Archives par mot-clé : pluralité des mémoires

Benjamin Stora : « L’Histoire est très politique, il ne faut pas se raconter d’histoires »

[ndlr] Entretien intéressant avec Benjamin Stora dans La Marseillaise.

A l’occasion de la retraite universitaire de Benjamin Stora, le Mucem a accueilli cette semaine un colloque international rendant hommage à ses travaux. Mais la venue de cet historien spécialiste de la guerre d’Algérie a déclenché certaines indignations sélectives qui démontrent encore la nécessité de la construction d’un « récit commun ». Dans le but d’établir la vérité des faits et apaiser les mémoires.

Beaucoup de grands historiens on été engagés. Marc Bloch, contre le nazisme, Pierre Vidal-Naquet, Albert Soboul, François Furet ou encore Michelet qui était pour la Révolution française. Me faire le reproche d’être un historien engagé, c’est du coup aussi leur reprocher d’avoir été engagés pour la République, la résistance. L’engagement est une tradition française. A croire que ces gens-là ne connaissent pas l’histoire culturelle française. Il y avait d’ailleurs également des historiens engagés à droite ou l’extrême-droite comme Taine. Il y a un grand historien français engagé à droite, Raoul Girardet, qui était pour l’Algérie française. Il a produit des récits très intéressants sur l’histoire coloniale. Je ne vais pas les nier. Je les regarde même si je ne suis pas d’accord avec lui. L’Histoire est très politique, il ne faut pas se raconter d’histoires. Maintenant, la grande question consiste à approcher au plus près l’aspect scientifique avec les archives, les preuves, la cohérence du récit, donner la parole à tous les points de vue, les confronter… C’est cela le travail de l’historien.

[…]

Lire la suite : La Marseillaise, 02/06/2018.

Michel De Waele & Stephan Martens : Mémoire et oubli – Controverses de la Rome antique à nos jours

DeWaele_Martens_MémoireEtOubli[ndlr] Ouvrage paru aux éditions Septentrion en mai 2015. Présentation de l’éditeur.

S’il est malsain pour une société donnée de ressasser continuellement le passé, il peut être tout aussi nuisible pour elle d’avoir une mauvaise mémoire. Les peuples comme les hommes ne peuvent pas vivre sans être un tant soit peu en paix avec leur mémoire.

Ils ne peuvent pas vivre dans le refoulement. Aussi longtemps qu’un travail sur le passé n’est effectué, le présent peut être gangrené par des retours néfastes. La gestion mémorielle d’événements historiques, de tragédies, de drames reste donc un questionnement très complexe.

Une solution se trouve dans la quête d’une « juste mémoire », formulation empruntée à Paul Ricœur dans La mémoire, l’histoire, l’oubli – ce fragile équilibre entre l’évaluation historique selon la pluralité des mémoires et la nécessité d’une distanciation critique – car, à condition d’écarter des malentendus propices aux polémiques, les abus d’oubli paraissent, en effet, aussi toxiques que les abus de mémoire. De la Rome antique à nos jours : sur la base de la longue durée, les textes présentés par une équipe internationale de chercheurs tentent ainsi de faire avancer le débat.

Sommaire

  • Préface : Mémoire et oubli dans l’Histoire
    Patrice Brun
  • Avant-propos
    Stephan Martens et Michel De Waele
  • L’avenir du passé. Pour une mémoire vivante
    Stephan Martens
  • La mémoire vaine du crime contre l’humanité ?
    Sur l’inuria sceleris humani de César chez Pline l’Ancien
    Anne-Vial Logeay
  • L’Édit de Nantes : de « l’oubliance » prescrite à l’impossible « oubliance »
    François Pernot
  • Vérité, mémoire et oubliance : L’histoire immédiate des troubles de religion
    Michel De Waele
  • Les alliances franco et anglo-amérindiennes au XVIIIe siècle : un jeu de mémoire ?
    Maxime Morin
  • Au temps de l’origine des deux nations au Canada (1775-1815) : histoire, mémoire et politique des conflits armés
    Roch Legault
  • La guerre de 1870 : de la mémoire à l’oubli – et vice-versa
    Jean-Claude Caron
  • Un drapeau pour la Société des Nations : se rappeler ce qui unit et oublier ce qui divise
    Carl Bouchard
  • Les diplomates français des années 1920 et la question de la responsabilité de la guerre : entre mémoire, oubli et histoire
    Renaud Meltz
  • Les enjeux mémoriels autour des expositions de la Résistance italienne en France
    Olivier Forlin
  • Le bombardement de Dresde dans le débat public britannique
    Madeline Zielinski
  • Félix Éboué, 1884-1944. Gouverneur général et Compagnon de la Libération : mémoire et oubli
    Arlette Capdepuy
  • Une institution militaire française face à la mémoire de la Seconde Guerre mondiale : la Marine française 1943-2010
    Odile Girardin-Thibeaud
  • Histoire et cinéma indiens face à la Partition : du devoir d’oubli à une mémoire en fragments, l’exemple de Earth de Deepa Mehta
    Paul Veyret
  • Le travaillisme à l’aune des mémoires de Tony Blair, ou quand la gauche britannique s’oublie
    Flavien Bardet
  • Les discours d’un roi.
    Le rapport à l’histoire de Juan Carlos d’Espagne à travers ses discours
    Matthieu Trouvé
  • La Commission Vérité et Réconciliation de l’Afrique du Sud, 1996/1998
    Johan Snyman
  • Témoignage. Réflexions sur le processus de réconciliation germano-polonais
    Markus Meckel
  • Index

Stephan Martens, professeur de civilisation allemande contemporaine à l’Université Bordeaux Montaigne. Il s’intéresse à la politique étrangère de l’Allemagne et à la géopolitique européenne. Ses recherches portent aussi sur les questions de mémoire et de réconciliation en Europe. Michel De Waele, professeur d’Histoire moderne à l’Université Laval, Doyen de la Faculté des lettres et sciences humaines. Il s’intéresse à la vie politique d’Ancien Régime. Ses recherches portent notamment sur la résolution des conflits civils.

Source : Presses Universitaires du Septentrion