Archives par mot-clé : RDVN

François Guillemot : La guerre civile au Viêt-Nam, approche polémologique et pratique révolutionnaire

[ndlr] Communication de François Guillemot dans le séminaire de l’ERC : Social Dynamics of Civil Wars.

La prochaine séance du séminaire « Social Dynamics of Civil Wars » aura lieu :

Le mercredi 21 novembre 2018 de 18h à 20h  

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – Centre Broca 

21 rue Broca, 75005 Paris

Bâtiment A / salle 701 / 7ème étage

Nous aurons le plaisir d’accueillir François Guillemot, ingénieur de recherche CNRS à l’Institut d’Asie Orientale (ENS Lyon), pour une intervention intitulée :

« La guerre civile au Viêt-Nam, approche polémologique et pratique révolutionnaire ».

Résumé :

L’intervention de François Guillemot questionnera à travers deux textes inédits la catégorie « guerre civile » confrontée à l’expérience vietnamienne entre 1945 et 1975. La plus grande partie de sa communication vise à expliquer comment la « guerre du peuple », théorisée par le général Vo Nguyên Giap, se transforme en « guerre civile révolutionnaire » au Sud dans le contexte de la Guerre froide, de la rupture sino-soviétique et du communisme de guerre sous l’égide de Lê Duân. Ainsi, deux polémologies se sont concurrencées et croisées pour le leadership de la conduite et des modalités de la guerre. La stratégie de la lutte à outrance ne fut pas sans conséquences pour le coût général du conflit et questionne encore aujourd’hui la réconciliation nationale. Invisible dans l’historiographie officielle, le concept de « guerre civile » est peu à peu admis par les historiens vietnamiens à l’intérieur du pays alors qu’il apparaît comme une évidence dès les années soixante pour les intellectuels et artistes de la République du Viêt-Nam (1955-1975). Pour illustrer son propos, François Guillemot évoquera la pratique des « Biêt Dông », les commandos urbains vietnamiens dans la « guerre civile révolutionnaire » au sud. Une discussion générale suivra cette communication qui s’inscrit dans le cadre de l’ERC « Dynamiques sociales de la guerre civile » (Social Dynamics of Civil Wars) portée par Gilles Dorronsoro.

  • Ouvrage cité : François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, Poche / Sciences humaines et sociales, 2018.

Image « à la une » :  Echange de prisonniers vietnamiens entre le Nord et le Sud, Bien Hoa 1973. La pancarte dit : « Retourner chez les communistes s’est se suicider ». Source : Manh Hai

“1969: Vietnamization and the Year of Transition in the Vietnam War” (Call for Papers and Panels)

Message de Steve Maxner du Vietnam Center à l’université Lubbock du Texas.

Conference Call for Papers and Panels
“1969:  Vietnamization and the Year of Transition in the Vietnam War”

April 25-27, 2019, Lubbock, Texas

The Vietnam Center and Archive (VNCA) and the Institute for Peace & Conflict (IPAC) at Texas Tech University are pleased to announce a conference focused on the year 1969. We expect in this conference to approach a wide range of historical events and topics by hosting presenters who examine diplomatic, military, international, regional, and domestic aspects of the Vietnam War. We also seek presentations that reflect the recent and emerging scholarship on the transition of leadership from Johnson to Nixon and from Westmoreland to Abrams in challenging and complicating existing interpretations of them and their policies. We are also particularly interested in papers that address the concepts of “Vietnamization” and the shift toward “pacification.” We seek presentations that reflect all participants and perspectives, including those of the US, RVN, DRV, NLF, and other nations involved. Additional areas of interest include the strategic and tactical decision-making to expand the war into Cambodia with OPERATION MENU. We also encourage presentations that examine the social and religious aspects of the war, the antiwar and peace movements at home and abroad, the effect of journalism and reporting on the war, and the efforts to end the conflict through international diplomacy and military and diplomatic means in Vietnam and Southeast Asia.

This two-day conference will be hosted in Lubbock, Texas. Conference organizers welcome both individual presentation proposals as well as pre-organized panel proposals that include a moderator/commentator and three individual presentations. Conference sessions will follow the standard 90-minute format to include 60 minutes for presentations (20 minutes per presentation) followed by 30 minutes for commentary, questions, and discussion. Presentations by veterans are especially encouraged as are presentations by graduate students. Graduate student travel grants will be made available to select students. All presentations will be video recorded and made publicly available after the conference via the Vietnam Center and Archive website. Select papers may also be published in a collection by the TTU Press.

Proposal submission deadline is February 1, 2019.

Please submit a 250-word abstract and separate two-page CV/resume to VietnamConference.TTU@gmail.com. The program committee of Ron Milam, Steve Maxner, Justin Hart, Dave Lewis, and Laura Calkins will evaluate all paper proposals and develop a program that reflects the many remarkable aspects of 1969. If submitting a panel proposal, please include separate abstracts for each proposed presentation and CVs/resumes for each speaker.

Thank you for your interest in participating in this conference.

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 3

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

Le général Vo Nguyên Giap interviewé par le journaliste de l’armée Bui Tin © DR

Mémoires dissidentes

Séance 3 : mercredi 10 octobre 2018 – salle de réunion de l’IAO

Les mémoires des dirigeants ne sont pas les seules à dresser le bilan de leur action politique. D’autres mémoires concurrentes s’inscrivent dans l’espace des « guerres de mémoires » pour dresser un contre-bilan de l’action des dirigeants de leur pays. Cette séance s’intéressera à ces mémoires « dissidentes » qui percutent la mémoire autorisée. Interdites à l’intérieur du pays, elles sont eu souvent un grand retentissement à l’extérieur comme le rappelle l’exemple des témoignages des dissidents de l’URSS. Dans certains cas, ces mémoires apparaissent moins comme un récit personnel et intime que l’occasion de proposer un récit critique et alternatif à l’histoire officielle.

Dans un second temps, à travers les lectures proposées nous revisiterons deux faits majeurs de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. La réforme agraire de 1953-1956 est exposée dans le regard critique de Bui Tin. L’ajournement d’une réconciliation nationale après la guerre de réunification forme la trame du récit de Doan Van Toai, ancien étudiant proche du Front national de libération du Sud Viêt-Nam. La mémoire et l’oubli seront donc au cœur de cette séance.

Textes étudiés :

Bui Tin, 1945-1999 Vietnam, la face cachée du régime, Paris, Éditions Kergour, 1999, chapitre II : « Réformes ».

Doan Van Toai, « The Lament for Vietnam », The New York Times, 29 mars 1981. Article archivé en ligne sur le site du NYT.

Autres récits dissidents évoqués au cours de la séance :

Bong-Wright, Jackie, Autumn Cloud. From Vietnamese War Widow to American Activist, Sertling, VA : Capital Books, 2001.

Bui Diem (avec David Chanoff), In the jaws of history, Bloomington, Ind. : Indiana University Press, 1999. Edité une première fois en 1987 (Boston, Houghton Mifflin), puis édité en vietnamien en 2000 (Pham Quang Khai  XB).

Hoàng Văn Hoan, Giọt nước trong biển cả (Hồi ký cách mạng) [Une goutte d’eau dans l’océan, (mémoires de la révolution)], Portland, Or. : Nhóm tìm hiểu lịch sử, 1991. Texte mis et ligne en 2005 et archivé sur le site Talawas. Notice biographique Wikipedia VN.

Nguyen Manh Tuong, Un excommunié. Hanoi 1954-1991 : procès d’un intellectuel, Paris, Quê Me, 1992. Présentation sur Mémoires d’Indochine.

Thích Thiện Minh, Hồi ký hai mươi sáu năm lưu đày dưới chế độ cộng sản Việt Nam của Thích Thiện Minh [Mémoires de 26 ans d’exil sous le régime communiste vietnamien], s.l., Hội Ái Hữu Tù Nhân Chính Trị Tôn Giáo Việt Nam, Phật lịch 2550 [2007]. Traduit et publié en anglais sous le titre : Memoirs of 26 years in exile in communist Viet Nam, Charleston, SC : Viet Nam Today, 2015.

Tô Hải, Hồi ký của một thằng hèn [Mémoires d’un lâche], Fall Church, VA : Tủ sách Tiếng Quê Hương, 2009. A memoir of ex-communist Vietnamese musician Tô Hải. Présentation succincte sur Mémoires d’Indochine.

Trần Đĩnh, Đèn cù : số phận Việt Nam dưới chế độ cộng sản. Tự truyện của người từng viết tiểu sử Hồ Chí Minh [La lanterne imagée : le sort du Viêt-Nam sous le régime communiste. Autobiographie d’une personne qui a auparavant écrit une biographie de Hô Chi Minh], USA : Người Việt Books, 2014, 2 vol. Notice Wikipedia VN.

Truong Nhu Tang (avec David Chanoff et Doan Van Toai), Mémoires d’un Vietcong, Paris, Flammarion, 1986. Traduit de l’américain : A Vietcong Memoir, New York : Vintage Books, 1986.

Vu Thu Hiên, Đêm giữa ban ngày : hôi ký chính trị của một người không làm chính trị [La nuit en plein jour, mémoires politiques d’un homme qui ne fait pas de politique], Westminster, CA : Văn Nghệ, 1997. Extrait traduit dans Georges Boudarel & Nguyen Van Ky, Hanoi 1936-1996 : du drapeau rouge au billet vert, Paris, Autrement, 1997. Voir aussi : Vincent Hugueux, « Viêtnam : la nuit en plein jour entretien avec Vu Thu Hiên », Politique internationale, 1997, n° 77, pp. 267-282.

Sur les auteurs des textes, à lire sur Mémoires d’Indochine :

Image « à la une » : Tribunal populaire spécial pendant la réforme agraire radicale en RDVN, Photographie de Franz Faber © 1955

Philippe Papin : Les Fraternités – recension

L’éditeur nous donne une indication précieuse sur l’histoire qui nous attend : « Un vieil homme s’en retourne au Vietnam, son pays natal, afin de comprendre les drames de son histoire familiale et personnelle. » Le roman est articulé comme un récit de vie. Mais qui est ce vieil homme ? : « Ni autochtone, ni colonial, c’est lui, Do Thái de son nom de guerre, le Juif français persécuté qui a rallié le communisme avant d’achever sa course en paria du Parti ». L’indication biographique est lourde et donne le ton d’un roman qui s’avère très politique renvoyant dos à dos les totalitarismes qu’ils soient fascistes ou communistes.

« Il n’y a, en terres totalitaires, que les spectres qu’on libère » (p. 258)

Ce voyage dans le ventre du Viêt-Nam colonisé puis indépendant, des années 1920 à 1957, entre Tonkin et RDVN, est construit sur deux, voire trois niveaux. Le personnage central retourne au Viêt-Nam après 66 ans d’absence pour faire un bilan de sa vie et y découvrir finalement son histoire familiale si particulière. Ce présent narratif s’articule à travers 7 chapitres (de A à G) eux-mêmes emboîtés dans la narration du passé soit 13 chapitres (1 à 13), des années vingt indochinoises aux années cinquante de la RDVN, la jeune république indépendante dirigée par Hô Chi Minh.

Le passé nous est restitué sur la base des carnets personnels du personnage principal dont l’auteur nous livre quelques extraits au fil du récit (c’est la source primaire qui fonde ce récit). Nous pénétrons dans une saga autobiographique dans laquelle « Do Thái », littéralement « Juif » en vietnamien, l’homme persécuté des années vichyssoises devient un des brigadistes persécuteurs, zélés mais finalement plein de remords, de la réforme agraire radicale au Nord Viêt-Nam1 sous l’égide du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam. La description historique de cette histoire interne, peu connue des Français, est plus vraie que nature. On s’y croirait, avec ce malaise lancinant que nous ramène Do Thái tout au long de sa propre interrogation existentielle. L’auteur de ce roman tragique nous plonge, à travers d’excellentes pages, dans les couloirs sordides de l’Indochine sous Vichy, dans le moule de la propagande d’État communiste, dans la fabrique des héros, dans le système paranoïaque et le contrôle policier en RDVN, dans le cynisme du choix de la guerre fratricide.

Baignant dans un environnement familial « éclairé », Do Thái rappelle dans une écriture aux accents proustiens le contexte colonial et l’état d’esprit de ses parents :

« Leur détestation du racisme, fondée sur des opinions venues des deux bouts de l’échelle sociale mais qui se sont mutualisées, s’est révélée d’une solidité inébranlable. Ni lui ni elle ne pouvait endurer le comportement d’un certain milieu colonial, milieu initialement réduit à deux ou trois cents personnes, guère plus, mais de sociologie si diverse qu’on les croisait en tous lieux, depuis le palais du gouverneur général jusqu’au plus minables débits d’absinthe, où elles étaient si influentes, bruyantes, sûres d’elles, si peu gênées de leur xénophobie, qu’elles instauraient immédiatement la terreur sous ses deux espèces, le verbe et l’acte, à laquelle les gens honnêtes se pliaient, sur laquelle les gens faibles surenchérissaient. La bêtise parle fort quand l’intelligence murmure : c’était vrai en Indochine comme partout. » (p. 44)

A l’âge de 19 ans, en 1946, son engagement se base sur l’injustice ressentie en tant que Juif puis en tant que patriote. Il expose ainsi sa double identité d’écorché vif :

[…] ni Juif de souche, ni Juif de cœur, je me suis senti l’être devenu, par fatalité sous la poussée d’événements m’ayant incorporé, à travers mon père, à la tribu souffrante. […] Mais j’étais d’Indochine aussi, et beaucoup plus sûrement. J’y étais né, j’y avais grandi, j’en parlais la langue et n’avais qu’elle pour repère. Cette identité naturelle, simple mais irréfutable, nuance l’impression générale de manichéisme et d’outrance entourant mes choix anti-français d’après-guerre, car si l’idée de défendre son pays a un sens, alors ce pays ne pourrait être pour moi que l’Indochine et ses habitants indochinois. Moi qu’on dira traître, j’étais un patriote finalement, un vrai de vrai. » (p. 80)

A partir de ces premiers jalons biographiques, l’histoire défile dans la tourmente révolutionnaire et guerrière du XXe siècle vietnamien.

Première observation. Cette histoire d’une famille française en Indochine est totalement inédite. De la part d’un romancier français, je n’avais rien lu de pareil. Mais cet auteur a la particularité à la fois de très bien connaître l’histoire du Viêt-Nam et de maîtriser la langue de ce pays ce qui lui confère un avantage sérieux pour nous embarquer dans cette intrigue digne d’un roman policier2. Nous sommes loin de la littérature « militaria » des anciens d’Indochine ou de l’exotisme romanesque des années 1930.

Seconde observation. Dans ce roman quasi philosophique, Philippe Papin nous raconte sur fond de saga familiale indochinoise, les fraternités qui se jouent et s’opèrent en silence dans le dos de la « grande » histoire. De quelles fraternités s’agit-il ? L’auteur nous met sur des pistes (peut-être volontairement fausses) pour mieux cacher la véritable fraternité secrète qui s’est jouée sur cette terre vietnamienne au plus fort de la transformation maoïste du Viêt-Nam de Hô Chi Minh, une « maoïsation » qui a laissé des cicatrices et des traces dans le fonctionnement politique.

Les lecteurs découvriront cette énigme en fin de roman lorsque l’histoire se dénoue à travers une narration de l’au-delà. Entre-temps, il aura fait ce voyage politique et intellectuel en compagnie de quelques figures fameuses, bien réelles, issue de l’Histoire avec un grand H, comme le médecin Tôn Thât Tung, le ministre Trân Dinh Nam, le philosophe Trân Duc Thao « le Penseur », l’écrivain Nguyên Công Hoan, le philologue Dao Duy Anh, les poètes Trân Dân, Phan Khôi et un mystérieux Lê Van Bao, dandy du Parti. Il croisera aussi des personnages sombres de la collaboration comme Bui Dinh San, Alphonse Morel ou Georges Taboulet puis ceux de la brutalité communiste.

L’ouvrage questionne l’engagement politique, ses limites et ses échecs. Doit-on voir un Boudarel, un Clavier, un Frey ralliés au Viêt-Minh derrière Do Thái ?3. Un « soldat blanc d’Hô Chi Minh » ? Le parcours de Do Thái est celui d’un « soldat politique » finalement rongé par son engagement excessif et aveuglant. Au « mal jaune » des Centurions de Lartéguy ou à l’angoisse existentielle des personnages de l’Indochine de Jean Hougron, Philippe Papin explore « le mal rouge » d’un occidental pris dans l’engrenage de la radicalité comme le rappelle ce mea culpa :

J’ai été, comme tant d’autres avant moi – après aussi, je le crains -, l’archétype de l’idéaliste en chambre mis aux commandes de la terreur et jeté, au nom de son idéal, dans la pire des violences, celle qu’impose une autorité supérieure, par exemple l’État ou la foi, les deux mêlés dans mon cas ; de l’indigné dont on détourne les motifs d’indignation ; du revanchard qui ne choisit pas l’objet de sa revanche ; du traître incapable d’échapper à ceux pour qui il a trahi ; et finalement du rouage qui, après avoir été exercé pendant des mois, accumulant du désir d’agir, rend grâce à la machine lorsqu’elle lui offre le soulagement de fonctionner pour de vrai. » (p. 153)

Cette fable politique prend alors des allures de conte philosophique sur les « humanités » étouffées qui secouent le Viêt-Nam jusqu’aux années soixante. Au cours de ce périple, des fraternités se nouent pour affirmer l’essentiel : la survie face à l’exclusion, aux injustices, à la dureté politique. Des fraternités comme autant de résistances invisibles pour contrer l’arbitraire, l’extorsion des aveux, la délation ou la torture. Il faut tenter de résister à la déconstruction en règle de l’individu et de sa personnalité :

Tout était fait pour nous désunir, et j’emploie le verbe aux deux sens : réciproque, en nous séparant des autres ; et réfléchi, en nous disloquant de l’intérieur. L’individu était cloisonné, puis, une fois dans sa case, haché en parties antagonistes, l’une s’aimant et l’autre se détestant. (p. 113)

Troisième observation. Ce roman, sans en avoir l’air, aborde l’importance de la question de l’écrit dans la transmission de la mémoire et de l’histoire. La belle écriture de Philippe Papin, soignée, inventive et parfois ironique, recèle quelques expressions superbes pour décrire les situations de ses personnages.

La description de Hanoi où règne l’ennui et la « caporalisation » de la société à Hanoi après 1954 est frappante :

Creux, les ventres ; déserts, les magasins, les cafés, les gargotes ; dépeuplées, les rues où toujours avaient battu cinquante mille cœurs et cent mille semelles. La ville, abandonnée des réchauds, des marmites, des fumets de cuisine, des bidons de bière, des os de poulet jetés sous les tables, des rires et des cris poussés par les vendeurs ambulants, la ville joyeuse et vagabonde devenait franchement cafardeuse. » (p. 216)

La maoïsation de la société en RDVN est décrite dans toute son ampleur :

[…] la muselière que nous passions au peuple sentait son chinois. On répandait à pleine brassée les écrits du Timonier, notamment un livre traduit par notre président lui-même, tandis que l’opuscule Qu’est qu’un bon communiste ? de Liu Shaoqi était l’objet d’une diffusion obligatoire. dans les administrations, les écoles, les quartiers d’habitations, des hauts-parleurs publics diffusaient du matin au soir des émissions de radio chantant les louanges du « grand frère ». On en parlait aussi dans les journaux, dans les discours officiels et, au bas mot, dans deux tiers de brochures que publiait mon service. J’avais l’impression de travailler pour l’étranger. » (p. 224)

La Réforme agraire est engagée mais le compte des « exploiteurs » n’y est pas. Le tribunal révolutionnaire étend ses chefs d’inculpation aux origines des individus. La machine à purifier le corps social s’emballe :

Le tribunal n’écoutait plus les scénarios. Il condamnait à la file : « nièce d’ennemi de classe », « esprit contre-révolutionnaire », « dangereux déviationniste »… Aucun scrupule, aucune statistique, ne le freinait plus. Alors ce fut la grande tuerie. » (p. 151)

Pendant la période des tickets de rationnements, l’injustice règne :

« Les indicateurs de la police étaient payés en coupons verts. Quant aux cadres, comme moi, ils recevaient les plus qu’appétissants coupons rose vif donnant droit à huit cents grammes de viande par mois, quand le peuple n’en avait pas le quart. Au total, j’estime que le volume de la nourriture disponible a été divisé par dix au cours de la longue année 1955, alors même que la ville se repeuplait. Je n’aurais pas osé penser une chose pareille à l’époque mais il faut l’admettre : on tenait les gens par l’estomac. » (p. 215)

Sur le catholicisme, Do Thái fait appel à ses carnets d’époque en dressant ce qu’il appelle un « audacieux parallèle » :

« Mardi 9 novembre 1954. – C’est drôle comme leurs mécanismes et les nôtres se ressemblent. Par exemple, les formules synthétiques « Buvez, ceci est mon sang » ou « Engendré, non pas créé, de même nature que le Père », transportent toute une doctrine compliquée de la transsubstantiation, la nature du Christ et la sainte Trinité, tout un passé de querelles théologiques tranchées par le dogme mais sans que celui-ci n’apparaisse autrement qu’avec la légèreté d’une chansonnette. Incompréhensible et court, il se laisse accepter. Irais-je jusqu’à dire que, dans cette forme qui énonce et camoufle, il y aurait une ressemblance entre « Dictature du prolétariat » et « Immaculée conception » ? Oui, et j’en suis persuadé depuis que j’ai entendu mes employés communistes parler de l’une sur le même ton d’évidence que mes employés catholiques parlent de l’autre. » (p. 200)

A travers cette confession intime, le romancier dévoile l’enjeu : qu’est-ce qui se joue dans ce roman ? Une lutte acharnée entre deux Viêt-Nam, entre le régime politico-policier aux ordres de Pékin et des souffles d’humanité plongeant ses racines dans la tradition humaniste et lettrée. Une rude bataille livrée dans les années cinquante pendant lesquelles la vieille tradition lettrée est éradiquée au profit de la nouvelle élite inculte promue pour sa servilité. L’auteur nous dit à demi-mots que le Viêt-Nam indépendant, forts de ses lettrés, méritait mieux. L’engrenage révolutionnaire a écrasé les hommes. La trame de ce récit est fondamentale car elle révèle une fracture dont le Viêt-Nam contemporain ne se remettra pas. Est-ce à dire que l’auteur nous raconte quelque chose du Viêt-Nam d’aujourd’hui ? Sans doute car la lutte engagée par les dissidents depuis les années cinquante se poursuit avec la même âpreté. L’omniscience du Parti-État se prolonge par les coulisses de la persécution policière. Ce roman a donc quelque chose à nous dire sur le Viêt-Nam d’aujourd’hui, sur ce qui fonde sa base politico-policière, plus que jamais questionnée de l’intérieur.

Enfin, ce roman dense, fourmillant de détails socio-historiques, est aussi une histoire sentimentale, un amour subtil entre un homme et une patrie perdue incarnée par ses femmes, entre un repenti politique et une Vietnamienne secrète… qui aura finalement le dernier mot.

François Guillemot, 12/09/2018

Notes

  1. officiellement 1953-1956 mais à titre expérimentale dès 1952 comme dans le roman []
  2. Philippe Papin est un vietnamologue, épigraphiste, directeur d’études à l’EPHE []
  3. Cf. Jacques Doyon, Les soldats blancs de Hô Chi Minh, Paris, Fayard, 1973 ; Pierre Sergent, Un étrange Monsieur Frey, Paris, Fayard, 1982 ; Georges Boudarel, Autobiographie, Paris, Jacques Bertoin, 1991 ; Albert Clavier, De l’Indochine coloniale au Viêt Nam libre. Je ne regrette rien, Paris, Les Indes savantes, 2008 et plus récemment : Adila Bennedjaï-Zou et Joseph Confavreux, Passés à l’ennemi. Des rangs de l’armée française aux maquis viêt-minh, 1945-1954, Paris, Tallandier, 2014 ;  []

Vĩnh biệt nhạc sĩ Tô Hải [1927-2018]

[ndlr] Décès le samedi 11 août du musicien et dissident Tô Hải, auteur-compositeur de nombreuses chansons de propagande pour la RDVN et auteur de Mémoires d’un lâche, une autobiographie parue aux Etats-Unis en 2009 après sa démission du Parti communiste vietnamien. Une vie partagée entre son adhésion au communisme de guerre puis son rejet radical.

ĐCV: Nhạc sĩ Tô Hải tên đầy đủ là Tô Đình Hải, sinh năm 1927. Ông là nhạc sĩ có nhiều sáng tác thuộc thể loại nhạc truyền thống và nhạc đỏ. Nhưng có lẽ ông được biết đến rộng rãi trong những năm cuối đời với cuốn hồi ký Một Thằng Hèn và tuyên bố từ bỏ đảng cộng sản Việt Nam.

Trong những năm cuối ông cũng viết rất nhiều bài trăn trở với hiện tình đất nước, vạch ra những thối nát của chế độ cộng sản.

Ông ra đi ngày hôm qua, 11/8/2018, cùng một ngày với nhà báo Bùi Tín.

Lire la suite : Dan Chim Viet, 12/08/2018.

Voir aussi :

Sur son oeuvre de propagande voir : Lê Toàn, Tô Hải Cuộc đời và sự nghiệp, Bai Ca Di Cung Thang Nam, 09/04/2012.

 

Reportage de RFA en 2017 :

Olga Dror : How China Used Schools to Win Over Hanoi

[ndlr] Signalement d’un article qui trouve une résonance particulière dans le contexte sino-vietnamien actuel.

 

How China Used Schools to Win Over Hanoi

by Olga Dror

In December 1966, the Democratic Republic of Vietnam, or North Vietnam, and the People’s Republic of China signed an agreement to establish schools for North Vietnamese children in China, with China providing the facilities, funds and equipment. America’s bombing campaign over North Vietnam was in high gear, and Hanoi wanted to move its students to a safe place.

What is truly remarkable about this cross-border educational effort was that it began in the midst of the Chinese Cultural Revolution, which started in May 1966 and destroyed the Chinese educational system (and left the Chinese economy in shambles). But the Chinese were willing to carve out space for the North Vietnamese because doing so served a higher, geopolitical purpose: competing with the Soviet Union for leadership of the global communist movement.

The Chinese program, known as Project 92, covered school construction and teaching equipment, as well as funds for daily expenses (the “92” refers to Sept. 2, 1945, the day Vietnam declared independence from France). One facility, the School of Sept. 2, was established specifically for children who had been relocated from South Vietnam. Another school, for military cadets, bore the name of Nguyen Van Troi, a young Saigonese who in May 1963 attempted to assassinate the American defense secretary, Robert McNamara, during his visit to South Vietnam, and who was executed by firing squad. Because the Chinese military was less affected by the Cultural Revolution than its civilian educational system, the military led the construction efforts.

Lire la suite : New York Times, 26/01/2018

Olga Dror is an associate professor of history at Texas A&M University and the author of the forthcoming book “Making Two Vietnams: War and Youth Identity, 1965-75.” This article draws on material that will appear in an essay in the spring 2018 issue of the Journal of Cold War Studies.

 

Illustration « à la une » : Chinese militia members pledged support for Vietnam in its war against the United States in 1966 © Bettmann/Getty Images

Panel discussion : The Tet Offensive – Lessons from the Campaign After 50 Years (CSIS)

[ndlr] Annonce du CSIS sur un panel consacré à l’Offensive du Têt.

The Project on Military and Diplomatic History cordially invites you to

The Tet Offensive: Lessons from the Campaign After 50 Years

Continuer la lecture de Panel discussion : The Tet Offensive – Lessons from the Campaign After 50 Years (CSIS)