Archives par mot-clé : réfugiés

Célébration des 70 ans du Drapeau Jaune du Vietnam Libre – samedi 9 juin 2018

[ndlr] Annonce de la journée de commémoration de la création du drapeau jaune aux trois bandes rouges il y a 70 ans. Une marche est organisée le samedi 9 juin dans les rues du XIIIe arrondissement de Paris (quartier asiatique) suivi d’une rencontre-débat. Présentation en vietnamien et en français. Texte des associations organisatrices.

Cờ Vàng ba sọc đỏ là lá cờ trong con tim và khối óc của muôn triệu người dân Việt thiết tha với Tự Do, Dân ChủTự Chủ, không chấp nhận sự lấn át đã dần biến thành một hình thức đô hộ của Trung Cộng, không chấp nhận sự kiện bán nước của đảng CSVN đang độc quyền cai trị.

Nhân dịp 70 năm cờ vàng ba sọc đỏ, 1948 – 2018, THSV VN Paris cùng các tổ chức đồng đứng ra tổ chức mùa Vinh Danh 70 Năm Cờ Việt Nam Tự Do.

Ngày thứ bảy 09/06/2018

10g30 – Diễn hành Cờ Vàng tại ( Paris store) 44 avenue d’Ivry – 75013 Paris

13g15 – Ăn trưa, Hội thảo, Văn nghệ tại M.A.S. 10 rue des Terres au Curé – 75013 Paris

Hãy cùng nhau tham dự đông đảo để thành kính tưởng niệm các anh hùng tử sỹ đã hy sinh dưới lá cờ này, khẳng định tiếp tục cuộc đấu tranh cho Việt Nam Tự Do, Dân Chủ,Tự Chủ, và hỗ trợ những nhà tranh đấu quốc nội.

Xin gửi đến quý Bác, các Anh Chị Em lộ trình buổi sáng mùng 9 tháng 6; xin mời các thiếu nữ cùng mặc áo dài quần trắng, và các thanh niên quần xậm áo trắng, cho cuộc diễn hành thật trang nghiêm.

Tổng Hội Sinh Viên Việt Nam tại Paris.

★ ★ ★

Pour des millions de Vietnamiens, le Drapeau Jaune aux trois bandes rouges est le symbole de la Liberté, la Démocratie et la Souveraineté. Il est le refus de toute ingérence étrangère, de la Chine actuellement. Il est l’opposition à l’autocratie du gouvernement de Hanoi, qui jugule le peuple et dilapide le patrimoine vietnamien.

2018 : l’A.G.E.V.P. lance avec de nombreuses associations de la communauté vietnamienne en France, en Europe et dans le monde, une campagne de célébration des 70 ans du Drapeau Jaune du Vietnam Libre.

Samedi 09/06/2018

10h30 : Défilé du Drapeau Jaune, départ 44 avenue d’Ivry, 75013 Paris

13h15 : Déjeuner puis Conférence – Débat – Animations à la M.A.S. 10 rue des Terres au Curé, 75013 Paris

Venez nombreux à cette journée d’action et d’échange.

Rendons hommage aux personnes qui ont donné leur vie pour les Valeurs de ce Drapeau.

Soutenons les hommes et les femmes qui en ce moment, luttent pour la Liberté, la Démocratie et la Souveraineté du Vietnam.

Veuillez trouver ci-joint l’itinéraire du Défilé du matin du 9 juin prochain;  la tenue d’une tunique blanche ou d’une chemise blanche renforcera la solennité de notre Marche.

Association Générale des Etudiants Vietnamiens de Paris –  http://www.agevp.com/ – mail: agevp@agevp.com
132 avenue d’Italie – 75013 Paris
– Défendre la liberté, préserver la culture, préparer la jeunesse –

Jacques Tiberi : Mémoires d’un boat people

[ndlr] A l’occasion de la disparition de M. Hua Vang Tho le 1er mai dernier (1944-2018), nous signalons un article dédié à son destin de Boat people paru sur la revue en ligne Le Zéphyr. Responsable du site politique anticommuniste TinParis.Net, M. Tho a suscité beaucoup de polémiques au sein de la communauté exilée. Très attaché aux valeurs républicaines et à la liberté d’expression, il était aussi membre de la franc-maçonnerie bleue. Retour sur son parcours de réfugié.

★ ★ ★

Alors que les réfugiés affluèrent massivement en Grèce, en Italie et même aux portes de Paris, Hua Vang Tho a voulu nous raconter son histoire. Celle d’un boat people vietnamien, débarqué en France il y a 38 ans, après une odyssée qu’il nous narre avec une étonnante froideur, sans pathos ni fioriture.

Hua Vang Tho est né en 1944 à Vinhlong, dans le Delta du Mékong. Après une éducation « à la française », il obtient son bac mention « maths élem’ » en 1961. Dans la foulée, il réussit le concours de l’Institut polytechnique de Phu Tho à Saïgon et en sort en 1966 avec un diplôme d’ingénieur électricien. Hua entame alors une belle carrière professionnelle, mobilisé dans l’armée, puis conseiller municipal, directeur d’une banque privée et chargé d’enseignement à l’université. Marié et père de 3 enfants adolescents, il est déjà, à tout juste 26 ans (en 1970), un personnage connu dans sa région.

Lire la suite : Le Zéphyr

Image « à la une » : La famille Hua, en août 1981 © DR

Infrarouge – L’île de lumière, quand la France sauve les boat people

[ndlr] En replay sur France TV le reportage de Nicolas Jallot.  Retour sur une époque généreuse envers les réfugiés et sur une émancipation politique.

En 1979, en mer de Chine, un navire français est transformé en hôpital et part en Mer de Chine pour secourir les «boat people», qui fuyaient le Vietnam par les eaux. Leur errance avait frappé les esprits et fut à l’origine au sein de la société française d’une spectaculaire mobilisation. Ce documentaire montre comment s’est ouvert une nouvelle époque avec ses icônes médiatiques : intellectuels, médecins de l’urgence, grands témoins. En lieu et place des engagements du passé, cette nouvelle élite annonce l’émergence d’une idéologie de la communication, au nom de l’humanisme et du devoir d’ingérence.

Lien vers le site : France TV

Une de Libération du 16/06/1979

Voir aussi : « Le Viêt-Nam et les damnés de la mer » sur le site de France Terre d’Asile. La tragédie des boat people fuyant par centaines de milliers le régime communiste vietnamien provoqua en France une mobilisation sans précédent. En appelant les médias à leur secours, l’humanitaire imposait une nouvelle stratégie. L’opération « un bateau pour le Vietnam » donna le coup d’envoi de cette « révolution » dans les affaires humanitaires.

Jean Maïs alias Ngô Thành Mai (1935-2017)

[ndlr] Nous avons appris avec beaucoup de tristesse la disparition de Jean Maïs à l’âge de 82 ans. Père au sein de la Société des Missions Étrangères de Paris (MEP), il est resté jusqu’à son dernier souffle un infatigable chroniqueur du Viêt-Nam contemporain dans la revue en ligne Églises d’Asie. Ses chroniques qui mériteraient d’être éditées forment un corpus de connaissances incomparables sur l’état et l’évolution de la société vietnamienne. Jean Maïs avait le Viêt-Nam en lui, riche de son expérience heureuse puis tragique (il fut incarcéré pendant neuf mois en camp de rééducation en 1975). Un grand spécialiste de ce pays s’en est allé, en silence, avec sa modestie légendaire.

FG
Continuer la lecture de Jean Maïs alias Ngô Thành Mai (1935-2017)

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 6

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

★ ★ ★

Récits pluriels du Laos

Séance 6 : mercredi 8 novembre 2017– salle D4.024

Ce qui est parvenu jusqu’à nous de la littérature laotienne traduite en français est extrêmement parcellaire. Outre la littérature orale et classique laotiennes, la littérature coloniale du début du XXe siècle (Ajalbert, Billotey, Royer, Strarbach…), rééditée dans les années 1990, a inauguré en France notre connaissance du Laos et de ses habitants. Pendant la période de décolonisation, cette représentation exotique a laissé place à deux types de récits. Les premiers, rédigés par des écrivains-soldats et édités pendant la guerre civile par le Neo Lao Haksat (Front patriotique lao, dirigé par les partisans communistes), ont trait à la « lutte héroïque contre les colonialistes français et les impérialistes américains », les seconds, rédigés par des réfugiés ayant fui le régime communiste ont été produits à l’extérieur du pays. Cette littérature se double d’une autre présence, peu évoquée dans les textes français, celle de la minorité Hmong particulièrement engagée et affectée par les guerres d’Indochine (voir exposé). Cette séance consacrée au Laos revient sur ces différentes problématiques : le regard colonial, la guerre civile laotienne et l’exil d’une partie de la population.

★ ★ ★

Exposés oraux


  • Kao Kalia Yang, The Latehomecomer: A Hmong Family Memoir, Minneapolis, Coffee House Press, 2008.

Exposé de Charlotte Colas

Présentation de l’éditeur : Coffee House Press et entretien avec l’auteure

Site de l’auteure : Kao Kalia Yang


  • Vanina Bouté & Vatthana Pholsena, Changing lives in Laos: Society, Politics, and Culture in a Post-Socialist State, Singapore, NUS, 2017.

Exposé de Natchanon Ongjui

Présentation de l’éditeur : NUS Press


★ ★ ★

Références bibliographiques

  • Littérature coloniale sur le Laos (extraits) :

Ajalbert, Jean, Raffin Su-Su, Paris, Flammarion, 1918. Édition originale : Paris, Publications littéraires et politiques, 1911. Réédité par Kailash en 1995.

Ajalbert, Jean, Sao Van Di, Paris, Les Éditions G. Crès, 1922. Édition originale : Ernest Flammarion, 1905. Réédité par Kailash en 1995.

Billotey, Pierre, Sao Kéo ou le bonheur immobile, Paris/Pondicherry, Kailash, 1995.

Royer, Louis-Charles, Kham la laotienne. Paris, Les Éditions de France, 1935 (9e éd.). Réédité par Kailash en 1993.

Strarbach, Gaston & Baudenne, Antonin, Sao Tiampa, épouse laotienne, Kailash, 1993. Édition originale : Éditions Grasset, Paris, 1912.

  • Littérature révolutionnaire :

Boun X.K. et al., Bruine en forêt (Récits Lao), Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1967.

Cahour, Vanthyka, Le vent du troisième mois, Paris, Éditeurs français réunis, 1980.

Cahour, Vanthyka, La forêt de l’autre rive, Paris, Éditeurs français réunis, 1980.

Front patriotique du Laos (éd.), Phoukout : le piton-forteresse, Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1967.

Phou, Luang, Les gars du 97 , Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1971.

Thao Boun Lin… et al., Dignes enfants du Peuple Lao, Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1966.

Xieng Moun… et al., La poule sauvage, Laos, Éditions du Neo Lao Haksat, 1968.

  • Récits de guerre et de réfugiés :

Khamkeo, Bousang, I little slave : a prison memoir from communist Laos, Spokane, Wash., Eastern Washington University Press, 2006. Cote IAO : 603AA.09/81

Mithouna & Rosset, André (Collab.), La route no 9 : témoignage sur le goulag laotien, Paris, L’Harmattan, « Mémoires asiatiques« , 2001.

Nakhonkham Bouphanouvong, Sixteen years in the land of death, Bangkok, White Lotus Press, 2003.

Somboun Narpoolmin, Les enfants du palais blanc : de l’Orient à l’Occident, Paris, Fayard, coll. « Les enfants du fleuve », 1991.

Souvannavong, Vongprachanh, La jeune captive du Pathet Lao…, Paris, Fayard, coll. « Les enfants du fleuve », 1993.

Thao kha-duc & Thao sa-bath-dy, A feu et à sang, roman laotien de guerre et d’amour, Paris, La Pensée universelle, 1973.

  • Récits de minorités :

Mât Méo, Les portes de la forêt, Paris, Éditions Bourrelier, coll. « Marjolaine », 1960.

 

★ ★ ★

Voir aussi le numéro spécial de France-Asie (10e année, tome 12) :

Présence du Royaume Lao, pays du million d’éléphants et du parasol blanc, Saigon, France-Asie, 1956, [présentation par René de Berval]. Voir notice SUDOC.

Weber, Jacques, « Le Laos littéraire de Mouhot à Lartéguy », Ultramarines, no. 26, novembre 2008, p. 6-17.

Pour aller plus loin sur le LAOS contemporain :

Références bibliographiques

 

Image « à la une » : illustration de Kham Deng

 

UQÀM : Phi-Vân Évelyne Nguyen, lauréate du prix de la meilleure thèse de doctorat

[ndlr] Félicitations à notre collègue Phi-Vân pour ce prix thèse bien mérité et aux autres personnes sélectionnées pour cette récompense annuelle de la Faculté des sciences humaines de l’Université du Québec à Montréal.

Prix de la meilleure thèse de doctorat

Phi-Vân Évelyne Nguyen (Ph. D. histoire, 2015) a été récompensée pour sa recherche intitulée Les résidus de la guerre: la mobilisation des réfugiés du nord pour un Vietnam non communiste (1954-1965). Sa thèse est l’aboutissement d’une étude patiente et minutieuse l’ayant menée au Vietnam, en France et aux États-Unis, sur les traces des quelque 800 000 personnes qui, en 1954, choisirent de quitter la zone communiste du pays, dans le nord, pour rejoindre ce que l’on désignait à l’époque comme le «monde libre». La chercheuse a étudié le parcours politique et culturel de ces réfugiés, depuis leur arrivée dans le sud du Vietnam, en 1954, jusqu’au déclenchement de la guerre, en 1965. Grâce à deux bourses postdoctorales du CRSH et de la Fondation suisse pour la recherche scientifique, Phi-Vân Évelyne Nguyen poursuit actuellement ses recherches à l’Université Cornell, aux États-Unis.

Source : Actualités UQAM (24/11/2016)

Résumé en anglais :

Phi Vân’s dissertation, « Les résidus de la guerre, La mobilisation des réfugiés du nord pour un Vietnam non-communiste, 1954–1965″ [War Residues: The Mobilization of Northern Refugees for a non-Communist Vietnam, 1954–1965] analyzes the political and cultural consequences of the migration of more than 800,000 Vietnamese who left the North to regroup into South following the 1954 Geneva ceasefire. Using archival documents collected in Vietnam, the United States and France, the dissertation shows that one important consequence of the migration was to radicalize non-Communist nationalism. Many migrants identified as « refugees of Communism » and considered they were personally tied to the fate of the Vietnamese nation since the Geneva partition. As a consequence, the 1954 refugees exhorted everyone within Vietnam and beyond to fight back Communism and reunite the Vietnamese nation.

Sur ce sujet voir : https://indomemoires.hypotheses.org/20609

France 80, une terre d’accueil – un film de Bùi Xuân Quang

[ndlr] Film intéressant mis en ligne le 25 novembre 2016 sur la chaîne YouTube du réalisateur.

En 1980, le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) a demandé à Bui Xuan Quang de réaliser un témoignage sur les réfugiés de l’ancienne Indochine. Voici  » France 80, une terre d’accueil », un regard à la fois objectif et personnel.

The Indochinese Refugee Movement and the Launch of Canada’s Private Sponsorship Program

[ndlr] Signalement d’un numéro spécial sur l’Indochine dans Refuge,  la Revue canadienne sur les réfugiés (Vol. 32, n° 2). Tous les articles sont téléchargeables en PDF.

refugevol-32no-2_uneCliquer sur l’image pour accéder à la revue

Introduction

Michael J. Molloy, James C. Simeon

Articles

Priscilla Koh
Anh Ngo
Anna N. Vu, Vic Satzewich
Michael Casasola
Robert C. Batarseh
Shauna Labman
Giovanna Roma

Book Reviews

Vincent K. Her
Diana M. Dean
Judy Ledgerwood
Antje Missbach
Amar Wahab
Alexandra Kent
 Print Copy
Refuge 32.2 (Special Issue) Print Copy

Image « à la une » : A Vietnamese mother and her children wade across a river, fleeing a bombing raid on Qui Nhon by United States aircraft on Sept. 7, 1965 © Kyoichi Sawada—Bettmann/Corbis

Brenda M. Boyle and Jeehyun Lim, eds.: Looking Back on the Vietnam War – Twenty-First Century Perspectives

[ndlr] Parution d’un ouvrage collectif dans lequel les perspectives vietnamiennes sont prépondérantes. Présentation de l’éditeur.

LookingBackOnTheVietnamWarMore than forty years have passed since the official end of the Vietnam War, yet the war’s legacies endure. Its history and iconography still provide fodder for film and fiction, communities of war refugees have spawned a wide Vietnamese diaspora, and the United States military remains embroiled in unwinnable wars with eerie echoes of Vietnam.

Looking Back on the Vietnam War brings together scholars from a broad variety of disciplines, who offer fresh insights on the war’s psychological, economic, artistic, political, and environmental impacts. Each essay examines a different facet of the war, from its representation in Marvel comic books to the experiences of Vietnamese soldiers exposed to Agent Orange. By putting these pieces together, the contributors assemble an expansive yet nuanced composite portrait of the war and its global legacies.

Though they come from diverse scholarly backgrounds, ranging from anthropology to film studies, the contributors are united in their commitment to original research. Whether exploring rare archives or engaging in extensive interviews, they voice perspectives that have been excluded from standard historical accounts. Looking Back on the Vietnam War thus embarks on an interdisciplinary and international investigation to discover what we remember about the war, how we remember it, and why.

Contributors

Brenda Boyle, Jeehyun Lim, Yen Le Espiritu, Quan Tue Tran, Viet Thanh Nguyen, Lan Duong, Vinh Nguyen, Robert Mason, Leonie Jones, Heonik Kwon, Diane Niblack Fox, Cathy Schlund-Vials

Table Of Contents

Chronology

Note on the Text

Introduction: Looking Back at the Vietnam War / Brenda M. Boyle and Jeehyun Lim

  • Chapter 1: Vietnamese Refugees and Internet Memorials: When Does War End and Who Gets to Decide? / Yên Lê Espiritu
  • Chapter 2: Broken, but Not Forsaken: Disabled South Vietnamese Veterans in Vietnam and the Vietnamese Diaspora / Quan Tue Tran
  • Chapter 3: What Is Vietnamese American Literature? / Viet Thanh Nguyen
  • Chapter 4: Viet Nam and the Diaspora: Absence, Presence, and the Archive / Lan Duong
  • Chapter 5: Liberal Humanitarianism and Post–Cold War Cultural Politics: The Case of Le Ly Hayslip / Jeehyun Lim
  • Chapter 6: Ann Hui’s Boat People: Documenting Vietnamese Refugees in Hong Kong / Vinh Nguyen
  • Chapter 7: “The Deep Black Hole”: Vietnam in the Memories of Australian Veterans and Refugees / Robert Mason and Leonie Jones
  • Chapter 8: Missing Bodies and Homecoming Spirits / Heonik Kwon
  • Chapter 9: Agent Orange: Toxic Chemical, Narrative of Suffering, Metaphor for War / Diane Niblack Fox
  • Chapter 10: Re-Seeing Cambodia and Recollecting The ’Nam: A Vertiginous Critique of the Military Sublime / Cathy J. Schlund-Vials
  • Chapter 11: Naturalizing War: The Stories We Tell about the Vietnam War / Brenda M. Boyle

Appendix A: Archives

Appendix B: Publications since 2000

Notes on Contributors

Index

Source : Rutgers University Press

Maëva Pegliasco : « Parcours types » des Boat People 1975-1990

Ce compte-rendu de lecture s’appuie sur les quatre sources étudiées suivantes :

  • Voices-of-vietnamese-boat-peopleCargill, Mary Terell & Huynh, Jade Ngoc Quang (ed.), Voices of Vietnamese Boat People: Nineteen Narratives of Escape and Survival, Jefferson (NC): McFarland & Company, 2001.

Cet ouvrage rapporte des témoignages bruts d’anciens Boat People et de leurs différentes expériences. Il s’agit ici seulement de récits de réfugiés vietnamiens ayant émigré aux États-Unis.

  • NathalieNguyen_VoyageOfHopeNguyen, Nathalie Huynh Chau, Voyage of Hope. Vietnamese Australian Women’s Narratives, Altona : Common Ground, 2005.

Cet ouvrage est également une collecte de témoignages de Boat People, mais cette fois analysés par l’auteur, et non simplement présentés de manière brute comme pour le livre précédent. De plus, la dimension de genre est clairement présente ici puisqu’il s’agit uniquement de récits de femmes vietnamiennes ayant trouvé refuge en Australie.

  • NamLe_LeBateauNam Le, Le Bateau, nouvelles, Paris, Albin Michel, 2008.

Il s’agit d’un ensemble de nouvelles dont le sujet n’est pas forcément en lien avec le thème des Boat People, sauf pour la dernière nouvelle, qui s’intitule également « The Boat ». L’auteur s’est inspiré de ses souvenirs personnels pour cette fiction (Nam Le est né au Vietnam en 1978, d’où il s’est enfui très jeune avec sa famille parmi d’autres Boat People pour l’Australie ; l’auteur a ensuite étudié aux Etats-Unis avant de devenir un romancier reconnu). La nouvelle raconte l’histoire d’une jeune vietnamienne de seize-ans, Maï, poussée par ses parents à fuir le Vietnam en bateau. Le récit rapporte essentiellement la traversée en bateau.

  • The Boat (2015), adapté par Matt Huynh

La nouvelle de Nam Le a été adoptée en roman graphique interactif (disponible en accès libre sur internet) par un jeune artiste australien d’origine vietnamienne. Le tout a été produit par SBS, un des principaux groupes télévisés australiens.

A travers tous ces récits et sources différentes, nous pouvons retracer le « parcours type » des Boat People vietnamiens, des raisons de leur départ, l’organisation du voyage, la traversée en bateau, le séjour temporaire en camps de réfugiés, jusqu’à l’adaptation au sein du pays d’accueil.

Les raisons du départ

La principale raison du départ en masse des Boat People à partir de 1975 fut la répression politique écrasante, notamment contre la population de l’ex Sud-Vietnam, une répression menée par le régime Nord-vietnamien parvenu au pouvoir, à la fin de la guerre. Ainsi, différentes mesures furent prises par le régime telles que l’internement au sein de camps de rééducation, le déplacement contraint vers les Nouvelles Zones Économiques, la confiscation de la propriété privée, la nationalisation des commerces et collectivisation terres agricoles, et enfin des discriminations en termes d’accès à l’éducation supérieure et au marché de l’emploi (spécialement pour la population du Sud liée à l’ancien régime). L’invasion du Cambodge par le Vietnam en 1978 ainsi que la guerre sino-vietnamienne de 1979 ne firent qu’empirer la situation, menant en plus à une persécution de la communauté sino-vietnamienne (ethnie Hoa). Ainsi, la raison majeure évoquée par les Boat People pour expliquer leur départ, comme le montrent bien les témoignages étudiés, est qu’il n’y a pas de futur envisageable et viable au Vietnam. La volonté que leurs enfants accèdent à un meilleur avenir a ainsi déclenché cette décision.

BoatPeople_Map1975-1996
Itinéraires en mer des Boat People 1975-1996, par Dong Tran © Archive of Vietnamese Boat People Inc.

La préparation et l’organisation du voyage

Les différents témoignages font état d’une préparation d’environ un ou deux ans avant le départ. Souvent, plusieurs tentatives de fuite ont été effectuées précédemment, leur échec s’expliquant par la délation (extrêmement répandue) ou simplement l’arrestation par les autorités policières. En ce qui concerne les sanctions appliquées par le régime vis-à-vis des fuyards, elles étaient extrêmement dures, une première tentative de fuite étant sanctionnée d’environ neuf mois de prison, une deuxième occasionnant un séjour en prison mais également des sévices physiques et la destruction de la quasi-totalité des biens des condamnés, de manière à ce que ces derniers soient privés de toute ressource financière à leur sortie de prison pour éviter un nouveau projet de fuite. En effet, s’enfuir du Vietnam en bateau demandait de mobiliser une forte somme d’argent ce qui explique le temps important de préparation.

Deux options s’offraient aux individus qui souhaitent fuir du Vietnam en bateau :

  • Soit l’achat par ses propres moyens financier d’un bateau de pêcheur (et donc ainsi se convertir au métier), de manière à pouvoir préparer son voyage sans éveiller les soupçons.
  • Soit avoir recours à un passeur, et rejoindre ainsi illégalement un bateau de taille plus importante contenant déjà des centaines d’autres personnes pour faire la traversée. Le prix à payer étant d’environ deux milles ou trois mille dollars par personne, la moitié pour les enfants, le tout souvent demandé en taels d’or. Il est à noter que le gouvernement vietnamien lui-même, en proie à une corruption endémique, prit part à ce trafic de réfugiés au cours des années 1978-1979 sous couvert d’un programme officiel, avant d’être rappeler à l’ordre par la communauté internationale.

Pour les individus qui décidaient de fuir par leur propre bateau de pêche, la stratégie consistait généralement à enfouir auparavant sous le sable de la plage les réserves en nourriture et différents équipements nécessaires au départ, ces objets étant déterrés la nuit du départ.

Pour les individus qui décidaient d’avoir recours aux services d’un passeur, un long voyage au sein du pays était souvent à faire pour rejoindre le point de départ choisi sur la côte. De nombreux moyens de transport étaient utilisés, comme le montre les récits étudiés : bus (surchargés), scooter (de même), ou même parfois à pied. Une fois arrivés au sein du port désigné, les individus devaient généralement se cacher chez des locaux mis au secret, ou au sein de bateaux surchargés, en attendant qu’on vienne les chercher pour le départ. La liaison avec le gros bateau destiné à la traversée en haute mer se faisait de nuit, les individus en fuite rejoignant le bateau principal à bord de navires plus petits ou de simples canoës. Différents systèmes de signaux étaient utilisés pour se reconnaitre, comme l’usage des phares des bateaux ou de bâtonnets d’encens allumés dans la nuit, comme l’illustre la nouvelle de Nam Le.

L’étape suivante était la sortie de nuit du port, afin de rejoindre les eaux internationales. Les Boat People étaient alors cachés au sein des cales du navire dans des conditions extrêmement dures et étouffantes, avec pour obligation de faire silence tandis que le bateau croisait souvent des patrouilles armées du régime. Des cas de course poursuite entre Boat People et gardes côtes ont été relatés au sein des ouvrages consultés, le but pour les fuyards étant d’atteindre les eaux internationales les premiers. En cas d’arrestation, certains récits témoignent d’une certaine corruption des autorités officielles, puisque les soldats acceptaient parfois de relâcher les fuyards en échange d’argent ou de biens précieux.

Le déroulement du voyage en mer

Les bateaux utilisés pour la traversée étaient surchargés par rapport à leurs dimensions. Ainsi, un bateau de deux mètres et demi de large et dix mètre de long pouvait transporter jusqu’à une centaine de personnes.

BoatPeople_barque
Vue du navire hôpital : barque surchargée secourue par Médecins du Monde en 1979 © DR

Les réserves de nourriture emportées consistaient généralement en eau, riz, sucre, patates douces séchées, nouilles instantanées et du lait pour les jeunes enfants. Du citron était également emporté car il représentait une importante source de vitamines. D’autres équipements essentiels étaient prévus : des bidons de fuel pour le moteur, des lampes torches ou feux de position destinés à envoyer des SOS aux bateaux croisés, et parfois des armes à feux. Les seuls instruments de navigation utilisés étaient généralement une boussole, des cartes et parfois un radio (capter des ondes permettait ainsi de se rendre compte si l’on se rapprochait des cotes d’un pays ou non). Les individus emportaient également avec eux quelques biens précieux comme des montres ou des anneaux en or, de manière à pouvoir les échanger contre de la nourriture ou des informations de direction en cas de rencontre avec des bateaux étrangers.

La plupart des passagers souffraient au cours de la traversée du mal de mer, occasionnant de nombreux vomissements. La chaleur et le soleil provoquaient également des difficultés majeures, les individus ayant le choix entre la chaleur étouffante de la cale ou l’exposition brulante au soleil sur le pont. Les conditions sanitaires à bord étaient particulièrement déplorables, surtout au sein des cales, les individus ne disposant d’aucunes commodités ou de moyen de se laver, ce qui multipliait le risque de maladies. L’ennui à bord était souvent de mise, beaucoup restant allongés immobiles ou dormant au cours de la traversée.

Les principaux risques étaient les suivants :

Tout d’abord le risque de tempête, qui pouvait couler le bateau, emporter des passagers, abimer les réserves de nourriture ou abimer le moteur. Il est à noter que la plupart des Boat People ne savaient pas nager.

Le risque d’être confronté à des pirates était également très important, notamment les pirates thaïlandais ou malais, qui détroussaient les individus, violaient les femmes, n’hésitaient pas à tuer et même à couler entièrement les bateaux.

Les problèmes liés au moteur (panne notamment) étaient extrêmement graves, car ils pouvaient ralentir considérablement la traversée, les réserves de nourriture s’épuisant alors progressivement. De nombreux récits font état de l’usage de méthodes approximatives pour réparer les moteurs, comme avoir recours à de la graisse alimentaire pour démarrer le moteur.

Enfin, le risque majeur était avant tout de se perdre en pleine mer, une conséquence qui pouvait advenir des tempêtes, de la rencontre avec des pirates ou de panne de moteur. Les réserves en eau et en nourriture s’épuisaient alors, menant à des mesures de rationnement ou parfois à des mutineries au sein d’une embarcation. Les enfants et les jeunes hommes étaient les premiers à mourir. Des cas de folie et de suicides sont mentionnés dans les récits étudiés. Les chants et les prières étaient tout ce qui aidait les individus à tenir.

Boat People 2
Réfugiés de la mer secourus par le Cap Anamur © DR

Les Boat People ayant survécu à la traversée en mer sont ceux qui ont été recueillis par des navires étrangers. Cependant, beaucoup de bateaux étrangers refusaient d’accomplir un tel geste en raison du retard que leur aurait fait prendre sur leur traversée le fait d’amener les réfugiés au sein de pays d’accueil. De plus, beaucoup prenaient les navires des Boat People pour des navires pirates. Parfois, certains navires acceptaient de s’arrêter et de ravitailler ou de guider les Boat People, mais pas de les recueillir à bord. Il pouvait arriver que de l’argent soit demandé en retour. En revanche, certains bateaux étrangers ont été affrétés spécialement pour recueillir les Boat People perdus en haute mer, comme le cargo allemand Cap Anamur ou le navire hôpital français l’Ile de Lumière.

Le séjour temporaire au sein des camps de réfugiés

Les principaux camps de réfugiés se situaient en Indonésie (camps de Galang), en Malaisie (camps de Pulau Bidong et de Sungei Besi), et aux Philippines (camps de Bataan). Des camps existaient également en Chine, à Hong-Kong, à Taiwan, ainsi qu’au Japon et en Corée mais ces derniers étaient plutôt secondaires en termes d’arrivée de réfugiés.

Les conditions de vie au sein des camps étaient très dures (rationnement de la nourriture, viols, mauvais traitements, conditions sanitaires extrêmement mauvaises), mais malgré tout la plupart des réfugiés ne regrettaient pas d’avoir quitté le Vietnam. Ainsi, même si les conditions de vie étaient difficiles comme nous venons de le mentionner, les camps de réfugiés offraient tout de même des cliniques, des lieux de culte et surtout des écoles, destinées tant aux enfants qu’aux adultes. Les changements de camps étaient fréquents. Il est important de préciser qu’au sein de ces camps existaient généralement des sections spéciales dédiées aux mineurs, nombreux à avoir tenté le voyage sans leur famille.

Réfugiés57_1988
En couverture du magazine « Réfugiés » : Phanat Nikhom (Thailande). Réfugiés indochinois se préparant à partir pour un pays de réinstallation, avril 1988 © HCR/B. Genier

Les conditions pour quitter le camp de réfugiés et être accueilli au sein des États occidentaux étaient les suivantes :

  • être un ancien membre de l’armée ou du gouvernement Sud-Vietnamien. Ces derniers étaient ainsi accueillis d’office par les États-Unis ;
  • avoir des proches (famille) déjà sur place, ces derniers s’occupant ainsi des différentes formalités administratives ;
  • bénéficier d’un programme de parrainage, les réseaux religieux bénévoles ayant joué un rôle majeur dans l’accueil de réfugiés vietnamiens, notamment aux États-Unis ;
  • bénéficier de programmes nationaux spéciaux, comme l’Orderly Departure Program (ODP), un programme américano-vietnamien mis en place en 1979 qui consistait à soumettre une liste de demandeurs d’asile vietnamiens aux autorités américaines, ces dernières acceptant ou non les individus proposés par le gouvernement vietnamien ;
  • être mineur ou avoir été victime d’atrocités particulières, ce qui donnait immédiatement aux individus concernés le droit au statut officiel de réfugié (statut de plus en plus difficile à obtenir après le passage du Comprehensive Plan of Action (CPA) en 1989, une loi mise en place par le Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies destinée à réduire le nombre d’arrivants vietnamiens en faisant la différence entre les réfugiés et les migrants économiques –refusés à la frontière-).

Ainsi, les individus correspondant aux catégories évoquées précédemment séjournaient entre quatre et dix mois au sein des camps de réfugiés, tandis que les individus ne correspondant pas à ces critères passaient cinq ans voire plus au sein des camps.

On distinguait en conséquence deux types de camps de réfugiés : les camps de réfugiés généraux (comme celui de Pulau Bidong en Malaisie), et les camps de préparation spécialement dédiés aux individus ayant été officiellement acceptés par des Etats étrangers (cas du camp de Bataan aux Philippines). Ces camps spéciaux préparaient ainsi les réfugiés à leur future vie au sein du pays d’accueil, et dispensaient une formation culturelle ainsi que des cours de langue. Le camp de Bataan était destiné aux Vietnamiens émigrant aux États-Unis.

Au final, la durée moyenne de transition entre la fin de la traversée en mer et l’arrivée au sein du pays d’accueil était de un à trois ans.

Vie et adaptation au sein du pays d’accueil

Les témoignages recueillis au sein des ouvrages consultés montrent que ce qui était avant tout recherché par les réfugiés vietnamiens dans le pays d’accueil était : la liberté ainsi que de meilleures conditions de vie (un meilleur accès à la nourriture notamment).

Une fois arrivés sur place, les réfugiés qui avaient été parrainés par une association (souvent religieuse) pour leur départ bénéficiaient à nouveau de l’aide de cette association pour remplir les diverses formalités administratives, trouver un logement ainsi qu’un emploi.

Malgré tout, les conditions de vie étaient souvent très difficiles pour les réfugiés vietnamiens, ces derniers ayant des difficultés à s’adapter à la langue (ce qui les empêchait ainsi de trouver un emploi correct), au climat, à la culture, à la nourriture. Des cas de racisme ambiant ou de rejet ont également été mentionnés.

EscapefromVietnam
Brandissant le drapeau de la République du Viêt-Nam (1955-1975), un groupe de jeunes réfugiés vietnamiens remercient leurs compatriotes au Canada pour l’aide au secours © DR

Les réfugiés vietnamiens devaient ainsi faire face au double défi de travailler (il s’agissait la plupart du temps d’emplois peu qualifiés) tout en suivant des cours de langue, le tout en devant parfois nourrir une famille ou envoyer de l’argent à la famille restée au Vietnam. Certains jeunes réfugiés qui avaient déjà suivi des études supérieures au Vietnam réussissaient à reprendre des études sur place, mais dans la plupart des cas ce sont les enfants de la deuxième génération qui menèrent des études supérieures.

Dans ces ouvrages, le désir de retourner au pays natal est extrêmement présent, une partie de la famille étant souvent restée sur place. Le sentiment d’être apatride caractérise la première génération de réfugiés vietnamiens. Le deuxième génération a fait face à une évolution identitaire complexe, les individus se sentant appartenir au pays d’accueil (dont ils possèdent la nationalité), mais tout en restant extrêmement connectés au pays d’origine de leurs parents, dont les traditions et la langue ont généralement perduré au sein du cadre familial.

* * *

Ces ouvrages ont été extrêmement intéressants afin de mieux comprendre le parcours des Boat People vietnamiens, d’autant plus que le sujet trouve un écho particulier au sein de l’actualité. Néanmoins, les témoignages rapportés relatent avant tout l’expérience de réfugiés ayant trouvé asile au sein de pays anglo-saxons (États-Unis, Australie). Il aurait été intéressant d’étudier également des récits d’individus ayant trouvé refuge en Europe (France, Allemagne, Grande-Bretagne), dont l’expérience aurait peut-être été différente, notamment en termes d’adaptation au sein du pays d’accueil.

Maëva Pegliasco, promotion ASIOC 2015-2016.

_______________

Étudiante du Master 2 Asie Orientale Contemporaine de l’École Normale Supérieure de Lyon, Maëva Pegliasco est actuellement en échange universitaire à Shanghai, où elle poursuit ses recherches sur la rivalité sino-américaine au sein de l’océan Indien et ses implications pour les États riverains, en particulier le cas de la Birmanie.