Archives par mot-clé : Pierre Brocheux

David G. Marr: Vietnam – State, War, and Revolution (1945-1946) [H-Diplo]

Marr_VietnamStateWarRevolution[ndlr] Un H-Diplo important sur le dernier ouvrage du grand historien David G. Marr. Introduction de Stein Tonnesson, analyses de Pierre Brocheux, Shawn McHale, Pham Quang Minh et Tuong Vu suivies de la réponse de l’auteur. A lire sur H-Diplo.

Vietnam: State, War, and Revolution (1945–1946) is a work of immense value for future debates about such issues, because it brings so many previously unknown facts to the table. The book is likely to attract many Vietnamese readers. Books like these cannot yet be produced by Vietnam-based Vietnamese scholars, who are not free to undertake independent research on topics of major political importance. Once Marr’s book appears in a complete and fully reliable Vietnamese translation – as Pham Quang Minh says it must – it is likely to become a work of reference in Vietnam. My hope is that it will set a standard of historical craftsmanship for future generations of Vietnamese historians (Stein Tonnesson).

Accéder aux textes (PDF) :

H-Diplo Roundtable on David G. Marr. Vietnam: State, War, and Revolution (1945-1946)
3 June 2014

 

La présence française au Viêt-Nam, réponse de Pierre Brocheux à “L’Histoire” (janvier 2014)

[ndlr] Nous publions ci-dessous le commentaire de Pierre Brocheux à propos du CR de l’exposition Indochine (Musée de l’armée) publié dans le n° 395 (janvier) de la revue L’Histoire.

J’ai sursauté en lisant le compte-rendu de l’historienne Huguette Meunier sur l’exposition “Indochine”, p.36 du dernier numéro de L’Histoire (395, janvier 2014). La dernière phrase télescope l’histoire de façon abrupte et erronée. Elle écrit : “La page française est définitivement tournée- même si subsiste à Saïgon une rue Pasteur et une rue Yersin”,  j’ai cru rêver, ….

Certes, en 1955, les troupes françaises évacuent le nord du 17ème parallèle mais les Français se replient sur le sud que l’armée française ne quittera qu’en avril 1956. En outre, l’armée laisse derrière elle environ 17 000 ressortissants français (européens, eurasiens et “Français de l’Inde” selon les termes de l’époque). Jusqu’en 1975, les grandes plantations d’hévéas (Michelin et d’autres), l’industrie automobile (Citroën pour le montage des “méharis”), les entreprises industrielles comme les Brasseries et Glacières d’Indochine, les laboratoires pharmaceutiques (Rhône Poulenc et Roussel-Uclaf) continuent de produire ; il y avait six lycées et autant d’écoles primaires (relevant de la Mission culturelle française) sans compter les établissements catholiques, les  Alliances françaises, où l’enseignement était donnée en français, tandis que des professeurs étaient détachés dans l’enseignement supérieur (médecine, sciences, lettres, écoles d’ingénieurs au centre polytechnique de Phu Tho aux portes de Saïgon).

On trouvait la même situation au Cambodge et au Laos où la France conserva des intérêts économiques et culturels importants, jusqu’en 1975. Au Laos même, à Seno, la France  conserva une base militaire aérienne jusqu’en 1963. Et figurez vous qu’à Hanoï, le lycée Albert Sarraut, n’a été fermé qu’en 1963…

Pierre Brocheux, professeur d’Histoire au lycée J-J Rousseau, à Saïgon, de 1960 à 1968.

Classe de 4e, Lycée Jean-Jacques Rousseau, Saigon. Prof. Pierre Brocheux. © AEJJR
Classe de 4e, Lycée Jean-Jacques Rousseau, Saigon, 1968. Professeur Pierre Brocheux. © AEJJR

Site de l’Amicale des anciens élèves du Lycée Chasseloup-Laubat / Jean-Jacques Rousseau (AEJJR).

David G. Marr, Vietnam. State, War and Revolution (1945-1946) – CR de lecture par Pierre Brocheux

Marr_VietnamStateWarRevolutionDavid G. Marr, Vietnam. State, War and Revolution (1945-1946), Berkeley, University of California Press, 2013, 721 p.

Dans son maître livre Vietnam 1945. A quest for Power (UCP, 1995), David Marr intitulait le dernier chapitre (8) ‘A State is born’. Le deuxième ouvrage qu’il nous propose aujourd’hui, peut être lu comme la suite. Le 2 septembre 1945, la fondation de l’État (Kiến Quốc) est proclamée en même temps que l’indépendance du Vietnam (Độc Lập). Entre la proclamation de la République démocratique du Vietnam et la tragédie meurtrière du 19 décembre 1946, qui anéantit l’espoir d’un modus vivendi franco-vietnamien, comment l’État assuma-t-il ses responsabilités ? Comment exerça-t-il son pouvoir, comment étendit-il son autorité sur un pays et une population en proie à la révolution c’est à dire à l’anarchie et au chaos ? Le Parti communiste indochinois joua–t-il un rôle déterminant dans la révolution d’août 1945 et dans l’exercice du pouvoir étatique, à l’intérieur et sur le front diplomatique ? (Question qui laisse entrevoir l’évolution post 1954). Ces interrogations tissent la trame du récit-analyse que David Marr développe dans ces 721 pages d’une admirable densité et d’un intérêt qui ne faiblit jamais.

Pour comprendre les difficultés auxquelles les dirigeants de la jeune république furent confrontés sans y avoir été préparés, il faut lire le chapitre 6 ‘Materials Dreams and Realities’ où l’auteur expose de façon claire et nuancée les attentes d’un peuple soumis depuis huit décennies à la domination étrangère :

“In times of revolution, hopes are aroused of great abundance, an end to fear about where the next meal will come from, the ability to enjoy the fruits of one’s labor, and membership in a much larger effort to create a new order of production, exchange and community welfare.  In Vietnam, material aspirations became linked with ideas of progress and modernity.  In this future life, farmers would obtain pumps, manual laborers become truck drivers, merchants offer a cornucopia of commodities at fair prices, engineers alter the physical landscape, and scientists contribute to world knowledge.

               However, revolution releases fury at those countrymen who are seen to have profited from the colonial system, who live in comfort while others starve. People subject to such accusations lose property, even their lives.  Or they may be allowed to show remorse, contribute resources to the revolution, learn the latest political slogans, and gain admission to a patriotic association.  Much depends on local circumstance. Meanwhile, everyone must face scarcities of food and other essentials, pay taxes, and accept that the country future is replete with uncertainties.  The government tries to increase output, manage some allocations, and ensure that the nascent army receives top resource priority.  Long after the events of a revolution, archive dossiers sometimes allow us to tune in on village property disputes, small scale commodity transactions, and neighborhood collection of taxes and donations” (p. 315).

Or les Vietnamiens nourrissaient leurs espoirs d’une vie meilleure dans un contexte économique, stratégique et politique extrêmement incertain et périlleux. À la fin de l’année 1944, le gouvernement général de l’Indochine prévoyait l’effondrement de l’économie pour l’année suivante, prévision confirmée par l’effroyable famine qui emporta des centaines de milliers, peut être 1 million, de vies dans le Tonkin et le Nord Annam (dans son livre 1945, David Marr est le premier qui a tenté de calculer sérieusement le nombre des victimes, p. 96-107). La complémentarité des ressources alimentaires du nord et du sud (le grenier à riz du Nam Bô) avait disparu avec la destruction quasi complète des communications et des transports ferroviaires et maritimes.

Dans le registre géopolitique internationale et asiatique en particulier, la fin de la Seconde guerre mondiale fut aussi le début du réaménagement de l’échiquier où les États Unis et l’Union soviétique s’affrontèrent pendant cinq décennies tandis que la fin des empires coloniaux occidentaux ne se déroulait pas pacifiquement. En attendant, le sort de la jeune république dépendit du partage décidée à Postdam sans consultation des peuples intéressés.

Au nord du 16ème parallèle, les troupes nationalistes chinoises chargées de désarmer les troupes japonaises, vécurent sur le pays pendant plusieurs mois ; s’étant emparé de la Banque de l’Indochine, elles privèrent l’État de ses ressources financières au moment où il en avait le plus besoin pour faire fonctionner l’appareil administratif, le système d’éducation et surtout mettre sur pieds une armée qui puisse préserver l’indépendance fraîchement acquise contre le retour offensif des Français, dès septembre 1945, dans le sud du pays.

Au sud du 16ème parallèle, les Britanniques ayant reçu la même mission que les Chinois, favorisèrent le retour des Français qui commencèrent la reconquête du Nam Bô dès octobre 1945, soustrayant le grenier à riz, vital pour la RDVN.

Sur le plan intérieur, le clivage politique entre nationalistes et communistes (une réplique de la rupture durable qui avait éclaté en Chine en 1927) resurgit après le 9 mars 1945. L’éviction du gouvernement colonial et la restauration du gouvernement monarchique avaient permis  à la mouvance politique nationaliste (Đại Việt, Quang Phục Hội, Dân Xã Hội) protégée par les Japonais, de ressurgir sur la scène publique, de s’exprimer et de se mouvoir sans entraves après sa « traversée du désert » dans la décennie 1930. La compétition entre groupes politiques et religieux étaient compliquée par les groupes ethniques des montagnes toujours jaloux de leur autonomie.

Par conséquent, le Parti communiste indochinois qui prit le pouvoir sous le couvert d’une organisation frontiste, Viet Nam Doc Lap Dong Minh Hoi (Ligue pour l’indépendance du Viet Nam) furent confronté à de nombreux facteurs potentiellement centrifuges qui lui imposaient une politique de large rassemblement. Action paradoxale en apparence puisqu’un parti communiste se présentait comme l’avant garde du prolétariat et prônait la lutte de classes, dans son essence, un parti communiste est une organisation exclusive et non inclusive.

En fait, la ligne politique définie par Ho Chi Minh en 1941, était conforme à la directive du Komintern issue du 7ème congrès de 1937 : pratiquer une politique antifasciste en Europe, anti-japonaise en Chine. Elle supposait la mise en veilleuse de la lutte des classes et de la révolution sociale. Le fait que le gouvernement de Vichy et de Tokyo avaient noué de relations de coopération, facilita l’adoption de la politique kominternienne. En revanche, l’union de toutes les forces indépendantistes ne manqua de soulever l’opposition au sein du PCI mais aussi celle des trotskystes bien implantés dans le Nam Bô (Cochinchine). Ce paradoxe, duplicité pour les adversaires, ne manqua pas d’obséder les interlocuteurs américains et les négociateurs français.

Marr invoque la faiblesse numérique du parti, 2 500 militants au maximum et les contradictions internes que la clandestinité, l‘absence de liaison entre les cellules du nord et celles du centre et du sud, les failles dans les communications entre le comité central et la base comme en témoigna l’échec de l’insurrection du Nam Ky (Cochinchine) en 1940. Le déphasage entre le nord et le sud se répercuta dans le conflit vite résorbé mais réel entre les « anciens et nouveaux Viet Minh » qui se traduisit par des frictions ou des heurts entre les Jeunesses d’Avant-garde et les Jeunesses de Salut national. L’auteur est conduit à contester le rôle dirigeant du PCI dans la révolution, il va jusqu’à nier que le parti ait programmé la prise du pouvoir ; le Parti a été entraîné par les événements plus qu’il ne les a orientés et maitrisés. En prenant le contre-pied d’une opinion établie, David Marr passe à l’extrême inverse, source de controverse.

Un parti qui vise l’hégémonie, même si ce n’est pas ouvertement, est forcément tenté par l’usage de la coercition et de la terreur, c’est l’accusation principale que les nationalistes et les trotskystes portèrent contre le Viet Minh. Si l’on se place dans cette perspective et que l’on adopte ces présupposés, la politique d’unité d’Ho Chi Minh, les avances que le Viêt Minh fit au Viêt Nam Quôc dân Dang et au Cach mang Dông minh Hôi, aux catholiques, aux caodaîstes et aux Hoa hao, n’étaient que manœuvres tactiques.

L’analyse de la période qui court de septembre 1945 à décembre 1946, nous conduit à ne pas nous contenter d’explications générales qui relèvent de la dénonciation du dessein expansionniste du communisme international. David Marr lui préfère une démarche empiriocriticiste, il a laissé de côté les idées reçues sur le communisme pour s’en tenir aux faits, « facts, facts, only facts ». Il a bénéficié d’un accès privilégié aux archives du ‘gouvernement de fait’, constitués des documents capturés par l’armée française lorsqu’elle reprit Hanoi, il y ajouta la presse vietnamienne de l’époque. Cette manne documentaire lui  permit de descendre jusqu’au niveau des villages et d’un peuple qui n’avait pas peur de s’exprimer. Toutes ces pages passent au crible la presse mais aussi les plaintes, pétitions, rapports d’enquêtes qui dénonçaient les arrestations arbitraires, les séquestrations des biens et des personnes, les exécutions sommaires autant que la corruption des nouveaux détenteurs de l’autorité. Elles nous mettent en présence d’ une véritable opinion publique. En même temps ces voix publiques témoignent d’un souffle patriotique, d’un esprit de sacrifice et d’une participation citoyenne. Les yeux d’un lecteur français voit défiler les moments exaltants et terrifiants de la révolution française.

Ni un seul appareil politique, le PCI dans ce cas, ni le seul appareil d’État d’ailleurs embryonnaire et fortement contesté parce que hérité de l’administration coloniale, et dont les communistes avaient saisi les postes-clés, là où ils eurent la possibilité, n’auraient pu tenir tête à l’armée française s’il n’ y avait pas eu la levée en masse de la population, ni le choix d’une majorité de rallier le Viet Minh (voir le chapitre 9 : Mobilizational patterns).

Je n’ai qu’un regret : David Marr à laissé de côté l’évolution socio-culturelle des années 1940-1945 qui fut celle de la maturation des esprits : progrès des connaissances modernes, redécouverte  et réappropriation du passé (en linguistique, en archéologie, en histoire et en littérature) en même temps que celle de la réflexion sur l’avenir de la nation. Ce mouvement dans la culture apparaît comme le prélude et la composante d’un soulèvement politique accompli dans une ferveur quasi unanime. Il éclaire également l’adhésion de l’intelligentsia moderniste à la révolution politique.

David Marr est visiblement convaincu que rien n’est préderminé ni fatal :

« I hope to convey the uncertainty and contingency as well as the coherency and momentum of revolutionary events in 1945-1946 » (p. 4).

C’est pourquoi David n’a pas seulement écrit un livre passionnant mais il nous donne aussi une belle leçon d’écriture de l’Histoire.

Pierre Brocheux

CR de lecture publié sur Mémoires d’Indochine avec l’aimable autorisation de l’auteur que nous remercions vivement.

* * *

Voir également sur Mémoires d’Indochine :

La présentation de l’ouvrage

Defining moments of modern Vietnam (Review)

Chizuru Namba : Français et Japonais en Indochine (1940-1945) – CR de lecture par Pierre Brocheux

Namba_FrancaisetJaponaisEnIndochineNAMBA Chizuru, Français et Japonais en Indochine (1940-1945). Colonisation, propagande et rivalité culturelle, Paris, Karthala, 2012, bibliographie, index, 279 p.

Les historiens de l’Indochine française pendant la Seconde guerre mondiale sont peu nombreux, leurs ouvrages focalisent le régime colonial (voir CR du livre de Sébastien Verney in Outre-Mers 378-379 / 2013, p. 352-354) et surtout ‘l’occupation japonaise’, en évitant de se pencher ou d’insister sur le fait singulier de la collaboration d’État entre le gouvernement général vychiste et le gouvernement impérial nippon.

Il revient à une historienne japonaise d’aborder le sujet sur son versant japonais. En fait sur les six chapitres de sa thèse, Mlle Namba Chizuru raconte et analyse la ‘cohabitation’ franco-japonaise. Son étude est originale parce qu’elle se détourne du registre politique et militaire de la période 1941-1945 pour examiner les rapports au quotidien entre les protagonistes et, volens nolens, partenaires dans un jeu qui dura jusqu’au 9 mars 1945. Mais le travail de Mlle Chizuru est novateur lorsqu’elle scrute la dimension culturelle de la cohabitation, les initiatives japonaises et leur portée.

La nature contractuelle des relations franco-japonaises leur conférait un caractère spécifique dans l’Asie du Sud-Est en guerre. Contrairement aux Indes néerlandaises, aux Philippines sous tutelle américaine, à la Malaisie et la Birmanie britanniques conquis militairement et où l’on pouvait parler d’occupation au sens fort du terme, les Japonais et les Français avaient signé des accords de coopération économique et même de défense militaire, que les uns et les autres étaient contraints de respecter.

D’où une certaine retenue de part et d’autre et des efforts réels pour relâcher les tensions et résoudre les litiges.  Bien qu’étant en position de force, les Japonais, tout en ne cessant de revendiquer l’augmentation des contributions de l’Indochine à l’effort de guerre, s’interdisaient d’outrepasser certaines limites imposées par les accords diplomatiques. L’auteure ne s’attarde pas sur ces rapports entre diplomates (il y avait un ambassadeur du Japon à Hanoï mais il avait certainement moins de poids qu’Otto Abetz à Paris), et militaires qui pratiquaient le jeu « tu me tiens, je te tiens par la barbichette ».

Dans le chapitre 3 où l’auteure aborde les « rivalités et la cohabitation au quotidien entre Français et Japonais », elle recense les frictions et les incidents qui auraient pu entraîner la rupture d’un ordre fragile. Son récit montre aussi que les dirigeants français et japonais avaient à cœur de « tenir leurs gens » .

Le sujet affiché par le titre du livre n’est abordé que dans les chapitres 4 – La propagande, enjeux et pratiques ; 5 – La politique culturelle de la France en Indochine ; 6 – Les tentatives d’implantation de la culture japonaise et la concurrence franco-japonaise.

L’engagement pris par les Japonais de respecter l’intégrité du domaine colonial français et la souveraineté de la France les obligeait à restreindre leur propagande politique. Ce fut donc par le biais de l’action culturelle que les Japonais s’adressèrent aux peuples indochinois et principalement aux nationalistes indépendantistes vietnamiens.

Il s’agissait moins de préparer l’éviction des Français que démontrer que les Japonais étaient au même niveau de développement que les Occidentaux et préfigurer l’instauration de la Sphère de Co-prospérité de la Grande Asie orientale sous la houlette du Japon impérial. Deux raisons peuvent expliquer ce choix stratégique : 1) les Japonais prétendaient que la matrice civilisationnelle chinoise était commune aux cultures vietnamienne et japonaise, théorie très contestable : la relation du Japon à la civilisation chinoise n’a jamais eu la même intensité ni la même prégnance que la relation du Viêt Nam à la Chine.  2) Au début du XXème siècle,  (1905-1908), les résistants Việt modernistes s’étaient tournés vers le Japon du Meiji pour lui emprunter une méthode de modernisation et certains y avaient séjourné et en avaient gardé le souvenir. Cela n’avait rien à voir avec une attirance pour la culture japonaise traditionnelle. Par conséquent l’action culturelle du Japon ne pouvait pas dépasser le stade de la propagande ni accomplir un dessein politique profond.

Au fond, sous forme d’expositions et de congrès scientifiques et professionnels, l’action culturelle japonaise à l’adresse de l’élite vietnamienne, s’avéra une façon de placer la culture japonaise au même rang que la française en rappelant le rôle des experts français dans la modernisation Meiji (ingénieurs, officiers, juristes) mais également l’influence de l’esthétique japonaise sur l’évolution des arts français (les peintres impressionnistes).

Sur sa lancée, l’auteure affirme que les deux colonialismes étaient semblables, l’assertion manque de pertinence et dévoile son ignorance du volet culturel de la colonisation française. Alors que, de 1911 à 1939, le Japon renforça la japonisation de l’enseignement en Corée et à Formose/Taïwan, les Français avaient imposé la transcription de la langue việt romanisée, dite quốc ngữ, dans l’enseignement franco-indigène. L’intelligentsia vietnamienne l’adopta volontairement, la modernisa et en fit l’ écriture nationale. À partir de 1916, une presse d’opinion vivante et à partir des années 1930, une littérature moderne et la création d’un vocabulaire scientifique et technique, en firent une langue de culture et d’émancipation politique.

En conclusion, la politique coloniale en matière d’enseignement n’effaça pas la personnalité culturelle des Vietnamiens, au contraire, elle la revitalisa et la mit à jour. En Indochine, les Japonais ne purent affaiblir ni effacer l’impact de la culture française qui s’exerça pendant une trentaine d’années seulement. Mais, en trois décennies, une sociogenèse et une transculturalité avaient été mises en œuvre. Ce qui fut imposé au départ, fut acceptée volontairement et intégré dans la culture nationale par les Vietnamiens eux mêmes. Ce fait rappelle l’échec des tentatives Japonaises d’évincer la langue anglaise des Philippines.

Il est certain que les agents de l’action culturelle japonaise, dont beaucoup étaient francophones, ne se firent guère d’illusions sur l’efficacité de leur efforts. Phan Văn Trường raconta une anecdote édifiante que le lettré Phan Châu Trinh rapporta d’un bref séjour au Japon : comme il avait fait part de son admiration pour le système éducatif japonais, un professeur japonais lui répondit « ce que nous avons accompli en trente année d’efforts et de persévérance, vous pourriez le faire en un temps plus court et sans difficultés parce que vous êtes protégé et soutenu par la France, une des nations les plus avancées et intelligentes d’Europe »[1].

Pierre Brocheux


[1] Tran My-Van, A Vietnamese Royal Exile in Japan: Prince Cuong De (1882-1951), London, Routledge, Routledge Studies in the Modern History of Asia 29, 2005, p. 48.

CR de lecture publié sur Mémoires d’Indochine avec l’aimable autorisation de l’auteur que nous remercions.

Christopher Goscha, Vietnam. Un état né de la guerre – CR de lecture par Pierre Brocheux

Goscha_VietnamEtatGuerre1. Goscha, Christopher, Vietnam. Un état né de la guerre. 1945-1954, Paris, A.Colin, 2011, 464 p., bibliographie sélective, index, cartes.

2. Goscha, Christopher, Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Copenhagen, NIAS Press, 2011, 564 p., 1600 entrées  + bibliographie sélective, 4 index : général , des noms, des lieux et des évènements ; 7 cartes, 12 photos.

Devient le site La guerre d’Indochine. 1945-1956. Un outil multidisciplinaire. Un outil trilingue : français, anglais, quôc ngu agrémenté d’une riche Galerie de photos dont beaucoup sont inédites.

 * * *

1. Nous disposions en français de plusieurs ouvrages sur la guerre que la France mena dans ses anciennes possessions d’Indochine. Engagée d’abord pour y restaurer  sa « souveraineté  »  elle se mua en croisade du « monde libre » contre l’expansion du communisme, qui s’interrompit par une trêve avant que les États-Unis ne prennent la tête de la croisade. Et les interventions étrangères des deux côtés des barricades ont réveillé ou perpétué d’autres antagonismes régionaux.

L’ historiographie de ce conflit était restée l’apanage des Français et des Vietnamiens. Par conséquent et longtemps, elle exprima la vision et l’interprétation des deux belligérants : du côté vietnamien elle se confondit avec la geste de la résistance à la « reconquête » et le roman national du jusqu’auboutisme unificateur. Du côté adverse elle s’exprima dans deux registres contraires : la justification de la colonisation et la défense contre « l’impérialisme soviétique », à l’opposé, le procès d’un colonialisme français rajeuni par le néo-impérialisme américain. La lutte idéologique fut en même temps une bataille des mots, par exemple l’usage courant du terme Viet Minh par les Français pour désigner leur adversaire, l’isoler et le discréditer.

Entre les deux extrêmes, des historiens français ont fait un effort sensible pour dépasser les antagonismes idéologiques, les devoirs de mémoire et les nostalgies persistantes pour se consacrer au devoir  d’histoire inspiré et guidé par la  raison critique. Les travaux du regretté Jacques Dalloz, de Philippe Devillers, du général Gras, d’Alain Ruscio, d’Hugues Tertrais, de Pierre Journoud, de Michel Bodin (et que l’on m’excuse d’en oublier d’autres) sont allés dans ce sens.

Dans la mise à jour historiographique, le regard et la réflexion des historiens étrangers est important comme il l’est dans l’historiographie de la colonisation française. Avec deux livres, Christopher Goscha qui enseigne l’histoire à l’Université du Québec à Montréal, fait faire une avancée majeure à notre connaissance d’une histoire partagée France-Vietnam.

Le premier ouvrage n’est pas une histoire classique, linéaire et événementiel du conflit qui bouleversa l’Indochine pendant neuf ans, matériellement et humainement. Christopher Goscha a choisi délibérément un traitement thématique du sujet. Le livre n’est pas construit comme une thèse, un guide de recherche ou un manuel d’enseignement. Il se présente comme un essai, un genre qui n’est pas soumis aux contraintes de la didactique ni à l’obligation d’être exhaustif dans le traitement du sujet, mais qui, en revanche, permet certaines libertés d’approche, d’interprétation voire de style d’écriture.

L’ouvrage peut apparaître comme une suite au livre que le politologue Bernard Fall  a consacré à la République démocratique du Vietnam (Le Viet Minh, A.Colin, 1960) mais il n’en est ni une variante ni une mise à jour complémentaire. Il est novateur à bien des points de vue. Tout d’abord, il nous sort du duel franco-vietnamien, plus exactement il inscrit la confrontation dans « le conflit du siècle » (le XXème) : capitalisme versus  communisme ou, si l’on préfère, démocratie libérale vs démocratie totalitaire. Il lui donne une dimension internationale jusque et y compris dans son épilogue, la Conférence de Genève en 1954. En second lieu, l’angle de vue et la perspective où se place Christopher Goscha est asiatique. Enfin cette enquête historique est menée  sur le versant interne du Parti communiste indochinois et du « camp socialiste » qui soulève des interrogations jusque là ignorées voire occultées : les buts, et les ressorts, les calculs  des pays-frères socialistes. Autant que faire se peut car l’accès à  la documentation se heurte encore à de nombreux obstacles et Goscha reconnaît honnêtement qu’il n’a pas pu consulter les archives de la RDVN.

La perspective dans laquelle l’auteur s’est placé lui a permis d’entrelacer le communisme, le nationalisme et l’internationalisme. Il aborde le point capital des relations entre les communistes vietnamiens et le Komintern puis avec la mouvance soviéto-maoïste (où j’ inclus le PCF) ; sur ce point, l‘examen des relations entre Ho Chi Minh, Staline, Mao, la position adoptée par le PCV vis à vis des Soviétiques et des Chinois au moment du conflit sino-soviétique soulèvent plus d’interrogations qu’il n’apporte de réponse.

La nouveauté du livre de Goscha est d’aborder la guerre dans sa dimension humaine, notamment le chapitre sur le traumatisme des corps et des esprits, dans tous les camps et chez tous les protagonistes, soldats et civils, combattants et prisonniers. Cette partie est inspirée par l’historiographie de la guerre moderne y compris les guerres récentes menées par les Américains. La notion de « brutalisation » et de « culture de guerre » introduites dans l’historiographie par l’Américain George Mosse et plus tardivement par le Français Stéphane Audoin-Rouzeau, apparaissent en filigrane de l’exposé de Goscha. Ce registre des souffrances humaines contient un chapitre sur la constitution d’un corps de santé militaire avec une digression sur le ralliement des élites professionnelles vietnamiennes (en l’occurrence le corps médical) à la résistance nationale.

Quels furent les ressorts de cette mobilisation générale, de cette levée en masse de la nation ? et ses limites et/ou sa décroissance ? L’enquête de Goscha permet de relativiser les proclamations unanimistes surtout à partir de l’allumage du « contre-feu nationaliste » en 1949 et sa  progression à partir de 1951. Mais on attend une réponse sur l’adhésion de certaines minorités ethniques, qu’il s’agisse des porteurs ou des combattants, lorsqu’on sait que le régiment qui vainquit les Français à That Khê-Dông Khê était composé de Tày (Thô) encadrés par des Kinh ; et qu’à Diên Biên Phu deux divisions de l’APVN étaient composées de Tày…

Le lecteur est captivé d’un bout à l’autre de sa lecture et son intérêt ne baisse à aucun moment. Le livre nous apprend beaucoup et plus, il nous donne envie d’en savoir davantage. C’est cette qualité qui me conduit à exprimer un regret et une objection. La dimension économique est absente et c’est dommage parce que, pour paraphraser un roi de France : le riz est « le nerf de la guerre » en outre dans un précédent ouvrage, Goscha traitait des connections extérieures et particulièrement du réseau thaïlandais.

Mon objection porte sur le titre, certes pertinent mais qui ne correspond pas  tout à fait à la réalité. En effet, lorsque Hô Chi Minh proclame la fondation de la République démocratique du Viet Nam il affirme «  Dôc lâp và  kiên quôc » / indépendance et restauration de  l’État.  Ses premières paroles et ses premiers gestes démontrent qu’il situe la jeune république dans la continuité avec l’état impérial et l’état colonial. Mais il est vrai que pendant neuf années de guerre « totale » (?) et le voisinage actif et interactif de la révolution communiste chinoise, l’État vietnamien n’a plus grand chose à voir avec le legs de la colonisation française ni avec les principes de la révolution française de 1789 que Hô Chi Minh évoqua dans son manifeste sur la place Ba Dinh le 2 septembre 1945. Mais la métamorphose était-elle programmée ou prédéterminée ? Ou naquit-elle de « la force des choses » qui dévie et défigure  les grands idéaux ?

2. Dans la foulée du livre précédent et toujours dans une approche globale et interdisciplinaire Christopher Goscha s’est attelé à l’édition d’un dictionnaire de la guerre d’Indochine qui est une oeuvre ambitieuse et de longue portée. Le résultat est impressionnant par son ampleur et son contenu informatif. Ce dictionnaire est l’aboutissement d’un travail de recherche qui dresse un état des lieux de notre connaissance mais ce dictionnaire ne fait pas seulement office d’aide-mémoire ou de raccourci pour aborder un thème, il offre des clés d’introduction à un sujet comme le prévoit l’auteur, il « can also provide an original way of looking at and engaging a subject intellectually » (p. 5).

Le dictionnaire a été mis récemment sur le site internet de l’UQÀM et par conséquent il est consultable en ligne, ce qui élargit considérablement son champ opérationnel. En outre et si j’ai bien compris, il est interactif et par conséquent on pourra combler les absences qui existent incontestablement dans l’édition imprimée. Mais il faudrait pour cela que la voie à suivre pour l’insertion de nouvelles entrées nous soit indiquée.

Pierre Brocheux

Céline Marangé : Pour une histoire transnationale du communisme vietnamien – Réponse à Pierre Brocheux

Marangé_CommunismeVietnamienPour une histoire transnationale du communisme vietnamien. Réponse au compte-rendu de lecture de M. Pierre Brocheux daté du 23 mai 2013.

Céline Marangé, Le communisme vietnamien, 1919-1991. Construction d’un État-nation entre Moscou et Pékin, Paris, Presses de Sciences Po, 2012, 612 pages.

Permettez-moi de répondre aux critiques qui ont été adressées à mon livre en partant de questions simples.

1. Pourquoi ne pas discuter du caractère novateur de la démarche et de l’originalité des conclusions ?

Le principal reproche adressé au livre est de ne pas être un ouvrage d’histoire sociale, ce qu’il n’a pas l’ambition d’être, et de ne pas suffisamment prendre en considération la culture confucéenne et les rapports de domination à l’œuvre dans la société coloniale. Ces deux interprétations ne sont pas dénuées d’intérêt : l’influence du confucianisme est indéniable, tandis que les inégalités de droit et l’exploitation humaine qui caractérisaient le régime colonial ont favorisé l’apparition d’idées radicales de natures diverses[1] – ce que montre le livre. Si importantes soient-elles, ces deux lectures ne sauraient tout expliquer ; elles ne suffisent pas en tout cas à expliquer la pénétration du communisme en Indochine dès le milieu des années 1920, ni son évolution ultérieure. Le glissement de la vulgate marxiste à l’interprétation culturaliste que l’on voit s’opérer depuis 20 ans a ceci de commode qu’il permet de cantonner l’histoire vietnamienne dans son cadre national et d’éluder la question des influences étrangères et des relations d’hégémonie au sein du monde communiste. Pour une raison qui m’échappe encore, le rôle du Komintern, parfaitement documenté depuis l’ouverture des archives soviétiques au début des années 1990, continue de faire l’objet de dénégations et de minimisations.

L’optique de mon livre était justement de replacer la naissance et l’évolution du communisme vietnamien dans son contexte transnational. L’approche globale qui a été la mienne n’a pas prétention à tout expliquer ; elle vient compléter d’autres interprétations qui gardent toute leur valeur. Cela étant, elle contribue indéniablement à éclairer le débat, notamment sur le rôle de la guerre froide et de la dispute sino-soviétique dans l’évolution du communisme vietnamien et des relations entre pays indochinois à partir des années 1960. La thèse centrale du livre est que le communisme vietnamien eut de moins de moins de spécificité à mesure que Hanoi s’affranchissait, à la faveur de la guerre du Vietnam, de la tutelle de Moscou et de Pékin. Il démontre, d’une part, les limites de l’influence soviétique et chinoise au Vietnam à partir de 1960, d’autre part, des phénomènes de mimétisme qui se renforcèrent avec le temps et qui sont, pour l’essentiel, liés au rôle central accordé à l’idéologie et à l’organisation dans le système communiste.

Certes le contexte régional sud-est asiatique, et non seulement indochinois, aurait pu être davantage mis en relief, en particulier en ce qui concerne les répercussions du massacre des communistes indonésiens en 1965[2]. Mais des historiens de renom comme Christopher Goscha s’étaient déjà attelés à la tâche[3]. J’ai concentré mon attention sur les relations des communistes vietnamiens avec les deux foyers du communisme mondial qu’ont été l’Union soviétique et la Chine en raison du sujet même du livre, de l’organisation pyramidale du système communiste mondial et des conditions d’émergence du communisme vietnamien, dont témoigne bien le parcours de Hồ Chí Minh de Paris à Moscou et Canton. Cependant, la principale raison était ailleurs, elle tenait à une simple constatation de bon sens : qui veut/doit mener la guerre contre des puissances aussi bien équipées que la France et les Etats-Unis doit pouvoir résister à la force de feu de l’artillerie moderne ; il a besoin d’armes, de fonds et de soutiens sur la scène internationale. Le dévouement et la disposition au sacrifice de la population, si grands, sincères (ou contraints) soient-ils, ne suffisent pas. Or ces besoins créent des relations de dépendance et offrent des moyens de pression à qui veut s’en servir.

2. Pourquoi ne pas faire part des apports historiographiques?

Les apports du livre dans la compréhension d’événements capitaux de l’histoire vietnamienne sont nombreux. Pour s’en tenir aux vingt années ayant suivi la proclamation, le 2 septembre 1945, de la République démocratique du Vietnam, on pourrait citer le désintérêt de Staline pour la cause du Vietminh au début de la guerre d’Indochine, établi à partir de sources diplomatiques françaises ; le rôle joué, en octobre 1952, par Staline et Liu Shao-qi dans le lancement de la réforme agraire et le passage à la guerre révolutionnaire que Hồ Chí Minh accepta pour obtenir des armes et poursuivre la guerre contre la France ; le retournement de Chou En-lai lors des négociations de Genève, notamment son attitude vis-à-vis de la partition du Vietnam à partir de la mi-juin 1954, mis en lumière à partir des archives des ministères français et chinois des Affaires étrangères ; les pressions exercées par Pékin sur les dirigeants nord-vietnamiens en 1963 pour les inciter à rompre leurs relations avec Moscou, telles qu’elles apparaissent dans les archives soviétiques et françaises et des documents en vietnamien ; les positions idéologiques et stratégiques des deux hommes forts de Hanoi, à la veille du déclenchement des hostilités avec les Etats-Unis en 1964, telles qu’elles ressortent des entretiens qu’ils eurent avec le communiste français Léo Figuères et les plus hauts dirigeants chinois[4].

Les deux derniers chapitres semblent trouver grâce aux yeux de P. Brocheux. C’est heureux car ils constituent le cœur de la démonstration. Ils s’interrogent, en effet, sur la ressemblance croissante du régime vietnamien au modèle soviétique initial suivant deux angles de vue complémentaires : la construction du socialisme et la construction nationale. Hanoi entretenant des relations difficiles avec Moscou et Pékin dans l’immédiat après-guerre, cette conformité ne peut être attribuée à la contrainte directe ou à des politiques d’influence. Le chapitre 8 offre une réflexion sur l’évolution des modes d’exercice du pouvoir après 1975, à partir notamment de l’étude de la réforme légale. Il démontre à la fois l’importance des processus d’emprunt et l’orthodoxie idéologique des dirigeants vietnamiens. Le chapitre 9 s’intéresse à l’évolution de la politique ethnique dans un temps plus long. Il fait apparaître des logiques de consolidation de l’État et de sécurisation des frontières, rappelant des pratiques coloniales, mais aussi des politiques ayant (eu) cours en Chine et en Union soviétique, comme la sédentarisation forcée des minorités nomades, le recours à la migration de membres de l’ethnie majoritaire, des politiques d’assimilation culturelle et la réécriture du récit des origines de façon à affirmer une identité inclusive et supranationale.

3. Pourquoi ne pas mettre en lumière la richesse et la variété des sources ?

À ce sujet, il me faut d’abord apporter une rectification. Il est inexact d’écrire que le livre n’apporte rien de neuf sur la période coloniale que j’aurais couverte en « déversant des fiches ». Je me suis appuyée, dans les premiers chapitres, sur un large éventail de sources primaires, notamment sur des mémoires, sur des documents d’archives du Komintern en russe et sur des rapports de la Sûreté conservés dans les fonds du Service de Protection du Corps Expéditionnaire du Haut-Commissariat pour l’Indochine aux archives d’Outre-mer à Aix-en-Provence. Pourquoi P. Brocheux, biographe de Hồ Chí Minh, ne s’est-il pas plutôt attaché à approfondir les discussions que j’ai prudemment engagées, à partir de nouveaux documents d’archives, sur les conditions de l’arrestation de Phan Bội Châu à Shanghai, en juin 1925, moins de deux semaines après la fondation du Thanh Niên, ou encore sur les conditions dans lesquelles s’est décidée à Moscou la création du parti, fondé à Hong Kong en février 1930, en particulier sur le fait de savoir si Hồ Chí Minh était à Moscou plutôt qu’au Siam à l’automne 1929, comme le laissent supposer les mémoires de Jeannette Veermersch et le témoignage de « retours de Russie » chinois, rapporté dans une note de la Sûreté ? Quant à la mise à l’écart de Hồ Chí Minh dans les années 1930, elle est attestée par de nombreux documents et confirmée par les études de Sophie Quinn-Judge et d’Anatoli Sokolov [5].

Au sujet des sources, je me contenterai d’ajouter que l’enquête s’appuie aussi sur le dépouillement de la presse officielle, la lecture des revues théoriques du parti et l’étude de la propagande, travail long et fastidieux effectué lors d’un séjour de deux ans au Vietnam. Je voudrais également insister sur l’importance de lire et d’étudier les écrits de la dissidence vietnamienne. De Nguyễn Minh Cần à Bùi Tín et Trần Độ, de Nguyễn Chí Thiện à Dương Thu Hương, de Vũ Thư Hiên à Bùi Ngọc Tấn, ces œuvres ont pour immense mérite de jeter une lumière crue sur les arcanes du régime et ses ressorts répressifs ou encore de porter un regard personnel sur l’expérience concentrationnaire vietnamienne. Elles constituent en soi des documents historiques, à traiter en tant que tels, avec intérêt et précaution. En quoi seraient-elles moins légitimes que les publications et hagiographies officielles ? Peut-on faire l’économie de leur lecture ? À titre de comparaison, serait-il concevable d’étudier la période stalinienne en ignorant l’œuvre et le destin, à la fois singulier et emblématique, des écrivains Varlam Chalamov, Alexandre Soljenitsyne, Vassili Grossman ou Evguenia Guinzbourg ?

Ho Chi Minh au Ve congrès du Komintern à Moscou, le 1er juillet 1924 © Agence RIA Novosti
Ho Chi Minh (assis au centre) au Ve congrès du Komintern à Moscou, le 1er juillet 1924
© Agence RIA Novosti

4. Concernant les coquilles notées par P. Brocheux, je me permets d’y répondre ainsi. Il est particulièrement ardu de n’en faire absolument aucune dans un volume qui compte 612 pages. Est-il vraiment si grave de confondre une baie et une île ? Par ailleurs, si le terme « người » signifiant « l’homme » peut être considéré comme une forme d’humilité lorsqu’il était utilisé par Hồ Chí Minh à la première personne[6], il constitue une marque de déférence participant du culte de la personnalité lorsqu’il est repris à la troisième personne et doté d’une majuscule dans la presse et la propagande. « Người » étant apparemment le nom donné aux génies dans le Vietnam ancien, cette habitude de langage pourrait, en outre, être interprétée comme une façon implicite de prêter à Hồ Chí Minh des pouvoirs surnaturels, ce qui n’aurait rien d’anodin dans un pays où le monde des morts fait intégralement partie de l’imaginaire et du quotidien des vivants[7].

Quant à Vũ Thư Hiên, il est bien le fils de Vũ Đình Huỳnh – autant pour moi. Je maintiens néanmoins que père et fils ont été arrêtés et emprisonnés en 1967. Plutôt que d’insister sur cette erreur de nom, si regrettable soit-elle, n’aurait-il pas mieux valu discuter de l’événement, proprement stupéfiant s’il était un jour avéré par des documents d’archives, que Vũ Thư Hiên relate dans ses mémoires et que le témoignage d’un haut dignitaire communiste chinois semble corroborer, à savoir le viol répété et le meurtre, en 1957, de la femme cachée de Hồ Chí Minh par le ministre de la Sécurité publique Trần Quốc Hoàn, resté en poste jusqu’en 1981 ? Nuit en plein jour, les mémoires de Vũ Thư Hiên, disponibles uniquement en vietnamien à ma connaissance, peuvent être consultés ici. L’extrait mentionné que j’ai traduit du vietnamien – et qui demeure sujet à caution – est placé en annexe du livre (pp. 536-541), de même que le décret de 1967 sur les crimes contre-révolutionnaires que j’ai découvert dans un carton non classé des archives du MAE (pp. 550-558).

5. À travers ce livre, je plaidais, en toute modestie et à l’instar d’autres jeunes historiens, pour une histoire transnationale, décloisonnée et désidéologisée du communisme vietnamien, que j’étudiais vu du haut. Ce faisant, je me suis attachée à mettre en regard des sources primaires et secondaires vietnamiennes, soviétiques, chinoises, françaises et américaines. Je cherchais, par ailleurs, dans un effort permanent de clarté, à rendre accessible à tout un chacun cette histoire complexe et controversée, en particulier la période coloniale, qui, en dépit de son importance pour la compréhension du temps présent, n’est pas suffisamment connue du public français à mes yeux. Enfin, j’avais à cœur d’incarner cette histoire en puisant dans des journaux intimes, des récits de vie et la littérature, de relater, à chaque fois que l’occasion se présentait, de quelle manière la grande Histoire avait été vécue par les simples gens et les militants, notamment par les femmes. De ces trois points de vue au moins, je ne pense pas avoir démérité.

Céline Marangé, 31/05/2013.

Docteur en science politique, Institut d’Études Politiques de Paris.

Post-doctorante en histoire russe, Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Courriel : celine.marange@univ-paris1.fr


[1] Cf. Daniel Hémery, Révolutionnaires vietnamiens et pouvoir colonial en Indochine : communistes, trotskystes, nationalistes à Saigon de 1932 à 1937, Paris, Maspéro, 1975 ; Hue-Tam Ho Tai,  Radicalism and the Origins of the Vietnamese Revolution, Cambridge, Harvard University Press, 1992 ; François Guillemot, Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie, 1938-1955, Paris, Les Indes Savantes, 2012.

[2] À ce sujet, un récent documentaire de Joshua Oppenheimer, « The Act of Killing », montre toute la cruauté et l’étendue du massacre des communistes indonésiens, en laissant surgir la parole nue des bourreaux, suivant une démarche comparable à celle du cinéaste Rithy Panh dans « S21. La machine de mort khmère rouge ».

[3] Cf. Christopher Goscha,  Thailand and the Southeast Asian Networks of the Vietnamese Revolution (1885-1954), Londres, Routledge et Curzon, 1999 et « Le Vietnam et le monde extérieur: le cas des conseillers vietnamiens au Laos », Communisme, n°80-82, 2004-2005, pp. 161-192.

[4] Des documents provenant des archives du ministère chinois des Affaires étrangères ont été traduits en anglais et mis en ligne par le Cold War International History Project du Woodrow Wilson Center à Washington. Cf. le bulletin n°16 du CWIHP, 2007-2008, accessible en cliquant sur ce lien. Les carnets de Léo Figuères peuvent être consultés aux archives du PCF à Bobigny.

[5]. Cf. Sophie Quinn-Judge, Hô Chi Minh. The Missing Years, 1919-1941, Londres, Hurst, 2002 ; Anatoli A. Sokolov, Komintern i V’etnam. Podgotovka v’etnamskih politicheskih kadrov v kommunisticheskih vuzah SSSR, 20-30-e gody. (Le Komintern et le Vietnam. La formation des cadres politiques vietnamiens dans les établissements d’enseignement supérieur soviétiques, 1920-1930), Moscou, Éditions de l’Académie des sciences de Russie, 1998, en russe.

[6] Il faut préciser ici qu’en vietnamien les pronoms personnels varient en fonction du contexte d’interlocution. Au lieu de dire « je », qui est formel, on peut se désigner comme « grande sœur », « petite sœur/petite-amie/épouse », « tante », « enfant », « maman », « amie »,  etc., en fonction de la personne à qui on s’adresse et du respect qu’on lui voue.

[7] Cf. l’ouvrage de l’anthropologue Heonik Kwon sur les âmes errantes des personnes disparues et laissées sans sépulture pendant la guerre du Vietnam : Ghosts of War in Vietnam, Cambridge, UK, Cambridge University Press, 2008.

Sébastien Verney, L’Indochine sous Vichy – CR de lecture de Pierre Brocheux

Verney_IndochineSousVichy

Réf. : Verney, Sébastien, L’Indochine sous Vichy. Entre Révolution nationale, collaboration et identités nationales 1940-1945, Paris, Riveneuve éditions, 2012, 517 p., index, bibliographie, cartes, photos, graphiques.

Après la capitulation de la France et son occupation par les Allemands, l’empire colonial français fut un enjeu de taille dans la confrontation entre le gouvernement de Vichy engagé dans la collaboration avec l’occupant allemand et la France libre dirigé par le général de Gaulle. Ce conflit prit une tournure tragique et fratricide de la Syrie-Liban à Madagascar en passant par l’Afrique occidentale et l’Afrique du nord.

Dans ce moment tragique de l’histoire impériale, l’Indochine représenta un cas singulier : des accords de coopération passés entre Vichy et Tokyo instaurèrent une cohabitation qui, par la force des choses, impliquait une collaboration d’État qui dura jusqu’au 9 mars 1945. Cet épisode fut assez gênant pour que l’historiographie française de cette période place « l’occupation » japonaise au cœur de ses ouvrages et mette entre parenthèses ou passe sous silence le modus vivendi franco-japonais qui dura quatre années. L’historien Eric Jennings fut le premier à braquer le projecteur sur le gouvernorat de l’amiral Jean Decoux ; celui ci ayant prêté allégeance au maréchal Pétain, tenta d’acclimater la « Révolution nationale » sous les tropiques. Mais Vichy sous les Tropiques (Paris, Grasset, 2004) proposait une analyse qui englobait Madagascar, la Guadeloupe et l’Indochine, l’ampleur de la saisie du sujet en diminuait forcément la profondeur.

Sebastien Verney s’en tient à l’Indochine et, en se concentrant sur elle seule, il nous donne une macrovision de son sujet. Son exposé éclaire parfaitement la situation  contradictoire où de trouvait l’amiral-gouverneur. Comment, jusqu’au 9 mars 1945, Decoux qui avait une marge de manœuvre très étroite, a-t-il fait preuve de pragmatisme pour supporter la pression permanente des Japonais et ne pas céder à toutes  leurs exigences, en espérant secrètement, ainsi que ses collaborateurs, garder l’Indochine sous la tutelle de la France jusqu’à la fin des hostilités.

L'amiral Jean Decoux (1884-1963), Gouverneur général de l'Indochine française du 25 juin 1940 au 9 mars 1945.
L’amiral Jean Decoux (1884-1963), Gouverneur général de l’Indochine française du 25 juin 1940 au 9 mars 1945. © Central-Photo-Hanoï

Decoux était le représentant d’une Révolution nationale dont il avait fait siens les objectifs et qui devait régénérer la nation française dont la santé matérielle et morale avait décliné sous la Troisième république si ce n’est la république tout court. Comment accomplir cette tache, comment adapter les valeurs et l’idéologie national-impérialiste et contre-révolutionnaire à un terreau et dans une conjoncture dont le moins que l’on puisse dire est qu’ils n’offraient, ni l’un ni l’autre, des réceptacles accueillants.

D’abord le terreau : la résistance contre la tutelle française n’avait jamais cessé depuis la conquête, elle avait même rebondi à partir des années 1929, 1930 et les années 1936, 1940 avaient été gagné par l’effervescence indépendantiste, au moins au Vietnam lorsqu’une unité armée du Quang Phuc Hôi avait accompagné l’armée japonaise pour donner l’assaut à Langson en septembre 1940, en novembre de la même année, le Parti communiste indochinois tentait une insurrection armée en Cochinchine dont les Français ne vinrent à bout qu’en avril-mai 1941.

Et la conjoncture ? La métropole impériale avait capitulé en juin 1940 devant l’Allemagne hitlérienne, la « petite guerre franco-thailandaise » de 1940-1941 avait obligé la France à céder 70 000 Km2 à la Thaïlande soutenu par le Japon. Le sort de l’imperium français dépendait désormais complètement du bon vouloir des Japonais c’est à dire du respect des accords Vichy-Tokyo ou de leur abrogation.

La fragilité et la vulnérabilité de la tutelle française à la merci des calculs et des décisions stratégiques japonaises déterminèrent la politique de Decoux qui consista à cultiver et exalter des identités nationales. Mais si le gouverneur eut soin  d’entretenir la fierté des peuples indochinois en célébrant leur passé, en donnant le maximum de lustre à leurs monarchies (viêt, khmer, lao) notamment en redorant leurs apparats, il le fit en réaffirmant la suprématie de la France et des représentants de la France. Il n’eut de cesse de rappeler les positions respectives des protagonistes, dominants et dominés, dans l’échelle de la hiérarchie politico-administrative.

Propagande en faveur du Maréchal Pétain à l'arrière de la cathédrale. Affiche de 6x8 m (source : l'Indochine hebdomadaire illustré, 1942).
Propagande en faveur du Maréchal Pétain à l’arrière de la cathédrale de Saigon. Affiche de 6×8 m (source : l’Indochine hebdomadaire illustré, 1942 repris sur le site Belle Indochine).

L’auteur a cerné et expliqué avec clarté la stratégie et la méthode Decoux, il a également détecté les effets non intentionnels (néanmoins pressentis par certains administrateurs français) de cette politique d’équilibriste : l’encadrement de la jeunesse fut l’initiative majeure, mais aussi une plus grande place faite aux Indochinois dans l’administration ; exaltation des souvenirs collectifs, cultes des héros nationaux viet par exemple. Mais il semble ramener (est-ce un effet de lecture ou une distraction de ma part ?) le soulèvement de 1945 à une création ex nihilo de ce qu’il appelle les identités. Rarement, l’auteur utilise le mot nation, pourquoi ? Il faut attendre la deuxième partie, pp. 315-411, pour que le lecteur voit surgir les identités nationales comme si elles avaient été fabriquées par l’administration vichyste. Or, les identités indochinoises s’étaient forgées au cours d’une longue histoire : un bon exemple des limites de la politique identitaire de Decoux est l’échec de la tentative de romanisation de l’écriture khmère et de la généralisation du calendrier grégorien au lieu du calendrier bouddhique. En 1945, la nation est une notion admise chez les Vietnamiens : la fameuse conférence d’Ernest Renan à la Sorbonne,  en 1882, était connue des lettrés vietnamiens contemporains. Et le diplomate Jules Harmand justifiait le morcellement du royaume vietnamien en trois pays parce  que « la nation annamite, d’une homogénéité sans exemple dans toute l’Asie  possède une unité positivement redoutable pour tout conquérant éloigné de sa base d’opérations ».

Selon l’auteur, « forger une identité nouvelle est un échec parce qu’elle rencontre les obstacles provenant du racialisme qui sous-tend la politique coloniale », certes, le racialisme est le facteur fondamental qui annule le stratagème imaginé par Decoux pour contrebalancer l’influence japonaise et pour conserver la haute main sur les populations indochinoises. La Fédération indochinoise qui fut substituée à l’Union indochinoise, outre son parfum maurrassien antijacobin, fut avant tout, le maintien du fractionnement de l’État-nation vietnamien dont Jules Harmand avait clairement énoncé l’argumentaire en 1885. Il est permis de se demander si Decoux croyait sincèrement à cette « Fédération des petites patries indochinoises et de la Grande Mère Patrie France ». Cette configuration idéologique était identique à celle qui causa le déphasage entre la politique gaullienne et la réalité du terrain.

Une affiche de propagande gaulliste dénonçant la politique de Decoux en Indochine.
Une affiche de propagande gaulliste dénonçant la politique de Decoux en Indochine. (source : http://saigon.vietnam.free.fr)

Dans le registre documentaire, l’auteur a prospecté et exploité de façon exhaustive les sources relatives au sujet, des archives nationales françaises (ANOM) à celles des pays indochinois (Hanoï, Ho Chi Minh-ville, Phnom Penh et Vietntiane), et aux sources imprimées. Sa capacité de lire le quốc ngử fut un atout pour prendre connaissance des sources primaires. La riche documentation de première main a permis à l’auteur de construire sa démonstration de façon rigoureuse et convaincante.

Mais le registre explication-interprétation se ressent de l’idée directrice qui est celle de « la fondation d’identités nouvelles » et qui laisse à penser qu’elles avaient été opérées sur une table rase. Ainsi l’auteur est conduit à écrire « L’héritage le plus probant de la politique identitaire exacerbée de Vichy, est l’adoption par les peuples indochinois d’une logique conflictuelle de surenchère ‘raciale’ » (p. 407). C’est ignorer ou oublier que la péninsule indochinoise était partagée entre des ethno-états monarchiques qui ne cessèrent de se faire la guerre et que l’impérialisme viet atteignit son expansion maximale sous le règne de Minh Mang (1820-1840). L’auteur voudrait-il faire regretter la pax gallica ? La macrovision aurait gagné à être doublée par la profondeur de champ.

Dans les détails, il est toujours possible de trouver à redire sur le vocabulaire, ou des observations comme celle ci : « Le choix vestimentaire en terre coloniale suit une logique pratique mais aussi raciale.  Si la couleur blanche est choisie pour des raisons climatiques, elle permet également de différencier le colonisateur du colonisé, rappelant la pigmentation ‘raciale’ du dominant » (note 205, p. 163). Les symboles ne rendent que partiellement compte du réel, la société vietnamienne notamment avait beaucoup évolué dans les années 1940 : les vêtements blancs étaient portés dans la vie quotidienne autant qu’à l’occasion des cérémonies funéraires, par un cyclo-pousse autant que par un agent de police ou un employé de bureau, et par une jaune ou un indien autant que par un blanc. Un historien des représentations ou qui les utilise « ne doit jamais oublier le principe de réalité ».

S’il est vrai qu’aucun livre n’est parfait, celui ci est une contribution à l’historiographie de l’Indochine contemporaine qui restera longtemps indépassable.

Pierre Brocheux

Historien franco-vietnamien, Pierre Brocheux a enseigné à Saigon entre 1960 et 1968, au plus fort de la guerre du Viêt-Nam. Il a publié plusieurs ouvrages qui font référence sur ce pays, notamment Ho Chi Minh (Payot, 2003 ; Cambridge University Press, 2007), Une histoire économique du Vietnam (Indes savantes, 2009) et Histoire du Vietnam contemporain (Fayard, 2011).

CR de lecture publié avec l’autorisation de l’auteur que nous remercions vivement.