Archives par mot-clé : police populaire

Kien Giang Farmer Who Participates in June 10 Demonstration Deadly Injured During Police Interrogation

[ndlr] La blogosphère vietnamienne s’interroge sur le décès d’un citoyen vietnamien à la suite d’un interrogatoire policier. Ce fermier de 35 ans avait participé à la manifestation du 10 juin 2018 à Hô Chi Minh-Ville.

Defend the Defenders, August 3, 2018

Hua Hoang Anh, a farmer in Vietnam’s southern province of Kien Giang, who participated in the mass demonstration on June 10, 2018, was found dead after having beeninterrogated by the local police, Defend the Defenders has learned.

According to local activists, Mr. Hoang Anh, 35, died in the afternoon of August 2 on the way from his private residence in Binh Loi Village, Minh Hoa commune, Chau Thanh district to a district hospital.

Citing his cousin, an activist said that four police officers came to his house to interrogate him about his activities. His wife went to make tea for them and when she returned she saw him collapsed with some injuries in his neck and belly. The police officers and she took him to a local hospital wherehe died, possibly due to losing too much blood.

Police in Kien Giang said he had committed suicide.

Mr. Anh has participated in many protests since 2014 on various issues, including China’s violations in Vietnam’s sovereignty in the South China Sea, the environmental disasters caused by the illegal discharge of industrial waste by Formosa in the central coast, and most recently, two bills on Special Economic Zones and Cyber Security.

Since September 2017, police in Kien Giang havesummoned Anh many times for interrogation about his participation in peaceful demonstrations, however, he has denied their requests, said Buddhist follower Huynh Tan Tuyen from Ba Ria-Vung Tau province, with whom they had conversions in recent months.

Mr. Tuyen said they met each other on June 10 while security forces in Ho Chi Minh tried to detain them. Anh helped Tuyen and othersto escape thepolice, both previously having been beaten and dragged into a police car.

The days after the demonstration, both Tuyen and Anh were summoned by police in their localities, Tuyen said.

After Anh died, local authorities reportedly forced his family to burry him the next day, sending large numbers of police officers and plainclothes agents to Mr. Anh’s private residence in Minh Hoa Commune to block other activists to come to share sympathy to his family and gain information about his death.

Anh has been the second activist found dead after being interrogated by police since 2017. On May 2, police in Vinh Long province detained local Hoa Hao Buddhist follower Nguyen Huu Tan on allegation of “conducting anti-state propaganda” and on the next day, police informed his family that he had committed suicide during interrogation by using a letter opener of an interrogation officer.

Police brutality is systemic in Vietnam, according to a report of Human Rights Watch while the Ministry of Public Security admitted that 226 suspects and inmates died in police stations and detention facilities across the nation between October 2010 and September 2014.

The situation has not improved even after Vietnam ratified the UN Convention against Torture in November 2014 as dozens of people continue to die mysteriosly in custody. Human rights defender Nguyen Ngoc Nhu Quynh, Mother Mushroom,was imprisoned last year partly because she documented 31 cases of mysterious deaths in police custody.

Meanwhile, the right to asssembly is enshrined in the country’s 2013 Constitution, however, the communist government does not welcome spontanous gatherings, and usesviolent measures to suppress those demonstrations considered to challenge the ruling communist party’s power.

Source : Defend the Defenders

Lire aussi :

Facebooker Hồ Hải bị bắt [VnExpress]

[ndlr] Confirmation de l’arrestation hier du blogueur Ho Hai sur VnExpress.

Facebooker Hồ Hải bị bắt

Ông Hồ Hải bị nhà chức trách cáo buộc phát tán tài liệu chống phá Nhà nước trong thời gian dài.

facebooker-ho-hai-bi-bat

Ông Hồ Hải.

Cơ quan An ninh điều tra Công an TP HCM hôm 2/11 bắt giữ ông Hồ Văn Hải (52 tuổi, bác sĩ) tại phòng khám của ông trên đường Kha Vạn Cân, phường Linh Tây, quận Thủ Đức.

Nhà chức trách cho rằng, ông Hồ Hải bị phát hiện đang phát tán những thông tin, tài liệu có nội dung chống Nhà nước trên Internet. Hành vi này của ông Hồ Hải đã bị cơ quan điều tra theo dõi trong thời gian dài trước đó.

Ông được biết đến là chủ tài khoản Facebook Hồ Hải hay Blog BS Hồ Hải. Gần 30 năm trước ông tốt nghiệp ngành Y tại TP HCM, công tác tại Bệnh viện Chợ Rẫy từ năm 1993 đến 2001.

Cảnh sát đang làm rõ cáo buộc với ông này.

Nhật Vy

Source : VnExpress, 03/11/2016.

Public Insecurity: Deaths in Custody and Police Brutality in Vietnam [HRW Report]

[ndlr] A lire en ligne, le rapport édifiant de Human Rights Watch sur les violences policières au Viêt-Nam de ces dernières années (2010-2014). Attention, certaines images des corps des victimes maltraitées peuvent heurter la sensibilité des lecteurs. Sommaire ci-dessous.

 

vietnam0914_reportcover

Public Insecurity

Deaths in Custody and Police Brutality in Vietnam

September 16, 2014

This 96-page report highlights cases of police brutality that resulted in deaths and serious injuries of people in custody between August 2010 and July 2014. Human Rights Watch documented abuses in 44 of Vietnam’s 58 provinces, throughout the country, and in all five of the country’s major cities.

Map

Summary

Deaths in Custody

Custodial Torture

Sources of Police Abuse

Key Recommendations

To the Government of the Socialist Republic of Vietnam

Methodology

I. The Vietnamese Police

Police Force Structure

II. Cases of Death in Police Custody

Deaths in Custody that Police Admit Were the Result of Police Violence

Killing of Nguyen Huu Thau: July 4, 2014

Killing of Huynh Nghia: February 14, 2014

Killing of Tu Ngoc Thach: December 31, 2013

Killing of Y Ket Bdap: November 27, 2013

Killing of Nguyen Van Ai: January 18, 2013

Killing of Bui Van Loi: December 10, 2012

Killing of Nguyen Tuan Thanh: November 17, 2012

Killing of Nguyen Mau Thuan: August 30, 2012

Killing of Nguyen Manh Son: June 22, 2012

Killing of Ngo Thanh Kieu: May 13, 2012

Killing of Tran Gon: August 8, 2011

Killing of Tran Van Du: March 30, 2011

Killing of Trinh Xuan Tung: March 8, 2011

Killing of Le Phuc Hung: August 1, 2010

Deaths in Custody from Unexplained Causes

Death of Nguyen Van Duc: May 29, 2013

Death of Nguyen Quoc Tuan: January 28, 2013

Death of Bui Huu Vu: April 11, 2012

Death of Hoang Dang Loc: August 26, 2011

Deaths in Custody Allegedly from Suicide

Alleged Suicide of Do Van Binh: April 14, 2014

Alleged Suicide of Hoang Van Ngai: March 17, 2013

Alleged Suicide of Tran Van Tan: January 3, 2013

Alleged Suicide of Le Quang Trong: March 19, 2012

Alleged Suicide of Le Van Tran: August 11, 2011

Alleged Suicide of Nguyen Cong Nhut: April 25, 2011

Deaths in Police Custody Allegedly from Illness

Death of Cao Van Tuyen: July 5, 2013

Death of Nguyen Van Van: June 12, 2012

Death of Dang Van Tri: November 15, 2011

Death of Huynh Thanh Thang: October 7, 2011

III. Injuries in Police Custody Due To Police Abuse

Beating of Six Men: July – December 2013

Beating of Le Hoai Nhan: June 3, 2013

Beating of Huynh Su Nguyen: May 10, 2013

Beating of Van Duc Ngan: April 2, 2013

Beating of Hoang Cu: February 20, 2013

Beating of Nguyen Huu Tien: November 23, 2012

Beating of Seven Youths: August 26, 2012

Beating of Tran Dinh Hoa: July 25, 2012

Beating of Nguyen Truong Vu and Truong Chi Binh: July 26, 2011

Beating of Pham Quang Son: December 28, 2010

Beating of Nguyen Van Khanh: October 17, 2010

Beatings of Children

IV. Recommendations

To the Government of the Socialist Republic of Vietnam

Accountability

Institutional Reform

Legal and Policy Reform

To the Vietnamese National Assembly

To Governments and International Bodies Funding Vietnamese Legal Reform or Concerned with Human Rights in Vietnam, including the United States, Australia, European Union, Japan, United Nations, World Bank, and Asian Development Bank

Acknowledgements

Source : HRW (lien direct pour le texte en ligne)

Viêt-Nam: Répression attendue et image interdite

La Chine en avait fait la demande : les autorités vietnamiennes devaient faire en sorte de contenir l’agitation anti-chinoise. Le premier ministre vietnamien avait également ordonné à la Police et aux organismes d’État de prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la sécurité des biens et des personnes visés par les manifestations “illégales” [1]. Ce fut chose faite.

La manifestation nationale du dimanche 18 mai 2014 malgré ses mots d’ordre pacifiques fut réprimée en amont partout dans le pays et sur place tant à Hanoi qu’à Ho Chi Minh-Ville. La répression fut déclenchée dès le samedi 17 mai avec le déploiement de forces de sécurité à proximité des habitations personnelles des principaux blogueurs et manifestants potentiels. Il en fut ainsi des époux Hồ Nhật Thành et Trịnh Kim Tiến ou du journaliste indépendant Phạm Chí Dũng bloqués à Saigon, de la dissidente Phạm Thanh Nghien à Haiphong, de Mẹ Nấm – Nguyễn Ngọc Như Quỳnh à Nha Trang, de Nguyễn Văn Thạnh à Danang, des blogueurs Anh Chí, Lê Lan ou Phương Bích à Hanoi, de Nguyễn Thị Kim Liên et de son fils Đinh Nhật Uy à Long An… D’autres furent arrêtés préventivement à Nha Trang ou à leur arrivée sur les lieux comme Vũ Mạnh Hùng, Mai Dũng, Nguyễn Xuân Diện, Trần Quang Trung à Hanoi. Au total, c’est sans doute plus d’une trentaine d’activistes qui furent empêchés de manifester pacifiquement [2].

VandaLam_18-5-2014
La pancarte dit : “Nous participons à une manifestation pacifique visant à protester contre le gouvernement chinois. Appel en direction de l’international pour soutenir le peuple vietnamien sur la question de la Mer orientale. S’unir c’est vivre, se diviser c’est mourir”.

Cet effort pour éteindre le mouvement de protestation ne put éviter un rassemblement spontané (et donc considéré comme illégal) de quelques minutes dans le centre d’Ho Chi Minh-Ville mais il fut rapidement dispersé. Les manifestants furent arrêtés et forcés de monter dans les cars de la Sécurité publique affrétés pour l’occasion. Devant l’ambassade de Chine populaire, quelques dizaines de citoyens purent néanmoins faire entendre leur voix. Un incident fut remarqué lors de l’intervention de la police. Un jeune étudiant d’origine khmère nommé Vanda Lâm avait courageusement brandi une pancarte sur laquelle apparaissait le drapeau de la RSVN aux côtés du drapeau de l’ancienne République du Viêt-Nam du Sud. Il résumait ce transnationalisme naissant pour contrer la Chine (sur lequel nous reviendrons dans un billet plus conséquent). Ce jeune manifestant fut violemment frappé par un policier en civil avant d’être arrêté. Connu pour avoir par le passé interviewé et soutenu des paysans indignés (dân oan), ce jeune étudiant en pharmacie est aujourd’hui tenu au secret et selon le Facebooker Quang Cảnh aucun contact n’avait pu être pris avec lui depuis son arrestation [3].

Dans son compte-rendu de la manifestation “avortée” du 18 mai, le site China.org.cn relais de l’information officielle chinoise, soulignait l’importante présence policière deployée dimanche dernier et le contrôle exercé sur internet (mais aussi l’utilisation des réseaux sociaux pour diffuser l’exhortation du Premier ministre) :

Dimanche, alors qu’une vague de manifestations anti-Chinois étaient censées éclater dans tout le pays, les agents de police étaient plus nombreux que les dizaines de touristes à la Cathédrale Notre-Dame de Saïgon, célèbre site historique du centre-ville de Ho Chi Minh-Ville. […]

Les autorités vietnamiennes chargées de la sécurité ont renforcé la protection du Consulat général de Chine à Ho Chi Minh-Ville, l’une des principales cibles des manifestants vietnamiens. Certains manifestants ont même tenté d’y faire irruption la semaine dernière.

En plus des deux policiers qui gardent généralement la porte principale du consulat, plus de 20 gardes en uniforme équipés de gilets pare-balles et de fusils ont été déployés sur place pour défendre deux carrefours près de la mission diplomatique chinoise tout au long de la journée.

Le Premier ministre vietnamien Nguyen Tan Dung a envoyé dimanche trois textos à presque tous les utilisateurs de téléphones mobiles du pays, incitant tous ses compatriotes à ne pas participer à des manifestations sans autorisation gouvernementale [souligné par nous].

Pour empêcher les gens d’utiliser Internet pour organiser des manifestations, les autorités vietnamiennes ont fermé l’accès à Facebook pendant toute la journée de dimanche. Ce réseau social est largement utilisé par les utilisateurs vietnamiens de téléphones mobiles pour organiser des activités de groupe [4].

Les dernières nouvelles concernant cette crise sino-vietnamienne, inédite depuis le conflit armée de 1979, ne permettent pas d’envisager un rapide retour au calme. A ce jour, la Chine aurait déjà évacué plus de 3.000 de ses ressortissants tout en envoyant en direction du Viêt-Nam cinq navires afin de poursuivre l’évacuation de centaines d’autres [5]. En outre, plusieurs programmes d’échanges bilatéraux ont été suspendus par la Chine [6]. Les journaux vietnamiens en ligne rapportaient aujourd’hui que d’autres incidents en mer s’étaient produits contre deux marins pêcheurs vietnamiens battus par des Gardes-côtes chinois [7]. Des deux côtés, les appels au calme se dédoublent de commentaires aux tons plus guerriers. Le Viêt-Nam se prépare psychologiquement à la résistance nationale pendant que la Chine renforce sa présence dans les eaux revendiquées par le Viêt-Nam.

FG, mise à jour le 21/05/2014.

[1] Voir notre précédent billet : Expéditions punitives antichinoises sur fond de frustrations vietnamiennes, 17/05/2014. Sur la directive du Premier ministre : Công điện số 697/CĐ-TTg của Thủ tướng Chính phủ : Về việc đảm bảo an ninh trật tự (PDF téléchargeable sur le site officiel du PM) et voir l’annonce sur le site de la Télévision de la Sécurité publique : Thủ tướng Chính phủ: Không để xảy ra biểu tình trái pháp luật, ANTV, 17/05/2014.

[2] Voir le compte-rendu détaillé sur le site Dan Lam Bao : Tường thuật Biểu Tình Yêu Nước 18.5.2014 – Công an ngăn chận khắp nơi

[3] idem, voir en fin de CR sur Dan Lam Bao.

[4] Vietnam : les manifestations anti-Chinois avortées grâce au renforcement du dispositif de sécurité, China.org, 19/05/2014.

[5] Tensions Pékin-Hanoï: le Vietnam calme le jeu, la Chine évacue ses ressortissants, Euronews, 18/05/2014 ; Violences antichinoises au Vietnam : la Chine évacue 3 000 ressortissants, Le Monde, 18/05/2014. Voir aussi : Violences au Vietnam: 4000 Chinois en attente d’une évacuation, La presse, 19/08/2014.

[6] idem, La presse, 19/08/2014.

[7] Tran Mai, Ngư dân Việt Nam bị Trung Quốc đánh ở ngư trường Hoàng Sa, Tuoi Tre, 18/05/2014. Information largement reprise dans la presse vietnamienne y compris dans le Nhân Dân, l’organe officiel du PCV.

 La manifestation “illégale” en images :

Rappel des faits par Euronews :

Agression contre Vanda Lâm :

* * *

A lire sur Mémoires d’Indochine

* * *

Autres documents sur la crise sino-vietnamienne

Procès d’une famille vietnamienne expropriée : le jeu délicat d’une justice affaiblie [1: Rébellion et contexte]

La semaine dernière, le vert olive des uniformes de la police populaire vietnamienne a de nouveau envahi la blogosphère et les sites d’information sur le Viêt Nam. L’opinion publique s’est passionnée pour l’ancien militaire Doan Van Vuon et les membres de sa famille jugés pour « tentative d’homicide » dans une affaire de rébellion armée contre la force publique survenue le 5 janvier 2012. De part son déroulement inédit, celle-ci avait fait grand bruit [1]. Pour tenter de comprendre les tenants et les aboutissants de cette affaire, un petit rappel des faits est nécessaire.

Doan Van Vuon et les membres de sa famille à l'ouverure du procès du 5 avril 2013 © 2013 TTXVN
Doan Van Vuon et les membres de sa famille à l’ouverture du procès du 5 avril 2013 © 2013 TTXVN

Comme le souligne le site Vietnam Express (VN Express), en 1993, Doan Van Vuon fut autorisé par le Comité populaire de Tien Lang un district rural (commune de Vinh Quang) de la ville de Hai Phong d’utiliser 21 hectares de terre pour y implanter son projet de pisciculture [2]. L’ancien militaire épaulé par sa famille défricha et mit en valeur pendant de longues années un terrain difficile à exploiter sur la région côtière, ce que même les brigades des Jeunesses de choc (TNXP) n’avaient réussi à faire [3]. Le site d’information Eglises d’Asie a bien résumé le processus d’une collaboration avec les autorités provinciales jugée à bien des titres comme exemplaire :

En 1993, dans le cadre d’une politique consistant à étendre la zone d’élevage des poissons et crustacés dans les plaines alluviales du bord de mer, le Comité populaire du district avait confié à Pierre Vuon et à sa famille 24 ha de terrain, charge à eux de trouver les investissements et d’y créer les équipements nécessaires. Grâce à la compétence et aux efforts de l’exploitant, l’entreprise ne tarda pas à devenir prospère. A tel point qu’en 1997, le Comité populaire du district lui confia 10,9 ha supplémentaires à exploiter. La réussite se poursuivit pendant une douzaine d’années jusqu’au 7 avril 2009, date à laquelle un décret du président du Comité populaire du district annonçait la récupération par les autorités de l’ensemble de la propriété [4].

Affrontant les intempéries, l’insalubrité et la dureté de la vie sur une terre sauvage en bord de mer, les habitants de la commune considéraient tout à fait crucial le rôle de la famille de M. Vuon pour protéger la digue qui pouvait céder lors des tempêtes. La présence de cette famille volontariste rassurait donc les habitants qui n’étaient plus obligés de fuir lors des fortes pluies [5]. Selon le journaliste Nguyen Hung, le sacrifice de Doan Van Vuon et de sa famille est aussi avéré car ces années de dur labeur coûtèrent la vie à une fille de Vuon âgée de 8 ans et à un autre neveu [6]. Selon Pham Van Danh, l’ancien secrétaire du PCV pour la commune de Vinh Quang, âgé de 82 ans, la réussite de M. Vuon sur cette terre inculte fut pour tous une véritable surprise. Cependant, de son côté, Ngo Ngoc Khanh, le représentant du Comité populaire du district de Tien Lang, déniait le travail important de M. Vuon en précisant que ce dernier s’était opposé depuis 2007 à restituer le terrain alors que son premier bail était terminé. Il soulignait en outre que les fruits de son labeur n’apportaient rien à la collectivité [7]. Héros du travail pour les locaux ou exploitant égoïste pour les autorités du district, la détermination de la famille de Doan Van Vuon dans la conduite de ses affaires déplaisait fortement. Jalousie pour une réussite flagrante et une entreprise prospère, affront d’un ancien militaire de confession catholique pour faire valoir son expérience, caractère bien trempé de M. Vuon, le tour de force entre les autorités locales et la famille de Vuon s’intensifia jusqu’à l’altercation armée de janvier 2012.

Groupe spécial d'intervention de la police populaire lors du siège de la maison de Doan Van Vuon le 5 avril 2013 © 2013 NLD
Le chef de la police de Haiphong Do Huu Ca (porte-voix en main) et le groupe spécial d’intervention de la police populaire lors du siège de la maison de Doan Van Vuon le 5 avril 2013 © 2013 NLD

Acculés à résister

Selon plusieurs sources, deux baux permettaient à Doan Van Vuon d’utiliser le terrain sur lequel il avait implanté et agrandit son entreprise d’élevage de poissons et de crustacés. Le premier bail avait été signé pour 14 ans, soit de 1993 à 2007 et le second pour 12 ans, de 1997 à 2009. Arrivés à leur terme en 2009, ils ne furent pas reconduits et les autorités provinciales intimèrent la famille de M. Vuon de restituer la totalité du terrain. Après tant d’années de dur labeur et la reconnaissance du travail accompli par les habitants de la commune de Vinh Quang, M. Vuon et sa famille décidèrent de déposer plainte contre cette décision jugée injuste pour faire entendre leur cause et parvenir à négocier avec le Comité populaire. Celui-ci campa fermement sur ses positions et le 24 novembre 2011 obligea M. Vuon à restituer les terres exploitées aux autorités locales [8]. Soumise à une obligation de cesser toute activité, ce qui équivalait à un déclassement social brutal, la famille de Vuon décida de ne pas se laisser faire. Sans négociation, la réquisition d’un terrain de 50 hectares fut finalement ordonnée le 5 janvier 2012 par le directeur de la police de Haiphong et exécutée avec la plus grande fermeté.

Le jour de la réquisition, les autorités provinciales mobilisèrent plus d’une centaine d’hommes des forces policières et militaires pour déloger Doan Van Vuon par la force. La famille, préparée à cette pression et acculée, organisa la résistance armée. Elle disposa des “mines de fabrication artisanale” pour empêcher la progression des forces mobilisées contre elle (une bombonne de gaz a semble-t-il explosé). Elle accueillit les policiers, retranchée à l’intérieur de la maison et riposta aux attaques de la police les armes à la main blessant six agents avant de disparaître [9]. Selon les témoins, l’affrontement était « plus palpitant qu’un film d’action » [10]. L’affaire n’en resta pas là. Un avis de poursuite fut lancé contre trois hommes de la famille de M. Vuon [11]. Doan Van Vuon lui-même fut arrêté le 6 janvier un jour après l’affrontement. Son frère Doan Van Quy et d’autres membres de sa famille furent arrêtés quelques jours après et l’habitation familiale complètement détruite [12]. L’enquête se poursuivit et le 10 janvier quatre coupables furent clairement désignés : Doan Van Vuon (49 ans), Doan Van Quy (46 ans), Doan Van Sinh (55 ans) et Doan Van Ve (38 ans) tous les quatre accusés d’« homicide ». Les deux épouses de Doan Van Vuon, Nguyen Thi Thuong et de Doan Van Quy, Pham Thi Bau (Hien), assignées à résidence, furent poursuivies pour entrave aux forces de sécurité publique [13].

La maison familiale de Doan Van Vuon lors du siège du 5 avril 2013 © VOV
La maison familiale de Doan Van Vuon lors du siège du 5 avril 2013 © VOV

Une affaire d’Etat et une question brûlante

L’affaire, peu banale, prit peu à peu la tournure d’une véritable affaire d’Etat. Dang Hung Vo, ancien responsable au ministère des Ressources naturelles et de l’environnement posa dès le 13 janvier la question de la légalité d’une telle opération sur un plan strictement juridique. Il rappelait qu’habituellement un bail était signé pour 20 ans et non 14 comme dans le cas de Doan Van Vuon et que la surface confiée par le district à M. Vuon outrepassait largement la Décision 773 du Premier ministre (qui autorisait jusqu’à 10 hectares). Il pointait du doigt l’arbitraire et les manquements à la loi du Comité populaire du district de Tien Lang. En clair, il soulignait le caractère illégal de toute l’opération [14]. Ce fut le premier coup de semonce. L’affaire eut une résonance toute particulière lorsqu’elle fut relayée par Nguyen Tan Dung, le Premier ministre en personne, qui considéra lui aussi l’expropriation comme illégale [15]. Le 17 janvier, Do Trung Thoai, le vice-président du Comité populaire de la ville de Haiphong, justifia l’intervention en arguant de sa légalité et exposant la spécificité du bail négocié de 14 ans lié à la configuration géographique particulière des plaines alluviales. Il défendit également l’option qui consista à détruire l’habitation de M. Vuon comme une mesure évidente de sécurité compte-tenu de la réaction imprévisible de la famille de M. Vuon, l’habitation pouvant abriter des explosifs [16]. Ces arguments tout à faits recevables ne mirent pas fin à la crise.

Pour le moins, l’éviction violente d’une famille d’honorables travailleurs dont la figure principale était un ancien militaire « sans peur et sans reproche », ingénieur agronome, catholique de surcroît, fit très mauvais genre en ce début d’année 2012 en pleine période de préparation de la nouvelle année lunaire. Elle combinait toute une série d’éléments pouvant favoriser une dégradation plus générale de la situation. Parmi ceux-ci : intervention disproportionnée des forces de la Sécurité publique pour faire plier le récalcitrant ; parcours irréprochable de M. Vuon dans son entreprise de pisciculture ; famille catholique appréciée localement et soutenue par l’évêque de Haiphong ; question foncière brûlante avec à la clé une loi en cours de révision à l’Assemblée nationale ; rivalités locales ; tout un ensemble de faisceaux donnant le sentiment d’une injustice flagrante. L’Etat devait intervenir pour désamorcer cette crise locale à éventuel rebondissement et tenter de rétablir l’autorité dans une zone où l’emportait l’arbitraire et la loi locale du parti. Sur ordre du Premier ministre, une enquête donc fut conduite pour saisir où et par qui le dérapage avait pu prendre forme. Questions que le Front de la Patrie s’était posé auparavant démontrant l’importance de l’affaire sur le plan national [17].

L’affaire se révéla des plus embarrassantes pour le Comité populaire car les buts de l’éviction présentaient des contradictions évidentes entre la promesse de retour de la terre aux habitants du chef du Comité populaire du district et l’avis soudain de réquisition pour la construction d’un aéroport international [18]. Le 20 janvier 2012, le Comité populaire et le Comité local du Front de la Patrie donnaient une explication quelque peu surprenante. Selon eux, l’intervention contre M. Vuon aurait servi à « garantir l’égalité » entre les paysans de la commune. En clair, la famille de Doan Van Vuon, à qui il était reproché « de n’avoir pas beaucoup contribué à la collectivité », aurait commis la faute de s’enrichir suscitant un déséquilibre local [19] et sans doute quelques jalousies. De toute évidence, l’affaire se révélait plus complexe qu’une simple rébellion qui avait mal tourné [20]. Elle révélait une série de dysfonctionnements dans la gestion de la question foncière au niveau des communes et des districts ruraux.

FG, 08/04/2013.

A suivre : 2. Enquêtes et procès.

 

Notes

[1] A titre d’exemple, le tag Doan Van Vuon sur le site d’actualités VN Express renvoie à 96 occurrences sur 7 pages. L’ensemble des articles publiés sur ce site à propos de cette affaire dépasse largement la centaine. Certains articles sont suivis de nombreux commentaires des lecteurs. Ces articles constituent ici l’essentiel de notre corpus. Voir p. 1 du tag Doan Van Vuon.

[2] Xuân Hoa, Mâu thuẫn dẫn đến nổ súng chống đối ở Hải Phòng, VN Express, 10/01/2012.

[3] Voir : Nguyễn Hưng, Góc nhìn đối lập về chủ đầm tôm bị cưỡng chế, VN Express, 11/01/2012.

[4] L’évêque de Haiphong vient au secours d’un catholique spolié de son exploitation, EDA, 17/01/2012.

[5] Nguyễn Hưng, Góc nhìn đối lập về chủ đầm tôm bị cưỡng chế, VN Express, 11/01/2012. Les avis contradictoires sur l’apport de Vuon à la collectivité sont exposés brièvement dans cet article.

[6] art. cit., VN Express, 11/01/2012.

[7] art. cit., VN Express, 11/01/2012.

[8] art. cit., EDA, 17/01/2012.

[9] Voir les reportages de VN Express des 5, 6 et 7 janvier 2012:

[10] Hà Anh, ‘Vụ nổ súng ở Hải Phòng ly kỳ hơn phim hành động’, VN Express, 07/01/2012.

[11] Hà Anh, Truy lùng 3 hung thủ bắn trọng thương cảnh sát, VN Express, 06/01/2012.

[12] La question de la destruction de l’habitation de Doan Van Vuon est posée dans cet article qui s’interroge sur le périmètre concerné par l’éviction. Périmètre dont serait exclu la maison familiale : Nguyễn Hưng, ‘Ngôi nhà xảy ra nổ súng có thể nằm ngoài đất cưỡng chế’, VN Express, 12/01/2012.

[13] Tiến Dũng, Bộ Công an vào cuộc vụ cưỡng chế đất ở Hải Phòng, VN Express, 16/01/2012.

[14] Selon Dang Hung Vo, le bail de Vuon aurait dû se terminer au plus tôt le 15/10/2013.

Tiến Dũng thực hiện, ‘Quyết định thu hồi đất ở Hải Phòng là trái luật’, VN Express, 13/01/2012.

[15] Sur l’enquête des services du Premier ministre, voir : Tiến Dũng, Thủ tướng: ‘Làm rõ trách nhiệm vụ cưỡng chế ở Hải Phòng’, VN Express, 17/01/2012.

[16] L’avis de Do Trung Thoai : Nguyễn Hưng, Phó chủ tịch Hải Phòng: ‘Dân bất bình nên phá nhà ông Vươn’, VN Express, 17/01/2012.

[17] Voir : Nguyễn Hưng, Lập đoàn giám sát vụ cưỡng chế đất Hải Phòng, VN Express, 19/01/2012.

[18] Nguyễn Hưng, ‘Khu vực đất cưỡng chế ở Hải Phòng sẽ làm sân bay’, VN Express, 20/01/2012.

[19] Nguyễn Hưng, ‘Cưỡng chế đầm tôm ông Vươn để đảm bảo công bằng’, VN Express, 20/01/2012.

[20] Voir par exemple l’analyse de l’avocat Le Duc Tiet, membre de la commission d’enquête du Front de la Patrie, dans un entretien accordé à VN Express le 21 janvier 2012  :

Nguyễn Hưng, ‘Chưa minh bạch trong việc cưỡng chế đất ở Hải Phòng’, VN Express, 21/01/2012 et Luật sư Lê Đức Tiết, ‘Cảnh báo sóng ngầm sau vụ cưỡng chế ở Hải Phòng’, VN Express, 31/01/2012.

* * *

Le reportage de la chaîne ATV – Phóng sự của kênh ATV – truyền hình an ninh Thủ đô