Archives par mot-clé : protection de la nature

Seconde manifestation pour l’environnement au Viêt-Nam : un 8 mai répressif

Le 8 mai 2016, une seconde manifestation pour l’environnement au Viêt-Nam [xuống đường vì môi trường] s’est déroulée au Viêt-Nam : à Ho Chi Minh-Ville, Hanoi ou Nha Trang. La population demande des éclaircissements sur l’affaire de la pollution industrielle qui a engendré des tonnes de poissons morts sur les côtes de quatre provinces vietnamiennes.

Lors de ce « second round », la répression a été plus forte : des dizaines de manifestants ont été arrêtés et des violences policières on été rapportées. En particulier, à Ho Chi Minh-Ville, l’intervention d’une bande mafieuse dénommée « les chiens aux anneaux verts » a secondé la Sécurité publique dans sa confrontation avec les manifestants. Selon des internautes, photos à l’appui, ces hommes en civil utilisés pour créer des violences portent un anneau en plastique vert sur leur doigt.

La répression a été principalement menée par des hommes casqués en uniformes verts issus des troupes des Jeunesses de choc (ou TNXP, fondées pendant la guerre du Viêt-Nam et autrefois assignées à la logistique de guerre). L’avocat dissident Phạm Công Út a appelé à mener une action en justice contre cette unité spéciale issue des Jeunes Volontaires. Ces jeunes recrues sont habituellement chargées de la protection des touristes dans le centre-ville et mobilisées pour fluidifier la circulation aux heures de pointe. Pour témoigner des exactions de ces forces supplétives, de nombreux manifestants ont pris des photos ou filmé à l’aide de leur portables les violences qui ont émaillées le cortège pacifique.

Ces événements relancent une fois de plus la question de la loi sur le droit de manifester, l’étendue de ce droit et sa gestion par l’État-Parti. Dans un entretien avec la BBC, le député Dương Trung Quốc a souligné l’ambiguïté du droit actuel qui relève plus de la gestion de la protection de l’État-Parti que du droit des citoyens. Malgré la volonté de légiférer sur ce droit, l’équilibre entre droits des citoyens et autoprotection d’un État craignant la subversion politique semble difficile à trouver.

En guise de réponse aux demandes de transparence sur la pollution des côtes, via la télévision officielle VTV, le gouvernement a lancé cette semaine (du 9 mai au 12 mai) une opération d’envergure dénommée « Nous devons nettoyer la mer » [?!] (Hãy làm sạch biển) mobilisant quelques 4000 jeunes pour nettoyer les côtes investies par des poissons morts dans quatre provinces du centre du pays : Hà Tĩnh, Quảng Bĩnh, Quảng Trị, Thừa Thiên Huế).

Étend donné l’ampleur de la pollution et de son impact sur l’économie de la pêche dans tout le pays, le nouveau gouvernement joue sa crédibilité dans cette première crise environnementale qu’il se doit de résoudre. A défaut d’une réponse appropriée, transparente et mesurée le gouvernement donnerait du crédit à l’hypothèse du professeur Lê Viết Khuyến sur une possible volonté délibérée de saborder l’économie maritime vietnamienne à travers une « guerre géophysique » (chiến tranh địa vật lý).

On comprend à demi-mot qu’il pourrait y avoir un lien entre cette affaire de pollution et les problèmes récurrents rencontrés par la RSVN en Mer de Chine méridionale. Ainsi, en touchant l’intérêt national, une grande partie de l’économie du Viêt-Nam étant tournée vers la pêche, l’affaire pourrait prendre, à l’avenir, un tour beaucoup plus politique.

FG, MàJ 09/05/2016.

Aperçus vidéographiques et compte-rendus en ligne :


Deux policiers en civil arrêtant et frappant au visage un manifestant.


Hommes de main : arrestation musclée d’un manifestant qui tente de fuir et protestation de la foule suivie par l’agression contre un autre manifestant (peu après embarqué manu-militari).

Près de la Cathédrale de Saigon, protestation de manifestantes contre la violence exercée sur une femme et son enfant.

Un manifestant délivré des mains des forces de Sécurité par d’autres manifestants.


Arrestations de manifestants par les forces de la Sécurité publique (ici l’unité spéciale des Jeunes Volontaires). Des manifestants sont isolés, frappés et embarqués de force par des policiers en civils et des hommes de main dans des cars de tourisme.


Idem. Une technique répétée à chaque manifestation.


Ici, une première voiture noire aux vitres teintées s’arrête et un manifestant est embarqué de force à l’intérieur suivie d’une seconde voiture et d’un autre manifestant.


Cars de tourisme réquisitionnés par la Sécurité publique pour embarquer les manifestants dans les commissariats du secteur. Applaudissements et soutien solidaire des autres manifestants contre la répression.


Manifestation à Nha Trang.


Les supporters de l’équipe de football de Haiphong manifestent pour la sauvegarde des poissons : « Nous choisissons la mer, nous choisissons le poisson, nous aimons le foot ! ».

Image « à la une » : arrestation d’un manifestant par deux membres de l’unité anti-manifestation des Jeunesses de choc © Dân Làm Báo

Sitting Bull à Saigon — 1er mai 2016

L’image du jour :

FishProtest_01-05-2016Sitting Bull, le chef sioux, en renfort : « L’argent ne se mange pas ».

Image de la manifestation du 1er mai 2016 pour la protection de l’environnement en réponse à la pollution industrielle au Centre du pays. Ici à Ho Chi Minh-Ville près du marché Ben Thanh © DR

Pour en savoir plus, voir le reportage photographique en ligne :


Reportage à Ho Chi Minh-Ville sur la manifestation pacifique du 1er mai 2016 sous l’œil d’un voyageur étranger.

Arrestation de jeunes manifestants à Hanoi

[ndlr] A l’approche des cérémonies du 30 avril 1975 (40e anniversaire de la chute de Saigon et de la fin de la guerre du Viêt-Nam), un groupe de jeunes a participé à une manifestation de rue pour la protection des arbres de Hanoi (« Pour un Hanoi vert ») le 12 avril 2015. Certains jeunes activistes étaient habillés d’un tee-shirt noir sur lequel apparaissait un insigne ressemblant fortement à celui de la République du Viêt-Nam défunte (1955-1975). Ils furent immédiatement arrêtés et détenus, semble-t-il, au poste central de la Sécurité publique près du lac Hoan Kiem. Un test pour la réconciliation nationale ? Photos de Nguyen Lan Thang.

VMHNX_1

VMHNX_2

VMHNX_3
L’inscription au dos indique : “People should not be afraid of their governments. Governments should be afraid of their people” © 2015 Dan Lam Bao

Source : Dan Lam Bao, 14/04/2015.

NguyenVietDung04-2015
Nguyen Viet Dung en uniforme de l’ARVN. Né en 1986, il est actuellement le « Président provisoire » du Parti Républicain créé le 2 avril 2015 dans la province de Nghe An.

Le leader de ce petit groupe se nomme Nguyen Viet Dung, un fils d’agriculteurs originaire du Nghe An né en 1986. Le 2 avril 2015, il créa le Parti Républicain du Viêt-Nam (Đảng Cộng Hòa) dont l’emblème officiel est le drapeau du Viêt-Nam nationaliste (Etat du Viêt-nam, 1948-1955 et République du Viêt-Nam, 1955-1975). Arrêté lors de la manifestation écologique du 12 avril à Hanoi, il est actuellement emprisonné pour « troubles à l’ordre public ».

MàJ 28/04/2015.

Source : FVPOC