Archives par mot-clé : Première Guerre mondiale

Violence et Bande dessinée – ENS de Lyon (6 novembre 2013)

Le mercredi 6 novembre 2013, le laboratoire junior Sciences Dessinées vous propose sa troisième journée d’études : après la science et la ville, nous vous invitons à partager avec nos intervenants une réflexion sur “Violence et bande dessinée“, à l’ENS de Lyon (amphithéâtre Descartes, métro Debourg, entrée libre, 9h30-17h30).

Affiche_BD&Violence

L’hyperviolence, du choc à la suggestion

 

9h30 – 9h50 : Introduction par Aymeric Landot (ENS de Lyon): « L’hyperviolence, un concept pertinent pour évoquer la violence dans la BD ? »

9h50 – 10h35 : Adrien Genoudet (EHESS) : « Suggestion et monstration de l’hyperviolence au sein du corps bédéistique ».

 

Pause

 

10h45 – 11h35 : Isabelle Delorme (Centre d’Histoire de Sciences Po) : « Codes et représentations de la violence dans les récits mémoriels historiques en bande dessinée ».

11h45 – 12h30 : Isabelle Guillaume (ENS de Lyon) : « A History of Violence : perceptions et représentations de la violence dans les comics depuis les années 1950 ».

 

 

« Du sang dans les cases :
dire et voir la violence en BD »
Table ronde avec KRIS

 

14h – 17h30 : Table ronde avec Kris, scénariste, notamment, de Notre Mère la GuerreUn Homme est mortCoupures irlandaises ou Svoboda !

Source : Sciences Dessinées

Asiatiques de France – Documentaire de Laurence Jourdan

[ndlr] A noter la diffusion d’Asiatiques de France, le nouveau documentaire de Laurence Jourdan (Les oubliées de la Piste Ho Chi Minh, 2004), en deux épisodes les dimanches 22 et 29 septembre 2013 sur France 5.

 

Dimanche 22 septembre 2013 à 21h55 heures

Diffusion sur France 5 du film de Laurence Jourdan

Asiatiques de France

1911-1975 – Episode 1

Près d’un million d’Asiatiques vivent en France. Retour sur leur histoire, riche, qui traverse deux conflits mondiaux, le temps de la colonisation de l’Indochine puis celui de son indépendance et de l’évolution des Républiques Populaires d’Asie. Cette diaspora hétérogène cherche, à présent, à peser dans le débat public. Elle revendique une visibilité. L’installation des Vietnamiens, Cambodgiens, Laotiens ainsi que des Chinois en France date des réquisitions de main d’oeuvre pendant les Première et Seconde Guerres mondiales, en 1914-1918, puis en 1939-1940. La notoriété des Beaux-arts à Paris attire aussi toute une génération d’artistes et d’intellectuels japonais.

 


Asiatiques de France – Extrait 1 par Phares-Balises


Asiatiques de France – Extrait 2 par Phares-Balises

A suivre : Episode 2 – Dimanche 29 septembre à 21h55 heures sur France 5.

Dr Lê Văn Chỉnh

LeVanChinhM. le Docteur Lê Văn Chỉnh, né à Hanoi en 1879.

A suivi les cours de l’École Coloniale de Paris en 1897. Désigné comme répétiteur à l’École de Médecine de l’Indochine en 1902, il a été reçu Médecin indigène en 1907.

Retourné à Paris en 1909, il a obtenu en 1910 le diplôme de Médecin Colonial de l’Université. Engagé volontaire de la Grande Guerre 1914-1918, il a été reçu Docteur en Médecine d’État en 1922.

Il a été Médecin de l’Assistance de 1907 à 1932, date à laquelle il a été admis à la retraite comme Docteur indochinois hors classe.

Officier de l’Instruction publique.

Officier de la Légion d’Honneur.

 Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 12.

Etienne Thái Văn Chanh

ThaiVanChanhM. Etienne Thái Văn Chanh est né en 1874 à Tân Phong (Cần Thơ). Citoyen français (1896).

Engagé volontaire en 1893 comme infirmier, il participait aux campagnes de Madagascar de 1900 à 1905, de la Côte d’Ivoire de 1905 à 1908 et à la Grande Guerre de 1914-1916. Sa belle conduite au feu et son dévouement pour les malades lui valaient deux citations du Commandement Supérieur des Troupes de l’Afrique Occidentale française et les décorations suivantes :

  • Médaille militaire et Croix de Guerre en 1911.
  • Médailles coloniales avec agrafes « Madagascar », « AOF » en 1907, « Côte d’Ivoire » en 1911.
  • Médaille de la Victoire de la Grande Guerre 1914-1918 en 1920.
  • Médaille Interalliée.

Après sa retraite, il fut nommé Chevalier de la Légion d’Honneur.

S’est consacré depuis 1922 à l’agriculture et à l’exploitation des salines et participe activement aux œuvres sociales de la Province. Il est membre de l’A.M.A.S. de Baria et Vice-Président de l’Association d’Etude du Bouddhisme et de Secours mutuel « Thiên Thai Thiên Giác Tông, Liên hữu Hội ».

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 10.

Kim Loan Vu-Hill, Coolies into Rebels. Impact of World War I on French Indochina – CR de lecture par Pierre Brocheux

Vu-Hill_CooliesIntoRebelsKim Loan Vu-Hill, Coolies into Rebels.  Impact of World War I on French Indochina, Paris, Les Indes savantes, 2011, 190 p., index, bibliographie, documents annexes.

Cette thèse revient sur la première guerre mondiale lorsque la France mobilisa les ressources matérielles et humaines de son empire colonial pour combattre l’Allemagne. Le gouvernement français fit venir en métropole des dizaines de milliers de travailleurs et de soldats recrutés dans les populations de ses colonies. L’arrivée des tirailleurs sénégalais, malgaches et nord africains est relativement bien connue, celle des travailleurs et tirailleurs indochinois (en grande majorité des Vietnamiens) l’est beaucoup moins. Certes, Mireille Lê Văn Hô avait soutenu en 1978 une thèse de l’École des Chartes restée inédite mais consultable à la BDIC (à Nanterre). Son auteure s’intéressait aux Indochinois comme « agents de la modernisation ». Kim Loan Vu-Hill se place dans une perspective différente et recherche ce qui a pu conduire ces hommes à devenir des rebelles à la domination coloniale, d’où le choix du titre : coolies into rebels.

D’abord ils furent moins nombreux (92 102 contre 211 359 Sénégalais et Malgaches et 267 000 Nord-Africains) et les tirailleurs ne bénéficièrent pas de la réputation guerrière des soldats africains. L’appellation lính th (traduite de façon littérale et donc erronée par soldats-ouvriers et non par soldats et ouvriers) entretint une confusion entre les travailleurs et les soldats : les premiers, la majorité, étant affectés aux arrières (usines, voies de communication et transports) à des tâches non combattantes, ainsi tous les Indochinois passèrent–ils pour incapables de supporter le feu en première ligne. Le livre présente suffisamment de documents qui font justice de cette opinion injustifiée. Rappelons qu’en 1922, le général Weygand écrivit un article où il faisait l’éloge des tirailleurs indochinois. Pour cette raison, on peut reprocher également (à l’auteur ou à l’éditeur ?) le titre de l’ouvrage : coolies (mot chinois qui désigne les hommes de peine) englobe les soldats mais aussi des travailleurs civils qui n’étaient pas des coolies (9 019 infirmiers, 5 339 employés de bureau, et des ouvriers spécialisés).

Du point de vue historiographique, l’ouvrage est novateur pour deux raisons. D’abord, l’auteure refuse la vulgate anti-colonialiste selon laquelle ces hommes furent enrôlés de force et transférés manu militari dans un milieu hostile où ils servirent de chair à canon pour la cause de ceux qui les opprimaient dans leur pays. Elle exploite tous les fonds d’archives disponibles sur ce sujet, en particulier le très riche SLOTFOM / Service de liaison des originaires des territoires français d’Outre-mer. Selon  l’auteure, la majorité des Indochinois qui partirent pour la France où les premiers contingents arrivèrent en 1915, était volontaire pour des raisons diverses : servir la « Mère Patrie » ou mourir pour elle ne fut certainement pas la principale. Ruraux pour la plupart, ils espéraient sortir de la pauvreté voire de la misère ; les jeunes étaient tentés par l’aventure dans un ailleurs mythique. Aucune motivation n’est à écarter mais il ressort des rapports de l’encadrement et des lettres interceptées par le Contrôle postal que ces hommes  attendaient que leurs sacrifices fussent récompensés autant par des gestes symboliques que matériels : octroi de la nationalité française, égalité de traitement, accès à des fonctions réservées et des grades élevés, promotions professionnelles grâce à la formation qu’ils avaient acquises pendant leur séjour en métropole, tout ce qui ferait qu’ils ne seraient plus traités comme des sujets de condition inférieure.

La thèse développée par l’auteure rend tout à fait plausible l’état d’esprit ou les sentiments attribué à ces hommes : elle est l’histoire d’une immense déception causée par le traitement qu’ils reçurent ou dont ils s’estimèrent victimes après la guerre et une fois qu’ils furent rapatriés dans leur pays. Ils ne furent pas victimes d’un marché de dupes parce qu’ il n’y eut pas de tromperie intentionnelle de la part des Français sur le sort qui leur échoirait lorsqu’ils retourneraient chez eux, il n’en resta pas moins qu’ils se sentirent frustrés.

Deux séries de facteurs déçurent leurs espoirs d’une vie meilleure. Le fait fondamental fut le maintien et le renforcement de la domination coloniale. Rien ne fut changé dans les rapports entre colonisateurs et colonisés, bien au contraire ; les retours de France qui avaient été traités en égaux dans les usines ou les tranchées et qui avait connu, pour un certain nombre d’entre eux, des moments heureux avec des femmes furent de nouveau assujettis à la hiérarchie raciale de la colonie. Or, le séjour en France fut également l’occasion de faire connaissance avec les théories socialistes, avec l’action syndicale des travailleurs : ils furent témoins des mutineries en 1917 et des grèves ouvrières (1915, 1917, 1918).

En outre, ils subirent  les effets de la conjoncture économique et financière qui suivit la fin de la guerre et qui  aggrava leur situation : la dépréciation du franc se répercuta sur les soldes, les  pécules, les pensions, la chute de valeur des rentes des souscriptions aux bons de la défense nationale. Parallèlement, les emplois pour lesquels ces travailleurs avaient reçu une formation en France ne furent pas créés localement en dépit d’importants investissements dans les travaux publics et dans l’économie des grandes plantations. Des frustrations au ressentiment, le cheminement fut plus ou moins rapide, ponctué par la grande crise économique des années 1930, accompagné par l’émergence d’une intelligentsia modernisatrice et porte-parole de revendications sociales et politiques, la diffusion des idéologies radicales comme le communisme, l’accentuation du mouvement anticolonialiste en métropole.

L’ouvrage de Kim Loan Vu-Hill démontre que la « Grande guerre » fut un tournant dans l’histoire du Viet Nam contemporain, elle fut quatre années initiatrices d’évolution sociétale, de maturation de la conscience collective et qui déterminèrent les transformations politiques ultérieures. De ce point de vue aussi la thèse est neuve parce que l’auteur se détache de l’historiographie nationale (nationaliste et communiste) qui fait partir le mouvement de résistance moderne des années 1930 (mutinerie de Yên Bay et soulèvement des campagnes du Nord Annam et de la Cochinchine).

S’il faut féliciter les Indes savantes pour l’édition de cette « histoire partagée », il est souhaitable que ce livre sérieusement documenté, très intéressant et qui comble une grosse lacune historiographique, soit traduit pour être accessible au public francophone. Reproduire la thèse rédigée en anglais est une solution de facilité que l’on ne peut que regretter.

Pierre Brocheux

Présentation de l’ouvrage sur le site des Indes savantes.