Archives par mot-clé : Pierre Brocheux

Prix Phan Châu Trinh 2018 décerné à Pierre Brocheux et Daniel Hémery

[ndlr] Annonce sur le Prix vietnamien Phan Châu Trinh décerné le 24 mars dernier à Ho Chi Minh-Ville.

Le prix de la Fondation culturelle Phan Châu Trinh, un prix prestigieux qui récompense l’érudition vietnamienne, a été décerné cette année en Vietnamologie à MM. Pierre Brocheux et Daniel Hémery, tous deux historiens et anciens enseignants-chercheurs à l’Université Paris Diderot (connue sous le nom de Paris 7 à l’époque de leurs enseignements). Pierre Brocheux et Daniel Hémery sont les auteurs de nombreux ouvrages sur l’histoire du Viêt-Nam de la période coloniale à nos jours. Ils ont notamment co-écrit Indochine, la colonisation ambiguë (La Découverte, 2001) une référence incontournable sur la période 1858-1954. Ce prix récompense l’ensemble de leurs travaux historiques. Nous leur adressons ici nos plus chaleureuses félicitations.

Pour en savoir plus, lire leurs remerciements respectifs adressés au Comité de sélection :

Sur l’ensemble des récipiendaires du Prix en 2018 voir la page : Prix Phan Châu Trinh 2018

Pour une revue de presse sur ce prix de 2018 : MỘT SỐ TIN BÀI VỀ GIẢI THƯỞNG VĂN HÓA PHAN CHÂU TRINH LẦN THỨ XI, NĂM 2018

 

Phạm Ngọc Lân, De père inconnu. Récits sur la vie du Viêt Nam… – CR de lecture par Pierre Brocheux

Phạm Ngọc Lân, De père inconnu. Récits sur la vie du Viêt Nam de la deuxième moitié du XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2015, 441 p., photos et 69 pages de « Notes historico-géographiques et culturelles ».

PhamNgocLan_DePèreInconnu

Plusieurs livres qui relèvent du genre autobiographique et qui concernent le Viêt Nam contemporain sont apparues en France dans ces trois dernières années. Elles sont d’un intérêt inégal selon qu’ils sont étroitement égocentrés ou qu’ils s’inscrivent dans le cours de l’histoire du demi-siècle qui s’est écoulé.

Le livre de Lân se place dans la seconde catégorie, il est le récit de la recherche d’un père français dont la disparition l’a placé en porte à faux dans la société coloniale où la situation des métis était malaisée lorsque leurs pères ne les reconnaissaient pas. Cependant, Lân est adopté par l’époux vietnamien de sa mère qui l’élève comme son propre fils ; dans sa famille, il reçoit une éducation vietnamienne tout en suivant un cursus scolaire français. En cela, il est représentatif de plusieurs générations de Vietnamiens qui ont grandi dans la période coloniale .

Pendant la guerre franco-vietnamienne (1945-1954) les services sociaux qui ont la charge des Français d’Indochine ont identifié le père, un officier français tué par les Japonais à Langson le 9 mars 1945. Après les Accords de Genève qui marquent la fin de la domination française, sa mère refuse de le confier à la Fédération des Œuvres françaises pour l’Enfance indochinoise pour qu’il parte pour la France, Lân se retrouve citoyen de la République du Viêt Nam. Soi dit en passant, son cas dément la rumeur qui, aujourd’hui, ne cesse d’être colporté et selon laquelle, dans les années 1950, des enfants eurasiens furent « arrachés » à leurs mères pour être « déportés  en France ».

Dorénavant, son destin se confond avec celui de l’État sud-vietnamien où ses études supérieures lui permettent d’acquérir une situation professionnelle enviable (pharmacien et universitaire) en même temps que la guerre qui s’y déroule de 1960 à 1975, l’oblige à répondre à l’ordre de mobilisation de l’armée (« Les tourbillons de l’Histoire », p. 139-265). La défaite du Sud lui vaut d’être incarcéré dans un camp de « rééducation » pendant quatre mois, seulement quatre mois mais dans des conditions très dures (p. 281-318). Mais par chance, le fait d’avoir été identifié « fils de Français » à la veille du retrait de la France (1954-1955) – il était enseignant dans un lycée français de Saigon – lui permet d’obtenir un visa pour quitter le pays avec sa famille et lui évite l’aventure très risquée des boat people. Aujourd’hui, il vit en France sans oublier son pays, il sait maintenant qu’il ne retrouvera jamais son père parce que le dossier de celui ci a disparu des archives militaires.

Le récit de la quête du père a clairement une fonction cathartique pour Pham Ngoc Lân. Pour les historiens et les lecteurs avertis, il a une valeur documentaire indéniable. Le récit de l’auteur chemine chronologiquement et compose une succession de vignettes où l’auteur se donne la parole, la donne à sa mère ainsi qu’à son épouse. Il reproduit les lettres qu’ils s’adressent mutuellement (p. 213 et sq.), introduisant la dimension affective dans cet exercice de mémoire qu’on ne peut lire sans émotion. Il atténue la sécheresse de la chronique politique car l’auteur a été témoin s’il n’a participé au mouvement étudiant et bouddhiste contre le président Ngo Dinh Diêm(1963) et contre le général Khanh (1964).

Au fond , Lân nous parle du demi-siècle de la tragédie vietnamienne qu’il a vécu du nord au sud, en trois actes : la révolution de 1945 et la résistance contre le retour des Français (p. 23 à 55), la vie dans la République du Viêt Nam où les individus et les familles sont impliqués dans le destin collectif jusqu’à la réunification forcée et douloureuse pour un grand nombre (1975). Les pérégrinations prennent fin lorsque la recherche du père s’avère vaine (ce passé est bien révolu) mais lorsqu’une nouvelle patrie l’accueille avec sa famille et offre ses chances à la deuxième génération.

Pham Ngoc Lân est un métis qui échappe aux déchirements qu’induit sa double origine parce qu’il est profondément intégré dans la communauté vietnamienne. Sa mère, son père adoptif, sa famille ont joué un rôle intégrateur déterminant. Il y a des pages vivantes et passionnantes sur les rites (la fabrication du gâteau du Têt à la campagne), le code social (relations mère-enfant, filles-garçons). En lisant ces pages on saisit les ressorts de la résilience vietnamienne qui étonnent et rendent admiratifs les étrangers, ce que le journaliste J.-Cl. Pomonti appelle «  l’insubmersible ».

L’auteur entremêle avec conviction et vraisemblance trois registres : la description ethnographique d’une société qui n’est pas figée, qui est irréductible aux clichés de l’ethno-psychologie occidentale, la chronique des années 1950-1980 et une réflexion sur l’identité. À l’heure où il est question d’histoire partagée, connectée, les réminiscences de Pham Ngoc Lân confirment aux historiens, en particulier les contemporanéistes, qu’ils ne peuvent plus se cantonner dans une histoire nationale.

Pierre Brocheux

Image « à la une » © Pham Ngoc Lân

Pierre Brocheux : à propos de La Guerre du Vietnam sur Arte

A propos de La Guerre du Vietnam : deux films présentés sur la chaîne ARTE le mardi 14 avril 2015.

VietnamLaSaleGuerre

Les deux films ont chacun leur intérêt et leurs qualités. Le premier intitulé « la sale guerre » présente des témoignages inédits de vétérans américains, nord-vietnamiens et d’opposants au régime sud-vietnamien (dits vietcong). Mais la parole est également donnée à un ancien combattant de l’armée sud-vietnamienne. L’autre nouveauté (par rapport à d’autres films sur la guerre d’Indochine) est la vision allemande de la guerre à travers les souvenirs d’Allemands de l’Ouest et de l’Est (reporters, photographes et personnel médical du navire-hôpital affrété par l’ordre des Chevaliers de Malte).

VietnamDividedMapCependant, si l’on écoute attentivement le commentaire, on se rend compte que nous ne sommes pas encore, en 2014-2015, sortis de la tragédie vietnamienne ou plus exactement nous ne sommes pas encore détachés de la doxa anti-impérialiste (anti-américaine) des années 1960-1970.

D’un côté nous voyons l’armée américaine et de l’autre l’armée viet cong et celle du nord, le commentateur dit textuellement « après l’invasion américaine ». Le film, du moins son commentaire, exclut la partie du peuple sud-vietnamien qui ne voulait pas vivre sous un régime communiste ; cette population et l’État sud-vietnamien que les nationalistes tentèrent d’édifier maladroitement (voir la dérive autoritaire sous la présidence de Ngo Dinh Ziem), sont qualifiés de « collaborateurs, d’employés ou de richards » qui s’enfuient sur les porte-avions américains. Dans cette séquence, le commentateur enchaîne sur les boat people dont nous ne saurons pas qui ils sont ni d’où ils viennent, ni pourquoi ils fuient.

Et pourquoi avoir choisi comme témoin sud-vietnamien, un catholique (élève des Frères des écoles chrétiennes), qui est marqué par l’empreinte « colonialiste » puisqu’il fredonne une chanson tricolore ? [1]. Une façon comme une autre de le stigmatiser.

Pour tout dire, Il y avait un autre Vietnam qui n’était pas une colonie américaine et qui fut le théâtre d’une guerre civile qui avait commencé en 1945 et dans laquelle intervinrent la France puis les États-Unis. Si les communistes n’avaient pas été vainqueurs, le Sud Viêt-Nam aurait pu suivre une destinée semblable à celle de la Corée du sud.

Le second documentaire filme les négociations d’abord secrètes puis discrètes, en tous cas laborieuses, entre l’Américain Kissinger et le Vietnamien Lê Duc Tho. Elles menèrent aux accords de Paris (1973) qui permirent aux États-Unis de se désengager du ‘’bourbier’’ vietnamien.

Le deuxième film accentue l’orientation du premier puisqu’il focalise les négociations entre Nord-Vietnamiens et Américains. Comme dans les westerns on assiste à un duel Kissinger-Lê Duc Tho. Les autres sont en dehors du coup, ils sont spectateurs ou subissent passivement leur sort tout en recevant des balles perdues.

Là aussi, l’autre Vietnam n’existe pas, conclusion : il n’y a pas eu de guerre civile. Dans une version de l’histoire, les Américains ont envahi le Viêt-Nam pour le néo-coloniser, dans la version opposée, les Nord-Vietnamiens ont envahi le sud pour le communiser.

Le paradigme historiographique n’a pas changé, la « sortie de guerre » (politologues) n’a pas encore eu lieu.

Pierre Brocheux, 17/04/2015.

[1] Personnellement, je n’ai jamais entendu chanter un tel couplet car dans les écoles publiques nous chantions ‘’Maréchal nous voilà’’…

* * *

Ouvrages récents de Pierre Brocheux (en langue française) :

  • Hô Chi Minh, du révolutionnaire à l’icône, Payot, 2003.
  • Une histoire économique du Viet Nam, 1850-2007. La palanche et le camion, Les Indes savantes 2009.
  • Histoire du Vietnam contemporain. La nation résiliente, Fayard, 2011.

* * *

Pour revoir les deux reportages sur Arte+7 (liens et présentation sur Mémoires d’Indochine) :

Pierre Brocheux : L’Indochine comme sociogénèse d’une rencontre et d’une transculturation – Recension d’ouvrages

Recension de livres par l’historien Pierre Brocheux pour Outre-Mers. Revue d’Histoire. Publié avec l’autorisation de l’auteur que nous remercions.

  1. DUVAL Pierre, L’Appel de la rizière, Paris, Les Indes savantes, 2014, 242 p., cahier photos 28 p., glossaire.
  2. LE VAN HO Mireille, Des Vietnamiens dans la Grande guerre. 50.000 recrues dans les usines françaises, Paris, Vendémiaire, 2014, cahier photos 9 p.,2 cartes géographiques, bibliographie, index.
  3. GRANIER Solène, Domestiques indochinois, Paris, Vendémiaire, 2014, 221 p., bibliographie.

Le passé de l’empire colonial français continue d’intéresser les éditeurs et nous n’ avons qu’à nous en féliciter, notamment lorsqu’il s’agit du domaine très lointain de l’Extrême Orient et plus précisément de l’Indochine française. Les historiens ont changé de registres, de l’histoire politique (domination coloniale, résistances nationales) ils s’intéressent aujourd’hui à la sociogenèse née de la rencontre de sociétés étrangères les unes aux autres et à la transculturation qui en résulta.

Duval_LAppelDeLaRizière1. Le manuscrit des mémoires de Pierre Duval dormait dans les archives des Missions étrangères de Paris d’où l’éditeur Frédéric Mantienne a eu l’heureuse idée de l’extraire et de le publier. La destinée indochinoise du colon Pierre Duval tranche avec celles des planteurs d’hévéas et d’autres coloniaux (comme Le Pichon.Récits et Lettres d’Indochine, cf. la recension dans Outre-Mers, 2ème semestre 2009) dont les récits ont été publiés. Elle diffère d’abord par la durée : de 1926 à 1960 ; par son théâtre : le centre du Viêt Nam où Duval s’immergea complètement dans le milieu indigène où il fit souche en épousant une Vietnamienne. En troisième lieu, l’exploitation Duval (3.000 hectares) reposait sur la polyculture vivrière et sur l’élevage  et non sur une monoculture (riz ou hévéas ou café) ; la terre était amodiée selon la pratique locale qui associait l’affermage et le métayage, une pratique coutumière que l’on retrouvait chez les riziculteurs du delta du Mékong. Cependant Duval n’était pas un propriétaire absentéiste.

J’ajoute que ces souvenirs sont passionnants pour une quatrième raison : la concession était située dans un milieu pluriethnique : Viêt, Cham et Moï (Duval utilise ce mot qui désignait à l’époque les ethnies des hauts plateaux du centre du pays) qui fournissait la main d’œuvre au colon. Celui ci nourrissait une empathie visible pour ces populations dont il observait les mœurs et les coutumes avec une intelligence ouverte et indulgente.

Les trois décennies de colonisation (au sens propre du terme) ont valu à Duval une vie mouvementée où la crise économique des années 1930 a été suivie par la Seconde guerre mondiale (avec l’occupation japonaise devenue réelle et pesante à compter du 9 mars 1945). Puis la guerre franco-vietnamienne qui débute en 1945 et se poursuit, après les Accords de Genève par la guerre civile, place Duval dans une position périlleuse : sa concession fut attaquée par ceux que l’on appelait les Viêt Minh. Lui même fut capturé. S’il individualise et brosse, avec finesse et indulgence, les portraits de ses ravisseurs, il fait un récit sans complaisance de leur cruauté (récit de l’exécution de son fidèle assistant). Pour finir, en 1960, il dut renoncer à son exploitation lorsque le gouvernement nationaliste (du Sud Vietnam) expropria le colonat français à l’exception des grandes sociétés d’hévéaculture.

Ce témoignage est un récit d’histoire vivante qui dément les représentations souvent caricaturales dans un sens comme dans un autre de la colonisation et des coloniaux, j’entends les Français de la colonie.

* * *

2. Les ouvrages de Granier et Lê Van Ho ouvrent un chapitre neuf de l’histoire de l’empire français. Ils s’inscrivent au confluent d’actions, de revendications devrait-on dire, mémorielles (via la littérature et le cinéma) et de l’intérêt porté aux phénomènes migratoires postcoloniaux qui submergent la planète depuis une trentaine d’années, notamment ceux qui portent les migrants du Sud vers les anciennes métropoles coloniales. À l’arrière-plan, la polémique sur « la repentance coloniale » n’est pas sans influer sur l’historiographie du sujet.

des-vietnamiens-dans-la-grande-guerreLes flux migratoires nés dans la péninsule indochinois comprenait une majorité de Vietnamiens (alors désignés sous le terme d’Annamites). Ils débutèrent dès la conquête de la partie méridionale du Viêt Nam (dernier tiers du XIXème siècle) transportant de la main d’œuvre carcérale à l’île de la Réunion puis de la main d’œuvre contractuelle dans les îles du Pacifique (Nouvelles Hébrides et Nouvelle Calédonie) à partir des années 1920. La guerre de 1914-1918 détermina le gouvernement français à faire appel aux « forces de l’empire » pour reprendre les termes de l’époque. Le séjour des « travailleurs militarisés » (lính thợ), selon la terminologie officielle, ouvrit la voie à la venue d’autres travailleurs qui sont le sujet du livre de Solène Granier. Presque simultanément, les éditions Vendémiaire publiait la thèse de l’École des Chartes que Mireille Lê Van Ho avait consacré au lính thợ et qui dormait dans le silo de la BDIC à Nanterre.

* * *

La Grande guerre fut plus longue qu’on ne l’espérait et dès le début, les pertes militaires furent très lourdes du côté français tandis que la guerre prenait une tournure industrielle et que les théâtres d’opération s’étendaient au delà de l’Europe. À partir d’août 1915, les gouvernements français et britannique recrutèrent des soldats et des travailleurs dans leur possessions extérieures (Africains, Indiens, Chinois et Indochinois). C’est ainsi que plus de 90.000 Indochinois furent transportés en France, mais comme l’indique son titre, l’ouvrage ne parle que des « travailleurs militarisés », qui furent employés essentiellement à l’arrière du front, ce qui laisse supposer que les tirailleurs ne montèrent jamais en premier ligne et qu’ils furent à l’abri des coups. Il faut lire ce que le général Weygand a écrit sur la valeur des combattants indochinois pour corriger cette opinion défavorable qui traîne partout. Comme les ‘‘poilus’’ des tranchées, les 8.000 chauffeurs de camions de ravitaillement et les ambulanciers subirent les bombardements de l’artillerie allemande et un certain nombre y perdirent la vie ou rentrèrent au pays, mutilés ou psychologiquement traumatisés.

L’auteur nous propose une étude très solide du sujet, basée sur les sources d’archives métropolitaines, coloniales, politiques, militaires, diplomatiques. La documentation très riche provient aussi des périodiques, et d’une impressionnante bibliographie. La problématique de départ est pertinente, elle interroge les conceptions impériales, les conditions et les modalités de recrutement (controversés jusqu’à nos jours : volontariat réel, volontariat forcé, « immigrés de force », « rafflés », « enlevés de force »). L’essentiel est abordé dans les chapitres sur la vie quotidienne, ‘‘l’expérience ouvrière’’, ‘‘La métropole, le monde des possibles’’, ‘‘la révélation politique’’ et ‘‘l’ébranlement de l’ordre colonial’’.

Autant de pages écrites avec empathie et sans volonté de dramatiser, de peindre au noir ce qui fut un moment déterminant de la rencontre de deux peuples, deux cultures. L’auteur sait faire la part des choses dans les témoignages contradictoires où s’expriment l’étonnement, la sympathie, l’amour ou le ressentiment. C’est un moment crucial où un peuple dominé s’approprie les instruments de la domination pour les retourner contre ses maîtres. Des maîtres qui ne tinrent pas leur promesse d’émancipation en échange des sacrifices consentis par les travailleurs et les tirailleurs. Mireille Lê Van Ho nous donne en français ce que nous attendions après le livre, en anglais, de Kim Loan Vu-Hill (voir la recension dans Outre-Mers, 2012/I, p.371-372 et sur Mémoires d’Indochine). Et merci aux éditeurs de Vendémiaire !

* * *

domestiques-indochinoisLe livre de Solène Granier nous dépeint une autre catégorie socio-professionnelle de migrants indochinois : les domestiques qui accompagnèrent leurs patrons pour un temps de séjour déterminé. Leur monde n’est pas composé « d’immigrés de force » mais d’engagés sur contrat. Ce mouvement prend de l’importance entre 1920 et 1940 mais il n’atteignit jamais l’ampleur des déplacement de la Grande guerre. Dans le cas des boys et boyesses (ainsi les appelait-on, sans nuance péjorative et le terme vient des colonies ou concessions britanniques de Chine), on se retrouve dans le cas de figure colonial où le maître ou la maîtresse qui emploie le ou la domestique fait partie de la minorité coloniale dominatrice.

Par conséquent l’auteure commence par exposer et analyser les rapports patrons-domestiques dans la colonie elle-même. Ce chapitre repose essentiellement sur les textes littéraires ou de reportages, souvent anticolonialistes et qui ne reflète qu’une part de la réalité coloniale. En présentant plusieurs opinions ou témoignages de la relation maître-domestiques, l’auteure a évité de tomber dans le piège qui guette les historiens qui basent leurs travaux sur les représentations littéraires, visuelles ou autres.

Le tableau des comportements dans la colonie permet d’éclairer, en contrepoint, le milieu de la domesticité (des gens de maison, dirait-on aujourd’hui) importée en métropole. Le traitement ne semble pas être différent de celui des bonnes bretonnes ou, bien plus tard, portugaises) : il y avait de bons et de mauvais patrons, des employeurs qui respectaient le contrat d’engagement et d’autres qui le foulaient au pied. De même qu’il y avait des boys qui grugeaient leurs patrons et d’autres dont ông chủ louait l’honnêteté et la fidélité.

Le plus important ce sont les effets d’un séjour parfois assez long. La domesticité est sensible au climat social et politique dans lequel elle baigne en France comme le furent les lính th, c’est la raison pour laquelle, une minorité d’entre eux et d’entre elles choisirent de ne pas repartir dans leur pays. Les boys et boyesses ont parfaitement saisi le code relationnel de la société française dans les années 1930, les possibilités de rejeter l’autorité, de s’organiser pour « défendre leur bifteck » aussi bien que leur dignité. Si « rouspéter est bien français » les domestiques l’ont très bien saisi et ont fait de même.

Le travail de Solène Granier repose essentiellement sur les documents d’archives. Il est très intéressant, son analyse est pondérée et l’écriture est très lisible. Je n’ai qu’une remarque à faire, elle concerne la photo de couverture : la nourrice n’est pas « annamite » mais chinoise (son visage et la veste qu’elle porte aurait dû alerter le ou la maquettiste), la majorité des familles françaises employaient des Chinoises appelées A-sam (A-mah dans les colonies britanniques).

Pierre Brocheux

Jérémy Jammes, Les oracles du Cao Đài – CR de lecture par Pierre Brocheux

Jammes_LesOraclesDuCaoDaiJammes, Jérémy, Les oracles du Cao Đài. Étude d’un mouvement religieux vietnamien et de ses réseaux, Paris : Les Indes savantes, 2014, 614 p., bibliographie, index, 41 pages de documents annexes, cahier photographique de 16 p.

Cet ouvrage que je qualifierai de monumental est la transposition d’une thèse de doctorat universitaire. Il se distingue des précédents travaux (français et anglo-américains) sur le sujet parce qu’il ne le situe pas dans une perspective unique : celle de l’ethnologie ou celle de la sociologie historique. Jérémie Jammes a répondu au souhait exprimé, en 1960, par l’archéologue Bernard-Philippe Groslier de la nécessaire alliance entre l’histoire et l’ethnologie pour l’étude des pays asiatiques : lier, voire entrelacer étroitement la démarche ethnologique et celle de l’histoire.

L’auteur identifie et met en relief les trois coordonnées du Caodaïsme : celle de l’histoire en inscrivant le phénomène dans la tradition religieuse sino-viet (celle des médiums et spirites). Celle de la sociologie en décrivant et analysant les milieux socio-professionnels (la bourgeoisie citadine et rurale du Viet Nam méridional) dont il est issu, les réseaux de parentèle et de clientèle qu’il tisse ou renforce pour s’enraciner et se diffuser. Enfin, il n’oublie pas les coordonnées politiques, particulièrement le contexte de la domination coloniale française.

Loin de se contenter d’une description analytique des croyances et des cultes, il cherche à en saisir le sens : l’affirmation d’une identité originale en même temps que la revendication d’égalité avec les maîtres coloniaux. Celle-ci conduit les fondateurs, le clergé, les fidèles (dont le nombre a dépassé des centaines de milliers au lendemain de la Seconde Guerre mondiale) à calquer l’organisation ecclésiale sur celle des catholiques. Ces buts initiaux des promoteurs de la nouvelle religion ont conféré à celle-ci un caractère subversif qui a rendu ses acteurs sensibles à la tentation de l’engagement politique. D’abord contre la colonisation française puis contre l’hégémonie communiste au sein de la résistance nationale et aujourd’hui dans la nation et l’état réunifiés.

Mais Jérémy Jammes ne cantonne pas son investigation historique au passé, il la poursuit dans une histoire du temps présent de la religion caodaïste, une histoire qui se déploie dans le temps (depuis 1975) et dans l’espace des communautés nées de la dispersion consécutive à la guerre du Viêt Nam, en France, aux États Unis et en Australie. Il observe que l’expansion s’accompagne d’un aggiornamento, la religion Cao Dai est sortie de toutes les épreuves (interdictions, persécutions, répression) épurée. Elle se dépouille de l’appareil cultuel spectaculaire et accorde plus d’importance à la méditation qu’aux séances oraculaires mediumniques. Ce processus s’effectue dans une tension entre l’aspiration à l’unité et une tendance maintenue à la scissiparité, une tension entre la prétention à être marqueur d’identité (une religion nationale) en même temps qu’à acquérir une envergure universelle par l’action missionnaire.

En conclusion, pour régler son compte à l’appellation « secte politico-religieuse », vulgarisée par les auteurs français pendant et depuis la guerre franco-vietnamienne (1945-1954), l’auteur démontre que Cao Dai est une forme hybride d’alliage secte-église. Il démontre également de façon convaincante que le Caodaïsme est la résultante de deux inspirations : celle des « sociétés rédemptrices chinoises » (qui conduit à l’engagement social) et celle des mouvements occultistes occidentaux (théosophie, franc-maçonnerie, spiritisme d’Allan Kardec). L’aspect millénariste apparaît dans l’annonce de l’arrivée d’un dieu universel et non d’un bouddha maitreya.

Ce livre éclaire l’ambiguïté du moment colonial qu’on ne peut pas réduire à la seule prédation économique, à l’humiliation politique ni au choc « cataclysmique » des cultures. La colonisation du XIXème-XXème siècle installe des espaces d’interactions et de transactions où les dominés se révèlent des acteurs qui font preuve de leur capacité d’adaptation et d’évolution. Le Caodaïsme illustre ce que l’historien André Nouschi appelle « Les armes retournées ». En même temps, il s’installe sur un terrain occupé jusqu’à la fin des années 1920 par l’Église missionnaire européenne et la religion catholique avec l’objectif de les concurrencer.

Ce livre est l’aboutissement d’un travail de terrain long et patient. L’enquête a conduit l’auteur à séjourner dans une communauté caodaïste au Viet Nam, ce qui, dans les années 1990, était un exploit, compte tenu du contexte politique. Il a recueilli de nombreux entretiens sur place et outre-mer. Ces recherches sur le terrain lui ont fourni des matériaux qu’il a pu confronter avec les données archivistiques (témoignages, rapports administratifs et policiers), les sources journalistiques et les textes religieux. Chez Jérémy Jammes, le versant empirique est doublé de références théoriques (Max Weber notamment) dont il est le ban d’essai. Je considère ce travail remarquable comme étant un ouvrage de référence dans les domaines des études vietnamiennes et de l’histoire des religions asiatiques.

 Pierre Brocheux

Michel Bodin : Les Français au Tonkin 1870-1902. Une conquête difficile – CR de lecture par Pierre Brocheux

Bodin_LesFrancaisAuTonkin_1870-1902Réf. : Bodin, Michel, Les Français au Tonkin. 1870-1902. Une conquête difficile, Paris, éditions SOTECA, 2012, 297 p., cartes, bibliographie, index, glossaire.

Michel Bodin, historien du registre militaire de la guerre d’Indochine, 1945-1954 (il a publié quatre ouvrages sur le sujet), remonte dans le temps pour nous raconter la conquête et l’annexion du Tonkin par les Français. En 1802, après presque deux siècles de guerres intestines qui déchirèrent le royaume Dai Viêt, cette partie septentrionale (Bac) avait été réunie au centre (Trung) et au sud (Nam) sous l’appellation unificatrice de Viêt Nam. Cependant l’utilisation presque exclusive de la terminologie coloniale conduit l’auteur à quelques confusions.

Le plan de l’ouvrage n’est pas celui de l’exposé classique qui traiterait successivement des causes, de la stratégie et des tactiques, des forces en présence, des étapes et du dénouement. D’entrée de jeu, Michel Bodin nous conduit sur le théâtre des opérations où il décrit l’environnement naturel et humain, hostile et mortifère (climat, maladies alors que l’équipement vestimentaire, le régime alimentaire des soldats français sont totalement inadaptés) ; il nous livre le détail des armements, des méthodes de combat (guerilla, poursuites, ratissages).

Le récit est neuf lorsqu’ il aborde le choc des altérités (les apparences physiques, les coutumes, les mœurs) d’autant plus dur qu’il était difficile voire impossible de distinguer les combattants des non combattants. Des pages intéressantes sont consacrées aux visions et aux représentations réciproques qui engendrent l’étonnement, l’incompréhension, souvent le mépris des autres, plus rarement l’admiration. Les émotions qui l’emportent sur la raison sont propices à la violence et à la cruauté des uns et des autres. Ces pages correspondent à la tendance actuelle de l’historiographie de la guerre qui met l’accent sur la ‘brutalisation’.

Mais que diable ces Français allaient-ils faire dans le bourbier ‘tonkinois’ ? le lecteur ne le saura qu’à partir de la page 241 (Partie II, chapitre IV : Les étapes de la conquête). Le chapitre 1 ‘L’engrenage, 1872-1883’ débute par « Ce ne furent ni la défense des grands intérêts économiques ni la protection des chrétiens encore moins les appels au secours des descendants des Lê qui provoquèrent l’action française au Tonkin mais les conséquences des agissements de Jean Dupuis et de ses démêlés avec les autorités vietnamiennes » (p. 242). Sans représenter les « grands intérêts économiques », Jean Dupuis était indubitablement un négociant dont l’horizon était le « grand marché chinois » dont l’accès passait par le Tonkin via le Fleuve rouge. En outre, l’auteur consacre deux pages (97, 98) à ‘l’influence et l’action des milieux cochinchinois’ d’où il ressort que les groupes coloniaux établis en Cochinchine considèrent (selon l’auteur lui même) que la conquête du Tonkin doit parfaire l’opération commencée dans le sud (1858-1872).

L’aventurier et négociant Jean Dupuis, les officiers Francis Garnier et Henri Rivière apparaissent à partir de la page 242 : acteurs et victimes d’un « engrenage »… À aucun moment, l’auteur ne s’interroge sur le bien fondé de la conquête française : qui sont les agresseurs et les agressés ?

FrancisGarnier
Marie Joseph François dit Francis Garnier (1839-1873)

Sans s’engager dans une querelle nominaliste, le lecteur est en droit d’exiger de la cohérence et de la clarté terminologique Le vocabulaire de Michel Bodin sonne curieusement : les Vietnamiens ne résistent pas à la conquête, ils « s’y opposent », plus loin ils sont les « adversaires de la conquête »… Les mots ‘résistants’, ‘résistance’ ne viennent jamais sous la plume de l’auteur. Il y a pire : « l’annexion de la Cochinchine approfondit encore le fossé entre chrétiens et Annamites » (p. 70) ; « Tout le Tonkin était agité par des mouvements désagrégateurs (!). Les chrétiens victimes d’exactions, en voulaient aux Vietnamiens » (p. 100), ces chrétiens étaient-ils des Esquimaux ? « Les Annamites » deviennent des « Tonkinois » (dans la même page 243). Lorsque les Français prirent Hanoï en Novembre 1873, Michel Bodin découvre que « le nationalisme vietnamien renaissait » (p. 247).

Cette conquête « difficile » paracheva la mainmise française sur toute la péninsule indochinoise. Elle coïncida avec la création d’une entité politico-administrative baptisée Union indochinoise qui lia les trois pays (et non provinces) viêt aux royaumes cambodgien et laotien (1897). Pour des raisons politiques que les Français ne cachèrent pas, le Viêt Nam avait été, au préalable, tronçonné en entités territoriales et administratives : Cochinchine, Annam, Tonkin. Ces trois appellations sont d’origine étrangère : Annam était utilisé par les Chinois, les deux autres par les missionnaires et marchands européens. La sémantique –encore elle– dévoile les connotations politiques.

La compilation sur un sujet inédit que nous propose Michel Bodin n’est pas sans intérêt, au contraire, mais il faut lui souhaiter du succès afin que dans la réédition de son ouvrage, il refasse sa copie avec rigueur et clarté.

Pierre Brocheux

CR de lecture publié avec l’aimable autorisation de l’auteur.

 

David G. Marr: Vietnam – State, War, and Revolution (1945-1946) [H-Diplo]

Marr_VietnamStateWarRevolution[ndlr] Un H-Diplo important sur le dernier ouvrage du grand historien David G. Marr. Introduction de Stein Tonnesson, analyses de Pierre Brocheux, Shawn McHale, Pham Quang Minh et Tuong Vu suivies de la réponse de l’auteur. A lire sur H-Diplo.

Vietnam: State, War, and Revolution (1945–1946) is a work of immense value for future debates about such issues, because it brings so many previously unknown facts to the table. The book is likely to attract many Vietnamese readers. Books like these cannot yet be produced by Vietnam-based Vietnamese scholars, who are not free to undertake independent research on topics of major political importance. Once Marr’s book appears in a complete and fully reliable Vietnamese translation – as Pham Quang Minh says it must – it is likely to become a work of reference in Vietnam. My hope is that it will set a standard of historical craftsmanship for future generations of Vietnamese historians (Stein Tonnesson).

Accéder aux textes (PDF) :

H-Diplo Roundtable on David G. Marr. Vietnam: State, War, and Revolution (1945-1946)
3 June 2014

 

La présence française au Viêt-Nam, réponse de Pierre Brocheux à « L’Histoire » (janvier 2014)

[ndlr] Nous publions ci-dessous le commentaire de Pierre Brocheux à propos du CR de l’exposition Indochine (Musée de l’armée) publié dans le n° 395 (janvier) de la revue L’Histoire.

J’ai sursauté en lisant le compte-rendu de l’historienne Huguette Meunier sur l’exposition « Indochine », p.36 du dernier numéro de L’Histoire (395, janvier 2014). La dernière phrase télescope l’histoire de façon abrupte et erronée. Elle écrit : « La page française est définitivement tournée- même si subsiste à Saïgon une rue Pasteur et une rue Yersin »,  j’ai cru rêver, ….

Certes, en 1955, les troupes françaises évacuent le nord du 17ème parallèle mais les Français se replient sur le sud que l’armée française ne quittera qu’en avril 1956. En outre, l’armée laisse derrière elle environ 17 000 ressortissants français (européens, eurasiens et « Français de l’Inde » selon les termes de l’époque). Jusqu’en 1975, les grandes plantations d’hévéas (Michelin et d’autres), l’industrie automobile (Citroën pour le montage des « méharis »), les entreprises industrielles comme les Brasseries et Glacières d’Indochine, les laboratoires pharmaceutiques (Rhône Poulenc et Roussel-Uclaf) continuent de produire ; il y avait six lycées et autant d’écoles primaires (relevant de la Mission culturelle française) sans compter les établissements catholiques, les  Alliances françaises, où l’enseignement était donnée en français, tandis que des professeurs étaient détachés dans l’enseignement supérieur (médecine, sciences, lettres, écoles d’ingénieurs au centre polytechnique de Phu Tho aux portes de Saïgon).

On trouvait la même situation au Cambodge et au Laos où la France conserva des intérêts économiques et culturels importants, jusqu’en 1975. Au Laos même, à Seno, la France  conserva une base militaire aérienne jusqu’en 1963. Et figurez vous qu’à Hanoï, le lycée Albert Sarraut, n’a été fermé qu’en 1963…

Pierre Brocheux, professeur d’Histoire au lycée J-J Rousseau, à Saïgon, de 1960 à 1968.

Classe de 4e, Lycée Jean-Jacques Rousseau, Saigon. Prof. Pierre Brocheux. © AEJJR
Classe de 4e, Lycée Jean-Jacques Rousseau, Saigon, 1968. Professeur Pierre Brocheux. © AEJJR

Site de l’Amicale des anciens élèves du Lycée Chasseloup-Laubat / Jean-Jacques Rousseau (AEJJR).

David G. Marr, Vietnam. State, War and Revolution (1945-1946) – CR de lecture par Pierre Brocheux

Marr_VietnamStateWarRevolutionDavid G. Marr, Vietnam. State, War and Revolution (1945-1946), Berkeley, University of California Press, 2013, 721 p.

Dans son maître livre Vietnam 1945. A quest for Power (UCP, 1995), David Marr intitulait le dernier chapitre (8) ‘A State is born’. Le deuxième ouvrage qu’il nous propose aujourd’hui, peut être lu comme la suite. Le 2 septembre 1945, la fondation de l’État (Kiến Quốc) est proclamée en même temps que l’indépendance du Vietnam (Độc Lập). Entre la proclamation de la République démocratique du Vietnam et la tragédie meurtrière du 19 décembre 1946, qui anéantit l’espoir d’un modus vivendi franco-vietnamien, comment l’État assuma-t-il ses responsabilités ? Comment exerça-t-il son pouvoir, comment étendit-il son autorité sur un pays et une population en proie à la révolution c’est à dire à l’anarchie et au chaos ? Le Parti communiste indochinois joua–t-il un rôle déterminant dans la révolution d’août 1945 et dans l’exercice du pouvoir étatique, à l’intérieur et sur le front diplomatique ? (Question qui laisse entrevoir l’évolution post 1954). Ces interrogations tissent la trame du récit-analyse que David Marr développe dans ces 721 pages d’une admirable densité et d’un intérêt qui ne faiblit jamais.

Pour comprendre les difficultés auxquelles les dirigeants de la jeune république furent confrontés sans y avoir été préparés, il faut lire le chapitre 6 ‘Materials Dreams and Realities’ où l’auteur expose de façon claire et nuancée les attentes d’un peuple soumis depuis huit décennies à la domination étrangère :

« In times of revolution, hopes are aroused of great abundance, an end to fear about where the next meal will come from, the ability to enjoy the fruits of one’s labor, and membership in a much larger effort to create a new order of production, exchange and community welfare.  In Vietnam, material aspirations became linked with ideas of progress and modernity.  In this future life, farmers would obtain pumps, manual laborers become truck drivers, merchants offer a cornucopia of commodities at fair prices, engineers alter the physical landscape, and scientists contribute to world knowledge.

               However, revolution releases fury at those countrymen who are seen to have profited from the colonial system, who live in comfort while others starve. People subject to such accusations lose property, even their lives.  Or they may be allowed to show remorse, contribute resources to the revolution, learn the latest political slogans, and gain admission to a patriotic association.  Much depends on local circumstance. Meanwhile, everyone must face scarcities of food and other essentials, pay taxes, and accept that the country future is replete with uncertainties.  The government tries to increase output, manage some allocations, and ensure that the nascent army receives top resource priority.  Long after the events of a revolution, archive dossiers sometimes allow us to tune in on village property disputes, small scale commodity transactions, and neighborhood collection of taxes and donations » (p. 315).

Or les Vietnamiens nourrissaient leurs espoirs d’une vie meilleure dans un contexte économique, stratégique et politique extrêmement incertain et périlleux. À la fin de l’année 1944, le gouvernement général de l’Indochine prévoyait l’effondrement de l’économie pour l’année suivante, prévision confirmée par l’effroyable famine qui emporta des centaines de milliers, peut être 1 million, de vies dans le Tonkin et le Nord Annam (dans son livre 1945, David Marr est le premier qui a tenté de calculer sérieusement le nombre des victimes, p. 96-107). La complémentarité des ressources alimentaires du nord et du sud (le grenier à riz du Nam Bô) avait disparu avec la destruction quasi complète des communications et des transports ferroviaires et maritimes.

Dans le registre géopolitique internationale et asiatique en particulier, la fin de la Seconde guerre mondiale fut aussi le début du réaménagement de l’échiquier où les États Unis et l’Union soviétique s’affrontèrent pendant cinq décennies tandis que la fin des empires coloniaux occidentaux ne se déroulait pas pacifiquement. En attendant, le sort de la jeune république dépendit du partage décidée à Postdam sans consultation des peuples intéressés.

Au nord du 16ème parallèle, les troupes nationalistes chinoises chargées de désarmer les troupes japonaises, vécurent sur le pays pendant plusieurs mois ; s’étant emparé de la Banque de l’Indochine, elles privèrent l’État de ses ressources financières au moment où il en avait le plus besoin pour faire fonctionner l’appareil administratif, le système d’éducation et surtout mettre sur pieds une armée qui puisse préserver l’indépendance fraîchement acquise contre le retour offensif des Français, dès septembre 1945, dans le sud du pays.

Au sud du 16ème parallèle, les Britanniques ayant reçu la même mission que les Chinois, favorisèrent le retour des Français qui commencèrent la reconquête du Nam Bô dès octobre 1945, soustrayant le grenier à riz, vital pour la RDVN.

Sur le plan intérieur, le clivage politique entre nationalistes et communistes (une réplique de la rupture durable qui avait éclaté en Chine en 1927) resurgit après le 9 mars 1945. L’éviction du gouvernement colonial et la restauration du gouvernement monarchique avaient permis  à la mouvance politique nationaliste (Đại Việt, Quang Phục Hội, Dân Xã Hội) protégée par les Japonais, de ressurgir sur la scène publique, de s’exprimer et de se mouvoir sans entraves après sa « traversée du désert » dans la décennie 1930. La compétition entre groupes politiques et religieux étaient compliquée par les groupes ethniques des montagnes toujours jaloux de leur autonomie.

Par conséquent, le Parti communiste indochinois qui prit le pouvoir sous le couvert d’une organisation frontiste, Viet Nam Doc Lap Dong Minh Hoi (Ligue pour l’indépendance du Viet Nam) furent confronté à de nombreux facteurs potentiellement centrifuges qui lui imposaient une politique de large rassemblement. Action paradoxale en apparence puisqu’un parti communiste se présentait comme l’avant garde du prolétariat et prônait la lutte de classes, dans son essence, un parti communiste est une organisation exclusive et non inclusive.

En fait, la ligne politique définie par Ho Chi Minh en 1941, était conforme à la directive du Komintern issue du 7ème congrès de 1937 : pratiquer une politique antifasciste en Europe, anti-japonaise en Chine. Elle supposait la mise en veilleuse de la lutte des classes et de la révolution sociale. Le fait que le gouvernement de Vichy et de Tokyo avaient noué de relations de coopération, facilita l’adoption de la politique kominternienne. En revanche, l’union de toutes les forces indépendantistes ne manqua de soulever l’opposition au sein du PCI mais aussi celle des trotskystes bien implantés dans le Nam Bô (Cochinchine). Ce paradoxe, duplicité pour les adversaires, ne manqua pas d’obséder les interlocuteurs américains et les négociateurs français.

Marr invoque la faiblesse numérique du parti, 2 500 militants au maximum et les contradictions internes que la clandestinité, l‘absence de liaison entre les cellules du nord et celles du centre et du sud, les failles dans les communications entre le comité central et la base comme en témoigna l’échec de l’insurrection du Nam Ky (Cochinchine) en 1940. Le déphasage entre le nord et le sud se répercuta dans le conflit vite résorbé mais réel entre les « anciens et nouveaux Viet Minh » qui se traduisit par des frictions ou des heurts entre les Jeunesses d’Avant-garde et les Jeunesses de Salut national. L’auteur est conduit à contester le rôle dirigeant du PCI dans la révolution, il va jusqu’à nier que le parti ait programmé la prise du pouvoir ; le Parti a été entraîné par les événements plus qu’il ne les a orientés et maitrisés. En prenant le contre-pied d’une opinion établie, David Marr passe à l’extrême inverse, source de controverse.

Un parti qui vise l’hégémonie, même si ce n’est pas ouvertement, est forcément tenté par l’usage de la coercition et de la terreur, c’est l’accusation principale que les nationalistes et les trotskystes portèrent contre le Viet Minh. Si l’on se place dans cette perspective et que l’on adopte ces présupposés, la politique d’unité d’Ho Chi Minh, les avances que le Viêt Minh fit au Viêt Nam Quôc dân Dang et au Cach mang Dông minh Hôi, aux catholiques, aux caodaîstes et aux Hoa hao, n’étaient que manœuvres tactiques.

L’analyse de la période qui court de septembre 1945 à décembre 1946, nous conduit à ne pas nous contenter d’explications générales qui relèvent de la dénonciation du dessein expansionniste du communisme international. David Marr lui préfère une démarche empiriocriticiste, il a laissé de côté les idées reçues sur le communisme pour s’en tenir aux faits, « facts, facts, only facts ». Il a bénéficié d’un accès privilégié aux archives du ‘gouvernement de fait’, constitués des documents capturés par l’armée française lorsqu’elle reprit Hanoi, il y ajouta la presse vietnamienne de l’époque. Cette manne documentaire lui  permit de descendre jusqu’au niveau des villages et d’un peuple qui n’avait pas peur de s’exprimer. Toutes ces pages passent au crible la presse mais aussi les plaintes, pétitions, rapports d’enquêtes qui dénonçaient les arrestations arbitraires, les séquestrations des biens et des personnes, les exécutions sommaires autant que la corruption des nouveaux détenteurs de l’autorité. Elles nous mettent en présence d’ une véritable opinion publique. En même temps ces voix publiques témoignent d’un souffle patriotique, d’un esprit de sacrifice et d’une participation citoyenne. Les yeux d’un lecteur français voit défiler les moments exaltants et terrifiants de la révolution française.

Ni un seul appareil politique, le PCI dans ce cas, ni le seul appareil d’État d’ailleurs embryonnaire et fortement contesté parce que hérité de l’administration coloniale, et dont les communistes avaient saisi les postes-clés, là où ils eurent la possibilité, n’auraient pu tenir tête à l’armée française s’il n’ y avait pas eu la levée en masse de la population, ni le choix d’une majorité de rallier le Viet Minh (voir le chapitre 9 : Mobilizational patterns).

Je n’ai qu’un regret : David Marr à laissé de côté l’évolution socio-culturelle des années 1940-1945 qui fut celle de la maturation des esprits : progrès des connaissances modernes, redécouverte  et réappropriation du passé (en linguistique, en archéologie, en histoire et en littérature) en même temps que celle de la réflexion sur l’avenir de la nation. Ce mouvement dans la culture apparaît comme le prélude et la composante d’un soulèvement politique accompli dans une ferveur quasi unanime. Il éclaire également l’adhésion de l’intelligentsia moderniste à la révolution politique.

David Marr est visiblement convaincu que rien n’est préderminé ni fatal :

« I hope to convey the uncertainty and contingency as well as the coherency and momentum of revolutionary events in 1945-1946 » (p. 4).

C’est pourquoi David n’a pas seulement écrit un livre passionnant mais il nous donne aussi une belle leçon d’écriture de l’Histoire.

Pierre Brocheux

CR de lecture publié sur Mémoires d’Indochine avec l’aimable autorisation de l’auteur que nous remercions vivement.

* * *

Voir également sur Mémoires d’Indochine :

La présentation de l’ouvrage

Defining moments of modern Vietnam (Review)

Chizuru Namba : Français et Japonais en Indochine (1940-1945) – CR de lecture par Pierre Brocheux

Namba_FrancaisetJaponaisEnIndochineNAMBA Chizuru, Français et Japonais en Indochine (1940-1945). Colonisation, propagande et rivalité culturelle, Paris, Karthala, 2012, bibliographie, index, 279 p.

Les historiens de l’Indochine française pendant la Seconde guerre mondiale sont peu nombreux, leurs ouvrages focalisent le régime colonial (voir CR du livre de Sébastien Verney in Outre-Mers 378-379 / 2013, p. 352-354) et surtout ‘l’occupation japonaise’, en évitant de se pencher ou d’insister sur le fait singulier de la collaboration d’État entre le gouvernement général vychiste et le gouvernement impérial nippon.

Il revient à une historienne japonaise d’aborder le sujet sur son versant japonais. En fait sur les six chapitres de sa thèse, Mlle Namba Chizuru raconte et analyse la ‘cohabitation’ franco-japonaise. Son étude est originale parce qu’elle se détourne du registre politique et militaire de la période 1941-1945 pour examiner les rapports au quotidien entre les protagonistes et, volens nolens, partenaires dans un jeu qui dura jusqu’au 9 mars 1945. Mais le travail de Mlle Chizuru est novateur lorsqu’elle scrute la dimension culturelle de la cohabitation, les initiatives japonaises et leur portée.

La nature contractuelle des relations franco-japonaises leur conférait un caractère spécifique dans l’Asie du Sud-Est en guerre. Contrairement aux Indes néerlandaises, aux Philippines sous tutelle américaine, à la Malaisie et la Birmanie britanniques conquis militairement et où l’on pouvait parler d’occupation au sens fort du terme, les Japonais et les Français avaient signé des accords de coopération économique et même de défense militaire, que les uns et les autres étaient contraints de respecter.

D’où une certaine retenue de part et d’autre et des efforts réels pour relâcher les tensions et résoudre les litiges.  Bien qu’étant en position de force, les Japonais, tout en ne cessant de revendiquer l’augmentation des contributions de l’Indochine à l’effort de guerre, s’interdisaient d’outrepasser certaines limites imposées par les accords diplomatiques. L’auteure ne s’attarde pas sur ces rapports entre diplomates (il y avait un ambassadeur du Japon à Hanoï mais il avait certainement moins de poids qu’Otto Abetz à Paris), et militaires qui pratiquaient le jeu « tu me tiens, je te tiens par la barbichette ».

Dans le chapitre 3 où l’auteure aborde les « rivalités et la cohabitation au quotidien entre Français et Japonais », elle recense les frictions et les incidents qui auraient pu entraîner la rupture d’un ordre fragile. Son récit montre aussi que les dirigeants français et japonais avaient à cœur de « tenir leurs gens » .

Le sujet affiché par le titre du livre n’est abordé que dans les chapitres 4 – La propagande, enjeux et pratiques ; 5 – La politique culturelle de la France en Indochine ; 6 – Les tentatives d’implantation de la culture japonaise et la concurrence franco-japonaise.

L’engagement pris par les Japonais de respecter l’intégrité du domaine colonial français et la souveraineté de la France les obligeait à restreindre leur propagande politique. Ce fut donc par le biais de l’action culturelle que les Japonais s’adressèrent aux peuples indochinois et principalement aux nationalistes indépendantistes vietnamiens.

Il s’agissait moins de préparer l’éviction des Français que démontrer que les Japonais étaient au même niveau de développement que les Occidentaux et préfigurer l’instauration de la Sphère de Co-prospérité de la Grande Asie orientale sous la houlette du Japon impérial. Deux raisons peuvent expliquer ce choix stratégique : 1) les Japonais prétendaient que la matrice civilisationnelle chinoise était commune aux cultures vietnamienne et japonaise, théorie très contestable : la relation du Japon à la civilisation chinoise n’a jamais eu la même intensité ni la même prégnance que la relation du Viêt Nam à la Chine.  2) Au début du XXème siècle,  (1905-1908), les résistants Việt modernistes s’étaient tournés vers le Japon du Meiji pour lui emprunter une méthode de modernisation et certains y avaient séjourné et en avaient gardé le souvenir. Cela n’avait rien à voir avec une attirance pour la culture japonaise traditionnelle. Par conséquent l’action culturelle du Japon ne pouvait pas dépasser le stade de la propagande ni accomplir un dessein politique profond.

Au fond, sous forme d’expositions et de congrès scientifiques et professionnels, l’action culturelle japonaise à l’adresse de l’élite vietnamienne, s’avéra une façon de placer la culture japonaise au même rang que la française en rappelant le rôle des experts français dans la modernisation Meiji (ingénieurs, officiers, juristes) mais également l’influence de l’esthétique japonaise sur l’évolution des arts français (les peintres impressionnistes).

Sur sa lancée, l’auteure affirme que les deux colonialismes étaient semblables, l’assertion manque de pertinence et dévoile son ignorance du volet culturel de la colonisation française. Alors que, de 1911 à 1939, le Japon renforça la japonisation de l’enseignement en Corée et à Formose/Taïwan, les Français avaient imposé la transcription de la langue việt romanisée, dite quốc ngữ, dans l’enseignement franco-indigène. L’intelligentsia vietnamienne l’adopta volontairement, la modernisa et en fit l’ écriture nationale. À partir de 1916, une presse d’opinion vivante et à partir des années 1930, une littérature moderne et la création d’un vocabulaire scientifique et technique, en firent une langue de culture et d’émancipation politique.

En conclusion, la politique coloniale en matière d’enseignement n’effaça pas la personnalité culturelle des Vietnamiens, au contraire, elle la revitalisa et la mit à jour. En Indochine, les Japonais ne purent affaiblir ni effacer l’impact de la culture française qui s’exerça pendant une trentaine d’années seulement. Mais, en trois décennies, une sociogenèse et une transculturalité avaient été mises en œuvre. Ce qui fut imposé au départ, fut acceptée volontairement et intégré dans la culture nationale par les Vietnamiens eux mêmes. Ce fait rappelle l’échec des tentatives Japonaises d’évincer la langue anglaise des Philippines.

Il est certain que les agents de l’action culturelle japonaise, dont beaucoup étaient francophones, ne se firent guère d’illusions sur l’efficacité de leur efforts. Phan Văn Trường raconta une anecdote édifiante que le lettré Phan Châu Trinh rapporta d’un bref séjour au Japon : comme il avait fait part de son admiration pour le système éducatif japonais, un professeur japonais lui répondit « ce que nous avons accompli en trente année d’efforts et de persévérance, vous pourriez le faire en un temps plus court et sans difficultés parce que vous êtes protégé et soutenu par la France, une des nations les plus avancées et intelligentes d’Europe »[1].

Pierre Brocheux


[1] Tran My-Van, A Vietnamese Royal Exile in Japan: Prince Cuong De (1882-1951), London, Routledge, Routledge Studies in the Modern History of Asia 29, 2005, p. 48.

CR de lecture publié sur Mémoires d’Indochine avec l’aimable autorisation de l’auteur que nous remercions.