Archives par mot-clé : RDVN

Les mémoires vietnamiens de Bui Tin : Errances d’une révolution

CR de lecture par Jacques Decornoy de l’ouvrage : Bui Tin, Following Ho Chi Minh. Memoirs of a North Vietnamese Colonel, Hurst, Londres, 1995, 202 p., 25£. (paru dans Le Monde Diplomatique, juillet 1995).

Lors de son passage en France où il a été invité par le Parti communiste, en septembre 1990, M. Bui Tin choisit de lancer un appel à la transformation démocratique du Vietnam. M. Bui Tin n’est pas n’importe qui. Directeur-adjoint du Nhan Dan , le quotidien du Parti communiste vietnamien (PCV), révolutionnaire depuis 1945, colonel présent, le 30 avril 1975, au palais présidentiel lors de la reddition du régime sudiste, parvenu à Phnom-Penh avec les premiers détachements qui en chassèrent les Khmers rouges, il vit à l’étranger depuis son coup d’éclat d’il y a presque cinq ans.

Homme de terrain (il a emprunté à deux reprises la fameuse « piste Ho Chi Minh »), M. Bui Tin fut aussi un homme du sérail et son livre est, de ce fait, une contribution non négligeable à la connaissance de l’histoire du Vietnam contemporain. L’une de ses constantes semble être le conflit entre les intellectuels et une partie de la classe politique à la fois ultra-sectaire, jouisseuse et souvent inculte. Deux personnalités résistent à la critique informée de M. Bui Tin : Ho Chi Minh et surtout le général Vo Nguyen Giap, le vainqueur de Dien-Bien-Phu, que les cabales internes à l’armée et au parti n’ont pas épargné.

L’auteur ne remet jamais en question la ligne générale du combat révolutionnaire, contre le colonialisme, puis contre les Etats-Unis et leurs alliés locaux. Il considère comme logique la décision prise en 1959 par Hanoï d’intervenir dans le Sud. De même estime-t-il fondé l’engagement militaire au Cambodge. Mais, selon lui, sectarisme et aventurisme ont entaché chaque étape de la révolution. Pour s’en tenir à la période récente, il dénonce la campagne xénophobe contre les Chinois du Vietnam après 1975 ; l’arrogance à l’égard des Cambodgiens au cours d’une intervention bien trop longue (et à laquelle échappèrent fils et protégés des nouveaux mandarins) ; les méthodes dictatoriales de dirigeants tels que Le Duan et Le Duc Tho ; l’incapacité du régime à comprendre les chambardements du monde communiste ; bref, l’absence de vie démocratique. Et l’émergence de « capitalistes rouges » liés aux intérêts étrangers ne laisse guère prévoir l’éclosion des libertés.

Jacques Decornoy

Viêt-Nam : De l’Etat-Parti et de son fonctionnement

Dans sa contribution au débat, Philippe Papin revient sur la question essentielle des sources d’inspiration de l’Etat-Parti vietnamien et de son fonctionnement. Son message amical est publié sous sa forme originale de lettre personnelle avec son autorisation.

Viêt-Nam : De l’Etat-Parti et de son fonctionnement

Contribution au débat autour du livre de Christopher Goscha, Vietnam, un Etat né de la guerre.

Cher François,

Merci de tes commentaires et d’avoir fait connaître le petit débat qui est en train de se nouer autour du livre de Christopher Goscha, notre ami commun. J’ai pris position dans ce débat, je vais maintenant dire deux mots en réponse à ton commentaire, mais, d’abord, je tiens à réaffirmer très clairement mon admiration pour le travail de Christopher. Soyons plus précis. Parmi ses immenses mérites, il en est un qui précède notre débat, qui précède l’étude du contenu et des points éventuels de divergence, qui précède aussi les faits, les chiffres et les sources : ce « mérite a priori », c’est d’avoir écrit un vrai livre d’histoire, j’entends un livre qui contient de l’enjeu – applicable à d’autres lieux et à d’autres temps – sur la lecture que nous faisons des choses passées, en l’occurrence de ces phénomènes universels que sont la guerre, la mobilisation en vue de la guerre, l’idéologie et ses outils de domination, et bien sûr cette figure étrange qu’est l’État-Parti (mais est-elle si étrange, si dépourvue de déclinaisons anciennes ?). Christopher n’a pas seulement apporté de l’information. Il a proposé un modèle d’interprétation. C’est à ce titre qu’il a considérablement fait avancer notre questionnement. C’est à ce titre aussi qu’il s’expose – au bon sens du terme – à des réactions sur le fond.

Sur le point que tu soulèves dans ton commentaire, à savoir celui des racines coloniales et confucéennes de l’État, je me demande s’il n’y aurait pas davantage intérêt à regarder du côté des expériences soviétiques et des théories qui, en ce domaine, existaient cinquante ans avant que les révolutionnaires vietnamiens ne se posent la question de savoir quel type de régime ils allaient mettre en place. Christopher l’écrit, d’ailleurs, rappelant à plusieurs reprises que le Vietnam a déroulé le programme socialiste académique, sans nulle surprise, sans beaucoup d’innovation. Or la création/manipulation de l’État administratif par le Parti, lequel s’y cache et s’y enjolive, est précisément dans le programme. Elle est dans Lénine, elle est dans la Bible socialiste. Tous les mécanismes de cette machinerie compliquée existent déjà, sont détaillés dans les livres, sont sous les yeux des Vietnamiens, ont été véhiculés par le Komintern depuis trente ans. D’emblée, donc, je ne vois pas qu’on se soit privé au Vietnam d’une construction politico-administrative qui, en quelque sorte, avait fait ses preuves. Or, quoi qu’on en dise, dans cette construction, qui ne craint rien de plus que la technocratisation, que la dissolution de la doctrine dans la gestion, l’État administratif est conçu comme un ectoplasme : il est dans la main du Parti. Il suffit pour s’en convaincre de voir fonctionner au sein des institutions la fusion progressive, du bas vers le haut, marche après marche, des organes civils dans les organes politiques (la base est encore mêlée, le comité central a pour fonction d’équilibrer les forces, et le Politburo, tout en haut, de coiffer l’ensemble par le Parti seul). Il suffit aussi de poser la loupe sur un service administratif quelconque (les têtes de ce service ne sont que des subordonnés dans la hiérarchie du Parti : pratique très futée du « croisement des fonctions »). Et encore de constater, tout simplement, que les secrétaires du Parti, eux, à tous les niveaux des comités directifs, n’exercent que rarement des fonctions administratives : ils sont hors jeu car, via leurs subordonnés, ils dominent le jeu.

Mais si la captation de l’État par le Parti ne pose pas trop de problème, car la pratique existe et on peut la prouver, la mise en place de cette « recette » est plus compliquée. Si je résume grossièrement, la question est : comment tout cela a-t-il commencé ? En gros, toujours, Christopher pense que, pour qu’il y ait captation, il faut quelque chose à capter. D’autres, dont moi, je crois, estiment que tout a été bâti en vue de cette captation, et que finalement le mot même de captation est trompeur car il renvoie à un état (avec un « e » minuscule) idéal des choses qui n’a jamais existé. C’est là où le livre de Christopher est capital, à l’endroit où commence ce partenariat entre deux appareils qui sont posés côte à côte et qui pourtant sont inextricablement mêlés. De quand date l’emmêlement, voilà notre problème !

Aujourd’hui en tout cas, et chez les soviétiques hier, je ne vois pas comment on peut parler d’une structure étatique qui existerait hors l’appareil du Parti qui la fabrique et la contrôle, qui en recrute et mute les agents, qui domine toutes les carrières et qui est la source unique de légitimité. Alors, hier, a fortiori, comment la chose aurait-elle été possible ? Ou alors, et c’est là où ton commentaire est important, il faut nécessairement supposer la pérennité de structures administratives locales (coloniales, confucéennes) qui, parce qu’elles existaient déjà, auraient pu en effet être captées. C’est tout notre débat. Il se trouve que, de mon côté, je ne vois rien d’ancien, ni de local, dans les structures administratives en question. Je vois des comités, des coopératives, des unités de production, des cellules, des congrès, des bureaux permanents : bref, toute la chaîne du centralisme démocratique et tout ce vocabulaire technocratique qui trahit d’emblée ses origines. En d’autres termes, je vois mal comment on peut arguer de l’existence d’une structure étatique indépendante quand celle-ci, dans sa forme, ses effectifs, son peu de réalité sur la gestion des affaires, ressemble à s’y méprendre au joli cache-sexe tissé par l’Internationale depuis des décennies. Nos Vietnamiens n’ignoraient rien des techniques utiles pour tisser ce cache-sexe. Ils connaissaient leur Lénine sur le bout des doigts.

J’admets volontiers l’idée qu’il ait pu y avoir des continuités historiques locales (encore que…), mais, quand on cherche à comprendre la mise en place d’un régime qui se veut en rupture avec le passé, quand on examine le « fonctionnement vrai » de la machine, quand on pose la loupe sur cette machine elle-même, sur ses rouages, ses petites dents crantées, je me demande pourquoi nous devrions, nous les historiens, aller chercher dans le passé national ce qui, simplement, logiquement, pourrait avoir été pris dans la modernité (et l’efficacité) de l’époque : l’URSS. Et comme on sait tout de la manière dont les bolcheviques se sont imposés, dans un contexte de guerre et d’effondrement des structures anciennes, dans un contexte où ils étaient minoritaires parmi la population paysanne, alors pourquoi ne pas regarder de ce côté là ? Or de côté là, c’est bel et bien le Parti qui tire les ficelles : et, là, on a des archives pour le prouver. Attention, je ne me place là que du point de vue politico-administratif, évidemment pas du point de vue de la vie sociale, de la vie des gens, des autres rythmes et des autres logiques à l’œuvre.

En tout cas, pour en revenir à notre sujet, il est évident que l’horizon de la guerre d’Indochine n’était pas seulement la libération du colonialisme : il était aussi la prise du pouvoir, à partir de zéro, et sa conservation. Ce n’était pas août 44 : c’était octobre 17. Christopher le dit : alors, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout.

Avec toute ma grande amitié,

Philippe

Tô Hải : « Mémoires d’un lâche »

En 2009, la très dynamique maison d’édition vietnamienne Tieng Que Huong, dirigée par l’écrivain Uyen Thao en Virginie publiait les mémoires décapantes du musicien To Hai sous le titre provocateur de « Mémoires d’un lâche ». Sur plus de cinq cent pages, l’auteur revient sur son engagement au sein du parti communiste et décrit la vie politique et culturelle de la RDVN pendant la guerre puis de la RSVN à l’ère du Doi Moi (Renouveau) institué en décembre 1986. Aujourd’hui âgé de 85 ans et alité, l’artiste continue à blogguer sur la toile. Son site personnel entend « parler vrai » et dénoncer l’escroquerie politique qu’il a dû servir et subir pendant 62 ans.

Documentation en ligne :

Interviews en vietnamien sur Radio Free Asia (31 mai 2009 et 6 juin 2009)
Interview en vietnamien sur Nguoi Viet (traduite en anglais)
Pdf complet des mémoires sur Viet Nam Van Hien.net

Blog de To Hai

ToHai_hoikycuamotthanghen

Viêt Nam : L’Etat-Parti en débat sur H-Diplo

Pour faire suite à la publication du riche débat sur H-Diplo au sujet de l’ouvrage de Christopher E. Goscha, nous reprenons la discussion engagée hier. Nous ne reviendrons pas en détail ici sur les commentaires des chercheurs américains, par ailleurs tous mesurés et dûment argumentés, pour reprendre la discussion avec nos collègues et amis Philippe Papin et Christopher E. Goscha sur quelques points qui nous paraissent mériter une réflexion aussi sommaire soit-elle.

Le premier point concerne la question des sources. Dans son chapitre sur la santé, tout à fait inédit pour la recherche sur cette guerre, Christopher Goscha s’appuie sur une source vietnamienne qui peut-être avec emphase refait l’histoire du service de santé du Viêt-Minh. Source non recevable en tant que telle selon Philippe Papin qui, dans un style glaçant, conteste les chiffres du chapitre V de cet ouvrage. Cette joute orale auquel Goscha a répondu avec beaucoup de modestie m’a interpellé et je me suis posé une question sur la validité de cette source comme tout historien de base. Sur les textes édités en RSVN dans les années 1990, il y aurait sans doute beaucoup à dire et à critiquer et il y a sûrement un peu d’emphase dans les reconstructions d’après-guerre qui, souvent, ne citent pas leurs sources.

Cependant, on ne peut écarter l’idée que des rédacteurs consciencieux se soient souciés de donner des informations chiffrées fiables qu’ils ont peut-être d’ailleurs extraites eux-mêmes des archives publiques ou privées. Donc la question des données chiffrées est délicate et impossible à trancher en l’état tant que les archives ne seront pas largement ouvertes aux chercheurs vietnamiens ou étrangers. A priori un ouvrage publié en 1995, en pleine vague de rédaction de nouveaux mémoires sur la guerre, me donne le sentiment qu’il ne peut pas être totalement trafiqué. Le Viêt-Nam sous l’impulsion du Doi Moi (le Renouveau) et marqué par la fin des conflits régionaux veut parler plus franchement de la guerre. Seule l’ouverture des archives confirmera ou non cette tendance à l’emphase.

La question des sources est bien entendu cruciale et Goscha souligne bien le déficit de certaines sources. Malgré ce fait, les fonds archivistiques incroyables que l’on possède en France sur le Viêt-Minh et notamment les pièces Viêt-Minh saisies en opération, recoupées avec les sources vietnamiennes de seconde main, donnent au chercheur une connaissance assez convaincante de l’état de la question. Autre fait singulier, beaucoup de chercheurs vietnamiens (RSVN) se rendent aux Archives nationales d’Outre-mer à Aix pour consulter les documents auxquels ils n’ont pas accès dans leur propre pays afin d’écrire sur leur propre histoire, ceci donc à partir des archives françaises très riches de la colonisation. Les premiers visiteurs étrangers des ANOM sont des Vietnamiens.

Le second point plus lourd est une charge contre la problématique défendue par Goscha et explicitement exposée dans le sous-titre de son ouvrage. La RDVN fut-elle un Etat né de la guerre ? Grandi dans la guerre, consolidé par la guerre, construit par la guerre, imposé par la guerre et marqué par la guerre… Goscha le démontre dans ces dix chapitres thématiques. Papin conteste cette assertion argumentée pour mettre en avant ce qu’il pense en fin connaisseur de cette société qu’il a connu pendant plus de dix ans à la tête de l’EFEO (Ecole Française d’Extrême-Orient). La joute reprend de plus belle entre le « skeleton state » (l’Etat squelettique) structure chétive inventée et placée sous le contrôle ardu du Parti et le propos plus bigarré de Goscha qui argumente sur la faiblesse des communistes vietnamiens qui n’ont eu de cesse de s’appuyer sur les structures survivantes de l’Etat colonial et de l’Etat confucéen (même si ce dernier point ne me semble pas assez développé). Plutôt que d’examiner en détail ce lien si particulier entre guerre et avènement étatique défendu par Goscha, Papin insiste sur sa propre conception de l’Etat-Parti, un « parti créé avant l’Etat, un parti faiseur d’Etat, un parti dissimulé derrière l’Etat pendant la guerre ».[1] Le débat est stimulant mais le problème est que le contradicteur n’explique pas vraiment s’il approuve l’argument du lien Parti-Etat et de sa nature au fil des 9 années de guerre défendu par Goscha et plus gênant il ne donne pas non plus de références précises pour étayer son propre raisonnement. Il et vrai que Philippe Papin, de par son expérience très empirique du Viêt-Nam, a peut-être eu des informations orales solides sur le sujet. Cependant, la déconstruction d’une problématique ne peut faire l’impasse sur les sources sur lesquelles on s’appuie.

Ce débat m’a pour le coup stimulé et mon sentiment est que l’on ne peut pas passer sous silence l’influence française gouvernementale (ce qui apparaît bien dans l’ouvrage) tout comme le substrat confucéen bureaucratique.[2] En 1945, le parti s’est greffé sur quelque chose d’existant, une bureaucratie conquise par l’idée d’indépendance nationale, mais il a en quelque sorte étouffé l’Etat pendant les années 1950. C’est sans doute au sortir de la première guerre d’Indochine en 1954 que le « jeu » parti-Etat a débuté, un jeu que l’anthropologue John Kleinen décrivait comme une « comédie » pour exprimer le caractère fusionnel actuel des deux entités.[3] A la lecture de ce H-Diplo, on peut considérer que le Parti s’est transformé en un Etat dans l’Etat pour mieux contrôler cet Etat fébrile qui paradoxalement, a permis aux communistes vietnamiens d’accéder au pouvoir en août 1945 et de les assister dans la fondation de la RDVN le 2 septembre 1945.[4] Une étude fine sur le « fonctionnariat » telle que celle menée par Emmanuel Poisson sur le mandarinat tonkinois à l’épreuve de la colonisation pourrait éclairer ce point de vue.[5] Un Parti-Etat logé au sein de l’Etat traditionnel, la chose n’est pas si absurde.

Pour conclure :

Au fil de leurs commentaires, les chercheurs américains ont formulé deux souhaits : placer au sein de l’ouvrage un chapitre sur l’économie et prendre toute la mesure (peut-être dans une dimension comparatiste) de l’avènement de l’Etat national de Bao Dai. Sur le premier point, il faut relire la thèse de Goscha soutenue en 2000 sous la direction de Nguyen The Anh puisqu’elle s’attarde sur la dimension économique avec soin et l’auteur admet qu’un tel chapitre aurait renforcé son argument.[6] Sur le second point, cela nécessiterait ni plus ni moins un autre ouvrage car l’histoire des concurrents du Viêt-Minh reste encore largement méconnue. Pour finir sur cette courte intervention, il faut remercier H-Diplo pour cette série de commentaires éclairants (52 pages) ainsi que tous les chercheurs américains et français pour avoir jouer le jeu du débat sans langue de bois. Ils ouvrent ainsi la voie à d’autres recherches, d’autres pistes qui enrichiront les études sur l’Etat-parti vietnamien, sur son existence tumultueuse et permettent d’ores et déjà de réfléchir sur son devenir.

FG


[1] “The Party came before the State, the Party made the State and hid behind it during the war”. Voir H-Diplo Roundtable Review, Vol. XIV, No. 1 (2012), p. 32.

[2] Voir en particulier l’analyse de Nguyen The Anh sur le rapport entre communisme et confucianisme : « Le Viêt Nam entre confucianisme et modernité », in Nguyen The Anh, Parcours d’un historien du Viêt Nam, Paris, les Indes Savantes, 2008, pp. 854-866

[3] Cf. John Kleinen, « La comédie de l’État-parti. Le Viêt Nam depuis la réunification », Raisons politiques 3/2001 (no 3), p. 37-54. Article en ligne : www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2001-3-page-37.htm

[4] Sur les années cinquante, on relira avec intérêt l’étude fouillée de Bertrand de Harthing, Entre le peuple et la nation. La République Démocratique du Viêt Nam de 1953 à 1957, Paris, EFEO, Monographies n° 189, 2003.

[5] Emmanuel Poisson, Mandarins et subalternes au nord du Viêt Nam. Une bureaucratie à l’épreuve (1820-1918), Paris, Maisonneuve & Larose, 2004.

[6] Voir en particulier le chapitre 1 de la quatrième partie de sa thèse : « La Chine du Sud et les réseaux commerciaux non-communistes de la RDVN (1945-1950) », pp. 628-656 (Christopher E. Goscha, Le contexte asiatique de la guerre franco-vietnamienne. Réseaux, relations et économie, EPHE, IV section, Sciences historiques et philologiques, thèse de doctorat d’Histoire sous la direction du Professeur Nguyen The Anh, 2000, 2 tomes).

Voir aussi notre précédent billet :