Archives par mot-clé : récits personnels

Voices of Vietnamese Boat People: Nineteen Narratives of Escape and Survival [2000]

On April 10, 1975, the Hanoi government of North Vietnam took control over the South. South Vietnamese, particularly « intellectuals » and those thought to have been associated with the previous regime, underwent terrible punishment, persecution and « re-education. » Seeking their freedom, thousands of South Vietnamese took to the sea in rickety boats, often with few supplies, and faced the dangers of nature, pirates, and starvation. While the sea and its danger claimed many lives, those who made it to the refugee camps still faced struggle and hardships in their quest for freedom.

Here are collected the narratives of nineteen men and women who survived the ordeal of escape by sea. Today, they live in the United States as students, professors, entrepreneurs, scientists, and craftspeople who have chosen to tell the stories of their struggles and their triumph. Each narrative is accompanied by a brief biographical note.

Mary Terrell Cargill is an associate professor of English at Christian Brothers University in Memphis, Tennessee. Jade Ngoc Quang Huynh, a native of Vietnam, is an assistant professor at Appalachian State University in Boone, North Carolina, where he teaches creative writing.

Réf. : Cargill, Mary Terrell & Huynh, Jade Ngoc Quang, Voices of Vietnamese Boat People: Nineteen Narratives of Escape and Survival, Jefferson, NC – London, Mc Farland, 2000, 192 p.

Aperçu Google Books

Interview en français avec Nguyen Thi Binh [1981]

“Interview with Nguyen Thi Binh, 1981.” , 02/16/1981, WGBH Media Library & Archives, (accessed 08 Nov 2012)

Madame Nguyen Thi Binh was the Foreign Minister of the National Liberation Front, and a repre­sen­ta­tive at the Paris peace talks. At the time of the inter­view, she was the Minister of Education of the Socialist Republic of Vietnam, and she later served for ten years as Vice President of the coun­try.

In the inter­view she des­cri­bes life in colo­nial Saigon, joi­ning the Viet Minh, and the three years spent in a French prison. Mme. Binh then des­cri­bes her poli­ti­cal invol­ve­ment in the Provisional Revolutionary Government and the peace nego­tia­tions in Paris.

* * *

Series Vietnam: A Television History
Barcode 301131
Duration 00:29:18:29
Standard NTSC
Physical format Digital betacam
Type Original footage
Place Covered Hanoi, Vietnam

Source : Open Vault WGBH Media Library and Archives

Ma famille, mes amis et mon pays – Gia đình, bạn bè và đất nước – Hồi ký Nguyễn Thị Bình

Nguyễn Thị Bình, Gia Đình, Bạn Bè Và Đất Nước. Hồi Ký Nguyễn Thị Bình, Nhà xuất bản Nxb Tri Thức, 2012.

Compte rendu de lecture par Doãn Thi Ngọc.

Les lecteurs vietnamiens attendaient avec impatience la publication des mémoires de Madame Nguyễn Thị Bình Ma famille, mes amis et mon pays, par la Maison d’édition Tri Thức –Savoir-. Beaucoup de ces fidèles lecteurs sont venus assister à la rencontre organisée avec Madame Bình à l’occasion de la présentation de son livre le 3 juillet 2012 à Ho Chi Minh Ville.

L’événement le plus marquant et les fonctions importantes de Madame Bình dans l’histoire du pays.

C’est la simplicité, le charme et le dynamisme de l’auteure du livre qui attiraient les lecteurs. Brillante diplomate vietnamienne, Madame Bình est non seulement connue en tant que vice-présidente de la République du Viet Nam et première femme ministre des affaires étrangères du pays, mais elle a également acquis une grande renommée à l’échelle internationale quand elle était à la tête de la Délégation du Front National de Libération et du Gouvernement révolutionnaire provisoire de la République du Sud-Viet Nam lors de la conférence de paix à Paris entre 1968 et 1973. L’écrivain Nguyên Ngọc dans sa préface constate que le livre ne fait pas le récit détaillé des péripéties ou des tensions qui ont pu exister lors de la conférence. Les lecteurs seront toutefois attirés par la personnalité de Madame Bình qui a fait preuve, avec une grande habileté, d’une diplomatie à la fois souple et ferme tout au long des années de la conférence. Elle avait le talent de convaincre et de faire reculer l’ennemi face à des arguments imparables. En 1973, elle représentait le Gouvernement révolutionnaire provisoire de la République du Sud – Viêt Nam pour la signature des accords de paix de Paris. Pendant toutes ces longues années des négociations, elle a respecté l’esprit d’humanisme et de tolérance dans la confrontation avec l’ennemi hérité de nos ancêtres.

Après la réunification du pays en 1975, Madame Bình a successivement assumé les fonctions importantes de : ministre de l’Éducation Nationale de 1976 à 1987, vice-présidente de la République Socialiste du Viêt Nam de 1992 à 2002, député à l’Assemblée Nationale (de 1976 à 2001). Elle a parallèlement assumé des fonctions de haut rang au sein du Parti Communiste Vietnamien : telle celle de vice-présidente de la commission des relations extérieures du Comité central. Actuellement, sa retraite est très active : elle est présidente de la Fondation Paix et Développement du Viêt Nam et de la Fondation de Protection des enfants du Viêt Nam, ainsi que présidente honorifique de l’Association des victimes de l’agent orange du Viêt Nam.

Ses mémoires Ma famille, mes amis et mon pays racontent la vie de Madame Bình depuis son enfance à Đồng Tháp où elle est née en 1927 jusqu’à aujourd’hui. La richesse des souvenirs et des événements qui jalonnent toute sa vie ne lui a pas permis d’entrer dans le détail au cours d’un livre de 300 pages. Madame Bình explique : « Quand j’ai commencé à écrire ces mémoires, je n’avais aucun document ou écrit sur mes activités antérieures et ma mémoire n’est pas parfaite ». Les 14 chapitres du livre ont une force d’attraction telle qu’une fois commencée la lecture du livre, le lecteur ne peut s’arrêter avant la fin.

Son style simple et sincère attire et fait vibrer le cœur des lecteurs avec des récits vrais sur le profond amour maternel, l’affection entre frères et sœurs, l’amitié entre amis et camarades de lutte, l’amour de la patrie et la solidarité internationale. Au fur et à mesure de la lecture des mémoires de Madame Bình, les lecteurs partagent davantage ses réflexions, ses questionnements et ses émotions, admirent le courage du peuple vietnamien dont elle et ses proches, ses amis et ses camarades font partie, s’inclinent devant les sacrifices de plusieurs générations pour l’indépendance de la patrie.

 

La responsabilité envers le pays est la première priorité

Chaque page de ces mémoires associe les événements de la guerre au sens des responsabilités dont doit faire preuve une femme vietnamienne à l’égard de son pays. Madame Bình a dû renoncer à son examen de baccalauréat et quitter le Cambodge pour le Viêt Nam afin de participer à la résistance. À un autre moment, elle dut se séparer temporairement de son bien aimé et camarade de lutte Đinh Khang qui devait gagner le Nord. Elle resta dans le sud pour continuer la résistance et, elle et son futur mari se sont attendus pendant les 9 années de résistance contre les Français. La seule nouvelle qu’elle a reçu de lui durant ces longues années fut un petit mot écrit sur un bout de papier : « J’espère que toi ainsi que ta famille est saine et sauve » (p. 26). Mais leur amour allait se consolidant avec le temps. Ils se sont finalement mariés au retour de la paix en 1954. Les années qui suivirent leur mariage, ils se virent peu et elle ne put s’occuper de leurs enfants parce qu’elle devait effectuer de longues missions loin de la famille. Elle raconte :

“À l’âge de deux ans, mes enfants étaient en pension à la crèche et ne rentraient à la maison qu’une fois par semaine. Si j’étais occupée, leurs oncles allaient les chercher, et s’ils étaient occupés, ils ne rentraient pas…Leur père était dans l’armée et ne pouvait s’occuper d’eux non plus. Quand j’étais en mission loin d’eux et que j’apprenais que les bombardements étaient proches de chez eux, j’étais très angoissée et me languissais d’eux… C’était la guerre, il y avait tant de personnes qui faisaient des sacrifices, nous n’avions pas de choix ! (p.29).

 

Développer le pays par l’éducation

Elle nous donne son point de vue sur le rôle de l’éducation. Pour elle l’éducation est un secteur de pointe, la base du progrès du pays et contribue au développement des ressources humaines de la société. Elle met l’accent sur la probité et l’intégrité dans le processus éducatif. On est une personne digne quand on est sincère envers soi-même, sa famille, ses amis et son pays. Lors d’entretiens avec des journalistes, elle a évoqué les faiblesses de notre système éducatif trop orienté vers les exploits formels. C’est pourquoi, une réforme profonde et totale de l’éducation est nécessaire. À la jeunesse vietnamienne, elle envoie un message disant qu’il faut toujours étudier et aspirer à acquérir du savoir. Il faut définir clairement les objectifs de l’éducation, étudier pour son propre avenir, pour aider la famille et pour servir le pays.

Elle a assumé la fonction de ministre de l’Éducation nationale de 1976 à 1987, une période de difficultés économiques. Sous sa direction et grâce à ses initiatives, l’éducation nationale et les enseignants ont surmonté maintes difficultés et ont accompli des réformes dans différentes filières de l’éducation nationale:

  • Réunification des systèmes éducatifs du Nord et du Sud Viêt Nam,
  • Des milliers d’enseignants du Nord sont venus au Sud pour y combler le manque d’enseignants,
  • Réforme de l’éducation, pour intégrer la théorie et la pratique dans le système éducatif,
  • Organisation d’une conférence nationale sur les mesures nécessaires pour améliorer les conditions de vie des enseignants,
  • Modification du système salarial des enseignants pour y intégrer l’ancienneté,
  • Instauration de la fête des enseignants, le 20 novembre, création des titres d’ « enseignant du peuple » et d’ « excellent enseignant » (1983),
  • Déclaration de Sầm Sơn sur la réforme éducative et l’intégration de l’enseignement professionnelle à l’éducation,
  • Mise en place de la société des services de l’éducation pour augmenter les revenus des enseignants.

Dans le chapitre “Les points que je me donne la responsabilité de clarifier” madame Bình évoque sa conception de l’esprit de réconciliation nationale et donne son juste point de vue sur les contributions à la paix et le patriotisme des personnages politiques et des intellectuels vivant au Sud Viêt Nam. Le lecteur peut admirer sa sincérité et aussi son courage en lisant ces lignes : « Moi et les camarades qui ont milité dans le Front National de libération, nous discutons souvent de la réconciliation nationale (…). C’est la morale vietnamienne. À l’égard des Américains, notre ennemi dans le passé, nous sommes capables de pratiquer le principe de « fermer le passé, regarder vers l’avenir », il n’y a donc pas de raison que les Vietnamiens ne puissent se réconcilier, se solidariser pour reconstruire ensemble le pays » (p. 211). L’écrivain Nguyên Ngọc décrit ainsi la personnalité de Madame Bình : «Madame Bình est à la fois persévérante dans ses idéaux et flexible, réceptive vis-à-vis des idées innovantes… Travailler avec elle, c’est découvrir toujours du nouveau dans son esprit et dans son âme ».

En conclusion, les mémoires de Madame Nguyễn Thị Bình, « Ma famille, mes amis et mon pays », sont un message de l’esprit et l’âme vietnamiens, un témoignage de la reconnaissance envers les générations antérieures, un message de paix et de solidarité internationale. Elle consacre les dernières lignes de ses mémoires à la jeunesse : « Il ne faut pas oublier les précieuses leçons de nos prédécesseurs, la priorité est l’intérêt du pays, il faut surmonter les difficultés, être fidèle à son idéal, apporter la liberté et le bonheur au peuple. Le bonheur du pays sera celui de nos jeunes générations » (p. 292).

Compte rendu : Doãn Thi Ngọc
Traduction française : Thái Thị Ngọc Dư

Source : GAS – Gender & Society

* * *


Nguồn: vinabook.com

Paul Vy Trân : Prisonnier politique au Viêt-Nam [1990]

Ce livre est le premier témoignage sur les camps de concentration pour la rééducation au Nord Viêt-Nam écrit par un intellectuel nationaliste vietnamien qui y a passé 51 mois. Bien qu’il soit toujours difficile de parler d’impartialité quand on est soi-même acteur d’un tel drame, ce qui fait la valeur unique du témoignage du Dr P.V. Trân c’est sa grande objectivité. Il la doit certainement à sa double formation de scientifique et de médecin qui lui permet de porter sur le système carcéral communiste, un regard dépourvu de haine.

P.V. Trân né en 1920, entra dans la Résistance vietnamienne avec le Viêt-Minh dès la fin  de ses études médicales et y resta, malgré sa foi catholique, de 1946 à 1949, avant de quitter son pays pour venir en France quand les communistes eurent annexé toute la Résistance.

Chercheur au CNRS il obtint successivement à Paris son Doctorat ès Sciences naturelles et l’Agrégation de Médecine. Il rentra alors à Saigon pour y enseigner la physiologie. Il devint secrétaire d’Etat à la Santé de 1956 à 1961, puis Directeur de la Recherche Scientifique du Viêt-Nam [Sud] de 1961 à 1965. Envoyé en camp de rééducation en 1975, il y resta jusqu’en 1979. Il ne fut autorisé à rejoindre sa famille à Paris qu’en 1989. (présentation de la quatrième de couverture)

Réf. : Tran, P.V. , Prisonnier politique au Viêt-Nam, 1975-1979, Paris : L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 1990, 202 p.

 

Aperçu sur Google Books

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Mémento auteurs – séance 5

 Année universitaire 2012-2013 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

* * *

Mémento Auteurs

Notices biographiques des femmes auteurs de la Séance 5

 

Le Ly Hayslip was born in 1949 in Ky La, a vil­lage near Da Nang, Vietnam. The seventh child in a pea­sant farm family, she recei­ved only a third grade edu­ca­tion because she spent her child­hood in the shadow of the Vietnam War, or « American War. » Her bro­thers fought in both the Republican and Communist armies. By the time she was four­teen, she had endu­red tor­ture in a South Vietnamese govern­ment prison for « revo­lu­tio­nary sym­pa­thies, » had fallen under sus­pi­cion for being a govern­ment spy, and was sen­ten­ced to death by the Vietcong. But ins­tead of killing her, her exe­cu­tors raped her, and she fled to Da Nang and then Saigon where she worked as a maid, black market vendor, wai­tress, and hos­pi­tal atten­dant.

When Hayslip was twenty-one, she mar­ried an American civi­lian who was wor­king in Vietnam. In 1970, they esca­ped to the United States. After her hus­band’s death, she began wri­ting her child­hood memo­ries. James, her oldest son, helped her find the right words in English and type the manus­cript. Working as a hou­se­kee­per, fac­tory assem­bly line worker, and res­tau­rant host and mana­ger, she sup­por­ted her three sons through adven­tu­res with two hus­bands, the « love of her life, » fun­da­men­ta­list Christians, and a swind­ler. Her pas­sio­nate deter­mi­na­tion and strong Buddhist faith helped her to thrive as an American citi­zen, and she star­ted a cha­ri­ta­ble orga­ni­za­tion, The East Meets West Foundation, to pro­vide relief to the people of her war-torn home and com­fort to American vete­rans.

Hayslip’s first memoir, When Heaven and Earth Changed Places, was writ­ten with the help of Jay Wurts and publi­shed in 1989. The book was well-recei­ved ove­rall ; a writer for the New York Times Book Review des­cri­bes it as « tou­ching and illu­mi­na­ting . . . lucid, lyri­cal . . . a sea­ring human account. » The memoir exa­mi­nes Hayslip’s theme of sur­vi­val as she rela­tes her mis­for­tu­nes during the Vietnam War and the achie­ve­ments of her return to her mother and her home­land after six­teen years in the United States. Told in a lively, honest style, she recalls her tumul­tuous child­hood in rural Vietnam and her even­tual escape to America. Her story jux­ta­po­ses the tale of her return in a jour­nal-like style com­plete with dates and loca­tions with tales of the past’s sha­dowy memo­ries.

Lynne Bundesen, contri­bu­tor for the Los Angeles Times Book Review, com­ments : « Her story. . .is the pri­vate side of the Vietnamese war. The pri­vate side of any war is rarely told, and it is, supre­mely, the woman’s side . . . Hayslip gives us the point of view of Anywoman, com­bi­ning her auto­bio­gra­phy with an eye­wit­ness account of Vietnam’s his­tory over the last forty years. » Though her story is ama­zing, Trang Hoang, a Vietnamese-American writer from the University of California in Los Angeles, reminds American rea­ders that « as inno­cent rea­ders, we need to remind our­sel­ves that this is only one person’s expe­rience and cannot be repre­sen­ta­tive of the col­lec­tive. The book is a chro­ni­cle of Hayslip’s extra­or­di­nary life. It does not por­tray the life of an ave­rage Vietnamese citi­zen. »

Hoang also warns rea­ders of Hayslip’s biases against the Southern Republican govern­ment and against most Vietnamese males except her father. Hayslip uses nume­rous Vietnamese terms to express her­self throu­ghout both her memoirs, but Hoang states that some of the words and phra­ses are incor­rectly spel­led and trans­la­ted. Other revie­wers also men­tion the « prea­chy » tone in the second half of the book, but the empha­sis on hope and for­gi­ve­ness seems to balance the nega­tive aspects of the wri­ting.

Hayslip’s second memoir, writ­ten in col­la­bo­ra­tion with her son James, was publi­shed in 1993. Child of War, Woman of Peace focu­ses on her life after her emi­gra­tion to the U.S. in 1970. Shortly after set­tling in California with her first hus­band, Ed Munro, he dies. She remar­ries, but her second, abu­sive hus­band also qui­ckly dies. This book was not as pas­sio­na­tely recei­ved by revie­wers, but she none­the­less cap­tu­red praise for her abi­lity to blend Eastern and Western values ; Hayslip has been applau­ded for her contri­bu­tion to the wealth of immi­grant lite­ra­ture.

In December of 1993, Oliver Stone’s film, Heaven and Earth, was relea­sed. This movie is based on Hayslip’s two memoirs. Oliver Stone’s Heaven and Earth — a nar­ra­tive ver­sion of the screen­play with pho­to­graphs by pro­fes­sio­nal pho­to­gra­phers and the direc­tor’s wife, Elizabeth Stone, and an intro­duc­tory essay by Hayslip with Wurts — was relea­sed in conjunc­tion with the film. A Vietnamese edi­tion of this book was prin­ted, brin­ging Hayslip’s story full circle, and a per­cen­tage of the pro­fits from all three books went to the East Meets West Foundation. Hayslip’s conti­nuing suc­cess makes her an admi­ra­ble social acti­vist and writer.

Source : Voices from the Gaps (University of Minnoseta)

* * *

Tran Thi Hao est née en 1957 au Vietnam, docteur ès-lettres de l’université Paris Sorbonne – Paris IV, professeur de français de l’université de Hanoi, elle est actuellement chercheur scientifique, professeur de littérature vietnamienne à Paris. Auteur des nouvelles en vietnamien : Illusions des études à l’étranger, un après-midi au Luxembourg, des articles en vietnamien du journal Femmes vietnamiennes, des articles et reportages en français de la revue carnets du Vietnam.

Née dans une des provinces les plus bombardées par la guerre américaine, Ha An est obsédée par le spectacle des bombardements, et aussi par celui des crapauds, des grenouilles, des insectes dans les abris, les tranchées et les trous individuels. Élevée dans une famille traditionnelle, marquée par le confucianisme, elle affronte difficultés et dénuement extrêmes, pour se montrer digne de ses parents, de ses professeurs… Enfant du régime socialiste du Nord Vietnam, elle croyait que seul le socialisme rendrait la société puissante et prospère. Elle abandonne tout, même une idylle innocente et naïve pour que son père, colonel de l’Armée populaire du Vietnam, puisse honorer la  » pureté  » du Parti communiste. Trente ans plus tard, retrouvant ses anciens amis de l’Université, Ha An est bouleversée par la vie de certains de ses camarades, orientés vers l’argent. Autour de l’histoire d’une jeune fille, le roman trace un tableau de la société vietnamienne dans les années soixante et soixante-dix. (présentation de la quatrième de couverture).

* * *

Xuan Phuong est née à Hué en 1929. Elle fut à tour méde­cin, jour­na­liste, réa­li­sa­trice de films, gale­riste. Danièle Mazingarbe est jour­na­liste. Ao dai est son pre­mier livre.

Fille d’un man­da­rin ami des fran­cais, élevée au cou­vent des Oiseaux à Dalat, Xuan Phuong por­tait l’ao dai, cette tuni­que tra­di­tio­nelle, sym­bole de la femme viet­na­mienne. En 1946, à l’âge de seize ans, elle quitte sou­dain sa famille et sa vie confor­ta­ble pour rejoin­dre le Viêt-minh.

Neuf années durant, pen­dant la guerre d’Indochine, elle vivra dans la jungle au mépris du danger, nu-pieds, vêtue comme ls mon­ta­gnards d’une che­mise rugueuse et d’un pan­ta­lon noir. De retour à Hanoi en 1954, après Dien Bien Phu, Phuong connai­tra les débuts du com­mu­nisme, les natio­na­li­sa­tions, puis les bom­bar­de­ments amé­ri­cains, et la « libé­ra­tion » de Saigon par les trou­pes nord-viet­na­mien­nes en 1975.

Arrivée à l’âge de la retraite, elle entame une nou­velle vie de femme d’affai­res à la tête d’une gale­rie d’art, avec ses trois fils, au cœur d’une famille enfin réunie.

De l’Indochine des fran­cais au Viet-nam aujourd’hui, le témoi­gnage de Xuan Phuong apporte un éclairage inédit sur l’his­toire du Viet-nam, des anec­do­tes émouvantes, des ren­contres – celle de Hô Chi Minh, du géné­ral Giap, de Joan Baez – le récit cap­ti­vant d’une femme excep­tion­nelle qui n’a jamais voulu quit­ter son pays. (présentation de la quatrième de couverture).

Hồi ký Trường Sơn – Mémoires de la Piste Ho Chi Minh en ligne

Hồi ký Trường Sơn – Mémoires vietnamiens de la Piste Ho Chi Minh.

Le site vietnamien VN Military History.net (également accessible sous son appellation vietnamienne : QuanSuVN.net) créé en 2006 rassemble une documentation en ligne tout à fait unique sur l’histoire militaire du Viêt Nam au XXe siècle. Le site se présente sous la forme d’un forum divisé en six grandes thématiques :

 

  • Informations générales (3 tribunes) :
  • Bibliothèque d’histoire militaire vietnamienne (5 tribunes)
  • Discussion sur l’histoire de la défense patriotique (6 tribunes)
  • Sang et Fleur [le soldat vietnamien hier et aujourd’hui] (4 tribunes)
  • Culture, sport et échange (5 tribunes)
  • Marché au-delà de la clôture du camp (2 tribunes)

La Bibliothèque d’histoire militaire vietnamienne se compose de 5 tribunes consacrées à la connaissance de la guerre au Viêt Nam et à l’étranger des temps anciens à aujourd’hui à travers la mise en ligne d’une documentation comprenant des des études militaires sur l’Armée populaire, des récits de batailles, des biographies, des autobiographies, des mémoires de guerre, des romans et des nouvelles, des textes étrangers traduits. La rubrique intitulée « Documents et Mémoires » est dédiée aux études militaires sur la révolution et la guerre du Viêt Nam produites par la RSVN ainsi qu’aux mémoires de guerre d’officiers nord-vietnamiens principalement.

Depuis la première mise en ligne en 2007, plus d’une centaine de ces documents sont désormais en accès libre sur la toile. Cette série de mémoires de guerre publiés en RSVN intéresse notre séminaire. Dans la première sélection ci-dessus sont rassemblés les mémoires ayant un rapport direct avec la Piste Ho Chi Minh.

On y retrouve les mémoires du général Dong Sy Nguyen, de Luu Trong Lan, celles du chirurgien Lê Cao Dai, ainsi que trois recueils de souvenirs.

L’étude de Dang Phong intitulée les « 5 pistes Ho Chi Minh » et une biographie sur Phan Trong Tue, le premier Commandant de la piste Ho Chi Minh sont également disponibles :

Un site à explorer sur lequel nous reviendrons.

FG

Jacob Van Staaveren: Interdiction in Southern Laos.
Washington DC: Center of Air Force History, 1993.
Wikimedia Commons