Archives par mot-clé : pouvoir

Lê Huu Khoa : L’espace cognitif du peuple – Note de lecture de Lou Eve

Lê Huu Khoa, Anthropologie du Vietnam, Tome 5, « L’espace cognitif du peuple », Paris, Les Indes savantes, 2016.

Lê Huu Khoa est un professeur d’anthropologie et de sociologie mais aussi un poète. Il est également président-fondateur du GRISEA (Groupe de Recherche sur l’Immigration du Sud-Est Asiatique) et expert à l’Unesco. S’il a travaillé sur les femmes asiatiques en France1, une grande partie de son oeuvre scientifique consiste en une Anthropologie du Vietnam, comprenant pour le moment 5 tomes2.

Ce 5e tome, objet de cette note de lecture, propose une anthropologie culturelle de la société vietnamienne. Par la mise en lumière de processus cognitifs tels que la mémoire ou le langage, Lê Huu Khoa va tenter d’identifier « des attitudes culturelles » vietnamiennes. Ce n’est cependant qu’une tentative de navigation dans cette culture, l’auteur essayant d’esquiver des obstacles de taille : l’arbitraire, l’essentialisation, l’universalisation. Par quels leviers Lê Huu Khoa cherche-t-il à dévoiler l’identité du peuple vietnamien ? En proposant des portes d’entrée thématiques (allant d’une analyse linguistique à une analyse de parcours sociaux) faites d’antinomies et de paradoxes, l’auteur a un rapport à la fois poétique, scientifique mais surtout critique à son objet d’étude. Il investigue six thématiques en illustrant son propos d’expressions tirée de la tradition orale vietnamienne dans le but d’ancrer son analyse dans une réalité vécue et/ou ressentie.

Etude 1 – « Naviguer dans la vietnamité » : quelques conceptions vietnamiennes

Par une première étude imagée et métaphorique, l’auteur propose des visions du monde et conceptions de vie des Vietnamiens à travers un jeu sémantique. Prenons un exemple linguistique: nước (eau), incarne l’importance de l’eau dans l’imaginaire collectif vietnamien. Pour désigner le pays, les Vietnamiens écrivent đất nước (terre-eau), qui devient nước en langue verbale. Il existe ainsi un fort imaginaire aquatique au sein d’un pays vu comme un réseau d’eaux : en fait, le pays est l’eau. Au Vietnam, vivre selon les saisons équivaut à vivre selon les cours d’eau. Les paysans la mettent ainsi au tout premier rang dans les quatre éléments de base de leurs activités agricoles (denrée, ténacité au travail, semences). Dans les faits, cette prégnance aquatique explique la stratégie militaire vietnamienne mi-terrestre mi-navale : c’est ainsi que Trân Hung Dao, sur le fleuve Bac Dang en 1288, tendit un piège à l’armée mongole qui lui valut la victoire : il créa une forêt de bambous aux troncs tranchants à marée basse, devenant quasi invisible à marée haute.

Etude 2 – « La constance chinoise dans la vietnamité » : l’aîné et le cadet

Dans cette partie, Lê Huu Khoa montre la constance chinoise dans la culture vietnamienne, en parallèle de l’affirmation d’une forte indépendance nationale. Dans ce rapport de dominants/dominés qui fait des deux pays des ennemis historiques, les Vietnamiens ont des « réflexes patriotiques ». Malgré un socle culturel commun et la reconnaissance de certaines compétences chinoises, un mécanisme de méfiance envers la Chine se crée. Pour asseoir sa démonstration, l’auteur rappelle l’affaire du thé entre 2010 et 2012 : des producteurs de thé chinois auraient enjoint des producteurs de thé vietnamien à accélérer leur production ; pour cela, ils leur auraient conseillé de teindre le thé pour qu’il ait l’air à maturité. Les producteurs chinois auraient filmé ce processus puis diffusé les images, accusant les producteurs vietnamiens de ne pas respecter les conditions d’hygiène (p. 41) ; à cela s’ajoute une ingérence chinoise dans la région. Cette conscience victimaire vietnamienne engendre donc de forts réflexes d’insoumission, expliquant selon l’auteur une stratégie militaire bien particulière (importance de la guerre psychologique).

Etude 3 – « Etude avec savoir, étude sans savoir » : un système universitaire corrompu


Le garçon bouvier apprend (Wikipedia)

Il existerait dans la société vietnamienne une forte tension entre idéalisation de l’instruction et une « perversion » du domaine universitaire, menant à une crise de l’étude sans précédent dans le pays. Une explosion anarchique du nombre d’universités et la difficile sélection par les universités publiques entraîne la montée en puissance des établissements privés, qui “marchandisent” les diplômes et le savoir. Le système universitaire actuel ne produit donc pas de véritable travail scientifique et méthodologique, la part belle étant faite au « carcan idéologique dominant » et au « copié-coupé-collé ». Le cas particulier du doctorat montre cette perversion du système universitaire vietnamien, gangrené par plusieurs mécanismes. D’abord, la corruption est bel et bien réelle quand il s’agit de proposer son projet de recherche. Souvent, on a une spécialisation thématique avec un vague rapport avec la recherche en cours mais un lien direct avec l’institution en place, induisant une censure inévitable. Lê Huu Khoa dénonce notamment la pratique banalisée des « enveloppes » destinées au jury. Deuxièmement, il met aussi en valeur ce système de dénonciation généralisée et de règlements de compte entre équipes concurrentes ou centres de recherches, menant parfois à des cas de menaces de mort voire des suicides. Enfin, un problème réside dans l’attribution de poste universitaire : il n’y aurait pas de réelle prise en compte de la qualification ou de la compétence de la personne. On peut ainsi retrouver un docteur spécialisé dans la traduction enseignant dans un département de sociologie. Pour l’auteur, cet espace universitaire est en réalité dominé par les jeux de pouvoirs et de relations, menant à un manque de crédibilité totale du système universitaire local et à un désintérêt de la part des universités étrangères.

Etude 4 – « Parti du peuple, Parti sans peuple » : un portrait au vitriol du Parti Communiste Vietnamien

Le titre en lui-même témoigne d’un parti luttant pour l’indépendance nationale du pays versus un parti qui agit au détriment des intérêts du peuple. Lê Huu Khoa dépeint les rouages du PCV dans sa dimension « mi-claire mi-obscure », son « idéologie répressive ambiante » et la terreur sournoise et diffuse dont il est porteur. C’est l’étude la plus critique de l’auteur, lui-même ancien boat people et victime directe des agissements du PCV. Il développe sa critique à partir de trois observations :

  • Mot d’ordre du PCV : « éliminer sans créer de réactions »

Aujourd’hui, on peut dire que le PCV n’est jamais tombé dans les déportations ou les emprisonnements massifs, et qu’il élimine ses opposants avec une grande discrétion par le blocage de l’information, l’isolement des familles. Lê Huu Khoa donne l’exemple de la résidence surveillée : en plein cœur des villes, elle demeure invisible, aucune visite n’étant autorisée, et l’incarcération peut durer toute une vie.

  • « Réflexe de guerre et goût du secret »

Chaque membre du PCV se perçoit comme le soldat d’une révolution ou le membre d’une police politique. Plus qu’un parti, le PCV est un ordre social supérieur à tous les autres ordres sociaux. Il annihile l’individu et provoque l’inertie.

  • Des luttes intestines au sein du parti en dépit d’une unité apparente

Il existe par exemple au sein d’un même parti un camp prochinois et un camp pro-américain, ce qui montre l’existence de factions et de divisons internes. Le PCV est en réalité un « espace de gestion des héritages où chaque acteur doit penser et concevoir les lieux du pouvoir comme des patrimoines à protéger et à faire perdurer » (p. 89). Il est en fait le lieu d’une lutte clanique ; Lê Huu Khoa parle d’alliances cachées et de petites dynasties.

Il existe par exemple au sein d’un même parti un camp prochinois et un camp pro-américain, ce qui montre l’existence de factions et de divisons internes. Le PCV est en réalité un « espace de gestion des héritages où chaque acteur doit penser et concevoir les lieux du pouvoir comme des patrimoines à protéger et à faire perdurer » (p. 89). Il est en fait le lieu d’une lutte clanique ; Lê Huu Khoa parle d’alliances cachées et de petites dynasties.

Campagne d’Amnesty International dénonçant les conditions de détentions au Viêt-Nam

L’auteur démontre que la terreur est devenue un système de gouvernement, au “fonctionnement éliminationniste” et une “pratique exterminationniste” (p. 103), et paradoxal au plus haut point : prenons l’exemple des fausses libérations, pratiquées par les camps de prisonniers. On faisait croire à ces derniers qu’ils étaient libérés, et qu’il leur fallait obtenir un document prouvant leur libération. On les envoyait alors à telle adresse, à travers les forêts et les montagnes, et une fois arrivés (en fait, dans un autre camp), on leur disait que la libération n’était pas possible et que des moyens de transport n’avaient pas pu être mis en place pour le transfert. Pourtant, dans la tradition confucéenne, l’autorité qui assume une fonction ne peut être dans le mensonge car cela induirait un manque de crédibilité. Cette contradiction du PCV entre ses idéaux et ses pratiques ne peut donc qu’entraîner une crise de confiance dans la société vietnamienne, qui perçoit le PCV comme une « société noire », passée d’un «parti des partisans (le révolutionnaire) au parti des trafiquants (des délinquants)» (p. 114). Pour Lê Huu Khoa, le seul moyen immédiat (l’ouverture démocratique semblant impossible au court terme), pour « résoudre l’injustice » serait d’effectuer un auto-examen qu’il faut différencier de l’auto-critique maoïste. Il s’agirait de comprendre pour le PCV qu’il est la cause directe de l’émergence des problèmes sociaux actuels. Cet auto-examen répond à une exigence populaire, voulant que « le dirigeant politique reste visionnaire dans son propre comportement vis-à-vis de son peuple » (p. 125).

Etude 5 – « Jeunes diplômés dedans, jeunes diplômés dehors » : une « approche ethnique et pragmatique de l’efficacité »

Dans cette étude, l’auteur présente un certain type de parcours social : il évoque les carrières professionnelles de jeunes vietnamiens vivant en-dehors du Vietnam (donc issus de l’immigration), et envisageant une carrière professionnelle dans leur pays d’origine. La double culture devient donc une véritable stratégie personnelle, perçue comme un atout dans la construction d’une carrière professionnelle. Lê Huu Khoa montre qu’il y a chez ce groupe social des « calculs de va-et-vient » entre pays d’accueil et pays d’origine, et que ses membres mobilisent un double atout : l’héritage parental et un contexte de mondialisation. Le fait qu’il y ait une vraie stratégie derrière ces parcours migratoires sape donc les analyses misérabilistes de l’immigration.

Ainsi, les jeunes cherchant à construire leur carrière dans leur pays d’origine ont conscience de leur « compétence native ou ethnique » qui intéresse les recruteurs à l’embauche, et l’utilisent sans modération. Celle-ci peut être doublée d’une « compétence linguistique », qui varie en fonction de l’éducation familiale (cette génération parle moins bien vietnamien que les enfants des réfugiés directs d’après 1975). Parfois, il n’y a pas cette compétence linguistique, mais quand même une « compétence culturelle ». Cela donne lieu à des discours « mi-familiaux mi communautaires ». Enfin, il se peut que le membres de cette communauté mobilisent une « compétence historique », à savoir « l’ensemble de connaissances, de vécus et de gestion des épreuves du passé d’un groupe face aux divers événements et aux bouleversements lointains ou récents » (p. 135). C’est donc la mobilisation conjointe ou pas de ces types de compétences qui fait penser Lê Huu Khoa que ces parcours migratoires sont pensés et pragmatiques.

Etude 6 – « Femmes d’ici, femmes d’ailleurs » : les mères occidentales et les enfants métis, d’autres exemples de parcours sociaux

Dans cette étude, Lê Huu Khoa s’intéresse aux femmes vietnamiennes en exil, connaissant un processus d’intégration difficile. Il souligne notamment le cas des “mères occidentales” (me Tây) pour donner un exemple de trajectoire sociale. La colonisation française de 1884 à 1954 a constitué son propre cortège de personnel colonisateur. Les mères occidentales sont donc des femmes vietnamiennes mariées ou vivant avec des Français au Vietnam (dans des unions légitimes ou pas). Parfois, le passé de la femme est lié à la prostitution. Elles expérimentent donc un double rejet : d’abord un rejet nationaliste, mais aussi un rejet de la mixité. Cela implique donc un réel mécanisme de regroupement de ces femmes dans l’espace communautaire, leur comportement s’apparentant à celui des marginaux. Quand les familles des colons ont été rapatriées après 1954, l’expérience conjugale était souvent difficile, en raison des différences culturelles et de faibles ressources économiques. Le mariage se trouvait réussi quand les deux milieux sociaux étaient assez aisés.

Plus que cela, ce mécanisme de rejet se « transmet » aux enfants Eurasiens issus de ces unions illégitimes. Ils sont perçus comme des « libertins, déracinés, sans père ». Yves Denéchère, dans « Les “rapatriements” en France des enfants eurasiens de l’ex-Indochine3, montre la complexité d’un épisode traumatique pour ces rapatriés eurasiens. L’un d’eux, dont le nom reste anonyme, témoigne4 : « Nous avons très peu parlé de notre blessure commune : de l’absence de nos mères et de nos pères. Cette blessure était si profondément enfouie en nous que très peu d’entre-nous en ont parlé, à leur femme, et surtout à leurs enfants ». Aussi, Denéchère évoque le rôle déterminant de la FOEFI (Fédération des Œuvres de l’Enfance Française d’Indochine) dans la prise en charge de ces enfants, et donc la délégation par l’Etat à un acteur privé sur cette question de l’entreprise post-coloniale.

Cette toute dernière porte d’entrée sur la société vietnamienne est peut-être révélatrice de thématiques propres à la vietnamité, à savoir, une société teintée de relent nationaliste, l’acculturation et l’exil, l’arrachement et la déchirure des origines.

Bilan : une ode à la vietnamité

Par des portes d’entrée thématiques variées, historiques comme contemporaines, politiques comme sociales, Lê Huu Khoa donne des clefs pour identifier des paradoxes culturels vietnamiens et des attitudes culturelles, pouvant éclairer des faits passés comme présents. Le rapport extrêmement poétique à son objet d’étude induit de fait des intuitions très riches. Plus que des « intuitions », il produit dans le 5e tome de son anthropologie une ode à la vietnamité, illustrée par de très nombreuses expressions populaires ou traditionnelles, mais au parti pris politique parfois très virulent. Plus que des attitudes culturelles, Lê Huu Khoa dégage une possibilité et une capacité pour le peuple vietnamien de modifier ces attitudes quand elles sont négatives, dans la mesure où il saurait faire preuve « d’intelligence collective ». Ces études sont donc aussi à percevoir comme des leçons, d’apparence souvent pessimistes mais qui sont finalement résolument optimistes quant à l’avenir de son pays d’origine. Il termine son analyse en revoyant le lecteur au prochain tome de cette anthropologie (le sixième) si spécifique, qui portera sur l’espace démocratique au Vietnam.

Lou Eve, promotion ASIOC 2018-2019.

Lou Eve est étudiante en Master 2 Asie Orientale Contemporaine (Sciences Po Lyon et ENS de Lyon). Tout d’abord spécialisée sur la Chine, elle travaille actuellement sur les violences conjugales au Vietnam et s’intéresse plus particulièrement aux gender studies. Elle effectue un stage à l’IRASEC (Institut de Recherche sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine).

Illustrations : estampes populaires de Dong Ho.

Notes

  1. Voir Lê Huu Khoa, La Femme asiatique en France. Places familiales, placements professionnels et déplacements sociaux, Paris, Les Indes savantes, 2009 []
  2. Cette anthropologie rassemble aujourd’hui : L’espace mental du lien (2009), L’espace spirituel de la vie (2009), L’espace réflexif de l’homme (2011), L’espace singulier du destin (2014) et L’espace cognitif du peuple (2016), tous publiés à Paris aux Indes savantes []
  3. Yves Denéchère, « Les “rapatriements” en France des enfants eurasiens de l’ex-Indochine : pratiques, débats, mémoires », Revue d’histoire de l’enfance “irrégulière”. Le Temps de l’histoire, Presses universitaires de Rennes, 2012, pp. 123-139. En ligne : https://journals.openedition.org/rhei/3398 []
  4. Cf. Denéchère citant le documentaire de Philippe Rostan Inconnu présumé français, 2009 []

Un regard politique sur le Viêt-Nam : vers une nouvelle concentration du pouvoir ?

François Guillemot est intervenu dans l’émission de Michel Désautels sur Radio Canada, dimanche 25 novembre 2018 à 11h47, pour un court entretien sur la situation politique vietnamienne. Pour accompagner cet entretien et approfondir certains points, il rappelle des éléments clés sur la période de concentration des pouvoirs en œuvre en République socialiste du Viêt-Nam (RSVN).

[Présentation de Radio Canada] Le Vietnam, l’un des pays les plus pauvres d’Asie il y a 20 ans à peine, est en pleine transformation. L’État communiste ouvre son économie, courtise l’Occident et accueille un nombre record de touristes. Toutefois, qu’en est-il de la vie politique au Vietnam, toujours marquée par le règne du parti unique ? Quelles formes prennent la participation à la vie politique et la contestation du pouvoir ? L’historien et ingénieur de recherche au CNRS François Guillemot analyse pour nous les changements rapides de cette société.

Le Viêt-Nam vers une nouvelle concentration du pouvoir ?

En préambule de cette discussion, il faut rappeler aux auditeurs qu’une compréhension fine de la politique interne vietnamienne est une chose très difficile à maîtriser car le Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) fonctionne toujours sur le mode du secret1. En outre, les informations internes au PCV qui pouvaient circuler sur la toile dans des blogs d’observateurs avisés ou des journalistes indépendants entre 2005 et 2015 ont fortement diminué suite à la répression2. Pour suivre l’évolution politique de ce pays sur le long terme, on peut tout de même se référer à quelques solides piliers informatifs ou d’analyses, tels que le site Viet Studies de Tran Huu Dung, le think tank de Carl Thayer ou d’autres blogs ou publications indépendantes sur les réseaux sociaux (principalement Facebook)3. Les programmes d’information en vietnamien de la BBC, RFA (Radio Free Asia), RFI (Radio France Internationale), VOA (Voice of America) sont également très utiles pour décrypter l’information car ils reçoivent directement des analyses et témoignages en provenance du pays. Enfin, à ne pas négliger, les sites officiels en RSVN, dont la mission est de promouvoir la voix du parti, outrepassent, de temps à autre, courageusement cette mission en proposant des investigations sur le plan social et économique4. Situation paradoxale, si les médias vietnamiens comptent aujourd’hui plus de 850 titres, la RSVN reste classée au 175e rang mondial (sur180) sur le plan de la liberté de la presse entre le Soudan (174e) et la Chine (176e)5.

Carte du Vietnam © RSF
Continuer la lecture de Un regard politique sur le Viêt-Nam : vers une nouvelle concentration du pouvoir ?
  1. Ce paramètre est d’ailleurs mentionné dans les devoirs des membres du PCV []
  2. En particulier, on peut citer le site “Ba Sam“, auto-présenté comme “l’agence de presse du trottoir”, actif de septembre 2007 à avril 2017. Ce site a été fondé par Nguyen Huu Vinh, ancien membre du PCV et ancien policier, arrêté en 2014 et aujourd’hui incarcéré []
  3. Notons le site du journaliste indépendant Pham Chi Dung : Viet Nam Thoi Bao []
  4. Par exemple lors du scandale écologique Formosa en 2016 []
  5. Cf. la page Vietnam de RSF ; liste des principaux titres de la presse sur l’entrée Wikipédia : Danh sách báo chí Việt Nam []

Le Huu Khoa : Anthropologie du Vietnam – Vol. 5. L’espace cognitif du peuple

[ndlr] Parution du 5e volume de la série Anthropologie du Vietnam du Professeur Le Huu Khoa. Présentation de l’éditeur.

LeHuuKhoa_Anthropologie_5L’auteur explore dans ce volume les rouages du Parti communiste vietnamien. Reconnu par la population comme un acteur capital et positif de la lutte pour l’indépendance, il est aujourd’hui critiqué pour toutes ses dérives autoritaires, voire mafieuses.

Le fonctionnement clanique actuel aboutit à un affaiblissement considérable des valeurs, mais aussi des qualités intellectuelles et de l’aptitude à gouverner des dirigeants. Les liens familiaux, d’intérêts, la corruption, ont dévalorisé non seulement le pouvoir, mais encore des secteurs essentiels pour l’avenir du pays comme l’Éducation, la Recherche, entre autres.

Les limites et les déchirements internes du Parti communiste vietnamien se vérifient tragiquement dans l’attitude des dirigeants vis-à-vis de la Chine, voisin surpuissant qui prend une place grandissante dans le contrôle économique du pays, et qui annexe peu à peu des îles et des archipels du Pacifique appartenant au Vietnam. La politique du Parti est un facteur de rupture croissante entre les dirigeants et le peuple.

Source : Les Indes savantes

Autres volumes parus aux Indes savantes :
Anthropologie du Vietnam. Vol. 1 – L’espace mental du lien (2009)
Anthropologie du Vietnam. Vol. 2 – L’espace spirituel de la vie (2009)
Anthropologie du Vietnam. Vol. 3 – L’espace réflexif de l’homme (2011)
Anthropologie du Vietnam. Vol. 4 – L’espace singulier du destin (2014)

Le corps en perspective – Journée d’étude SFHOM – vendredi 27 mai 2016

[ndlr] La SFHOM vous fait part de cette journée d’étude qui se tiendra à la Sorbonne le 27 mai prochain, sur le thème :

LeCorpsEnPerspective_SFOM_2016

Le corps en perspective

Représentations, pratiques et prises en charge dans les colonies

Cette journée d’étude entend nourrir le chantier de l’histoire du corps « colonial », celui du colonisé et celui du colonisateur, en s’interrogeant plus spécifiquement, tant le champ est vaste, sur la question de leur définition et des politiques de prises en charge du corps qu’elles supposent. C’est de l’histoire culturelle, assurément, mais comment se priver de l’histoire sociale, politique, voire même paradoxalement de celle des idées ? Et comment, dans une histoire coloniale, laisser de côté la dimension économique, celle de l’exploitation des corps, de leur contrôle ? Le corps n’est-il pas le lieu d’exercice et d’inscription de tous les pouvoirs ? Il est aussi celui des résistances et des réappropriations, coloniales ou postcoloniales. Le but est également de resituer le corps et les systèmes genrés qui l’accompagnent au cœur des modes de vie des différentes communautés.

  • 9h30 : Introduction : Jacques Dumont, responsable de la journée d’étude, “Corps-objet ? Le corps objet de recherche en milieu colonial”
  • 10h00 : Monia Lachheb, “La construction du corps des femmes dans la Tunisie coloniale : Négociation ou métissage ?”
  • 10h30 : Delphine Pereiti-Courtis, “La nudité africaine dans la littérature médicale française (1780-1950)”
  • 11h : Brice Fossard, “Les populations colonisées doivent-elles faire du sport ?”
  • Discussion : 11h30-12h30

PAUSE-DÉJEUNER

  • 14h15 : Hugues Tertrais, “Que faire des “techniques du corps” de Marcel Mauss ?”
  • 14h45 : François Guillemot, “Indochine/France : un corps à corps utopique” (titre provisoire)
  • 15h15 : Christine Mussard, “Voisinages coloniaux dans les villages de l’Algérie rurale : les indices de la présence de l’autre”
  • 15h45 : Olivier Malo, “La capoeira, d’un corps brésilien à la brasillanité (1908-2009) : un même idéal, des conceptions plurielles”
  • 16h15-17h15 : Discussion

Programme en ligne : SFHOM

Info ou intox ? Aperçu sur les pièges de l’information officielle

[ndlr] Avertissement au lecteur. Des doutes ont été émis quant à l’authenticité des sites gouvernementaux cités dans le billet d’hier. Apparus sur la toile depuis 2011, ces sites diffusent jusqu’à présent des informations officielles. Par précaution car un doute persiste sur l’origine de ces sites, nous avons remplacé l’article d’hier par une réflexion sur cette source d’information.

Ecran_nguyentandung.org

Alors que nous avions mis en ligne hier vendredi 6 décembre un billet intitulé « Quand le site du PM vietnamien fait la promo de Mein Kampf » pour interroger le traitement de l’information sur un site dédié au Premier ministre Nguyen Tan Dung [1], deux collègues chercheurs nous ont mis en garde sur l’authenticité des sites d’où provenait l’information [2].

Il existe en effet actuellement de sérieux doutes sur une collection de sites hébergés à l’étranger, apparus sur la toile en 2011, et qui, jusqu’à présent, se sont cantonnés à relayer et à diffuser largement l’information officielle en provenance de la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN).

Il s’agit des principaux sites suivants :

  • Site dédié au Premier ministre Nguyen Tan Dung (23,3 M. de visiteurs au Vietnam) et ses autres déclinaisons .biz ; .net ; .info
  • Site dédié au Secrétaire général du Parti Communiste du Vietnam Nguyen Phu Trong (près d’un million de visiteurs au Vietnam)
  • Site dédié au Président de la République de la RSVN Truong Tan Sang (1,8 M. de visiteurs au Vietnam)
  • Site dédié au Ministre de la Police populaire Tran Dai Quang (5,7 M. de visiteurs au Vietnam)

Autrement dit, l’action des piliers du régime communiste (État-Parti / Armée / Police) est suivie quotidiennement et soutenue par cette collection qui démultiplie l’information de façon quasi identique d’un site à l’autre. En particulier, l’information relative à la dissidence est souvent menaçante et injurieuse envers les contestataires comme le souligne le blogueur Anh Ba Sàm [3] ou encore envers les organes de presse étrangers en langue vietnamienne comme nous avons pu le constater lors de la parution d’articles sur le général Vo Nguyen Giap [4]. Si l’on en croit le « flagcounter » de chacun des sites, l’auditoire de ces relais du pouvoir est de plusieurs millions de personnes et révèle une portée internationale conséquente. En clair, il s’agit là d’un puissant instrument d’information.

Cette collection est complétée par un site dédié à la thématique de la Mer de Chine méridionale :

Et d’autres personnalités importantes (liste non exhaustive) :

  • Pham Vu Luan (ministre de l’éducation et de la formation)

Le « site-mère » (ou matrice) de cette série est estampillé « nguyentandung.org » du nom du Premier ministre vietnamien qui, malgré une apparence très professionnelle, serait un site illégal ne bénéficiant d’aucune validation du pouvoir actuel, le Premier ministre possédant son site officiel d’information depuis le mois d’août 2007 (voir note 2).

Plusieurs organes de presse, notamment le journal Tuoi Tre et le Quan Doi Nhan Dan, organe de l’Armée populaire, ont signalé dès septembre 2011 la dangerosité potentielle de ces sites [5]. Le journal Tuoi Tre fut le premier, relayé par le journal de l’armée populaire mais depuis les informations relatives à ce vrai ou faux piratage d’envergure sont en réalité assez maigres.

La question qui se pose est complexe. Ces sites, qui apparaissent aujourd’hui comme de véritables leaders d’opinion, sont-ils réellement des plateformes pirates off-shore déconnectées du pouvoir ? Sont-ils tolérés en tant que relais efficaces de la propagande d’État à l’étranger ? Ont-ils été créés par une officine spéciale de propagande du pouvoir dans le but de défendre le régime ? S’ils sont effectivement de « faux » sites sur lesquels le pouvoir n’a pas la main, quels sont les mobiles de leurs auteurs ?

La dangerosité d’une telle opération de propagande a été soulignée par Tuoi Tre. Selon l’avis des experts en cybersécurité les effets d’un tel piratage sont incalculables. Un concepteur professionnel de sites en  propose une analyse :

“les propriétaires de sites veulent susciter l’intérêt, la confiance du lecteur, en premier lieu en étant toujours crédibles, en fournissant rapidement l’information à l’instar des les journaux officiels au Vietnam. Après un certain temps lorsque le niveau de prestige est assuré, alors que la confiance du lecteur est à son plus grand niveau, les propriétaires des sites peuvent mettre en place des informations dont l’impact se révèle non des moindres pour le lecteur. Il suffit de diffuser une seule information fausse sur la politique [du gouvernement] à partir de ces pages pour provoquer des perturbations notables dans la société ” [6].

Certains internautes ont exprimé leur avis. Par exemple Thành Phong estime pour sa part que l’inquiétude suscitée par ces sites pouvant nuire au prestige des dirigeants n’est pas totalement justifiée. En s’appuyant sur son expérience de lecteur assidu effectuant un suivi régulier de ces sites, il relativise la question du « propriétaire masqué » : “je pense qu’il peut s’agir ici de pages d’information véritables des dirigeants. Elles émaneraient d’une organisation ou d’un d’un groupe de confiance hautement qualifié et chargé d’exécuter, de d’apporter les informations des dirigeants au plus près de la population” [7].

Le blogueur Anh Ba Sàm s’interroge sur le professionnalisme de ces sites et leur pérennité malgré les mises en garde du pouvoir. Pour lui, il est étrange que ces sites / blogs soient toujours très actifs, affichant simultanément les nouvelles de manière très professionnelle. Ceci prouverait qu’il existe du personnel, des techniciens dédiés à nourrir ce réseau et suppose un coût relativement important pour la maintenance de ce système. Il fait remarquer que l’accès à ces sites n’a d’ailleurs jamais été bloqué par les autorités du pays, notamment à travers un pare-feu efficace [8].

Il paraît en effet difficilement croyable que la mise en place de ces plateformes soit totalement déconnectée des sphères du pouvoir vietnamien. Si c’était le cas, nous aurions affaire à une affaire de contre-information d’une ampleur jamais égalée dans ce pays. Si cela s’avérait au contraire une affaire judicieusement montée par une officine secrète du pouvoir ou un « groupe d’intérêt » comme le suppose certains blogueurs cela pourrait servir le régime en cas de cyberattaques pour lui permettre de continuer à diffuser son credo. On peut également supposer que cette initiative « illégale » a été envisagée pour contrer la popularité des blogs dissidents et d’information libre les plus en vue. Affaire à suivre.

FG, 07/12/2013.

 

Notes

[1] L’article critiquait la présentation in extenso d’une traduction inédite de Mein Kampf en vietnamien accompagnée d’une iconographie racoleuse sur le site « nguyentandung.org » (mot clé Mein Kampf et thématique Chuyên đề).

[2] L’historien Shawn McHale et l’étudiant Louis Raymond, actuellement en Master ASIOC, nous ont rapidement mis en garde sur l’authenticité de ces sites. Shawn McHale a notamment rappelé que le site officiel du Premier ministre Nguyen Tan Dung est : thutuong.chinhphu.vn (depuis août 2007).

[3] Trần Hùng, Ai đã tuồn ảnh cho Website mang danh lãnh đạo?, Dan Luan, 21/06/2013 (Theo blog Trần Hùng và Anh Ba Sàm)

[4] Voir sur Mémoires d’Indochine : Le vieux général, le député audacieux et la jeune blogueuse.

[5] Tràn lan web mạo danh lãnh đạo, Tuoi Tre Online, 11/09/2011. Repris sur Bao Moi ; information reprise par la BBC le lendemain : Nhiều trang web ‘giả danh’ lãnh đạo, BBC, 12/09/2011. Voir aussi : THIỆN VĂN, Bài 3: Ngăn ngừa hiểm họa từ những trang web giả mạo, QDND, 24/04/2012.

[6] Tràn lan web mạo danh lãnh đạo, Tuoi Tre Online, art. cit.

[7] Thành Phong, Ai là “Chủ nhân giấu mặt” các trang web “giả mạo” lãnh đạo?, 20/08/2012.

[8] Trần Hùng, Ai đã tuồn ảnh cho Website mang danh lãnh đạo?, art. cit.

 

Pour en savoir plus (classement par date de parution) :

Tràn lan web mạo danh lãnh đạo, Tuoi Tre Online, 11/09/2011.

Tràn lan web mạo danh lãnh đạo Đảng, Nhà nước, VTC News, 12/09/2011.

THIỆN VĂN, Bài 3: Ngăn ngừa hiểm họa từ những trang web giả mạo, QDND, 24/04/2012.

Hoa Tử Huyền – MicronetNews, Phải làm gì với website mạo danh lãnh đạo cấp cao Việt Nam?, 05/10/2011.

Thùy Linh, Website chính thức của Thủ tướng Nguyễn Tấn Dũng, 05/08/2013.