Archives par mot-clé : prisonniers d’opinion

Viêt-Nam : défense de faire bouger les lignes !

En République socialiste du Viêt Nam (RSVN), rien de nouveau. Fort de son capital de sympathie pour son efficace lutte contre le coronavirus, l’Etat-Parti n’oublie pas la lutte contre cet autre « ennemi intérieur » susceptible de lui porter la contradiction. A l’approche du prochain Congrès national du PCV (du 25 janvier au 2 février 2021), le seul parti au pouvoir et le seul à être autorisé à l’exercer, journalistes et dissidents n’en finissent pas de subir la répression d’un autoritarisme revigoré par le contexte épidémique.

15 + 11 + 11 = 37 ans de prison

Le couperet est tombé. L’assaut contre le journalisme indépendant et la liberté d’expression d’une façon plus générale trouve son expression la plus crue dans le procès rapide et inique du mardi 5 janvier 2021 à Hô Chi Minh-Ville. A l’approche du XIIIe congrès du Parti communiste vietnamien (PCV), l’État-Parti renoue avec ses procès pédagogiques dont le message de terreur est clair : en République socialiste du Viêt-Nam, la chose publique, la « res publica » est chasse-gardée du Parti, exclusivement. Les trois journalistes qui viennent d’être condamnés à de très lourdes peines de prison (15 ans pour le premier, 11 ans chacun pour les deux autres) s’y attendaient sans doute. Pham Chi Dung (54 ans), Nguyen Tuong Thuy (69 ans) et Le Huu Minh Tuan (39 ans), membres de l’Association des Journalistes Indépendants fondée en 2014, avaient l’ambition de faire bouger les lignes, d’offrir au Parti, dont ils sont parfois issus, et au Viêt-Nam, leur pays, un nouvel horizon plus démocratique, plus fidèle à la défense des droits humains, plus conforme aux exigences d’une société civile responsable, plus respectueux de l’environnement. Tout ceci par le dialogue, la discussion, le débat.

Lê Huu Minh Tuân, Pham Chi Dung et Nguyên Tuong Thuy © DR

Que reproche le pouvoir communiste à ces trois journalistes ? Le plus célèbre d’entre eux, Pham Chi Dung, né en 1966, est un intellectuel dissident de notoriété publique1. Fondateur de l’Association des Journalistes indépendants, il la présidait jusqu’à son arrestation en novembre 2019. En cinq ans, cette association, regroupant quelques 70 adhérents, s’est dotée d’un outil de communication Việt Nam Thời Báo [Je Journal du Viêt-Nam] sur lequel Pham Chi Dung et ses quelques chroniqueurs commentaient l’actualité nationale ou internationale2. Ils y donnaient donc leur point de vue sans jamais organiser une attaque frontale contre le régime sachant qu’une ligne rouge franchie serait fatale. Cependant, Pham Chi Dung dans ses commentaires publics n’a jamais caché son intention de réformer l’État-Parti. Son parcours est celui d’un intellectuel engagé.

L’ombre pratique des « forces hostiles de l’étranger »

Cette simple disposition d’esprit et les actions qui en découlent sont considérées comme une atteinte à l’intégrité de la RSVN. C’est ce qui est reproché aux trois accusés : « production, détention, diffusion d’informations, de documents, d’articles dans le but de s’opposer à l’État »3. Selon le communiqué du ministère de la justice, ils ont écrit des articles pour « déformer et diffamer l’administration du peuple, enfreindre les intérêts du Parti communiste du Vietnam et de l’État »4 ; voilà une accusation des plus larges. Leur crime ? Écrire, commenter, exprimer des idées sans la validation des « comités d’éducation et de propagande », la police de la pensée vietnamienne. Il faut sans doute le rappeler, selon Emerlynne Gil d’Amnesty International : « Le seul crime de ces journalistes est d’avoir osé discuter de politique et d’autres questions d’intérêt public »5.

En réalité, derrière l’action des ces quelques journalistes, le pouvoir communiste redoute les liens et contacts pris avec des organisations politiques exilées susceptibles de renverser la donne ou d’exercer une quelconque influence sur la politique intérieure du pays. En effet, leur condamnation à de lourdes peines tient aussi au fait qu’ils auraient été « régulièrement été en contact avec des opposants au régime » à l’intérieur et à l’extérieur du pays avant leur arrestation fin 2019 et mi-2020, rappelle l’AFP6. Les autorités de Hanoi agitent toujours dans ces cas précis le vieux spectre du Viêt Tân, l’organisation pro-démocratique basée aux États-Unis la plus honnie du régime.

Bandeau du « Journal du Viêt Nam » et sigle de l’Association des Journalistes Indépendants du Viêt Nam © DR

« Surveiller et punir » en RSVN

Que révèle cet acharnement ? Une fragilité, une obstination, une dérive vers plus d’autoritarisme ? Sans doute les trois à la fois. Le pouvoir a toujours usé d’une certaine paranoïa, processus interne au fonctionnement du communisme d’État avec le besoin d’un antagonisme construit selon les besoins du moment (ennemi intérieur ou extérieur, purge, campagne de rectification idéologique). Pour autant, l’État-Parti, même si traversé par de multiples tensions, ne semble pas fragile. L’obstination politique est aussi une forme récurrente de l’exercice du pouvoir dans ce sens que le PCV a toujours raison. Il donne le « la » et accepte encore difficilement la contradiction ne venant pas de propres ses rangs. Dérive autoritaire ? Force est de constater que la répression contre toute forme de dissidence s’est amplifiée ces dernières quinze dernières années, depuis les premières manifestations d’une société civile organisée. La quasi-totalité de la dissidence, politique ou intellectuelle7, est aujourd’hui neutralisée, emprisonnée ou exilée de force. En octobre 2020, ce fut l’arrestation de la célèbre militante féministe et éditrice Pham Doan Trang8 et depuis quinze ans la liste des (anciens et actuels) prisonniers d’opinion s’est considérablement étoffée.

Pris dans le collimateur de la Sécurité publique, ces journalistes et chroniqueurs politiques indépendants se sont transformés, bien malgré eux, en dissidents puis en « accusés » par l’État-Parti. Dans le Viêt Nam communiste la politique sociale et économique ne se discute pas hors du Parti, la remise en cause des principes de l’autoritarisme ne se discute pas, l’état policier construit depuis la prise du pouvoir en 1945 ne se discute pas malgré les appels à l’ouverture lors de la réforme de la constitution en 20139. Le PCV, fort de sa police et de son armée, peut poursuivre sa route en écrasant les trublions en toute quiétude. A l’approche du XIIIe Congrès du PCV, le message est clair et bien relayé par les médias officiels10. Réprimer pour prévenir. Condamner à de lourdes peines pour dissuader. Emprisonner pour étouffer. Rééduquer pour anéantir. C’est le « surveiller et punir » de la RSVN. « 170 prisonniers politiques sont actuellement incarcérés dans le pays, selon les données de l’ONG [Amnesty International] » rapporte l’AFP11. Quand cette interdiction de penser, d’exprimer des idées, de commenter la chose publique, prendra-t-elle donc fin ? Que restera-t-il comme force à ces journalistes, qui seront âgés respectivement de près de 70 ans, 80 ans et 50 ans pour le plus jeune d’entre eux, au sortir de 15 ans ou de 11 ans de camp et de maltraitance ? Leur engagement total pour la liberté d’expression fera-t-il des émules ?

Comme l’écrivait Pham Chi Dung dans une chanson écrite en détention peu avant Noël : « Le cachot ne peut emprisonner la volonté de liberté… » (« Ngục tối không giam cầm được ý chí tự do…”)12. En matière de droits humains, l’espoir du Viêt Nam réside dans ces paroles-là.

FG, 07/01/2021. MàJ 08/01/2021.

Photographie « à la une » : Inauguration de la fondation de l’Association des Journalistes Indépendant du Viêt-Nam à Hanoi le 04/07/2014. Source : Dien Dan / Forum

Notes

  1. Voir son portrait sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/35303 []
  2. Cf. « Nhà báo tự do Phạm Chí Dũng, Nguyễn Tường Thụy và Lê Hữu Minh Tuấn bị án tù », BBC Vietnam, 05/01/2021 []
  3. Cf. Khanh Vu, « Vietnam : Lourdes peines de prisons pour des journalistes indépendants critiques du régime », Reuters, 05/01/2021, version française Kate Entringer []
  4. Reuters, art. cit. []
  5. AFP, « Vietnam : trois journalistes emprisonnés à l’approche du congrès du Parti », TV5 Monde, 05/01/2021 []
  6. AFP, art. cit. []
  7. Par exemple l’affaire des éditions Tri Thuc en octobre 2018, voir : « Letter of support for Pr. Chu Hao and NXB Tri Thuc, https://indomemoires.hypotheses.org/31650 []
  8. Cf. « Le Vietnam emprisonne la célèbre militante Pham Doan Trang », https://indomemoires.hypotheses.org/36574 []
  9. Voir sur ce sujet notre article : « La constitution vietnamienne de 2013 confrontée au monde réel : choix pragmatique ou réflexe protectionniste ? », https://indomemoires.hypotheses.org/12313 ; « Cùng Viết Hiến Pháp – Ecrivons ensemble la constitution : une initiative vietnamienne constructive », https://indomemoires.hypotheses.org/7196 []
  10. Cf. VNA/CVN, « Trois hommes poursuivis pour propagande contre l’État », Le Courrier du Vietnam, 05/01/2021 []
  11. « Vietnam : trois journalistes emprisonnés à l’approche du congrès du Parti », art. cit. []
  12. Cf. « VNTB – Ngục tối không giam cầm được ý chí tự do », Viêt Nam Thoi Bao, 07/01/2021 []

UE : Appeler le Vietnam à améliorer son bilan en matière de droits humains

Communiqué de Human Rights Watch au sujet de la répression continue de la dissidence au Viêt-Nam.

La répression systématique dans ce pays s’est intensifiée avant la tenue du Dialogue UE-Vietnam

(Bruxelles, le 4 mars 2019) – L’Union européenne devrait interpeller le gouvernement vietnamien au sujet de plusieurs questions relatives aux droits humains, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui, alors que doit débuter à Bruxelles le 8ème cycle du Dialogue UE-Vietnam sur les droits de l’homme.

Dans un document soumis à l’UE, Human Rights Watch a notamment recommandé que ses représentants appellent le Vietnam à libérer immédiatement les prisonniers politiques, cesse de réprimer la liberté d’expression, d’association, de réunion et de circulation, s’abstienne de toute tentative d’ingérence dans les affaires religieuses, et prenne des mesures concrètes pour mettre fin aux violences policières.

« Au cours des dernières années, le Vietnam a intensifié sa répression contre les activistes qui militent pour des droits civils et politiques fondamentaux, les condamnant souvent à de lourdes peines de prison », a déclaré Phil Robertson, directeur adjoint de la division Asie de Human Rights Watch. « L’UE devrait rappeler au Vietnam que des améliorations significatives en matière de droits humains sont une condition essentielle du renforcement des relations politiques et économiques bilatérales. »

En 2018, les autorités vietnamiennes ont recouru de manière abusive à certaines lois pour condamner au moins 42 défenseurs des droits humains et blogueurs à des peines de prison.  Ce chiffre est près du triple du nombre de condamnations prononcées contre des activistes vietnamiens en 2017.

Lire la suite : HRW

Contre ses citoyens, le Vietnam tisse sa Toile

Un article d’Arnaud Vaulerin qui fait le point sur la dégradation des droits d’expression des citoyens vietnamiens et la répression contre toute forme de dissidence politique, paru dans Libération le 25 février 2019. Accès en ligne.

Depuis deux ans, la répression de Hanoi contre les voix dissidentes sur Internet s’est accentuée. Une tendance qui risque de se confirmer en 2019 avec l’entrée en vigueur d’une loi qui verrouille l’activité sur les réseaux sociaux, prisés par la population.

Les uns sont convoqués et questionnés. Les autres sont arrêtés. Les derniers sont condamnés. Quand ils ne sont pas portés disparus. Ils sont blogueur, ouvrier, militant, journaliste, étudiant, vétéran de guerre, chauffeur, parfois même simple internaute ou utilisateur de Facebook… et tous sont dans le viseur des autorités vietnamiennes. Le Parti communiste n’a jamais molli dans le harcèlement à l’encontre des voix dissidentes et critiques, mais ces deux dernières années, la répression s’est intensifiée. Selon le réseau des droits de l’homme du Vietnam basé en Californie, le régime de Hanoi détient plus de 200 prisonniers politiques dans ses geôles.

Lire la suite : Libération, 25/02/2019.

Le pouvoir de se souvenir au secours de l’art d’oublier : Note de lecture de Samia Kotele

« Following the events of 1965, I lost everything or, to be more accurate, all the illusions I had ever owned. I was a newborn child, outfitted with the only instrument a newly born babe finds necessary for life: a voice»

Homme de lettres à la plume dissidente, l’écrivain Pramoedya Ananta Toer dit Pram (1925-2006) résiste par la parole depuis la révolution indonésienne. Sa voix célébrant la lutte contre l’injustice, est emprunte d’idées révolutionnaires et patriotiques. Fils d’une marchande de riz et d’un instituteur membre de l’organisation nationaliste indigène Budi Utomo (L’intelligence suprême), il a été bercé par une pensée libre et humaniste qu’il intègre dans ses œuvres littéraires. Il fut incarcéré une première fois par le pouvoir colonial en 1947 sous des chefs d’accusation d’espionnage, un emprisonnement douloureux, duquel allait naître sa première œuvre littéraire Le fugitif.

L’auteur écrit Soliloque d’un Muet en détention sur l’île de Buru dans des conditions de détention inhumaines. Prisonnier politique, arrêté sans procès à la suite du Mouvement du 30 septembre (1965), ses mémoires interdites en Indonésie sont reconnues sur le plan international comme la voix dissidente à l’Ordre Nouveau (Régime de Suharto). Son incarcération est attribuée, à tord, à ses sympathies pour le parti communiste, ce qu’il niera au sein même de son œuvre mémorielle. Son exil servit au pouvoir autoritaire à placer sous le boisseau l’opposition au régime.

Détenu de 1965 à 1979, la voix de cette écrivain est réduite au silence pendant 14 ans. Il nous livre ici un témoignage à la fois personnel et collectif. Pram paye le prix de ses engagements dans une nation plongée dans la terreur du pouvoir autoritaire et discrétionnaire du général Suharto. La répression est légitimée par la restauration de «  l’ordre et de la sécurité » à la suite d’un coup d’état, dont découle le massacre de plus  500 000 personnes. Afin de ne pas sombrer dans le marasme, Pram retrouve sa dignité par l’écriture et sauve  la mémoire de ses codétenus par cette œuvre. Privé de sa bibliothèque, il use de sa mémoire et de ses connaissances en histoire indonésienne afin d’ériger une fresque politique et historique intitulée le « Buru Quartet », une tétralogie dans laquelle s’insère Soliloque d’un Muet.

Nous présentons ci-dessous quelques traits saillants de cette oeuvre.

L’écriture comme Pharmakon : « I lost everything except the right to talk to myself »

Pram partage, avec humilité, l’évolution de son rapport à l’écriture suite à l’obtention du droit d’écriture en 1967 par une convocation publique du Major Vasmo. Il nous fait part des difficultés qu’il rencontre dues à sa perte de confiance en lui, à la fatigue, mais également aux conditions d’écriture auxquelles il doit se plier. En effet disposant uniquement de quinze minutes par jour à la fin de sa journée de travail, cette tâche s’avère des plus ardue. Il rend à cet égard, hommage à ses codétenus dont il fait un portrait très touchant.

Ces derniers ont fait preuve d’une grande solidarité, en travaillant à sa place afin qu’il puisse écrire quinze minutes de plus. L’écriture est pour Pram une forme d’exutoire, de thérapie, mais aussi une façon de retrouver sa dignité dans des conditions de vie déshumanisantes. Il retrouve par sa plume, son « indonésianité » : « un indonésien est libre de décider du cours de son histoire personnelle ». Ecrire ses mémoires, est une façon pour lui de résister à l’injustice.

Une historiographie militante : jeu de miroir entre passé, présent et futur

Sa fine connaissance en matière d’histoire indonésienne lui permet d’écrire ses mémoires sous un angle militant. En effet, il dénonce l’injustice du présent, avec un regard sur le passé en s’appuyant sur de multiples comparaisons avec des situations similaires sous l’ordre colonial. Dès lors, quand le lieutenant lui ordonne de nommer l’unité de détention dans laquelle il se trouve, il lui attribue le nom de Wanagasa, en référence à la marche de résistance contre les colonisateurs de l’armée du Sultan Ageng. Il compare également à plusieurs reprises les conditions de détention des prisonniers politiques avec celles des nationalistes exilés. Le récit de vie de nombre de ses codétenus, par le biais d’anecdotes, cherche également à montrer la diversité des histoires et l’arbitraire des incarcérations.

Son récit fait écho à une idée centrale de l’auteur, que l’on retrouve à plusieurs reprises,  la volonté de conserver un esprit libre et indépendant sans aliénation à une quelconque doctrine politique. Il écrit une histoire ne militant pas pour une tendance politique particulière, mais pour libérer d’autres possibilités de luttes. Sa plume dissidente reste, malgré tout, tintée d’espoir. Les lettres adressées à ses enfants sont une illustration de cet optimisme : « Vous êtes les enfants d’une nation libre… et moi celui d’un peuple colonisé. »

Après la cérémonie du matin, les prisonniers politiques choisissaient leur matériel agricole dans l’entrepôt avant de se rendre aux champs. Dessin de Mars Noersmono : « Surviving a harsh life on Buru Island », Jakarta Post, 2017.

L’impouvoir du langage à exprimer la violence extrême

 La violence des camps est à la fois physique, psychologique et symbolique. Les prisonniers sont classés par catégorie. Les Prisonniers A sont accusés d’être directement impliqués dans la tentative du coup d’Etat. La catégorie B correspond aux membres du parti communiste et des organisations de masse, rassemblant de nombreux intellectuels comme Pram. Enfin, la catégorie C correspond aux sympathisants du parti. Les conditions de détention sont particulièrement inhumaines, l’auteur relate les suicides, la torture des prisonniers, l’humiliation mais ne s’attarde pas en donnant des détails. Les travaux forcés sont la principale difficulté de détention, les détenus construisant des routes à main nues.

Ces terribles conditions de survie le poussent à mener une réflexion philosophique sur l’humain. La famine et l’humiliation réduisent les prisonniers à leurs instincts primaires. Considérés comme des animaux, ils seront détenus pendant 14 ans : un manque d’humanisme qui doit être gravé dans la mémoire nationale comme le rappelle cette citation : « One lacking in any sense of humanitarianism must be engraved in national memory ».

La singularité d’un récit comme exemplarité : « Chaque personne est condamnée à la naissance »

Il accepte son destin dans une lettre écrite à sa fille. Pram sait que ses lettres n’arriveront jamais entre ses mains, mais il continue à les écrire afin de poursuivre sa lutte. Ses mémoires sont parsemées de récits familiaux. Il raconte son enfance, son éducation, l’importance de sa mère dans son parcours. Et s’adresse à ses enfants dans des lettres à la nation libre. En exil, il garde en tête l’autre monde pour lequel il témoigne en faisant de son récit une exemplarité. Bien que détenu il rappelle sa fierté d’être un citoyen indonésien, une citoyenneté pour laquelle il s’est battu.

«  I have carried myself with the awareness that I, too contributed to the making of this nation. I had the right to be proud of what we achieved. But the situation in which I was caused me to ask ; am I no longer worthy of being Indonesian citizen? Was my contribution to nation freedom insignificant? Were the people of Indonesia no recognizing me a full citizen with full rights? ».

Même un événement qui peut sembler pour le monde libre comme étant singulier peut avoir une dimension exemplaire. Dans le sens où l’exemplarité ne concerne pas une personne ou un événement spécifique, irréversiblement révolu, mais la signification qu’elle peut revêtir pour le futur.

Refigurer la vie des disparus

La lecture de ses mémoires a été de mon point de vue une injonction à se rappeler et à se remémorer. Pram redonne un visage à la vie des victimes, en dépassant l’idée du nombre. Il a réalisé un travail colossal en demandant à tous les prisonniers des unités rencontrés de lui fournir des informations sur le nombre de personnes décédées, leur identité et origines. Cet inventaire constitue en lui-même une archive précieuse des morts et disparus. Son ouvrage est de fait un monument littéraire qui leur rend hommage, mais qui a également permis, suite à la libération des prisonniers, d’informer les familles.


Prisonniers de l’île de Buru. Source : « Revisiting the Past: Buru Islands » sur Engage Media © DR

Pour conclure : Le savoir pardonner, entre amnésie et amnistie

L’Indonésie reste aujourd’hui embourbée dans la question de la mémoire. Joko Widodo, le président de la République actuel ne parvient pas à mettre le sujet de la réconciliation sur la table malgré ses promesses. La mémoire des massacres de 1965 reste obscurcie par la présence des instigateurs de ces violences encore au pouvoir.  Mais l’amnésie du pouvoir se trouve aujourd’hui concurrencée par ce témoignage qui a d’abord trouvé écho favorable en Occident. Cette œuvre, toujours censurée en Indonésie, alerte les lecteurs sur les éventuelles conséquences d’un trop peu de mémoire : miroir de l’art d’oublier.

Samia Kotele, promotion ASIOC 2018-2019

Samia Kotele est étudiante en Master 2 Asie Orientale contemporaine ( ENS de Lyon / Sciences Po Lyon). Intéressée par l’Indonésie, elle travaille sur la question du genre et de l’islam à travers une analyse historique de l’évolution du féminisme indonésien. Elle effectue actuellement sa mobilité en Indonésie à Yogyakarta.

Image « à la une » : Pramoedya photographé chez lui à Jakarta au mois d’août 1986 © Charlie Hanley/AP

Le dissident Tran Huynh Duy Thuc stoppe sa grève de la faim

[ndlr] Depuis le 14 août 2018, soit depuis un mois, le dissident Tran Huynh Duy Thuc, emprisonné dans la province de Nghe An était en grève de la faim.

Le 9 septembre dernier, son père a envoyé une lettre urgente au gouvernement de la RSVN, aux dirigeants de l’État-Parti et aux organisations internationales pour obtenir des informations sur la santé de son fils. Enfin, le 15 septembre, une visite familiale a été autorisée mais la conversation fut obstruée par les autorités policières et rapidement écourtée. L’état de santé de M. Thuc toujours en grève de la faim s’est dégradé. Selon la BBC, il est désormais question d’arrêter cette grève pour une question de survie.

Le 16 septembre, après une nouvelle visite familiale, Tran Huynh Duy Thuc a décidé d’arrêter sa grève de la faim soit au bout de 34 jours. La nouvelle a été annoncée à la BBC par son frère cadet Tran Huynh Duy Tan.

En juillet 2017, Amnesty International exigeait sa libération à travers sa campagne Lettres contre l’oubli. Une nouvelle campagne est lancée pour exiger sa libération. Arrêté en 2009, jugé en 2010, Thuc sera officiellement libérable en 2025. Il a formellement refusé d’être expulsé vers les États-Unis.

FG, MàJ 16/09/2018.

Mobilisation pour la libération de Tran Huynh Duy Thuc © Dan Lam Bao

Source : Dân Làm Báo

Sur le site de la BBC, programme en vietnamien :

Việt Nam : Thêm ba nhà hoạt động lãnh án tù [RFI]

[ndlr] Jeudi 12 avril 2018 : trois dissidents jugés pour subversion à Ha Tinh et Nghe An.

Hôm nay 12/04/2018 có thêm ba nhà hoạt động tại Việt Nam lãnh án tù tại ba phiên xử khác nhau, trong bối cảnh chính quyền gia tăng trấn áp. Tuần trước, bảy thành viên Hội Anh Em Dân Chủ cũng đã bị tuyên các bản án tù giam nặng nề.

Tại Hà Tĩnh, bà Trần Thị Xuân, thành viên Hội Anh Em Dân Chủ, bị kết án 9 năm tù giam và 5 năm quản chế, với cáo buộc « hoạt động nhằm lật đổ chính quyền » theo điều 79 Luật Hình sự. Gia đình không được thông cáo về phiên xử và đã bà ra tòa mà không có luật sư bào chữa.

Trong một phiên tòa khác chỉ kéo dài hai tiếng đồng hồ ở Nghệ An, ông Nguyễn Viết Dũng bị 7 năm tù giam và 5 năm quản chế, theo điều 88 Luật Hình sự về tội danh « tuyên truyền chống Nhà nước ». Ông Dũng, người thành lập đảng Cộng Hòa, đã bị bắt giam từ tháng 9/2017.

Nguyễn Viết Dũng từng tham gia những cuộc biểu tình phản đối nhà máy thép Formosa xả chất thải độc hại, gây ra thảm họa cá chết hàng loạt ở vùng duyên hải miền Trung. Ông cũng kêu gọi đa đảng, tự do báo chí và cho các tổ chức xã hội dân sự được hoạt động.

Phiên tòa thứ ba diễn ra tại Hà Nội. Ông Vũ Văn Hùng, nguyên là giáo viên và là thành viên Hội Anh Em Dân Chủ, bị tuyên án một năm tù giam, với cáo buộc « cố ý gây thương tích ». Ông bị bắt hồi tháng Giêng trên đường đi đến gặp các giáo viên khác. Trước đó, ông từng tham gia các cuộc biểu tình chống Trung Quốc.

Hãng tin Pháp AFP dẫn tuyên bố của Human Rights Watch tố cáo ý định của Hà Nội nhằm triệt hạ mạng lưới các nhà ly khai. Amnesty International cho biết có ít nhất 97 tù nhân lương tâm tại Việt Nam.

Source : RFI, 12/04/2018.

Les condamnés du jeudi 12 avril 2018 : photo du haut Vu Van Hung, photos du bas Nguyen Viet Dung et Tran Thi Xuan © DR

Autres sources :

Image « à la une » : Mme Tran Thi Xuan du groupe Fraternité pour la Démocratie jugée à Ha Tinh le jeudi 12 avril 2018 © DR

Vietnam: Activists on trial as crackdown on peaceful activism continues

[ndlr] Appel d’Amnesty International pour la libération de deux activistes jugés le 12 avril 2018. La répression continue.

Ahead of the separate trials on April 12 of two activists, Nguyễn Viết Dũng and Vũ Văn Hùng, in Viet Nam, James Gomez, Amnesty International’s Regional Director for Southeast Asia and the Pacific, said:

“Nguyễn Viết Dũng is a brave young activist in a country where human rights are under attack. This man has already served time in prison for his peaceful activism once before. To ensure there is no repeat of this injustice, the authorities of Nghệ An province must immediately drop all charges against Dũng and release him immediately.

“Vũ Văn Hùng is a prisoner of conscience who has been held in pre-trial detention on trumped-up, politically motivated charges for several months. He has done nothing but peacefully defend human rights and should never have been detained in the first place.

“After throwing a record number of human rights defenders in jail last year, the Vietnamese authorities have made another deeply troubling statement of intent by bringing these two activists before the courts. It sends a clear signal that there is to be no let-up.”

Lire la suite : Amnesty International

Image « à la une » : Nguyen Viet Dung jugé par le tribunal populaire de la province de Nghe An © DR