Archives par mot-clé : rapports de genre

Kirsten W. Endres, Ann Marie Leshkowich (eds.) : Traders in Motion. Identities and Contestations in the Vietnamese Marketplace

[ndlr] Parution. Présentation de l’éditeur.

Traders in Motion

Identities and Contestations in the Vietnamese Marketplace
Edited by Kirsten W. Endres, Ann Marie Leshkowich

With essays covering diverse topics, from seafood trade across the Vietnam-China border, to street traders in Hanoi, to gold shops in Ho Chi Minh City, Traders in Motion spans the fields of economic and political anthropology, geography, and sociology to illuminate how Vietnam’s rapidly expanding market economy is formed and transformed by everyday interactions among traders, suppliers, customers, family members, neighbors, and officials.

The contributions shed light on the micropolitics of local-level economic agency in the paradoxical context of Vietnam’s socialist orientation and its contemporary neoliberal economic and social transformation. The essays examine how Vietnamese traders and officials engage in on-the-ground contestations to define space, promote or limit mobility, and establish borders, both physical and conceptual. The contributors show how trading experiences shape individuals’ notions of self and personhood, not just as economic actors, but also in terms of gender, region, and ethnicity. Traders in Motion affords rich comparative insight into how markets form and transform and what those changes mean.

Ref. : Endres, Kirsten W., and Ann Marie Leshkowich, eds. Traders in Motion: Identities and Contestations in the Vietnamese Marketplace. Southeast Asia Program Publications, Cornell University Press, 2018.

TABLE OF CONTENTS

Introduction: Space, Mobility, Borders, and Trading Frictions
ANN MARIE LESHKOWICH AND KIRSTEN W. ENDRES

PART I. Space, Place, and Contentious Politics of Market Redevelopment
Introduction: The Spatial Politics of Marketplaces
LINDA J. SELIGMANN

Chapter 1
Making the Marketplace: Traders, Cadres, and Bureaucratic Documents in Lào Cai City
KIRSTEN W. ENDRES

Chapter 2
“Run and Hide When You See the Police”: Livelihood Diversification and the Politics of the Street Economy in Vietnam’s Northern Uplands
SARAH TURNER

Chapter 3
Grand Designs? State Agendas and the Lived Realities of Market Redevelopment in Upland Northern Vietnam
CHRISTINE BONNIN

Chapter 4
Ghost Markets and Moving Bazaars in Hanoi’s Urban Space
GERTRUD HÜWELMEIER

PART II. Circuits of Mobility, Identities, and Power Relations
Introduction: Moving and Shaking
ERIK HARMS

Chapter 5
A Mobile Trading Network from Central Coastal Vietnam: Growth, Social Network, and Gender
HY VAN LUONG

Chapter 6
Money, Risk Taking, and Playing: Shifting Masculinity in a Waste-Trading Community in the Red River Delta
MINH T. N. NGUYEN

Chapter 7
“Strive to Make a Living” in the Era of Urbanization and Modernization: The Story of Petty Traders in a Hanoi Peri-urban Community
NGUYỄN THỊ THANH BÌNH

Chapter 8
Dealing with Uncertainty: Itinerant Street Vendors and Local Officials in Hanoi
LISA BARTHELMES

PART III. Borderwork
Introduction: Constructing, Maintaining, and Navigating Boundaries
CHRIS GREGORY

Chapter 9
Regulations and Raids, or the Precarious Place of Gold Shops in Vietnam
ALLISON TRUITT

Chapter 10
Moralities of Commerce in a Northern Vietnamese Trading Community
ESTHER HORAT

Chapter 11
Fuel Trade: People, Places, and Transformations along the Coal Briquetting Chain
ANNUSKA DERKS

Chapter 12
Arbitrage over the Beilun/Kalong River: Chinese Adjustments to Border Trade Practices in Vietnam
CAROLINE GRILLOT

Afterword
GRACIA CLARK

Contributors:
Lisa Barthelmes, Christine Bonnin, Gracia Clark, Annuska Derks, Kirsten W. Endres, Chris Gregory, Caroline Grillot, Erik Harms, Esther Horat, Gertrud Hüwelmeier, Ann Marie Leshkowich, Hy Van Luong, Minh T. N. Nguyen, Nguyen Thi Thanh Binh, Linda J. Seligmann, Allison Truitt, Sarah Turner.

Source : Cornell University Press

Clémence Schantz : Construire le corps féminin à travers les pratiques obstétricales à Phnom Penh, Cambodge [thèse]

[ndlr] Avis de la soutenance de thèse de Clémence Schantz (Ceped).

Soutenance de thèse de sociodémographie, menée sous la direction de Véronique Petit au Ceped.

« Construire le corps féminin à travers les pratiques obstétricales à Phnom Penh, Cambodge »

Clémence Schantz

Vendredi 16 décembre 2016 à 10h00

Salle de réunion F.673 -Sorbonne

Galerie Gerson – escalier G2, 1er étage, 54 rue Saint Jacques, 75005 Paris.

La soutenance se déroulera devant un jury composé de :

  • Alexandre DUMONT, épidémiologiste, santé des femmes et santé périnatale, directeur de recherche, IRD, Ceped.
  • Anne Yvonne GUILLOU, anthropologue, chargée de recherche CNRS, IRASEC.
  • Patrick HEUVELINE, démographe, professeur à l’Université de Californie, Los Angeles (UCLA), rapporteur.
  • Yannick JAFFRE, anthropologue de la santé, directeur de recherche, CNRS UMI 3189 & EHESS, rapporteur.
  • Véronique PETIT, démographe, professeure à l’Université Paris Descartes, Ceped, directrice de thèse.

 

Résumé de la thèse :

Le Cambodge est l’un des neuf pays au monde à avoir atteint l’OMD 5 des Nations Unies, c’est-à-dire à avoir diminué de trois quarts le taux de mortalité maternelle au niveau national entre 1990 et 2015. Ce taux est ainsi passé de 1020 à 161 décès maternels pour 100 000 naissances au cours de ces 25 années. Ce succès est le résultat de politiques publiques volontaristes : une politique de planification familiale, la mise en place de systèmes de financements de la santé, la formation puis le déploiement de milliers de sages-femmes sur le territoire. Cette réussite s’explique également par une mutation sociologique de premier plan : l’accouchement, qui était historiquement un événement avant tout social et qui se déroulait dans l’intimité de la maison, est devenu un événement public pour la femme et sa famille. Alors qu’en 2000 moins de 10% des femmes accouchaient dans une structure médicalisée, elles étaient plus de 80% dans cette situation en 2014, traduisant ainsi la biomédicalisation massive et soudaine de l’accouchement dans tout le pays.

Cette recherche sociodémographique remet en question la vision idéalisée des Nations Unies concernant la santé maternelle au Cambodge en rendant visibles et en observant les pratiques obstétricales « par le bas » à partir d’une enquête empirique sur plusieurs terrains à Phnom Penh et en Kandal (milieu rural). La méthodologie développée conjugue une observation participante, à des entretiens semi-directifs auprès de soignants et de non soignants (hommes et femmes), des questionnaires auprès de femmes enceintes puis accouchées (cohorte), ainsi qu’une collecte de données médicales dans quatre maternités de Phnom Penh. Les résultats montrent que certains hôpitaux et cliniques pratiquent des épisiotomies systématiques, ce qui est contraire aux recommandations internationales, et que le taux de césariennes dans la capitale a presque triplé en quinze ans, dépassant depuis le début des années 2000 le seuil de 10% recommandé par l’OMS. Enfin, une pratique répandue de périnéorraphies visant à resserrer fortement le vagin de femmes jeunes et en bonne santé après des accouchements par voie basse, sans indication médicale, est courante dans la capitale. Ces pratiques obstétricales, historiquement construites, vont alors fréquemment être détournées de leur usage médical pour répondre à une demande sociale.

Le corps des femmes a été appréhendé dans cette recherche comme un corps social et politique, révélateur des rapports sociaux, sur lequel se jouent de nombreux enjeux de pouvoirs. La thèse a révélé que ces trois pratiques obstétricales faisaient système en se renforçant les unes les autres. A l’intersection entre corps, genre et biomédecine, la recherche a montré que ces différentes pratiques obstétricales pouvaient être conçues comme des instruments de domination. Le genre, tel qu’il est pensé dans la société, va contribuer à fabriquer un sexe féminin, mais aussi à construire un corps féminin de façon plus générale. Mais la thèse a dévoilé également que certaines de ces pratiques vont être saisies par les femmes, afin d’accroître leur attractivité sexuelle, leur permettant de renégocier les rapports de genre, et de maintenir l’harmonie et la stabilité du couple.

Mots-clés : Cambodge, biomédecine, pratiques obstétricales, épisiotomie, périnéorraphie, césarienne, accouchement, sexualité, rapports de genre.

Merci d’informer de votre présence en écrivant à : clemschantz@hotmail.com

 

Pour en savoir plus :

Atelier Normalisation 1-Les périnéorraphies du… par IEC-MNHN

 

Image « à la une » : Clémence Schantz © Toutes à l’école