Archives par mot-clé : presse

Isabelle Tracol-Huynh: Between Colonial Order and Public Health – Prostitution in Tonkin (1885-1954) [PhD Thesis]

Isabelle Tracol-Huynh:

Between Colonial Order and Public Health – Prostitution in Tonkin

(1885-1954)

[PhD Thesis]

Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV.
Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV. 

 

Abstract:

Between Colonial Order and Public Health: Prostitution in Tonkin (1885-1954)

During French colonization, the world of prostitution in Tonkin evolved as the result of the numerous social and economic changes that were occurring at the time. The increasing mobility of the population led to rapid, significant urbanization: consequently, the city changed in form and in culture. Prostitution hence became increasingly visible. Its expansion was both quantitative and qualitative in the sense that prostitutes were no longer confined within the so-called spaces of “legal” brothels and were no longer perceived as being the only women capable of providing sexual services. In this regard, the world of prostitution  is a critical vantage point which permits a far-reaching study of these global changes as well as a unique vantage point onto the complexity of colonization itself.

This world was a microcosm of  colonial society with its latent notions of racial hierarchy, inherent domination, and intimacy for colonization, and these all represent an intimate yet politically charged encounter. The racial boundaries delineated at the very foundations of the colonial order were therefore blurred and had to be redrawn and sharpened. The regulation of prostitution was one of the means used by authorities to control the interaction between the colonizers and the colonized because it reproduced the racial distinctions of the colonial society.

The second dimension of the administration of prostitution was medical: because of venereal diseases, prostitution was perceived to be a threat to individuals and the nation as a whole. The regulation of prostitution thus was part and parcel of the policing strategies set up by the authorities to insure colonial order and public health. Nonetheless, its application proved to be difficult because prostitution, which was understood as construing both actors and places, resisted the police and medical frameworks that sought to confine them. Authorities’ attempts clashed with the evasive strategies of prostitutes, madams, clients, and others as well.

In light of these issues, this study offers a thorough examination of the official frameworks and the reality of prostitution as it existed in colonial Tonkin.

Keywords: Vietnam; Tonkin; prostitution; colonization; public health; venereal diseases; police; urban culture; social problem; newspapers influence

Nguyen Van Phu: Vietnam’s Press Turns Partly Private

baochi_VietNam[ndlr] Evolution dans les pratiques de la presse éditée au Viêt-Nam. A lire sur Asia Sentinel, l’article de Nguyen Van Phu sur les débuts d’une privatisation partielle de la presse et de l’information en ligne. Focus également sur le phénomène des “bulletins électroniques” émanant de compagnies ou d’acteurs privés.

Stealth journalism takes over from the state-owned press

Travelling abroad as a journalist, I am frequently asked, “Does Vietnam have freedom of the press?” My beating-about-the-bush answer often starts with something like, “You have to understand that all press in Vietnam is owned by the government.”

Unfortunately, I can no longer get away with such an apologetic opening. Although nobody admits it, more and more Vietnamese newspapers and magazines, both printed and online, are owned by private companies. This encouraging trend may foster a free press as long as the government chooses to look the other way.

A quick visit to any sidewalk news stall in Hanoi or Ho Chi Minh City will confirm this trend. There one finds an array of familiar English-language mastheads such as Elle, Cosmopolitan, Harper’s Bazaar, Her World, Esquire or Women’s Health… on display with the content entirely in Vietnamese, partly localized and somewhat titillating. It is highly doubtful that Vietnam’s Politburo would care to educate its people on how to have the best date or why men cheat.

Read More : Asia Sentinel, 25/11/2013

Phạm Lê Bổng

PhamLeBongM. Phạm Lê Bổng, Président de la Chambre des Représentants du Peuple du Tonkin. Né à Hanoi en 1905. Après avoir fait ses études classiques de l’enseignement traditionnel, il suivit les cours du Lycée Albert Sarraut et de l’Université indochinoise. Il fait partie de plusieurs assemblées représentatives ou Conseils techniques. Il est :

Président de la Chambre des Représentants du Peuple du Tonkin ;

Membre du Conseil privé du Tonkin ;

Membre du Grand Conseil des Intérêts Économiques et Financiers de l’Indochine ;

Membre du Conseil de la Production industrielle de l’Indochine ;

Membre de la Commission locale de l’Information et de la Propagande ;

Membre de la Commission de la Défense passive de l’Indochine ;

Membre de la Commission d’Evaluation des Prix ;

Membre du Bureau de la Chambre de Commerce de Hanoi ;

Président ou Vice-président de plusieurs sociétés pour les œuvres sociales ;

Président ou Administrateur délégué de plusieurs entreprises commerciales et industrielles au en Annam et au Tonkin.

Il est directeur et propriétaire de l’hebdomadaire « La Patrie Annamite » et du quotidien « Việt Cường ».

Chevalier de la Légion d’Honneur.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 5.

Pour en savoir plus :

Le journalisme au Viêt-Nam et les périodiques vietnamiens de 1865 à 1944 conservés à la BNF

[ndlr] Aperçu sur la très riche collection de périodiques vietnamiens de la BNF. L’article, déjà ancien (1958), présente succinctement les principaux périodiques vietnamiens déposés à la BNF par le dépôt légal pendant la période coloniale. Le classement est effectué à travers trois périodes successives de parution (éclosion, floraison, maturité) et selon les thématiques abordées ou les types de périodiques.

TrungBacTanVan
Le journal Trung Bac Tân Van (Nouvelles du Centre et du Nord) édité de 1913 (n°1) à avril 1941 (n°7.265).

Le Journalisme au Viêt-Nam et les Périodiques Vietnamiens de 1865 à 1944 conservés à la Bibliothèque Nationale

Par Doan Thi-Do
Assistante à la Bibliothèque nationale.

Le Viêt-Nam à travers son passé a vécu sous le régime de la monarchie absolue depuis la première dynastie historique des Ngô (Xe siècle) jusqu’à la dynastie des Nguyen ; « Fils du Ciel» (Thien Tu), l’Empereur ou le Roi avait la «mission divine» de gouverner le pays par l’intermédiaire d’un corps de «mandarins» bien hiérarchisés. « Pères et mères du peuple», ceux-ci étaient des seigneurs dans leurs fiefs administratifs. Les habitants leur vouaient une obéissance passive ; dans leur vie simple et paisible, ils ignoraient, toutes les libertés démocratiques et particulièrement la liberté de la presse.

La presse elle-même n’existait pas. L’enseignement traditionnel reposait sur la diffusion des caractères chinois, véritables hiéroglyphes qui demandent au moins une dizaine d’années d’études laborieuses. Le programme des examens et des concours comportait exclusivement quelques dissertations littéraires et la connaissance approfondie des quatre traités classiques et des cinq livres canoniques (tu thu, ngu Kinh) composés depuis des millénaires par Confucius et ses disciples. L’histoire même du Viêt-Nam – pour ne pas parler d’autres disciplines scientifiques – était tenues sous le boisseau : elle ne regardait que les historiographes de la Cour, chargés de rédiger les « Annales ».

Le peuple vivait dans l’ignorance complète des événements du pays. Son optique visuelle et intellectuelle ne s’élargissait pas au delà du rideau de bambou qui ceint chaque village, marquant aussi, semblerait-il, une limite à l’horizon de l’esprit. Les difficultés des moyens de transport, la pénurie des grandes voies de communication accentuaient davantage cet isolationnisme et entravaient sérieusement la diffusion des nouvelles et les échanges d’idées. Tandis que le lettré aux ongles démesurément longs se claquemurait dans son ermitage entre des piles de manuscrits vétustés, le paysan cultivait jalousement sa parcelle de rizière, sans s’intéresser à rien, sauf à sa famille et à son village.

Aucun journal, aucune revue ne faisaient leur apparition. L’impression d’un ouvrage s’avérait sinon impossible, du moins tres difficile et onéreuse. Nos pères se résignaient à copier eux-mêmes leurs écrits en quelques exemplaires ou confiaient ce travail à leurs élèves ayant une belle écriture ; d’autres les recopiaient à leur tour, s’il s’agissait d’œuvres d’une haute tenue littéraire. Les chansons populaires fleurissaient ; seules, elles se transmettaient d’une bouche à l’autre, de proche en proche, constituant le beau florilège national.

Vers la seconde moitié du XIXe siècle, la France est venue nous tirer de notre torpeur séculaire. La romanisation de notre écriture, au xviie siècle, œuvre du grand missionnaire Alexandre de Rhodes (1591-1660), s’était répandue rapidement et avait donné un rapide essor à la diffusion de la langue et de la culture. Le nouvel alphabet remplace désormais les caractères chinois et sert de véhicule à l’enseignement, conjointement avec le français. Des publications, quelquefois bilingues, manuels scolaires, revues, journaux, commencent à paraître.

Dans le cadre limité de cet article, nous aborderons seulement l’élude des périodiques ; nous en présenterons à la fois un exposé historique et un aperçu général. Nous pourrons distinguer trois périodes, dans l’évolution de la presse au Viêt-Nam :

  • 1° Période d’éclosion (1865-1909).
  • 2° Période de floraison (1910-1934).
  • 3° Période de maturité (à partir de-1935).

Lire la suite : ENSSIB

Référence bibliographique du document :
Thi-do, Doan, “Journalisme au Viêt-Nam et les Périodiques Vietnamiens de 1865 à 1944 conservés à la Bibliothèque Nationale (Le)”, Bulletin d’informations de l’ABF, n°025, 1958, p.029-036.

Ilsen About : Surveillance des identités et régime colonial en Indochine, 1890-1912

En août 1905, le journal La Vie illustrée, un important journal illustré de l’époque, présente en couverture une grande enquête consacrée à « La traite des jaunes ». En pleine page, une photographie montre une personne assise sur une étrange chaise au centre d’un dispositif complexe composé d’un appui-tête, d’une manivelle, de tiges métalliques manipulées par un autre individu au premier plan. La légende de l’image indique : « À leur arrivée à Saïgon, les immigrants chinois sont “ bertillonnés ” comme des criminels ».

Lire la suite : criminocorpus

 

 

Référence électronique

Ilsen About, « Surveillance des identités et régime colonial en Indochine, 1890-1912 », Criminocorpus, revue hypermédia [En ligne], Bertillon, bertillonnage et polices d’identification, Articles, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 28 novembre 2012. URL : http://criminocorpus.revues.org/417 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.417

Ilsen About est enseignant-chercheur à l’Université de Provence et affilié au laboratoire IRIS de l’EHESS.

Ph. Peycam: The Birth of Vietnamese Political Journalism – CR de lecture par Pierre Brocheux

Peycam M.F. Philippe, The Birth of Vietnamese Political Journalism.  Saïgon 1916-1930, Columbia University Press, New York, 2012, XI-306 p., index, bibliographie.

Le titre du livre est trompeur parce que Philippe Peycam ne s’est pas contenté d’écrire une histoire du journalisme vietnamien qui naquit, se développa et atteignit sa maturité au lendemain de la Première guerre mondiale, avant le tournant des années 1930. L’essor et l’effervescence d’ une opinion publique qui se radicalisa progressivement, précédèrent les événements dramatiques de 1928/1930 survenus du Tonkin et nord Annam à la Cochinchine (grèves ouvrières, mutinerie de la garnison de Yên Bay, xô việt du Nghê Tỉnh, manifestations paysannes en Cochinchine). Une  presse à double registre : d’information et d’opinion, créa, porta et façonna cette opinion publique qui se politisa au fur et à mesure de l’échec de la politique prônée par Albert Sarraut pour promouvoir l’association franco-annamite, Pháp Việt đề huề (littéralement “Français et Viêt la main dans la main”).

On peut qualifier de révolution médiatique ce phénomène singulier sinon exceptionnel dans l’espace impérial français. Le sous-titre Saïgon 1916-1930 met en relief le contexte spécifique de la Cochinchine, colonie et non protectorat comme l’Annam et le Tonkin, le Cambodge et le Laos. Cette terre méridionale était la  dernière conquise par les Viet descendus du nord de la péninsule, au dépens du royaume khmer déclinant et postérieurement à l’installation d’immigrants chinois fuyant la dynastie mandchoue. Largement ouverte vers l’outre-mer, insérée de bonne heure dans le maillage chinois de l’Asie du sud-est, elle fut aussi la première terre d’Extrême-Orient conquise par la marine française. De ce fait, la Cochinchine fut un réceptacle d’ influences et de nouveautés étrangères.

La Cochinchine se révéla un terrain propice à la mise en œuvre du « volet humaniste » de l’expansion impériale : une bourgeoisie urbaine (négociants, propriétaires fonciers, industriels, fonctionnaires) fréquenta très tôt un enseignement dont l’instrument principal fut le quốc ngử, la transcription latinisée, tandis que la première imprimerie fut celle des missions catholiques dans le quartier  de Tân Đinh et le premier journal trilingue (français-viet-chinois) parut dès 1865 alors que le collège des interprètes avait ouvert ses portes en 1864 suivi par celui des stagiaires de l’Administration en 1873. Ce que les Vietnamiens appelaient làng Báo chí, le village de la Presse, prit son véritable essor sous le regard bienveillant si ce n’est sous le patronage d’Albert Sarraut (gouverneur général puis ministre des colonies) qui espérait la formation d’une élite locale réceptive aux promesses françaises d’association.

Cette élite commença à publier des journaux en français mais aussi en quốc ngử dont des Français comme Canavaggio et Jeantet étaient propriétaires. C’est par ce biais que certains Vietnamiens s’exprimèrent avec audace et contestèrent la domination coloniale au début du 20ème siècle. Les autorités accusèrent Canavaggio (un franc maçon) d’avoir laissé la direction de son journal à Gilbert Chiêu (un « naturalisé ») qui publia des « philippiques  antifrançaises » pour lesquelles il fut condamné en 1908 à la prison et à la déchéance de la nationalité française. L’épisode Gilbert Chiêu ne fut pas oublié mais il n’empêcha pas une partie de l’élite cochinchinoise d’intervenir dans la sphère journalistique ; la presse en quốc ngử connut un essor remarquable dès 1916 (Philippe Peycam en cite 20 titres dans ses sources). Se cantonnant d’abord dans l’information, ces périodiques devinrent des tribunes d’opinion ou menèrent de front information et opinion. Ainsi naquit le Làng Báo Chí avec la sympathie voire le soutien actif les Français libéraux, souvent des franc-maçons, que l’establishment  colonial qualifiait ironiquement d’annamitophiles, tels les avocats Paul Monin (associé d’André Malraux), Georges Garros et d’autres.

Le grand tournant de la presse se situa en 1925-1926 lorsqu’elle mena campagne contre la condamnation à mort du lettré révolutionnaire Phan Boi Châu et à l’occasion du décès du lettré réformiste  Phan Chu Trinh  qui donna lieu à de véritables funérailles nationales bien que non officielles. À cette occasion, Le journalisme devint un « nouveau mode d’action politique », un instrument de mobilisation des masses. L’évolution fut poursuivie, avec l’intellectuel Nguyễn An Ninh, retour de France, le journalisme devint militant ; à la manière de l’agitprop communiste, Nguyễn An Ninh (qui n’adhéra jamais au PCI) vendait son journal en province et appelait la jeunesse à s’engager politiquement en accomplissant des actes illégaux. En 1927, lorsque le gouverneur général  Alexandre Varennes (député socialiste du Puy de Dôme) capitula devant le « Mur des intérêts coloniaux », son retour en France consacra l’échec du Sarrautisme, trois ans après qu’Edouard Herriot se fut heurté au « Mur de l’Argent » dans la métropole.  Mais il faut rappeler qu’Albert Sarraut avait pressenti cette évolution de l’opinion publique vietnamienne lorsqu’il disait à l’écrivain  Guy de Pourtalès « Les Annamites recevront la culture française et nous en acceptons les conséquences » (1930).

Les contrecoups de cette défaite furent déterminants dans les années 1930 : la presse vietnamienne trouva ses propres marques. Elle révéla les clivages politiques de l’opinion, notamment entre réformistes et radicaux mais aussi entre les Vietnamiens et les Français libéraux. Une génération nouvelle se démarqua complètement des réformistes  qui restèrent attachés à une évolution pacifique sous l’égide de la  collaboration franco-vietnamienne. Aux mains des radicaux, le journal devint un outil d’agitation politique plus que d’expression doctrinale et il participa à la redistribution des forces sur l’échiquier politique.  Mais dans le registre de la culture il y eut un fait capital : la presse, toutes tendances confondues et par un usage généralisée, conféra les lettres de noblesse au quốc ngử en même temps qu’elle le fit progresser, en enrichissant, entre autres, son vocabulaire politique. Par exemple, l’avocat Phan Văn Trương publia en feuilleton le Manifeste du Parti communiste de Marx et Engels dans le journal La Cloche fêlée. Dans la même période Nguyễn Aí Quốc se livrait à un travail identique à Canton dans l’école de formation du Thanh Niên et le lexicologue Đao Duy Anh en faisait autant à Huế. En 1907,  l’École de la Juste cause avait fait un premier pas pour dissocier le quôc ngu de la domination coloniale française qui l’avait imposé. La floraison de la presse dans les années 1920 confirma l’appropriation du quốc ngử par les Vietnamiens.

La presse de Cochinchine, à l’instar mais de façon plus intense et efficace que  dans le Conseil colonial de Cochinchine et le Conseil municipal de Saïgon investit un espace (et non un insterstice comme l’écrit l’auteur) de libre expression et de contestation du pouvoir colonial. En 1936-1937,  au moment du Front populaire, la presse lui donna une vigoureuse extension et une forte intensité.

Ce livre est la mise en forme d’une thèse de doctorat, exercice savant, qui exige la lecture et l’analyse des sources archivistiques. Philippe Peycam respecte parfaitement cette règle du travail universitaire tout en complétant les sources primaires (provenant majoritairement des fonds d’archives françaises et vietnamiennes) avec une bibliographie presque exhaustive. Son travail démontre qu’en histoire contemporaine, les périodiques sont des archives de base au même titre que les archives des institutions de l’État et d’autres corps établis. Sa connaissance du quốc ngử l’a rendu apte à lire cette documentation, à l’interpréter et en dégager le sens. Donc, l’ouvrage est neuf et très intéressant, je regrette qu’il n’ait pas été publié plus tôt et j’espère qu’il sera bientôt traduit en français. Philippe Peycam entremêle habilement le récit des événements, le tableau et l’évolution d’un milieu socio-professionnel, mieux, d’une micro-société, et l’analyse des courants politiques qui le traversent. Mais l’auteur n’en reste pas à une macro-vision de son sujet, il descend à l’instance individuelle et insère une série de touches biographiques des figures les plus remarquables du Làng Báo chí (Buì Quang Chiêu, Nguyễn Phan Long, Diêp Văn Kỳ, Trần Huy Liệu, Nguyễn An Ninh, Phan Văn Trương, Dejean de la Bâtie, Cao Văn Chánh …). Philippe Peycam a ajouté une contribution de qualité à l’écriture de l’histoire contemporaine du Viêt Nam et à celle de la colonisation française, sur un sujet qui n’avait pas été abordée jusqu’ici.

Pierre Brocheux, 28/10/2012

Philippe M. F. Peycam: The Birth of Vietnamese Political Journalism

Philippe M. F. Peycam, The Birth of Vietnamese Political Journalism : Saigon 1916-1930, Columbia University Press, 2012, xi-306 p.

Philippe M. F. Peycam completes the first ever English-language study of Vietnam’s emerging political press and its resistance to colonialism. Published in the decade that preceded the Communist Party’s founding, this journalistic phenomenon established a space for public, political contestation that fundamentally changed Vietnamese attitudes and the outlook of Southeast Asia.

Peycam directly links Saigon’s colonial urbanization to the creation of new modes of individual and collective political agency. To better justify their presence, French colonialists implemented a peculiar brand of republican imperialism to encourage the development of a highly controlled print capitalism. Yet the Vietnamese made clever use of this new form of political expression, subverting colonial discourse and putting French rulers on the defensive, while simultaneously stoking Vietnamese aspirations for autonomy. Peycam specifically considers the work of Western-educated Vietnamese journalists who, in their legal writings, called attention to the politics of French rule.

Peycam rejects the notion that Communist and nationalist ideologies changed the minds of “alienated” Vietnamese during this period. Rather, he credits colonial urban modernity with shaping the Vietnamese activist-journalist and the role of the French, even at their most coercive, along with the modern public Vietnamese intellectual and his responsibility toward the group. Countering common research on anticolonial nationalism and its assumptions of ethno-cultural homogeneity, Peycam follows the merging of French republican and anarchist traditions with neo-Confucian Vietnamese behavior, giving rise to modern Vietnamese public activism, its autonomy, and its contradictory aspirations. Interweaving biography with archival newspaper and French police sources, he writes from within these journalists’ changing political consciousness and their shifting perception of social roles.

 

Review :

Philippe M. F. Peycam’s vivid account makes a unique contribution to contemporary Vietnamese history and colonial studies. Until now, nothing of this scope has been attempted in English. Previous studies of the Vietnamese press have focused on the communist newspaper La Lutte and less systematic samplings of French-sanctioned publications. Peycam instead gives us portraits of writers, publishers, and editors who for months and years put out popular, often financially viable, newspapers to challenge the status quo. He makes judicious use of the reports of the French security police and brings these men and their peculiar mix of French idealism and colonial hypocrisy to life. His portrait of the rapidly changing society of French Indochina’s major entrepôt emphasizes the hybrid nature of Saigon politics with fascinating detail. (Review by Sophie Quinn-Judge, Temple University, author of Ho Chi Minh : The Missing Years).

Aperçu sur Google Books :