Archives par mot-clé : présence française

La présence française au Viêt-Nam, réponse de Pierre Brocheux à « L’Histoire » (janvier 2014)

[ndlr] Nous publions ci-dessous le commentaire de Pierre Brocheux à propos du CR de l’exposition Indochine (Musée de l’armée) publié dans le n° 395 (janvier) de la revue L’Histoire.

J’ai sursauté en lisant le compte-rendu de l’historienne Huguette Meunier sur l’exposition « Indochine », p.36 du dernier numéro de L’Histoire (395, janvier 2014). La dernière phrase télescope l’histoire de façon abrupte et erronée. Elle écrit : « La page française est définitivement tournée- même si subsiste à Saïgon une rue Pasteur et une rue Yersin »,  j’ai cru rêver, ….

Certes, en 1955, les troupes françaises évacuent le nord du 17ème parallèle mais les Français se replient sur le sud que l’armée française ne quittera qu’en avril 1956. En outre, l’armée laisse derrière elle environ 17 000 ressortissants français (européens, eurasiens et « Français de l’Inde » selon les termes de l’époque). Jusqu’en 1975, les grandes plantations d’hévéas (Michelin et d’autres), l’industrie automobile (Citroën pour le montage des « méharis »), les entreprises industrielles comme les Brasseries et Glacières d’Indochine, les laboratoires pharmaceutiques (Rhône Poulenc et Roussel-Uclaf) continuent de produire ; il y avait six lycées et autant d’écoles primaires (relevant de la Mission culturelle française) sans compter les établissements catholiques, les  Alliances françaises, où l’enseignement était donnée en français, tandis que des professeurs étaient détachés dans l’enseignement supérieur (médecine, sciences, lettres, écoles d’ingénieurs au centre polytechnique de Phu Tho aux portes de Saïgon).

On trouvait la même situation au Cambodge et au Laos où la France conserva des intérêts économiques et culturels importants, jusqu’en 1975. Au Laos même, à Seno, la France  conserva une base militaire aérienne jusqu’en 1963. Et figurez vous qu’à Hanoï, le lycée Albert Sarraut, n’a été fermé qu’en 1963…

Pierre Brocheux, professeur d’Histoire au lycée J-J Rousseau, à Saïgon, de 1960 à 1968.

Classe de 4e, Lycée Jean-Jacques Rousseau, Saigon. Prof. Pierre Brocheux. © AEJJR
Classe de 4e, Lycée Jean-Jacques Rousseau, Saigon, 1968. Professeur Pierre Brocheux. © AEJJR

Site de l’Amicale des anciens élèves du Lycée Chasseloup-Laubat / Jean-Jacques Rousseau (AEJJR).