Archives par mot-clé : portrait

Décès de Đỗ Mười, ancien secrétaire général du PCV

Décès de l’ancien Secrétaire général du Parti communiste vietnamien (PCV) à l’âge de 101 ans.

Do Muoi (1917-2018)

Son décès, sans surprise car annoncé dès le 21 septembre le même jour que l’ancien président Tran Dai Quang selon une rumeur persistante de la blogosphère, serait intervenu le 1er octobre 2018 à 23 heures. La mort de l’ancien secrétaire général du PCV, malade depuis longtemps a été constaté à l’hôpital militaire central 108 selon la presse officielle qui a relayé l’information.

Do Muoi, de son vrai nom Nguyen Duy Cong, a été secrétaire général du PCV de juin 1991 à décembre 1997 pendant une période capitale de repositionnement de la RSVN sur le plan régional puis international. L’agence d’information chinoise Xinhua rappelle que l’ancien secrétaire général du PCV « Do Muoi s’était rendu en visite en Chine en 1991, 1995 et 1997 », acteur du rapprochement sino-vietnamien1. Auparavant, il avait été président du Conseil des ministres de la RSVN de 1988 à 1991. De 1997 à 2001, il resta proche de la direction du PCV en tant que conseiller du Comité central du parti.

Né le 2 février 1917 à Dong My Commune, district de Thanh Tri, à Hanoi, Do Muoi s’est construit avec et pour le parti. Il devient membre du Parti communiste indochinois (PCI) en 1939. Depuis la révolution d’Août 1945, son parcours politique est celui d’un compagnon de route du communisme vietnamien et de sa branche la plus conservatrice. Selon l’agence officielle d’information (VNA) :

Il s’est forgé au cours des périodes de résistance, d’édification et de défense de la Patrie pour devenir un dirigeant au caractère ferme, vif, décisif et attaché au peuple2.

Comme pour de nombreux officiels du PCV, sa biographie présente des parties peu développées sur la période de la guerre. Le journaliste Jeremy Grant souligne :

On ne sait rien de son rôle, le cas échéant, dans la guerre du Vietnam. Il existe des preuves qu’il pourrait avoir souffert d’une dépression nerveuse prolongée, faisant la navette en Chine pour son traitement médical3.

Bien qu’il s’agisse de décisions collectives du Politburo, après la chute de Saïgon, son nom reste associé aux campagnes politiques contre « la bourgeoisie citadine » dite X2 et à l’échec des « zones d’économie nouvelle » dans le Sud du pays  poussant des milliers de familles à fuir le pays à la recherche de liberté.

Après la décennie noire 1975-1985 sur les plans sociaux, économiques et militaires débouchant sur l’avènement du Renouveau (VIe congrès de décembre 1986), Do Muoi aurait continué à promouvoir la politique d’ouverture économique de son prédécesseur Nguyen Van Linh. Homme d’appareil, son bilan épouse scrupuleusement les changements de décisions du PCV. Il est à ce titre célébré par la presse officielle comme « un communiste exemplaire et loyal »4. Il fut d’ailleurs récompensé pour ses 80 années d’appartenance au Parti5.

L’agence de presse officielle va annoncer dans les heures qui viennent les modalités de ses funérailles.

FG, MàJ 05/10/2018.

Infographie de son parcours sur le site Zing

Notes

  1. Cf. « Vietnam : décès de Do Muoi, ancien secrétaire général du Comité central du PCV », Xinhua, 02/10/2018 []
  2. Cf. « L’ancien secrétaire général Do Muoi, un communiste exemplaire et loyal », Vietnam +, 02/10/2018 []
  3. Jeremy Grant, « Do Muoi, Vietnamese communist leader, 1917-2018 », Financial Times, 01/10/2018 []
  4. Cf. « L’ancien secrétaire général Do Muoi, un communiste exemplaire et loyal », art. cit.  []
  5. Cf. « Vietnam : décès de Do Muoi, ancien secrétaire général du Comité central du PCV », art. cit. []

Portrait : Trần Huỳnh Duy Thức, ingénieur et constructeur d’avenir

[ndlr] Mise à jour de notre portrait biographique publié dans L’Asie du Sud-Est 2016 (Irasec, 2016, pp. 405-406).

Trần Huỳnh Duy Thức est un prisonnier de conscience vietnamien. Né le 29 novembre 1966, il est aujourd’hui âgé de 49 ans (50 ans pour les Vietnamiens). Ingénieur informatique de formation et entrepreneur, il a d’abord réussi dans le domaine des télécommunications. En 1994, il fonde avec Lê Thăng Long la société informatique Duy Việt à Hanoi qui devient en 2000 la compagnie informatique EIS, Inc. Celle-ci développe la société de services One Connection Internet (OCI) spécialisée dans la téléphonie et internet. Entrepreneur visionnaire, il a de grands desseins pour faire évoluer pacifiquement le Viêt Nam sur le plan politique à travers le développement d’internet. Placé sur un secteur très concurrentiel et sensible politiquement, il entre en conflit avec les instances d’Hô Chi Minh-Ville chargées des médias.

TranHuynhDuyThuc_ConDuongVietNamEn 2005, il crée avec deux autres futurs dissidents le groupe de recherche Chan (Nhóm nghiên cứu Chấn, signifiant « Restauration ») pour proposer des solutions au redressement du pays et accompagner les réformes socio-économiques nécessaires au développement. Promoteur d’un second Renouveau (Đổi mới), cette fois plus politique, il a publié ses réflexions sur la situation sociale et économique de son pays sur son blog sous le nom de plume de Trần Ðông Chấn entre novembre 2008 et mai 2009. Auteurs d’écrits critiques, il a coédité un ouvrage traitant de la réforme politique intitulé « Con Đường Việt Nam » (La voie du Viêt Nam) qui s’apparente à un véritable programme politique visant à fonder un nouveau Viêt-Nam plus démocratique. Son engagement politique lui a rapidement attiré les foudres de la Sécurité vietnamienne.

ToaAnNhanDanTPHCM_20-01-2010
Le procès politique du 20 janvier 2010 au Tribunal populaire de Ho Chi Minh-Ville : l’impossible réforme du système communiste par ses citoyens © DR

PhienToaNVGP
Jugement des intellectuels dans l’affaire des revues « Humanisme » et « Belles Lettres » le 21 janvier 1960 © DR

Après deux ans de traque (sur internet), il a été arrêté le 24 mai 2009 à Hô Chi Minh-Ville. Lors de cette opération policière minutieusement préparée, les autres membres du groupe d’étude Chan sont appréhendés entre la fin mai et le début juin. Accusés d’avoir voulu « comploter pour renverser le gouvernement populaire » comme le stipule l’article 79 du code pénal vietnamien, ils ont été condamnés à de lourdes peines de prison lors d’un procès retentissant le 20 janvier 2010. Trần Huỳnh Duy Thức fut le seul à défier la cour en déclarant avec fermeté : « Je n’ai  tenté de renverser aucun gouvernement. Je n’ai fait que combattre le despotisme, et je continuerai mon combat aussi longtemps que nécessaire. » Pour son attitude intransigeante lors du procès il a écopé de 16 ans d’emprisonnement augmenté de 5 ans de résidence surveillée.

LoiTHDTDepuis 2010, cette affaire hautement politique a connu des dénouements plus heureux avec la libération anticipée des principaux protagonistes. L’ingénieur Lê Thăng Long, condamné à cinq ans de prison, a été libéré le 4 juin 2012 ; l’avocat Lê Công Định, condamné également à cinq ans de prison a été libéré le 6 février 2013 et l’étudiant Nguyễn Tiến Trung, condamné à sept ans de prison, a été libéré le 12 avril 2014 à la suite d’une campagne d’Amnesty International. Tous restent à l’heure actuelle assignés à résidence et sous surveillance policière. Seul, Trần Huỳnh Duy Thức n’a pas encore été libéré malgré le soutien d’organisations de défense des droits de l’homme.

Le 11 octobre 2013, il a reçu en compagnie de deux autres dissidents vietnamiens le prix du Réseau des droits de l’homme au Viêt-Nam pour sa contribution à la cause humaniste. Les dernières nouvelles le concernant laissent à penser qu’il pourrait bénéficier d’une libération anticipée sous la condition d’une expulsion vers les États-Unis. Les représentants américains à Hanoi sont en effet très actifs pour activer la libération de dissidents importants et favoriser leur accueil aux États-Unis, une solution actuellement privilégiée par le pouvoir communiste vietnamien pour se débarrasser de ses plus encombrants activistes. C’est ainsi que Cù Huy Hà Vũ, Nguyễn Văn Hải (alias Dieu Cày) et Tạ Phong Tần ont dernièrement été expulsés vers ce pays. Le dénouement qui attend Trần Huỳnh Duy Thức est susceptible de prendre la même forme que ses compatriotes expulsés, solution qu’il refuse actuellement.

GiaDinhTranHuynhDuyThuc
La famille de Tran Huynh Duy Thuc solidaire de la grève de la faim © DR

Depuis le 24 mai 2016, Trần Huỳnh Duy Thức s’est mis en grève de la faim « illimitée » pour protester contre ses conditions de détention. A son huitième jour de grève (31 mai 2016), ses proches ont alerté les médias sur la dégradation de son état de santé. Une pétition a été lancée sur change.org pour exiger sa libération.

Lors d’une visite de sa famille au Camp n° 6, situé dans la commune de Hạnh Lâm, district de Thanh Chương (province de Nghệ An), le 1er juin 2016, le prisonnier d’opinion a fait savoir qu’il mettrait finalement un terme à sa grève de la faim le 7 juin prochain. Ses proches considèrent en effet que Trần Huỳnh Duy Thức doit rester en vie pour poursuivre son combat pour les libertés civiles et les droits de l’homme au Viêt-Nam.

Selon le rapport d’Amnesty International sur les conditions de détention des prisonniers d’opinion en RSVN – rapport rendu public le 12 juillet 2016 – Trần Huỳnh Duy Thức a été transféré à plusieurs reprises de prisons en prisons. Pour l’organisation de défenses des droits humains : « Il s’agit d’une pratique courante dans le cas des prisonniers d’opinion récalcitrants, qui refusent de plaider coupable ou de se laisser « rééduquer », ou des détenus connus ou influents, que les autorités craignent de voir entraîner d’autres prisonniers dans un mouvement de dénonciation des conditions de vie et des mauvais traitements en détention ». Le Viêt-Nam compte actuellement 84 prisonniers d’opinion (p. 10).

FG, MàJ 12/07/2016.

LeCongDinh_LeThangLong_tranhuynhduythucfamily
L’avocat Lê Cong Dinh et l’ingénieur Lê Thang Long, tous deux anciens prisonniers de conscience, solidaires de Tran Huynh Duy Thuc © DR

 

Sources :

Amnesty International (Communiqué du 01-09-2015 ; Action lettre de janvier 2014 ; Appel collectif du 24-05-2015 et rapport du 12-07-2016 intitulé : Des prisons à l’intérieur des prisons) ;  BBC (16-09-2009) ; RFA (18-11-2014) ; Sai Gon Giai Phong (18-09-2006) ; Vietnam Human Rights Network (10-10-2015).

 Voir aussi :

Nguyễn Khánh (1927-2013) : le général « barbichu » au destin pittoresque

Le général Nguyen Khanh est décédé le 11 janvier 2013 en Californie à l’âge de 86 ans. L’information a été divulguée par Nguyen Huu Chanh, le dirigeant du Parti du Peuple Vietnamien (Đảng Dân tộc Việt Nam) et fondateur du « Gouvernement du Viêt-Nam libre » (1995-2008), un gouvernement en exil dont Nguyen Khanh avait pris la tête en tant que « Chef d’Etat » en 2005. Ce militaire de carrière fut propulsé Chef d’Etat de la République du Viêt-Nam le 30 janvier 1964 à la suite du renversement de la Junte militaire qui avait elle-même renversée Ngo Dinh Diem, le Président de la Première République du Viêt-Nam.

Originaire de Tra Vinh, Nguyen Khanh naquit le 8 novembre 1927 et embrassa très jeune une carrière militaire. Diplômé de l’École militaire de Saumur puis de l’École Militaire Inter-Armes de Dalat (EMIAD), il devint officier au sein de l’armée nationale sous Bao Dai. En 1955, il participa à la campagne Hoang Dieu qui éradiqua les forces armées Binh Xuyen à Saigon-Cholon alors opposées à Ngo Dinh Diem. Il fut promu colonel (dai ta) pendant la Première République (1955-1963) puis gravit rapidement les échelons de l’armée après s’être chargé de la protection du pouvoir diemiste lors de la tentative de coup d’Etat militaire du 11 novembre 1960 à l’instigation du colonel Nguyen Chanh Thi. Ce fait d’arme lui valut d’accéder au grade de major-général, de devenir le chef d’Etat-major interarmées et enfin de commander le Deuxième corps d’armée de la RVN.

Le gouvernement « Dai Viet » de Nguyen Khanh en février 1964. On reconnaît de gauche à droite : Nguyen Van Thieu (2e), Do Mau, Tran Thien Khiem, Nguyen Khanh, Nguyen Ton Hoan, Nguyen Xuan Oanh, Phan Huy Quat et deux autres ministres. © Life

Comme de nombreux officiers supérieurs mécontents sous la Première République, il prit part au coup d’Etat contre Ngo Dinh Diem le 2 novembre 1963 à la suite duquel il fut promu lieutenant général. Cette montée en puissance au sein de l’armée l’amena à vouloir jouer un rôle politique après le renversement de Ngo Dinh Diem. Méfiant envers les officiers putschistes qui venaient de renverser le pouvoir diemiste, notamment Duong Van Minh jugé « neutraliste », Nguyen Khanh imposa un « remaniement » (chinh ly) de l’équipe de Minh en s’autoproclamant Président du Conseil militaire révolutionnaire et Commandant en chef de l’ARVN. La nuit du 30 au 31 janvier 1964, il mit aux arrêts les quatre généraux de la première junte (Duong Van Minh, Tran Van Don, Le Van Kim et Ton That Dinh) qui furent assignés à résidence à Dalat. Cependant, Duong Van Minh toujours très populaire, fut maintenu et c’est un triumvirat de généraux rivaux (Nguyen Khanh, Duong Van Minh, Tran Thien Khiem qui prit provisoirement la direction de la République) en de début d’année 1964. (voir photo ci-dessous)

Triumvirate giving press conference. Nguyen Khanh in civilian clothes, acting chief of state, Duong Van Minh, Commander in Chief General Tran Thien Khiem. © 1964 François Sully

Sur le plan politique, Nguyen Khanh poursuivit son épuration. Il évinça Nguyen Ngoc Tho, ancien Premier ministre et vice-Président de Ngo Dinh Diem, pour s’autoproclamer Premier ministre. Il fit appel aux chefs du parti Dai Viet, exilés ou en sommeil, pour organiser un nouveau pouvoir fort en lieu et place du vide créer par l’appareil diemiste. Cependant, également méfiant envers les ambitions secrètes du Dai Viet – ce parti revenant au pouvoir espérait fort s’y maintenir – il voulut au cours de l’année 1964 renforcer sa position de leader suprême de la République du Viêt-Nam. Le 16 août 1964, il prit une décision qui le mena à sa perte. Il tenta d’imposer la « Charte de Vung Tau », une disposition qui renforçait encore plus sa position à la Présidence (cumulant les postes de Chef d’Etat et de Premier ministre) et au commandement de l’armée. Il se heurta rapidement au refus de son cabinet Dai Viet ainsi qu’à l’agitation bouddhiste à Saigon et dans le centre du pays.

General Khanh addressing student mob in front of his palace. Saigon 25 Aug. 1964. © 1964 François Sully

Le 13 septembre 1964, ce fut au tour du colonel Huynh Van Ton, de confession catholique et d’obédience Dai Viet, de tenter le coup de force mais, faute du soutien espéré des autres généraux, il échoua. Les rivalités au sein de l’armée affaiblirent considérablement la République et agaça les Américains pendant que la résistance armée du Front National de Libération du Sud Viêt-Nam, le bras armé de Hanoi au Sud, renforçait ses positions. A Saigon, la réconciliation entre toutes les parties et clans (militaires, religieux, étudiants, politiciens) devient l’enjeu majeur de la survie de Nguyen Khanh qui s’appuya désormais sur ceux que l’on dénommait déjà les « Jeunes Turcs », les aspirants généraux Nguyen Cao Ky, Nguyen Chanh Thi, Le Nguyen Khang, Nguyen Van Thieu… Sous pression, il céda place à Phan Khac Suu au mois d’octobre 1964, un politicien respecté qui mit en place un gouvernement civil pendant une courte période pendant que Nguyen Khanh maintenait en tant que commandant en chef de l’armée. Nguyen Khanh fut d’ailleurs promu général à quatre étoiles (dai tuong / full general) par Phan Khac Suu en personne en février 1965. (voir photo ci-dessous).

The commander in chief of South’s Vietnam armed forces, Lt. Gen. Nguyen Khanh, receives his country’s medal of honor in a ceremony at the Gia Long Palace in Saigon. Pinning the award on Khanh’s uniform is Vietnamese Chief of State Phan Khac Suu. AP Radiophoto.

Le conflit au sein de l’armée n’en fut pas réglé (entre la vieille garde incarnée par Duong Van Minh et la nouvelle) pour autant et le 20 décembre 1964, les « Jeunes Turcs » imposèrent un nouveau gouvernement civil dirigé par Tran Van Huong qui rencontra très vite l’opposition bouddhiste à la suite d’une directive maladroite sur les affaires religieuses. L’armée intervint de nouveau le 27 janvier 1965 par un coup d’Etat « pacifique ». Il fut illustré par le retour de Phan Khac Suu comme chef d’Etat et la promotion de Phan Huy Quat, connu pour être affilié au « Dai Viet mandarinal » en tant que Président du conseil. Le 19 février 1965, Nguyen Khanh qui présidait le Conseil des Forces armées fut victime d’une nouvelle tentative de coup d’Etat. Celui-ci émanait du colonel Pham Ngoc Thao, catholique mais conservant des attaches avec le Nord et soupçonné de jouer un double-jeu voire d’être un agent du FNL infiltré, et du général Lam Van Phat, tous deux soutenus par le rigide général Tran Thien Khiem. Les « Jeunes Turcs » intervinrent de nouveau pour mettre un terme à ce jeu dangereux entre anciens militaires diemistes, anti-diemistes ou neutralistes en mettant définitivement fin à la prédominance de Nguyen Khanh. Ce dernier fut « délogé » par un autre jeune militaire ambitieux nommé Nguyen Cao Ky (1930-2011) en février 1965 et fut désormais astreint au rôle d’ambassadeur itinérant (le 25 février 1965), un rôle pratique pour l’évincer du pouvoir.

La couverture du Time le 7 août 1964.

Du côté du pouvoir politique, les jeunes chefs militaires Nguyen Cao Ky et Nguyen Van Thieu (1923-2001) décidèrent également de sceller le sort du gouvernement civil de Phan Huy Quat prisonnier des rivalités politiques internes entre le Dai Viêt et le VNQDD, les deux anciens partis nationalistes. Les manifestations de catholiques, de bouddhistes, d’étudiants rythmaient alors la vie de Saigon et tout cela devait cesser. Le duo « Ky-Thieu » écarta d’abord le général Nguyen Chanh Thi, en totale dissidence et qui faisait cause commune avec les bouddhistes, allergiques au pouvoir militaire, dans le Centre du Viêt-Nam. Mais, faute d’unification entre les différentes formations bouddhistes, le printemps de safran de 1966 fut rapidement écrasé. Pour revenir à une certaine stabilité et bénéficier du soutien américain, un processus soutenu de démocratisation du régime fut mis en place. Celui-ci fut organisé autour d’un calendrier électoral et la construction d’une nouvelle administration civile. Pendant ces trois années de tumultes (1963-1966), le FNL Sud Viêt-Nam, véritable bénéficiaire du désordre, se reconstitua.

Qu’advint-il de Nguyen Khanh après 1965 ? Son rôle politique éclair et controversé terminé, il rejoignit la France en 1966 puis les Etats-Unis en 1975 où il vécut en exil jusqu’à sa mort. Cette carrière ambitieuse faite de complots militaires ne lui porta pas chance. Sa vision d’un Sud Viêt-Nam conquérant prêt à reconquérir le Nord (Bac Tien et Oplan-34A) ne tint pas la route malgré l’espoir que cela pouvait susciter en 1965 avec le renforcement de l’intervention militaire américaine et le début des bombardements aériens sur le Nord. Son nationalisme outrancier anti-français d’abord puis anti-américain lui amena plus que problèmes que de soutiens. Surgi des rangs de l’armée de façon inattendue, surnommé le général « barbichu » (Tuong rau de), il reste une figure au destin pittoresque, improbable, dans la série des généraux de Saigon. Mais ce passage éclair dans l’histoire (janvier 1964 – février 1965) mérite beaucoup d’attention parce que révélateur des faiblesses intrisèques à la République du Viêt-Nam après l’éradication du pouvoir fort de Ngo Dinh Diem.

« Jour de honte nationale » manifestation nationale contre la séparation du pays dix ans plus tôt. Pantins en carton de De Gaulle et d’Ho Chi Minh aux côtés du pavillon Dai Viet. © 1964 Gilbert L. Meyers

Depuis 1965, on n’avait guère entendu la parole de Nguyen Khanh même en exil et, à notre connaissance, il n’a pas publié de Mémoires comme bon nombre d’officiers et de généraux de l’ARVN. Il a cependant  laissé un témoignage vidéographique en juin 2009 (voir Phong Van Tim Hieu). Il réapparut brusquement sur la scène politique des organisations en exil en 2005, soit 40 ans après ses déboires au Viêt-Nam. Il se rallia à la cause de Nguyen Huu Chanh, le responsable du Parti du Peuple et fondateur d’une organisation étiquetée « terroriste » en RSVN. Il faut dire que le « Gouvernement en exil » que Nguyen Khanh présida jusqu’à sa mort prônait de vive voix le renversement du régime communiste. Le journal de la Police populaire vietnamienne consacra en 2006 et en 2007 deux articles dénonçant les liens de Nguyen Khanh avec Nguyen Huu Chanh. Selon la BBC, le temps qu’il passa en exil fut involontaire car Nguyen Khanh après avoir quitté le Viêt-Nam espérait y revenir dans les années 1990 mais il en fut empêché. Ce qui explique peut-être sa reconversion dans un mouvement d’opposition radicale en exil. C’est d’ailleurs le Parti du Peuple du Viêt-Nam qui organisa ses funérailles le 19 janvier 2013 à Garden Grove en Californie (voir Nguoi Viet, 20/01/2013).

FG, 23/01/2013

Sources principales :

Nos informations biographiques reposent sur l’article de Wikipedia en langue vietnamienne très complet, l’article du 15/01/2013 de la BBC), l’article de Nguoi Viet Online du 13/01/2013, les deux articles sur le site de Thy Nga et Han Trinh sur le site Cong An Nhan Dan.com et les deux ouvrages suivants :

  • Lam Vinh The, Viet Nam Cong Hoa 1963-1967. Nhung nam xao tron, Hamilton, Ontario : Hoai Viet, 2010 / en langue anglaise : Vinh-The Lam, Republic of Vietnam 1963-1967. Years of Political Chaos, Hamilton, Ontario : Hoai Viet, 2010.
  • Mme Nguyen Anh Tuan, Les forces politiques au Sud Viêt-Nam depuis les accords de Genève 1954, Louvain :Université Catholique de Louvain, Faculté des sciences économiques, sociales et politiques, Nouvelle série n° 31, 1967.

Voir le texte des services de propagande de la RDVN qui démontrent qu’ils suivaient de très près ce qui se passait à Saigon : Hai Thu – Binh Thanh, Saigon à l’heure des coups d’Etat, Hanoi, Editions en Langues étrangères, 1964 (IAO, Fonds Boudarel).

Voir également la galerie de photographies dans les collections de Manh Hai : Tướng râu dê Nguyễn Khánh.

Tipram Poivre : Le père adoptif. Portrait insolite du roi Sihanouk du Cambodge

[ndlr] Tipram Poivre nous informe de la sortie de son « portrait insolite » sur le roi Sihanouk sous la forme d’un ebook. Ce court témoignage en faveur du défunt roi est préfacé par John Gunther Dean, l’ambassadeur des Etats-Unis à Phnom-Penh qui, en 1975, avait dû fuir les Khmers rouges à bord du dernier hélicoptère.

Journalistes, diplomates et historiens ont beaucoup écrit sur le roi Norodom Sihanouk du Cambodge. Mais aucun observateur n’a publiquement abordé certaines facettes pourtant essentielles de la personnalité de l’être humain.

Sous la carapace de l’homme d’Etat, quelles sont les caractéristiques de la psychologie de la personne privée ? Quels ressorts lui ont permis de survivre aux cruels tours du destin puis de combattre jusqu’à réussir à se remettre en selle, un exploit salué sans réserve par le concert des nations ?

C’est précisément ce que ce livre met en lumière. Il adopte un angle subjectif pour évoquer son enfance et son adolescence. Il éclaire d’une lumière non-conventionnelle ce que les experts en relations internationales n’ont pas décelé chez l’homme qui occupa le devant de la scène politique d’avril 1941 à octobre 2004.

John Gunther Dean, l’ambassadeur américain qui a dû fuir Phnom-Penh en 1975, est l’une des rares personnalités politiques à avoir saisi la vraie nature du roi Sihanouk. Il a souhaité préfacer le livre de Tipram Poivre.

Réf. : Tipram Poivre, Le père adoptif. Portrait insolite du roi Sihanouk du Cambodge, Syllabaire éditions, 2012, 101 p. [Kindle Edition]

Aperçu sur Amazon

L’auteure :

Tipram Poivre est née en 1951 au Cambodge au lieu-dit des Quatre bras.

Quand la guerre a embrasé son pays, elle s’est réfugiée en France où elle a tenté de percer de nouvelles racines. Les aléas de la politique internationale l’ont ballotée entre l’Occident et l’Orient, des rives de l’Atlantique à la mer de Chine.

Après dix années passées dans une organisation internationale à concevoir des programmes pour les populations souffrant de traumatismes psychologiques de guerre, elle demeure convaincue que seule une culture de paix et de tolérance peut offrir une réponse efficace à toutes les formes de violence qui menacent nos enfants et nos petits-enfants.

Autres publications, chez Syllabaire Editions :

  • Paix perpétuelle, un conte pour enfants disponible en français et anglais
  • Trois hommes de ma vie, un roman basé sur une histoire vraie
  • La cuisine du Cambodge (avec Charlotte Farras)