Archives par mot-clé : procès

Vietnam: six blogueurs condamnés à des peines de prison d’une lourdeur sans précédent

[ndlr] Déclaration de l’association Reporters Sans Frontières à la suite de la condamnation de six militants pro-démocratie en RSVN, à Hanoi le 5 avril 2018.

Le procès des six blogueurs de la Fraternité pour la démocratie a été expédié en quelques heures. A l’extérieur, quelques manifestants ont tenté d’approcher le tribunal (© Vietnam News Agency – Jenny Vaughan / AFP)

Six blogueurs vietnamiens ont été condamnés à des peines de quinze, douze, neuf et sept ans de prison à l’issue d’un procès expéditif. Reporters sans frontières (RSF) demande aux partenaires du Vietnam de faire pression sur Hanoi pour que cesse cette vague de répression intolérable.

Lire la suite : RSF

Condamnés pour avoir informé – le procès de Anh Ba Sàm

[ndlr] Condamnation de deux blogueurs renommés, prisonniers de l’État communiste depuis deux ans.

Le verdict est tombé le 23 mars 2016, les deux blogueurs Nguyễn Hữu Vinh alias Anh Ba Sàm et Nguyễn Thị Minh Thúy ont été condamnés respectivement à 5 ans et 3 ans de prison en vertu de l’article 258 du code pénal. Il leur est reproché d’avoir « abuser des libertés démocratiques et d’avoir porté atteinte aux intérêts de l’État » : « phạm tội Lợi dụng các quyền tự do dân chủ xâm phạm lợi ích của Nhà nước, quyền, lợi ích hợp pháp của tổ chức, công dân theo Điều 258 Bộ luật Hình sự ».

Plus d’une centaine de personnes se sont réunies à Hanoi pour manifester leur soutien à « Anh Ba Sàm », littéralement le « colporteur de ragots » ou le « bonimenteur »1. Notons qu’un ouvrage dédié à l’action de ce blogueur a été diffusé par ses soutiens. Édité par une maison d’édition indépendante (les éditions de la Jeunesse de Hanoi), il apparaît comme un véritable manifeste pour la liberté d’expression.

NguyenHuuVinh&NguyenThiMinhThuy
Le blogueur Nguyen Huu Vinh (1956-) alias Ba Sàm et « sa complice » Nguyen Thi Minh Thuy (1980-) © DR

Nguyễn Hữu Vinh, le blogueur le plus renommé des deux, est un ancien policier (tout comme Tạ Phong Tần expulsée en septembre 2015 aux États-Unis) et membre du PCV. C’est en 2007 qu’il met sur pieds le site d’information Ba Sàm dont l’ambition est de proposer une vision pluraliste de l’information vietnamienne. Le blog commente également cette information ou se fait le relais de textes importants publiés en RSVN et/ou d’articles étrangers traduits de l’anglais ou du français. Il fonde également en septembre 2013 deux autres blogs au contenu plus subversif : Dân quyền (Droits du peuple), Chép sử Việt (Écrire l’histoire du Viêt-Nam) objets de l’acte d’accusation.

Pendant six ans le blog Ba Sàm publie ses billets et devient un site incontournable pour suivre l’évolution sociale, politique et économique du pays. Il touche un lectorat de plusieurs millions d’internautes à l’intérieur ou à l’extérieur du pays. Cette popularité dérange. L’information ne passe pas par la validation des canaux officiels et selon les autorités communistes porte atteinte au prestige du PCV, aux intérêts de l’État, offrant une vision pessimiste et déformée de la situation du pays. Selon le vocabulaire officiel destiné à la presse indépendante, elle dénature (xuyên tạc) les faits et noircit (bôi đen) le tableau dans le but de nuire au régime. Pour le pouvoir, le blog s’oppose ni plus ni moins à l’État et au Parti. Dans un pays où la presse n’est pas libre, des billets sont en effet publiés sur les affaires internes du pouvoir communiste, sur l’emprisonnement, sur le procès du journaliste dissident Trương Duy Nhất2 ou sur la corruption.

L’acte d’accusation est une démonstration de la susceptibilité du pouvoir et offre une illustration sans équivoque de la réalité de la liberté d’expression dans ce pays. Selon des extraits de ce document relayés par la presse officielle, les deux blogs incriminés ont publié respectivement 2.014 billets sur Dân quyền et 383 billets sur Chép sử Việt soit un total de 2.397 billets ou articles. Le premier blog a mis en ligne 38.567 commentaires et le second 3.401 soit un total de 41.968 commentaires, preuve de l’intérêt que suscitait ces deux blogs, outils de communication et de discussion. Par article, on comptabilise ainsi une moyenne de 17,51 réactions. Enfin, l’acte d’accusation précise le nombre de connections. Pour Dân quyền, il en recense 3.243.330 et pour Chép sử Việt 480.353, soit un peu plus de 3, 7 millions de connections (3.723.683). Sur l’ensemble de ces données, l’acte d’accusation a relevé que 24 articles (soit 1% du total) possédaient « un contenu contraire à la vérité, sans fondement ; un contenu à caractère propagandiste, déformant la voie et la politique du Parti ainsi que les lois de l’État ; portant atteinte à la réputation de personnes, au prestige des organismes de l’État et des organisations du Parti, divulguant un regard pessimiste unilatéral, suscitant désarroi et inquiétude, ayant un impact sur la foi des masses populaires vis-à-vis de la direction du pays par le Parti, le Gouvernement, l’Assemblée nationale et L’État »3.

Que reproche-t-on enfin à la « complice » de Nguyễn Hữu Vinh ? Nguyễn Thị Minh Thúy, agent comptable de la société de Vinh, est condamnée à trois ans de prison pour avoir accepté les codes d’accès des deux blogs et en avoir assuré la gestion (mise en ligne des articles et des réactions, maintenance) et donc d’être coupable au même titre que Vinh du 1% d’articles séditieux.

En 2014, Nguyễn Hữu Vinh et Nguyễn Thị Minh Thúy sont arrêtés. Particulièrement visé comme ancien policier et membre du PCV, Vinh est maintenu au secret. Son épouse qui lui rend visite au mois d’octobre 2015 constate que sa santé décline. Elle proteste contre cet emprisonnement arbitraire sans succès. Un procès doit se dérouler le 19 janvier 2016. Il est ajourné pour cause de Congrès du PCV.

Attaqué à plusieurs reprises par des hackers liés au pouvoir policier, le site est aujourd’hui toujours actif sous la gestion efficace de Đinh Ngọc Thu. Il se revendique non sans humour comme étant l’organe d’expression de « l’Agence de presse du trottoir » (Thông tấn xã vỉa hè), une sorte de café du commerce sur l’évolution politique de la RSVN. Mais le site est bien plus que cela. Conservant son caractère pluraliste et variant les points de vue, il reste un outil d’information précieux pour suivre les affaires internes du PCV mais aussi sur les actions des organisations de la société civile et l’évolution de la situation économique du pays.

FG, MàJ 26/03/2016.

Pour en savoir plus (MàJ des liens, 07/04/2016) :

Luật sư Hà Huy Sơn, Bài bào chữa của Luật sư Hà Huy Sơn tại phiên tòa hình sự sơ thẩm 23/03/2016, Bauxite Viêt Nam, 24/03/2016.

Chủ blog Anhbasam bị phạt 5 năm tù, VnExpress, 23/03/2016.

Cinq ans de prison pour un blogueur au Vietnam, Le Matin, 23/03/2016.

Ít nhất 2 người bị bắt khi tham dự phiên tòa xử « Anh Ba Sàm », Dan Luan, 23/03/2016.

Ông Nguyễn Hữu Vinh bị đề nghị 5-6 năm tù, Vietnam Net, 23/03/2016.

Tường thuật phiên tòa xử Anh Ba Sàm và cô Nguyễn Thị Minh Thúy, Teu Blog, 23/03/2016. (nombreuses photos)

Vietnam: Drop Charges Against Prominent Bloggers, Freedom of Expression Under Renewed Pressure, Human Rights Watch, 22/03/2013.

Doan Hoa, Vài suy nghĩ nhỏ về trang Anh Ba Sàm, Dan Luan, 15/01/2016.

Image « à la une » : Les accusés Nguyen Huu Vinh et Nguyen Thi Minh Thuy à la barre du tribunal populaire de Hanoi le 23 mars 2016 © Minh Quang

Notes

  1. C’est avec une touche de dérision que le blogueur s’est affublé de ce titre qui pourrait être également traduit par « le baratineur, le bavard, le discoureur » ou « le hâbleur » []
  2. Responsable du blog Một góc nhìn khác, « Un autre regard ». Ce journaliste fut condamné au titre de l’article 258 du code pénal à deux ans de prison pour avoir publié sur son blog 11 articles critiquant le régime. Il est sorti de prison le 26 mai 2015 []
  3. Cf. Encadré de l’article de Vietnam Net cité en référence []

Peine réduite pour un homme condamné pour troubles à l’ordre public [Le courrier du Vietnam]

[ndlr] Procès en appel pour Nguyen Viet Dung : 12 mois de prison pour filiation affichée à l’ancienne république vaincue en 1975. Dépêche de l’Agence vietnamienne d’information (AVI).

La justice a réduit vendredi 11 mars en appel la peine d’un homme condamné pour troubles à l’ordre public selon l’article 245, clause 2, alinéa d, du Code pénal, apprend-on du Tribunal populaire de Hanoi.

L’accusé Nguyên Viêt Dung, âgé de 30 ans et domicilié dans la province de Nghê An, qui a été jugé en première instance le 14 décembre 2015 par la Cour populaire de l’arrondissement de Hoàn Kiêm, Hanoi, pour le même chef d’accusation.

Dung a vu sa peine réduite de 15 mois à 12 ans de prison. La Cour d’appel a estimé que l’homme avait fait preuve d’un « changement de prise de conscience » justifiant une réduction de peine.

Il lui était reproché d’avoir utilisé son compte Facebook pour inciter certains éléments à participer à un défilé non autorisé, le 12 avril 2015 au bord du lac de Hoàn Kiêm, en plein centre-ville dont il avait appris la nouvelle par Internet et pour lequel il avait conçu et commandé 19 tee-shirts noirs.

Le 12 avril 2015, il avait distribué des tee-shirts noirs à quatre personnes pour se faire photographier. Ils se sont joints ensuite au défilé avec 40 à 50 autres autour du lac, en scandant des harangues, ce qui avait mis en cause la sécurité et la l’ordre publics. VNA/CVN

Source : Le Courrier du Vietnam, 11/03/2016.

NguyenVietDung_Hanoi_12-04-2015
Nguyen Viet Dung en uniforme lors de la manifestation écologique « Pour un Hanoi vert » à Hanoi le 12 avril 2015 © DR

Notre commentaire : Nguyen Viet Dung n’a jamais troublé l’ordre public puisqu’il manifestait pacifiquement en compagnie de dizaines d’autres personnes qui n’ont pas été inquiétées par la Sécurité publique. Mais en affichant publiquement sa proximité avec le régime de Saigon, il a bousculé les cadres mentaux de la propagande officielle. Un crime de lèse-majesté en RSVN quarante an après la fin de la guerre.

Gardé au secret pendant huit mois par les petits hommes en vert © Dan Lam Bao

Voir notre précédent sur cette affaire billet : Nguyễn Viết Dũng : condamné pour un symbole

Le 11 mars 2016 à Hanoi devant le Tribunal populaire, ses nombreux soutiens réclament sa libération (les pancartes indiquent « Liberté pour Nguyen Viet Dung »).

TuDoChoNguyenVietDung

Pour en savoir plus sur cette affaire, voir le rapport de la Commission de l’ONU chargée des Droits de l’Homme en date du 15 janvier 2016 : Opinions adopted by the Working Group on Arbitrary Detention at its seventy – fourth session, 30 November – 4 December 2015. Opinion No. 45 / 2015 concerning Nguyen Viet Dung (Vietnam).

Opinion 2015 45_Vietnam_Dung_AUV

Image « à la une » : Nguyen Viet Dung lors de son procès en appel à Hanoi le 11 mars2016. Photo : Doan Tân/VNA/CVN

Cambodge : perpétuité requise contre deux hauts dirigeants khmers rouges [Le Monde]

[ndlr] A lire dans la presse.

KhieuSamphan_5_December_2011

Les procureurs du tribunal international de Phnom Penh ont requis, lundi 21 octobre, la prison à perpétuité contre les deux plus hauts dirigeants du régime khmer rouge encore en vie. L’idéologue du régime Nuon Chea, 87 ans, et le chef de l’Etat du Kampuchéa démocratique Khieu Samphan, 82 ans, sont poursuivis pour leur responsabilité dans une machine totalitaire qui a fait, entre 1975 et 1979, quelque deux millions de morts, d’épuisement, de faim, sous la torture ou dans des exécutions sommaires.

Lors de trois journées de réquisitoire commencé la semaine dernière, les deux procureurs ont décrit implacablement le rôle selon eux « primordial » des deux accusés dans les atrocités du régime de Pol Pot, qui a « déshumanisé » des habitants devenus « esclaves« .

Lire la suite : Le Monde, 21/10/2013.


Vidéo : dernière étape du procès de deux… par lemondefr

Phương Uyên, Une pour Tous [Viêt Nam Infos]

[ndlr] Éditorial de Bùi Xuân Quang de la revue en ligne Viêt Nam Infos publié à la suite de la libération surprise de l’étudiante Nguyễn Phương Uyên à l’issue de son procès en appel le 16 août dernier. Une libération inattendue : « C’est sans doute la première fois dans les annales de la justice vietnamienne depuis 1975 » souligne Églises d’Asie.

Nguyen Phuong Uyen à la barre du Tribunal populaire de Long An le 16 mai 2013.
Nguyen Phuong Uyen à la barre du Tribunal populaire de Long An le 16 mai 2013.


Que s’est-il passé à Long An (Vietnam), ce 16 août ? Faut-il croire que cette frêle jeune fille de vingt et un ans est parvenue à terrasser un monstre prédateur comme dans les contes pour les âmes pures ? Nguyễn Phương Uyên, lors de son procès en appel, avec Đinh Nguyên Kha, son aîné de quelques années, a refusé toute aide d’avocats, préférant utiliser le peu de temps alloué à la défense pour s’exprimer. Elle ne demande pas un abaissement de peine (une vraie nouveauté) car selon elle, critiquer le Parti n’est pas trahir son pays. On a allégé sa condamnation de 6 années de prison ferme en 3 années avec sursis. Elle est sortie libre dans la joie de la famille et des amis qui se sont rassemblés devant le tribunal pour la soutenir.

Lire la suite : Viêt Nam Infos, 26/08/2013.

Phuong Uyên après sa libération © Photo du blogueur Anh Chí
Phuong Uyên après sa libération
© Photo du blogueur Anh Chí

Le Quoc Quan trial postponed

LeQuocQuan
© 2012 AFP

Human Rights Watch issued an appeal for dissident blogger and lawyer Le Quoc Quan, currently imprisoned and who was scheduled for trial in Hanoi today (July 9). The trial was abruptly postponed, because the judge to preside over the trial became suddenly ill, said an official announcement.

However, fellow dissident and lawyer Nguyen Van Dai said it was more likely because of security concerns about demonstrations. Prayer services for Quan have been held in Catholic churches around the country.

See:

  • Vietnam: Drop Charges Against Le Quoc Quan

The trial of Le Quoc Quan, scheduled for July 9, was postponed in the afternoon of July 8. The trial has not been rescheduled. Read more : HRW, 08/07/2013.

and

  •  Dissident Vietnamese Lawyer’s Trial Abruptly Postponed

Vietnamese authorities abruptly postponed the trial of prominent dissident lawyer Le Quoc Quan on Monday, saying the judge scheduled to hear the case is ill, while lawyers and relatives said the hearing was put off to avoid publicity and international attention. Read more : RFA, 08/07/2013.

SupportersLeQuocQuan
Supporters wear t-shirts bearing a portrait of Le Quoc Quan during a mass held for him at a Catholic church in Hanoi on July 7, 2013. © AFP

The RFA report includes an interesting picture of Catholics in a Hanoi church wearing t-shirts with Quan’s picture. The HRW report includes a poem from him.

Steve Denney

Library assistant. UC Berkeley

[ndlr: message from Steve Denney on Vsg (09/07/2013) posted here with his kind permission]

‘Communist’ Is Still a Dirty Word in Vietnamese Immigrant Enclaves [NYT]

VietnamFlags[ndlr] A lire dans le New York Times l’histoire d’un procès en diffamation sur fond de guerre froide dans la communauté vietnamienne de Washington.

OLYMPIA, Wash. — The cold war may have ended, but in the Vietnamese community here in Washington State, the muscle memory persists.

Aging refugees who lived through the Vietnam War and the fall of Saigon in 1975, many of them scarred by the experience, have not forgotten, nor forgiven. Even now, an accusation of sympathy with the Communist government — real or imagined — can shatter a reputation.

Or settle a score.

That is apparently what happened in the case of Duc Tan et al vs. Norman Le et al, according to the Washington Supreme Court, in a civil defamation case that has offered a rare glimpse into the gut-punching, passionate inner life of Vietnamese America.

Tensions and worries about free speech have surged in recent days all over the nation amid the controversy over federal monitoring of telephone and Internet traffic for national security. And many of those anxieties are heightened in immigrant communities, especially those from the Middle East, where the terminology of religious extremism can raise red flags.

Here in Olympia, the combatants were men of spare build and thinning hair. One was accused of being a Communist, the other of being a slanderer. Both worked for the South Vietnamese government or military. Both became leaders in local groups that strove to keep Vietnamese language and tradition alive in Western Washington.

Read more : Kirk Johnson, New York Times, 22/06/2013.

A version of this article appeared in print on June 23, 2013, on page A18 of the New York edition with the headline: ‘Communist’ Is Still a Dirty Word In Vietnamese Immigrant Enclaves.