Archives par mot-clé : rapports sociaux

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 4

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

Vendeuses de journaux à Hô Chi Minh-Ville. Photo FG 2010

★ ★ ★

Vivre sous le régime communiste

Séance 4 : mercredi 11 octobre 2017 – salle D4.070 (IAO)

Avec la littérature du Renouveau (Dôi Moi), une nouvelle vision de la société vietnamienne s’affiche. La vie quotidienne sous le régime communiste est décrite dans tous ses bouleversements. La vie sentimentale, la misère, le mensonge, la cupidité mais aussi les espoirs, les couleurs et les odeurs sont dévoilés à un nouveau lectorat à la recherche de vérité. Les rapports humains sont  décrits dans leur complexité et non plus selon les canons de l’idéologie officielle (héroïsme, abnégation ou sacrifice). L’individu donne une nouvelle image du collectif. On assiste à un dépassement de l’embrigadement politique, à une remise en cause du contrôle social. Les possibilités d’émancipation par la pensée ou par l’argent se multiplient et bouscule la vieille garde qu’incarne « le général à la retraite ».

Sources mobilisées :

  • Duong Thu Huong, Histoire d’amour racontée avant l’aube, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, L’Aube poche, 2001, p. 86-98.
  • Nguyen Huy Thiep, « Un général à la retraite », dans Un général à la retraite, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, « Regards croisés », 1990, p. 19-47.
  • Ta Duy Anh, « Uné épidémie diabolique », dans Terre des éphémères, Arles, Philippe Picquier, Picquier poche, 1997, p. 63-80.

Image « à la une » : Rue Lê Duân à Hanoi © Marcelino Truong

Le corps indochinois utopique, histoire d’une émotion inégale. Fragments littéraires

Résumé de notre communication à la journée d’études Le corps en perspective (Paris 1 Sorbonne, 27 mai 2016).

Notre communication aborde la question du corps colonial et postcolonial en tant que « chantier des utopies ». Le corps de l’Autre est ici au cœur de cette réflexion. Nous proposons une exploration des représentations du corps indochinois et de son interaction avec les Français à travers la littérature romanesque et/ou autobiographique à travers quelques points clés : décrire le corps féminin de l’Autre ; regards amoureux ; sentiments ambivalents ; rapports charnels ; exotisme inversé ; souffrances sourdes et problématique de la mixité.

Cette exploration vise à montrer l’intérêt qu’il y a à entrevoir une histoire des émotions et de l’intimité corporelle qui s’élabore avec la littérature coloniale et la dépasse largement. Elle permet de mieux comprendre comment est perçue et représentée cette rencontre (attirance mutuelle dans un cadre inégal) entre l’Orient (ici « Indochinois ») et l’Occident (ici la France) sur le plan des sentiments amoureux. Elle scrute le champ des possibles dans ce corps-à-corps utopique.

Guillemot_LeCorpsIndochinoisUtopique
Illustration de Vu Thuy © DR

A travers la problématique du corps comme lieu des utopies, se posent des universaux de la rencontre mais également des différences clés au sein du « corps historique » (colonisation / décolonisation / libération des corps) par lequel on observe un renversement partiel des valeurs. Le corps, mis à nu, est ainsi révélateur, au delà des aléas de l’histoire et des processus d’esthétisation, d’une certaine vérité dans les relations humaines*.

[*] Profitons de cette mise en ligne pour remercier Henri Copin qui nous a accordé un échange fructueux sur ces questions.

Programme de l’ensemble de la journée d’étude sur Mémoires d’Indochine.

Image « à la une » : André Maire (1898 – 1984) Tonkinoise au repos (Hanoi), circa 1958.

Solène Granier : Domestiques indochinois – CR de lecture par Sara Moisy

Granier_DomestiquesIndochinoisL’ouvrage Domestiques indochinois de Solène Granier est paru aux éditions Vendémiaire en 2014. Venant combler un « vide historiographique », celui de la domesticité et des domestiques indochinois qui ont migré puis travaillé en métropole, cet ouvrage pose la question du statut du domestique, un statut très ambivalent puisqu’il est à la jonction de plusieurs statuts : celui du colonisé, celui du migrant, celui du travailleur, celui du dominé ou encore celui du non-ayant droit.

Pour qualifier la situation des domestiques indochinois, l’auteure met en avant trois dimensions : celle de l’expérience professionnelle et de l’identité professionnelle, celle de l’itinéraire migratoire individuel ou collectif et celle des interactions sociales dans trois espaces donnés que sont la colonie, l’espace migratoire et la métropole. Solène Granier utilise la notion d’Indochinois pour désigner les domestiques migrants originaires du Vietnam, du Cambodge et du Laos, même si la grande majorité étudiée est originaire des trois provinces vietnamiennes. Ses approches sont historique et sociologique : elle croise l’histoire des migrations coloniales de 1897 à 1939 à l’analyse des relations sociales entre groupes qui composent la société coloniale, la société colonisée et la société migrante.

Trois idées principales permettent de retracer les évolutions du statut de domestique à travers le temps et les différents espaces et de rendre compte de la réalité des pratiques, en allant notamment à l’encontre de certaines prénotions sur la domesticité coloniale. Tout d’abord, il s’agit de la relation et de l’évolution de la mise à distance des perceptions de l’Autre, entre la colonie et la métropole, entre le colonisé et le colon, qui permettent de rendre compte du statut et de la trajectoire sociale du domestique (1). Ensuite, le lieu principal d’interaction sociale entre le domestique et le métropolitain demeure celui du « foyer familial », à savoir la famille française ou européenne dans laquelle l’Indochinois travaille en tant que boy et l’Indochinoise en tant que congaï. Il apparaît que les interactions en son sein sont plus complexes et plus nuancées ; il s’agit en ce sens de « la réalité » des pratiques sociales (2). Enfin, l’histoire des domestiques indochinois doit prendre en compte l’expérience migratoire : elle apparaît comme un processus de construction de l’identité du domestique et comme un interstice où le colonisé est acteur de son propre parcours migratoire (3).

Évolution de la mise à distance colonie-métropole à travers le temps et les espaces coloniaux

On peut découper l’évolution de la relation colonie-métropole en trois étapes historiques majeures (a) et l’analyser à l’aune de cadres de pensées et de modes de vie différenciés (b).

  • Les étapes historiques de la mise à distance

La première étape historique, de 1897 à 1920, correspond à la construction de l’identité coloniale et de la domination du métropolitain sur le colonisé. C’est le temps de l’affirmation de l’idéologie colonialiste et des premières interactions entre « employeurs blancs » et « domestiques jaunes ». Il s’agit d’asseoir la supériorité du métropolitain et le domestique est fortement mis à distance ; Solène Granier parle d’une figure du boy asexué, dévirilisé, efféminé et inculte. L’arrivée des femmes européennes dans la société coloniale accentue par ailleurs cette distance car, selon les discours coloniaux, la femme devient garante de l’ordre moral au sein du foyer ; elle doit maintenir les distances entre les corps tout en acceptant les influences mutuelles qui s’y développent. La seconde, de 1920 à 1930, correspond à la période des premières migrations de masse, le port de Saïgon étant devenu une plaque tournante entre la métropole et la colonie avec l’ouverture de lignes régulières qui nécessitent une main-d’œuvre indochinoise. C’est également le début du tourisme colonial, avec ce que Solène Granier qualifie d’« hôtels flottants » et de « domesticité flottante ». Ces deux phénomènes ont pour effet de démocratiser la migration, devenant une migration de masse qui modifie radicalement la distance métropole-colonie. L’arrivée de migrants indochinois en métropole s’effectue parallèlement au retour des soldats en Indochine ; la perception de l’Autre change, ce dernier devenant de plus en plus familier. La troisième période enfin, de 1930 à 1939, correspond au temps de la rationalisation des rapports entre métropolitains et colonisés avec la popularité que connaît la domesticité coloniale en France. La mise à distance existe toujours mais son ampleur est très réduite et les distances physiques et sociales peuvent dans certains cas disparaître.

Il est toutefois nécessaire de concevoir ces étapes à l’aune des cadres de pensées et des modes de vies dans lesquels elles s’inscrivent. Les influences entre métropolitains et domestiques indochinois sont inégales mais réciproques ; elles permettent de poser la question de la transposition des modèles respectifs dans le territoire de l’Autre.

  • Transposition des cadres de pensée et des modes de vie

Dans le cas de la société coloniale en Indochine, on a une transposition de la hiérarchie sociale métropolitaine et de la conception du service domestique. La domesticité apparaît comme un « marqueur de la stature coloniale » ; la subordination est essentielle et le rapport de domination, aussi bien racial que social, est au cœur de la relation professionnelle. Le métropolitain acquiert une double supériorité, en sa personne de colonisateur et d’employeur. Ces conceptions, au départ du moins et dans le cas de la domesticité sur le territoire indochinois, ne s’éloignent donc pas des conceptions traditionnelles du domestique qui prévalaient en France. Dans le cas des domestiques migrants en métropole, on a une transposition du modèle de migration et de solidarité collective indochinois. En effet, les migrations sont le fait des villages indochinois, qui ne sont pas des espaces figés mais bien des espaces en mouvement dans lesquels de nombreuses migrations rurales s’effectuent. La migration vers la métropole ne constitue donc qu’une étape supplémentaire dans le parcours migratoire de certains domestiques. Par ailleurs, les traditions communautaires et villageoises de la société vietnamienne ont permis aux migrants de tisser des réseaux pour être travailler dans les hôtels flottants lors de la traversée ou dans des familles lors de l’arrivée en métropole.

Pour autant, ces modèles sont perméables et leurs frontières mouvantes. En réalité, la nature des relations sociales dans les espaces coloniaux est plus complexe et résulte de l’espace ambivalent que constitue le « foyer familial » ou « foyer colonial ».

Réalité des pratiques sociales au sein du foyer colonial

La réalité se comprend à travers l’imbrication des sphères professionnelle et privée qui rend le rapport professionnel ambigu (a) et influence la nature des relations sociales au sein du foyer (b).

  • Imbrication des sphères professionnelle et privée

Au sein du foyer, on a tout d’abord une imbrication des sphères professionnelle et privée. Le rapport professionnel est donc ambigu, puisqu’il mélange domination et proximité. Une transaction peut s’effectuer entre des valeurs morales et des contreparties financières : Solène Granier parle de probité et de respect pour la personne du domestique et de l’assurance de rétribution pour l’employeur. Une violation, qu’elle soit du côté métropolitain ou du côté migrant, est considérée comme un motif valable et légal de plainte. Il y a également la dimension symbolique de la domesticité pour les classes métropolitaines supérieures ; employer des domestiques est le symbole de la vie bourgeoise et de la possession des ressources économiques et sociales. Il y a donc un double besoin : un besoin pratique pour faire face à la crise de la domesticité dans la capitale parisienne en employant des domestiques étrangers, et un besoin social, à savoir celui du statut bourgeois et du prestige de l’Empire. Les dépendances sont néanmoins réciproques puisque la migration et le travail de domestique peuvent apparaître comme le moyen de fuir la pauvreté pour les Indochinois.

DomestiquesIndochine
© Blog études coloniales

Cette imbrication n’est pas sans influence sur la nature de la relation sociale au sein du foyer familial. Elle permet d’aller à l’encontre de certaines visions de la littérature anti-coloniale et d’apporter les nuances nécessaires pour rendre compte des véritables pratiques.

  • Réalité des rapports sociaux au sein du foyer familial

Tout d’abord, il existe un contrat de travail entre le domestique et l’employé. Malgré cet encadrement toutefois, les pratiques restent diverses selon les employeurs : le montant du salaire varie, l’échéance de paiement également, certains sont payés en biens matériels, certains domestiques ont le droit à un jour de congés par semaine et à du temps libre le soir alors que d’autres sont contraints par des corvées quinze heures par jour. Néanmoins, cela a le mérite d’aller à l’encontre des approches misérabilistes du domestique ; grâce à ce contrat, les litiges existent et chaque partie peut se défendre. Le rapport de domination varie également. L’auteure dénonce en ce sens la littérature anti-coloniale qui dépeint parfois ce qu’elle appelle les « relations turbulentes », faites de violences et de domination sévère et montre en quoi certains rapports peuvent devenir affectueux et de quelle façon certaines amitiés naissent entre métropolitains et domestiques. Il y a même la formation de couples mixtes, majoritairement entre femmes métropolitaines et domestiques hommes indochinois.

Cette réalité permet de faire passer le domestique du statut d’objet à celui de sujet, analysant désormais les trajectoires individuelles et le domestique migrant en tant qu’acteur de son expérience migratoire.

Expérience migratoire : trajectoires individuelles et collectives et réappropriation

L’expérience migratoire s’effectue par la maîtrise du parcours migratoire et professionnel (a) et par l’insertion au sein des espaces de socialisation plus ou moins politisés (b).

  • Maîtrise du parcours migratoire et professionnel

Les Indochinois font parfois le choix de partir en métropole. Leur parcours migratoire n’est donc pas le simple fait de leur employeur et l’on distingue les stratégies familiales individuelles et les stratégies migratoires. Dans le premier cas, le départ est motivé par la perspective de la rémunération ; les domestiques en partance pouvaient en effet bénéficier d’une avance de salaire par l’employeur, versée à la famille du domestique. Dans le second cas, il s’agit pour certains domestiques de sortir de leur position de vulnérable et de la précarité de leur situation sociale. La profession de domestique étant accessible et connue des communautés de migrants, la perspective d’une embauche en métropole pouvait être perçue positivement. Une fois installés en métropole, les domestiques peuvent également maîtriser leur parcours professionnel. Solène Granier prend l’exemple de la rupture du contrat de travail comme pouvoir du domestique vis-à-vis de l’employeur. Selon elle, cette pratique relève de l’émancipation car le domestique est celui qui se réapproprie non seulement sa trajectoire professionnelle mais également son droit de participation à la vie sociale en métropole. Elle qualifie même cette rupture d’acte subversif.

Cette décision du domestique de rompre son contrat est d’autant plus motivée par le soutien que peuvent apporter les réseaux associatifs de la communauté indochinoise et par les solutions qu’offrent les réseaux professionnels à Paris.

  • Espaces de socialisation et politisation des espaces

Du fait de la transposition du modèle associatif vietnamien en métropole et d’une certaine proximité géographique des domestiques à Paris, les réseaux professionnels permettent de faire dialoguer employeurs et employés. La domesticité étant fortement associée à la bourgeoisie, Paris constitue en ce sens un grand lieu de regroupement des Indochinois. Ainsi, la plupart d’entre eux habite chez leurs employeurs au sein des quartiers bourgeois des 7ème, 8ème et 16ème arrondissements. Leur proximité géographique les amène à se retrouver dans des cafés du quartier et à alimenter le bouche à oreille déjà important dans ce milieu professionnel. Les petites annonces dans les journaux lus par les classes supérieures parisiennes permettent aux domestiques de s’insérer dans le monde bourgeois et d’y demeurer. En outre, le modèle associatif n’est pas seulement réservé aux milieux professionnels. D’autres associations, plus sociales ou politiques voient le jour au sein de la communauté indochinoise dans les années 1920. Les associations représentent un espace de socialisation et un lieu de rassemblement pour les Indochinois, en particulier les domestiques de la capitale. L’auteure donne l’exemple de l’Association des Cuisiniers Annamites et Domestiques de Maisons Bourgeoises, fondée en 1922, qui constitue l’un des premiers groupements corporatifs de domestiques. Cette association vit de cotisations qui financent ses actions dans les domaines divers que sont l’aide au chômage ou à la maladie, l’épargne et plus festif, les fêtes communautaires. Après la Première Guerre mondiale, de nombreuses associations font l’objet d’un double processus de politisation : il relève d’une part de l’émigration d’une élite indochinoise vers la capitale à des fins politiques au sein des courants nationalistes et communistes et d’autre part par l’insertion d’idéologies politiques au sein même des associations. Cette participation à la vie politique – certains domestiques adhèrent même à des partis politiques en France tel que la SFIO – renvoie à nouveau aux pratiques d’émancipation que peuvent produire les domestiques indochinois.

* * *

Cet ouvrage est dans l’ensemble très agréable à lire. Solène Granier y aborde également les questions de genre, à travers la présence des femmes au sein des foyers familiaux ou l’engagement politique des domestiques indochinoises. L’auteure fait le choix en partie d’une microhistoire.

Néanmoins, le croisement des différents niveaux d’analyse, bien qu’il soit indispensable, rend parfois l’ouvrage complexe, dans la mesure où les passages entre ces différents niveaux s’effectuent sans cesse et où il est difficile de prendre la mesure de leurs effets explicites et implicites. Par ailleurs, Solène Granier fait elle-même le constat de la dimension d’autorité des archives, ces dernières provenant en grande majorité des récits et des discours tenus par les employeurs ou les fonctionnaires métropolitains et non des domestiques eux-mêmes.

Sara Moisy, promotion ASIOC 2014-2015

Réf. Solène Granier, Domestiques indochinois, Paris : Vendémiaire, coll. Empires, 2014, 221 p.

Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/177834536

Voir également sur Mémoires d’Indochine :

Pierre Brocheux : L’Indochine comme sociogénèse d’une rencontre et d’une transculturation – Recension d’ouvrages

Solène Granier : Domestiques indochinois [parution]

Sara Moisy est étudiante du Master Asie Orientale Contemporaine à l’ENS de Lyon. Elle séjourne actuellement à Pékin et effectue un mémoire de recherche en sociologie sur les jeunes diplômés chinois à l’épreuve de la déqualification.