Archives par mot-clé : Pierre Brocheux

La présence française au Viêt-Nam, réponse de Pierre Brocheux à “L’Histoire” (janvier 2014)

[ndlr] Nous publions ci-dessous le commentaire de Pierre Brocheux à propos du CR de l’exposition Indochine (Musée de l’armée) publié dans le n° 395 (janvier) de la revue L’Histoire.

J’ai sursauté en lisant le compte-rendu de l’historienne Huguette Meunier sur l’exposition “Indochine”, p.36 du dernier numéro de L’Histoire (395, janvier 2014). La dernière phrase télescope l’histoire de façon abrupte et erronée. Elle écrit : “La page française est définitivement tournée- même si subsiste à Saïgon une rue Pasteur et une rue Yersin”,  j’ai cru rêver, ….

Certes, en 1955, les troupes françaises évacuent le nord du 17ème parallèle mais les Français se replient sur le sud que l’armée française ne quittera qu’en avril 1956. En outre, l’armée laisse derrière elle environ 17 000 ressortissants français (européens, eurasiens et “Français de l’Inde” selon les termes de l’époque). Jusqu’en 1975, les grandes plantations d’hévéas (Michelin et d’autres), l’industrie automobile (Citroën pour le montage des “méharis”), les entreprises industrielles comme les Brasseries et Glacières d’Indochine, les laboratoires pharmaceutiques (Rhône Poulenc et Roussel-Uclaf) continuent de produire ; il y avait six lycées et autant d’écoles primaires (relevant de la Mission culturelle française) sans compter les établissements catholiques, les  Alliances françaises, où l’enseignement était donnée en français, tandis que des professeurs étaient détachés dans l’enseignement supérieur (médecine, sciences, lettres, écoles d’ingénieurs au centre polytechnique de Phu Tho aux portes de Saïgon).

On trouvait la même situation au Cambodge et au Laos où la France conserva des intérêts économiques et culturels importants, jusqu’en 1975. Au Laos même, à Seno, la France  conserva une base militaire aérienne jusqu’en 1963. Et figurez vous qu’à Hanoï, le lycée Albert Sarraut, n’a été fermé qu’en 1963…

Pierre Brocheux, professeur d’Histoire au lycée J-J Rousseau, à Saïgon, de 1960 à 1968.

Classe de 4e, Lycée Jean-Jacques Rousseau, Saigon. Prof. Pierre Brocheux. © AEJJR
Classe de 4e, Lycée Jean-Jacques Rousseau, Saigon, 1968. Professeur Pierre Brocheux. © AEJJR

Site de l’Amicale des anciens élèves du Lycée Chasseloup-Laubat / Jean-Jacques Rousseau (AEJJR).

David G. Marr, Vietnam. State, War and Revolution (1945-1946) – CR de lecture par Pierre Brocheux

Marr_VietnamStateWarRevolutionDavid G. Marr, Vietnam. State, War and Revolution (1945-1946), Berkeley, University of California Press, 2013, 721 p.

Dans son maître livre Vietnam 1945. A quest for Power (UCP, 1995), David Marr intitulait le dernier chapitre (8) ‘A State is born’. Le deuxième ouvrage qu’il nous propose aujourd’hui, peut être lu comme la suite. Le 2 septembre 1945, la fondation de l’État (Kiến Quốc) est proclamée en même temps que l’indépendance du Vietnam (Độc Lập). Entre la proclamation de la République démocratique du Vietnam et la tragédie meurtrière du 19 décembre 1946, qui anéantit l’espoir d’un modus vivendi franco-vietnamien, comment l’État assuma-t-il ses responsabilités ? Comment exerça-t-il son pouvoir, comment étendit-il son autorité sur un pays et une population en proie à la révolution c’est à dire à l’anarchie et au chaos ? Le Parti communiste indochinois joua–t-il un rôle déterminant dans la révolution d’août 1945 et dans l’exercice du pouvoir étatique, à l’intérieur et sur le front diplomatique ? (Question qui laisse entrevoir l’évolution post 1954). Ces interrogations tissent la trame du récit-analyse que David Marr développe dans ces 721 pages d’une admirable densité et d’un intérêt qui ne faiblit jamais.

Pour comprendre les difficultés auxquelles les dirigeants de la jeune république furent confrontés sans y avoir été préparés, il faut lire le chapitre 6 ‘Materials Dreams and Realities’ où l’auteur expose de façon claire et nuancée les attentes d’un peuple soumis depuis huit décennies à la domination étrangère :

“In times of revolution, hopes are aroused of great abundance, an end to fear about where the next meal will come from, the ability to enjoy the fruits of one’s labor, and membership in a much larger effort to create a new order of production, exchange and community welfare.  In Vietnam, material aspirations became linked with ideas of progress and modernity.  In this future life, farmers would obtain pumps, manual laborers become truck drivers, merchants offer a cornucopia of commodities at fair prices, engineers alter the physical landscape, and scientists contribute to world knowledge.

               However, revolution releases fury at those countrymen who are seen to have profited from the colonial system, who live in comfort while others starve. People subject to such accusations lose property, even their lives.  Or they may be allowed to show remorse, contribute resources to the revolution, learn the latest political slogans, and gain admission to a patriotic association.  Much depends on local circumstance. Meanwhile, everyone must face scarcities of food and other essentials, pay taxes, and accept that the country future is replete with uncertainties.  The government tries to increase output, manage some allocations, and ensure that the nascent army receives top resource priority.  Long after the events of a revolution, archive dossiers sometimes allow us to tune in on village property disputes, small scale commodity transactions, and neighborhood collection of taxes and donations” (p. 315).

Or les Vietnamiens nourrissaient leurs espoirs d’une vie meilleure dans un contexte économique, stratégique et politique extrêmement incertain et périlleux. À la fin de l’année 1944, le gouvernement général de l’Indochine prévoyait l’effondrement de l’économie pour l’année suivante, prévision confirmée par l’effroyable famine qui emporta des centaines de milliers, peut être 1 million, de vies dans le Tonkin et le Nord Annam (dans son livre 1945, David Marr est le premier qui a tenté de calculer sérieusement le nombre des victimes, p. 96-107). La complémentarité des ressources alimentaires du nord et du sud (le grenier à riz du Nam Bô) avait disparu avec la destruction quasi complète des communications et des transports ferroviaires et maritimes.

Dans le registre géopolitique internationale et asiatique en particulier, la fin de la Seconde guerre mondiale fut aussi le début du réaménagement de l’échiquier où les États Unis et l’Union soviétique s’affrontèrent pendant cinq décennies tandis que la fin des empires coloniaux occidentaux ne se déroulait pas pacifiquement. En attendant, le sort de la jeune république dépendit du partage décidée à Postdam sans consultation des peuples intéressés.

Au nord du 16ème parallèle, les troupes nationalistes chinoises chargées de désarmer les troupes japonaises, vécurent sur le pays pendant plusieurs mois ; s’étant emparé de la Banque de l’Indochine, elles privèrent l’État de ses ressources financières au moment où il en avait le plus besoin pour faire fonctionner l’appareil administratif, le système d’éducation et surtout mettre sur pieds une armée qui puisse préserver l’indépendance fraîchement acquise contre le retour offensif des Français, dès septembre 1945, dans le sud du pays.

Au sud du 16ème parallèle, les Britanniques ayant reçu la même mission que les Chinois, favorisèrent le retour des Français qui commencèrent la reconquête du Nam Bô dès octobre 1945, soustrayant le grenier à riz, vital pour la RDVN.

Sur le plan intérieur, le clivage politique entre nationalistes et communistes (une réplique de la rupture durable qui avait éclaté en Chine en 1927) resurgit après le 9 mars 1945. L’éviction du gouvernement colonial et la restauration du gouvernement monarchique avaient permis  à la mouvance politique nationaliste (Đại Việt, Quang Phục Hội, Dân Xã Hội) protégée par les Japonais, de ressurgir sur la scène publique, de s’exprimer et de se mouvoir sans entraves après sa « traversée du désert » dans la décennie 1930. La compétition entre groupes politiques et religieux étaient compliquée par les groupes ethniques des montagnes toujours jaloux de leur autonomie.

Par conséquent, le Parti communiste indochinois qui prit le pouvoir sous le couvert d’une organisation frontiste, Viet Nam Doc Lap Dong Minh Hoi (Ligue pour l’indépendance du Viet Nam) furent confronté à de nombreux facteurs potentiellement centrifuges qui lui imposaient une politique de large rassemblement. Action paradoxale en apparence puisqu’un parti communiste se présentait comme l’avant garde du prolétariat et prônait la lutte de classes, dans son essence, un parti communiste est une organisation exclusive et non inclusive.

En fait, la ligne politique définie par Ho Chi Minh en 1941, était conforme à la directive du Komintern issue du 7ème congrès de 1937 : pratiquer une politique antifasciste en Europe, anti-japonaise en Chine. Elle supposait la mise en veilleuse de la lutte des classes et de la révolution sociale. Le fait que le gouvernement de Vichy et de Tokyo avaient noué de relations de coopération, facilita l’adoption de la politique kominternienne. En revanche, l’union de toutes les forces indépendantistes ne manqua de soulever l’opposition au sein du PCI mais aussi celle des trotskystes bien implantés dans le Nam Bô (Cochinchine). Ce paradoxe, duplicité pour les adversaires, ne manqua pas d’obséder les interlocuteurs américains et les négociateurs français.

Marr invoque la faiblesse numérique du parti, 2 500 militants au maximum et les contradictions internes que la clandestinité, l‘absence de liaison entre les cellules du nord et celles du centre et du sud, les failles dans les communications entre le comité central et la base comme en témoigna l’échec de l’insurrection du Nam Ky (Cochinchine) en 1940. Le déphasage entre le nord et le sud se répercuta dans le conflit vite résorbé mais réel entre les « anciens et nouveaux Viet Minh » qui se traduisit par des frictions ou des heurts entre les Jeunesses d’Avant-garde et les Jeunesses de Salut national. L’auteur est conduit à contester le rôle dirigeant du PCI dans la révolution, il va jusqu’à nier que le parti ait programmé la prise du pouvoir ; le Parti a été entraîné par les événements plus qu’il ne les a orientés et maitrisés. En prenant le contre-pied d’une opinion établie, David Marr passe à l’extrême inverse, source de controverse.

Un parti qui vise l’hégémonie, même si ce n’est pas ouvertement, est forcément tenté par l’usage de la coercition et de la terreur, c’est l’accusation principale que les nationalistes et les trotskystes portèrent contre le Viet Minh. Si l’on se place dans cette perspective et que l’on adopte ces présupposés, la politique d’unité d’Ho Chi Minh, les avances que le Viêt Minh fit au Viêt Nam Quôc dân Dang et au Cach mang Dông minh Hôi, aux catholiques, aux caodaîstes et aux Hoa hao, n’étaient que manœuvres tactiques.

L’analyse de la période qui court de septembre 1945 à décembre 1946, nous conduit à ne pas nous contenter d’explications générales qui relèvent de la dénonciation du dessein expansionniste du communisme international. David Marr lui préfère une démarche empiriocriticiste, il a laissé de côté les idées reçues sur le communisme pour s’en tenir aux faits, « facts, facts, only facts ». Il a bénéficié d’un accès privilégié aux archives du ‘gouvernement de fait’, constitués des documents capturés par l’armée française lorsqu’elle reprit Hanoi, il y ajouta la presse vietnamienne de l’époque. Cette manne documentaire lui  permit de descendre jusqu’au niveau des villages et d’un peuple qui n’avait pas peur de s’exprimer. Toutes ces pages passent au crible la presse mais aussi les plaintes, pétitions, rapports d’enquêtes qui dénonçaient les arrestations arbitraires, les séquestrations des biens et des personnes, les exécutions sommaires autant que la corruption des nouveaux détenteurs de l’autorité. Elles nous mettent en présence d’ une véritable opinion publique. En même temps ces voix publiques témoignent d’un souffle patriotique, d’un esprit de sacrifice et d’une participation citoyenne. Les yeux d’un lecteur français voit défiler les moments exaltants et terrifiants de la révolution française.

Ni un seul appareil politique, le PCI dans ce cas, ni le seul appareil d’État d’ailleurs embryonnaire et fortement contesté parce que hérité de l’administration coloniale, et dont les communistes avaient saisi les postes-clés, là où ils eurent la possibilité, n’auraient pu tenir tête à l’armée française s’il n’ y avait pas eu la levée en masse de la population, ni le choix d’une majorité de rallier le Viet Minh (voir le chapitre 9 : Mobilizational patterns).

Je n’ai qu’un regret : David Marr à laissé de côté l’évolution socio-culturelle des années 1940-1945 qui fut celle de la maturation des esprits : progrès des connaissances modernes, redécouverte  et réappropriation du passé (en linguistique, en archéologie, en histoire et en littérature) en même temps que celle de la réflexion sur l’avenir de la nation. Ce mouvement dans la culture apparaît comme le prélude et la composante d’un soulèvement politique accompli dans une ferveur quasi unanime. Il éclaire également l’adhésion de l’intelligentsia moderniste à la révolution politique.

David Marr est visiblement convaincu que rien n’est préderminé ni fatal :

« I hope to convey the uncertainty and contingency as well as the coherency and momentum of revolutionary events in 1945-1946 » (p. 4).

C’est pourquoi David n’a pas seulement écrit un livre passionnant mais il nous donne aussi une belle leçon d’écriture de l’Histoire.

Pierre Brocheux

CR de lecture publié sur Mémoires d’Indochine avec l’aimable autorisation de l’auteur que nous remercions vivement.

* * *

Voir également sur Mémoires d’Indochine :

La présentation de l’ouvrage

Defining moments of modern Vietnam (Review)

Chizuru Namba : Français et Japonais en Indochine (1940-1945) – CR de lecture par Pierre Brocheux

Namba_FrancaisetJaponaisEnIndochineNAMBA Chizuru, Français et Japonais en Indochine (1940-1945). Colonisation, propagande et rivalité culturelle, Paris, Karthala, 2012, bibliographie, index, 279 p.

Les historiens de l’Indochine française pendant la Seconde guerre mondiale sont peu nombreux, leurs ouvrages focalisent le régime colonial (voir CR du livre de Sébastien Verney in Outre-Mers 378-379 / 2013, p. 352-354) et surtout ‘l’occupation japonaise’, en évitant de se pencher ou d’insister sur le fait singulier de la collaboration d’État entre le gouvernement général vychiste et le gouvernement impérial nippon.

Il revient à une historienne japonaise d’aborder le sujet sur son versant japonais. En fait sur les six chapitres de sa thèse, Mlle Namba Chizuru raconte et analyse la ‘cohabitation’ franco-japonaise. Son étude est originale parce qu’elle se détourne du registre politique et militaire de la période 1941-1945 pour examiner les rapports au quotidien entre les protagonistes et, volens nolens, partenaires dans un jeu qui dura jusqu’au 9 mars 1945. Mais le travail de Mlle Chizuru est novateur lorsqu’elle scrute la dimension culturelle de la cohabitation, les initiatives japonaises et leur portée.

La nature contractuelle des relations franco-japonaises leur conférait un caractère spécifique dans l’Asie du Sud-Est en guerre. Contrairement aux Indes néerlandaises, aux Philippines sous tutelle américaine, à la Malaisie et la Birmanie britanniques conquis militairement et où l’on pouvait parler d’occupation au sens fort du terme, les Japonais et les Français avaient signé des accords de coopération économique et même de défense militaire, que les uns et les autres étaient contraints de respecter.

D’où une certaine retenue de part et d’autre et des efforts réels pour relâcher les tensions et résoudre les litiges.  Bien qu’étant en position de force, les Japonais, tout en ne cessant de revendiquer l’augmentation des contributions de l’Indochine à l’effort de guerre, s’interdisaient d’outrepasser certaines limites imposées par les accords diplomatiques. L’auteure ne s’attarde pas sur ces rapports entre diplomates (il y avait un ambassadeur du Japon à Hanoï mais il avait certainement moins de poids qu’Otto Abetz à Paris), et militaires qui pratiquaient le jeu « tu me tiens, je te tiens par la barbichette ».

Dans le chapitre 3 où l’auteure aborde les « rivalités et la cohabitation au quotidien entre Français et Japonais », elle recense les frictions et les incidents qui auraient pu entraîner la rupture d’un ordre fragile. Son récit montre aussi que les dirigeants français et japonais avaient à cœur de « tenir leurs gens » .

Le sujet affiché par le titre du livre n’est abordé que dans les chapitres 4 – La propagande, enjeux et pratiques ; 5 – La politique culturelle de la France en Indochine ; 6 – Les tentatives d’implantation de la culture japonaise et la concurrence franco-japonaise.

L’engagement pris par les Japonais de respecter l’intégrité du domaine colonial français et la souveraineté de la France les obligeait à restreindre leur propagande politique. Ce fut donc par le biais de l’action culturelle que les Japonais s’adressèrent aux peuples indochinois et principalement aux nationalistes indépendantistes vietnamiens.

Il s’agissait moins de préparer l’éviction des Français que démontrer que les Japonais étaient au même niveau de développement que les Occidentaux et préfigurer l’instauration de la Sphère de Co-prospérité de la Grande Asie orientale sous la houlette du Japon impérial. Deux raisons peuvent expliquer ce choix stratégique : 1) les Japonais prétendaient que la matrice civilisationnelle chinoise était commune aux cultures vietnamienne et japonaise, théorie très contestable : la relation du Japon à la civilisation chinoise n’a jamais eu la même intensité ni la même prégnance que la relation du Viêt Nam à la Chine.  2) Au début du XXème siècle,  (1905-1908), les résistants Việt modernistes s’étaient tournés vers le Japon du Meiji pour lui emprunter une méthode de modernisation et certains y avaient séjourné et en avaient gardé le souvenir. Cela n’avait rien à voir avec une attirance pour la culture japonaise traditionnelle. Par conséquent l’action culturelle du Japon ne pouvait pas dépasser le stade de la propagande ni accomplir un dessein politique profond.

Au fond, sous forme d’expositions et de congrès scientifiques et professionnels, l’action culturelle japonaise à l’adresse de l’élite vietnamienne, s’avéra une façon de placer la culture japonaise au même rang que la française en rappelant le rôle des experts français dans la modernisation Meiji (ingénieurs, officiers, juristes) mais également l’influence de l’esthétique japonaise sur l’évolution des arts français (les peintres impressionnistes).

Sur sa lancée, l’auteure affirme que les deux colonialismes étaient semblables, l’assertion manque de pertinence et dévoile son ignorance du volet culturel de la colonisation française. Alors que, de 1911 à 1939, le Japon renforça la japonisation de l’enseignement en Corée et à Formose/Taïwan, les Français avaient imposé la transcription de la langue việt romanisée, dite quốc ngữ, dans l’enseignement franco-indigène. L’intelligentsia vietnamienne l’adopta volontairement, la modernisa et en fit l’ écriture nationale. À partir de 1916, une presse d’opinion vivante et à partir des années 1930, une littérature moderne et la création d’un vocabulaire scientifique et technique, en firent une langue de culture et d’émancipation politique.

En conclusion, la politique coloniale en matière d’enseignement n’effaça pas la personnalité culturelle des Vietnamiens, au contraire, elle la revitalisa et la mit à jour. En Indochine, les Japonais ne purent affaiblir ni effacer l’impact de la culture française qui s’exerça pendant une trentaine d’années seulement. Mais, en trois décennies, une sociogenèse et une transculturalité avaient été mises en œuvre. Ce qui fut imposé au départ, fut acceptée volontairement et intégré dans la culture nationale par les Vietnamiens eux mêmes. Ce fait rappelle l’échec des tentatives Japonaises d’évincer la langue anglaise des Philippines.

Il est certain que les agents de l’action culturelle japonaise, dont beaucoup étaient francophones, ne se firent guère d’illusions sur l’efficacité de leur efforts. Phan Văn Trường raconta une anecdote édifiante que le lettré Phan Châu Trinh rapporta d’un bref séjour au Japon : comme il avait fait part de son admiration pour le système éducatif japonais, un professeur japonais lui répondit « ce que nous avons accompli en trente année d’efforts et de persévérance, vous pourriez le faire en un temps plus court et sans difficultés parce que vous êtes protégé et soutenu par la France, une des nations les plus avancées et intelligentes d’Europe »[1].

Pierre Brocheux


[1] Tran My-Van, A Vietnamese Royal Exile in Japan: Prince Cuong De (1882-1951), London, Routledge, Routledge Studies in the Modern History of Asia 29, 2005, p. 48.

CR de lecture publié sur Mémoires d’Indochine avec l’aimable autorisation de l’auteur que nous remercions.

Christopher Goscha, Vietnam. Un état né de la guerre – CR de lecture par Pierre Brocheux

Goscha_VietnamEtatGuerre1. Goscha, Christopher, Vietnam. Un état né de la guerre. 1945-1954, Paris, A.Colin, 2011, 464 p., bibliographie sélective, index, cartes.

2. Goscha, Christopher, Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Copenhagen, NIAS Press, 2011, 564 p., 1600 entrées  + bibliographie sélective, 4 index : général , des noms, des lieux et des évènements ; 7 cartes, 12 photos.

Devient le site La guerre d’Indochine. 1945-1956. Un outil multidisciplinaire. Un outil trilingue : français, anglais, quôc ngu agrémenté d’une riche Galerie de photos dont beaucoup sont inédites.

 * * *

1. Nous disposions en français de plusieurs ouvrages sur la guerre que la France mena dans ses anciennes possessions d’Indochine. Engagée d’abord pour y restaurer  sa « souveraineté  »  elle se mua en croisade du « monde libre » contre l’expansion du communisme, qui s’interrompit par une trêve avant que les États-Unis ne prennent la tête de la croisade. Et les interventions étrangères des deux côtés des barricades ont réveillé ou perpétué d’autres antagonismes régionaux.

L’ historiographie de ce conflit était restée l’apanage des Français et des Vietnamiens. Par conséquent et longtemps, elle exprima la vision et l’interprétation des deux belligérants : du côté vietnamien elle se confondit avec la geste de la résistance à la « reconquête » et le roman national du jusqu’auboutisme unificateur. Du côté adverse elle s’exprima dans deux registres contraires : la justification de la colonisation et la défense contre « l’impérialisme soviétique », à l’opposé, le procès d’un colonialisme français rajeuni par le néo-impérialisme américain. La lutte idéologique fut en même temps une bataille des mots, par exemple l’usage courant du terme Viet Minh par les Français pour désigner leur adversaire, l’isoler et le discréditer.

Entre les deux extrêmes, des historiens français ont fait un effort sensible pour dépasser les antagonismes idéologiques, les devoirs de mémoire et les nostalgies persistantes pour se consacrer au devoir  d’histoire inspiré et guidé par la  raison critique. Les travaux du regretté Jacques Dalloz, de Philippe Devillers, du général Gras, d’Alain Ruscio, d’Hugues Tertrais, de Pierre Journoud, de Michel Bodin (et que l’on m’excuse d’en oublier d’autres) sont allés dans ce sens.

Dans la mise à jour historiographique, le regard et la réflexion des historiens étrangers est important comme il l’est dans l’historiographie de la colonisation française. Avec deux livres, Christopher Goscha qui enseigne l’histoire à l’Université du Québec à Montréal, fait faire une avancée majeure à notre connaissance d’une histoire partagée France-Vietnam.

Le premier ouvrage n’est pas une histoire classique, linéaire et événementiel du conflit qui bouleversa l’Indochine pendant neuf ans, matériellement et humainement. Christopher Goscha a choisi délibérément un traitement thématique du sujet. Le livre n’est pas construit comme une thèse, un guide de recherche ou un manuel d’enseignement. Il se présente comme un essai, un genre qui n’est pas soumis aux contraintes de la didactique ni à l’obligation d’être exhaustif dans le traitement du sujet, mais qui, en revanche, permet certaines libertés d’approche, d’interprétation voire de style d’écriture.

L’ouvrage peut apparaître comme une suite au livre que le politologue Bernard Fall  a consacré à la République démocratique du Vietnam (Le Viet Minh, A.Colin, 1960) mais il n’en est ni une variante ni une mise à jour complémentaire. Il est novateur à bien des points de vue. Tout d’abord, il nous sort du duel franco-vietnamien, plus exactement il inscrit la confrontation dans « le conflit du siècle » (le XXème) : capitalisme versus  communisme ou, si l’on préfère, démocratie libérale vs démocratie totalitaire. Il lui donne une dimension internationale jusque et y compris dans son épilogue, la Conférence de Genève en 1954. En second lieu, l’angle de vue et la perspective où se place Christopher Goscha est asiatique. Enfin cette enquête historique est menée  sur le versant interne du Parti communiste indochinois et du « camp socialiste » qui soulève des interrogations jusque là ignorées voire occultées : les buts, et les ressorts, les calculs  des pays-frères socialistes. Autant que faire se peut car l’accès à  la documentation se heurte encore à de nombreux obstacles et Goscha reconnaît honnêtement qu’il n’a pas pu consulter les archives de la RDVN.

La perspective dans laquelle l’auteur s’est placé lui a permis d’entrelacer le communisme, le nationalisme et l’internationalisme. Il aborde le point capital des relations entre les communistes vietnamiens et le Komintern puis avec la mouvance soviéto-maoïste (où j’ inclus le PCF) ; sur ce point, l‘examen des relations entre Ho Chi Minh, Staline, Mao, la position adoptée par le PCV vis à vis des Soviétiques et des Chinois au moment du conflit sino-soviétique soulèvent plus d’interrogations qu’il n’apporte de réponse.

La nouveauté du livre de Goscha est d’aborder la guerre dans sa dimension humaine, notamment le chapitre sur le traumatisme des corps et des esprits, dans tous les camps et chez tous les protagonistes, soldats et civils, combattants et prisonniers. Cette partie est inspirée par l’historiographie de la guerre moderne y compris les guerres récentes menées par les Américains. La notion de « brutalisation » et de « culture de guerre » introduites dans l’historiographie par l’Américain George Mosse et plus tardivement par le Français Stéphane Audoin-Rouzeau, apparaissent en filigrane de l’exposé de Goscha. Ce registre des souffrances humaines contient un chapitre sur la constitution d’un corps de santé militaire avec une digression sur le ralliement des élites professionnelles vietnamiennes (en l’occurrence le corps médical) à la résistance nationale.

Quels furent les ressorts de cette mobilisation générale, de cette levée en masse de la nation ? et ses limites et/ou sa décroissance ? L’enquête de Goscha permet de relativiser les proclamations unanimistes surtout à partir de l’allumage du « contre-feu nationaliste » en 1949 et sa  progression à partir de 1951. Mais on attend une réponse sur l’adhésion de certaines minorités ethniques, qu’il s’agisse des porteurs ou des combattants, lorsqu’on sait que le régiment qui vainquit les Français à That Khê-Dông Khê était composé de Tày (Thô) encadrés par des Kinh ; et qu’à Diên Biên Phu deux divisions de l’APVN étaient composées de Tày…

Le lecteur est captivé d’un bout à l’autre de sa lecture et son intérêt ne baisse à aucun moment. Le livre nous apprend beaucoup et plus, il nous donne envie d’en savoir davantage. C’est cette qualité qui me conduit à exprimer un regret et une objection. La dimension économique est absente et c’est dommage parce que, pour paraphraser un roi de France : le riz est « le nerf de la guerre » en outre dans un précédent ouvrage, Goscha traitait des connections extérieures et particulièrement du réseau thaïlandais.

Mon objection porte sur le titre, certes pertinent mais qui ne correspond pas  tout à fait à la réalité. En effet, lorsque Hô Chi Minh proclame la fondation de la République démocratique du Viet Nam il affirme «  Dôc lâp và  kiên quôc » / indépendance et restauration de  l’État.  Ses premières paroles et ses premiers gestes démontrent qu’il situe la jeune république dans la continuité avec l’état impérial et l’état colonial. Mais il est vrai que pendant neuf années de guerre « totale » (?) et le voisinage actif et interactif de la révolution communiste chinoise, l’État vietnamien n’a plus grand chose à voir avec le legs de la colonisation française ni avec les principes de la révolution française de 1789 que Hô Chi Minh évoqua dans son manifeste sur la place Ba Dinh le 2 septembre 1945. Mais la métamorphose était-elle programmée ou prédéterminée ? Ou naquit-elle de « la force des choses » qui dévie et défigure  les grands idéaux ?

2. Dans la foulée du livre précédent et toujours dans une approche globale et interdisciplinaire Christopher Goscha s’est attelé à l’édition d’un dictionnaire de la guerre d’Indochine qui est une oeuvre ambitieuse et de longue portée. Le résultat est impressionnant par son ampleur et son contenu informatif. Ce dictionnaire est l’aboutissement d’un travail de recherche qui dresse un état des lieux de notre connaissance mais ce dictionnaire ne fait pas seulement office d’aide-mémoire ou de raccourci pour aborder un thème, il offre des clés d’introduction à un sujet comme le prévoit l’auteur, il « can also provide an original way of looking at and engaging a subject intellectually » (p. 5).

Le dictionnaire a été mis récemment sur le site internet de l’UQÀM et par conséquent il est consultable en ligne, ce qui élargit considérablement son champ opérationnel. En outre et si j’ai bien compris, il est interactif et par conséquent on pourra combler les absences qui existent incontestablement dans l’édition imprimée. Mais il faudrait pour cela que la voie à suivre pour l’insertion de nouvelles entrées nous soit indiquée.

Pierre Brocheux

Céline Marangé : Pour une histoire transnationale du communisme vietnamien – Réponse à Pierre Brocheux

Marangé_CommunismeVietnamienPour une histoire transnationale du communisme vietnamien. Réponse au compte-rendu de lecture de M. Pierre Brocheux daté du 23 mai 2013.

Céline Marangé, Le communisme vietnamien, 1919-1991. Construction d’un État-nation entre Moscou et Pékin, Paris, Presses de Sciences Po, 2012, 612 pages.

Permettez-moi de répondre aux critiques qui ont été adressées à mon livre en partant de questions simples.

1. Pourquoi ne pas discuter du caractère novateur de la démarche et de l’originalité des conclusions ?

Le principal reproche adressé au livre est de ne pas être un ouvrage d’histoire sociale, ce qu’il n’a pas l’ambition d’être, et de ne pas suffisamment prendre en considération la culture confucéenne et les rapports de domination à l’œuvre dans la société coloniale. Ces deux interprétations ne sont pas dénuées d’intérêt : l’influence du confucianisme est indéniable, tandis que les inégalités de droit et l’exploitation humaine qui caractérisaient le régime colonial ont favorisé l’apparition d’idées radicales de natures diverses[1] – ce que montre le livre. Si importantes soient-elles, ces deux lectures ne sauraient tout expliquer ; elles ne suffisent pas en tout cas à expliquer la pénétration du communisme en Indochine dès le milieu des années 1920, ni son évolution ultérieure. Le glissement de la vulgate marxiste à l’interprétation culturaliste que l’on voit s’opérer depuis 20 ans a ceci de commode qu’il permet de cantonner l’histoire vietnamienne dans son cadre national et d’éluder la question des influences étrangères et des relations d’hégémonie au sein du monde communiste. Pour une raison qui m’échappe encore, le rôle du Komintern, parfaitement documenté depuis l’ouverture des archives soviétiques au début des années 1990, continue de faire l’objet de dénégations et de minimisations.

L’optique de mon livre était justement de replacer la naissance et l’évolution du communisme vietnamien dans son contexte transnational. L’approche globale qui a été la mienne n’a pas prétention à tout expliquer ; elle vient compléter d’autres interprétations qui gardent toute leur valeur. Cela étant, elle contribue indéniablement à éclairer le débat, notamment sur le rôle de la guerre froide et de la dispute sino-soviétique dans l’évolution du communisme vietnamien et des relations entre pays indochinois à partir des années 1960. La thèse centrale du livre est que le communisme vietnamien eut de moins de moins de spécificité à mesure que Hanoi s’affranchissait, à la faveur de la guerre du Vietnam, de la tutelle de Moscou et de Pékin. Il démontre, d’une part, les limites de l’influence soviétique et chinoise au Vietnam à partir de 1960, d’autre part, des phénomènes de mimétisme qui se renforcèrent avec le temps et qui sont, pour l’essentiel, liés au rôle central accordé à l’idéologie et à l’organisation dans le système communiste.

Certes le contexte régional sud-est asiatique, et non seulement indochinois, aurait pu être davantage mis en relief, en particulier en ce qui concerne les répercussions du massacre des communistes indonésiens en 1965[2]. Mais des historiens de renom comme Christopher Goscha s’étaient déjà attelés à la tâche[3]. J’ai concentré mon attention sur les relations des communistes vietnamiens avec les deux foyers du communisme mondial qu’ont été l’Union soviétique et la Chine en raison du sujet même du livre, de l’organisation pyramidale du système communiste mondial et des conditions d’émergence du communisme vietnamien, dont témoigne bien le parcours de Hồ Chí Minh de Paris à Moscou et Canton. Cependant, la principale raison était ailleurs, elle tenait à une simple constatation de bon sens : qui veut/doit mener la guerre contre des puissances aussi bien équipées que la France et les Etats-Unis doit pouvoir résister à la force de feu de l’artillerie moderne ; il a besoin d’armes, de fonds et de soutiens sur la scène internationale. Le dévouement et la disposition au sacrifice de la population, si grands, sincères (ou contraints) soient-ils, ne suffisent pas. Or ces besoins créent des relations de dépendance et offrent des moyens de pression à qui veut s’en servir.

2. Pourquoi ne pas faire part des apports historiographiques?

Les apports du livre dans la compréhension d’événements capitaux de l’histoire vietnamienne sont nombreux. Pour s’en tenir aux vingt années ayant suivi la proclamation, le 2 septembre 1945, de la République démocratique du Vietnam, on pourrait citer le désintérêt de Staline pour la cause du Vietminh au début de la guerre d’Indochine, établi à partir de sources diplomatiques françaises ; le rôle joué, en octobre 1952, par Staline et Liu Shao-qi dans le lancement de la réforme agraire et le passage à la guerre révolutionnaire que Hồ Chí Minh accepta pour obtenir des armes et poursuivre la guerre contre la France ; le retournement de Chou En-lai lors des négociations de Genève, notamment son attitude vis-à-vis de la partition du Vietnam à partir de la mi-juin 1954, mis en lumière à partir des archives des ministères français et chinois des Affaires étrangères ; les pressions exercées par Pékin sur les dirigeants nord-vietnamiens en 1963 pour les inciter à rompre leurs relations avec Moscou, telles qu’elles apparaissent dans les archives soviétiques et françaises et des documents en vietnamien ; les positions idéologiques et stratégiques des deux hommes forts de Hanoi, à la veille du déclenchement des hostilités avec les Etats-Unis en 1964, telles qu’elles ressortent des entretiens qu’ils eurent avec le communiste français Léo Figuères et les plus hauts dirigeants chinois[4].

Les deux derniers chapitres semblent trouver grâce aux yeux de P. Brocheux. C’est heureux car ils constituent le cœur de la démonstration. Ils s’interrogent, en effet, sur la ressemblance croissante du régime vietnamien au modèle soviétique initial suivant deux angles de vue complémentaires : la construction du socialisme et la construction nationale. Hanoi entretenant des relations difficiles avec Moscou et Pékin dans l’immédiat après-guerre, cette conformité ne peut être attribuée à la contrainte directe ou à des politiques d’influence. Le chapitre 8 offre une réflexion sur l’évolution des modes d’exercice du pouvoir après 1975, à partir notamment de l’étude de la réforme légale. Il démontre à la fois l’importance des processus d’emprunt et l’orthodoxie idéologique des dirigeants vietnamiens. Le chapitre 9 s’intéresse à l’évolution de la politique ethnique dans un temps plus long. Il fait apparaître des logiques de consolidation de l’État et de sécurisation des frontières, rappelant des pratiques coloniales, mais aussi des politiques ayant (eu) cours en Chine et en Union soviétique, comme la sédentarisation forcée des minorités nomades, le recours à la migration de membres de l’ethnie majoritaire, des politiques d’assimilation culturelle et la réécriture du récit des origines de façon à affirmer une identité inclusive et supranationale.

3. Pourquoi ne pas mettre en lumière la richesse et la variété des sources ?

À ce sujet, il me faut d’abord apporter une rectification. Il est inexact d’écrire que le livre n’apporte rien de neuf sur la période coloniale que j’aurais couverte en « déversant des fiches ». Je me suis appuyée, dans les premiers chapitres, sur un large éventail de sources primaires, notamment sur des mémoires, sur des documents d’archives du Komintern en russe et sur des rapports de la Sûreté conservés dans les fonds du Service de Protection du Corps Expéditionnaire du Haut-Commissariat pour l’Indochine aux archives d’Outre-mer à Aix-en-Provence. Pourquoi P. Brocheux, biographe de Hồ Chí Minh, ne s’est-il pas plutôt attaché à approfondir les discussions que j’ai prudemment engagées, à partir de nouveaux documents d’archives, sur les conditions de l’arrestation de Phan Bội Châu à Shanghai, en juin 1925, moins de deux semaines après la fondation du Thanh Niên, ou encore sur les conditions dans lesquelles s’est décidée à Moscou la création du parti, fondé à Hong Kong en février 1930, en particulier sur le fait de savoir si Hồ Chí Minh était à Moscou plutôt qu’au Siam à l’automne 1929, comme le laissent supposer les mémoires de Jeannette Veermersch et le témoignage de « retours de Russie » chinois, rapporté dans une note de la Sûreté ? Quant à la mise à l’écart de Hồ Chí Minh dans les années 1930, elle est attestée par de nombreux documents et confirmée par les études de Sophie Quinn-Judge et d’Anatoli Sokolov [5].

Au sujet des sources, je me contenterai d’ajouter que l’enquête s’appuie aussi sur le dépouillement de la presse officielle, la lecture des revues théoriques du parti et l’étude de la propagande, travail long et fastidieux effectué lors d’un séjour de deux ans au Vietnam. Je voudrais également insister sur l’importance de lire et d’étudier les écrits de la dissidence vietnamienne. De Nguyễn Minh Cần à Bùi Tín et Trần Độ, de Nguyễn Chí Thiện à Dương Thu Hương, de Vũ Thư Hiên à Bùi Ngọc Tấn, ces œuvres ont pour immense mérite de jeter une lumière crue sur les arcanes du régime et ses ressorts répressifs ou encore de porter un regard personnel sur l’expérience concentrationnaire vietnamienne. Elles constituent en soi des documents historiques, à traiter en tant que tels, avec intérêt et précaution. En quoi seraient-elles moins légitimes que les publications et hagiographies officielles ? Peut-on faire l’économie de leur lecture ? À titre de comparaison, serait-il concevable d’étudier la période stalinienne en ignorant l’œuvre et le destin, à la fois singulier et emblématique, des écrivains Varlam Chalamov, Alexandre Soljenitsyne, Vassili Grossman ou Evguenia Guinzbourg ?

Ho Chi Minh au Ve congrès du Komintern à Moscou, le 1er juillet 1924 © Agence RIA Novosti
Ho Chi Minh (assis au centre) au Ve congrès du Komintern à Moscou, le 1er juillet 1924
© Agence RIA Novosti

4. Concernant les coquilles notées par P. Brocheux, je me permets d’y répondre ainsi. Il est particulièrement ardu de n’en faire absolument aucune dans un volume qui compte 612 pages. Est-il vraiment si grave de confondre une baie et une île ? Par ailleurs, si le terme « người » signifiant « l’homme » peut être considéré comme une forme d’humilité lorsqu’il était utilisé par Hồ Chí Minh à la première personne[6], il constitue une marque de déférence participant du culte de la personnalité lorsqu’il est repris à la troisième personne et doté d’une majuscule dans la presse et la propagande. « Người » étant apparemment le nom donné aux génies dans le Vietnam ancien, cette habitude de langage pourrait, en outre, être interprétée comme une façon implicite de prêter à Hồ Chí Minh des pouvoirs surnaturels, ce qui n’aurait rien d’anodin dans un pays où le monde des morts fait intégralement partie de l’imaginaire et du quotidien des vivants[7].

Quant à Vũ Thư Hiên, il est bien le fils de Vũ Đình Huỳnh – autant pour moi. Je maintiens néanmoins que père et fils ont été arrêtés et emprisonnés en 1967. Plutôt que d’insister sur cette erreur de nom, si regrettable soit-elle, n’aurait-il pas mieux valu discuter de l’événement, proprement stupéfiant s’il était un jour avéré par des documents d’archives, que Vũ Thư Hiên relate dans ses mémoires et que le témoignage d’un haut dignitaire communiste chinois semble corroborer, à savoir le viol répété et le meurtre, en 1957, de la femme cachée de Hồ Chí Minh par le ministre de la Sécurité publique Trần Quốc Hoàn, resté en poste jusqu’en 1981 ? Nuit en plein jour, les mémoires de Vũ Thư Hiên, disponibles uniquement en vietnamien à ma connaissance, peuvent être consultés ici. L’extrait mentionné que j’ai traduit du vietnamien – et qui demeure sujet à caution – est placé en annexe du livre (pp. 536-541), de même que le décret de 1967 sur les crimes contre-révolutionnaires que j’ai découvert dans un carton non classé des archives du MAE (pp. 550-558).

5. À travers ce livre, je plaidais, en toute modestie et à l’instar d’autres jeunes historiens, pour une histoire transnationale, décloisonnée et désidéologisée du communisme vietnamien, que j’étudiais vu du haut. Ce faisant, je me suis attachée à mettre en regard des sources primaires et secondaires vietnamiennes, soviétiques, chinoises, françaises et américaines. Je cherchais, par ailleurs, dans un effort permanent de clarté, à rendre accessible à tout un chacun cette histoire complexe et controversée, en particulier la période coloniale, qui, en dépit de son importance pour la compréhension du temps présent, n’est pas suffisamment connue du public français à mes yeux. Enfin, j’avais à cœur d’incarner cette histoire en puisant dans des journaux intimes, des récits de vie et la littérature, de relater, à chaque fois que l’occasion se présentait, de quelle manière la grande Histoire avait été vécue par les simples gens et les militants, notamment par les femmes. De ces trois points de vue au moins, je ne pense pas avoir démérité.

Céline Marangé, 31/05/2013.

Docteur en science politique, Institut d’Études Politiques de Paris.

Post-doctorante en histoire russe, Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Courriel : celine.marange@univ-paris1.fr


[1] Cf. Daniel Hémery, Révolutionnaires vietnamiens et pouvoir colonial en Indochine : communistes, trotskystes, nationalistes à Saigon de 1932 à 1937, Paris, Maspéro, 1975 ; Hue-Tam Ho Tai,  Radicalism and the Origins of the Vietnamese Revolution, Cambridge, Harvard University Press, 1992 ; François Guillemot, Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie, 1938-1955, Paris, Les Indes Savantes, 2012.

[2] À ce sujet, un récent documentaire de Joshua Oppenheimer, « The Act of Killing », montre toute la cruauté et l’étendue du massacre des communistes indonésiens, en laissant surgir la parole nue des bourreaux, suivant une démarche comparable à celle du cinéaste Rithy Panh dans « S21. La machine de mort khmère rouge ».

[3] Cf. Christopher Goscha,  Thailand and the Southeast Asian Networks of the Vietnamese Revolution (1885-1954), Londres, Routledge et Curzon, 1999 et « Le Vietnam et le monde extérieur: le cas des conseillers vietnamiens au Laos », Communisme, n°80-82, 2004-2005, pp. 161-192.

[4] Des documents provenant des archives du ministère chinois des Affaires étrangères ont été traduits en anglais et mis en ligne par le Cold War International History Project du Woodrow Wilson Center à Washington. Cf. le bulletin n°16 du CWIHP, 2007-2008, accessible en cliquant sur ce lien. Les carnets de Léo Figuères peuvent être consultés aux archives du PCF à Bobigny.

[5]. Cf. Sophie Quinn-Judge, Hô Chi Minh. The Missing Years, 1919-1941, Londres, Hurst, 2002 ; Anatoli A. Sokolov, Komintern i V’etnam. Podgotovka v’etnamskih politicheskih kadrov v kommunisticheskih vuzah SSSR, 20-30-e gody. (Le Komintern et le Vietnam. La formation des cadres politiques vietnamiens dans les établissements d’enseignement supérieur soviétiques, 1920-1930), Moscou, Éditions de l’Académie des sciences de Russie, 1998, en russe.

[6] Il faut préciser ici qu’en vietnamien les pronoms personnels varient en fonction du contexte d’interlocution. Au lieu de dire « je », qui est formel, on peut se désigner comme « grande sœur », « petite sœur/petite-amie/épouse », « tante », « enfant », « maman », « amie »,  etc., en fonction de la personne à qui on s’adresse et du respect qu’on lui voue.

[7] Cf. l’ouvrage de l’anthropologue Heonik Kwon sur les âmes errantes des personnes disparues et laissées sans sépulture pendant la guerre du Vietnam : Ghosts of War in Vietnam, Cambridge, UK, Cambridge University Press, 2008.

Sébastien Verney, L’Indochine sous Vichy – CR de lecture de Pierre Brocheux

Verney_IndochineSousVichy

Réf. : Verney, Sébastien, L’Indochine sous Vichy. Entre Révolution nationale, collaboration et identités nationales 1940-1945, Paris, Riveneuve éditions, 2012, 517 p., index, bibliographie, cartes, photos, graphiques.

Après la capitulation de la France et son occupation par les Allemands, l’empire colonial français fut un enjeu de taille dans la confrontation entre le gouvernement de Vichy engagé dans la collaboration avec l’occupant allemand et la France libre dirigé par le général de Gaulle. Ce conflit prit une tournure tragique et fratricide de la Syrie-Liban à Madagascar en passant par l’Afrique occidentale et l’Afrique du nord.

Dans ce moment tragique de l’histoire impériale, l’Indochine représenta un cas singulier : des accords de coopération passés entre Vichy et Tokyo instaurèrent une cohabitation qui, par la force des choses, impliquait une collaboration d’État qui dura jusqu’au 9 mars 1945. Cet épisode fut assez gênant pour que l’historiographie française de cette période place « l’occupation » japonaise au cœur de ses ouvrages et mette entre parenthèses ou passe sous silence le modus vivendi franco-japonais qui dura quatre années. L’historien Eric Jennings fut le premier à braquer le projecteur sur le gouvernorat de l’amiral Jean Decoux ; celui ci ayant prêté allégeance au maréchal Pétain, tenta d’acclimater la « Révolution nationale » sous les tropiques. Mais Vichy sous les Tropiques (Paris, Grasset, 2004) proposait une analyse qui englobait Madagascar, la Guadeloupe et l’Indochine, l’ampleur de la saisie du sujet en diminuait forcément la profondeur.

Sebastien Verney s’en tient à l’Indochine et, en se concentrant sur elle seule, il nous donne une macrovision de son sujet. Son exposé éclaire parfaitement la situation  contradictoire où de trouvait l’amiral-gouverneur. Comment, jusqu’au 9 mars 1945, Decoux qui avait une marge de manœuvre très étroite, a-t-il fait preuve de pragmatisme pour supporter la pression permanente des Japonais et ne pas céder à toutes  leurs exigences, en espérant secrètement, ainsi que ses collaborateurs, garder l’Indochine sous la tutelle de la France jusqu’à la fin des hostilités.

L'amiral Jean Decoux (1884-1963), Gouverneur général de l'Indochine française du 25 juin 1940 au 9 mars 1945.
L’amiral Jean Decoux (1884-1963), Gouverneur général de l’Indochine française du 25 juin 1940 au 9 mars 1945. © Central-Photo-Hanoï

Decoux était le représentant d’une Révolution nationale dont il avait fait siens les objectifs et qui devait régénérer la nation française dont la santé matérielle et morale avait décliné sous la Troisième république si ce n’est la république tout court. Comment accomplir cette tache, comment adapter les valeurs et l’idéologie national-impérialiste et contre-révolutionnaire à un terreau et dans une conjoncture dont le moins que l’on puisse dire est qu’ils n’offraient, ni l’un ni l’autre, des réceptacles accueillants.

D’abord le terreau : la résistance contre la tutelle française n’avait jamais cessé depuis la conquête, elle avait même rebondi à partir des années 1929, 1930 et les années 1936, 1940 avaient été gagné par l’effervescence indépendantiste, au moins au Vietnam lorsqu’une unité armée du Quang Phuc Hôi avait accompagné l’armée japonaise pour donner l’assaut à Langson en septembre 1940, en novembre de la même année, le Parti communiste indochinois tentait une insurrection armée en Cochinchine dont les Français ne vinrent à bout qu’en avril-mai 1941.

Et la conjoncture ? La métropole impériale avait capitulé en juin 1940 devant l’Allemagne hitlérienne, la « petite guerre franco-thailandaise » de 1940-1941 avait obligé la France à céder 70 000 Km2 à la Thaïlande soutenu par le Japon. Le sort de l’imperium français dépendait désormais complètement du bon vouloir des Japonais c’est à dire du respect des accords Vichy-Tokyo ou de leur abrogation.

La fragilité et la vulnérabilité de la tutelle française à la merci des calculs et des décisions stratégiques japonaises déterminèrent la politique de Decoux qui consista à cultiver et exalter des identités nationales. Mais si le gouverneur eut soin  d’entretenir la fierté des peuples indochinois en célébrant leur passé, en donnant le maximum de lustre à leurs monarchies (viêt, khmer, lao) notamment en redorant leurs apparats, il le fit en réaffirmant la suprématie de la France et des représentants de la France. Il n’eut de cesse de rappeler les positions respectives des protagonistes, dominants et dominés, dans l’échelle de la hiérarchie politico-administrative.

Propagande en faveur du Maréchal Pétain à l'arrière de la cathédrale. Affiche de 6x8 m (source : l'Indochine hebdomadaire illustré, 1942).
Propagande en faveur du Maréchal Pétain à l’arrière de la cathédrale de Saigon. Affiche de 6×8 m (source : l’Indochine hebdomadaire illustré, 1942 repris sur le site Belle Indochine).

L’auteur a cerné et expliqué avec clarté la stratégie et la méthode Decoux, il a également détecté les effets non intentionnels (néanmoins pressentis par certains administrateurs français) de cette politique d’équilibriste : l’encadrement de la jeunesse fut l’initiative majeure, mais aussi une plus grande place faite aux Indochinois dans l’administration ; exaltation des souvenirs collectifs, cultes des héros nationaux viet par exemple. Mais il semble ramener (est-ce un effet de lecture ou une distraction de ma part ?) le soulèvement de 1945 à une création ex nihilo de ce qu’il appelle les identités. Rarement, l’auteur utilise le mot nation, pourquoi ? Il faut attendre la deuxième partie, pp. 315-411, pour que le lecteur voit surgir les identités nationales comme si elles avaient été fabriquées par l’administration vichyste. Or, les identités indochinoises s’étaient forgées au cours d’une longue histoire : un bon exemple des limites de la politique identitaire de Decoux est l’échec de la tentative de romanisation de l’écriture khmère et de la généralisation du calendrier grégorien au lieu du calendrier bouddhique. En 1945, la nation est une notion admise chez les Vietnamiens : la fameuse conférence d’Ernest Renan à la Sorbonne,  en 1882, était connue des lettrés vietnamiens contemporains. Et le diplomate Jules Harmand justifiait le morcellement du royaume vietnamien en trois pays parce  que « la nation annamite, d’une homogénéité sans exemple dans toute l’Asie  possède une unité positivement redoutable pour tout conquérant éloigné de sa base d’opérations ».

Selon l’auteur, « forger une identité nouvelle est un échec parce qu’elle rencontre les obstacles provenant du racialisme qui sous-tend la politique coloniale », certes, le racialisme est le facteur fondamental qui annule le stratagème imaginé par Decoux pour contrebalancer l’influence japonaise et pour conserver la haute main sur les populations indochinoises. La Fédération indochinoise qui fut substituée à l’Union indochinoise, outre son parfum maurrassien antijacobin, fut avant tout, le maintien du fractionnement de l’État-nation vietnamien dont Jules Harmand avait clairement énoncé l’argumentaire en 1885. Il est permis de se demander si Decoux croyait sincèrement à cette « Fédération des petites patries indochinoises et de la Grande Mère Patrie France ». Cette configuration idéologique était identique à celle qui causa le déphasage entre la politique gaullienne et la réalité du terrain.

Une affiche de propagande gaulliste dénonçant la politique de Decoux en Indochine.
Une affiche de propagande gaulliste dénonçant la politique de Decoux en Indochine. (source : http://saigon.vietnam.free.fr)

Dans le registre documentaire, l’auteur a prospecté et exploité de façon exhaustive les sources relatives au sujet, des archives nationales françaises (ANOM) à celles des pays indochinois (Hanoï, Ho Chi Minh-ville, Phnom Penh et Vietntiane), et aux sources imprimées. Sa capacité de lire le quốc ngử fut un atout pour prendre connaissance des sources primaires. La riche documentation de première main a permis à l’auteur de construire sa démonstration de façon rigoureuse et convaincante.

Mais le registre explication-interprétation se ressent de l’idée directrice qui est celle de « la fondation d’identités nouvelles » et qui laisse à penser qu’elles avaient été opérées sur une table rase. Ainsi l’auteur est conduit à écrire « L’héritage le plus probant de la politique identitaire exacerbée de Vichy, est l’adoption par les peuples indochinois d’une logique conflictuelle de surenchère ‘raciale’ » (p. 407). C’est ignorer ou oublier que la péninsule indochinoise était partagée entre des ethno-états monarchiques qui ne cessèrent de se faire la guerre et que l’impérialisme viet atteignit son expansion maximale sous le règne de Minh Mang (1820-1840). L’auteur voudrait-il faire regretter la pax gallica ? La macrovision aurait gagné à être doublée par la profondeur de champ.

Dans les détails, il est toujours possible de trouver à redire sur le vocabulaire, ou des observations comme celle ci : « Le choix vestimentaire en terre coloniale suit une logique pratique mais aussi raciale.  Si la couleur blanche est choisie pour des raisons climatiques, elle permet également de différencier le colonisateur du colonisé, rappelant la pigmentation ‘raciale’ du dominant » (note 205, p. 163). Les symboles ne rendent que partiellement compte du réel, la société vietnamienne notamment avait beaucoup évolué dans les années 1940 : les vêtements blancs étaient portés dans la vie quotidienne autant qu’à l’occasion des cérémonies funéraires, par un cyclo-pousse autant que par un agent de police ou un employé de bureau, et par une jaune ou un indien autant que par un blanc. Un historien des représentations ou qui les utilise « ne doit jamais oublier le principe de réalité ».

S’il est vrai qu’aucun livre n’est parfait, celui ci est une contribution à l’historiographie de l’Indochine contemporaine qui restera longtemps indépassable.

Pierre Brocheux

Historien franco-vietnamien, Pierre Brocheux a enseigné à Saigon entre 1960 et 1968, au plus fort de la guerre du Viêt-Nam. Il a publié plusieurs ouvrages qui font référence sur ce pays, notamment Ho Chi Minh (Payot, 2003 ; Cambridge University Press, 2007), Une histoire économique du Vietnam (Indes savantes, 2009) et Histoire du Vietnam contemporain (Fayard, 2011).

CR de lecture publié avec l’autorisation de l’auteur que nous remercions vivement.

Pierre Brocheux : Une histoire croisée – l’immigration politique indochinoise en France, 1911-1945

Le groupe des “Cing Dragons” en France.

Pierre Brocheux, “Une histoire croisée : l’immigration politique indochinoise en France, 1911-1945”, mai 2009.

Publié sur le site Europe Solidaire Sans Frontières

 

 

Sommaire

  • Le tournant de 1914-1918
  • Les « Cinq Dragons »
  • La radicalisation politique
  • Le passage du témoin
  • Les indépendantistes radicaux
  • Conclusion

 

Introduction

L’histoire de l’immigration politique indochinoise, en fait vietnamienne (« annamite » comme l’on disait à l’époque), illustre un transfert d’influences et d’inspirations ainsi que leur incubation. À quelles fins, par quelles méthodes ou médiations, ces transactions politiques s’opèrent-elles et quels en sont les résultats ? Mon article tentera de répondre à ces questions.

C’est à partir de la conquête française que les mouvements migratoires conduisent les Vietnamiens au delà du Siam, de la Malaisie et de la Chine méridionale. La venue en France, exception faite de raisons diplomatiques (la mission Phan Thanh Gian, en 1863, pour recouvrer les provinces de la Basse Cochinchine), est épisodique et elle concerne un petit nombre d’individus. Des résistants à l’invasion française furent exilés à Toulon d’abord, pour être expédiés ensuite, comme main d’œuvre forcée, dans l’île de la Réunion puis aux Antilles, en Guyane (1863-1872) et en Nouvelle Calédonie (1891)1. Plus tard, à l’occasion des expositions universelles et coloniales comme celle de Paris en 1889, en 1900, des artisans, des tireurs de pousse-pousse, des soldats sont « importés » pour faire de la figuration.

Au début du 20è siècle, l’établissement de lignes régulières de transport maritime entre la France et ses possessions d’Extrême-orient sur des paquebots et cargos des sociétés des Messageries Maritimes et des Chargeurs Réunis conduit au recrutement d’un personnel annamite nombreux sans que nous disposions de statistiques exactes. Le cas le plus célèbre est celui du futur Hô Chi Minh qui s’embarqua en 1911 comme aide cuisinier et qui ne posa sac à terre qu’en 1915 ou 1916 en Angleterre après avoir parcouru les océans. Parallèlement à ces allers et venues des navigateurs, des jeunes scolaires commencent à venir en France2.

Le courant qui porte ces jeunes gens vers la France pour leurs études succède, vers 1910, à celui qui, à l’appel du lettré patriote Phan Bội Châu (1867-1940), en conduit au Japon au tournant du 20è siècle (« voyage à l’Est » ou Đông Du). Il est la conséquence de la fermeture de cette dernière voie aux partisans de la modernisation : en effet, en 1908, pour des raisons diplomatiques, après des tractations avec la France, le gouvernement japonais refuse désormais aux Vietnamiens l’accès de ses écoles et Phan Bội Châu est contraint d’aller s’installer en Chine3. En Indochine même, la fermeture momentanée de l’université de Hanoï (récemment constituée de trois écoles supérieures), la suppression du mouvement d’étude et de rénovation culturelle du nord, le Đông Kinh Nghĩa Thục (L’École libre du Tonkin) qui avait des émules, le Duy Tân (modernisation) et le Minh Tân (Lumière nouvelle), dans le centre et le sud du pays, bloquent d’autres issues. Cependant, la modernisation étant à l’ordre du jour, pour les Vietnamiens qui veulent apprendre de l’Occident comme l’ont fait les Japonais et les Chinois, qu’ils soient animés par un idéal désintéressé ou qu’ils visent la promotion sociale notamment en entrant dans le fonctionnariat colonial, il n’y a d’autre alternative que le « voyage à l’Ouest » ou Tây Du.

Le tournant de 1914-1918

Entre 1910 et la « grande guerre » (1914-1918), le nombre total de ces immigrants n’excédait probablement pas une ou deux centaines de personnes. Pour faire la guerre à l’Allemagne, le gouvernement français met à contribution les ressources humaines et matérielles de son empire colonial. En l’occurrence, le tournant du mouvement migratoire a lieu en 1915 lorsque les premiers travailleurs et soldats (lính thợ) indochinois abordent le sol de France : de 1915 à 1919, 42 922 tirailleurs et 49 180 travailleurs sont envoyés en France4. Ce n’est pas de cette population en majorité illettrée (23 234 analphabètes sur 34 715 arrivants en 1915, ils étaient encore 17 308 en 1918) que sont issus les idéologues, les animateurs et les organisateurs du mouvement indépendantiste mais elle fournit les indispensables auxiliaires : relais et boîtes aux lettres (les restaurateurs) agents de liaison et diffuseurs (navigateurs, ouvriers, gens de maison et plus rarement militaires).

Cependant, le pôle où se déroule le débat politique sur l’avenir du Vietnam se met en place avant que n’éclate le premier conflit mondial. Il apparaît autour du lettré Phan Chu (Châu) Trinh, une personnalité déjà connue et reconnue dans son pays pour son opposition à la monarchie « protégée » par le conquérant français. Trinh s’est prononcé pour la modernisation (il est un des acteurs du Duy Tân dans sa province du Quang Nam au centre du VN et il participe aux activités du Đông Kinh Nghĩa Thục à Hanoî) en dénonçant en terme très durs le régime impérial soumis et corrompu et son mandarinat sclérosé et exploiteur du peuple ; par le fait même il accuse le régime et l’administration coloniale française qui « coiffe » et perpétue ce régime en l’utilisant à ses fins de domination et d’exploitation5. En 1908, un soulèvement antifiscal violent a lieu dans le Quang Nam, la responsabilité en est imputée à Phan Châu Trinh qui est condamné à mort ; sa peine ayant été commuée, il est déporté au bagne de Poulo Condor.

Grâce à des amis français, le journaliste Ernest Babut et le commandant Jules Roux qui font intervenir la Ligue des droits de l’homme et du citoyen, Trinh est libéré du bagne et il est admis à résider en France c’est à dire qu’il est exilé en 1911. Il fait connaissance avec son compatriote Phan Văn Trương, répétiteur à l’École des langues orientales de Paris, et tous deux fondent la Fraternité des compatriotes (Hội đổng Bào Thân Aí) en 1912 puis l’Association des patriotes indochinois en 19146. Ces initiatives valent aux deux hommes l’accusation de complot concerté avec le prince Cừơng Để (alors réfugié au Japon et prétendant au trône du Viet Nam) et en collusion avec les Allemands après que la guerre ait éclaté ; Trinh est incarcéré à la Santé et Truong au Cherche-midi, prison militaire, parce que citoyen français, il est mobilisé lorsque la guerre éclate. Les deux hommes sont libérés en 1915 après neuf mois de détention et l’intervention active d’un avocat socialiste, Marius Moutet (au nom lié aux affaires indochinoises jusqu’en 1947), ainsi que du commandant Roux et de la Ligue des droits de l’homme. C’est à ce moment là que Truong est envoyé comme interprète auprès des ouvriers indochinois qui viennent d’arriver à l’arsenal de Toulouse. De son côté, Trinh se voit supprimer l’allocation annuelle de 6 000 francs que lui versait le gouvernement et il doit travailler comme retoucheur photographe, métier auquel il initiera un jeune compatriote, le futur Hồ Chí Minh.

L’exposé de ces détails est nécessaire pour comprendre l’attraction exercée par les deux hommes et les ralliements autour d’eux, en majorité des étudiants. mais également des travailleurs restés en France après la guerre (ouvriers et navigateurs) et les gens de maison (cuisiniers, valets et bonnes que l’on appelait les boys et boyesses) que des coloniaux ont ramenés avec eux de leur séjour en Indochine. Le plus connu de ces intermédiaires est Đăng Văn Thu, navigateur marié avec une Française comme Nguyễn Thế Truyền, il fonde une famille au Havre et ouvre un restaurant qui est à la fois un relais et le « financier » du Parti annamite de l’indépendance ainsi que des journaux (ex. Việt Nam Hôn) que celui ci publie à la fin des années 1920. En même temps ils révèlent les personnalités et les réseaux français qui protégeaient et soutenaient ces immigrés indochinois (M. Moutet, J. Roux, la LDHC, le parti socialiste, les libéraux), d’une façon générale mais non exclusive, la mouvance de gauche ; ces relations forment la trame de la radicalisation progressive dans les années 1920.

Les « Cinq Dragons » (Ngu Long)

Phan Chu Trinh est la personnalité phare, celle qui sert de référence notamment à ses compatriotes qui ont choisi de prendre le chemin de l’Occident, Nguyễn Tất Thanh (Ho Chi Minh) séjournant en Angleterre, avait établi une correspondance (saisie par la police française) avec Phan Chu Trinh avant de franchir le Channel en 19177. Les soupçons, la surveillance et les brimades dont Trinh est l’objet de la part du gouvernement français ne font que renforcer son prestige auprès de ses compatriotes. Après le décès de son jeune fils et la perte de leurs allocations, Trinh réside dans l’appartement de P.V. Truong au 6 Villa des Gobelins, dans le 13è arrondissement de Paris, c’est également le premier domicile de Nguyễn Tất Thành ainsi qu’un lieu de réunions fréquenté par Nguyễn Thế Truyền8. et Nguyễn An Ninh9. Dans cette brève période (1919-1923), les Vietnamiens de Paris ont surnommé le groupe « les cinq Dragons », un premier cercle étroitement surveillé par la police qui y dispose d’un si ce n’est de deux indicateurs.

Les « Dragons » et leurs compatriotes qui gravitent autour d’eux ont un idéal commun : l’indépendance de leur pays et la liberté de leur peuple. Jusqu’en 1919 et mis à part Ninh qui ne s’est pas encore joint aux aînés, ils agissent de concert, ainsi Les Revendications du peuple annamite qui se référent aux Quatorze points du président américain Woodrow Wilson, signés Nguyễn Aí Quốc et portées par Nguyễn Tất Thành à la Conférence de Versailles, sont-ils le fruit de leur concertation. Mais la pétition a certainement été rédigée par Truong qui maîtrisait la langue française au contraire des trois autres, Truyên compris. Il n’empêche que Thanh s’est approprié la signature collective10. Ils estiment que le régime républicain français a une influence positive, c’est en sens que Truong fait une conférence le 18 février 1923 où il compare la domination française à celle que les Chinois ont imposée au Vietnam, à l’avantage de la première par ce que la France inculque l’idéal d’une civilisation du Progrès et des arguments propres à revendiquer la liberté et l’indépendance de leur pays (d’après Đặng Hữu Thụ, op. cit., p.41).

Phan Chu Trinh reste un partisan de changements progressifs et non violents – cela le distingue de son alter ego Phan Boi Châu partisan de la révolution par l’action armée et terroriste — Trinh se fonde sur son expérience personnelle pour faire confiance aux institutions de la république française et pour espérer l’application des idéaux de la révolution de 1789 jusque dans les colonies. Il renouvelle ses attaques contre la monarchie et le protectorat lorsque l’empereur Khai Đinh visite officiellement la France dans l’été 1922. À travers « l’empereur jaune [ un mannequin bien habillé] et son troupeau de mandarins obséquieux…prêts à faire…des singeries » c’est en fait le gouvernement français que Trinh interpelle :

« Depuis environ vingt ans, le peuple annamite modernisé sous l’influence française, au contact d’un gouvernement républicain, ayant divorcé d’avec ses vieilles conceptions de l’ancienne autorité royale, ne veut plus de cette autorité qu’il trouve non seulement tyrannique mais encore injustifiée, d’autant plus que les hommes qui l’ont détenue jusqu’ici comme les mandarins… sont des hommes sans instruction, sans valeur, qu’il considère comme indignes de présider à ses destinées »11.

À son tour, Nguyên Ai Quôc écrit une pièce de théâtre satirique contre le même monarque, Le dragon de bambou, que Léo Poldès (fondateur et animateur du Club du Faubourg) fait représenter à Garches, à la fête du journal communiste L’Humanité, en juin 192212.

La radicalisation politique

Mais les divergences apparaissent et se renforcent au fur et à mesure de l’évolution du monde, de la France et de son empire colonial. La révolution russe d’octobre 1917 et la prise de pouvoir par les bolcheviks se révèle un événement capital parce qu’il est suivi de la fondation de la Troisième Internationale et de son projet de révolution mondiale. La fondation du parti communiste français en 1920 s’inscrit dans la nouvelle logique et dynamique révolutionnaire or le « délégué indochinois » au congrès du PSF à Tours en 1920, Nguyễn Aí Quốc, a voté l’adhésion à l’Internationale communiste par ce que « il y a une chose que j’ai bien comprise : la Troisième Internationale accorde une attention à la libération des colonies… Quant à la Deuxième Internationale, elle ne se préoccupe pas de la question coloniale »13.

Donc, Quôc devient un adepte du socialisme « maximaliste » comme l’on dit à l’époque. En 1919, déjà, il penchait de ce côté là si l’on en croit une note de police : « Au cours de la réunion de Nguyên Ai Quôc, notre agent, Phan Chau Trinh et Khanh Ky, qui eut lieu le 23 décembre , les deux derniers auraient reproché la violence et le manque d’habileté des procédés [du communisme] ; ils auraient déclaré compter sur le Protectorat pour obtenir la réforme qu’ils veulent rapide et profonde… »14. En 1921, Nguyên Ai Quôc quitte le 6 Villa des Gobelins pour le 9 de l’impasse Compoint dans le 17è arrondissement.

Ces divergences qui ne sont pas seulement politiques mais proviennent de la différence de générations, n’empêchent pas Trinh d’exhorter Quôc à rentrer au pays15. Trinh, l’aîné et le réformiste, s’est rendu à l’évidence que la République française n’appliquera pas ses idéaux dans les colonies, il est revenu de ses espoirs et de ses illusions et il s’apprête lui-même à quitter la France ; Truong, que sa qualité de citoyen français ne met pas à l’abri de la discrimination raciale et des brimades, fait le même constat que sa place est dans sa patrie pour y faire bouger les choses. Trinh exprime son amertume dans L’Oeuvre :

« Nous avons toujours cru qu’après cinq années pendant lesquelles la métropole a eu l’occasion de mettre plus d’une fois à l’épreuve notre loyalisme et notre attachement à la cause française, pendant lesquelles nos Indochinois sont venus en foule se ranger dans la tranchée meurtrière à côté de leurs frères français et se sont montrés dignes de leur qualité de fils adoptés, pendant lesquelles du sang annamite a coulé, des biens annamites ont été sacrifiés, un changement politique viendrait nous récompenser de nos efforts… Ce n’est pas par le voyage de l’empereur d’Annam que la République aura le cœur des Annamites »16.

Par ailleurs, le « danger bolchevik » est à l’ordre du jour des États impérialistes et provoque à la fois un raidissement du pouvoir colonial et une reconfiguration de la mouvance anticolonialiste en France comme dans le monde. Le soutien français aux indépendantistes Indochinois se déplace vers l’extrême-gauche. Certes, l’anticolonialisme libéral et humaniste continue d’agir (la LDHC crée une section qui s’occupe des « abus de la colonisation », termes qui dénotent l’absence de mise en cause fondamentale du régime colonial) mais, la même année 1921, le PCF crée une commission coloniale dont font partie N.A. Quôc et N.T. Truyên ainsi qu’ un cercle extérieur : l’Union intercoloniale où les deux Indochinois se retrouvent aux coudes à coudes avec les Malgaches Ralaimongo et Stephany, les Antillais Max Clainville-Bloncourt, Sarrotte, l’Algérien Hadj Ali, et d’autres (en 1923, il y a 18 Annamites sur les 121 membres de l’Union). En décembre 1922, dans une réunion à la 17è section de la fédération de la Seine du PCF, Quôc fait une déclaration significative, il estime que « les franc-maçons et les membres de la Ligue des droits de l’homme font de la collaboration de classe et non de la lutte de classes »17 et il approuve les résolutions du 4è congrès de l’Internationale qui interdit aux communistes d’adhérer à la franc-maçonnerie, à la LDHC et aux organisations anarchistes.

L’apparition du communisme internationaliste, le « péril rouge » pour certains, détermine le réaménagement de l’échiquier politique dans le monde et par conséquent dans l’immigration vietnamienne. C’est par rapport au bolchevisme que les forces politiques, les courants intellectuels définissent leur orientation et leurs prises de position vis à vis de la question coloniale.

En 1923, après avoir joué un rôle important dans la rédaction du Paria18, Quôc part pour Moscou où l’Internationale l’envoie en Chine du sud pour créer une organisation révolutionnaire indochinoise. Nguyên Thê Truyên le remplace dans l’Union intercoloniale et à la rédaction du journal Le Paria (où il entre en conflit personnel avec Max Clainville Bloncourt au sujet de leur prééminence dans l’organisation) jusqu’à ce qu’il démissionne du PCF en 1925. Le parti communiste français et le syndicat CGTU ouvrent aux colonisés les colonnes de leur presse (L’Humanité, La Vie ouvrière, La Revue communiste) et mettent à leur disposition des locaux de réunion (à cet égard, le Cercle international des marins de Marseille, 1927, et de Bordeaux, 1928, créé par la CGTU joue un rôle très important) ainsi que des militants pour accomplir certaines tâches (distribution de tracts sur la voie publique, transport de courrier vers l’Indochine). C’est encore le PC qui se charge d’acheminer des Vietnamiens vers l’Université des travailleurs d’Orient à Moscou (faux passeports, argent, billets de train ou de bateau) par des filières que le Komintern a mis en place (sur 47 élèves Vietnamiens de l’UTO entre 1925 et 1934, quarante viennent de France). Plus tard, Truyên justifiera sa coopération par ce que les communistes français étaient les alliés les plus proches et les plus fiables19. En 1925 et en définitive, le cercle des « Cinq Dragons » disparaît de lui-même après les départs successifs de Nguyên An Ninh, Nguyên Ai Quôc, Phan Van Truong et Phan Chu Trinh20. Mais la relève est d’ores et déjà assurée.

Le passage du témoin

À partir de 1925, la composition de l’immigration vietnamienne en France se modifie, la plupart des soldats lính (dès la signature de l’armistice en novembre 1918) et la majorité des ouvriers thợ a été rapatriée. Mais les navigateurs sont encore nombreux et les effectifs de la population estudiantine augmentent : de 177 en 1924, ils passent à 1 700 en 192921 à la veille du soulèvement de 1930-1931 en Indochine. Ces jeunes gens fréquentent les lycées, les facultés mais aussi des écoles professionnelles et ils sont répartis dans la France entière avec une majorité, 1 100, à Paris, 200 à Aix en Provence, 80 à Montpellier et 110 à Toulouse, le reste à Marseille, Bordeaux et Lyon. Les navigateurs sont nombreux à Marseille, au Havre mais il y en a également à Dunkerque22 et à Bordeaux. Au total il y aurait 5 000 Indochinois dont 3 675 « ont un dossier individuel au ministère des colonies »23.

Les travailleurs comme les étudiants se groupent au sein d’associations à caractère professionnel et/ou mutualiste ; en 1927 la police française en recense sept dont le nombre d’adhérents varie entre 15 et 45024. Les unes sont dirigées ou fonctionnent sous l’influence de militants indépendantistes, d’autres se placent à l’écart de la politique et bénéficient de subventions gouvernementales mais sont l’objet de tentatives de prise en mains par les radicaux.

Cependant, il est impossible de mesurer l’impact réel de la propagande communiste sur les travailleurs. D’un côté l’historiographie vietnamienne monte en épingle l’action des navigateurs mais d’un autre côté, des militants communistes français et vietnamiens eux mêmes, qui à Marseille, qui au Havre, se plaignent de ce que leurs compatriotes préfèrent le jeu et l’opium à la politique, n’assistent pas aux meetings ni ne participent aux actions syndicales sous le prétexte (d’ailleurs admissible) qu’ils ne comprennent pas les discours en français25. Il n’en reste pas moins que le syndicat des cuisiniers dont le siège est au 8 de l’avenue Hoche à Paris, qui revendique 450 adhérents, finance les journaux du Parti de l’indépendance annamite, organise des fêtes dont les revenus sont consacrés à ce financement ou à secourir les victimes de la répression en Indochine. Il est catalogué organisation « nettement communiste » par les autorités. En 1924, un cas significatif est évoqué dans les rapports de police, celui de Hô Trân, engagé comme cuisinier par le vicomte Rivaud de la Raffinière. La vicomtesse, d’abord satisfaite du service de Trân, le licencie par ce qu’elle constate chez lui une « mauvaise volonté croissante », car il lit L’Humanité et Le Paria et tient fréquemment des propos anti-français. Le cuisinier avoue à sa patronne qu’il participe à toutes les manifestations et meetings du PCF et de la CGT et déclare qu’il « n’y a pas de raison pour que seuls les capitalistes recueillent les bénéfices du labeur des travailleurs »26.

Une configuration politique plus diversifiée que précédemment se développe dans ces milieux de l’immigration. Une de ses composantes se pose en continuatrice de l’esprit de la politique de Phan Chu Trinh tandis que les trois autres s’en démarquent par leurs orientations radicales : le Parti annamite de l’indépendance, la section indochinoise du PCF et quelques uns qui sont attirée par l’Opposition ouvrière du parti bolchevik et L. Trotsky.

La première est représentée par le parti constitutionnaliste indochinois animé par deux brillantes personnalités : l’agronome Buì Quang Chiêu et le juriste Dương Văn Giao. Tous deux exposent clairement leur principale aspiration, Chiêu (qui est citoyen français) publie une brochure au titre explicite : France d’Asie, L’Indochine moderne. être ou ne pas être, vers le dominion ; Giao ajoute « nous cherchons à nous entendre avec les Français pour qu’ils nous rendent notre civilisation, nous ne voulons pas les chasser de notre pays mais nous voulons être traités à égalité »27. Ces déclarations ne rassurent pas le gouvernement ni les milieux coloniaux qui qualifient Chiêu « d’agitateur » et considèrent que le « parti constitutionnaliste est, au reste, peut être le plus dangereux par ce qu’il attire de nombreuses personnalités de la métropole par son programme réformiste »28.

Le fait est que le parti constitutionnaliste est soutenu par les socialistes29, certains franc-maçons, mais aussi par les libéraux comme Jules Roux, l’ami de Phan Chu Trinh et avocat du barreau de Tours après avoir quitté l’armée, Léon Werth, Félicien Challaye, les écrivains « coloniaux » Albert de Pouvourville et René Maran (lauréat du prix Goncourt de 1921)30. La réputation du parti « d’être aussi funeste que le parti extrémiste le plus nettement tranchée »31 va accompagner Chiêu et Giao et tous les autres constitutionnalistes en Indochine pendant quelque années encore.

La conjoncture 1925-1931 est fertile en événements dramatiques dont les échos retentissent dans l’immigration indochinoise de France. ils sont contemporains de la « deuxième révolution » chinoise, conduite par Sun Yatsen et le Guomindang, qui se déroule à Canton où Nguyên Ai Quôc forme les militants révolutionnaires Vietnamiens avec le soutien de l’Internationale communiste. En février 1930, ont lieu la révolte de Yên Bay et la fondation du Parti communiste du Vietnam à Hong Kong. Ces deux initiatives des dominés sont contemporaines de l’échec de la « politique d’association franco-indigène » d’Albert Sarraut, promoteur du développement économique et de la « colonisation civilisatrice », échec confirmé lorsque le gouverneur général, le socialiste A. Varenne nommé en 1925, se heurte aux intérêts investis dans la colonie et capitule en fait devant eux. Enfin, elles précèdent de peu le soulèvement populaire qui a pour théâtre le nord Annam et la Cochinchine qui dure approximativement une année (mai 1930-juin 1931) et où, pour la première fois, les communistes vietnamiens mobilisent la population rurale (plusieurs milliers si ce n’est dizaines de milliers de manifestants). Ils sont les ressorts qui font rebondir le mouvement indépendantiste vietnamien.

Lorsque Bui Quang Chiêu et Duong Van Giao retournent au Vietnam à la fin de l’année 1927, leur parti ne fait plus parler de lui en France et le terrain est libre pour l’expansion du Parti annamite de l’indépendance (PAI) et les communistes. Entre temps, Phan Boi Châu est enlevé par la police française de Shanghaï et condamné à mort (en 1925, mais cette peine est commuée en une assignation à résidence à Huê jusqu’à sa mort en 1940). Phan Châu Trinh meurt en 1926 et la population l’honore par de véritables funérailles nationales dans tout le pays. L’effacement de ces deux personnalités emblématiques consacre le passage du témoin à une génération plus jeune.

Les indépendantistes radicaux

En 1926, un fois sorti de l’Union intercoloniale parce que la lutte pour l’indépendance du Vietnam n’est pas l’objectif principal de l’Union, Truyên fonde le Parti annamite de l’Indépendance ; le but du parti est affiché dans le premier numéro de La Nation annamite du 15.1.1927 : « Nous sommes des esclaves qui veulent devenir des hommes libres, nous sommes vingt millions d’opprimés qui veulent former une nation indépendante » (N.T. Truyên). Les statuts du PAI sont déposés à la préfecture de police de Paris le 14 juin 1926 , le siège central est à Paris mais il y a trois sections en province : au Havre, à Bordeaux et à Toulouse.. Il semble qu’une majorité des radicaux se regroupe au sein ou autour du nouveau parti au point que le gouvernement français considère que le parti est « nettement révolutionnaire, très comparable au Kouomintang chinois où les progressistes côtoient les bolcheviks »32. Le parti est dissout en mars 1929. Un certain nombre de militants font le voyage de Moscou où ils entreront à l’Université des travailleurs d’Orient : Bui Cong Trung, Hoang Quang Giu, Bui Ai, Nguyên Thê Vinh, Dang Dinh Tho, Nguyên Thê Thach, pour ne citer que ceux là. D’autres comme Ta Thu Thâu, Huynh Van Phuong rejoindront « l’opposition ouvrière » et seront désignés bientôt comme trotskystes. Les militants du PAI sont très actifs, ils multiplient les meetings , ainsi Truyên lui même fait un tour des villes de Clermont-Ferrand, Bordeaux, Toulouse, Aix en Provence, Grenoble, ce qui fait dire « un peu partout les éléments perturbateurs indochinois gagnent du terrain et deviennent la majorité »33.

Ils publient plusieurs journaux : Việt Nam Hôn (L’Âme du Viet nam), Hôn Việt Nam, Phục Quốc (Restauration nationale), An Nam Hôn (les changements de titres sont la conséquence des interdictions successives). Ils sont différents du Paria en ce qu’ils s’adressent aux seuls Vietnamiens et sont publiés en quốc ngử (transcription romanisée) ou en quôc ngu et français, le VN Hôn porte même une troisième transcription avec les caractères idéographiques chinois. Les colonnes de ces périodiques sont ouvertes même aux constitutionnalistes. À partir de 1928, une presse d’extrême gauche apparaît parallèlement, à titre d’exemples : Lao Nông (Ouvriers et Paysans) publié par le PCF à Paris, le Quốc Tế Lao Đông Vận Tải (l’Internationale des travailleurs des transports) à Marseille et au Havre. Tous ces journaux sont éphémères car ils sont frappés d’interdiction et saisis34. La plupart de ces journaux ou brochures sont expédiés par bateaux vers l’Indochine comme en témoignent les saisies par le service des Contrôles postaux, exemple dans le courant de 1927 : 781 numéros de L’Annam scolaire (édité par les étudiants annamites de Toulouse), 489 puis 993 exemplaires de La nation annamite (revue de l’assemblée générale des étudiants annamites d’Aix en Provence) ainsi que 878 Appel de Jacques Doriot à la jeunesse annamite traduit en quôc ngu35.

Lorsque Truyền retourne dans son pays en compagnie de sa femme française et de ses trois enfants, le PAI, sa presse surtout, sont animés par des jeunes étudiants tels que Tạ Thu Thâu et Trần Văn Thạch qui, sous l’influence du marxisme, vont donner une nouvelle orientation au mouvement indépendantiste Vietnamien en France36. Deux questions vont être au centre des débats surtout dans le milieu estudiantin mais en étant répercutés dans le monde du travail manuel. La première concerne le rôle des intellectuels diplômés : viennent-ils faire des études en France pour retourner dans leur pays et se cantonner dans l’exercice d’une profession qui leur donnera un statut en haut de l’échelle sociale si ce n’est même qu’ils deviendront des agents de l’administration coloniale ? Ou vont-ils se mettre au service de leur nation en contribuant à l’éducation du peuple et en participant à la lutte pour l’indépendance ? Ces questions sur le rôle de l’élite intellectuelle sont débattues dans une presse étudiante vivante en 1927 et 1928 dans deux centres principaux : Toulouse et Aix en Provence. C’est dans cette ville que se tient le Congrès des étudiants annamites en septembre 1927, une initiative des constitutionnalistes qui réunit une centaine de participants et qui établit une communication permanente entre les groupes dispersés à travers la France en même temps qu’une structure d’accueil pour tous les nombreux arrivants. C’est la mise en place d’un terrain d’expansion des idées révolutionnaires.

La deuxième question porte sur le projet révolutionnaire : va-t-il être limité à l’obtention de l’indépendance nationale ou sera-t-il élargi et prolongé par la révolution sociale qui associera le peuple à la direction des affaires ? C’est alors que la relation entre capitalisme et colonialisme est dénoncée, le second étant l’enfant du premier. Selon Tạ Thu Thâu, la bourgeoisie vietnamienne est appelée à évoluer dans l’orbite du capitalisme colonial. Cette thèse concorde avec la ligne politique « classe contre classe » du Komintern et du PCF. De façon corollaire, l’alliance avec la paysannerie est indispensable à la libération nationale et au triomphe de la révolution. À Marseille, l’étudiant en médecine Hồ Tá Khanh exhorte les étudiants et les travailleurs manuels à la bonne entente ; d’une manière générale, la nécessaire action concertée des uns et des autres est évoquée à maintes reprises

S’il est relativement aisée de s’accorder sur le premier point, le second provoque une divergence qui s’accentue et que l’on retrouve dans d’autres mouvements pour l’indépendance des pays colonisés. Au fur et à mesure que l’on s’avance dans le siècle, les positions respectives se durcissent et Nguyên Thê Truyên, à l’occasion d’un bref retour en France en 1934, est attaqué par le journal Vô Sản (Le Prolétaire, n°4, juin 1934). Publié par le PCF, le journal qualifie Truyên de « traître qui fréquente les flics, les fascistes », de surcroît il est le « valet de Bui Quang Chiêu »37.

C’est qu’entre temps des événements dramatiques se sont déroulés en Indochine en 1930 (après quelques préludes en 1929 ) : le Việt Nam Quốc Dân Đảng a provoqué une mutinerie dans la garnison coloniale de Yên Bay, tous les insurgés sont tués pendant la bataille ou sont exécutés après leur capture, tandis que ceux qui se réclament du communisme de la Troisième Internationale et que Nguyễn Aí Quốc vient d’unifier au sein du Parti communiste indochinois, ont pris la tête d’un « soulèvement de masse » dans le nord Annam et en Cochinchine. La répression fait des centaines de victimes et des milliers d’emprisonnés. À Paris, en mars et mai 1930, les militants radicaux manifestent contre la répression de Yên Bay, sur 51 Vietnamiens arrêtés lors de l’inauguration de la Maison de l’Indochine de la Cité universitaire internationale, puis devant le Palais de l’Elysée et au Mur des Fédérés, 19 sont expulsés vers l’Indochine en juin, parmi eux Tạ Thu Thâu (déjà sur des positions trotskystes), Nguyễn Văn Tạo (chargé des questions coloniales auprès du comité central du PCF).

En Cochinchine, le mot d’ordre de confiscation des terres des propriétaires fonciers locaux lancé par les communistes alarment les bourgeois possédants du parti constitutionnaliste et un premier divorce est perçu entre les modérés et les révolutionnaires. La Tribune indochinoise, porte-parole des constitutionnalistes, met alors le doigt sur la résultante des débats au sein de l’immigration en métropole : « au lieu de combattre l’impérialisme comme l’exige le principe fondamental de leur parti, les communistes s’attaquent aux riches propriétaires annamites qui se trouvent comme eux dans la même situation de conquis »38. À partir de 1930, le PCF s’engage plus à fond dans la lutte anticolonialiste notamment contre la répression en Indochine ; L’Humanité consacre un article sur ces événements presque chaque jour, tracts et meetings se multiplient. Un instituteur communiste, Jules Guieyesse, écrit une pièce en trois actes intitulée Bougre de Nhaquê, le groupe artistique prolétarien La Bellevilloise en donne une représentation en décembre 1932 devant 300 personnes. En janvier 1933, 350 personnes assistent à une deuxième représentation au Grand Orient de France, rue Cadet, elle est l’occasion de lever une souscription et de faire signer une pétition pour les emprisonnés d’Indochine. Le mois suivant la pièce est interdite de représentation à la salle des Sociétés savantes, rue Danton, sous l’égide du Secours rouge international, mais le surlendemain elle est montée au siège de la LDHC, rue Jean Dolent39.

Dans les années 1930, les prises de position sont, pour ainsi dire, nettement définies dans le champ politique de l’immigration comme dans celui de l’Indochine elle même. La courte période du Front populaire en France va encore les souligner et accentuer les clivages entre les modérés (les constitutionnalistes et autres réformistes) et les révolutionnaires, entre ceux-ci divisés entre nationalistes et partisans de l’extrême gauche, à l’intérieur de celle-ci où les staliniens et les trotskystes40. s’affrontent après une brève période d’unité d’action au sein du groupe La Lutte41. En France, un certain nombre d’étudiants sympathisent avec, voire rallient les organisations du « Front popu »42. Dans le monde des travailleurs, les rapports de police enregistrent un fait significatif : le Foyer indochinois de Dunkerque (voir supra) est l’objet de dénigrement de la part de deux Annamites qui ont ouvert un restaurant et, fait majeur, en novembre 1938, un groupe tente d’ instaurer l’auto-gestion « nous sommes Annamites, un conseil annamite, nous sommes navigateurs par conséquent ouvriers, il n’y a pas de Français , pas de patrons, c’est la classe ouvrière qui gouverne »43. En décembre 1938, le Foyer ferme ses portes définitivement.

La Seconde guerre mondiale est une étape cruciale des migrations « de masse » des Indochinois en France car, pour les mêmes raisons qu’en 1914-1918, le gouvernement français fait appel aux ressources humaines et matérielles de l’empire colonial. En 1939, le ministre des colonies E. Mandel réclame 80 000 Indochinois, en juin 1940 lorsque la France capitule devant l’Allemagne, il y en a 28 000 (8 000 tirailleurs et 20 000 ouvriers non spécialisés) arrivés sur le sol de France44. Une partie est rapatriée avant que les communications maritimes avec l’Indochine ne soient interrompues mais 15 000 connurent l’occupation allemande parfois dans de très mauvaises conditions matérielles et sanitaires (de 1939 à 1944, 595 sont décédés dont 319 de la tuberculose)45.

Psychologiquement et moralement, on imagine aisément quelles sont les effets de la débâcle et de la défaite de la « Mère France » sur ces hommes. Certains sont carrément abandonnés par leur encadrement français au moment de l’exode46, ensuite ils se retrouvent dans des camps livrés à l’oisiveté (« mère de tous les vices » comme l’on sait), après la capitulation ils sont nombreux à être sans travail et à apparaître comme des concurrents de la main d’œuvre française47. Ils assistent à l’humiliation de leurs maîtres vaincus mais aussi à la résistance qui se développe contre l’occupant ; certains d’entre eux participent à celle ci en combattant dans les maquis, ils paient l’impôt du sang ainsi que Phan Chu Trinh le rappelait aux Français vingt ans plus tôt. Les autorités virent la main du PCF et de la CGT ou encore des militants trotskystes dans les mouvements de revendications de 1945-1946 mais le commandant de la 2e légion indochinoise cantonnée à Bergerac rapporte sa conversation avec l’aumônier catholique, le RP Duu Duong, qui « avoue être absolument convaincu que l’heure a sonné pour l’Indochine de revendiquer son indépendance totale […] il ne s’est pas caché que le matin même il avait dit une messe devant les travailleurs réunis à fin que les vœux des travailleurs annamites soient exaucés ». À la Noël 1945, dix compagnies ou détachements cantonnées dans le sud-ouest de la France entreprennent une grève de la faim contre la guerre d’Indochine naissante48.

Il n’est pas jusqu’aux étudiants « sérieux » qui avaient donné la priorité à leurs études sur les activités militantes qui ne se décident à franchir le pas : en 1946, Nguyễn Ngọc Bích, promotion 1931 de l’École polytechnique, rejoint le Comité de la résistance du Nam bô (Cochinchine) contre les Français, il est capturé. Son compatriote et condisciple à Polytechnique, Hòang Xuân Hãn (promo 1930), adresse alors une lettre ouverte à ses camarades polytechniciens français où il rappelle l’enseignement de leur professeur d’Histoire « Quand vous serez officiers, ingénieurs ou administrateurs dans les colonies, n’oubliez pas qu’il y en est dont l’histoire est aussi belle que la nôtre et dont les hommes ont su défendre leur patrie avec dignité et honneur. Vous respecterez vous- mêmes en estimant et en respectant les sentiments patriotiques de de leurs habitants. L’Annam est de ces pays »49. L’ingénieur de l’École Centrale Trần Đại Nghĩa rejoignit la résistance où il devint général chargé des armements, des médecins et d’autres techniciens firent de même.

Conclusion

Selon la dialectique marxienne, le capitalisme est son propre fossoyeur en créant le prolétariat ouvrier, la même image est applicable au colonialisme. Les dominants ont besoin de travailleurs manuels et intellectuels et de soldats. De leur côté, si les dominés ont besoin de travail, ils aspirent aussi à entrer dans la modernité : ces besoins conduisent les uns et les autres à entrer en relations et à former une configuration transactionnelle. Que cela soit par contrainte ou de plein gré, les colonisés acquièrent les techniques et les savoirs qui avaient doté leurs maîtres d’une supériorité stratégique et ils les retournent contre ceux ci. Nguyễn An Ninh écrivait que « les « retours de France » avaient reçu des mains des Français même l’acte de condamnation du régime imposé par les coloniaux à l’Indochine… Ils combattent ouvertement au nom des idées humanitaires et des principes de 1789 »50. La France, plus que la Chine, fut le laboratoire de la modernisation politique et culturelle du Vietnam parce que l’immigration indochinoise fut un riche bouillon de culture. Cette histoire est simultanément celle d’un moment de la mondialisation et de la nationalisation ou indigénisation de ce même processus, les deux termes contraires d’une même dialectique.

L’ histoire des pérégrinations des colonisés dans la métropole impériale en quête de réponse aux interrogations soulevées par la domination française révèle deux faits : l’ambivalence de la culture impériale française du 20è siècle en même temps que la faculté d’adaptation des Vietnamiens à la nouvelle donne politique et culturelle qu’une puissance étrangère leur imposait. En outre, les interactions et les transactions sont un exemple pertinent pour les tenants de l’histoire croisée ou de l’histoire partagée. Elle est une sortie de l’histoire univoque des rapports colonisés-colonisateurs.

Sources

1. Les documents d’archives utilisées sont référencés dans les notes infra-paginales.

2. livres de souvenirs :

Hồ Hữu Từơng, 41 năm làm bảo (41 ans de journalisme), Saïgon.

Militant trotkyste, il échappa à l’élimination de ses camarades au Vietnam mais il mourut dans les années 1980 au moment où il était libéré d’un camp de rééducation du Vietnam socialiste.

Lê Huu Tho, Itinéraire d’un petit mandarin, Paris, 1997. Accompagna les travailleurs en France en tant qu’ interprète en 1939. Il décrit notamment l’exode de 1940.

Nhất Linh, nom de plume de Nguyễn Từơng Tam, Đi Tây (Le voyage en France). Il séjourna en France en 1930-1931 pour des études de littérature. Écrivain chef de file du mouvement littéraire et artistique Tư Lực Văn Đoàn qualifié de « romantique ». Nationaliste, il fut ministre des affaires étrangères (sans pouvoir) du gouvernement Hồ Chí Minh (1946), réfugié au Sud Vietnam, emprisonné par le gouvernement Ngô Đình Diệm, il se suicida en 1963.

Ngô Văn, Au pays de la cloche fêlée. Tribulations d’un Cochinchinois à l’époque coloniale, Paris 2000. Militant trotkyste, il échappa lui aussi au Viêt Minh et se réfugia en France en 1948.

Phan Văn Trừơng, Une histoire de conspirateurs annamites à Paris ou la vérité sur l’Indochine, rééditée par les soins de Ngô Văn en 2003, Paris.

Trần Dân Tiên, Những mẫu chuyện về họat đông cửa Hồ Chủ tịch traduit en français Avec le président Hô chi Minh, Hanoï, 1970. Écrit autobiographique de Hô chi Minh.

3. Travaux :

Đặng Hữu Thụ , Thân Thế và sự nghiệp nhà cách mạng Nguyễn Thế Truyền (La personne et l’œuvre du révolutionnaire NTT), Melun, 1993 (Contient de nombreux textes de NTT en français).

Hémery Daniel, « Du patriotisme au marxisme. L’immigration vietnamienne en France (1926-1930) », Le Mouvement social n°90, janvier-mars 1975, p. 3-54.

Huê Tâm Hô Tai, Radicalism and the Origins of the Vietnamese Revolution, Harvard University Press, 1992.

Lê Huu Khoa, Les Vietnamiens en France. Insertion et identité, Paris, 1985.

Rives Maurice, « 1939-1954, les travailleurs indochinois en France », Hommes et Migrations n°1175, avril 1994, p.24-29.

Thu Trang-Gaspard, Nhung Hoat dong cua Phan Chu Trinh (Les activités de PCT), Paris 1983.

Trần Ngươn Phiêu, Phan Văn Hùm, Texas, 2003. Hum fut un intellectuel et militant trotskyste assassiné par le Viêt Minh en 1945.

 

Notes

* Version révisée d’un article paru dans Hommes et Migrations n°1253 en 2005.

  1. R. Derderian, “ The French Conquest of Indochina and the Exile of Vietnamese prisoners”. Il cite, par exemple, 268 Annamites sont acheminés à la Guadeloupe après avoir séjourné à Toulon entre 1866 et 1873 []
  2. L’école Parangon, dépendante de l’Alliance française et installée à Joinville le Pont, était dirigée par André Salles, inspecteur des colonies retraité. Elle accueillit plusieurs jeunes Vietnamiens venus pour préparer le Brevet élémentaire et le Brevet d’enseignement primaire supérieure. Parmi eux, Nguyên Thê Truyên dont nous parlerons plus loin []
  3. Voir G. Boudarel, Phan Boi Châu et la société vietnamienne de son temps, in France-Asie n°199, 1969, ainsi que Mémoires de Phan Boi Châu, trad. et notes de G.B. in France-Asie n°194-195, 1968 []
  4. “Contribution de l’Indochine à l’effort de guerre de la métropole”, 1920, Centre des archives d’Outre-mer (CAOM), fonds Agence FOM 271. Ces chiffres sont inférieurs à ceux des Africains et même des travailleurs chinois []
  5. Phan Chu Trinh (1872-1926). Lettré, reçu aux examens avec le grade de docteur, il fit un bref passage dans le mandarinat puis il en démissionna. Il exposa ses idées dans un Mémoire sur les maux dont souffre le peuple annamite adressé au gouverneur général Paul Beau en 1906 et qui, fait remarquable, fut imprimée dans une publication officielle, le Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient (vol. 7, p.166-175) Il en appelait à la France républicaine pour qu’elle mette fin à la monarchie archaïque et au mandarinat oppressif. Il fut désormais dans le collimateur des autorités []
  6. P.V.Truong (1875-1933) d’une famille tonkinoise (nord VN) de lettrés et mandarins, il eut deux frères déportés à la Guyane pour « complot » contre les Français. Interprète , il vient en France faire des études de droit ; après sa licence il est inscrit comme avocat au barreau de Paris ; en 1922, il est docteur en droit. Il publie en 1928 sa version des événements auxquels il se trouve mêlé en France dans un livre intitulé Une histoire de conspirateurs asiatiques à Paris ou la vérité sur l’Indochine. Il retourne au Vietnam en 1928, mais c’est à Saïgon (sud VN) qu’il réside et travaille jusqu’à son retour en France de 1928 à 1930 où il incarcéré pendant neuf mois pour complot contre t’État. Il retourne à Hanoï où il semble se mettre en retrait de la politique et meurt dans la discrétion, presque dans l’oubli []
  7. Voir Hô Chi Minh, du révolutionnaire à l’icône, Payot 2003 []
  8.  Truyên (1878-1969) est issu d’une famille de lettrés et mandarins du village de Hành Thiên (nord VN). Boursier du gouvernement français, il fait des études à Toulouse et à Paris, il est ingénieur chimiste et licencié ès sciences, licencié en philosophie. Journaliste et militant politique, il prend ses distances vis à vis des communistes et rejoint la mouvance nationaliste. Sollicité par Hô Chi Minh pour devenir vice-président de la République démocratique du Vietnam en 1946, il refuse l’offre. Il se présente plusieurs fois aux élections présidentielles du Sud Vietnam sans succès. et meurt à Saïgon en 1969, la même année que Hô Chi Minh à Hanoï mais avant celui ci []
  9. Ninh (1900-1943), est originaire d’une famille de lettré de Cochinchine. Après avoir obtenu sa licence en Droit à Paris, il retourne au pays dès 1922. Journaliste (La Cloche fêlée) et pamphlétaire pugnace, il mène une action militante intense (il crée son propre parti, s’engage dans des tournées de propagande dans le delta du Mékong) qui le conduit quatre fois en prison et la cinquième fois, en 1937, au bagne de Poulo Condor où il meurt en 1943. Il lutta côte à côte avec les communistes mais n’adhéra jamais à leur parti. Inclassable idéologiquement et politiquement, admirateur de Nietzsche et d’André Gide, Ninh fait figure de révolté et de lutteur indépendant, un patriote qui met l’accent sur la révolution de la culture. Ngo Van relate sa rencontre avec Ninh dans Au pays de la …, p.111-113. Sur cette génération et Ninh en particulier voir Huê Tâm Hô Tai, Radicalism and the Origins… 1992 []
  10. Nguyên Tât Thanh se serait présenté chez le ministre des colonies Albert Sarraut comme étant Nguyên Ai Quôc. En assumant seul ce nom et tous les écrits porteurs de cette signature, Thanh aurait voulu que les autorités cessent de harceler Phan Chu Trinh []
  11. Coupure de L’Oeuvre, sans date, dans fonds Slotfom III/125, dossier 8. La police est sur les dents et le gouvernement fait surveiller non seulement le cercle de Trinh mais aussi les Malgaches et les Antillais de l’Union inter coloniale et même l’artiste-peintre japonais Kyoishi Komatsu (CAOM, Slotfom III/125) []
  12. Entretien avec le journaliste américain Stanley Karnow, Paris, années cinquante, p. 264-265 []
  13. Trân Zân Tiên, Nhung mau chuyên…, p. 12 (récit autobiographique de Hô Chi Minh) []
  14.   Note du 31.12. 1919, dossier Phan Chau Trinh, CAOM, fonds SPCE 371. [Service de protection du Corps expéditionnaire] []
  15. Lettre du 18.2.1922 citée par Thu Trang-Gaspard, Nhung hoat dong…, p. 140 []
  16. Dans Slotfom III/125/8. On ne peut que s’interroger sur le comportement de Phan Chu Trinh : était-il naïf et crédule au point de s’imaginer que les gouvernants français mettraient fin au régime colonial ou se croyait –il tenu de ménager la France par gratitude envers ceux qui l’avaient arraché au bagne et lui avaient donné refuge en France ? []
  17.  Note de l’agent Désiré du 4 janvier 1923, CAOM, Slotfom II/14 []
  18. Quôc écrivit vingt deux articles dans le journal (38 numéros de 1922 à 1926 avec un tirage passé de 2 000 à 5 000 puis 10 0000 exemplaires) qu’il illustra par des dessins et dont il assura la diffusion de façon très active []
  19. Voir sa biographie par Dang Huu Thu Thân Thê và Su Nghiêp…, Paris 1993 []
  20. Lorsqu’ils quittent la France, ces quatre « dragons », animés par une même volonté de s’opposer au régime colonial, ont une orientation politique affirmée : Trinh reste fidèle aux méthodes légales et pacifiques. Il avait demandé, en vain, la nationalité française pour bénéficier des droits de citoyen, agir librement et pour se présenter aux élections de député de la Cochinchine contre le colonialiste F. Outrey. Il met l’accent sur le travail d’éducation du peuple dans un sens républicain et démocratique. Truong intervient comme conseiller juridique en coopération avec l’avocat français Me Monin, l’ami d’A Malraux. Ils éditent le journal La Cloche fêlée où Truong traduit et publie en feuilleton (n°53 à 60) Le Manifeste communiste de K. Marx et F. Engels. Quant à Quôc, il est à Canton après avoir rallié le léninisme à Moscou en 1923 et il fonde le Viêt Nam Thanh Niên Cach mang dông chi Hôi , Association des camarades de la jeunesse révolutionnaire vietnamienne et publie le journal Thanh Niên []
  21.  Chiffres cités par Ngo Van dans Viêt Nam 1820-1945…, p. 69 []
  22.  Dans ce port, le Foyer indochinois, ouvert en 1933 sur une initiative privée, compte une centaine d’adhérents, mais lorsque le Foyer ferme en 1938, seulement une dizaine d’entre eux paient leur cotisation []
  23. Selon une note de la préfecture de police de Paris du 23 janvier 1929, qui précise que la liste est incomplète, CAOM, Slotfom III/6 []
  24. CAOM, Slotfom III/3 []
  25. CAOM, Slotfom V/12. À Marseille, en 1931, un militant critique vivement « l’indifférence de la masse des navigateurs qui ne pensent qu’à boire, manger et dormir sans se préoccuper des intérêts de leur pays opprimé par des conquérants étrangers », Slotfom III/6 []
  26. Note de l’agent Désiré du 11.23. 1924, CAOM, SlotfomII/14 []
  27. Note de l’agent Désiré du 28 juin 1927, CAOM, Slotfom III/3 []
  28. Rapport du ministre des colonies au président du conseil du 2 avril 1927, –ibid.– []
  29. En 1927, à la Chambre des députés, Léon Blum déclare « nous désirons que la législation coloniale s’achemine de plus en plus vers l’indépendance, vers le self-government comme les dominions », cité par Dang Huu Thu dans Nguyên Thê Truyên, thân thê và…, p. 38 []
  30. A. de Pouvourville qui écrit aussi sous le nom de plume Mat Gioi, était un écrivain colonial reconnu, admirateur de la philosophie taoïste et tenant de « l’impérialisme progressiste ». René Maran, administrateur des colonies originaire des Antilles, fit scandale en dénonçant la civilisation des Blancs dans Batouala auquel fut décerné le prix Goncourt en 1921 []
  31.  Le ministre des colonies au Gouverneur général de l’Indochine, 28.9.1927, CAOM, SlotfomIII/2 []
  32. Rapport du ministre des colonies au président du conseil (2.4.1927), AN, 2MIA 241 []
  33. Note du 30.11.1926, CAOM, SPCE 380 []
  34.  Les Archives nationales de France en possèdent les exemplaires enregistrés dans le fonds 7F/13409 []
  35. CAOM, SlotfomV/35-37 []
  36. Ta Thu Thâu devient le principal leader trotskyste en Indochine dans la fin des années 1930, il sera assassiné par le Viet Minh en 1945. Le passage du « patriotisme au marxisme » de 1926 à 1930 est très clairement analysé par D. Hémery dans Le Mouvement social n°90, janvier-mars 1975, p. 3-54 []
  37. CAOM, SPCE 380. Les détracteurs de Truyên saisissent alors l’opportunité de rappeler qu’il est le petit-fils d’un mandarin, vice-gouverneur de la province de Thai Binh, victime d’un attentat à la bombe perpétré en 1913 par un résistant, partisan de Phan Boi Châu []
  38. du 15 novembre 1929 []
  39. Une autre représentation était prévue à Saint Denis en présence de J. Doriot, maire de la ville, mais a-t-elle eu lieu ? CAOM, Slotfom III/140 []
  40.  En août 1932, 300 exemplaires d’un tract intitulé « la bande trotskyste jette son masque contre-révolutionnaire » sont distribués à Marseille, CAOM, Slotfom V/13. En 1936, Ngô Van Xuyêt et Luu Sanh Hanh déclarent que leur groupe était en relation avec le groupe bolchevik-léniniste de France de Me Gérard Rosenthal et de Pierre Naville, CAOM, Slotfom III/140. L’étudiant en mathématiques Hô Huu Tuong et celui en philosophie Phan Van Hum adhérent à la Ligue communiste indochinoise en relations avec le groupe des syndicalistes A. Rosmer, P. Monatte, R. Molinier et P. Franck. Voir Hô Huu Tuong, 41 nam… et la biographie de Hum par Trân Nguon Phiêu []
  41. Voir D. Hémery, Révolutionnaires vietnamiens et pouvoir colonial… []
  42. Par exemple, les archives nous apprennent qu’en 1937, deux étudiants en Droit Nguyên Huu Tho et Pham Van Bach, se voient refuser la naturalisation française à cause de leurs sympathies politiques de gauche. Dans les années 1960, le premier sera le président du Front national de libération du Sud Viet Nam et le second le président de la Cour suprême de la République démocratique du Viet Nam []
  43. CAOM, Slotfom III/50 []
  44. Plus de 16 000 d’entre eux sont employés dans les poudreries, usines d’armement et arsenaux de la marine où leurs rendements sont jugés « excellents » et même « meilleurs que celui des ouvriers français » par leurs employeurs selon le rapport de l’inspecteur des colonies Carbon-Ferrière, CAOM, Slotfom X/51 []
  45. Pour une étude globale de la question, voir M. Rives, “1939-1954, les travailleurs indochinois en France”, Hommes et Migrations, n°1175, 1994, p. 24-29 []
  46. Voir les souvenirs de Lê Huu Tho, Itinéraire d’un… []
  47. Le même problème se retrouve chez les navigateurs : à Marseille en octobre 1943, 18 sont embarqués mais 80 sont à terre et 29 ont charge de famille, épouse française et deux à quatre enfants, CAOM, Slotfom III/50 []
  48. CAOM, SlotfomX/82 []
  49. Citée intégralement par Anousheh KARVAR dans La formation des élites scientifiques et techniques étrangères à l’École polytechnique aux 19è et 20è siècles, thèse de doctorat , 1997, p. 240 []
  50. La France en Indochine, avril 1925 (un exemplaire de la brochure à la BDIC-Nanterre). Ninh eut l’idée de faire suivre le titre de son journal La Cloche fêlée de la mention “organe de propagande des idées françaises” d’après Hô Huu Tuong, 41 nam… p. 24 []