et leur portée.

La nature contractuelle des relations franco-japonaises leur conférait un caractère spécifique dans l’Asie du Sud-Est en guerre. Contrairement aux Indes néerlandaises, aux Philippines sous tutelle américaine, à la Malaisie et la Birmanie britanniques conquis militairement et où l’on pouvait parler d’occupation au sens fort du terme, les Japonais et les Français avaient signé des accords de coopération économique et même de défense militaire, que les uns et les autres étaient contraints de respecter.

D’où une certaine retenue de part et d’autre et des efforts réels pour relâcher les tensions et résoudre les litiges.  Bien qu’étant en position de force, les Japonais, tout en ne cessant de revendiquer l’augmentation des contributions de l’Indochine à l’effort de guerre, s’interdisaient d’outrepasser certaines limites imposées par les accords diplomatiques. L’auteure ne s’attarde pas sur ces rapports entre diplomates (il y avait un ambassadeur du Japon à Hanoï mais il avait certainement moins de poids qu’Otto Abetz à Paris), et militaires qui pratiquaient le jeu « tu me tiens, je te tiens par la barbichette ».

Dans le chapitre 3 où l’auteure aborde les « rivalités et la cohabitation au quotidien entre Français et Japonais », elle recense les frictions et les incidents qui auraient pu entraîner la rupture d’un ordre fragile. Son récit montre aussi que les dirigeants français et japonais avaient à cœur de « tenir leurs gens » .

Le sujet affiché par le titre du livre n’est abordé que dans les chapitres 4 – La propagande, enjeux et pratiques ; 5 – La politique culturelle de la France en Indochine ; 6 – Les tentatives d’implantation de la culture japonaise et la concurrence franco-japonaise.

L’engagement pris par les Japonais de respecter l’intégrité du domaine colonial français et la souveraineté de la France les obligeait à restreindre leur propagande politique. Ce fut donc par le biais de l’action culturelle que les Japonais s’adressèrent aux peuples indochinois et principalement aux nationalistes indépendantistes vietnamiens.

Il s’agissait moins de préparer l’éviction des Français que démontrer que les Japonais étaient au même niveau de développement que les Occidentaux et préfigurer l’instauration de la Sphère de Co-prospérité de la Grande Asie orientale sous la houlette du Japon impérial. Deux raisons peuvent expliquer ce choix stratégique : 1) les Japonais prétendaient que la matrice civilisationnelle chinoise était commune aux cultures vietnamienne et japonaise, théorie très contestable : la relation du Japon à la civilisation chinoise n’a jamais eu la même intensité ni la même prégnance que la relation du Viêt Nam à la Chine.  2) Au début du XXème siècle,  (1905-1908), les résistants Việt modernistes s’étaient tournés vers le Japon du Meiji pour lui emprunter une méthode de modernisation et certains y avaient séjourné et en avaient gardé le souvenir. Cela n’avait rien à voir avec une attirance pour la culture japonaise traditionnelle. Par conséquent l’action culturelle du Japon ne pouvait pas dépasser le stade de la propagande ni accomplir un dessein politique profond.

Au fond, sous forme d’expositions et de congrès scientifiques et professionnels, l’action culturelle japonaise à l’adresse de l’élite vietnamienne, s’avéra une façon de placer la culture japonaise au même rang que la française en rappelant le rôle des experts français dans la modernisation Meiji (ingénieurs, officiers, juristes) mais également l’influence de l’esthétique japonaise sur l’évolution des arts français (les peintres impressionnistes).

Sur sa lancée, l’auteure affirme que les deux colonialismes étaient semblables, l’assertion manque de pertinence et dévoile son ignorance du volet culturel de la colonisation française. Alors que, de 1911 à 1939, le Japon renforça la japonisation de l’enseignement en Corée et à Formose/Taïwan, les Français avaient imposé la transcription de la langue việt romanisée, dite quốc ngữ, dans l’enseignement franco-indigène. L’intelligentsia vietnamienne l’adopta volontairement, la modernisa et en fit l’ écriture nationale. À partir de 1916, une presse d’opinion vivante et à partir des années 1930, une littérature moderne et la création d’un vocabulaire scientifique et technique, en firent une langue de culture et d’émancipation politique.

En conclusion, la politique coloniale en matière d’enseignement n’effaça pas la personnalité culturelle des Vietnamiens, au contraire, elle la revitalisa et la mit à jour. En Indochine, les Japonais ne purent affaiblir ni effacer l’impact de la culture française qui s’exerça pendant une trentaine d’années seulement. Mais, en trois décennies, une sociogenèse et une transculturalité avaient été mises en œuvre. Ce qui fut imposé au départ, fut acceptée volontairement et intégré dans la culture nationale par les Vietnamiens eux mêmes. Ce fait rappelle l’échec des tentatives Japonaises d’évincer la langue anglaise des Philippines.

Il est certain que les agents de l’action culturelle japonaise, dont beaucoup étaient francophones, ne se firent guère d’illusions sur l’efficacité de leur efforts. Phan Văn Trường raconta une anecdote édifiante que le lettré Phan Châu Trinh rapporta d’un bref séjour au Japon : comme il avait fait part de son admiration pour le système éducatif japonais, un professeur japonais lui répondit « ce que nous avons accompli en trente année d’efforts et de persévérance, vous pourriez le faire en un temps plus court et sans difficultés parce que vous êtes protégé et soutenu par la France, une des nations les plus avancées et intelligentes d’Europe »[1].

Pierre Brocheux


[1] Tran My-Van, A Vietnamese Royal Exile in Japan: Prince Cuong De (1882-1951), London, Routledge, Routledge Studies in the Modern History of Asia 29, 2005, p. 48.

CR de lecture publié sur Mémoires d’Indochine avec l’aimable autorisation de l’auteur que nous remercions.

Souverains et notabilités d’Indochine – aperçu sur une élite oubliée

Dragond'AnnamEn 1943, le Gouvernement Général de l’Indochine publiait aux presses de l’IDEO (Imprimerie d’Extrême-Orient) le premier « Who’s Who » des personnalités d’Indochine. Il s’en expliquait dans l’avertissement reproduit ci-dessous. Pour contribuer à l’étude de ce corpus et apporter des informations complémentaires sur ces notabilités, Mémoires d’Indochine, mettra en ligne chaque notice séparément à partir du mois d’août 2013. L’ensemble des notices pourra être interrogé par un onglet spécifique « Notabilités d’Indochine » intégré dans la rubrique « Ressources ».

Outre son objectif affiché de mettre en avant l’élite indochinoise de la Fédération indochinoise de l’amiral Jean Decoux (régime de Vichy), l’annuaire se présente comme une édition provisoire élaborée à partir des informations délivrées par les membres de cette élite. Chaque notice est accompagnée d’une photographie nominative de l’intéressé. Sont rappelés sa fonction en 1943, sa date de naissance, son lieu de naissance, ses parcours académique et/ou professionnel, ses distinctions honorifiques. Ce recueil biographique reste un instrument de travail précieux pour l’étude d’une élite en fonction pendant les années 1940 sous le régime de Vichy en Indochine mais également au-delà. En effet, on y retrouve les fiches biographiques de quelques ministres du gouvernement de l’Empire du Viêt-Nam dirigé par Tran Trong Kim à partir d’avril 1945 (outre Tran Trong Kim : Tran Van Chuong, Hoang Xuan Han, Nguyen Huu Thi, Vu Ngoc Anh), les notices des personnalités importantes de l’Etat associé du Viêt-Nam présidé par l’ex-empereur Bao Dai (1948-1954), d’autres de l’entourage direct de Ngo Dinh Diem (Ngo Dinh Khoi, Ngo Dinh Luyen, Ngo Dinh Nhu), des intellectuels (comme l’avocat Nguyen Manh Tuong) et artistes renommés et même un ministre de Ho Chi Minh en la personne de Nguyen Van Huyen (ministre de l’Education nationale de la RDVN pendant presque 29 ans). L’élite politique et administrative de la cour d’Annam est bien représentée (voir le nombre de SE – Son Excellence, 114 occurrences) mais aussi l’élite religieuse cambodgienne ou la famille royale du Laos (Luang Prabang). Bien qu’incomplet, le recueil offre une photographie intéressante des élites d’une société indochinoise en mutation.

L’ouvrage rassemble quelques 452 notices biographiques [1] classées par ordre alphabétique du prénom et est composé de deux parties. La première, intitulée « Familles régnantes d’Annam, du Cambodge et de Luang-Prabang », comprend huit notices. Pour l’Annam, on retrouve : S.M. Bao Dai, S.M. Nam Phuong, S.M. la Reine Grand’Mère Khon-Nghi Xuong-Duc Thai-Hoang Thai-Hau, S.M. la Rène Mère Doan-Huy Hoang-Thai-Hau, S.A.I. le prince héritier Bao-Long ; pour le Cambodge, S.M. Norodom Sihanouk Varman ; pour Luang-Prabang, S.M. Sisavang Vong et S.A.R. Tiao Savang. La seconde partie, intitulée « Notabilités d’Indochine » est consacrée à l’élite indochinoise des années 1940 et regroupe 444 entrées classées par ordre alphabétique du prénom :

Prénom débutant par la lettre A (suivi de l’année de naissance) : 6 notices (pp. 1-2)

Duong Sam An (1915) ; Denis Le Phat An (1868) ; Le Van  An (1881) ; Vu Van An (1890) ; Deo Van An (1881) ; Vu Ngoc Anh (1901).

Prénom débutant par la lettre B : 18 notices (pp. 2-6)

Jean-Baptiste Ba (1875) ; SE Nguyen Van Ban (1868) ; Ton That Bang (1889) ; SE Ung Bang (1881) ; Tran Dinh Bao (1871) ; Truong Van Ben (1883) ; Trinh Ba Bich (1886) ; SE Duong Quy Bien (1893) ; Ha Quang Bien (1892) ; Nguyen Van Bien (1888) ; SE Do Van Binh (1891) ; Huynh Ngoc Binh (1873) ; Hoang Co Binh (1909) ; SE Ung Binh (1877) ; Pham Le Bong (1905) ; Vénérable Phra Boun Than (Dhammayano) (1896) ; Ha Van But (1873) ; Thomas Vo Van Buu (1878).

Prénom débutant par la lettre C : 38 notices (6-15)

Nguyen Hao Ca (1902) ; Nguyen Van Ca (1875) ; Truong Van Cam (1901) ; Dr Cao Xuan Cam (1906) ; SE Bui Thien Can (1885) ; Kha Van Can (1908) ; Nguyen Khac Can (1881) ; Phung Duy Can (1890) ; Mgr Ho Ngoc Can (1876) ; SA le Prince Vinh Can (1914) ; Nguyen Van Canh (1888) ; Vu Tu Cau (1896) ; Mme Diep Thi Chac (1857) ; Dang Ngoc Chan (1894) ; Etienne Thai Van Chanh (1874) ; Melle Nguyen Thi Chau (1912) ; Truong Van Chay (1887) ; Dam Chen (1893) ; Phan Van Chi (1894) ; Bui Quang Chieu (1873) ; Me Bui Tuong Chieu (1904) ; Dinh Quang Chieu (1911) ; Nguyen Minh Chieu (1889) ; Nguyen Van Chim (1885) ; Dr Le Van Chinh (1879) ; Nguyen Ba Chinh (1887) ; Nguyen Ngoc Chon (1879) ; SE Pou Chreng (1899) ; SE Vu Chuan (1896) ; Men Chuk (1883) ; Doan Huu Chung (1877) ; Me Tran Van Chuong (1898) ; SE Chau Sen Cocsal dit Chhoum (1905) ; SE Bui Thien Co (1889) ; SE Ton That Con (1888) ; Trinh Van Cu (1892) ; Hoang Cung (1891) ; Phung Nhu Cuong (?).

Prénom débutant par la lettre D ou Đ : 36 notices (pp. 15-24)

SE Phan Van Dai (1880) ; SE Tran Van Dai (1876) ; SE Le Thanh Dam (1883) ; Nguyen Van Dan (1884) ; Nguyen Van Danh (1902) ; SE Tran Thanh Dat (1891) ; Huynh Van Dau (1870) ; Pham Gia De (1890) ; Nguyen De (1900) ; SE Ho Dac De (1875) ; SE Huong De (1885) ; Dr Tran Quang De (1905) ; Vo Hieu De (1877) ; Dr Ho Dac Di (1901) ; SE Hong Quang Dich (1888) ; Nguyen Ngoc Diem (1891) ; SE Ho Dac Diem (1899) ; Gaston Do Van Diem (1879) ; SE Nguyen Thuc Dinh (1876) ; SE Vi Van Dinh (1878) ; SE Truong Nhu Dinh (1892) ; SE Ung Dinh (1870) ; SE Bui Bang Doan (18??) ; SE Dang Thanh Don (1885) ; SE Ung Dong (1872) ; Dong Thanh (1881) ; SE Ha Thuc Du (1881) ; Ung Du (1882) ; Nguyen Tuong Du (1879) ; SE Dao Phan Duan (1864) ; Jacques Le Van Duc (1887) ; Pham Huu Duc (1865) ; Vo Dinh Dung (1902) ; Nguyen Tan Duoc (1884) ; Nguyen Tan Duon (1868) ; To Ngoc Duong (1880).

Prénom débutant par la lettre E : 5 notices (pp. 24-25)

SE Chau Em (1893) ; Lam Em (1878) ; Vénérable Lui Em (1879) ; Prak Em (1869) ; SAR le prince Sisowath Entaravong (1908).

Prénom débutant par la lettre G : 9 notices (pp. 25-27)

Hoang Van Gia (1888) ; Tran Van Giang (1874) ; Phan Van Giao (1901) ; Le Van Giap (1885) ; Tran Van Giap (1902) ; Nguyen Van Giu (1890) ; Ngo Van Giuc (1887) ; Henri Nguyen Thanh Giung (1894) ; Paul Le Van Gong (1896).

Prénom débutant par la lettre H : 42 notices (pp. 28-38)

Ngo Tu Ha (1882) ; Nguyen Son Ha (1893) ; SE Ho Dac Ham (1879) ; Hoang Xuan Han (1909) ; SE le Régent Ton That Han (1854) ; Sok Hang (1871) ; Huynh Huu Hanh (1885) ; Tran Van Hanh (1892) ; Mme Pierre Nguyen Huu Hao (1879) ; Nguyen Van Hao (1890) ; Dy Hath (1897) ; Luong Van Hau (1897) ; Pham Quang Hau (1904) ; SE Nguyen Van Hien (1877) ; SE Nguyen Dinh Hien (1872) ; Dinh Quang Hien (1885) ; SE Sum Hieng (1898) ; Vénérable Prak Hin (1868) ; Tran Van Ho (1870) ; Tran Van Ho dit Dau (1881) ; Vo Cong Hoa (1895) ; Dang Van Hoai (1881) ; Melle Le Thi Hoang (1910) ; SE Vu Ngoc Hoanh (1876) ; SE Nguyen Van Hoanh (1879) ; SE Nguyen Dinh Hoe (1866) ; SE Phan Dinh Hoe (1875) ; SE le Néak Oknha Thiounn Hol (1892) ; Dinh Van Hon (1907) ; Hum Nhaing (1889) ; Cao Trieu Hung (1892) ; SE Dang Van Huong (1888) ; Huynh Long Huong (1872) ; Lam Van Huong (1892) ; Nguyen Van Huyen (1908) ; Ha Ngoc Huyen (1904) ; Pham Van Huyen (1886) ; SE Nguyen Hy (1892) ; SE Ung Hy (1882) ; Ung Chong Hy (1907).

Prénom débutant par la lettre I : 2 notices (p. 38)

Vénérable Y Im (1876) ; Ahmad Haji Ismael (1889).

Prénom débutant par la lettre K : 31 notices (pp. 38-46)

SE Var Kamel (1898) ; SE Chao Kanya (1885) ; Vénérable Phra Khou Lachkham Leo (1886) ; Tran Van Kha (1894) ; SE Ho Dac Khai (1894) ; Nguyen Van Khai (1890) ; Hoang Van Khai (1877) ; Bui The Kham (1878) ; Vénérable Phra Kham Fan (Silasangvaro) (1901) ; SA le Prince Tiao Khammao (1911) ; Georges Khanh (1905) ; Pham Duy Khiem (1908) ; Vénérable My Khim (1887) ; SE Dao Huu Khoi (?) ; SE Ngo Dinh Khoi (?) ; Vénérable Phra Khrou Khoun (1898) ; SE Nguyen Van Khuc (1882) ; Nguyen Van Kien (1878) ; Tran Trong Kim (1887) ; SE Nong Kimmy (1910) ; Ho Van Kinh (1865) ; Trinh Dinh Kinh dit Thanh Duc (1886) ; Nguy Nhu Kontum (1913) ; Kosal (1904) ; SE Thao Kou (1892) ; Heng Kousch (1901) ; Koy Top (1878) ; Bui Ky (1887) ; Dr Mme Ho Vinh Ky née Nguyen Thi Suong (1910) ; SE Nguyen Khoa Ky (1879) ; Phan Thanh Ky (1893).

Prénom débutant par la lettre L : 22 notices (pp. 46-51)

Dr Dang Vu Lac (1902) ; Me Nguyen Huy Lai (1908) ; Nguyen Van Lai dit Kone Nicolas (?) ; Y. Thai Xuan Lai (1875) ; SE Le Nhu Lam (1881) ; SE Ha Van Lan (1901) ; Dr Tran Nhu Lan (1896) ; Nguyen Tien Lang (1909) ; Ouk Leoung (1874) ; Le Quang Liem dit Bay (1881) ; Nai Liem (1891) ; Nguyen Thanh Liem (1887) ; Ho Dac Lien (1904) ; Huynh Thien Loc (1908) ; Le Thanh Long (1882) ; le Préas Sirey Vongsa Ros Long (1855) ; Nguyen Van Luan (1886) ; Tran Nguyen Luong (1877) ; Le Van Luu (1870) ; Ngo Dinh Luyen (1914) ; Tea Chieu Ly (1896) ; SE Tran Van Ly (1901).

Prénom débutant par la lettre M : 20 notices (pp. 51-56)

Ma de Monteiro (1880) ; Nguyen Mai (1875) ; Nguyen Van Mai (1870) ; SE Truong Xuan Mai (1900) ; SE Nguyen Van Mai (1858) ; Man de Monteiro (1874) ; Yoeu Man (1870) ; Tran Van Mang (1899) ; Pierre-Gabriel Nguyen Van Manh dit Thom (1889) ; Xieng Mao (1892) ; Tan Mau (1879) ; Alphonse Mathieu Pierre Le Van Mau (1867) ; Tran Van Mi (1886) ; Bui Khac Minh (1881) ; Nguyen Can Mong (1885) ; SAR le Prince Sisowath Monipong (1912) ; SAR le Prince Sisowath Monireth (1909) ; Huynh Van Moi (1870) ; SA le Vicomte Norodom Montana (1902) ; SA la Princesse My Luong (1872).

Prénom débutant par la lettre N : 36 notices (pp. 56-64)

SE Chan Nak (1892) ; SE Meas Nal (1894) ; Bui Quang Nam (1875) ; Le Tan Nam (1899) ; Nguyen Hien Nang (1868) ; Vénérable Chuon Nath (1883) ; Keuth Neth (1892) ; Ros Neth (1890) ; Tran Trong Ngat (1877) ; Nguyen Van Nghi (1894) ; Do Dinh Nghiem (1891) ; Poy Nginn (1884) ; Ha Van Ngoan (1886) ; Hoang Van Ngoc (1894) ; Mme Veuve Le Trung Ngoc née Nguyen Thi Truong (1863) ; Phan Van Ngon (1887) ; Nguyen Van Nguyen (1880) ; Tran Thai Nguyen (1890) ; Pham Tho Nham (1871) ; Le Chau Athicar Nhem (1879) ; Chum Nheng (1882) ; SE Le Nhiep (1878) ; L’Oknha Solum Sèna Touch Nhim (1892) ; SE Nhiek Tioulong (1910) ; Mme Huynh Huu Nho née Huynh Thi Chanh (1896) ; Le Quang Nhon (1883) ; Nguyen Thanh Nhon (1888) ; Thao Nhouy (1909) ; Ngo Dinh Nhu (1910) ; Huynh Ngoc Nhuan (1896) ; Mme Nguyen Van Nhung (1894) ; Nguyen Van Nhung (1905) ; Vuong Quang Nhuong (1902) ; SE Nguyen Khac Niem (1886) ; Luong Khac Ninh (1862) ; Le Van Nuoi dit Nguyen Van Nuoi (1862).

Prénom débutant par la lettre O : 1 notice (p. 64)

Vénérable Ou (1890).

Prénom débutant par la lettre P : 24 notices (pp. 65-70)

L’Oknha Sèna Vichit Néou Pal (1887) ; Le Chau Athicar Kong Pang (1880) ; SE Hing Penn (1879) ; Le Trong Phan (1881) ; Hang Phann (1909) ; SE Bui Bang Phan (1882) ; SE Thao Phao (1895) ; SAR Tiao Phetsarath (1890) ; Melle Le Thi Phi dite Nam Phi (1910) ; Phouy (1895) ; SE Hoang Trong Phu (?) ; Ngo Van Phu (1890) ; SE Luong Van Phuoc (1881) ; Mgr Phan Dinh Phung (1891) ; Huynh Van Phuoc (1883) ; Tran Trong Phuoc (1903) ; Tran Van Phuoc (1893) ; SAI les Princesses Phuong Mai (1937), Phuong Lien (1938), Phuong Dung (1942) ; SE Cam Ngoc Phuong (1887) ; Vu Duc Phuong (1888) ; SE Pro Proeung (1903) ; Vénérable Tieng Prom (1881).

Prénom débutant par la lettre Q : 8 notices (pp. 70-72)

Nguyen Duy Quan (1906) ; Trinh Quang (1901) ; SE Nghiem Xuan Quang (1873) ; Pham Van Quang (1893) ; SE Ton That Quang (1882) ; Nguyen Van Qui (1894) ; SE Nguyen Nang Quoc (1870) ; SE Pham Quynh (1892).

Prénom débutant par la lettre S : 26 notices (pp. 72-77)

Ouch Saly (1888) ; SE Tea San (1893) ; Tran Van Sang (1889) ; Kim San (1903) ; Chau Sapean (1859) ; SE Prak Sarinn (1904) ; Koeut Sau (1874) ; Nguyen Chanh Sat (1869) ; Vénérable Srey Sath (1867) ; Ith Seam (1910) ; Penn Seng (1914) ; Vénérable Prom Seng (1896) ; Thao Sing (1879) ; SE Chao Sisaleumsak (1885) ; Vénérable Am Som (1861) ; SAR Sophon Norodom (1898) ; SE Thao Souk (1887) ; Vénérable Mau Soum (1886) ; Men Soum (1894) ; SE Chao Souvannarath (1893) ; Dit Sronn (1894) ; SAR le Prince Norodom Suramarit (1896) ; SAR la Princesse Suramarit (Kossaman Nearirak) (1904) ; SAR Norodom Sutharot (1872) ; SAR Norodom Sutharot (1874) ; Nguyen Van Sy (1899).

Prénom débutant par la lettre T : 96 notices (pp. 77-100)

Pham Ta (1901) ; Bui Dinh Ta (1872) ; Duong Tan Tai (1896) ; Tai Co (1868) ; Chau Tam (1910) ; Nguyen Van Tam (1895) ; SE Nguyen Trong Tan (1899) ; Nguyen Van Tan (1883) ; SA la Princesse Tan Phong (1883) ; Hoang Dinh Tao (1890) ; Vénérable Huot Tath (1891) ; Yu Tauch (1861) ; SE Nguyen Tat Te (1873) ; SE Ton That Te (1872) ; SE Kim Teng (1884) ; Mar Tes (1883) ; SE Buu Thach (1875) ; Le Dinh Tham (1897) ; Nguyen Van Tham (1882) ; Trinh Huu Thang (1876) ; René Le Van Thanh (1895) ; Vo Ha Thanh (1875) ; Pho Duc Thanh (1894) ; SE Thao Bouakham (1902) ; SE Buu Thao (1886) ; Le Ngoc Thap (1899) ; Nguyen Huu Thi (1899) ; SE Cao Xuan Thien (1890) ; Poc Thienn (1907) ; Vu Thiet (1884) ; Vu Do Thin (1904) ; Do Huu Thinh (1881) ; Dr Nguyen Van Thinh (1888) ; Huynh Van Thinh (1880) ; SE le Samdach Thiounn (18??) ; Thit Fan (1889) ; Khuong Kim Tho (1874) ; SE Nguyen Van Tho (1894) ; Nguyen Van Tho dit Nam Son (1899) ; Le Van Thom (1873) ; Vo Van Thom (1868) ; SE Tran Van Thong (1875) ; SE Ung Thong (1882) ; SE Boun Chan Koun Thonn (1884) ; Pham Van Thuan (1891) ; SE Bui Bang Thuan (1883) ; Thuong Cong Thuan (1897) ; Tran Quang Thuan (1863) ; Ngo Dinh Thuc (?) ; Nguyen Huu Thu (1884) ; Nguyen Huu Thuong (1868) ; SE Pham Gia Thuy (1885) ; Le Minh Tien (1881) ; Pham Van Tien (1873) ; Nguyen Huu Tien (1884) ; Tien Kong (1893) ; SE Nguyen Ba Tiep (1879) ; Ta Van Tiep (1891) ; Nguyen Huu Tiep (1881) ; Nguyen Cong Tieu (1892) ; Vénérable Prin Tim (?) ; Bui Huy Tin (1875) ; SE Ha Luong Tin (1885) ; SE Khim Tit (1896) ; Nguyen Van To (1889) ; SE Phan Ke Toai (1892) ; SE Ton That Toai (1894) ; Cao Thien Toan (1889) ; SE Thai Van Toan (1885) ; Mgr Jean-Baptiste Nguyen Ba Tong (1868) ; Nguyen Nhac Tong (1874) ; Truong Vinh Tong (1884) ; Mme Truong Vinh Tong (1890) ; Vo Ha Tri (1899) ; Dr Le Quang Trinh (1883) ; SE Nguyen Van Trinh (1872) ; SE Ung Trinh (1882) ; Lucien Lam Quang Tru (1893) ; SE Buu Trung (1893) ; Ho Van Trung (1885) ; SE Hoang Huan Trung (1879) ; Lai Van Trung (1865) ; Do Huu Try (1877) ; SE Ha Thuc Tuan (1880) ; Truong Van Tuan (1894) ; SE Bui Phat Tuong (1874) ; SE Duong Thieu Tuong (1895) ; SE Nguyen Huy Tuong (1877) ; Pham Van Tuong (?) ; Nguyen Manh Tuong (1909) ; Nguyen Van Tung (1897) ; SE Tran Dinh Tung (1895) ; Dr Vu Dinh Tung (1895) ; SE Nguyen Huu Ty (1885) ; Tran Van Ty (1888) ; L’Oknha Tbès Sangkréam Vy Ty (1889).

Prénom débutant par la lettre U et Ư : 3 notices (p. 101)

SE Ho Dac Ung (1895) ; SE Ung Uy (1889) ; Mme Nguyen Huu Vi (Hoang Thi Uyen dite Ca Moc) (1870).

Prénom débutant par la lettre V : 13 notices (pp. 101-105)

SE Cung Dinh Van (1897) ; To Ngoc Van (1909) ; Srey Var (1888) ; Nguyen Khac Ve (1896) ; Pham Van Vi (54 ans) ; Truong Tan Vi (1871) ; Michel Nguyen Van Vi (1895) ; SE Ho Phu Vien (1868) ; Nguyen Dinh Vien (1892) ; Ton That Vien De dit Vien De (1902) ; Phan Trong Vinh (1898) ; Tran Ba Vinh (1889) ; SE Linh Quang Vong (1895).

Prénom débutant par la lettre X : 1 notice (p. 105)

Lieutenant-Colonel Nguyen Van Xuan (1892).

Prénom débutant par la lettre Y : 7 notices (p. 105-106)

Le Thanh Y (1893) ; Young Ya (1902) ; Ou Yeim (1883) ; SE Hoang Yen (1889) ; Nguyen Van Yen (1878) ; Vu Danh Yet (1900) ; Pann Yung (1880).

 

François Guillemot, 02/08/2013.

[1] L’index (pp. 107-112) en rapporte 451, fusionnant la notice de l’épouse de SAR Norodom Sutharot née en 1874 avec celle de son époux.

Illustration en haut à gauche : Plaque de grand-croix du Dragon d’Annam (Les carnets de Philippe Truong).

* * *

Exemplaire du Fonds Boudarel (IAO).
Exemplaire du Fonds Boudarel (IAO).

 

Souverains et Notabilités d’Indochine

Notices par ordre alphabétique

Editions du Gouvernement Général de l’Indochine

IDEO – 1943

Publié par le Service Information-Propagande-Presse du Gouvernement Général, 6, rue Pierre-Pasquier à Hanoi.

[xix-112 p.]

 

Avertissement

Alors que la plupart des pays modernes possèdent depuis longtemps des recueils biographiques où chacun peut se documenter sur les notabilités contemporaines, l’Indochine, presque seule en Asie, ne possédait aucun ouvrage analogue aux « Who’s who ». Bien souvent, nous avions entendu déplorer, par ceux qui cherchent à connaître les choses et les gens d’Indochine, cette lacune que le présent ouvrage vient essayer de combler.

Nous ne dissimulons pas qu’il ne la comblera qu’imparfaitement. Dans le considérable travail d’exploration auquel nous avons dû nous livrer, l’abondance et la complexité des matières sont des obstacles importants à la perfection. Nous nous sommes souvent heurtés à des préventions qui nous ont privés d’une documentation complète. Nous remercions ici les personnalités qui ont eu l’obligeance de nous renseigner sur elles-mêmes, et la modestie de ne pas se juger au-dessus de pareil souci. Nous espérons que leur exemple décidera les autres, lors d’une seconde édition.

En vue de réunir peu à peu les matériaux de celle-ci, nous serions reconnaissants aux personnes qui constateraient des inexactitudes, des omissions ou des changements ou qui désireraient voir intégrer des biographies nouvelles, de vouloir bien les signaler, avec référence, aux noms et pages du présent ouvrage, au Service Information-Propagande-Presse du Gouvernement général, 6, rue Pierre-Pasquier à Hanoi.

Les usages idéologiques de la science en Indochine (1930-1945) – Conférence de Sébastien Verney

Séminaire Université Paris-Diderot (Laboratoire SPHERE)

Histoire des sciences, des techniques et de la médecine en Asie orientale

Séance commune avec le séminaire « La « Fabrique de l’histoire » des sociétés et Etats en Asie du Sud-Est et Asie du Sud » du SEDET

« Les usages idéologiques de la science en Indochine (1930-1945) »

Sébastien Verney

jeudi 28 février de 14:00 à 16:00, Halle aux Farines, salle 404B

Indochine_Vichy

L’Indochine en tant que territoire colonial est une terre d’initiative et d’expérimentation sociale et scientifique. Considérée de laboratoire pour bon nombre de scientifiques et administrateurs coloniaux, l’Indochine est à la fois un milieu à exploiter, mais aussi un lieu à découvrir. De la sorte, les sciences qu’elles soient humaines ou appliquées sont exportées en Indochine dans un objectif à la fois utilitaire (permettre un rendement maximum des terres à exploiter), mais aussi une étude des populations et des milieux, qui tout en n’empêchant pas leurs admirations, rejoint une volonté de contrôle.

Deux domaines seront présentés pour comprendre les usages idéologiques de la science en Indochine : le domaine médical et la recherche dans les sciences humaines (archéologie, histoire, géographie …). Nés sous la conquête coloniale, les recherches somatiques et leurs discours racistes sous-jacent permettent au colonisateur de justifier sa propre domination. De la sorte, en établissant une hiérarchie raciale discriminatoire dont il se place au sommet, il diffuse sa propre grille de lecture qui imprègne les populations soumises via les nombreuses publications, les instituts de recherches ou les manuels scolaires.

Est-ce que ces recherches s’articulent selon un plan colonial ou au contraire s’adaptent-elles à un milieu et se modifient-elles selon son contexte ? Quelle est la portée de ces sciences orientées auprès d’un large public indochinois ?  Est-ce que le colonisateur en diffusant cette science coloniale ne fournit pas les armes de sa propre fin ?

Afin de répondre à ces multiples questions et à d’autres, nous reviendrons sur la période cruciale de 1930 à 1945 en Indochine pour comprendre quelles furent les continuités et les ruptures avec le régime républicain puis le régime de Vichy qui utilisèrent les sciences pour asseoir une domination coloniale, mais aussi un projet idéologique.

Sébastien Verney est docteur en Histoire de l’Université Jean Monnet Saint‐Étienne et professeur d’histoire-géographie. Il a vécu plusieurs années dans les pays de la péninsule indochinoise. Il a récemment publié L’Indochine sous Vichy. Entre Révolution nationale, collaboration et identités nationales, Riveneuve éditions, 2012, 520 p.

  • Annonce de la conférence (pdf)