Archives par mot-clé : prisonniers d’opinion

Vietnamese Dissident Arrives in US After Release From Prison [RFA]

CuHuyHaVu2[ndlr] Annonce de la libération de l’avocat Cu Huy Ha Vu sur Radio Free Asia.

One of Vietnam’s most prominent political prisoners, Cu Huy Ha Vu, has been released from jail and arrived in the United States with his wife, sources in the U.S. said Monday, in a move his son said had been expected for some time.

Vu, 56, a rights lawyer who was imprisoned on anti-state charges and is suffering from heart trouble, and his wife Nguyen Thi Duong Ha reached the U.S. capital Washington D.C. on Monday, according to a source speaking on condition of anonymity.

Vu, who was less than three and a half years into a seven-year jail term, had been released from prison on Sunday night local time and immediately put on a plane to the United States at Hanoi’s Noi Bai International Airport, the source told RFA’s Vietnamese Service.

A U.S. congressman who had campaigned for Vu’s release said in a statement Monday afternoon that the dissident was “now a free man.”

Lire la suite : RFA, 07/04/2014

Voir aussi :

L’analyse de Pham Chi Dung :

Internet au Viêt-Nam : le tour de vis politique du « Décret 72 »

Depuis quelques années déjà, la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN) est considérée par les organisations internationales de défense des droits de l’homme comme un « ennemi d’internet ». Avec la publication le 15 juillet 2013 d’un Décret du Premier ministre Nguyen Tan Dung imposant de nouvelles restrictions concernant l’utilisation de la toile au Viêt-Nam, cette image négative s’est renforcée [1]. Le Décret rendu public le 6 août a déjà suscité une vague de désapprobation chez les internautes et les États-Unis se sont immédiatement exprimés sur le sujet via leur ambassade à Hanoi [2].

banphiem-tay-danlambao
© 2013 Dan Lam Bao

L’affaire ne fait que commencer mais déjà les avis sont nombreux pour condamner cette directive liberticide qui devra en principe s’appliquer à partir du 1er septembre prochain. Que dit le Décret 72 ? Outre des dispositions habituelles qui visent à interdire la violence, la pornographie ou les dérives sectaires, le texte est une charge contre les éventuels futurs blogueurs qui s’évertueraient à surfer sur les actualités politiques, sociales ou économiques du pays en les analysant, les commentant ou les relayant dans le but de « ternir » l’image du Viêt-Nam [3].

Le journal Le Monde (édition du 2 août) donne la teneur générale du texte en citant cet extrait traduit :

Le décret interdit […] aux fournisseurs de service internet « de donner des informations contre le Vietnam, saper la sécurité nationale, l’ordre social et l’unité nationale, ou de déformer les informations, de calomnier et diffamer le prestige d’organisations, l’honneur et la dignité des individus » [4].

L’article de Nhat Vo Tran sur Médiapart, un des premiers à s’intéresser à cette affaire, analyse les conséquences du décret pour la liberté d’expression :

Le décret 72/2013/ND-CP est ainsi un terrible instrument de censure. Il exige des sociétés internet et autres fournisseurs d’informations sur internet au Vietnam de coopérer avec le gouvernement pour réprimer tout un éventail de comportements très vaguement définis. Ces « comportements interdits » comprennent « l’abus de l’accès et de l’utilisation d’internet et des informations sur la toile » pour « s’opposer à la République Socialiste du Vietnam », « la mise en danger de la grande unité du peuple », « l’atteinte au prestige des organisations et à l’honneur et à la dignité des individus », de « la mise en danger des belles coutumes et tradition de la nation », « la révélation des secrets d’État » (article 5). L’article 25 exige que toute information diffusée sur internet soit censurée en fonction de ces « comportements interdits » [5].

La plupart de ces dispositions ne sont pas nouvelles et apparaissent déjà dans le code pénal. Chacun sait que la critique ouverte et relayée sur la toile est fermement condamnée au Viêt-Nam par un Etat-Parti engoncé dans une paranoïa digne des temps de la Guerre Froide. L’organisation Reporters Sans Frontières a récemment engagé une campagne de mobilisation internationale visant à faire sortir de prison quelques 35 blogueurs détenus dont certains depuis 2008 et lourdement condamnés pour avoir exprimer des idées politiques sur internet. Le Monde rappelle quant à lui que « depuis le début de l’année, au moins 46 militants ont été condamnés, souvent à de longues peines de prison, pour activités contre l’Etat » [6]. Fait nouveau et inquiétant mis en avant par certaines dispositions de ce Décret, notamment les articles 5 et 25 : le traitement de l’information. En effet, le fameux décret « interdit aux 31 millions d’internautes vietnamiens de partager des articles d’actualité sur les blogs et les réseaux sociaux » [7]. Deux idées majeures s’invitent dans ce texte répressif :

  • 1) Les Vietnamiens ne devront plus échanger d’informations sur l’actualité mais seulement sur des faits personnels (« la dernière photo de son chat ou le nouveau clip d’un chanteur à la mode », ironise Victor Guillot, correspondant pour RFI [7]) ;
  • 2) Les fournisseurs d’information comme Google, Facebook et autres sont chargés au mieux d’appliquer les nouvelles mesures en « nettoyant » leurs abonnés au pire de se mettre à l’heure d’une délation organisée en fournissant si besoin les identités des adresses IP « subversives » [8].

Le texte du Décret très long et très détaillé permettra en outre toutes les interprétations possibles car qui peut dire si ce qu’il écrit et communique aux autres ne possède pas un caractère anti-étatique ou pouvant ternir l’image du régime en place ? Le but de cette opération se présente officiellement comme « un grand bénéfice pour les utilisateurs » qui pourront ainsi disposer « d’informations correctes et propres » [9]. En réalité, cette disposition vise très concrètement une série de blogs contestataires très lus qui ont été la cible depuis quelques temps des Services de la Sécurité publique et des conservateurs les plus staliniens en posture d’avocat du régime autoritaire. On peut penser que les sites d’actualité politique Bauxite Viet Nam, Dan Lam Bao, Quan Lam Bao et autres blogs personnels comme celui de l’intellectuel Nguyen Xuan Dien, sont directement visés. D’ailleurs, la réaction du Nhân Dân, l’organe officiel du PCV, « estimant que le décret était «nécessaire» pour «nettoyer» internet utilisé pour «attaquer» le parti communiste et l’État », confirme l’objectif purement politique de la manœuvre [10].

Que penser de l’application de cette disposition qui doit entrer en vigueur en septembre ? Les observateurs les plus avisés comme Shawn Crispin (Comité pour la protection des journalistes) se demandent quelle sera l’efficacité réelle de cette disposition [11]. Quoi qu’il en soit, la répression des journalistes trop « bavards » travaillant sur des sujets chauds se poursuit. La correspondante de RFI Claire Arsenault signalait le cas de Vo Thanh Tung, un journaliste d’investigation spécialisé dans les affaires de corruption. Cet enquêteur de 31 ans officiant dans le journal Phap Luat [Lois] a été interpellé le 8 août pour avoir été vu recevant de l’argent d’un propriétaire de bar. Il enquêtait sur des policiers de la circulation qui recevaient des pots-de-vin de chauffeurs de camions et de bus [12]. Cette affaire en rappelle de précédentes notamment celle de Huynh Khuong, journaliste de Tuoi Tre [Jeunesse] qui écopa en septembre 2012 de quatre ans de prisons pour une accusation similaire alors qu’il menait une enquête sur les pratiques de corruption touchant le ministère des Transports. Bien que très lus et parfois même récompensés pour leur audace et leurs révélations (cas de Vo Thanh Tung), ces journalistes ne sont pas à l’abri d’une descente aux enfers si le pouvoir politique l’exige. Ceci pour les acteurs « réguliers » ou autorisés de l’information.

vietnam_freedieucay_danlambao
La cause du blogueur Dieu Cay relayée sur le site Dan Lam Bao

Pour les blogueurs la situation est bien pire. Sans statut officiel dans la presse, leurs écrits constituent immanquablement des « preuves » lors de procès iniques à l’issue desquels ils écopent de condamnations plus ou moins lourdes suivant leur degré de « repentance » ou d’acceptation des charges qui les accablent. Celles-ci assimilent le plus souvent les analyses politiques et sociales des blogueurs à de la subversion anti-étatique, voire à des tentatives de « renversement du gouvernement populaire ». On peut citer à cet effet la cause du célèbre Nguyen Van Hai, alias Dieu Cay [la pipe paysanne ou pipe à eau], qui croupit depuis 2008 dans les geôles de la RSVN. Le cas de cet internaute, net-citoyen et co-fondateur d’un club de « journalistes libres », a été récemment soulevé par les organisations des droits de l’homme. En effet, Nguyen Van Hai, épuisé, vient de mettre un terme à 35 jours de grève de la faim pour protester contre les conditions de sa détention [13].

Triste palmarès, RSF rappelle que la RSVN figure au 172e rang sur 179 dans son index de la liberté de la presse en ligne [14]. RFI terminait son article consacré à Vo Thanh Tung en soulignant que ce pays est « devenu la deuxième prison au monde pour les acteurs de l’information, après la Chine » [15]. D’autres sites comme l’informatique.org n’hésitent pas à parler d’un « blocus informationnel sur le web » [16]. Cette disposition a néanmoins une conséquence sans doute peu attendue des autorités communistes : elle donne du crédit à des partis politiques d’opposition comme le Viêt Tân qui fustigent régulièrement l’omniprésence de la censure et le contrôle de l’information. Elle permettra en outre aux plus déterminés à trouver les astuces adéquates pour contourner la censure (langage codé, sites clandestins, tracts, manifestations de rue…).

Les quelques 12 millions d’abonnés à Facebook et les 31 millions d’internautes au Viêt-Nam risquent de donner beaucoup de fil à retordre à un Etat-Parti de plus en plus contesté. Le 07 août dernier, quelques blogueurs appartenant à un Réseau des Bloggeurs Vietnamiens (Network of Vietnamese Bloggers) se sont rendus à l’ambassade de Suède pour soumettre la « Déclaration 258 » dans le but de condamner le non respect par la RSVN des droits fondamentaux de liberté d’expression. Ce nouveau Réseau, qui indique qu’une résistance de net-citoyens s’organise, exige l’abrogation de l’article 258 du code pénal vietnamien (amendé en 2009) qui fait référence au : « crime d’abus des libertés démocratiques pour porter atteinte aux intérêts de l’Etat, aux droits et intérêts légitimes des organisations et / ou des citoyens » [17]. Car il faut savoir qu’en matière de stratégie politique le Viêt-Nam navigue toujours dans deux sens opposés, une stratégie payante pendant la guerre qui consiste à frapper à l’intérieur tout en négociant à l’extérieur. RSF rappelle que c’est précisément à l’heure du tout répressif sur la toile que la RSVN se porte candidate pour siéger au conseil des Droits de l’Homme pour le mandat 2014-2016 :

L’annonce de ce décret survient quelques jours seulement après que le Vietnam a décidé de poser sa candidature pour siéger au conseil des Droits de l’Homme pour le mandat 2014-2016. Reporters sans frontières rappelle que le paragraphe 9 de la résolution 60/251 de l’Assemblée générale du 3 avril 2006, instituant le Conseil des droits de l’homme prévoit que « les membres élus du Conseil observeront les normes les plus strictes en matière de promotion et de défense des droits de l’homme », des conditions que le pays est bien loin de remplir [18].

La machine à laver étatique pour policer les blogs vietnamiens risque fort de se gripper. Terminons par une note d’espoir aux internautes vietnamiens : « Les carottes sont cuites. Je répète : les carottes sont cuites… »

François Guillemot, 09/08/2013.

Notes

[1] Le décret n° 72/2013/NĐ-CP est publié sur le site du ministère de la justice : NGHỊ ĐỊNH. Quản lý, cung cấp, sử dụng dịch vụ internet và thông tin trên mạng, 15/07/2013.

[2] Washington préoccupé par les restrictions aux internautes vietnamiens, La Presse (édité à Montréal), 06/08/2013.

[3] Voir l’analyse de RFI : Au Vietnam, le gouvernement continue sa guerre contre internet et les réseaux sociaux, RFI, 06/08/2013. L’article 5 expose les différentes interdictions.

[4] Le Vietnam impose de nouvelles restrictions aux internautes, Le Monde avec AFP, 02/08/2013.

[5] Vietnam : Business (et censure) as usual…, Médiapart, 28/07/2013.

[6] Le Monde, 02/08/2013, art. cit.

[7] Au Vietnam, le gouvernement continue sa guerre contre internet et les réseaux sociaux, RFI, 06/08/2013 (avec Victor Guillot).

[8] Médiapart, 28/07/2013, art. cit.

[9] RFI, 06/08/2013, art. cit. (avec Victor Guillot).

[10] La Presse, 06/08/2013, art. cit.

[11] Le Monde, 02/08/2013, art. cit.

[12] Au Vietnam, journalistes et blogueurs plus que jamais dans la ligne de mire du pouvoir, RFI, 08/08/2013.

[13] Dieu Cay cesse sa grève de la faim, RSF continue d’exiger sa libération, RSF, 05/08/2013 et l’article du 23/07/2013.

[14] Le Vietnam veut interdire aux internautes de “parler d’actualité”, RSF, 02/08/2013.

[15] RFI, 08/08/2013, art. cit.

[16] Réseaux sociaux : le Vietnam impose la censure, L’informatique, 08/08/2013.

[17] Voir Statement from a network of Vietnamese bloggers: Vietnam should amend law to demonstrate Human Rights Council candidacy commitment, Dan Lam Bao.

[18] RSF, 02/08/2013, art. cit. Voir aussi le communiqué sur News Press.

RSF demande la libération des 35 blogueurs vietnamiens emprisonnés

[ndlr] Depuis le 24 juillet 2013, Reporters sans frontières (RSF) appelle à la mobilisation internationale pour la libération des 35 blogueurs emprisonnés au Vietnam. Sur la photo (ci-dessous) de la pétition en ligne, l’avocat Cu Huy Ha Vu.

RSF_BlogueursVietnam

RSF demande la libération des 35 blogueurs vietnamiens emprisonnés.

Le Vietnam est la 2ème prison du monde pour les blogueurs et cyberdissidents, après la Chine.

Au Vietnam, les blogueurs apportent une information alternative, indépendante du pouvoir. Ils enquêtent sur la corruption, les problèmes environnementaux, les perspectives politiques du pays, etc. Les vagues d’arrestations de blogueurs, net-citoyens et journalistes se succèdent depuis plusieurs années. Avec à l’esprit les révoltes arabes, les autorités vietnamiennes ont accru la répression pour réduire au silence les voix dissidentes et parer à toute déstabilisation du régime.

Parmi les 35 blogueurs emprisonnés à ce jour : le militant des droits de l’homme Dieu Cay, l’avocat Le Quoc Quan, et les blogueurs Paulus Lê Son, Ta Phong Tan, Tran Huynh Duy Thuc ainsi que Nguyen Tien Trung. Ils ont été condamnés à de lourdes peines de prison ferme pour “subversion”, “propagande contre l’Etat”, ou “tentative de renversement du gouvernement”, entre autres motifs fallacieux.

Leurs proches subissent les campagnes de diffamation et le harcèlement des autorités. Désespérée par le sort de sa fille, la mère de la blogueuse emprisonnée Ta Phong Tan s’était immolée par le feu en 2012.

Reporters sans frontières demande la libération immédiate des blogueurs et net-citoyens emprisonnés par le régime, la levée de la censure et l’abrogation des textes législatifs répressifs utilisés contre les acteurs de l’information, en particulier l’article 88 et la clause 1 de l’article 79 du code pénal.

Signer la pétition pour la libération des 35 blogueurs emprisonnés au Vietnam

* * *

Liste des 35 blogueurs emprisonnés :

Depuis le : 15 juin 2013 – Dinh Nhat Uy – Blogueur
Depuis le : 13 juin 2013 – Pham Viet Dao – Blogueur
Depuis le : 26 mai 2013 – Truong Duy Nhat – Blogueur
Depuis le : 27 décembre 2012 – Le Quoc Quan – Avocat, blogueur http://lequocquan.blogspot.com
Depuis le : 19 octobre 2012 – Nguyen Phuong Uyen – Net-citoyen
Depuis le : 19 octobre 2012 – Dinh Nguyen Kha – Blogueur
Depuis le : 8 août 2012 – Dinh Dang Dinh – blogger
Depuis le : 6 juillet 2012 – Le Thi Kim Thu
Depuis le : 1er décembre 2011 – Le Thanh Tung
Depuis le : 19 septembre 2011 – Tran Vu Anh Binh – Netizen, compositeur de musique
Depuis le : 5 septembre 2011 – Ta Phong Tan
Depuis le : 27 août 2011 – Tranh Minh Nhat
Depuis le : 18 août 2011 – Thai Van Dung
Depuis le : 7 août 2011 – Nguyen Van Duyet – contributeur de Vietnam Redemptorist News
Depuis le : 5 août 2011 – Nong Hung Anh – contributeur des blogs www.boxitvn.net et baokhongle.wordpress.com
Depuis le : 3 août 2011 – Paulus Lê Son – paulusleson.wordpress.com
Depuis le : 2 août 2011 – Dau Van Duong – Netizen
Depuis le : 2 août 2011 – Tran Huu Duc
Depuis le : 1er août 2011 – Chu Manh Son – Blogueur
Depuis le : 30 juillet 2011 – Dang Xuan Dieu – contributeur de Vietnam Redemptorist News
Depuis le : 30 juillet 2011 – Ho Duc Hoa – contributeur de Vietnam Redemptorist News
Depuis le : 30 juillet 2011 – Nguyen Van Oai
Depuis le : 25 juillet 2011 – Nguyen Van Ly
Depuis le : 28 avril 2011 – Nguyen Cong Chinh – Pasteur, net-citoyen
Depuis le : avril 2011 – Nguyen Ngoc Cuong
Depuis le : 26 mars 2011 – Lu Van Bay
Depuis le : 4 novembre 2010 – Cu Huy Ha Vu
Depuis le : 27 octobre 2010 – Vi Duc Hoi
Depuis le : 18 octobre 2010 – Phan Thanh Hai – Anh Ba SaiGon
Depuis le : 7 juillet 2010 – Tran Huynh Duy Thuc
Depuis le : 9 octobre 2009 – Nguyen Xuan Nghia
Depuis le : 9 octobre 2009 – Nguyen Kim Nhan
Depuis le : 7 juillet 2009 – Nguyen Tien Trung
Depuis le : 7 juillet 2009 – Tran Anh Kim
Depuis le : 19 avril 2008 – Nguyen Van Hai (Dieu Cay)

Source : RSF

Le Quoc Quan trial postponed

LeQuocQuan
© 2012 AFP

Human Rights Watch issued an appeal for dissident blogger and lawyer Le Quoc Quan, currently imprisoned and who was scheduled for trial in Hanoi today (July 9). The trial was abruptly postponed, because the judge to preside over the trial became suddenly ill, said an official announcement.

However, fellow dissident and lawyer Nguyen Van Dai said it was more likely because of security concerns about demonstrations. Prayer services for Quan have been held in Catholic churches around the country.

See:

  • Vietnam: Drop Charges Against Le Quoc Quan

The trial of Le Quoc Quan, scheduled for July 9, was postponed in the afternoon of July 8. The trial has not been rescheduled. Read more : HRW, 08/07/2013.

and

  •  Dissident Vietnamese Lawyer’s Trial Abruptly Postponed

Vietnamese authorities abruptly postponed the trial of prominent dissident lawyer Le Quoc Quan on Monday, saying the judge scheduled to hear the case is ill, while lawyers and relatives said the hearing was put off to avoid publicity and international attention. Read more : RFA, 08/07/2013.

SupportersLeQuocQuan
Supporters wear t-shirts bearing a portrait of Le Quoc Quan during a mass held for him at a Catholic church in Hanoi on July 7, 2013. © AFP

The RFA report includes an interesting picture of Catholics in a Hanoi church wearing t-shirts with Quan’s picture. The HRW report includes a poem from him.

Steve Denney

Library assistant. UC Berkeley

[ndlr: message from Steve Denney on Vsg (09/07/2013) posted here with his kind permission]

Letter calling for urgent help – From the family of Dr Cu Huy Ha Vu

CuHuyHaVu2[ndlr] Publiée sur le site Bauxite Viet Nam, nous reproduisons ici la lettre de Nguyen Thi Duong Ha, l’épouse de l’avocat Cu Huy Ha Vu : un appel au secours pour son époux dont la santé s’est dégradée après 9 jours de grève de la faim.

Hanoi, 4 June 2013

LETTER CALLING FOR URGENT HELP
From the family of Dr Cu Huy Ha Vu

To the attention of:
– The Vietnamese people inside the country and overseas;
– The Party and Nation Leaders with conscience;
– The patriotic Personalities, Intellectuals, religious Groups and all classes of citizens who love Veracity – Justice – Peace;
– All the Organisations inside the country and overseas.

My name is Nguyen Thi Duong Ha.

Residing at 24 Dien Bien Phu, Ba Dinh, Hanoi

In unity with all members of our family, this is our urgent appeal for help we would like to convey to you all.

My husband, Dr Cu Huy Ha Vu, the person who was sentenced for 7 years imprisonment and 3 years parole by the Socialist Republic of Vietnam for “propaganda against the Socialist Republic of Vietnam” through a “public hearing but secret trial” in Hà Nội.

Those who have observed and known about the activities of Dr Cu Huy Ha Vu to clear up his country have seen this sentence as a dirty stain difficult to wash out committed by the so called “National Jurisdiction of the Socialist Republic of Vietnam”. Though everything Dr Cu has said, published, and done are being verified as reflecting the reality, and the society accepts his proposals as a path towards the progression of the country. However, the person Cu Huy Ha Vu who loves his country and his compatriots, who is keen to contribute to the destiny of the nation and to the future of the population is being maltreated at the place he is being detained, the prison no 5 – Department of Police in Yên Định, Thanh Hoá.

The surveillance team of this prison is purposely not applying correctly the article rules of the law applicable to the prisoners here, and in particular to Dr Cu. His most recent letter of denunciation has been hushed up for 180 days (one hundred eighty days) without reply, and Dr Cu Huy Ha Vu has got no other option but to go on a hunger strike to protest.

To-date 4 June 2013, Dr Cu Huy Ha Vu has gone on his 9th day of hunger strike, and his health is being at high peril. His life is being highly threatened as he gets a congenital heart disease plus other multiple illnesses acquired in the course of his imprisonment.

Ladies and gentlemen, sisters and brothers,

We have sent several urgent letters of denunciation to the leaders, and to the highest organisms of the Party and the Nation, requesting the liberation, and, for the immediate, an improvement of the conditions of imprisonment of Dr Cu Huy Ha Vu.

However, to-date, we have not received any feed back reply.

Please be compassionate with the situation of our family at this moment. Raise up your voices with your own conscience and use all the capacity in your possession to rescue Dr Cu Huy Ha Vu.

We sincerely address this letter seeking for help to the population, the individuals, the organisations inside of the country and overseas, asking you to come to the rescue of my husband, an honest citizen, an intellectual who loves his country and his compatriots.

Very truly yours,
Nguyen Thi Duong Ha

Source : Bauxite Viet Nam, 05/06/2013.

Vietnam : Fermez les yeux, juste pour voir – Philippe Papin

LsCuHuyHaVu[ndlr] A l’heure ou le célèbre avocat Cu Huy Ha Vu entame une grève de la faim pour protester contre les mauvais traitements dont il fait l’objet en prison (voir lien en fin de billet), nous invitons les lecteurs de Mémoires d’Indochine à relire ce texte de notre collègue et ami Philippe Papin.

Bouleversé par cet enfermement qui frappe un ami de longue date, Philippe Papin revient sur le parcours étonnant et courageux de Cu Huy Ha Vu. Précisons que nous partageons cette démarche dénuée d’arrière-pensées politiques et signe d’une belle amitié.

Le texte, publié initialement sur WebAsies en 2011, est reproduit ici avec l’aimable autorisation de son auteur.

 

VIETNAM : FERMEZ LES YEUX, JUSTE POUR VOIR

Publié le 31 juillet 2011

Texte Philippe Papin* / Photographie VNA/AFP

Fermez les yeux, et imaginez qu’un de vos meilleurs amis est en prison. Innocent, il a été condamné à sept ans de réclusion qui seront suivis de trois ans de résidence surveillée.

Réalisez, à l’aune de votre vie, ce que représente une décennie. Songez à sa famille et à ses proches. Enfin, les yeux toujours fermés, posez-vous cette question : me tairais-je sur son sort, quand je ne peux faire rien d’autre que parler ?

Cet ami, c’est, pour moi, l’avocat Cu Huy Ha Vu. Son cas n’a rien de théorique : arrêté en novembre 2010, condamné en avril 2011, à l’issue d’une parodie de procès dans la capitale vietnamienne Hanoi, il est en train de croupir dans l’isolement et l’abandon.

Je connais Ha Vu depuis 1991. Il faisait partie de ces jeunes Vietnamiens – il avait alors 35 ans – fabuleusement doués pour tout, ouverts, généreux, aimant la discussion et qui ne marchandaient ni leur affection ni leur humour. Je me souviens de nos escapades à la campagne, quand, avec d’autres, nous allions en petit groupe visiter telle ou telle pagode célèbre, tel village ancien, tel site réputé, et qu’en tous lieux le plaisir d’explorer, aussi grand fût-il, ne valait jamais celui, finalement plus intense, d’être ensemble. Autour d’un pique-nique improvisé, nous étions parfois graves mais, plus souvent, les plaisanteries fusaient. Nous refaisions le monde ; nous étions des amis, tout simplement. Dans cette joyeuse petite troupe, Ha Vu est celui qui – avec un autre, véritable frère, lequel se reconnaîtra quand il lira ces lignes – m’a fait découvrir son pays, et il l’a fait avec la simplicité discrète qui est l’apanage des grands.

Il n’a pas été le seul, je l’ai dit ; j’ai connu au Vietnam, et connais encore, des dizaines de personnes qui possèdent sa culture et son élégance, sa gentillesse et son esprit. Ils sont par ailleurs des centaines, des milliers, à avoir fait le sel du pays qui s’ouvrait au début des années 1990. Mais il se trouve qu’aujourd’hui c’est Ha Vu qui est en prison : c’est donc lui qui, dans ma mémoire – j’ose dire : dans mon cœur – cristallise cette belle génération du Vietnam nouveau.

Belle génération et belle famille : Ha Vu, fils d’un poète qui était un proche du Président Hô Chi Minh, est aussi neveu par sa mère de Xuân Diêu, lequel est au Vietnam ce que nous est Baudelaire. Francophone par tradition familiale et formation universitaire, titulaire d’un doctorat de droit passé à la Sorbonne, ce parfait connaisseur de l’histoire de son pays, et surtout de sa littérature dont il parlait sans cesse, s’adosse à deux solides pans de culture, qui du reste sont moins éloignés l’un de l’autre qu’on ne le croie.

Ha Vu, en tant qu’avocat, s’est résolument placé du côté des faibles, des expulsés et des laissés pour compte dans un pays sous monopole politique du parti unique communiste. En 2005, il taquine sévèrement les cadres du comité populaire de Hué, pris du vertige de la spéculation immobilière qui, pour être rentable, se fait sur le dos des gens ordinaires. Deux ans plus tard, voulant lutter de l’intérieur, il présente sa candidature à la députation : il est aussitôt évincé par une « consultation préalable de la population » qui, pour lui comme pour les autres, permet de faire le tri. Les choses se gâtent à partir de 2007. C’est l’année où les premiers frimas, poussés par l’obédience à Pékin et l’affairisme d’Etat, annoncent la glaciation politique où nous sommes depuis deux ans. Le temps se rafraîchit, donc, mais Ha Vu n’est pas couvert. Champion des causes perdues, il vole au secours des paysans expulsés, des catholiques en colère et, surtout, s’attaque au dossier tabou des mines de bauxite concédées par le gouvernement vietnamien à la Chine ; il râle, il peste, ose entamer une procédure judiciaire contre Nguyên Tân Dung, riche et puissant Premier ministre. C’est le pas de trop. Défendre les gueux, passe encore ; mais contester le voisin et s’en prendre à l’élite se paie au prix fort. L’histoire se termine : fausse affaire de mœurs, détention provisoire, changement du chef d’inculpation et, dans la foulée, un procès pour « propagande contre la République socialiste du Vietnam » qui le jette dans l’ergastule pour sept ans.

Devrais-je me taire ? Je ne le crois pas. Il n’est pas digne de baisser la tête devant une tête qu’on coupe. Une précision toutefois : je ne mets dans ma démarche nul pathos inutile, nulle sentimentalité molle, encore moins d’arrière-pensées politiques car j’ai la chance de n’avoir aucune opinion sur le régime vietnamien, dont l’évolution ne me regarde pas ; je n’y mets pas non plus de faits, de rappels sur la situation des droits de l’homme et de la liberté d’expression, pas davantage de témoignages sur ce qu’on dit ou pense dans la population. Ce texte n’est pas un texte de combat. Il saute les preuves et les idées pour aller directement à l’endroit où la politique et le cynisme d’État – qu’il n’est question de refuser à personne – débouchent sur un visage, un seul, mais qui m’est familier et qu’on me dérobe. C’est en ce visage que s’incarne, au moment où j’écris, un peu ému en vérité, la cohorte entière des prisonniers de conscience. On peut bien tordre la chaîne des arguments, pour moi elle aboutit toujours, au bout du bout, à l’individu et à son irréductibilité. C’est de Ha Vu dont il est question ici, et seulement de lui. Il occupe toute la place. Vous n’avez pas lu d’engagement théorique, ni entendu des cris d’orfraie : accroché au dernier maillon, celui où pend l’ami qui pourrait être le vôtre, je lui présente, sertie dans la tristesse, l’expression de ma fidélité indéfectible et publique.

Démuni pour agir, je le suis moins pour parler. Puisses-tu m’entendre, mon vieux Ha Vu, et te dire que nous sommes plus d’un à penser à toi, et à y penser fort.

* Historien. École Pratique des Hautes Études. Université de la Sorbonne.

* * *

Bức ảnh hiếm hoi của TS Cù Huy Hà Vũ trong trại giam © 2013 RFA
Bức ảnh hiếm hoi của TS Cù Huy Hà Vũ trong trại giam © 2013 RFA

Journée des droits de l’homme, 10 décembre : « Ma voix compte »

[Message de l’ONU] Cette Journée est l’occasion, chaque année, de célébrer les droits de l’homme, de mettre en lumière un problème particulier, et de plaider pour que chaque individu, où qu’il se trouve, puisse exercer pleinement tous ses droits fondamentaux.

Cette année, l’accent sera mis sur les droits de tous les individus – les femmes, les jeunes, les minorités, les personnes handicapées, les autochtones, les personnes pauvres ou marginalisées – afin que leurs voix soient entendues dans la vie publique et prises en compte dans les décisions politiques.

Ces droits fondamentaux – droits à la liberté d’opinion et d’expression, droit de réunion et d’association pacifiques, droit de prendre part aux affaires publiques (articles 19, 20 et 21 de la Déclaration universelle des droits de l’homme) – ont été au cœur des bouleversements historiques survenus dans le monde arabe ces deux dernières années, au cours desquelles des millions de personnes sont descendues dans la rue pour réclamer le changement. Dans d’autres parties du monde, les « 99 % » se sont exprimés à travers le mouvement mondial des indignés pour protester contre les inégalités économiques, politiques et sociales.

Source : UN

* * *

[ndlr] A l’occasion de cette journée mondiale des organisations vietnamiennes à l’étranger rappellent à travers l’affiche ci-dessous que plus de 258 prisonniers d’opinion connus sont actuellement incarcérés en RSVN. Une campagne se sensibilisation intitulée « Un Million de Cœurs, Une Voix » sous la forme d’une pétition en ligne a déjà recueilli plus de 128.000 signatures dépassant son objectif initial de 100.000 voix pour la Journée Internationale des Droits de l’Homme le 10 Décembre.

 

Source : Viet Tan, Ngày Quốc Tế Nhân Quyền 2012.