Archives par mot-clé : prisons

Guillaume Zeller : Les cages de la Kempeitaï – Les Français sous la terreur japonaise. Indochine, mars-août 1945

Parution d’un ouvrage sur le sort relativement méconnu des Français après le coup de force japonais du 9 mars 1945 en Indochine. Présentation de l’éditeur.

9 mars 1945. Les Japonais s’emparent de l’Indochine française alors que l’issue de la guerre du Pacifique en faveur des Alliés ne fait plus le moindre doute. Après ce coup de force, ponctué de nombreux massacres, des milliers de Français, civils ou militaires, sont déportés dans des camps, incarcérés dans des prisons ou assignés à résidence.

Ces hommes et ces femmes connaissent des conditions de détention effrayantes dans les cachots et bagnes qui jalonnent la péninsule du nord du Tonkin jusqu’au sud de la Cochinchine. Sous la surveillance de la Kempeitaï, surnommée la « Gestapo japonaise », ils participent à des travaux harassants, souffrent de la faim et de la soif, subissent coups et tortures quand ils ne sont pas entassés dans des cages à tigres fétides d’où ils ne voient jamais le jour.

On estime que plus de 3 000 Européens sont morts pendant cette période. Les rescapés, dont les grands-parents de l’auteur, ont toujours été convaincus de ne devoir la vie qu’aux explosions nucléaires d’Hiroshima et Nagasaki. Ces Français du bout du monde demeurent pourtant oubliés, écrasés entre la libération de la métropole et la guerre d’Indochine qui s’annonce, quand ils ne sont pas soupçonnés de complaisance envers le régime de Vichy. Plus de 70 ans après, il est temps que cette tragédie occupe sa juste place dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Guillaume Zeller est journaliste. Il a été directeur de la rédaction d’i-Téléet de Direct 8. Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, il est titulaire d’un DEA d’histoire contemporaine. Aux éditions Tallandier, il a déjà publié Oran, 5 juillet 1962. Un massacre oublié (2012) et La Baraque des prêtresDachau, 1938-1945 (2015).

Source : Tallandier

Viêt-Nam : les prisonniers d’opinion torturés dans les prisons [Amnesty International]

[ndlr] Le nouveau rapport d’Amnesty International publié le 12 juillet 2016 sur les conditions de détentions des prisonniers d’opinion en République socialiste du Viêt-Nam. Accablant.

Dans le rapport « Des prisons à l’intérieur des prisons : la torture et les mauvais traitements des prisonniers d’opinion au Viêt-Nam », nous avons documenté les pratiques de disparition forcée, mise à l’isolement et torture contre les prisonniers d’opinion, dans ce pays considéré comme l’un des plus fermé au monde.

DES PRISONNIERS TORTURÉS POUR LEUR SOUTIRER DES AVEUX

Dar a passé 5 ans derrière les barreaux. Les 10 premiers mois de sa détention, ils les a passés à l’isolement dans une minuscule cellule, dans l’obscurité la plus complète et dans un silence total. Pendant les deux premiers mois, on est venu le chercher chaque jour pour l’interroger et le rouer de coups.

Les autorités lui ont infligé des décharges électriques, lui ont fait passer le long de sa jambe un morceau de papier enflammé, lui brûlant la peau. Ils l’ont contraint à supporter des positions inconfortables et douloureuses pendant huit heures d’affilée. Il a également été frappé à coups de bâton, de tube en caoutchouc, de poing et de pied.

Un jour, des policiers l’ont pendu par les bras au plafond pendant un quart d’heure et l’ont frappé. Plusieurs fois, des policiers, ivres semble-t-il, ont fait irruption dans sa cellule au beau milieu de la nuit pour le rouer de nouveau de coups.

Dar était emprisonné en raison de son appartenance ethnique.

De nombreux anciens prisonniers interrogés par Amnesty International ont indiqué que la torture et les mauvais traitements avaient été particulièrement violents durant leur détention provisoire, car les autorités voulaient leur arracher des « aveux ».

Lire la suite : Amnesty International, 12/07/2016.

Téléchargez le rapport (PDF) ci-dessous :

Des prisons à l’intérieur des prisons

Les cas présentés dans ce rapport illustrent le fossé qui existe au Viêt-Nam entre les promesses faites en public de mettre un terme à la torture et aux autres mauvais traitements et la réalité telle que la vivent les prisonniers d’opinion incarcérés dans les centres de détention et les prisons du pays.
Index AI : ASA 41/4187/2016
Date de publication : 12 juillet 2016

Décès de l’écrivain Bùi Ngọc Tấn (1934-2014) à Hải Phòng

BuiNgocTanL’écrivain Bùi Ngọc Tấn est décédé à Hải Phòng le 18 décembre 2014 à l’âge de 81 ans.

Bùi Ngọc Tấn naquit en 1934 au village de Câu Tử Ngoại, commune de Hợp Thành dans le district de Thủy Nguyên à Hải Phòng. Il débuta sa carrière d’écrivain en 1954. Auparavant, il avait été journaliste dans le quotidien Tiền Phong [Avant-Garde] où il publia sous le nom de plume de Tân Sắc.

Il fut dans les années soixante une victime de la campagne politique dite « du révisionisme anti-parti » (Xét Lại Chống Đảng). Incarcéré pendant cinq ans sans jugement dans les prisons de la République Démocratique du Viêt-Nam (Nord Viêt-Nam), il a relaté cette expérience dans un récit autobiographique intitulé Chuyện Kể Năm 2000 (Histoire racontée en l’an 2000). Ce texte décrit la répression des intellectuels par les autorités policières nord-vietnamiennes et expose le visage de l’appareil totalitaire de cette époque.

Pourtant édité au Viêt-Nam (Nxb Thanh Niên), ce livre fut rapidement interdit par la censure et eut un grand retentissement au sein des intellectuels. Il a été depuis réédité à l’extérieur du Viêt-Nam. Son témoignage exceptionnel fut traduit en anglais, en français (sous le titre Conte pour les siècles à venir, L’Aube, 2013) et en allemand. En France, il publia également chez le même éditeur Une vie de chien et La Mer et le martin-pêcheur, couronné par le prix Henri-Queffélec. La presse vietnamienne lui a rendu un hommage appuyé (Tiền Phong, Tuổi Trẻ, VN Express…).

FG

Sources : RFA, 18/12/2014 ; L’Orient, 19/12/2014 (AFP).

BuiNgocTan_ChuyenKeNam2000
Couverture de l’ouvrage édité chez Nxb Thanh Niên en 2000.

* * *

Autres sources :