Archives par mot-clé : Pierre Daum

Lancement du site de Pierre Daum : “Immigrés de force”

"Travailleurs indochinois" du camp de Sorgues vers 1942 © coll. Emilie Potet
“Travailleurs indochinois” du camp de Sorgues vers 1942 © coll. Emilie Potet
* * *
Bonjour,
Après de longues semaines de travail, j’ai le plaisir de vous annoncer la naissance du site : www.immigresdeforce.com

ImmigrésdeForce_header

Ce site est destiné à:

  • présenter l’ensemble de mon travail sur les travailleurs indochinois de la Seconde guerre mondiale;
  • fournir un agenda régulièrement mis à jour des prochains événements autour de ce sujet;
  • permettre aux personnes qui le désirent d’entrer en contact avec moi (pour faire venir l’exposition, organiser des conférences, projeter le film, etc.);
Ce site comporte certainement des erreurs ou des oublis.
Je compte sur vous pour me les signaler ! Bonne visite.

Très amicalement,

Pierre Daum

Exposition : Les travailleurs indochinois de la Seconde guerre mondiale

[ndlr] La diffusion du film Công Binh de Lam Le et de la connaissance du sort des travailleurs indochinois recrutés pour les besoins de la Seconde guerre mondiale poursuit son chemin avec une exposition réalisée par Pierre Daum.

Vendredi 22 mars 2013 à 18 heures

ExpoTravailleursIndochinois

Vernissage de l’exposition sur les travailleurs indochinois à l’espace Gérard Philipe de

Port Saint Louis du Rhône (BdR)

En septembre 1939, 20.000 Vietnamiens furent recrutés, la plupart de force, pour servir de main d’oeuvre dans les usines d’armement de métropole. En juin 1940, 5000 purent retrouver leur pays mais le blocus des routes maritimes empêcha le rapatriement de tous. Ceux qui restèrent (15.000) furent internés dans des camps de la zone Sud (Agde, Sorgues, Vénissieux, Toulouse, Marseille…) et utilisés comme ouvriers dans tous les secteurs de l’économie : forêt, agriculture, industrie, etc.

Quelques deux mille d’entre eux furent envoyés en Camargue, les uns pour participer à la relance de l’agriculture, les autres à la récolte du sel autour de Salin-de-Giraud.

Certains furent logés dans des baraquements à Port-Saint-Louis-du-Rhône. Après soixante-dix ans de silence, l’exposition permet de découvrir cette page enfouie de notre histoire.

Une exposition réalisée par Pierre Daum

du 21 mars au 9 avril 2013

Le vernissage sera suivi d’un buffet (gratuit) et de la projection/débat du film de Lam Lê

Công Binh, la longue nuit indochinoise.

* * *

! RAPPEL !

  • L’exposition est actuellement à Aigues-Mortes, dans le Gard, jusqu’au mardi 19 mars.
  • Samedi 16 mars : dédicace par Pierre Daum de Immigrés de force à la librairie Catygor d’Aigues-Mortes de 15hà 17h.
  • Samedi 16 mars : à partir de 17h30, projection du film Công Binh, la longue nuit indochinoise, en présence du réalisateur.

Exposition à Port-Saint-Louis-du-Rhône Invitation vernissage

Oui mais… A propos des Travailleurs indochinois – par Dominique Foulon

Paris manifestation du 1er mai 1946 de Bastille à Nation.
Ouvriers de la 50e compagnie. Sur la banderole :
“Cessation immédiate des hostilités au Nam Bo anciennement Cochinchine”

[ndlr] A la suite du CR de lecture de Janine Gillon sur l’ouvrage de Liêm-Khê Luguern paru dans Carnets du Viêt Nam (n° 35), Dominique Foulon souligne l’oubli récurrent, dans les ouvrages publiés en RSVN, de mentionner la forte implication du mouvement trotskiste au sein des ONS Vietnamiens.

Je souscris tout à fait à l’éloge que fait Janine Gillon car les témoignages des anciens Công Binh [1] sont assez rares pour ne pas saluer ce nouveau recueil. Oui, mais…

Peut-on faire œuvre d’historien en laissant de côté la moitié de l’histoire ? Liêm-Khê Luguern note dans son introduction que « Le choix de publier leur témoignage relève de l’urgence (le temps de l’analyse viendra) »… Soit, mais comment interpréter le silence absolu qu’elle observe sur le courant politique qui a été à l’origine de l’organisation des ONS dans les camps ? Il faut lire la préface de Daniel Hémery pour savoir que certains ONS ont pu être « influencés par le groupe trotskyste vietnamien en France ». Au début des années 50, le groupe comptait 514 cotisants, excusez du peu ! L’auteur cite bien Đặng Văn Long, le biographe du mouvement (p. 135) mais sans plus de précision alors qu’il fut un des piliers du Groupe. Dans la foulée on arrive à l’affirmation que, « acquis à l’indépendance du Viêt Nam, les ONS agissent dès lors comme le bras du Vietminh en métropole ». Acquis à l’indépendance oui, mais au Vietminh certainement pas sinon comment expliquer que Trần Ngọc Danh, le représentant d’Hồ Chí Minh, ait eu tant de mal à faire admettre sa ligne politique dans les camps de travailleurs.

Il est possible d’imaginer que ce livre bilingue, édité à Đà Nẵng, n’aurait pas pu être publié avec des références explicites au trotskysme. C’est ainsi que le livre de Pierre Daum, Immigrés de force, dont la traduction vietnamienne était prête n’a pu sortir, l’auteur refusant la suppression des passages où il mentionnait l’existence des trotskystes et ce qu’ils avaient réalisé. Il est assez surréaliste par ailleurs de voir qu’en 2012 toute référence au trotskysme reste encore taboue au Viêt Nam. Il ne s’agit pas de porter ce courant politique au pinacle mais de noter simplement le rôle important que ces militants ont eu dans le mouvement des travailleurs indochinois. La vérité historique est là, le silence et la censure n’y changeront rien.

L’autocensure non plus.

Dominique Foulon, à lire dans Carnets du Viêt Nam, n° 35, p. 40.

[1] Nous empruntons au cinéaste Lâm Lê le titre qu’il a donné à son film pour désigner les ONS (công : « ouvrier, manœuvre » ; binh, « militaire, sous régime militaire »), sachant que les dictionnaires traduisent généralement công binh par « soldat du génie » ou « sapeur ».

Article publié avec l’autorisation de Dominique Foulon que nous remercions. La photo de la manifestation provient de sa collection personnelle.

Travailleurs indochinois en France : conférence de Pierre Daum et hommage à Bergerac – 13-14/12/2012

[Message de Pierre Daum] Dès 1914, le gouvernement français fait venir en France des milliers de travailleurs coloniaux, parmi eux près de 49 000 en provenance d’Indochine. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, 20 000 Indochinois sont encore amenés en France, parfois contre leur gré, pour suppléer les travailleurs mobilisés. Ce sont eux, par exemple, qui apportent leur savoir à la riziculture camarguaise.

 

 

Immigrés de force : les travailleurs indochinois en France

Conférence de Pierre Daum, avec Clément Baloup
13 décembre 2012 à 18h30
Archives départementales des Bouches-du-Rhône (20, rue Mirès – 13003 Marseille)

Pierre Daum est journaliste, auteur de “Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France 1939-1952” et “Ni valise ni cercueil, les Pieds-noirs restés en Algérie après l’indépendance

Clément Baloup est dessinateur et auteur des BD « Chính Tri, Le Chemin de Tuan », « Mémoires de Viet Kieu, Quitter Saigon »

Conférence dans le cadre du cycle Des travailleurs coloniaux aux travailleurs immigrés, une histoire en mouvement d’Approches Cultures et Territoires, en partenariat avec les Archives départementales des Bouches-du-Rhône.

Source : Approches Cultures et Territoires

* * *

Après Arles, Saint-Chamas, Miramas et Sorgues, la ville de Bergerac rend hommage aux milliers de travailleurs indochinois passé par son territoire.

Cliquez sur l’invitation pour l’agrandir

Un grand témoin de l’histoire nous a quitté: Nguyen Van Thanh (1921-2012)

[ndlr] Message de Pierre Daum du 4 décembre 2012.

Chers amis

C’est avec beaucoup de tristesse que je vous informe que mon vieil ami

NGUYEN Van Thanh

nous a quitté hier, dimanche 2 décembre. Il avait 91 ans.

Il était l’un des tout derniers anciens travailleurs indochinois encore en vie.

Ceux qui ont lu son merveilleux livre de mémoires, Saïgon Marseille Aller simple (Elytis 2012), savent que Thanh est né le 8 novembre 1921 près de Vinh, au Vietnam. Son père était mandarin, et sa mère descendante de princes et d’empereurs. Engagé en 1939 pour servir comme ouvrier dans les usines d’armement en métropole, Thanh fit partie des 20 000 travailleurs indochinois de la seconde guerre mondiale. En 1942, il ose porter la main sur son commandant français qui le frappait. Avec son cousin Shan, il se retrouve enfermé pendant 3 mois au camp de redressement disciplinaire de Sorgues, dans le Vaucluse. Envoyé en 1943 avec sa compagnie à Lattes, dans l’Hérault, pour travailler à la coopérative vivrière, il fait la connaissance de Juliette, jeune paysanne française de 16 ans. Le couple, qui fêta l’année dernière ses 65 ans de mariage (!) a deux fils, Pierre et Jean-Paul, et de très nombreux petits-enfants et arrière-petits-enfants.

Depuis trois ans, Thanh a participé inlassablement à toutes les actions organisées en hommage aux travailleurs indochinois. Comme par exemple à Saint-Chamas (BdR) le 10 décembre 2011 (voir la vidéo ci-dessous).

Thanh occupe aussi une place importante dans le film de Lam Lê, Công Binh, la longue nuit indochinoise, qui sortira en salle le 30 janvier 2013 (http://www.congbinh.net/)

* * *


Immigrés malgré eux par provencetv

Nous assistons à un hommage rendu aux Travailleurs Indochinois, immigrés malgré eux, qui furent employés à la Poudrerie de Saint-Chamas en Provence de 1939 à 1945. Ce fut un grand moment d’émotion, où fut dévoilée une plaque commémorative et une remise de médailles faite aux anciens ouvriers présents ainsi qu’aux descendants d’ouvriers absents ou disparus.

Pour en savoir plus :

  • Daum, Pierre, « Saïgon-Marseille aller simple : le récit d’une page d’histoire oubliée » [recension d’ouvrage], Mémoires d’Indochine [carnet de séminaire] : https://indomemoires.hypotheses.org/85. Article initialement publié sur Rue 89.

 

Un Mémorial pour les Ouvriers Indochinois : journée d’information le 1er décembre 2012

L’association du Mémorial pour les Ouvriers Indochinois

Vous invite

Samedi  1er Décembre 2012,

À partir de 9h00

à une journée d’information sur le projet d’implantation, à Salin de Giraud, d’une statue destinée à devenir le Mémorial national des travailleurs indochinois.

Travailleurs indochinois en Camargue – 1943


Salle Polyvalente de Salin de Giraud (Camargue)

Place des anciens combattants d’Algérie « Ancien cinéma »


Déroulement de la journée

9h00 – Ouverture de la salle, visite de l’exposition retraçant en photos et textes l’épopée des 20 000 travailleurs indochinois requis.

Animation vidéo projecteur et films d’archives

10h15 – Ouverture de la conférence débat par les membres de l’association M.O.I.

10h30 – Conférence débat avec Pierre DAUM, journaliste, auteur d’Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France 1939-1952 (Actes Sud 2009) ; Nicolas KOUKAS, conseiller municipal adjoint d’Hervé SCHIAVETTI, maire d’Arles, en charge du travail de mémoire ; et Louis SAYN URPAR, avocat, bâtonnier de l’ordre près du tribunal de grande instance de Tarascon.

12h00  Vin d’honneur offert par la mairie d’Arles.

12h30 – Repas au restaurant (les SALADELLES). Prix spécial M.O.I. 20€.

Réservation impérative au 04 42 86 83 87.

14h30 – Réouverture de la salle Polyvalente. Visite libre de l’exposition.

17h30 – Fin de la journée d’information.

Programme en ligne (MOI_Journée du 1er décembre 2012)

Information communiquée par Pierre Daum le 21 novembre 2012.

Cong Binh, la longue nuit indochinoise – un film de Lam Lê

[ndlr] Message du 11 novembre 2012 de Pierre Daum à Mémoires d’Indochine.

Sortie nationale mercredi 30 janvier 2013 du film Công Binh, la longue nuit indochinoise, de Lam Lê. Film documentaire de cinéma réalisé à partir du livre de Pierre Daum Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France (1939-1952), Actes Sud 2009.

Pour visionner la bande annonce du film, cliquer ici [ou voir plus bas la bande annonce]. Ce film est sélectionné en compétition : à l’International Documentary Film Festival of Amsterdam (projection les 16, 17, 20 et 22 novembre) ; au Festival international du film d’Amiens (projection les 18, 20 et 21 novembre) ; et au Festival international du film d’histoire de Pessac. (projection le 23 novembre). Les impatients peuvent s’y rendre et découvrir le film en avant-première.

A la veille de la Seconde Guerre Mondiale, 20 000 Vietnamiens étaient enrôlés de force dans l’Indochine française pour venir suppléer les ouvriers français partis sur le front allemand. Pris à tort pour des soldats, ces ouvriers civils appelés Cong Binh menaient une vie de parias sous l’Occupation, livrés à la merci des occupants allemands et des patrons collabos. Bravant les pires maladies, ils avaient initié la culture du riz comestible en Camargue. Considérés injustement comme des traîtres au Viet Nam, ils étaient tous derrière Ho Chi Minh pour l’indépendance du pays en 1945. Le film a retrouvé 20 survivants au Viet Nam et en France. Ils racontent aujourd’hui le colonialisme vécu au quotidien et témoignent de l’opprobre qui continue de peser sur eux et leurs enfants. Une page de l’histoire de France et du Viet Nam honteusement occultée de la mémoire collective.

 

* * *

 

Source : Travailleurs Indochinois