Archives par mot-clé : procès

Procès d’une famille vietnamienne expropriée : le jeu délicat d’une justice affaiblie [4: Réactions et leçons]

VuAn_DoanVanVuon_Nha2Le vert olive des uniformes de la police populaire vietnamienne a de nouveau envahi la blogosphère et les sites d’information sur le Viêt Nam. L’opinion publique s’est passionnée pour l’ancien militaire Doan Van Vuon et les membres de sa famille jugés pour « tentative d’homicide » dans une affaire de rébellion armée contre la force publique survenue le 5 janvier 2012 et qui avait fait grand bruit. Notre quatrième et dernier volet sur l’affaire des « coups de feu de Tien Lang » revient sur quelques réactions remarquées et tente de faire le point.

Réactions : « Juger l’indignation »

Les réactions à l’issue du verdict de procès de la famille de Doan Van Vuon ne se sont pas fait attendre. Des avocats s’exprimèrent sur le verdict sur les antennes de Radio Free Asia pour faire connaître leur sentiment. En premier lieu, Nguyen Viet Hung, un des avocats de la famille de M. Vuon critiquait fortement la sentence à l’encontre de ces clients. Il signala son désaccord sur l’enquête mais n’osait en dire plus [62]. La famille de M. Vuon elle-même ne manqua pas de réagir. Par la voix de Pham Thi Bau, l’épouse de M. Quy, elle exprima sa profonde irritation lorsqu’elle apprit les sentences réservées aux cadres de la ville de Haiphong inculpés pour la destruction de ses biens et a aujourd’hui confirmé sa décision de faire appel [63].

Pham Thi Bau, l'épouse de Doan Van Quy, lors du procès sur la destruction de ses biens © 2013 VN Express
Pham Thi Bau, l’épouse de Doan Van Quy, lors du procès sur la destruction de ses biens © 2013 VN Express

Tran Dinh Trien, l’avocat des deux épouses dans un effort pédagogique relativement rare au Viêt-Nam exprima à Radio Free Asia toute sa ligne de défense. Nous en résumons les grandes lignes ci-après.

L’avocat remercia tout d’abord le Premier ministre, le Front de la Patrie, les médias pour leur intérêt pour cette affaire. Il souleva deux aspects consistant en une sorte de préalable au jugement de cette affaire : le premier était relatif à l’impartialité que devait garantir l’Etat dans la conduite de l’enquête et ne pas se lancer dans des accusations à tort et à travers, ne pas proférer de menaces ou d’utiliser la corruption, tout ceci étant non conforme à la loi. Le second point était relatif à l’expression outrancière du peuple qui devait se préserver de tout excès, une attitude contre productive. Ces deux aspects reconsidérés, l’affaire pouvait être jugée en toute impartialité et objectivité. Sur le fond de l’affaire, il soulignait l’irresponsabilité du Comité populaire du district de Tien Lang, coupable d’avoir mené une action totalement illégale contraire à la loi sur la terre et aux principes clés de gestion des conflits de la société civile. Les demandes de Doan Van Vuon restées lettres mortes mirent le feu aux poudres. Il n’en justifiait pas pour autant l’attitude de Vuon. En rappelant l’origine du conflit, il replaçait celui-ci dans le rapport plus large d’une gestion de conflit arbitraire et contraire à la loi. Il soulignait les graves irrégularités qui avaient émaillé l’enquête et la procédure : menaces, violences physiques et psychologiques contre les accusés, tentative de corruption pour étouffer l’affaire… Concernant la défense des deux épouses, il les considérait comme totalement innocentes n’étant pas présentes sur les lieux lors de l’opération policière contrairement à ce qui était inscrit dans l’acte d’accusation. Il rappelait enfin la probité des accusés qui avaient reconnus la gravité de leurs actes et qui les avaient dûment expliqués. [64]. Particulièrement dégoûté, cet avocat repris cette information cruciale sur sa page Facebook :

La plupart des accusés ont été accusés pendant l’enquête, ils ont été battus, on leur a extorqué des dépositions, dit ce qu’il fallait écrire dans leurs dépositions, on les a berné. Dans de nombreux cas, ils furent forcés de signer des feuilles vierges (“Đa số các bị cáo đều tố cáo trong giai đoạn điều tra, họ đã bị đánh đập, bức cung, mớm cung, dụ cung. Có nhiều trường hợp đưa giấy trắng ép bị cáo ký khống vào…”) [65].

Le témoignage de l’avocat Tran Dinh Trien démontrait tout l’arbitraire de cette affaire. Il s’agissait bien de fabriquer un « coupable » et de détruire la bonne réputation de la famille de M. Vuon.

Quant à Pham Le Vuong Cac, un des signataires d’une Déclaration demandant justice pour Doan Van Vuon (Tuyên Ngôn Công lý cho Đoàn Văn Vươn), il s’avoua très déçu par les sentences. Pour aller dans le sens d’une justice équitable, il aurait fallu, selon lui, acquitter Vuon et les siens ou les condamner seulement à une peine de sursis [66].

La blogosphère, réceptacle des milliers de commentaires depuis le début de l’affaire, s’est mise à gronder. Le site des Citoyens journalistes (Dân làm báo) publia les billets de blogueurs particulièrement remontés. Les titres de ceux-ci parlent d’eux-mêmes. D’une façon générale, des centaines de messages et d’articles en soutien à la famille de Doan Van Vuon furent postés sur les blogs les plus en vue [67].

Quelques intellectuels firent connaître leur profond sentiment de révolte. Nguyen Minh Can, bien connu pour ses ouvrages sur le communisme vietnamien, publia un article rageur intitulé « Lại thêm một vụ án ô nhục » pour dénoncer une « Encore une nouvelle affaire honteuse » au palmarès du PCV. Après avoir résumé l’affaire, il rappelait les autres affaires « honteuses » d’extorsion de terre et d’expropriation à Dak Lak, Danang ou Cantho. Il en concluait : « L’affaire Doan Van Vuon est une déflagration qui a valeur de puissant avertissement » (Vụ án Đoàn Văn Vươn là tiếng bom có sức cảnh tỉnh rất mạnh) [68].

Do Huu Ca, le chef de la Police populaire de Haiphong © Bandeau de Dan Lam Bao
Do Huu Ca, le chef de la Police populaire de Haiphong © Bandeau de Dan Lam Bao

Pour Phuong Bich, les « coups de feu de Doan Van Vuon » ont une grande signification. Ils ont valeur d’exemple pour toutes les affaires d’expropriation. Ils inaugurent une nouvelle période dans laquelle les citoyens ont pris conscience que les actions des agents de l’Etat ne sont plus au-dessus des lois. Qu’ils doivent désormais répondre de leurs actes devant le peuple [69]. Allant dans le même sens, le journaliste Huy Duc et le dissident Ha Si Phu évoquèrent la « bombe Dang Van Vuon » [70]. Plusieurs observateurs prédisent l’avènement une insurrection paysanne si des mesures d’égalité et de justice ne sont pas prises à temps. Pour Ha Si Phu, la « bombe Doan Van Vuon » fait apparaître au grand jour les « contradictions de la révolution » :

Dans la figure de Vuon, il y a du paysan, de l’ouvrier, de l’intellectuel, du militaire, du héros (alors que même l’Etat le considérait comme un héros marin, sorti par ses efforts de la pauvreté). Toutes ces choses si typiques et précieuses de la révolution, mais la « révolution » le pressurisa jusqu’à le faire éclater [71].

De son côté, l’écrivain Ta Duy Anh, plutôt désabusé mais lucide sur son époque, ne semble pas croire à l’insurrection. Dans une longue interview accordée à Radio Free Asia, il est interrogé sur l’engagement des écrivains et intellectuels pour la cause de Doan Van Vuon. Il évoque les difficultés que peuvent rencontrer les écrivains qui tenteraient de publier un roman ou un essai sur ce genre d’affaire. Il décrit une situation paradoxale où, dans un souci de protection personnelle, beaucoup de gens et parmi eux des intellectuels, assument une « perte de mémoire » immédiate. Cela leur permet de ne pas prendre position, de se sauvegarder de toute répercussion possible sur soi ou sa famille. En clair, il maintient que la peur dicte toujours les actions des citoyens qui, le plus souvent, préfèrent se calfeutrer dans une ignorance confortable [72]. Cette réflexion n’empêcha pas l’écrivain d’être, à titre personnel, touché par la sentence infligée à la famille de M. Vuon :

L’injustice subie par la famille de Doan Van Vuon est une injustice historique… Depuis 1954 jusqu’à nos jours, il n’y a pas eu dans notre pays d’affaire aussi tragique, aussi douloureuse… Alors que les autorités sont responsables de toute cette affaire, tous les torts sont rejetés sur la famille de M. Vuon [73].

L’analyse du second procès des cadres du parti soulève de nombreuses questions restées sans réponses. La première chose qui est relevée est la clémence du Tribunal vis-à-vis des serviteurs de l’Etat-Parti comme le souligne Thuy My sur Radio France Internationale [74]. Cette juxtaposition des sentences du premier procès (2-5 avril) et du second (8-10 avril) est, en effet, assez parlante.

Deuxièmement, plusieurs articles rappellent que ce ne sont que les « seconds couteaux » du parti qui furent condamnés. Rien au niveau supérieur du côté des cadres du Parti ou de l’Etat de la ville de Haiphong. Ni Do Trung Thoai, le vice-président du Comité populaire de la ville, qui avait tenu des propos mensongers, ni Do Huu Ca, le chef de la police de Haiphong en charge de la direction de l’attaque de l’habitation de M. Vuon, qui s’était vanté du palpitant d’une telle opération, n’ont été inquiétés. Outre ces deux responsables, l’écrivain Nguyen Quang Lap évoque les responsabilités de Duong Anh Dien, le président du Comité populaire de la ville de Haiphong et de deux responsables du PCV : Nguyen Van Thanh le secrétaire du parti pour la ville de Haiphong et Bui The Nghia pour le district de Tien Lang  [75]. Ceci démontrait que la chaîne des responsabilités n’était pas remontée jusqu’au niveau des « mandarins » de la cité-province.

Nguyen Thi Thuong, l'épouse de Doan Van Vuon à côté de sa maison détruite © 2012 Nguyen Hung
Nguyen Thi Thuong, l’épouse de Doan Van Vuon à côté de sa maison détruite © 2012 Nguyen Hung

Enfin, dans un article au titre provocateur « Juger l’indignation : une caractéristique propre au régime communiste », That Linh résuma bien le sentiment général au sujet de cette affaire. Elle comparait l’affaire Doan Van Vuon à celle de Phong Thanh (Vụ án Nọc Nạn) dans la province de Bac Lieu sous la colonisation française, une affaire d’expropriation violente qui avait fait grand bruit en 1928. Le verdict n’est pas surprenant car, selon l’auteur, le Viêt-Nam est miné par une idéologie communiste rétrograde qui n’a rien à envier à la période coloniale. L’auteur s’interroge sur l’évolution du Viêt-Nam et du caractère « féodal » de ce régime dans lequel la nomenklatura du Parti a remplacé l’ancien colonisateur [76].

Leçons à retenir : une “bombe à retardement”

Les erreurs d’interprétation flagrantes, volontaires ou non, sur les questions foncières ont été à l’origine du conflit comme l’a rappelé dès février 2012 un article de VN Express [77]. D’où la nécessité de rendre la loi sur le terre plus limpide et de la faire appliquer de façon égalitaire partout sans conditions. Là réside évidemment la difficulté car les contingences locales, les réseaux, les clans familiaux, les rivalités personnelles, la corruption, les petits arrangements, brouillent souvent la question de l’utilisation de la terre et des droits y afférents. En toute connaissance de cause, la famille de Doan Van Vuon a lancé un sérieux avertissement à l’Etat avec une résonance nationale.

La vie d'une paysanne à Tien Lang © 2013 Hà Anh
La vie d’une paysanne à Tien Lang © 2013 Hà Anh

Comme il fut dit lors de l’ouverture du procès, les affaires foncières ont pris une dimension importante ces dernières années. Fièvre de l’urbanisation et du développement économique, de nombreux terrains ont été réquisitionnés dans un climat quasi insurrectionnel. Le journaliste Le Dien Duc rappelait l’urgence de la situation présente :

Pendant plus de deux décennies, les injustices se sont accumulées. Pour la période 2004-2011, 1,57 millions de personnes se sont rendues dans les organismes de l’Etat pour déposer 670.000 plaintes, dont 70 % concernent les questions foncières. Il y a eu des tragédies, des effusions de sang, non pas du fait d’une opposition mais de la répression directe des autorités régionales. En 2013 se termine le temps légal d’utilisation de la terre (selon la Loi sur la terre amendée en 1993), c’est une étape qui fera surgir les autres « affaires Tien Lang » si on n’intervient pas à temps [78].

C’est une des réalités tragiques du Viêt-Nam d’aujourd’hui. Il faut relire le chapitre « Expropriés ! » de Philippe Papin et Laurent Passicousset dans leur enquête passionnante Vivre avec les Vietnamiens pour saisir le contexte dans lequel apparaissent ces affaires :

On ne peut certes pas parler de vague de fond, de mouvements populaires de protestations, mais il est indéniable que, depuis le début des années 2000, les langues et les plumes se délient pour dénoncer les expropriations qui frappent de plein fouet les campagnes vietnamiennes, du nord au sud et d’est en ouest. Les économistes, qui mesurent parfaitement le danger, sont en première ligne. L’un d’eux, Vu Tuan Anh, a fait publiquement connaître des statistiques sans appel et a pointé du doigt la responsabilité énorme des autorités locales. Il a raison, en effet, de mettre en cause la « passivité » (c’est son mot) de l’Etat face à des opérations locales discrètes, opaques, souvent illégales, quasiment clandestines et qui aboutissent, dit-il, « à hacher menu la terre et la paysannerie ». Après le choc de la réforme agraire de 1950, puis celui de la redistribution des terres dans les années 1980, « une autre révolution est en marche ». [79]

Les deux auteurs ont raison de rappeler que la campagne incarne le Viêt-Nam réel où habite 70% de la population selon le recensement de 2009 [80]. Ils rappellent également que si l’on additionne les petites opérations d’expropriation locales on atteint le chiffre officiel de deux millions de foyers paysans privés de leur terre entre 2000 et 2005 [81]. Lorsque l’on sait que ce processus s’est accéléré ces dernières années, cela permet de mesurer toute l’ampleur de la question foncière. A juste titre, ils offrent un portrait saisissant du paysan vietnamien, « un paysan pas tout à fait comme les autres » qui correspond bien à l’image de M. Vuon, paysan du Nord :

Il est l’incarnation du soldat qui a gagné la guerre, ou plutôt les guerres entre 1945 et 1979. Dans tous les villages du Vietnam, on rencontre des personnes qui ont vécu des vies infernales, marquées par la violence, la mort, la destruction, les privations continuelles, le sacrifice total de leur jeunesse et de leur vie d’adulte [82].

Né en 1963, ancien militaire, Doan Van Vuon incarne cette génération sacrifiée pour qui le travail est un accomplissement, la terre, l’eau, les digues, la campagne, le reflet de sa profonde nature.

La "bombe à retardement" Doan Van Vuon sur le blog Chim Bao Bao © 2012
La « bombe à retardement » Doan Van Vuon sur le blog Chim Bao Bao © 2012

Au delà de cette question cruciale l’affaire des « coups de feu de Tien Lang » est intéressante car elle exposa pendant de longs mois les différents niveaux de compétences et de responsabilités dans un régime à parti unique. Au niveau de la commune de Vinh Quang, certains vieux cadres du Parti allèrent plutôt dans le sens d’une empathie pour Vuon du moins au départ de l’affaire. A l’échelon supérieur au niveau du district de Tien Lang, ce fut tout le contraire avec pour conséquence l’affrontement. A l’échelon de la ville de Haiphong, la thèse officielle du district fut défendue tout en condamnant en partie la conduite des opérations policières et en accablant les cadres locaux. Au niveau de l’Etat, par la voix du premier ministre, l’action fut considérée comme totalement illégale sur tous les plans. In fine, les instances du PCV de la ville de Haiphong remportèrent le dernier mot en protégeant l’appareil et en faisant condamner les protagonistes de cette affaire qu’ils proviennent de ses propres rangs (mais à l’échelon inférieur) ou de la famille de M. Vuon. Cette dernière fut condamnée plus lourdement que les cadres subalternes.

Le fonctionnement de la justice fut mis à jour dans cette affaire très médiatique et indéniablement elle démontra la faiblesse de celle-ci face aux instances du parti, l’aveu émanant directement du ministre Ha Hung Cuong. Tirant les leçons de l’affaire de Tien Lang, le ministre souligna une série de points clés qui démontraient toutes les difficultés auxquelles était confrontée l’institution judiciaire : faiblesse du système judiciaire et de ses institutions pour faire respecter la loi sur le plan local, manque de cadres et de moyens, manque de coordination interbranches entre les différents acteurs politiques et étatiques, manque d’initiatives auprès de la direction supérieure de la magistrature lors des missions locales, manque de clairvoyance pour détecter les lacunes, corriger les erreurs, et enfin un renforcement des pouvoirs judiciaires au niveau des districts et des communes beaucoup trop lent. D’une façon générale, le ministre accréditait lui-même la thèse d’une justice inadéquate et inopérante au niveau local là justement où elle se faisait la plus pressante [80]. Plus direct, l’intellectuel Nguyen Quang A évoque sur RFI son sentiment sur cette affaire révélatrice de « la misère de la justice vietnamienne » [81].

La loi du marteau et de la faucille © 2013 Dan Lam Bao
Le Tribunal vous condamne pour entrave, avec arme, à un agent dans l’exercice de ses fonctions : 5 ans de prison.
Titre : La loi du marteau et de la faucille © 2013 Dan Lam Bao

Que pouvait faire les institutions judiciaires dans l’affaire de la famille de Doan Van Vuon ? Le jugement peut paraître sévère, et il l’est de fait, si l’on prend en compte tous les dysfonctionnements dans la gestion de cette crise. Cependant, la justice, très amoindrie dans le processus des diverses enquêtes orchestrées par le parti, épaulé de surcroît par ses multiples organisations para-communistes, ne pouvait s’affirmer qu’en prenant une position ferme. Avait-elle le choix ? De toute évidence, elle ne pouvait donner l’impression que ce genre d’acte de résistance armée pouvait déboucher sur une complète relaxe malgré des circonstances atténuantes. Il y avait eu échanges de coup de feu, autodéfense armée contre la force publique et cela devait être condamné. Pour le pouvoir en place, une décision laxiste était la porte ouverte à d’autres cas de rébellions dans les nombreuses affaires foncières qui secouent actuellement le pays. C’est pourquoi, l’on a parlé de « peine dissuasive » (bản án răn đe) tout en soulignant sa relative inefficacité [82].

Dans le même temps, soumise au pouvoir politique la justice ne pouvait attaquer frontalement les représentants du PCV et le système qui permit cette dérive, dont elle fait elle-même partie. Ce qui explique les raisons de la clémence du second procès et les limites en matière de poursuites contre la hiérarchie. L’affaire recèle de toute évidence de nombreux non-dits. Par exemple, le processus menant à la situation de blocage n’a pas été clairement révélé. Quelles avaient été les initiatives de Doan Van Vuon en la matière ? Comment et de quelle façon avait répondu le Comité populaire à ses différentes demandes ? Y a-t-il eu des intérêts privés en jeu ? Les autorités ont fait savoir que M. Vuon et sa famille contribuaient peu à la collectivité. Avait-il refusé une forme de racket ? Avait-il refusé le jeu de la corruption ?

Le mobile de l’éviction n’est également pas clair ? Faire appliquer la loi sur la terre ? Certes pas, puisque c’est justement l’origine du problème en ce qui concerne la durée du bail ou des baux attribués à M. Vuon. Faire valoir la toute puissance du parti ? Peut-être. S’accaparer d’une terre désormais défrichée, travaillée et rentable ? Possible. Vraisemblablement, le fort caractère de Doan Van Vuon et de sa famille et de leur relative richesse ont dérangé localement. Avec assurance, ils n’ont compté que sur leurs propres forces, bousculant les habitudes locales du Parti. La commune de Vinh Quang a fait remonté l’information jusqu’aux instances du PCV du district qui a décidé de couper court à l’expansion économique de cette famille et à son éventuelle influence sur la population. N’est pas puissant qui veut en RSVN.

* * *

Dans la veine des procès pédagogiques, la justice populaire devait passer et les récalcitrants dûment châtiés. Entre soumission et autorité nécessaire, un juste équilibre devrait être trouvé. Dans le contexte flou actuel, il le fut probablement même si il laisse inévitablement un goût amer à tous les « héros du travail » pour les services rendus au développement économique. Les Vietnamiens oublient parfois qu’ils vivent dans un régime répressif. Un dissident chinois (évoquant l’évolution paradoxale de la Chine) rappelait que, dans cette étape de mondialisation, le régime avait conservé le pire du capitalisme et le pire du communisme. Corruption multiscalaire et systémique au profit des nantis et surveillance ou répression policière pour les gueux, les récalcitrants, les fortes têtes. C’est sans doute cela un « Etat de droit socialiste », ni un véritable Etat de droit et déjà plus un régime totalitaire. Un entre-deux qui se cherche, qui tâtonne à l’aveugle, et que cette affaire exemplaire a mis au défi.

François Guillemot, 11/04/2013.

Voir les volets précedents :

Notes

[62] Gia đình ông Đoàn Văn Vươn sẽ kháng án, RFA, 05/04/2013.

[63] Gia đình ông Vươn « phẫn uất » trước bản án dành cho quan chức Hải Phòng, Dan Lam Bao ; Nhóm phóng viên, Gia đình ông Đoàn Văn Vươn kháng cáo, VN Express, 11/04/2013.

[64] Gia Minh, Nhận định của LS Trần Đình Triển về vụ xử và bản án, RFA, 05/04/2013. Voir aussi  : Nhóm phóng viên, Lời nói sau cùng của gia đình bị cáo Đoàn Văn Vươn, 04/04/2013.

[65] cité par Nguyen Minh Can, Lại thêm một vụ án ô nhục, 06/04/2013.

[66] Gia Minh, Ý kiến của nhóm SV luật ra ‘Tuyên Ngôn Công lý cho Đoàn Văn Vươn’, RFA,  06/04/2013.

[67] Voir par exemple  sur Dan Lam Bao : Nhu Ngoc, Người hùng Tiên Lãng [Lé héros de Tien Lang], 11/04/2013. Poésie en hommage à Vuon et ses proches ; Thuy Linh, Người đi vào lịch sử [Celui qui est entré dans l’histoire] ; Dan Den, Giúp anh Vươn là giúp chính chúng ta! [Aider M. Vuon c’est nous aider nous-mêmes!].

[68] Nguyen Minh Can, Lại thêm một vụ án ô nhục, 06/04/2013.

[69] Phuong Bich, Chuyện gì sẽ xảy ra nếu Đoàn Văn Vươn không nổ súng?, 09/04/2013.

[70] Lire leurs propos sur RFA : Thanh Quang, Quả bom họ Đoàn và tiếng trống kêu oan, 05/04/2013.

[71] id.

[72] Mặc Lâm, Cho tới bao giờ?, 06/04/2013.

[73] Cité par Eglises d’Asie : Hai Phong : la famille de Doan Van Vuon condamnée pour avoir résisté les armes à la main à son expropriation, 05/04/2013.

[74] Thuy My, Việt Nam : Quan chức ra lệnh phá nhà ông Vươn bị đề nghị tù treo, RFI, 09/04/2013. Voir aussi : Anh Vu, Bốn án tù treo, một án tù giam cho quan chức ra lệnh phá nhà ông Vươn, 10/04/2013.

[75] NQL, Bao giờ quan tỉnh ra tòa?, 08/04/2013.

[76] That Linh, Án oan: Một nét đặc thù của chế độ cộng sản!, Dan Lam Bao.

[77] ‘Một số quan chức đã nhầm lẫn trong vụ Tiên Lãng’, VN Express, 04/02/2012, (Theo Pháp luật TP HCM).

[78] Lê Diễn Đức, Vết nhơ Tiên Lãng, 08/04/2013.

[79] Philippe Papin et Laurent Passicousset, Vivre avec les Vietnamiens, Paris, L’Archipel, 2010, p. 254.

[80] id., p. 255.

[81] id., p. 253.

[82] id., p. 256.

[83] Pha Lê, Vụ Tiên Lãng là bài học về yếu kém của cơ quan tư pháp, VN Express, 17/07/2012.

[84] Trọng Thành, Vụ xử Đoàn Văn Vươn : Đáng buồn cho nền tư pháp Việt Nam, RFI, 05/04/2013.

[85] Gia Minh, Ý kiến của nhóm SV luật ra ‘Tuyên Ngôn Công lý cho Đoàn Văn Vươn’, RFA,  06/04/2013.

Procès d’une famille vietnamienne expropriée : le jeu délicat d’une justice affaiblie [3: Suites judiciaires]

VuAn_DoanVanVuon_PhaNha2Le vert olive des uniformes de la police populaire vietnamienne a de nouveau envahi la blogosphère et les sites d’information sur le Viêt Nam. L’opinion publique s’est passionnée pour l’ancien militaire Doan Van Vuon et les membres de sa famille jugés pour « tentative d’homicide » dans une affaire de rébellion armée contre la force publique survenue le 5 janvier 2012 et qui avait fait grand bruit. Dans ce troisième volet, nous revenons sur les suites judiciaires de cette semaine avec l’affaire de la « destruction des biens » de la famille de M. Vuon, les condamnés d’hier devenus victimes pour le temps de ce second procès.

Suites judiciaires, condamnations mesurées

Les suites de cette affaire furent quasi immédiates. Tout d’abord, parce qu’un second procès de moindre envergure se déroula les 8 et 9 avril. Il concernait la question de la destruction de la maison familiale de Dang Van Vuon et de son outil de travail. Cinq personnes devaient défiler à la barre des accusés pour répondre de leurs actes et tenter d’éclaircir l’affaire. Deuxièmement, les suites immédiates furent provoquées par la décision de faire appel de la famille de Doan Van Vuon de la condamnation du 5 avril [51]. L’affaire n’est donc pas terminée.

Le 8 avril, le Tribunal populaire de Haiphong ouvra le procès des responsables présumés de la destruction du bien immobilier de la famille de M. Vuon. En premier lieu, comparut Le Van Hien, le président du Comité populaire du district de Tien Lang accompagné des quatre autres accusés. Parmi ceux-ci, seul Nguyen Van Khanh, l’ancien adjoint du district de Tien Lang, avait été maintenu en détention. Du côté des plaignants, la logique voulut que l’on retrouva Doan Van Vuon, son épouse Nguyen Thi Thuong mais également Pham Thi Bau, l’épouse de M. Quy. Par contre ce dernier ne fut pas présent [52]. Les accusés d’hier se retrouvaient donc du bon côté de la barre. Le Parquet populaire (VKSND ou Viện kiểm sát nhân dân) devait juger Le Van Hien pour « Irresponsabilité ayant causé de graves conséquences » tandis que les quatre autre protagonistes pour « Destruction de biens ». Outre M. Khanh déjà cité, il s’agissait de juger MM. Pham Xuan Hoa, ancien directeur du Bureau des Ressources naturelles et de l’environnement du district et surtout adjoint en charge de l’opération de récupération des terres de M. Vuon ; de Le Thanh Liem, ancien président du Comité populaire de la commune de Vinh Quang et membre du Comité directeur chargé de la récupération des terres et Pham Dang Hoan, ancien secrétaire du PCV de la commune de Vinh Quang [53].

L'ancien président du district de Tien Lang © 2013 TTXVN
M. Le Van Hien, l’ancien président du district de Tien Lang © 2013 TTXVN

Le Parquet rappela rapidement que la mise en place de l’opération de réquisition forcée des 19,3 hectares de M. Vuon trouvait sa source dans le refus d’obtempérer de ce dernier. Puis les juges entrèrent dans les détails pour saisir la chronologie de cette journée d’affrontement du 5 janvier 2012. Comme chacun sait, l’opération policière se déroula le matin aboutissant à la neutralisation de l’espace piégé par M. Vuon et des frères. Mais une seconde opération non prévue se déroula dans la soirée. Le comité de réquisition se rendit de nouveau sur les lieux pour détruire l’outil de travail de Vuon, les installations secondaires et enfin l’habitation de cette famille. Cependant, celle-ci étant solidement construite sur deux étages, ils firent appel à un conducteur de bulldozer pour mettre à bas l’édifice [54]. Au total 19 individus avaient participé à l’action. Le première responsabilité de cette action de destruction volontaire revenait à Nguyen Van Khanh à qui Le Van Hien avait confié la charge de diriger l’éviction forcée. Khanh ordonna à Hoa et Liem de mener cette tâche jusqu’à son terme. Au total, la valeur des biens détruits s’élevaient à plus de 290 millions de Dongs (environ 11.000 euros), soit une somme assez considérable pour une famille paysanne du Nord du pays. La valeur des biens détruits de M. Quy s’élevait à 190 millions tandis que pour Vuon et son épouse à environ 104 millions [55]. Dans tous les cas, l’objectif était bien de ruiner économiquement les récalcitrants. Cette version des faits rappelée par le Parquet tranchait sévèrement avec la version présentée par Do Trung Thoai, le président du Comité populaire de la ville de Haiphong, le 17 janvier 2012 qui arguait de représailles spontanées de la population mécontente [56].

La séance du 8 avril fut épique car chaque accusé se rejeta la responsabilité de l’action de destruction. Chacun des accusés nia la version du Parquet considérant leur responsabilité limitée et seulement partielle. Les quatre accusés reconnurent qu’ils avaient bien participé à l’opération mais aucun ne l’avait dirigé. Un témoin appelé à la barre, rejeta la faute de donneur d’ordre sur Nguyen Van Khanh mais à la surprise générale celui-ci fut défendu à son tour par Doan Van Vuon en personne. M. Vuon, hier dans le box des accusés, demanda au Tribunal d’alléger la peine de Nguyen Van Khanh mais de l’alourdir pour les autres ! [57] Le 9 avril, les débats reprirent avec un mea culpa de Le Van Hien, très affecté et acceptant d’endosser la responsabilité de ses trois subalternes « encore utiles à la collectivité » [58]. Pour Nguyen Van Khanh l’affaire se compliqua car, par la voix de son avocat, il réfuta les déclarations évasives et contradictoires des témoins jugeant l’enquête bâclée [59]. Enfin Doan Van Vuon et Pham Thi Bau donnèrent leur avis avec un certain aplomb. Ils considérèrent que le Tribunal n’allait pas au fond des choses, que les débats sur les chefs d’accusation restaient superficiels, que l’on couvrait trop les coupables, que les mobiles véritables de cette action restaient flous… et qu’il fallait rouvrir l’enquête pour poursuivre les 19 personnes qui avaient participé à cette entreprise de destruction incluant le conducteur du bulldozer [60].

M. Nguyen Van Khanh, l'ancien chef-adjoint du Comité populaire de Tien Lang © 2013 TTXVN
M. Nguyen Van Khanh, l’ancien chef-adjoint du Comité populaire de Tien Lang © 2013 TTXVN

Le verdict de l’affaire des destructions de biens de la famille de M. Vuon fut sans complaisance pour les cinq accusés. Bien que placées au bas de l’échelle du réquisitoire du procureur, les peines n’exclurent aucun des cinq protagonistes. Le Van Hien, l’ancien président du Comité populaire du district de Tien Lang écopa de 15 mois de prison avec sursis pour « manquements à ses responsabilités ayant causé de graves conséquences ». Les quatre autres coupables se virent condamnés pour « destruction de biens » : Pham Van Hoa, adjoint en charge de l’opération de réquisition pris 24 mois de prison avec sursis tout comme Nguyen Thanh Liem, l’ancien président de la commune de Vinh Quang. Pham Dang Hoan, l’ancien secrétaire du PCV de la commune fut condamné à une peine moindre de 15 mois de prison avec sursis. Quant à Nguyen Van Khanh, ancien adjoint de Le Van Hien, il écopa de la condamnation la plus lourde avec 30 mois de prison. Tous devront être mis à l’épreuve pendant une période de 30 à 48 mois après avoir effectué leur peine et ne pourrons réintégrer les services de l’Etat qu’un an après avoir terminé cette longue période de mise à l’épreuve. La condamnation fut accompagnée d’un dédommagement financier à pourvoir à la famille de Doan Van Vuon. Trois des coupables devront chacun payer à la famille une somme de 82 millions de Dong, et de son côté Pham Danh Hoan, une somme de 47 millions de Dong [61]. L’ensemble de ces sommes correspondait peu ou prou à l’évaluation des dégats sur le terrain de M. Vuon établie par l’enquête.

Au vu de l’importance de l’affaire, la condamnation des responsables locaux du Parti et de l’Etat n’est pas une surprise. Même si elle apparaît relativement clémente, elle est exemplaire à plus d’un titre. La justice, très affaiblie au moment des enquêtes, se concentra sur les éléments probants de l’affaire de « destruction de biens ». Celle-ci était si évidente et les images de la maison détruite de la famille de M. Vuon ayant largement circulées dans la presse et sur internet qu’il convenait de marquer le retour de l’Etat sur le Parti, ceci bien entendu de façon mesurée. La parole du Premier ministre (du 10 fécrier 2012) devait également se faire entendre. Le passage dans le box des cinq anciens cadres se veut un signe fort pour empêcher toute dérive dans des cas similaires de tensions accrues entre les paysans et les instances locales du PCV. Mais la question reste posée : est-ce bien suffisant ? Il n’y a eu ni exclusion du Parti ni même directive nationale de l’Etat pour tirer les leçons d’un tel affrontement. La loi sur la terre actuellement en cours d’étude pourra-t-elle clarifier l’imbroglio local ? L’Etat-Parti a-t-il bien pris la mesure du mécontentement paysan ? De fait, on se demande quel sera l’impact réel de ces deux affaires jugées en continue et aux verdicts sensiblement différents ?

FG, 10/04/2013.

A suivre : 4. Réactions et leçons.

Les cinq accusés à la barre © 2013 TTXVN
Les cinq accusés à la barre © 2013 TTXVN

Notes

[51] Gia đình ông Đoàn Văn Vươn sẽ kháng án, 05/04/2013.

[52] (Nhóm phóng viên), Xét xử 5 cựu quan chức phá nhà ông Vươn, VN Express, 08/04/2013.

[53] art. cit., Xét xử 5 cựu quan chức phá nhà ông Vươn, VN Express, 08/04/2013.

[54] id.

[55] id.

[56] Voir volet 1. Rébellion et contexte, note 16.

[57] (Nhóm phóng viên), Không ai nhận đã ra lệnh phá nhà ông VươnVN Express, 08/04/2013.

[58] (Nhóm phóng viên), Cựu chủ tịch Tiên Lãng nhận tội cho cấp dưới, VN Express, 09/04/2013.

[59] art. cit., VN Express, 09/04/2013.

[60] id.

[61] (Nhóm phóng viên), Cựu chủ tịch Tiên Lãng lĩnh 15 tháng tù treo, VN Express, 10/04/2013.

* * *

Les lieux de l’affaire : commune de Vinh Quang, dictrict de Tien Lang, Ville de Haiphong.

En bas à droite, sur le bord de mer, l’exploitation de Doan Van Vuon (Đầm thủy sản Đoàn Văn Vươn)


Agrandir le plan

Procès d’une famille vietnamienne expropriée : le jeu délicat d’une justice affaiblie [2: Enquêtes et procès]

VuAn_DoanVanVuon_CanhSat4Le vert olive des uniformes de la police populaire vietnamienne a de nouveau envahi la blogosphère et les sites d’information sur le Viêt Nam. L’opinion publique s’est passionnée pour l’ancien militaire Doan Van Vuon et les membres de sa famille jugés pour « tentative d’homicide » dans une affaire de rébellion armée contre la force publique survenue le 5 janvier 2012 et qui avait fait grand bruit. Pour tenter de comprendre les tenants et les aboutissants de cette affaire, nous avons rappelé les principaux faits dans le billet précédent. Aujourd’hui, le second volet s’intéresse aux enquêtes et au procès de la famille de M. Vuon.

Enquêtes multiples, autocriques et rapports croisés

A la toute fin du mois de janvier 2012, les épouses de MM. Vuon et Quy commencèrent à organiser la défense de leurs maris et de la famille grâce au soutien gracieux de maître Nguyen Duy Minh, un avocat de Ho Chi Minh-Ville. Elles réclamaient une enquête sur la destruction de leur habitation, de leur outil de travail, sur des vols commis dans la pisciculture et un dédommagement en conséquence [21]. A ce stade plusieurs enquêtes croisées furent menées démontrant la complexité du réseau de responsabilités dans les affaires foncières au Viêt-Nam. La première fut déclenchée par l’évêque de Haiphong soucieux de faire valoir auprès des autorités l’honneur de Pierre Doan Van Vuon pour sa contribution au développement économique local [22]. Une autre enquête fut mise sur pied par le Front de la Patrie pour servir d’intermédiaire entre le pouvoir local et les habitants très remontés par cette affaire. Une troisième fut diligentée par le Ministère des Ressources naturelles et de l’environnement et enfin une quatrième par le ministère de l’Agriculture et du Développement agricole chargé d’étudier « les aspects concrets » de l’affaire [23]. Sans aucun doute, l’intervention la plus remarquée provint des services du Premier ministre Nguyen Tan Dung qui furent envoyés sur le terrain pour éclaircir la situation et surtout démontrer que l’Etat avait pris toute la mesure d’un conflit foncier embarrassant qui pouvait dégénérer en fronde paysanne. Une réunion interministérielle fut convoquée en la présence du Premier ministre à Haiphong le 10 février 2012. Entre-temps, en pleine période de fête du nouvel an, les images des épouses et enfants de la famille de Vuon abrités sous une tente de fortune dans le climat humide du Nord Viêt-Nam faisaient le tour des blogs et des rédactions vietnamiennes donnant à voir la désolation des lieux et des nouvelles conditions de vie précaires de cette famille expropriée par la force [24].

Une famille sous une tente pendant le nouve an © 2012 Quang Vinh
La famille de Doan Van Vuon sous une tente pendant le nouvel an © 2012 Quang Vinh

Le mois de février 2012 fut le mois du grand déballage. Les administrations locales furent sommées de donner des détails sur la légalité de l’éviction, les conditions de la destruction de l’habitation de la famille de Doan Van Vuon et de son outil de travail et d’évaluer les conditions d’expansion de l’entreprise de M. Vuon. En particulier, on apprit que la maison familiale avait été détruite sur commande des autorités du district et la sale besogne menée par une main d’œuvre recrutée et payée [25]. Le 10 février, à l’issue de la réunion interministérielle, les conclusions du Premier ministre se déclinèrent par une condamnation sans appel tant des irrégularités dans les baux confiés à Doan Van Vuon que dans les procédures visant à récupérer la terre. Toute la chaîne des erreurs était rappelée [26]. Le Comité populaire fut chargé de rédiger un rapport détaillé de l’affaire et ceci dans un délai acceptable. Pour bon nombre d’observateurs, l’intervention directe du Premier ministre visait surtout à désamorcer la fronde locale car d’autres cas similaires auraient pu surgir sur la région côtière [27].

L'intervention décisive du Premier ministre Nguyen Tan Dung le 10 février 2012 © Chinhphu.vn
L’intervention décisive du Premier ministre Nguyen Tan Dung le 10 février 2012 © Chinhphu.vn

La première conséquence directe sur la chaîne des autorités fut illustrée par la procédure disciplinaire du parti engagée à l’encontre de Le Van Hien, le secrétaire du Comité populaire du district de Tien Lang et de son adjoint Nguyen Van Khanh [28]. Tous deux furent limogés après une autocritique en règle le 23 février. Cinq erreurs et infractions furent relevées par le secrétaire de la section du PCV à Haiphong pour expliquer leur limogeage :

Il leur est reproché tout d’abord de n’avoir présenté à la victime aucun projet concernant l’utilisation du terrain confisqué, ni aucun contrat d’indemnisation. Le signataire de l’ordre de récupération forcée de l’exploitation s’est également rendu coupable de n’avoir entamé aucun dialogue avec Doan Van Vuon. Quant à la destruction de la maison personnelle de la victime, elle constitue une faute lourde. Enfin, le choix de la période des fêtes du Nouvel An (année du Dragon) pour mener cette opération a fait très mauvaise impression sur la population [29].

Un mois plus tard, les rôles du Président du Comité populaire de Haiphong (Duong Anh Dien) et de son adjoint Do Trung Thoai furent réexaminés [30]. Le 29 mars un communiqué officiel du Comité du PCV de la ville de Haiphong annonçait que, dans l’enquête en cours, 50 cadres avaient eu des comptes à rendre et à se livrer à des autocritiques pour démêler la chaîne des responsabilités [31]. Malgré ces dispositions classiques, l’affaire commença à s’éterniser. La volonté du Premier ministre pour faire juger l’affaire avant le mois de juin 2012 ne fut pas respectée et les enquêtes policières en cours semblaient traîner des pieds [32]. Enfin, le 3 avril un communiqué du Comité populaire de Haiphong donna un nouveau tournant à l’affaire. Tout en reconnaissant le caractère illégal de l’opération policière, il chargeait brusquement Doan Van Vuon de diverses accusations secondaires sans doute dans le but noircir la réputation du personnage considéré comme un « héros populaire » par une partie de la population. Les instances du PCV, quant à elles, critiquaient sévèrement la presse officielle pour son empathie vis-à-vis des présumés coupables [33]. Ces indices démontraient les limites de l’intervention du Premier ministre et n’inaugurait rien de bon pour le procès à venir de M. Vuon et des membres de sa famille.

Verdict sévère mais prudent

Après une accalmie de plus de six mois, l’affaire ne refit réellement surface qu’en toute fin d’année 2012 lorsque se posa la question du calendrier du procès de la famille de Doan Van Vuon et des suites à attendre de l’enquête sur la destruction de son habitation familiale. Cette seconde enquête arriva à son terme au bout de 10 mois. Quatre protagonistes principaux furent mis en examen le 18 décembre 2012 : le secrétaire adjoint du Comité populaire de Tien Lang ainsi que trois autres responsables locaux, tous pour avoir agi hors du cadre de la loi et pour avoir falsifié la vérité sur la destruction de la maison [34].

L'habitation de la famille de Doan Van Vuon en ruine © 2012 VN Express
L’habitation de la famille de Doan Van Vuon en ruine © 2012 VN Express

La première phase qui condamnait fermement et au plus haut niveau de l’Etat les dysfonctionnements locaux donna l’impression que la cause de Doan Van Vuon avait été entendue et qu’il pourrait bénéficier d’une révision complète des charges d’inculpation. Mais il n’en fut rien. La seconde phase se présenta sous la forme d’une affaire classique de droit commun. Compte tenu de la gravité de la rébellion lors de laquelle 6 agents avaient été blessés, l’inculpation d’homicide fut maintenue et, le 18 mars, la date officielle du procès était annoncée pour le 5 avril 2013 [35]. Le 29 mars 2013, soit 11 jours après cette annonce officielle, une demande de libération immédiate émanant des autorités catholiques fut envoyée au Tribunal populaire de la ville de Haiphong. Rédigée par Mgr Paul Nguyen Thai Hop, président de la Commission épiscopale « Justice et Paix » et de Mgr Joseph Vu Van Thien, évêque du diocèse de Haiphong, elle plaidait la cause de la légitime défense [36]. Les deux hommes de foi, s’appuyant sur les propos du Premier ministre Nguyen Tan Dung, soulignaient à la fois le caractère illégal de l’opération et le maintien abusif en détention des présumés coupables pendant plus d’un an ainsi que l’assignation à résidence pour les deux épouses de M. Vuon et M. Quy. Ils réfutaient les charges très lourdes d’homicide dont les membres de la famille de M. Vuon étaient inculpés par le Tribunal populaire de Haiphong. Ils rappelaient l’impact de cette affaire sur l’opinion publique et assénait leur vérité :

La vérité est celle-ci : des paysans sans malice ont été acculés le dos au mur et ils ont pensé qu’ils ne pouvaient compter que sur leurs propres forces pour s’opposer à une opération illégale menée par des intrus et pour sauvegarder cette portion de terrain qu’ils avaient arrosée de leur sueur et fertilisée par leurs efforts pendant plus de vingt ans [37].

Ils mettaient en évidence un abus de fonction et de pouvoir et une certaine dangerosité (voire inconscience) dans la mise en œuvre de l’opération. L’action avait été menée, selon eux, par de nombreuses forces policières équipées d’armes pouvant porter atteinte à l’intégrité physique des habitants. Il jugeait les précautions prises par la famille de M. Vuon comme étant une légitime autodéfense, autorisée par la loi, et qu’enfin l’échange de coups de feu n’avait tué personne [38]. Mais la demande de libération les membres de la famille de M. Vuon et la demande d’indemnisation l’accompagnant restèrent lettre morte. Quoiqu’il en soit, à travers cette initiative de la hiérarchie catholique répercutée sur les blogs, les accusés devaient se sentir psychologiquement bien moins seuls.

Manifestantes réclamant justice pour Doan Van Vuon © 2013 AFP
Manifestantes réclamant justice pour Doan Van Vuon © 2013 AFP

L’affaire devrait être jugée en deux temps. Le premier temps fut consacré au jugement des quatre inculpés dans l’affaire de rébellion, le second au cercle opposé incarné par les quatre autres protagonistes de la destruction de l’habitation familiale. Mis aux arrêts depuis plus d’un an, Doan Van Vuon (50 ans au moment du procès) et ses trois frères Quy (47 ans), Sinh (56 ans) et Ve (39 ans) furent traduits devant la justice à partir du 2 avril 2013. De nouveau, « l’affaire des coups de feu » de Tien Lang retint l’attention de la presse officielle et étrangère d’autant plus que le jugement de l’affaire devait s’étendre sur trois jours soit une période tout à fait exceptionnelle [39]. Comme pour la plupart des procès, le quartier du Tribunal populaire de Haiphong fut totalement bouclé. Les membres en colère du comité de soutien à la famille de M. Vuon ne purent s’approcher mais leurs affichettes indiquant « M. Vuon est innocent » firent le tour du monde via You Tube. Enfin, les images de l’ambiance à l’intérieur du tribunal ne dérogèrent pas à l’imagerie officielle véhiculée par le régime : Doan Van Vuon, ses frères et les deux épouses alignés et encadrés de nombreux agents impassibles dans l’uniforme vert olive de la police. Une question se posa néanmoins quant à ce spectacle et sur la validité du procès. Etait-il judicieux de faire juger l’affaire par les autorités régionales, « celles-là mêmes qui les avaient spoliés de leur terre et détruit leur maison » ? [40]

Doan Van Vuon écoutant la sentence du 5 avril 2013 © 2013 AFP
Doan Van Vuon écoutant la sentence du 5 avril 2013 © 2013 AFP

Le procès sous contrôle des autorités régionales pu démarrer avec la version des faits du principal accusé Doan Van Vuon. L’homme fit valoir sa cause et expliqua calmement le processus qui le mena à cette courte résistance face à ce qu’il considérait comme une grande injustice [41]. Cependant, malgré la justification du principal accusé, le rappel chronologique des faits consigné dans l’acte d’accusation démontra que l’affaire avait été préméditée et dûment organisée pour résister à la force publique. La propriété vidée de ses biens, les enfants éloignés chez des voisins, le terrain avait été piégé pour empêcher toute intrusion. On apprenait que 7 agents (et non plus 6) avaient été blessés lors de l’atercation dont le chef de la police du district. En outre, la presse n’évoquait plus que 19 hectares concernés par l’affaire.

Retranchés dans l’habitation, les trois frères Doan Van Vuon, Quy et Thoai, un des frères toujours en fuite, avaient tirés des coups de feu pour effrayer les policiers. Dans leur fuite, ils ne réussirent pas à incendier le terrain humide ni à déclencher l’explosion des bombonnes de gaz [42]. Bref et violent, l’affrontement aurait pu être véritablement meurtrier. Mais, selon ses dires, Doan Van Vuon n’avait pas l’intention de tuer du moins il n’avait sans doute pas mesuré complètement les conséquences que pouvaient entrainer un tel siège. Son intention première, qui fut approuvée collectivement en famille, était de transformer une « affaire administrative » bloquée en « affaire criminelle » pour obliger les autorités à s’intéresser à son cas désespéré [43]. En ce sens, ce fut une réussite compte-tenu de l’intérêt médiatique que suscita et suscite encore l’affaire. Pour sa défense, M. Vuon réfuta les termes militaires de « bataille rangée », le scénario officiel exposé par les juges. Tour à tour, les autres frères furent interrogés. Sinh le plus âgé expliqua sa participation par « solidarité familiale », le plus jeune Ve « pour donner un coup de main à ses frères ». Le Tribunal considéra que M. Quy avait été de fait le plus actif dans le déroulement de l’affrontement et sa préparation [44]. Quant à Nguyen Thi Thuong, l’épouse de M. Vuon, et Pham Thi Bau, l’épouse de M. Quy, elles affirmèrent qu’elles n’avaient pas participé à l’affrontement ni fait entrave aux forces de Sécurité publique, l’une et l’autre n’étant pas présentes le jour de l’éviction. Elles dénoncèrent l’injustice d’une telle expropriation [45]. La seconde séance du 3 avril fut consacrée aux responsabilités dans le déroulement de l’opération policière comme le rappellent les questions suivantes restées le plus souvent sans réponses :

Celles-ci concernaient les points très précis de l’opération de menée en janvier 2012 par les forces de l’ordre : Ces dernières étaient-elles armées ? Quels sont ceux qui ont tiré les premiers ? Y avait-il des impacts de balles sur les gilets pare-balles ? Cette opération était-elle légale ? N’y avait-il pas intrusion sur une propriété privée ? [46]

En particulier, le rôle de Le Van Mai, l’ancien chef de la Sécurité publique pour le district de Tien Lang, fut soulevé mais l’intéressé, interrogé pendant trente minutes, refusa catégoriquement de donner des explications sur les dessous de l’affaire. Les agents et témoins ayant participé à l’opération n’apportèrent pas plus d’informations se contredisant les uns les autres et se retranchant le plus souvent derrière un sempiternel « j’ai obéi aux ordres » sans se poser la question de la légalité d’une telle opération [47]. Il n’y a d’ailleurs qu’à visionner les différentes vues filmées de l’opération policière pour constater qu’elle fut menée avec un certain amateurisme et dans le plus grand désordre. Le 5 avril, soit le quatrième jour, le verdict tant attendu tomba. Doan Van Vuon et son frère Quy écopèrent de cinq ans de prison, Doan Van Sinh, trois ans et demi et Doan Van Ve de deux ans, tous les quatre pour « homicide ». Les deux épouses Bau et Thuong furent condamnées respectivement à 17 et 15 mois de prison avec sursis pour obstruction à la force publique [48]. Un verdict plutôt lourd à la fois surprenant mais inscrit dans une certaine logique : celle d’un équilibre à préserver comme l’argumenta un avocat sur les ondes de Radio Free Asia :

Les conclusions du tribunal étaient le fruit d’un savant dosage entre diverses pressions contraires : le pouvoir central s’opposant au pouvoir régional, l’opinion publique mettant en cause l’autorité de l’Etat [49].

Que faut-il retenir de ces peines ? Tous les observateurs de la presse officielle remarquèrent que les peines prononcées étaient bien en deçà de celles prévues par la loi pour les cas d’homicide. Cependant, la relative clémence dues aux circonstances atténuantes et aux indéniables dysfonctionnements de l’administration, reste relative comme le souligne Eglises d’Asie :

La sentence finale a donc maintenu et même aggravé les condamnations proposées par le Parquet, transformant notamment pour l’un des accusés la peine de prison avec sursis, en prison ferme [50].

Depuis le début de l’affaire, la famille de Doan Van Vuon ne négligea pas sa défense. Elle porta plainte plusieurs fois et fit entendre sa voix jusque sur les ondes de Radio Free Asia. La presse officielle témoigna régulièrement de l’avancée de l’affaire, n’hésitant pas à condamner la brutalité de l’action policière et soulignant les dysfonctionnements à chaque niveau de responsabilité. Les avocats purent également s’entretenir librement de l’affaire dans la presse officielle. La blogosphère entra également en action rapidement en diffusant de nombreuses images de la famille évincée et de sa maison détruite. Par un temps de crachin, l’image de cette famille réfugiée sous une tente ne pouvait que soulever l’indignation. La famille de Doan Van Vuon sut se servir de cette information mondialisée pour relayer sa cause. En outre, elle disposa du soutien très clair de la hiérarchie catholique et de la sympathie d’une partie de l’opinion publique frappée par la détermination et l’esprit solidaire de cette fratrie accablée.

A suivre :  3. Suites judiciaires

Article précédent : 1 Rébellion et contexte

FG, 09/04/2013.

Notes

[21] Nguyễn Hưng, Luật sư nhận bào chữa miễn phí cho ông Vươn, VN Express, 29/01/2012. Voir aussi : Luật sư Phạm Văn Sinh, Cần khởi tố ngay vụ phá nhà ông Vươn, VN Express, 01/02/2012. Dès le 5 janvier l’épouse de Doan Van Vuon avait adressé une plainte collective à plusieurs instances, voir : Les habitants de la commune où s’est déroulée la confiscation de terres du 5 janvier dernier signent une plainte mettant en cause les propos calomnieux des dirigeants provinciaux, EDA, 25/01/2012.

[22] Voir, art. cit., EDA, 17/01/2012.

[23] Nguyễn Hưng, Thanh tra vụ cưỡng chế đất ở Hải Phòng, VN Express, 31/01/2012. Voir également : Le Premier ministre va présider une réunion au plus haut niveau destinée à trouver une solution à l’affaire de la récupération forcée du terrain de M. Vuon et de sa famille, EDA, 03/02/2012.

[24] Voir par exemple : Tiến Dũng, Thủ tướng sẽ chủ trì họp về cưỡng chế ở Tiên Lãng, VN Express, 03/02/2012.

[25] Voir : Hà Anh, ‘Chúng tôi được chính quyền thuê phá nhà ông Vươn’, VN Express, 08/02/2012.

[26] Chính quyền sai toàn diện trong vụ Tiên Lãng, VN Express, 10/02/2012.

[27] Haiphong : le Premier ministre conclut à l’illégalité de la confiscation du terrain de Doan Van Vuon, EDA, 14/02/2012.

[28] Nguyễn Hưng, Chủ tịch huyện Tiên Lãng bị đề nghị cách chức, VN Express, 22/02/2012. Voir aussi : Nguyễn Hưng, Chủ tịch, phó chủ tịch huyện Tiên Lãng bị cách chức, VN Express, 24/02/2012. En janvier 2013, Le Van Hien fut mis en examen pour « manquements à ses responsabilités ayant entraîné des conséquences graves » : Hải Hưng, Cựu Chủ tịch huyện Tiên Lãng bị khởi tố, VN Express, 02/01/2013.

[29] Haiphong : limogeage des responsables de la confiscation de l’exploitation de Doan Van Vuon, EDA, 08/02/2012.

[30] Xuân Hoa, Chủ tịch Hải Phòng bị kiểm điểm về vụ Tiên Lãng, VN Express, 28/03/2012.

[31] Thái Thịnh, 50 cán bộ bị xử lý trong vụ Tiên Lãng, VN Express, 29/03/2012.

[32] La légitimité de la police de Haiphong pour mener l’enquête fut d’ailleurs critiquée, étant elle-même impliquée à divers degrés dans l’affaire, voir : Hà Anh, ‘Để công an Hải Phòng điều tra vụ ông Vươn là không đúng’, VN Express, 05/03/2012.

[33] Haiphong : les pouvoirs publics semblent peu pressés de sanctionner les responsables de la récupération illégale des terrains exploités par M. Vuon, EDA, 06/04/2012.

[34] Hải Hưng, Bốn sếp chỉ đạo phá nhà ông Vươn bị đề nghị truy tố, VN Express, 18/12/2012.

[35] Les victimes d’une expropriation reconnue illégale par le Premier ministre vont être jugées pour homicide, EDA, 27/03/2013. Voir aussi : Nam Anh – Hải Hưng, Anh em ông Vươn bị đề nghị truy tố tội Giết người, VN Express, 28/12/2012.

[36] Le président de la Commission épiscopale ‘Justice et Paix’ et l’évêque de Hai Phong demandent la libération immédiate de M. Doan Van Vuon et de ses frères, EDA, 03/04/2013.

[37] art. cit., EDA, 03/04/2013.

[38] art. cit., EDA, 03/04/2013.

[39] Pour plus de détail, voir les différents comptes-rendus de l’audience du 2 avril : Hà Anh – Việt Dũng, Sáng nay ông Đoàn Văn Vươn bị xét xử, VN Express, 02/04/2013 ; AFP et Le Monde, Vietnam : ouverture du procès d’un fermier qui s’est opposé à son expropriation, Le Monde, 02/04/2013 ; AFP, Vietnam: ouverture du procès d’un pisciculteur devenu héros populaire, Romandie, 02/04/2013.

[40] Hai Phong : la foule est tenue à distance du tribunal où Doan Van Vuon et ses frères sont jugés pour homicide, EDA, 03/04/2013.

[41] art. cit., EDA, 03/04/2013.

[42] Pour les détails de l’affrontement, voir : Hà Anh – Việt Dũng, Sáng nay ông Đoàn Văn Vươn bị xét xử, VN Express, 02/04/2013 ; Việt Dũng, Kịch bản ‘dàn trận’ của bị cáo Đoàn Văn Vươn, VN Express, 02/04/2013.

[43] Việt Dũng, Kịch bản ‘dàn trận’ của bị cáo Đoàn Văn Vươn, VN Express, 02/04/2013.

[44] (Nhóm phóng viên), Gia đình ông Vươn phủ nhận kế hoạch ‘dàn trận’, VN Express, 02/04/2013.

[45] id.

[46] Hai Phong : deuxième jour du procès de Doan Van Vuon et de ses frères, EDA, 04/04/2013.

[47] art. cit., EDA, 04/04/2013.

[48] Voir les comptes-rendus du verdict :

[49] Rapporté par Eglises d’Asie : art. cit., EDA, 05/04/2013.

[50] art. cit., EDA, 05/04/2013.

* * *

[AFP] Cambodge: crise financière au tribunal pour les Khmers rouges

Les Khmers rouges, au pouvoir entre 1975 et 1979, ont mis en place une dictature violente, faisant près de deux millions de morts. © Archives / Reuters.

 

Didier LAURAS
Agence France-Presse
PHNOM PENH

Ereinté par les critiques depuis son premier jour, le tribunal de Phnom Penh pour les Khmers rouges a surmonté toutes les épreuves, mais celle qu’il affronte actuellement menace en théorie jusqu’à son existence: il n’a plus d’argent.

Le budget 2013 n’a toujours pas été voté par les bailleurs de fonds, qui demandent au Cambodge un effort supplémentaire avant d’eux-mêmes augmenter leur participation.

Les employés étrangers ont été officiellement reconduits jusqu’à l’été. Mais depuis le 1er janvier, quelque 270 employés cambodgiens travaillent sans contrat. Ils n’ont pas été payés depuis novembre.

La cour doit trouver environ 9,5 millions de dollars. Une somme modeste sur le papier, mais une fortune compte tenu des relations tourmentées entre les donateurs et le gouvernement de Phnom Penh, accusé de ne rien faire pour sauver une juridiction qui juge les plus hauts responsables du régime de Pol Pot (deux millions de morts entre 1975 et 1979).

«Il y a une certaine lassitude des bailleurs qui se battent pour financer le tribunal et ont parfois l’impression que le gouvernement n’est pas pleinement mobilisé sur le sujet», constate un diplomate étranger. «Personne ne semble avoir d’argent pour payer».

D’autres sources évoquent un bras de fer malsain entre les bailleurs et le gouvernement de Hun Sen, un ex-Khmer rouge devenu premier ministre en 1985. «Il y a deux voitures lancées l’une contre l’autre à pleine vitesse pour voir qui tournera et évitera l’accident», ironise un cadre étranger du tribunal.

Entré en fonction en 2006 après des années de négociations, le tribunal a essuyé toutes les critiques. Corruption, pression politique sur les dossiers, lenteur des procédures au risque de voir mourir les trois derniers accusés, tous octogénaires, avant que justice soit rendue.

Lire la suite, La Presse, 10/02/2013

Verdict sévère, image désastreuse, fabrication totalitaire – foi contre foi

Les accusés au Tribunal de Vinh le 9 janvier 2013. AFP/VNA

Assurément le régime communiste vietnamien prend peur. Il entend mener sa guerre contre « l’ennemi intérieur » avec détermination. Un groupe de 14 jeunes catholiques [1] vient de passer devant le Tribunal populaire de la province de Nghệ An, localisé à Vinh, et de récolter, après deux jours de procès, un total cumulatif de près de 80 ans de prison comme l’affiche dans son titre le journal en ligne Dân Trí [2]. Le groupe a été accusé d’avoir ni plus ni moins fomenté un complot visant à « renverser le gouvernement populaire » (hoạt động nhằm lật đổ chính quyền nhân dân) selon la formule consacrée [3]. Ils tombaient donc sous le coup de l’article 79 du code pénal vietnamien et étaient passibles de la peine de mort [4]. Accusés d’être des membres du parti Việt Tân, une organisation pro-démocrate exilée étiquetée « terroriste » par la Sécurité publique, ces quatorze citoyens entendaient mettre en pratique les principes de « l’évolution pacifique » (diễn biến hòa bình) par des « moyens non violents » (bất bạo động) pour déstabiliser le régime selon l’organe officiel du PCV (Parti communiste vietnamien) à Hanoi [5].

L’acte d’accusation rappelle qu’ils auraient mené des activités politiques depuis le début de l’année 2009, qu’ils auraient intégré l’organisation Viêt Tân qui leur aurait attribué des pseudonymes, fournis de l’argent et des documents pour mener à bien leur opération de subversion [6]. Selon le journal Tuổi Trẻ [Jeunesse], le chef de ce groupe serait Hồ Đức Hòa, un catholique né en 1974 qui aurait reconnu les faits et se serait montré coopératif lors de l’enquête, explication de la « clémence de sa peine » (13 ans au lieu des 20 ans précisés dans la loi, voire la prison à vie ou la peine de mort pour les cas les plus graves) [7]. Sur 17 inculpés au départ, trois sont encore en fuite selon les autorités policières : il s’agit de Nguyễn Xuân Kim, Thái Văn Tư et Lê Sỹ Sáng aujourd’hui activement recherchés [8]. L’avenir nous dira s’il s’agissait d’agents infiltrés ou de réels « comploteurs ». La précision de l’acte d’accusation donne à penser que le groupe était infiltré et pour le moins très régulièrement suivi.

Le catholique Đặng Xuân Diệu à la barre. Source : Tuổi Trẻ

Le 9 janvier le verdict implacable est tombé : Hồ Đức Hòa, Lê Văn Sơn, Đặng Xuân Diệu écopèrent de 13 années de prison. Nguyễn Đặng Minh Mẫn de huit ans ; Nguyễn Văn Oai, Nguyễn Văn Duyệt, Thái Văn Dung, Trần Minh Nhật, Nguyễn Đình Cường chacun de quatre ans d’emprisonnement ; Đặng Ngọc Minh, Nguyễn Xuân Anh, Hồ Văn Oanh, Nông Hùng Anh chacun de trois ans d’emprisonnement. Toutes ces peines de prison ferme sont accompagnées de 2 à 5 d’assignation à résidence. Seul  Nguyễn Đặng Vĩnh Phúc (le frère de Nguyễn Đặng Minh Mẫn) écopa de trois ans de prison avec sursis [9].

Comme le démontrent les images qui circulent sur la blogosphère le procès se déroula dans une atmosphère oppressante avec la présence policière de « centaines de fonctionnaires de la police de Nghệ An » pour assurer le bon fonctionnement du procès et « protéger le tribunal » comme le rappelle le chapeau d’un photographie publiée sur Tuổi Trẻ Online (Hàng trăm cán bộ, chiến sĩ Công an Nghệ An tham gia bảo vệ phiên tòa) [10]. La condamnation souleva un tollé de protestation des organisations de protection des droits de l’homme (Amnesty International, Human Rights Watch), des ambassades américaine et française (voir ci-dessous) ou de journalistes. La revue en ligne Églises d’Asie ne manque pas de souligner les effets désastreux attendus de ce procès au verdict très lourd et met en doute sa véritable efficacité [11]. De son côté, l’agence Reporters Sans Frontières a déjà officiellement démenti, photo à l’appui, la version donnée par les autorités au sujet de Paulus Lê Văn Sơn en ces termes :

“Nous avons la preuve que les autorités vietnamiennes utilisent des prétextes fallacieux pour condamner les blogueurs critiques à son encontre. Paulus Le Son n’a jamais participé à un événement du Viet Tan entre le 25 et le 30 juillet 2011 pour la simple et bonne raison qu’il participait à une formation organisée par Reporters sans frontières, à Bangkok. Cette formation, à l’intention de blogueurs en provenance de différents pays d’Asie du Sud-Est, portait sur la gestion des réseaux sociaux et l’e-reputation. Cette condamnation n’illustre rien d’autre que la paranoïa des autorités qui, non seulement surveillent les moindres déplacements de ses citoyens mais sont aussi mal informées par leurs services de renseignement” [12].

Ce démenti ne nous apprend rien de nouveau si ce n’est qu’il met à jour de façon éclairante la fabrication de l’acte d’accusation concernant un des jeunes catholiques lourdement condamnés. La pratique est ancienne et le montage de dossiers à charge pour les « ennemis intérieurs » est une affaire qui remonte au moins à l’année 1946 lorsque la Sécurité publique et les Forces d’assaut du Viêt-Minh-PCI incriminèrent le VNQDĐ.

Enfin, les dirigeants du Viêt Tân, qui s’opposent ouvertement ces pratiques totalitaires, ont dénoncé dans un communiqué de presse un simulacre de procès : « Viêt Tân rejette les propos colportés par le tribunal communiste visant à rationaliser les charges de “subversion” » [13]. Les jeunes eux-mêmes ont refutés l’accusation de manipulation ou d’appartenance au Viêt Tân en affirmant qu’ils ont agi par « patriotisme » [14]. L’affaire révèle néanmoins que les méthodes non-violentes d’opposition au pouvoir communiste divulguées par le Viêt Tân font de plus en plus d’émules. Et la publicité que fait le pouvoir sur cette organisation, passée de la lutte armée dans les années 1980 à la lutte pacifique au milieu des années 1990, risque de se révéler à double tranchant. Le caractère « révolutionnaire » (cách mạng) de l’organisation (indiqué dans son appellation en vietnamien) et son association à des méthodes pacifiques pour mener à la « réforme » (canh tân) du système fait immédiatement penser aux soulèvements populaires qui ont mis à bas les régimes communistes de l’Europe de l’Est dans les années 1990 et les régimes autoritaires lors du « Printemps arabe » de 2010-2011. Plus près du Viêt-Nam, la véritable angoisse est illustrée par le Myanmar (engagé dans un processus démocratique) comme le souligne, dans le journal Le Monde, Tran Duc un des responsables du Viêt Tân : « Les ‘printemps arabes’ ont échaudé le pouvoir, il a peur, d’autant plus que la situation politique birmane les inquiète » [15].

Bandeau hommage aux prisonniers de conscience catholiques sur le site du diocèse de Vinh à Hanoi.

L’impact de cette affaire est déjà connu à travers les micro-reportages des reporters de RFA (Radio Free Asia) [16]. La sévérité du verdict ne fait qu’encourager les jeunes catholiques dans leur foi et confère aux condamnés une aura de « martyrs ». En donnant la parole à d’autres catholiques pour recueillir leur avis, RFA a pu fournir la clé de ce verdict imposant :

« Beaucoup pensent que les autorités ont prononcé de très lourdes condamnations ; mais je pense autrement. C’est précisément à cause de la fermeté de leur foi chrétienne que les peines ont été si lourdes. D’habitude, pour alléger leur peine, les inculpés reconnaissent leur faute et demandent l’indulgence. Les jeunes catholiques sont restés fermes dans leur conviction et, avec persévérance, ont proclamé leur innocence. Ils ont été conduits par le désir de justice et de paix. Ils sont allés au-delà de leur peur au point de ne pas craindre l’internement… C’est à cause de cela que les autorités les ont condamnés si lourdement. » [17]

Il apparaît donc que c’est une affaire de foi qui a opposé les deux parties et qui mobilise aujourd’hui massivement le parti et la propagande d’État contre les catholiques. Les accusés les plus lourdement punis ont réfuté les accusations du tribunal en s’en remettant à leur foi chrétienne. Cet affront de la foi divine contre la foi totalitaire est sans doute à l’origine de la leçon infligée au-delà même de ce procès à tous ceux qui désireraient se mettre en travers du chemin dicté par le PCV pour ce pays. Avertissement donc pour les catholiques, les protestants, les bouddhistes, Hòa Hảo et autres caodaïstes qui seraient tenter de « se servir de leur foi » pour contrer la foi du prince, la foi autoritaire d’un régime qui n’entend pas se réformer mais se préserver. Et la justice dans tout cela ? C’est justement pour deux conceptions de justice que les deux parties s’opposent : une justice citoyenne contre la justice de l’État-Parti.

Qu’on ne s’y trompe pas la RSVN n’était pas menacée par un groupe de fous de Dieu désireux d’instaurer un État nationaliste religieux (le renouveau du Diemisme en quelque sorte). Non, elle avait affaire à une poignée de cyber-citoyens et bloggers inspirés par la lutte pacifiste pour transformer l’État-Parti en une réelle démocratie respectueuse des droits de ses citoyens. Brad Adams, le directeur Asie de l’organisation Human Rights Watch, considère cette affaire contreproductive pour le pouvoir :

« Au lieu de les emprisonner, le gouvernement vietnamien devrait leur rendre hommage pour leurs efforts déployés afin de traiter les multiples problèmes auxquels est confronté le pays, que le gouvernement a lui-même identifiés » [18].

En condamnant fortement ces jeunes activistes non violents, les autorités risquent fort de liguer un peu plus contre elles la partie de la population la moins bien lotie du système et de figer encore un peu plus les initiatives pour assouplir le régime. L’État-Parti s’est donc trompé de cible au risque de se perdre dans une répression sans fin face à une « autoévolution pacifique » redoutée mais devenue inévitable et même aujourd’hui souhaitable.

FG, 16/01/2013. MàJ 12/12/2016.

Notes

[1] Hồ Đức Hòa (1974-), Đặng Xuân Diệu (1979-), Lê Văn Sơn (1985-), Nguyễn Đặng Minh Mẫn (1985-), Nguyễn Đình Cương (1981-), Đặng Ngọc Minh (1957-), Nguyễn Văn Duyệt (1980), Nguyễn Văn Oai (1981-), Nông Hùng Anh (1983-), Nguyễn Xuân Anh (1982-), Hồ Văn Oanh (1985-), Thái Văn Dung (1988-), Trần Minh Nhật (1988-), Nguyễn Đặng Vĩnh Phúc (1980-). Voir : « Xét xử 14 đối tượng ‘âm mưu lật đổ chính quyền' », VOV Online, 10/01/2013. (theo TTXVN).

[2] Voir : Hoàng Lam, « Gần 80 năm tù cho nhóm đối tượng hoạt động nhằm lật đổ chính quyền », Dân Trí, 10/01/2013.

[3] Voir en détail l’acte d’accusation sur Thanh Niên Công Giáo [TNCG – Jeunesse Catholique] : « Bản cáo trạng của vụ 17 thanh niên Công Giáo và Tin Lành theo tội danh « Hoạt động nhằm lật đổ chính quyền nhân dân », 02/12/2012. Repris par Dan Luan.

[4] Voir : « Bộ luật Hình sự Việt Nam sửa đổi, bổ sung 2009/Chương XI », Wikisource.

[5] « Xét xử vụ án hoạt động nhằm lật đổ chính quyền nhân dân », Nhân Dân, 10/01/2013.

[6] Voir l’article cité de VOV et l’acte d’accusation sur Dân Luận ou TNCG.

[7] Vu Toan, « Đề nghị mức án các bị cáo trong vụ Hồ Đức Hòa », Tuổi Trẻ, 09/01/2013.

[8] VOV Online, art. cit.

[9] Voir par exemple: Xét xử 14 đối tượng ‘âm mưu lật đổ chính quyền’, Viet Nam Net, 10/01/2013. Le jugement a été reproduit en boucle à partir des informations de l’agence officielle TTXVN. Le site du Premier ministre Nguyen Tan Dung a également fait état du procès en cours le 09/01/2013. Deux sites locaux de la Cong An ont repris la dépêche : Cong An Da Nang et Cong An Nghe An (article de Hữu Nguyễn). Voir aussi le reportage de la télévision locale mis en ligne sur You Tube (intégré ici en fin d’article) : Việt Nam kết án tù 13 người Thiên chúa giáo với tội « lật đổ chính quyền ».

[10] Voir l’article sur TTO : Vu Toan, « Xử vụ Hồ Đức Hòa cùng đồng phạm hoạt động lật đổ chính quyền », Tuổi Trẻ Online, 10/01/2013. Voir aussi : « Phiên Tòa Xét Xử 14 Thanh Niên Công Giáo Và Tin Lành ngày 08/01/2013 », Liên Kết Người Việt, 08/01/2013 et les reportages sur le déroulement du procès sur RFA : Quỳnh Chi, « Tường thuật phiên toà xử các thanh niên Công giáo », RFA, 08/01/2013 et Gia Minh, « Nhiều người bị ngăn cản tại phiên tòa xử 14 thanh niên Công giáo », RFA, 08/01/2013.

[11] « Nghê An : les lourdes peines prononcées contre les jeunes chrétiens seront-elles aussi « dissuasives » que l’espèrent les autorités ? », EDA, 14/01/2013.

[12] « RSF détient les preuves de l’innocence de Paulus Le Son », RSF, 11/01/2013.

[13] « Quatorze défenseurs des droits de l’homme condamnés au cours d’un simulacre de procès au Vietnam », Viêt Tân, 09/01/2013.

[14] « Au Vietnam, 14 chrétiens condamnés à 80 ans de prison », Radio Vatican, 11/01/2013.

[15] François Bougon, « Vague de répression au Vietnam contre des blogueurs catholiques », Le Monde, 11/01/2013.

[16] Voir : Quỳnh Chi, « Kết quả phiên xử các thanh niên Công giáo và Tin lành », RFA, 09/01/2013 et Khánh An, « Liệu những bản án mang tính “răn đe” có hiệu quả? », RFA, 10/01/2013.

[17] EDA, art. cit. traduit de RFA.

[18] Le Monde, art. cit.

 

Pour en savoir plus :

* * *

Vietnam – Peines de prison prononcées à l’encontre de défenseurs des droits de l’homme (11 janvier 2013)

La France condamne les lourdes peines de prison prononcées le 9 janvier à l’encontre de 14 défenseurs des droits de l’homme par la Cour populaire de la province de Nghe An, au Vietnam. Plusieurs décisions similaires ont été prises ces derniers mois par les autorités vietnamiennes.

De telles décisions portent gravement atteinte aux droits de l’homme, notamment aux libertés d’opinion et d’expression et à la liberté d’association. La France rappelle que ces droits et libertés sont garantis par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, auquel le Vietnam est partie. Elle relève également que l’ASEAN vient d’adopter une Déclaration sur les droits de l’homme, visant à renforcer leur plein respect en Asie.

Source : Ministère des Affaires étrangères

* * *

La prononciation des peines par le Tribunal populaire de la province de Nghe An (reportage de la télévision locale)

Trần Văn Bá, portrait d’un résistant – par Olivier Todd [1987]

[ndlr] Le 8 janvier 1985, Tran Van Ba était exécuté au Viêt-Nam pour son appartenance à un mouvement de résistance anti-communiste dénommé le Front Unifié des Forces patriotiques pour la Libération du Viêt-Nam (Mặt trận Thống nhất các Lực lượng Yêu nước Giải phóng Việt Nam). Au crépuscule de la Guerre Froide, le journaliste Olivier Todd prenait fait et cause pour ce combattant de ce qu’il appelait « la troisième résistance » vietnamienne. Il rappelait, deux ans après la mort de Ba, le parcours étonnant de cet étudiant vietnamien rentré au Viêt-Nam pour organiser la lutte armée contre l’oppresseur. Si les analyses de Todd, publiées en mai 1987, avant la chute du mur de Berlin, ont été démenties depuis par les événements, l’article n’en est pas moins intéressant car le « culte de Tran Van Ba » (ngày giỗ, l’anniversaire de sa mort) est encore pratiqué aujourd’hui en région parisienne et en Belgique par ses fidèles anciens compagnons. Une « affaire Tran Van Ba » a surgi en plein cœur du XIIIème arrondissement de Paris en 2008 lorsqu’un comité de soutien préconisa de sceller une plaque commémorative à la mémoire du résistant dans un square tranquille de cet arrondissement. Cette idée provoqua une vive réaction des autorités vietnamiennes en France pour faire échouer ce qu’elles considéraient comme une provocation. Depuis sa mort en janvier 1985, Tran Van Ba continue de hanter les esprits. C’est sans doute parce que son corps n’a jamais été restitué à sa famille.

Si Tran Van Ba suscite autant d’intérêt –  et là se trouve sans doute la cause de son engagement -, c’est son histoire familiale tragique rappelée sur sa fiche biographique en ligne :

Son grand-oncle maternel, Bui Quang Chieu, premier ingénieur agronome vietnamien formé à Paris, fondateur du Parti Constitutionnaliste du Vietnam en 1919, a été assassiné, avec ses 4 fils et sa fille cadette en 1945 par les communistes.

Son père Tran Van Van, diplômé de HEC à Paris, a consacré sa vie à la modernisation politique, économique, et sociale du pays. Combattant de l’indépendance dans les maquis dans les années 40, ministre d’État chargé de l’économie dans le premier gouvernement indépendant du Viêt-Nam présidé par le roi Bao Dai en 1949, opposant au régime autocratique de Ngo Dinh Diem, puis à la junte militaire qui lui a succédé dans les années 60, député à l’assemblée constituante, il a été assassiné le 7 décembre 1966 à Saigon, alors qu’il se portait candidat aux élections présidentielles de 1967. [source]

L’article d’Olivier Todd avait inspiré notre mémoire de maîtrise soutenu en 1997 à l’Université Paris 7 intitulé « Viêt-Nam la troisième résistance. Complots et résistance subversive contre la République Socialiste du Viet-Nam 1975-1995 ». L’article fut publié auparavant dans la revue politique vietnamienne en langue française Le Viêt-Nam Libre (aujourd’hui éteinte) à partir du discours que fit Olivier Todd pour le Comité Tran Van Ba.

FG, 09/01/2013. MàJ 08/01/2021

Tran Van Ba (1945-1985)

* * *

Trần Văn Bá, portrait d’un résistant* – par Olivier Todd

« Je ne sais pas si certains d’entre vous se souviennent du procès monté à Saïgon, dite maintenant Ho Chi Minh-Ville par les dirigeants de la République, dite ‘démocratique’ du Viêt-Nam [République Socialiste du Viêt-Nam]. Il y a trois ans, ils ont fait filmer tout le procès, dans le plus pur style stalinien : les avocats n’avaient aucun droits, les inculpés non plus. Et, parmi eux, il y en avait un, qui était reconnaissable car il avait une tâche de vin près de l’arcade sourcilière gauche. C’était Tran Van Ba…

Je crois qu’il faut essayer d’éviter de parler d’une façon trop pompeuse de Ba, même s’il a été condamné à mort, même si, dans la communauté vietnamienne aujourd’hui, il est considéré, non pas comme édifiant, mais comme exemplaire. Les communistes vietnamiens disaient que la 1ère guerre d’Indochine, c’était la première résistance, que la 2ème, c’était la deuxième résistance. Ce qu’ils n’avaient visiblement pas prévu, c’est qu’il y a une 3ème résistance, anticommuniste celle-là, et que Ba était l’un des meilleurs combattant de cette résistance.

Il était arrivé en France dans les années 1960. Son père [Tran Van Van] avait été assassiné. Il a été chargé de cours à Nanterre et ce n’était pas facile d’être chargé de cours à Nanterre dans les années 1960 parce que les nationalistes étaient immédiatement traités de fascistes. Ensuite, il a été secrétaire général de l’Association des Étudiants [AGEVP]. C’était un homme extrêmement fraternel, vigilant, inquiet, qui s’intéressait beaucoup à son pays. Il était très anticommuniste mais n’était pas d’une tolérance excessive pour le gouvernement de Saïgon de l’époque. Simplement il avait choisi son camp qui était le camp des nationalistes.

Au cours des années, il a beaucoup réfléchi, tout en étant peut-être pas au départ ce qu’on aurait appelé un intellectuel. Il a fait le premier geste de résistance, à Paris, le lendemain du 30 avril 1975, lorsque les chars communistes ont pris Saïgon. Il a été à l’Ambassade du Viêt-Nam, où l’ambassadeur n’en menait pas large, et a lui même détruit tous les documents qui s’y trouvaient parce qu’il savait que cette ambassade serait remise au pouvoir communiste. Je dis cela parce que, lorsque Saïgon est tombé le 30 avril, des centaines de milliers de dossiers laissés, soit par des Vietnamiens, soit par des Américains, sont tombés aux mains des communistes nord-vietnamiens.

Ba, pendant des années a réuni ses camarades et se demandait ce qu’il pouvait faire. Et puis il en a eu assez de parler et, surtout, il en a eu assez d’entendre beaucoup de gens de la diaspora vietnamienne, tous très bienveillants, mais tous parlaient, parlaient. Il a décidé de s’engager sur le terrain. Il a décidé d’être l’un des tous premiers résistants au Viêt-Nam, et il l’a été, et il est parti.

Il a beaucoup travaillé au Viêt-Nam. La preuve qu’il avait des réseaux de soutien et que cette résistance existe, cette preuve a été donnée par les communistes puisqu’ils ont empilé des armes près de l’Assemblée nationale à Saïgon en disant que c’était Ba qui les avaient introduites. En tout cas, quoiqu’il en soit, dans la mesure où il a pu survivre pendant deux années, en faisant des allers-retours entre le Viêt-Nam, la Thaïlande et le Cambodge, la preuve était faite, il y avait une résistance. Au Viêt-Nam comme en France, sont résistants ceux qui parlent très peu et non ceux qui s’agitent beaucoup à l’étranger.

C’est un geste assez extraordinaire. Ba savait très bien qu’il y avait une énorme différence entre les régimes autoritaires de droite et les régimes totalitaires de gauche. Ces derniers ne sont bio-dégradables. On a vu des régimes autoritaires se défaire les uns après les autres : les colonels grecs, l’Espagne de Franco, le Portugal, toute l’Amérique latine en ce moment… mais, on a jamais vu à ce jour un régime communiste, ayant été communiste, cesser de l’être. Ba, avec beaucoup d’autres, qui sont là-bas aujourd’hui ou qui travaillaient avec lui, avait fait ce pari.

Je crois que c’est tout à fait remarquable et que, il faut le dire, c’est dû à une espèce de… , je ne sais pas comment dire… , d’assurance ou même presque d’arrogance vietnamienne. Les Vietnamiens n’ont pas capitulé. Je ne sais pas si cette assurance, ou cette arrogance, est une qualité ou un défaut, en tous cas, ils sont très très endurants et je crois qu’il faut que les gens sachent : ils n’ont pas accepté la communisation, que ce soit dans l’intérêt ou pas de l’équilibre mondial. C’est pour cela que nous avons constitué le Comité Tran Van Ba… »

Olivier Todd, propos retranscrits dans Le Viêt-Nam Libre, n° 93, mai 1987, pp. 3-4.

* Le titre est de Mémoires d’Indochine.

Extrait de « Témoignages de vigilance, d’amitié et de solidarité » prononcés à l’occasion de l’organisation, le 27 avril 1987, par le Comité International Tran Van Ba et la Société Internationale pour les Droits de l’Homme (SIDH), d’un concert au profit des boat people et pour la défense des droits de l’homme au Viêt-Nam.

Le procès des Khmers rouges : Trente ans d’enquête sur le génocide cambodgien – CR par Stéphanie Martel

Deron, Francis, 2009 : Le Procès des Khmers rouges : Trente ans d’enquête sur le génocide cambodgien, Paris : Gallimard, 465 p.

Francis Deron s’est attaché une bonne partie de sa vie à déconstruire la vision romantique que certains milieux intellectuels occidentaux ont longtemps entretenu avec le communisme asiatique, le maoïsme tout particulièrement. Il a mené cette bataille alors qu’il travaillait comme correspondant pour l’AFP, puis pour le journal Le Monde, à Pékin et à Bangkok de 1977 à 2009.[1] Lorsqu’il publie Le Procès des Khmers rouges – Trente ans d’enquête sur le génocide cambodgien, Kaing Guek Eav alias « Duch », le chef du centre de détention, de torture et d’exécution S-21 où ont péri au moins 12 380 individus, a comparu pour la première fois aux Chambres extraordinaires des tribunaux cambodgiens (CETC) qui visent à traduire en justice les principaux responsables du régime communiste khmer rouge encore en vie. « Duch » sera bientôt condamné pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité à 30 ans de prison. Le sort de quatre des plus hauts dirigeants de l’Angkar[2] pouvant encore être jugés de leur vivant est encore en suspens : Khieu Samphan, Ieng Sary, Ieng Tirith et Nuon Chea sont octogénaires (ou en voie de l’être), leur santé décline, et il est envisageable que le Tribunal spécial de Phnom Penh ne réussisse pas à les juger tous avant leur décès.

L’ouvrage vise à établir la responsabilité individuelle de ces dirigeants dans l’éventualité où le Tribunal échouerait à le faire. En outre, il cherche à dépasser les limites nécessaires fixées par le Tribunal : 1. pas de jugements posthumes, 2. une période limitée à 1975-1979, lorsque les Khmers rouges étaient au pouvoir et ont provoqué la mort d’un quart de la population cambodgienne (environ deux millions d’individus) 3. la mise en accusation de personnes (une justice pénale), et non d’États ou d’une organisation dans son ensemble, et 4. la mise en accusation des « plus hauts dirigeants » et des auteurs des « crimes les plus graves », et non de l’ensemble des individus ayant commis des crimes sous les Khmers rouges, ce qui aurait pour effet de rouvrir des plaies mal cicatrisées. Finalement, Deron réfute violemment les arguments culturalistes qui ont parfois servi à expliquer les massacres sous le régime khmer rouge, en déconstruisant le concept d’ « auto-génocide » mis en avant par certains : « il n’y eut pas de suicide collectif au Cambodge. Il y eut (…) une entreprise de destruction radicale et largement préméditée d’une société. » (14).

L’auteur retrace tour à tour le parcours des dirigeants encore en vie comme celui des morts (Pol Pot, Son Sen et Ta Mok); examine une période beaucoup plus étendue, qui va de la colonisation française à la reddition des derniers leaders de leurs bastions aux frontières de la Thaïlande; met en lumière le rôle des puissances étrangères comme la Chine ou les États-Unis dans le maintien à flots du mouvement khmer rouge jusque dans les années 1990; et dresse un tableau élargi des crimes de l’Angkar qui inclut bien sûr la violence d’État, mais aborde aussi les crimes commis pendant les périodes de guérilla (autant que faire se peut étant donné le manque de sources sur le sujet).

C’est en recoupant une grande diversité de types de sources scientifiques, journalistiques et juridiques que Francis Deron réussit à replacer le procès des Khmers rouges dans son contexte. L’ouvrage est divisé en quatre parties selon une organisation composite, pas toujours chronologique, mais qui a le mérite de rester claire pour un lecteur qui n’est pas nécessairement très familier des événements ayant eu cours au Cambodge au XXe siècle. L’auteur met en lumière de façon inédite des informations, d’ailleurs souvent tirées d’observations personnelles, qui sont également intéressantes pour un lecteur aguerri sur le sujet.

« Tuer utile »

La première partie retrace le parcours de « Duch », le fonctionnement de S-21 en attachant une grande importance à la question de la torture, et plus généralement la politique d’extermination de masse menée par les Khmers rouges à l’époque où ils étaient au pouvoir. Est expliquée en détails ici la nécessité de « tuer utile » pour le pouvoir khmer rouge, c’est-à-dire de soutirer un maximum d’informations de la part des prisonniers sur l’identité d’autres « traîtres » avant de les exécuter. Il s’agit d’établir une « chaîne de la trahison » venant renforcer une théorie du complot à grande échelle largement entretenue par la sphère dirigeante. On retiendra ici la nature organisée, hiérarchisée, systématique d’une violence d’État, les massacres ne pouvant être attribués à l’excès de zèle de sous-fifres sur lesquels les dirigeants de l’Angkar auraient perdu le contrôle, comme le plaidaient les justiciables qui devaient comparaître à l’issue de la publication de l’ouvrage. L’importance du personnage de « Duch » est ici centrale, non seulement parce que sa responsabilité individuelle est engagée concernant les dizaines de milliers de victimes torturées puis exécutées à S-21, mais aussi parce qu’il représentait le chaînon manquant pour établir le lien hiérarchique qui unissait les massacres de masse aux plus hauts dirigeants du régime.

Évolution d’un mouvement dans un pays en guerre

La deuxième partie dresse un panorama chronologique du mouvement khmer rouge, des origines aux différentes guerres qui ont frappé le Cambodge dans la deuxième moitié du XXe siècle. L’auteur détaille entre autres le climat de répression politique sous le règne de Norodom Sihanouk avant sa déposition par le général Lon Nol, qui permet la montée en grade de Saloth Sâr (futur Pol Pot). On aurait souhaité en savoir plus sur la façon dont les Khmers rouges ont graduellement établi leur contrôle sur les zones rurales entre 1970 et 1975, mais la documentation sur cette période fait – fera? – malheureusement toujours défaut. Cette partie de l’ouvrage permet principalement de replacer les drames du Cambodge dans un contexte international au sein duquel le pays sert de théâtre local aux rivalités de la Guerre froide. Viennent s’y greffer quelques sections extraites des notes de reportage de Francis Deron lors d’expéditions à la frontière khméro-thaïlandaise, d’abord en janvier 1981 où il s’entretient avec Khieu Samphan et Ieng Tirith, puis en juillet 1985 où il participe (avant de s’en retirer à la dernière minute) à une opération commando organisée par le gouvernement thaïlandais auprès d’une unité nationaliste du Front national de libération du peuple khmer (FNLPK).

« Têtes d’affiche khmers rouges »

La troisième partie se concentre sur les « têtes d’affiche » du mouvement khmer rouge, les vivants comme les morts. On en apprend un peu plus sur la personnalité de Pol Pot, décrit comme un personnage avenant, gracieux et souriant, et sur les propos qu’il a tenus publiquement pendant la période où les Khmers rouges était au pouvoir, si éloignés de la réalité du peuple cambodgien qu’ils ont amenés certains auteurs à croire qu’il était fou. Le « Frère no. 1» ayant tenu une place centrale dans d’autres ouvrages, tel celui de David Chandler, Deron ne lui attache pas plus d’importance qu’aux autres. L’auteur éclaire aussi les parcours de deux dirigeants décédés, chefs de guerre très liés aux purges sur le terrain, Son Sen et Ta Mok, qui témoignent des multiples retournements d’allégeance des dernières années du mouvement et d’un paroxysme d’absurdité dans le recours à l’étiquette de « traître » dont Pol Pot lui-même finira par être affublé peu avant sa mort.[3] Sont aussi retracés les itinéraires de Khieu Samphan, du couple Ieng Sary et de Nuon Chea afin de mettre en lumière leur responsabilité individuelle dans la violence d’État et réfuter l’argumentaire fondé sur leur ignorance des crimes commis à l’époque, qu’ils mettent en avant depuis leur reddition.

Juger le génocide

La quatrième et dernière partie permet d’expliquer le fonctionnement du Tribunal et les négociations qui ont abouties à sa création. L’auteur établit la filiation des CETC à la justice internationale, aborde la proportion de juges internationaux et cambodgiens au sein des différentes chambres. Il explique plus en détails les limites de la juridiction du Tribunal qui ont été évoquées ci-haut et les critiques qui y sont liées, en évoquant la nécessité d’éviter de tomber dans le piège du procès parfait, si parfait qu’il n’y aurait plus personne à juger. Deron s’intéresse dans ce cadre aux responsabilités de pays étrangers, tout particulièrement au rôle de la Chine communiste, sur laquelle il a déjà beaucoup écrit. La responsabilité américaine est aussi mise de l’avant, notamment par des extraits révélateurs d’un entretien de Henri Kissinger avec Chatichai Choonhavan, ministre thaïlandais des Affaires étrangères : un condensé intéressant de ce qui caractérise la realpolitik américaine à l’époque. Une importance particulière est aussi accordée dans cette partie à la définition juridique du « génocide » et à sa difficile application au Cambodge parce qu’elle ne prend pas en compte l’extermination de masse d’opposants politiques présumés. L’emploi du terme « génocide » peut certes servir à désigner la population vietnamienne, la minorité cham ou les moines bouddhistes. Toutefois, il aurait pour effet selon certains de sous qualifier les crimes commis contre la population cambodgienne et ne permet pas d’englober l’ensemble des victimes des Khmers rouges entre 1975 et 1979. Lorsque Francis Deron meurt des suites d’un cancer le 31 juillet 2009, quelques mois après la publication de son livre, le sort de Khieu Samphan, Ieng Sary, Ieng Tirith et Nuon Chea reste entouré d’un flou à ce sujet : quelques mois plus tard, ils sont finalement mis en accusation pour « génocide », regroupés par le « cas no. 2 ».

« Un parti pris anime ce livre : il est revendiqué » (13). L’auteur, journaliste de son état, choisit de renoncer à l’objectivité du métier pour mener lui-même son procès des Khmers rouges. Si certains traits de la rédaction restent typiques du journalisme (la mise en valeurs de faits « dignes d’intérêt » pour le lecteur, par exemple), Francis Deron laisse également de côté la concision stylistique imposée par sa profession, et se permet l’usage de nombreuses formules bien à lui qui surprennent, mais donnent un certain rythme au texte. Toutefois, le pendant de ce type de rédaction est d’employer un ton systématiquement dénonciateur et des formules pamphlétaires qui ne sont pas jugées nécessaires étant donné l’impressionnante quantité de sources qui parlent d’elles-mêmes. Il n’est pas utile de s’épandre davantage sur la monstruosité des dirigeants en leur attribuant des traits psychologiques ou des intentions précises lors de certains événements dont on a du mal à s’assurer qu’ils proviennent d’une base archivistique, d’un recoupement de témoignages, ou encore d’interprétations en partie construites par l’imagination de l’auteur.

Par ailleurs, Francis Deron, probablement parce qu’il a longtemps écrit sur le communisme chinois, lie systématiquement le mouvement khmer rouge à une folie meurtrière parfois maoïste, parfois communiste en général d’une façon qu’il n’est pas facile de saisir étant donné la nature paradoxale de l’« idéologie » khmère rouge qu’il nous décrit. D’une part, il est difficile de déterminer, notamment à la lecture des extraits cités du « Petit livre rouge » de Pol Pot de Henri Locard, à quel point la violence d’État sous les Khmers rouges consistait en l’application une « doctrine » autre que l’extermination systématique, empreinte de xénophobie anti-vietnamienne, de tout individu s’opposant de façon réelle ou imaginaire au régime. D’autre part, la relation du régime khmer rouge avec le Parti communiste chinois, l’auteur le constate lui-même, ne relève pas d’une inspiration de la Révolution culturelle chez Pol Pot, mais repose sur des fondements pragmatiques, liés à l’intérêt national chinois, qui prendront une importance particulière à l’époque où Deng Xiaoping prend le pouvoir. Elle est animée par une logique bien similaire à la realpolitik américaine vis-à-vis du régime khmer rouge : contenir l’expansion du bloc soviétique par l’entremise du Viêt-Nam.

En dehors de ces légers accrocs qui peuvent rendre le lecteur plus réticent, Francis Deron réussit tout de même l’exploit de rendre accessible à celui-ci une quantité importante d’informations par ailleurs cruciales à une meilleure compréhension de l’ampleur des enjeux du procès du « cas no. 2 ». Reste à espérer que l’issue de la « course contre la mort » des derniers dirigeants à être jugés nous permettent de les mobiliser.

Compte-rendu de lecture par Stéphanie Martel

ASIOC – 2010-2011 – Décolonisations de la péninsule indochinoise

CR revu et corrigé le 09/11/2012


[1] Mise à part une interruption entre 1997 et 2005 où il était rédacteur en chef adjoint du service international du Monde. Il a également participé à la création du site Mediapart où il a tenu un blogue dont la dernière entrée remonte au 22 mai 2009. En ligne. http://www.mediapart.fr/club/blog/al-sinni.

[2] L’« Organisation », un terme servant à désigner le Parti communiste du Kampuchéa dont l’existence restera secrète jusqu’à la visite de Pol Pot à Pékin en 1977.

[3] Pol Pot a commandé l’assassinat de Son Sen et de sa famille, seul crime pour lequel il sera mis en accusation par Ta Mok dans le cadre d’un procès factice où il sera qualifié de « traître » et emprisonné. Ta Mok sera capturé quelques temps plus tard par les autorités cambodgiennes avant de mourir en détention en 2007.

* * *

Bibliographie

  • Critiques de l’ouvrage

HASKI Pierre, 2009 : « La mort de Francis Deron, un journaliste contre l’omerta asiatique » in Rue 89 (8 octobre 2009). En ligne. http://www.rue89.com/chinatown/2009/08/10/la-mort-de-francis-deron-un-journaliste-contre-lomerta-asiatique. Page consultée le 21 décembre 2010.

LEYS Simon, 2009 : ‘The Cambodian Genocide – Francis Deron’s Trial of the Khmer Rouge’ in The Monthly, no. 49 (septembre).

RIGOULOT Pierre, 2009 : « Le Procès des Khmers rouges », in Politique internationale, no. 125, 455.

VAULERIN Arnaud, « Le Procès des Khmers rouges, Trente ans d’enquête sur le génocide cambodgien, Gallimard : 2009 », in Libération (10 août 2009).

  • Pour en savoir plus…

BERTELMAN Hanna, 2010 : ‘International Standards and National Ownership? Judicial Independence in Hybrid Courts: The Extraordinary Chambers in the Courts of Cambodia’, in Nordic Journal of International Law, vol. 79, 341:382.

CHANDLER David, 2009 : ‘Cambodia 2009, Plus C’est la Même Chose’ in Asian Survey, vol. 50, no. 1, 228:234.

DE WALQUE Damien, 2006 : ‘The Socio-Demographic Legacy of the Khmer Rouge Period in Cambodia’ in Population studies, vol. 60, no. 2, 223:231.

MENZEL Jörg, 2007 : ‘Justice delayed or too late for justice? The Khmer Rouge Tribunal and the Cambodian « genocide » 1975-79’, in Journal of Genocide Research, vol. 9, no. 2, 215:233.

  • Principaux ouvrages de référence cités par l’auteur

BECKER Elizabeth, 1988 : When the War Was Over – Cambodia and the Khmer Rouge Revolution, New York : Public Affairs.

CHANDLER David, 2000 : Brother Number One – A Political Biography of Pol Pot, Chiang Mai : Silkworm Books.

DUNLOP Nic, 2005 : The Lost Executioner, New York : Walker & Company.

LOCARD Henri, 1996 : Le « Petit Livre rouge » de Pol Pot – Les paroles de l’Angkar entendues dans le Cambodge des Khmers rouges du 17 avril 1975 au 7 janvier 1979, Paris : L’Harmattan.

SHORT Philip, 2004 : Pol Pot – The History of a Nightmare, Londres : John Murray.

* * *

Stéphanie Martel est actuellement doctorante en science politique – relations internationales (majeure) à l’Université de Montréal. Sa thèse sous la direction de Dominique Caouette (Centre d’Études de l’Asie de l’Est) porte sur : « La coopération anti-drogue en Asie du Sud-est : vers l’établissement d’une communauté de sécurité ? ». En 2011, elle a effectué un séjour de recherche en tant qu’analyste à l’Observatoire des trafics illicites – Ministère français des Affaires étrangères (Bangkok, Thaïlande). Elle a soutenu son Master 2 en science politique, spécialisation Asie orientale contemporaine (Institut d’Études politiques de Lyon/École normale supérieure de Lyon) en septembre 2011. Titre de son mémoire : « Le trafic de méthamphétamine et la sécurité régionale : La perception d’une menace commune comme catalyseur de la coopération », sous la direction de François Guillemot (CNRS) avec la collaboration d’Éric Frécon (RSIS, Singapour).

  • Sur le même sujet, lire : Stéphanie Martel, « La justice internationale confronte les Khmers rouge : Bourreaux confrontés à la barre », Quartier Libre, Vol. 16, n°11, 11/02/2009, Monde.