Archives par mot-clé : réforme agraire

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 2

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

Une séance d’accusation publique (đấu tố) pendant la réforme agraire en RDVN © DR

★ ★ ★

La réforme agraire radicale (RDVN 1953-1956)

Séance 2 : mercredi 27 septembre 2017 – salle D4.070 (IAO)

La réforme agraire radicale, menée en RDVN à partir de 1953, a profondément marqué la société du Nord Viêt-Nam. Organisée sur un modèle maoïste, elle a pendant trois ans instituée la violence révolutionnaire dans la vie quotidienne des paysans. Visant à rendre la terre aux paysans, elle a été à l’origine de nombreux abus aux conséquences sanglantes. Si les chiffres officiels des exécutions publiques n’ont jamais été rendus, on estime à 50.000 morts le résultat de cette opération policière sous contrôle chinois. L’appareil d’État, conscient de la dérive, dut mettre sur pied une « campagne de rectification des erreurs » et Hô Chi Minh d’écarter, pendant un temps, le secrétaire général du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam, premier responsable politique de la RDVN. Cette séance s’intéresse aux récits littéraires encore imprégnés aujourd’hui de cette fracture interne au communisme vietnamien.

Timbre émis en RDVN en 1954 sur lequel figure les portraits du triumvirat représentant l’union entre les trois Partis communistes du Viêt-Nam, de l’URSS et de la Chine populaire : Gueorgui Malenkov, dirigeant du PCUS, Ho Chi Minh, président de la RDVN et Mao Zedong, président de la RPC et du PCC.

Sources mobilisées :

  • Duong Thu Huong, Les paradis aveugles, Paris, Des Femmes, 1991, p. 24-49.
  • Hoang Minh Tuong, Le temps des génies invincibles, Paris, Editions de la Frémillerie, 2014, p. 153-179.
  • Ta Duy Anh, Passer outre, publié sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/13304

Un regard extérieur :

  • Lise London, Le Printemps des camarades (L’écheveau du temps 2), Paris, Éditions du Seuil, 1996, p. 187-194.

Une référence clé :

  • Tessier, Olivier, « Le ‘grand bouleversement’ (long trời lở đất) : regards croisés sur la réforme agraire en République démocratique du Việt Nam », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, vol. 95-96 (2008-2009), 2012, pp. [73]-134. PDF en ligne.

 

Image « à la une » et illustration : photographies du journaliste Dimitri Baltermants (1912-1990) lors d’un séjour en RDVN en 1955 © The Dmitri Baltermants Collection/CORBIS. Les autres images connues de la réforme agraire sont de Franz Faber également prises en RDVN en 1955.

Gareth Porter’s articles on the bloodbath myths in Vietnam [danlambao]

[ndlr] Signalement d’un article de Cao Dac Tuan relançant le débat autour des articles de l’historien engagé Gareth Porter publiés dans les années 1970 : l’un concerne la réforme agraire en RDVN et l’autre le massacre de 1968 à Hue. Sur le blog dissident Dan Lam Bao, Cao Dac Tuan livre son point de vue sur cette bataille de chiffres incarnation de deux désastres humains dans un Viêt-Nam en révolution et en guerre. De quoi nourrir notre réflexion sur les sources historiques, leurs constructions et leurs interprétations.

 

mauthan-matmau-danlambao

Abstract: In the 1970s, Gareth Porter, an anti-war American scholar, published two articles on the land reform campaign in North Vietnam in the 1950s and the massacre at Huế in the Tết Offensive 1968, calling these myths. Porter’s articles are full of distortions and devoid of scholarship. Porter committed several logical fallacies in his reasoning and reflected a malicious misrepresentation of facts to suit his political stand.

In the 1970s, Gareth Porter, an anti-war American scholar, has written a number of articles opposing the Vietnam War (Wikipedia 2014a). Porter is one of many anti-war American scholars including Noam Chomsky, Edward Herman, and Marilyn Young. One of Porter’s specialties is to hunt down statistical information provided by the anti-communist Vietnamese and Americans, looking for errors or mistakes to make a case for accusing these authors of lying, mis-representation, or exaggeration. While the objective of truth finding is commendable, Porter’s one-sided approach is seriously flawed and renders him a communist propagandist who uses cheap and malicious tricks to attack others.

There are two myths that Porter has raised: the bloodbath in North Vietnam’s land reform campaign (1953 – 1956) and the Huế massacre in 1968 (Wikipedia 2014). As will be presented in the following, the truths about the bloody land reform program and the massacre at Huế have been known for many years. Nevertheless, Porter’s articles still appear as references in many sources, including the Internet, and are exploited to the maximum by the Vietnamese communists in their propaganda.

Lire la suite : Dan Lam Bao, 14/11/2014.

Cao Dac Tuan est arrivé aux États-Unis en 1975 en tant que réfugié. Il a reçu un doctorat en génie électrique et un diplôme en droit. Il a enseigné le génie informatique et de l’informatique dans une université d’État. Il est actuellement avocat spécialisé dans le droit de la propriété intellectuelle. Il vit avec sa famille dans le comté d’Orange (Orange County), en Californie du Sud. Il a publié un recueil de nouvelles sur trame historique intitulé Fire in the rain en 2014.

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2014 : Séance 3

 Année universitaire 2014-2015 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre

vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

* * *

Séance 3 – Mardi 14 octobre 2013

« Naissance et affirmation de deux Viêt-Nam »

Mémoiresd'Indochine_2014

A travers une approche comparative, cette séance se focalisera sur la vie politique, culturelle et sociale au sein des deux Viêt-Nam après les Accords de Genève (juillet 1954), accords qui entérinent la séparation provisoire du pays au 17ème parallèle. Il s’agira de s’immerger dans les sociétés en révolution de la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN) sous l’égide du parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Đảng Lao động Việt Nam) au Nord et de la Première République du Viêt-Nam (1955-1963) au Sud. On s’intéressera à la question de la réforme agraire déclenchée au Nord de décembre 1953 à 1956 et au soulèvement bouddhiste de 1963 au Sud Viêt-Nam contre le régime autoritaire de Ngô Đình Diệm.

 

Extraits de textes à discuter :

  • BUI TIN, 1945-1999, Vietnam. La face cachée du régime, Paris, Editions Kergour, 1999, pp. 47-75 [+ dos de couverture].
  • NGUYEN KHAC VIEN, « La réforme agraire », in Expériences vietnamiennes, Paris, Editions Sociales, 1970, pp. 73-97.
  • DAVID LAN PHAM, Two hamlets in Nam Bo. Memoirs of life in Vietnam through Japanese occupation, the French and American wars, and communist rule, 1940-1986, Jefferson (NC), McFarland & Company, 2000, (réédition de 2008), pp. 79-108 [+ dos de couverture].
  • Terreur contre les Bouddhistes au Sud Viêt-Nam, S.l., Editions Libération, juin 1963, pp. 5-32.

Voir le Mémento personnalités de la séance 3 sur Mémoires d’Indochine.

 

Exposé oral :

  • Sidonie, Bonnet Bel Arbi : Hugon, Anne (sous la dir.), Histoire des femmes en situation coloniale, Paris : Karthala, 2004.

 

Pour aller plus loin :

  • Fall, Bernard, Les deux Viet-Nam, Paris, Payot, Etudes et documents, 1967.
  • Dommen, Arthur J., The Indochinese experience of the French and the Americans. Nationalism and communism in Cambodia, Laos and Vietnam, Bloomington, Indiana University Press, 2001 (voir chapitres 5, 6 et 7).

 

Sources complémentaires

Sur la RDVN (Nord Viêt-Nam)

  • Boudarel, Georges, Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam. Communisme et dissidence 1954-1956, Paris, Jacques Bertoin, 1991.
  • Goscha, Christopher E. & Tréglodé, Benoît de, Naissance d’un Etat-Parti. Le Vietnam depuis 1945, Paris, les Indes Savantes, 2004 (voir en particulier les chapitres de Judy Stowe, Shawn McHale et Nguyen Van Ky).
  • Hartingh, Bertrand de, Entre le peuple et la nation. La République Démocratique du Viêt Nam de 1953 à 1957, Paris, EFEO, Monographies 189, 2003.
  • Hoang Van Chi, From colonialism to communism. A case history of North Vietnam, New York – London, Frederick A. Praeger, 1968, third printing.
  • Marangé, Céline, Le communisme vietnamien (1919-1991). Construction d’un Etat-nation entre Moscou et Pékin, Paris, Presses de Sciences Po, 2012 (voir chapitres 4, 5, 6).
  • Tréglodé, Benoît de, Héros et révolution au Viet Nam 1948-1964, Paris, Les Indes Savantes, 2013.
  • Turner, Robert F., Vietnamese Communism, it’s origins and development, Stanford, Stanford University, Hoover Institution Press, 1975 (voir chapitres 5, 6, 7, 8).

 

Sur la RVN (Sud Viêt-Nam)

  • Fitzgerald, Frances, Fire in the lake. The Vietnamese and the Americans in Vietnam, Boston – Toronto, Little Brown, An Atlantic Monthly Press Book, 1972. (nombreuses rééditions)
  • Hammer, Ellen J. A death in November. America in Vietnam, 1963, New York, E.P. Dutton, 1987.
  • Nghiem Dang, Viet-Nam politics and public administration, Honolulu, East-West Center Press, 1966.
  • Mme Nguyen An Tuan, Les forces politiques au Sud Viet Nam depuis les accords de Genève 1954, Louvain, Université Catholique de Louvain, Faculté des sciences économiques, sociales et politiques, nouvelle série n° 31, 1967.
  • Nguyen Thai, Is South Vietnam viable?, Manila, November 1962.
  • Scigliano, Robert, South Vietnam. Nation under stress, Boston, Houghton Mifflin Company, 1964.
  • Shaplen, Robert, The lost revolution. The U.S. in Vietnam 1946-1966, New York, Harper & Row, Harper Colophon Books, 1966, revised edition.

 

Sur le bouddhisme social, au Viêt-Nam (1963-1966) et en Asie :

  • [Thich] Nhat Hanh, Vietnam. Lotus in a sea of fire, New York, Hill and Wang, 1967. Views on the situation in Vietnam by a Buddhist intellectual and Director of the School of Social Studies at the Van Hanh University at Saigon.
  • Nguyen The Anh, « L’engagement politique du bouddhisme au Sud Viêt-Nam dans les années 1960 », in Alain Forest, Eiichi Kato & Léon Vandermeersch (eds), Bouddhismes et sociétés asiatiques. Clergés, sociétés et pouvoirs, Paris, L’Harmattan, Recherches asiatiques / Sophia University (Tokyo), 1990, pp. 111-124.

Giới thiệu 150 hiện vật về giai đoạn “Cải cách ruộng đất 1946-1957”

[ndlr] Exposition exceptionnelle sur la « Réforme agraire de 1946-1957 » présentée au Musée de l’histoire nationale à Hanoi de septembre à décembre 2014. Comme le précise le résumé ci-dessous deux étapes sont considérées : la situation de la paysannerie avant la réforme agraire, notamment avec la révolution d’août 1945, et la réforme en elle-même sur une période de onze ans. L’objectif est à la fois d’éduquer les jeunes générations sur ce sujet et de « renforcer la confiance du peuple envers le Parti et le gouvernement », un objectif très politique, qui semble loin des préoccupations historiques soulevées par la radicalité de cette réforme et de son impact sur le long terme. A voir pour se faire une idée du traitement réservé à cette période clé de l’histoire de la RDVN (République Démocratique du Viêt-Nam).

CaiCachRuongDat1946-1957Présentation de 150 objets et documents liés à la période 1946-1957

(Cinet)- Từ tháng 9 đến tháng 12/2014, tại Bảo tàng Lịch sử quốc gia sẽ tổ chức trưng bày chuyên đề “Cải cách ruộng đất 1946-1957”.

Với diện tích trưng bày khoảng 230m2, công chúng sẽ có dịp tiếp cận trực tiếp với gần 150 hiện vật, tư liệu gốc, ảnh tư liệu lịch sử về cải cách ruộng đất đang được lưu giữ tại Bảo tàng Lịch sử quốc gia và các cơ quan lưu trữ, các bảo tàng ở Hà Nội và địa phương như: Cục Lưu trữ Văn phòng Trung ương Đảng, Văn phòng Chính phủ, Văn phòng Quốc hội, Trung tâm Lưu trữ Quốc gia I, II, III, Bảo tàng Hồ Chí Minh và bảo tàng các tỉnh Hưng Yên, Thái Nguyên, Nam Định, Thái Bình… Đây là những tư liệu, hiện vật quý hiếm, chứa đựng nhiều giá trị nội dung lịch sử và lần đầu tiên được đưa ra trưng bày, giới thiệu đến đông đảo công chúng trong khuôn khổ một trưng bày chuyên đề với qui mô lớn và được Bảo tàng Lịch sử quốc gia nghiên cứu nội dung, lựa chọn hiện vật kỹ lưỡng trong nhiều tháng qua.

Trưng bày chuyên đề “Cải cách ruộng đất 1946-1957” gồm 2 phần chính: Nông thôn Việt Nam trước cải cách ruộng đất và Cải cách ruộng đất 1946-1957. Trong đó có các nội dung chính như: tình hình ruộng đất trước cách mạng tháng Tám năm 1945; đời sống địa chủ phong kiến và nông dân trước cách mạng tháng Tám năm 1945; chủ trương của Đảng, Chính phủ về cải cách ruộng đất; cải cách ruộng đất; cửa chữa sai lầm và một số bài học kinh nghiệm; hoàn thành thắng lợi.

Trưng bày là một hoạt động thiết thực góp phần tuyên truyền, giáo dục cho đông đảo tầng lớp nhân dân, đặc biệt thế hệ trẻ nhận thức đúng hơn về cuộc cách mạng ruộng đất trong tiến trình cách mạng giải phóng dân tộc ở nước ta những năm 1946-1957. Qua đó củng cố niềm tin, niềm tự hào về Đảng, Chính Phủ và sự nghiệp cách mạng của nhân dân Việt Nam trong thời kỳ đổi mới, xây dựng và phát triển đất nước hiện nay.

BTV

See more at: Cinet, 05/09/2014.

Pour en savoir plus (en quelques images) :

* * *

DanOan_TrienLamCaiCachRuongDat
Manifestation de paysans contestataires, « indignés », devant l’exposition sur la Réforme agraire en RDVN.

Pour suivre la polémique locale liée à cette exposition. Mise à jour du 12/09/2014.

Voir aussi les billets marqués CCRĐ publiés sur le Blog de Nguyen Xuan Dien

TIN HOT: ĐÓNG CỬA TRIỂN LÃM CẢI CÁCH RUỘNG ĐẤT (CẬP NHẬT LÚC NỬA ĐÊM)

Contribution à la refonte de la constitution de 1992 – la leçon en six points de Đặng Văn Việt

DangVanVietPublié sur le site Bauxite Viêt Nam, Dang Van Viet (1920-), le célèbre vétéran de la Route coloniale n°4, a fait dernièrement publiquement connaître  son avis sur les modifications nécessaires à apporter à la constitution de 1992. Nous résumons ci-dessous dans les grandes lignes cette contribution majeure présentées en six points sous la forme d’une lettre ouverte datée du 8 mai 2013. Rédigée dans une langue simple, dans un style clair et très efficace, la lettre de Dang Van Viet est une charge contre l’iniquité du régime actuel. Elle est adressée au Comité chargé de recueillir les avis sur la refonte de la constitution.

Après une brève présentation rappelant ses états de service pour le régime, le « vieux soldat » (Người Lính Già) entre dans le vif du sujet.

En finir avec le marxisme-léninisme

Le premier point soulevé par M. Viet concerne l’idéologie marxiste-léniniste. L’auteur pose la question de la pertinence de cette idéologie. Faut-il poursuivre la promotion et l’application d’une pensée marxiste officielle au Viêt-Nam ? Plus largement, il conteste ainsi en creux un cadre idéologique dépassé, contraignant et imposé de force à la population et aux cadres de l’Etat. S’il souligne les apports indéniables de cette pensée lors de la lutte contre les pays de l’Axe pendant la seconde guerre mondiale puis pendant la guerre de réunification du pays, il interroge le lourd passif du communisme dans le monde en ces termes :

« Sur une période de près d’un siècle, le marxisme a révélé plusieurs de ses faiblesses, de nombreuses lacunes, un déficit de réalité – celui de n’avoir pas favorisé le progrès social, et même d’avoir freiné l’évolution de l’humanité ».

Pour l’auteur, l’échec de cette idéologie est patent sur toute la planète et, citant l’exemple de l’Allemagne, même dans le pays de Karl Marx. Au Viêt-Nam, quatre événements majeurs initiés par cette idéologie se sont révelés être de cuisants échecs. Il précise : (1) la lutte des Soviets du Nghe Tinh de 1930 ; (2) la réforme agraire des années cinquante en RDVN ; (3) la réforme du commerce en 1975 ; (4) une attitude erronée envers le peuple après la réunification forçant des millions de gens à fuir à l’étranger. Le résultat de ce fiasco obligea le pouvoir communiste a engager la politique de Renouveau depuis 1986 pour qu’enfin la société vietnamienne renaisse de ces cendres. Il situe cette renaissance à partir de 1995 soit environ un an après la levée de l’embargo américain. Ce revirement pragmatique à 180 degrés qui autorisait désormais tout ce qui était autrefois condamné par le marxisme à la vietnamienne (s’enrichir, faire du commerce, accumuler des biens, etc.) redonna du souffle à une société à bout de forces. Il permit au Viêt-Nam de réduire son grand retard sur le plan économique. Mais cette renaissance possède son revers. Car si sur le plan économique, les principes directeurs du marxisme-léninisme ont été abandonnés, il n’en est rien sur le plan politique. Au contraire, l’auteur rappelle cette réalité, en ce qui concerne :

la liberté d’expression, liberté de la presse, les élections libres, les manifestations – l’appareil répressif a été renforcé (armée – police). L’organisation de l’État possède de nombreux ministères et branches, mais au-dessous de tout trône le Politburo, l’organisme qui a le droit de trancher sur toutes les questions, au-dessus même du gouvernement, de l’Assemblée nationale, de la Cour suprême. Le Politburo oeuvre selon le principe d’une minorité soumettant la majorité.

Cette dénonciation faite du rôle prépondérant et abusif du Politburo et d’une minorité autoproclamée, Dang Van Viet expose les multiples dérives liées à cette situation. Il évoque par le passé la neutralisation par le Parti des avis divergents de Ho Chi Minh au moment de la réforme agraire, il dénonce les faits de corruption restés impunis pour les membres du Parti ou l’accaparement de biens nationaux à titre privé. Le système s’est au fil du temps dévoyé jusqu’à provoquer un risque d’effondrement du régime selon lui. Il termine cette première salve par l’appel suivant :

Ceux qui sont patriotes, qui aiment le peuple, qui se soucient du sort du pays, qui s’intéressent à la survie du régime, tous doivent élever la voix pour proposer à l’Etat d’abandonner le marxisme-léninisme, une voie politique qui, en préservant les intérêts et les priviléges d’une « minorité », a mené le Viêt-Nam d’échecs en échecs.

Le remède de Dang Van Viet : revenir à l’esprit d’unité, à la concordance nationale prônée par l’Oncle Hô [?], à l’union de tous les Vietnamiens de l’intérieur comme de l’extérieur du pays.

Vers le multipartisme

Le second point soulevé par le « petit Napoléon » de la RC4 aborde sans fioritures la question ultra sensible du multipartisme. Après avoir rappelé succinctement les défauts majeurs du parti unique (autoritarisme, injustice, autocritique de façade), il souligne particulièrement l’inefficacité de ce système qui interdit toute véritable remise en cause. La corruption est constamment dénoncée mais reste largement impunie, la presse est muselée et sévèrement orientée dans un sens, les erreurs politiques ne sont pas rectifiées par une voix alternative, la divulgation du patrimoine personnel des politiques a été officiellement votée mais nullement respectée. Bref, toute une série de dérives qui selon M. Viet discrédite le Parti et mène tout le système à une impasse politique.

La conclusion de Dang Van Viet sur ce point reste ouverte : le parti unique peut-être maintenu si les droits élémentaires de justice, de liberté et de sécurité sont respectées pour le peuple mais dans le cas contraire – ce qui est la situation actuelle – le peuple est en droit d’exiger l’existence de 2, 3 partis politiques (voire un nombre plus important) pour engendrer une saine concurrence et « promouvoir une histoire nationale continue ».

Supprimer l’Article 4

Le troisième point revient sur la question elle aussi très sensible de l’article 4 de la constitution qui rappelons-le donne un rôle prépondérant au Parti communiste vietnamien (PCV) dans la direction politique du pays. Dang Van Viet pose directement la question : « Faut-il abandonner l’article 4 ? » Dans cet exposé, il souligne l’injustice d’un système dirigé par une clique de 13 ou 14 hommes du Poliburo qui protègent les « leurs », touchés par les grandes affaires de corruption. L’iniquité du régime qui place le Parti au-dessus des organes de l’Etat, de l’Assemblée nationale et donc des lois, est sévèrement condamnée. Elle est d’ailleurs plusieurs fois énoncée dans le texte. Il démontre également par des arguments simples l’absurdité parfaite d’inscrire le rôle d’un parti quelqu’il soit dans une constitution. Si tel était le cas dans les constitutions des autres pays du monde, cela aboutirait à une instabilité politique chronique lors des fréquents changements de pouvoirs. S’appuyant sur la longue durée des règnes dynastiques des empereurs vietnamiens, il rappelle qu’aucun d’entre eux n’a été éternel et qu’il en sera de même pour le Viêt-Nam communiste (il emploie le terme « Viêt Minh communiste » pour signifier cette ère qui débute en 1945).

Il souligne en gras quà l’époque de Ho Chi Minh (soit en RDVN, 1945-1976), il n’y avait pas d’article 4 dans la constitution et que le Parti et le peuple ne faisait qu’un. Il est vrai que l’article 4 a été introduit relativement tardivement après la réunification du pays dans la constitution de 1980. Ceci sans doute pour marquer la suprématie du PCV sur toutes les autres forces politiques ayant existé auparavant au Viêt-Nam, notamment sous les régimes nationalistes de l’Etat associé  de Bao Dai (1948-1955) puis de la République du Viêt-Nam au Sud (1955-1975). Cependant, si cette osmose Parti/Peuple recouvrait une certaine réalité à l’époque de la RDVN, Dang Van Viet oublie sciemment que le régime en place en RDVN n’avait rien de « démocratique » (dan chu) malgré le fait que ce terme soit présent dans son appellation officielle.

Prenant l’exemple de Tran Hung Dao pour signifier la justesse d’un gouvernement s’appuyant sur le peuple, puis sur Ho Chi Minh, disciple, selon lui, du généralissime qui vainquit les Mongols au XIIIe siècle, Dang Van Viet attaque frontalement l’actuel secrétaire général du PCV, Nguyen Phu Trong. Celui-ci ne s’appuierait plus sur le peuple pour faire face aux défis auxquels le Viêt-Nam est actuellement confronté mais il fonderait son action sur la doctrine marxiste-léniniste, sur la lutte des classes [?] et sur le Politburo, les trois mamelles qui nourrissent les opportunistes et les corrupteurs qui finiront par précipiter la chute du régime. La conclusion de ce point est sans appel : il faut abandonner l’article 4, source d’une dégradation continue du régime en place :

Il faut suffisamment d’esprits intelligents et perspicaces pour que l’on ose abandonner l’article 4. Supprimer le marxisme comme base idéologique, afin d’endiguer le cancer de la corruption à la source – alors seulement on pourra sauver et de maintenir le rôle directeur et la position du Parti communiste aujourd’hui.

L’abandon de l’article 4 reste donc pour Dang Van Viet une réponse satisfaisante pour arrêter le déclin du Parti. Mais son appel est ambigu car d’une part M. Viet voudrait mettre fin au rôle directeur de la doctrine communiste dans les affaires du pays et donc se débarasser de cette idéologie néfaste au développement et d’autre part, maintenir tant bien que mal le Parti. Une lecture entre les lignes laisse à penser que le Parti communiste que Dang Van Viet veut préserver sera en fait bien autre chose. On comprend mieux sa logique dans le quatrième point.

Le sens des mots

En effet, le quatrième point questionne les appellations actuelles du parti au pouvoir et du régime lui-même. Faut-il changer le nom du Parti et en conséquence l’appellation du pays ? Selon lui, ces deux appellations ont été contestées depuis plusieurs années sans qu’on y apporte de réponse. Il est donc grand temps de résoudre cette question. Il commence par évoquer le sujet de l’appellation nationale. Considérant que l’appellation nationale doit refléter la coloration du pays, il réfute la pertinence du terme « socialisme », une référence explicite (dans le cas vietnamien) au modèle soviétique, un modèle qui a démontré ses limites et qui s’est révélé synonyme d’échec que ce soit en URSS, dans les anciens « pays frères », qu’au Viêt-Nam lui même. Il propose :

Actuellement, la réalité historique l’exige, il faut se débarasser du nom utopique de socialisme (XHCN) pour le replacer par celui de République démocratique afin d’être en phase avec la situation économique, avec la réalité politique intérieure et extérieure du Viêt-Nam actuel et de façon durable.

Pour l’appellation du Parti, l’abandon du mot « communisme » lui paraît évidente parce qu’il incarne cette utopie irréaliste qui s’est révélée désastreuse pour son pays. Il s’appuie sur la demande de nombreux citoyens pour proposer de revenir à l’appellation plus concrète de « Parti des travailleurs du Viêt-Nam » (Đảng Lao động Việt Nam), conforme à la réalité du moment et de demain. Ce changement d’appellation aurait ainsi deux avantages. Celui d’offrir un visage réaliste au pays et peuple sur le plan intérieur, une façon d’éviter la duperie, et celui de revigorer l’image du Viêt-Nam sur le plan international, car dit-il :

Changer le nom de « communisme », revêt aussi la signification d’abandonner un nom qui évoque les périodes douloureuses que l’histoire de l’humanité a dû traverser. L’évocation du mot « communisme » rappelle à tous Staline, Mao Zedong, deux dictateurs communistes responsables de la mort des dizaines de millions d’êtres humains pour protéger leur pouvoir ; ce mot rappelle le régime génocidaire de Pol Pot au Cambodge (Pol Pot au nom du communisme, a tué des millions de Cambodgiens […]), il rappelle la Réforme agraire [des années 1950], la réforme du commerce jusqu’aux millions de compatriotes qui ont quitté le pays après 1975, il rappelle une politique qui a fait de l’injustice une politique nationale, prôné le culte de l’ignorance sur l’intelligence créatrice. Abandonner le mot « communisme » a des avantages tout autant sur le plan de la politique intérieure que sur le plan diplomatique au niveau international.

Sa dénonciation en règle des désastres humains du communisme d’Etat l’amène a offrir au lecteur une charge peu courante sur Tran Phu (1904-1931), le premier secrétaire général du PCV, une figure vénérée par le régime. Selon Dang Van Viet, si le programme politique de ce sinistre personnage vis-à-vis des intellectuels et du confucianisme avait été appliqué au Viêt-Nam, il n’aurait rien eu à envier à ceux des trois dirigeants sanguinaires évoqués plus haut.

La patrie avant tout

Le cinquième point revient sur la question de l’armée et de son rôle vis-à-vis du peuple et du Parti, une question très controversée du projet d’amendement de la constitution. L’idée générale de Dang Van Viet est que le principe de fidélité doit revenir au pays et au peuple plutôt qu’au Parti et au peuple (“Trung với nước hiếu với dân” hay “Trung với Đảng hiếu với dân”). Il défend ainsi la suprématie de la nation sur l’appareil politique. A qui doit être fidèle l’armée populaire ? Au Parti ou à la patrie ? La réponse coule de source. La Patrie avant tout comme le rappelle la propre histoire de la fondation de l’armée populaire et comme l’avait enseigné Ho Chi Minh en 1946 à l’école des officiers Tran Quoc Tuan. Selon lui, le pays est éternel, les partis politiques changent au cours de l’histoire. Il affiche ainsi son credo nationaliste qui, à défaut d’être simpliste, résonne aujourd’hui de façon efficace chez la population.

Séparation et indépendance des pouvoirs

Le sixième point aborde la question de la séparation des pouvoirs. Son plaidoyer est en faveur de la séparation classique des trois pouvoirs (législatif, exécutif et judiciaire) et de la garantie de leur indépendance. Décrivant la situation actuelle, Dang Van Viet rappelle le caractère confiscatoire de ces trois pouvoirs par le PCV. Même rhétorique que dans le premier point de sa lettre, il dénonce la mainmise du Parti sur tous les droits nationaux :

Pour assurer sa domination, le Parti communiste a introduit l’article 4 dans la Constitution, le Parti s’est positionné au-dessus du gouvernement, de l’Assemblée nationale et du peuple. Il a placé le pouvoir législatif sous la direction du Parti, une direction du pouvoir législatif organisée de concert avec les règles de construction socialiste dans une perspective marxiste-léniniste.

La même remarque est faite pour les pouvoirs exécutifs et judiciaires, suivie d’une admonestation soulignée en caractères gras :

Le peuple exige que le Parti et l’Etat vietnamien respectent la séparation des pouvoirs et la souveraineté populaire, afin de maintenir l’égalité sociale, l’ordre et les lois d’un état civilisé, d’une nation civilisée.

Ces six points dûment argumentés, l’auteur termine par une partie conclusive, voire récapitulative, assez longue sous la forme d’un règlement de compte avec le communisme vietnamien et la direction actuelle du PCV.

Une histoire patriotique

Il inscrit d’emblée son argumentation du côté de la Déclaration pro-démocratique des 72 présentée en début d’année. Mais plus encore, il souscrit à la Déclaration de milliers de «citoyens libres», à la Déclaration de la Conférence épiscopale, celle du Vénérable Thich Chi H., représentant des millions de catholiques et bouddhistes. En faisant cela, il renforce les rangs d’une dissidence constructive qui met en avant l’intérêt suprême de la nation et du peuple pour refonder la constitution. Comme beaucoup d’autres, il pense que c’est une occasion historique pour le Parti de favoriser une véritable démocratie au Viêt-Nam. En vieux militant nationaliste, il invoque avec emphase Tran Quoc Tuan (Tran Hung Dao) le vainqueur des Mongols au XIIIe siècle, Le Loi, Nguyen Trai ou encore Ho Chi Minh qui ont su repousser les agressions étrangères grâce à l’appui du peuple, en faisant du peuple le socle et la raison de leur combat. Cette rapide mise en perspective historique lui permet d’attaquer le secrétaire général actuel du PCV qui ne s’appuie plus sur le peuple pour diriger le pays mais sur le Politburo et « la lutte des classes ». Une façon de faire de la politique qui mène le pays à une impasse et engendre une dégradation générale des moeurs, de la culture, du sentiment national.

Il invoque le célèbre lettré Le Quy Don pour dénoncer les cinq grandes menaces qui peuvent mener à la « perte d’une nation ». Parmi elles, la dégradation des rapports de hiérarchie entre le cadet et l’ainé, l’élève et le maître, le soldat et le général ; la corruption endémique ou encore le mépris des élites intellectuelles. Toutes ces menaces sont présentes selon lui actuellement au Viêt-Nam. Le rôle assigné aux vieilles élites révolutionnaires dont il fait partie est devenu insignifiant. Or, dit-il :

Ceux qui dirigent, ceux qui sont aux responsabilités se doivent d’être perspicaces, éclairés, réceptifs aux recommandations des vieux révolutionnaires, des intellectuels, qui incarnent l’intelligence de la nation, pour changer de ligne politique, construire un nouveau régime en phase avec la tendance du développement de l’époque pour sortir le pays d’une période sombre de son histoire, pour sauver le Parti communiste de l’effondrement, lui éviter la panique engendrant des attitudes menaçantes et terroristes triviales.

En clair, Dang Van Viet, qui connaît bien le Parti, s’inquiète à demi mots d’une probable vague de répression si la parole des anciens n’est pas entendue et respectée. Pour tenter l’illustrer l’intérêt général sur le particulier, l’intérêt du peuple sur une élite issue du Parti, il se remémore une anecdote marquante de 1952 au début de la campagne de rectification des cadres du Parti. En réponse à un cadre soucieux d’être dans la bonne direction, Ho Chi Minh aurait précisé :

A chaque fois que vous avez un travail à faire, il faut y penser : si ce travail est bénéfique pour les gens, pour le pays, pour le Parti, alors faite-le, sans craintes. Si ce travail n’est ni dans l’intérêt du peuple, ni celui du pays ou du Parti, mais seulement dans celui d’un individu, d’un petit nombre, alors soyez déterminés à ne pas l’accomplir.

De nouveau, cette rhétorique appuyée sur Ho Chi Minh permet à M. Viet de critiquer ouvertement la politique du PCV, une politique erronée depuis l’époque de Le Duan (1907-1986), soit, précise-t-il, depuis cinquante ans ! Il termine cette charge révolutionnaire – car lui se pose en révolutionnaire intègre – par une allusion à la doctrine bouddhiste. D’un grand âge, Dang Van Viet, comme beaucoup de personnes âgées, se rapproche des préceptes de Bouddha et des valeurs traditionnelles. Il change le curseur de ses références, abandonnant un instant l’Oncle Ho, pour invoquer le concept bouddhique de « causalité » (“thuyết nhân quả”) prescrite par le Karma. Telle cause provoque tel effet, telle action, telle conséquence, rappelle Dang Van Viet, soulignant ainsi que ceux qui ont commis des désastres devront répondre de leurs actes. Il oppose ainsi la loi de la compassion bouddhique à celle de la lutte des classes prônée par le marxisme, la première loi incarnant le Bien, la seconde le Mal. Il termine sur une ultime note nationaliste en renvoyant les dieux marxistes chez eux, vers l’Europe. « Les ancêtres nous ont enseigné qu’il faut prendre le peuple comme fondement. Soyons résolus à ne plus nous appuyez sur le marxisme-léninisme », conclut-il.

« Du peuple, par le peuple, pour le peuple »

La longue lettre de Dang Van Viet fait de nombreuses fois référence à l’Oncle Ho (Bac Ho) à travers un temps idéalisé et arrêté à l’époque où le président de la RDVN incarnait une forme d’équilibre national, une unité territoriale et une possible alliance de partis différents. Mais cet exemple porté comme un modèle présente de fait de nombreuses contradictions. Tout d’abord, sur le plan politique, Dang Van Viet affiche son refus de l’utopie socialiste, une destinée politique vouée à l’échec partout dans le monde. Or, la RDVN de Ho Chi Minh nageait justement en pleine utopie. Ce rapprochement est-il donc si pertinent ? Il reproche aussi l’abandon de l’attitude révolutionnaire pour l’intérêt général. Mais qu’est-ce qu’un bon révolutionnaire, n’est-ce pas là une nouvelle utopie ? Enfin, la RDVN n’incarnait qu’une partie de la nation déchirée par la guerre civile et divisée en deux Etats antagonistes pendant deux décennies mais rien n’est dit sur cet autre Viêt-Nam.

Cependant son discours, qui s’apparente à une diatribe anticommuniste, comprend des aspects nouveaux. Tout d’abord, la reconnaissance de complexité de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam à travers l’évocation de ceux qui ont fui le pays après 1975. C’est reconnaître que la guerre de réunification fut aussi une guerre civile (même si le mot n’est jamais prononcé). C’est aussi la reconnaissance d’instances religieuses qui se sont ouvertement prononcées pour une évolution démocratique et qui dans l’histoire contemporaine du Viêt-Nam se sont souvent opposées au communisme. Ces allusions à la doctrine bouddhique ne sont pas sans rappeler le retour du général Vo Nguyen Giap vers la sagesse de cette religion à la fin de sa vie.

Enfin, sur un plan plus personnel, Dang Van Viet semble particulièrement préoccupé par la « lutte des classes ». Ceci trouve son explication dans son parcours personnel car sa famille, issue d’une lignée mandarinale, fut rudement touchée par la réforme agraire. Son père fut tué lors d’une campagne de dénonciation et sa famille dispersée. Lui-même fut directement concerné car, jugé « de lignée réactionnaire », il fut écarté de la direction de l’armée populaire. C’est également la raison pour laquelle il se permet d’afficher le soutien en cinq points du général Vo Nguyen Giap en annexe de sa lettre. Le cinquième point demande justement la réhabilitation du père de Dang Van Viet, Dang Van Huong, assassiné pendant la réforme agraire comme nous venons de le signaler. La publication de ce texte avec l’accord de son auteur sur Bauxite Viêt-Nam, un blog dissident, démontre une fois de plus que les « anciens » ne sont plus en phase avec le Viêt-Nam capitaliste, individualiste, autoritaire et foncièrement injuste d’aujourd’hui. Pour Dang Van Viet, il n’y a aucun doute, le vieil adage national-communiste ou tiers-mondiste « Du peuple, par le peuple, pour le peuple » est aujourd’hui dévoyé en « Du parti, par le parti, pour le parti ». La voix de ce « vieux soldat » nationaliste de 93 ans sera-t-elle entendue ?

François Guillemot, 18/05/2013.

 * * *

Réf. : Bản góp ý sửa đổi Hiến pháp 1992 của ông Đặng Văn Việt, Hà Nội, ngày 8 tháng 5 năm 2013.

Rappel des six points en vietnamien :

1)  Vấn đề có nên tiếp tục vận dụng quan điểm tư tưởng Mác vào Việt Nam – hay nên chấm dứt

2)  Vấn đề một Đảng hay nhiều Đảng 

3)  Có nên bỏ điều 4 của Hiến pháp hay không? 

4)  Việc có cần đổi tên Đảng tên nước hay không? 

5)  Việc nên nêu khẩu hiệu

6)  Vấn đề tam quyền phân lập

 

Source : Bauxite Viêt Nam, 16/05/2013. Repris sur Cung Viet Hien Phap, 16/05/2013.

Pour en savoir plus sur Dang Van Viet :

  • Dang Van Viet, Souvenirs d’un colonel Vietminh : portrait, Paris : Indo éditions, 2006.

Sources on Vietnam Laos Cambodia « Left-Wing Bloodbaths » – by Paul Bogdanor

Skulls from the Cambodian Killing Fields
© 2012 Steven G. Kellman

[ndlr] Sur son site personnel l’écrivain londonien Paul Bogdanor consacre une page aux sources en ligne sur les « Bains de sang de gauche ». Nous avons extrait de sa liste les sources concernant directement le Viêt Nam, le Laos et le Cambodge. Textes de chercheurs, de journalistes ou de simples témoins sont répertoriés aux côtés de rapports d’enquête et de documents d’archives. On y retrouve le débat sur les victimes de la réforme agraire de 1953-1956 en RDVN, des documents sur les techniques de répression des « contre-révolutionnaires » dans les trois pays, des témoignages sur les goulags vietnamiens et laotiens après 1975 et sur le génocide cambodgien perpétré par les Khmers rouges. Certains de ces textes seront évoqués en introduction de la séance 6 du séminaire. Les annotations sont celles de l’auteur.

 

Left-Wing Bloodbaths

Radical leftists would have us believe that they stand for democracy, progress, human rights and social justice. But when they seize power, they introduce slavery, terror, famine, concentration camps and mass murder. As the Marxists used to say, this is no accident.

 

Vietnam

– Pre-1975

  • The Massacre of Hue – In this communist massacre, thousands of men, women and children were mercilessly slaughtered.

– Post-1975

Laos

 

Cambodia

– Civil War

  • President Ford, News Conference on Cambodia [PDF] – President Ford warns of “an unbelievable horror story” if the communists capture Cambodia.

– Killing Fields

  • Bruce Sharp, Counting Hell – Studies demonstrating that the death toll was in the millions.

Nguyễn Mạnh Tường : Un excommunié – Hanoi 1954-1991. Procès d’un intellectuel

Nguyen Manh Tuong, Un Excommunié. Hanoi 1954-1991 : Procès d’un intellectuel, Paris, Que Me, 1992, 346 p. Présentation de l’éditeur ci-dessous :

Nguyen Manh Tuong, avocat et écrivain vietnamien, ancien Bâtonnier de Hanoi, est né en 1909. Il a obtenu, à 22 ans, en la même année 1932, un Doctorat d’Etat ès-Lettres et un Doctorat en Droit à l’université de Montpellier. Dès 1946, il rejoint, au maquis, le gouvernement Ho Chi Minh. Après Dien Bien Phu, il revient en 1955 à Hanoi avec une dizaine de titres honorifiques décernés par le gouvernement de la résistance dont il fut, de 1945 à 1956, le représentant dans plusieurs conférences internationales. Sa fameuse critique, sur les erreurs colossales commises par les autorités communistes au cours de la Réforme Agraire (il a été question de centaines de milliers de victimes), qu’il a prononcée à la réunion du Front Patriotique à Hanoi le 30 octobre 1956, lui a valu la disgrâce. Depuis, sa vie est pauvreté et maladie.

Un excommunié est un de ses récits autobiographiques se passant de 1955 à 1991, à Hanoi. Le manuscrit est parvenu, à l’automne 1991, à Paris, avec son désir de le voir publier. Il hésitera ensuite, pour finalement décider en ces termes, dans une lettre datée de Hanoi le 16 mars 1992 :

… « J’ai souhaité retarder la publication de mes ouvrages, parce que les circonstances récentes me mettent en alerte. Mais vous m’avez fait franchir le Rubicon et je vous donne raison : le risque est grand mais il faut tenter le risque. J’attends donc le pire en souhaitant qu’il n’arrive pas. Mais si on pousse la barbarie jusqu’à m’infliger le même traitement qu’à d’autres intellectuels accusés de médire du régime, j’attends de pied ferme des épreuves dont je connais la dureté. Je suis décidé, si l’éventualité se produisait, d’entamer une grève de la faim jusqu’à ce mort s’ensuive. A 84 ans, j’ai connu de la vie le meilleur et le pire et n’éprouve pas de regret à quitter cette vie au cours de laquelle j’ai rempli mon devoir d’intellectuel devant le peuple et devant l’histoire ! » …

Nguyen Manh Tuong devait décéder le 13 juin en 1997 à Hanoi.

* * *

Extrait :

Le droit et la politique

Entre le politicien et le juriste, il existe une divergence d’optiques, d’habitudes mentales, de pratiques intellectuelles.

La politique est un monde aux frontières floues qu’on peut franchir sans passeport et qu’on franchit souvent sans s’en douter ! Le sol y est mouvant, couvert de dunes de sable que les vents déplacent à leur gré, traversé de marais qu’on doit longer pour éviter des enlisements mortels ! Ici triomphe l’ambiguïté. Et l’imprécision des gestes comme du langage permet les interprétations les plus diverses, souvent contradictoires. Le voyageur qui s’y aventure doit renoncer au besoin de logique, de clarté et de précision, penser dans l’immédiat sans référence au passé ni appel au futur, s’interdire toute moralité ou sentimentalité, et surtout témoigner un sens aigu, dynamique de l’opportunité !

Le monde juridique, au contraire, est entouré de montagnes et de fleuves qui servent de frontières naturelles. Ici règnent la rigueur géométrique, la logique rationnelle, la précision et la clarté cartésiennes. Entre la légalité et l’illégalité, la ligne de démarcation est nette, comme entre le blanc et le noir. La terminologie cerne les idées, en fixe le contenu, ne laisse flotter autour d’elles aucune marge d’ombre où puisse se nicher l’équivoque ou qui permette une prestidigitation verbale, une jonglerie avec des mots ! Le raisonnement juridique provoque le choc des idées, et le palme revient à celui dont la logique s’appuie solidement sur des principes de droit, des textes de loi sans vaine logomachie, dans la froide sérénité de la dialectique, sous le soleil glacial de la raison !

(Un Excommunié – 1991, pp. 29-30)

* * *

« Longue plainte d’un avocat et intellectuel vietnamien célèbre, « excommunié » par le régime de Hanoi en 1956. Le livre s’étend peu sur les années passées au maquis et insiste sur la polémique de 1956 ainsi que sur le traitement infligé à l’excommunié : isolement et pauvreté. Ce récit complète, sans les éclipser, les nombreux autres témoignages sur la répression dans le Vietnam communiste ». (Persée – Revue française de science politique, « Informations bibliographiques », 1993, vol. 43, n°5, p. 882).

* * *

  • L’ouvrage est disponible en anglais en ligne sur le site Ai Huu Luat Khoa.com (Nguyen Manh Tuong, An Excommunicated – pdf – Bich Hop Publishings, 2008).
  • L’ouvrage est disponible en vietnamien en ligne sur le site Viet Studies
  • Il a été réédité en 2003 sous le titre de Kẻ bị khai trừ par Tiếng Quê Hương.
  • Voir le CR de lecture en vietnamien de cet ouvrage : Trịnh Bình An, « Đọc “Kẻ bị khai trừ” của Nguyễn Mạnh Tường« , 22-02-2012, sur DVC Online.

Georges Boudarel : Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam [1991]

[ndlr] Paru à la fin de l’année 1991 alors que la fin de l’URSS est annoncée et que les mouvements démocratiques dans les pays de l’Europe de l’Est arrivent au pouvoir, l’ouvrage de Georges Boudarel rappelle les débuts de la dissidence communiste vietnamienne en RDVN entre 1954 et 1956. A l’appui de sources encore largement méconnues à cette époque, il explore les tenants et les aboutissants de la contestation interne et les acteurs de la demande d’une démocratisation du régime. La célèbre affaire des revues « Humanisme et Belles Œuvres » (Nhan Van – Giai Pham) est savamment décortiquée et illustrée par des références littéraires produites par les accusés. Elle sonne le départ d’une épuration brutale au sein du parti sous le masque d’une réforme agraire radicale. L’ouvrage épuisé aujourd’hui est paru alors que débute une autre affaire franco-française sur la décolonisation : « l’affaire Boudarel ».

Boudarel, Georges, Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam. Communisme et dissidence 1954-1956, Paris, Jacques Bertoin, 1991, 301 p.

Présentation de l’éditeur

Georges Boudarel relate dans cet ouvrage une période charnière de l’histoire du Vietnam, entre le colonialisme et l’indépendance, le stalinisme et la libéralisation, la Chine et l’URSS. Fort de son expérience controversée sur le terrain, il produit ici un travail d’historien nourri par sa connaissance de la langue et du peuple vietnamien, par l’analyse systématique des sources, pour la plupart inédites en français (presse quotidienne et périodiques vietnamiens), et de nombreuses œuvres littéraires d’une qualité surprenante.

L’auteur nous révèle que des intellectuels, des militaires et des écrivains ont très tôt inscrit dans la tradition politique du Vietnam un regard critique qui subsiste encore aujourd’hui. La répression fut spectaculaire. Georges Boudarel nous fait vivre dans l’intimité des familles villageoises la réforme agraire qui, sous couvert de redistribuer les terres, instaura au Vietnam un régime de terreur et de délation.

Ce livre s’achève sur des perspectives et une question. La richesse de la dissidence, apparue voici près de quarante ans au Vietnam, fera-t-elle que ce pays, exceptionnel à bien des titres, sera aussi celui qui saura réformer le système communiste sans abandonner son idéologie ?

Dans sa page de remerciements, Boudarel revient rapidement sur les conditions d’élaboration de cet ouvrage.

Ma collaboration avec le Viet Minh de 1950 à 1964 est à l’origine de ce travail. Membre du parti communiste vietnamien jusqu’en 1964, j’ai plus ou moins partagé certaines des vues que je critique aujourd’hui. Ma propre évolution dans le cadre vietnamien m’a permis de connaître certains des contestataires ou des officiels dont je parle et de rassembler à l’époque une documentation imprimée, ouvrages et périodiques.

Cette étude entend toutefois se situer sur un plan historique aussi objectif que possible. Pour éviter les approximations, j’ai donc tenu à dépouiller le quotidien du parti communiste Nhan Zan (le Peuple) de 1954 à 1960 et à opérer nombre de sondages dans les diverses publications en quoc ngu de l’époque.

Je n’aurais pu réaliser cette recherche et ce travail sans l’octroi par le Social Science Research Council de New York une bourse de la fondation Ford. Celle-ci me permit notamment de trouver des matériaux à l’Institut des Etudes Etrangères d’Osaka grâce au professeur Masaya Shiraishi, en Australie grâce au Dr David Marr, à la School of Pacific and South-East Asian Studies à Canberra et aux Etats-Unis où j’explorai les trésors de l’université Cornell et du centre de recherche de M. Douglas Pike à Berkeley. Je tiens à leur exprimer ici tous mes remerciements.

Sur le parcours controversé de l’auteur :

Jean-Claude Pomonti, « Georges Boudarel, ancien commissaire politique stalinien », Le Monde, 29 décembre 2003. A lire sur le blog de Patrick Guénin, Le Viêt Nam, aujourd’hui (1997-2003).

Pierre Marie Giraud, « Boudarel, commissaire politique dans un camp vietminh et universitaire », Agence France Presse, 29 décembre 2003. A lire sur le blog de Patrick Guénin, Le Viêt Nam, aujourd’hui (1997-2003).

Pour le rappel succinct de « l’Affaire Boudarel », voir l’entrée Wikipedia à son nom.

Gérard Tongas : J’ai vécu dans l’enfer communiste au Nord Viêt-Nam [1960]

Tongas, Gérard, J’ai vécu dans l’enfer communiste au Nord Viêt-Nam, Paris, Les Nouvelles Editions Debresse, 1960, 463 p. La couverture porte en plus la mention : « et j’ai choisi la liberté ».

Quelques appréciations succinctes de lecture.

L’auteur, proviseur du Lycée Balzac de Hanoi, fait partie des rares Français qui ont fait le pari de rester au nord du 17e parallèle après l’arrivée des autorités Viêt-Minh. Il a donc vu la mise en place d’un système, qu’il dénonce. Il évoque une « atmosphère de terreur permanente » (p. 139) et une mise en condition de la population par une technique éprouvée de manipulation : « Comment le nationalisme et le désir d’indépendance sont exploités par les communistes et servent leurs propres progrès » (p. 116). Il n’est pas pour cela tendre avec la France. Il dénonce par exemple l’exode massif des Français d’Indochine, incapables de comprendre et a fortiori d’accepter la situation nouvelle. Gérard Tongas montre d’autre part que les autorités gouvernementales  n’ont pas su saisir la chance pour la France de rester présente dans cette partie du monde (voir le récit de la mission ratée de Sainteny). Qui dit que tous les dirigeants Viêt Minh étaient pour le départ de la France ? En agissant ainsi, on a encouragé les cadres les plus anti-français et donc favorisé Pékin et Moscou. (cf. Alain Ruscio (dir.), La guerre « francaise » d’Indochine (1945-1954). les sources de la connaissance, Paris, Les Indes Savantes, 2002, p. 902).

 * * *

Témoignage de Gérard Tongas qui fut, à partir de 1953, proviseur du Lycée Français « Honoré de Balzac » à Hanoï. Celui-ci relate comment les autorités administratives françaises ont tout laissé tomber à partir du moment où les accords de Genève furent appliqués sur le terrain. Témoignage édifiant sur les pratiques et la mainmise communistes sur tout un peuple que l’Occident a lâchement abandonné. Ceci préfigurera ce qui se passera moins de dix ans plus tard dans les départements français d’Algérie. Ouvrage courageux et peu courant qui fut mal diffusé à l’époque, faisant montre d’un anticommunisme politiquement incorrect. (Librairie Impériale, Maison Madelain).

* * *

Malgré un titre très « guerre froide » l’auteur un des rares français à être resté au Nord Viêt Nam après 1954 retrace les premières années de la RDVN. Au delà de sa déception vis à vis du régime, une foule d’anecdotes et d’informations rendent cet ouvrage indispensable pour comprendre cette période. (Carnets du Viêt-Nam).

* * *

Dominé par le souci de rectifier les affirmations officielles de Hanoi, ce témoignage anecdotique sur le Nord Vietnam d’après 1954 tombe trop souvent dans la polémique ou le dénigrement systématique (Persée, Revue française de science politique, « Informations bibliographiques », 1962, Vol. 12, n°1, p. 283).

Plan du livre [9 parties]

Le Nord Viêt-Nam, ses caractéristiques et ses problèmes.

La République démocratique du Viêt-Nam.

Politique intérieure.

Politique étrangère.

La vie économique.

La vie culturelle et la jeunesse.

La vie sociale.

Religions et superstitions.

L’avenir du Nord Viêt-Nam.

 * * *

Notre avis :

Le titre de l’ouvrage de Gérard Tongas est un clin d’œil assumé à l’ouvrage de Victor Kravchenko publié en 1947 sous le titre J’ai choisi la liberté. La vie publique et privée d’un haut fonctionnaire soviétique, ouvrage qui fit couler beaucoup d’encre dans une France d’après-guerre encore fascinée par l’Union soviétique. Ce pavé de Tongas de plus de 450 pages est parfois d’une lecture un peu indigeste car très dense, touffu et fourmillant d’anecdotes. L’ouvrage est un témoignage à chaud, un cri du vécu, à prendre donc avec les précautions d’usage. Si l’auteur semble régler quelque peu ses comptes avec ses rêves et une administration française fuyante, son témoignage sur le lourd climat politique de Hanoi dans les années cinquante est unique en son genre. Avec la perspective et la profondeur de champ que l’on a acquis depuis sur le fonctionnement du communisme vietnamien, l’ouvrage de Tongas ne ferait pas rougir les meilleures pages du dissident Bui Tin sur son pays. Gérard Tongas, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ne fut pas un anticommuniste primaire mais un homme de conviction, socialiste et humaniste, connaisseur de l’Asie, spécialiste de l’empire Ottoman et d’Atatürk. Il fonda et dirigea la revue mensuelle Orient-Occident, une « revue politique, économique, scientifique, sociale, littéraire et artistique » de 1947 à 1953.

FG

Hoàng Văn Chí : From colonialism to communism [1964]

[ndlr] L’étude de Hoang Van Chi sur l’évolution du communisme vietnamien et l’application brutale de la réforme agraire au Nord Viêt-Nam paraît en langue anglaise la première fois en 1964 (1). L’ouvrage est réédité en 1965 et 1968 chez Praeger. Il constitue un témoignage unique à cette époque sur l’emprise des méthodes chinoises adoptées et appliquées par le Parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Lao Dong). Présentation de l’éditeur ci-après.

Combining scholarly depth with a highly readable, personal style of writing, From colonialism to Communism is the detailed inside story yet published of the establishment of Communism in North Vietnam. The author was an active participant in Indochina’s national struggle for independence from the French. Along with his fellow nationalists who believed a genuine democratic society could be brought into being by co-operation in war and peace between communists and non-Marxists progressives, he experienced the bitter disillusionment of seeing the Vietminh movement transformed into a regime modeled on Mao’s China.

Hoang Van Chi surveys the various nationalist movements in Indochina since the turn of the century and the history of the Comintern’s efforts in the inter-war period to establish a strong Communist Party in the country. The key-role of Ho Chi Minh in these developments is discussed in detail. After a brilliant description of the way in which the communists seized the initiative in the struggle against France, the author moves to his main themes: the aims and methods of Maos’s imitators in North Vietnam.

Collating his own eye his own eye-witness testimony with documentary evidence from communist sources, he traces the steps whereby Ho Chi Minh and his associates made by the Vietminh movement an instrument for achieving complete communist control of the newly independent country’s economy, political and cultural life. Presenting information hitherto unpublished in English, Hoang Van Chi examines in detail the motives, methods and consequences of the “Land Reform” campaign and its attendant terrorism. His treatment of this and of the techniques of “thought-reform”, together with his account of the Communist Party’s methods of exacting obedience from all strata of Vietnamese society, make this book a definitive study of the penetration of a South Asian society by militant communism, directed by the policies and philosophy of Mao Tse-tung. It is essential reading for all who interested in the problem of Asia and the triple confrontation of traditionalist, democratic and communist forces in former colonial territories.

L’ouvrage paru chez Popular Library, New York, 1964.

(1) La notice en langue anglaise sur Hoang Van Chi dans en.Wikipedia mentionne une première édition en 1962 mais la version en langue vietnamienne rappelle la date de 1964 : vi.Wikipedia. En outre une notice de l’ouvrage sur World Cat évoque la date de 1963 entre crochets. 1964 apparaît être la date de première édition la plus probable ce que confirme Talawas. L’ouvrage a été traduit et publié en vietnamien dans les années 1980 [1983?] aux Etats-Unis par un certain Mac Dinh qui n’est autre que le pseudonyme de l’auteur lui-même (voir ci-dessous).

La version vietnamienne est en ligne sur Talawas.

Hoàng Văn Chí, Từ thực dân đến cộng sản – Một kinh nghiệm lịch sử của Việt Nam, Mạc Định dịch. Dịch từ nguyên bản tiếng Anh nhan đề: From Colonialism to Communism, xuất bản năm 1964 đồng thời tại: Anh (The Pall Mall Press Ltd. 77–79 Charlotte Street, London W.I.), Hoa Kỳ (F. A. Praeger inc, Publisher III, 4th Ave. New York, N.Y.), Ấn Độ (The Allied Publishers, 13-14 Asaf Road, New Delhi). Cùng với bản tiếng Việt này đã có những bản dịch sau đây: Tiếng Bồ Đào Nha (Nhà xuất bản GRD, Rio de Janeiro, Brésil), tiếng I-pha-nho (Nhà xuất bản Editorial SUR, Buenos Aires, Argentine), tiếng Pháp (Nhà xuất bản MAME, Tours, Pháp).