Archives par mot-clé : photographie

Paris, 27 avril 1975 – 3 jours avant la chute de Saigon

L’image du jour : Paris, des étudiants vietnamiens manifestent pour soutenir la République du Viêt-Nam vivant ses derniers moments.

A l’initiative de Trần Văn Bá, président de l’Association Générale des Etudiants Vietnamiens de Paris, « Une journée pour la terre natale » (« Một ngày cho quê hương »), dédiée aux événements historiques qui se déroulent au Viêt-Nam est programmée le 27 avril 1975 alors que le Sud Viêt-Nam s’effondre. Une marche silencieuse est organisée pour célébrer le sacrifice des soldats du Sud morts dans la guerre civile qui oppose le Sud et le Nord Viêt-Nam. La marque du deuil est évoquée par le bandeau blanc porté par les manifestants et les banderoles noires qui indiquent en lettres blanches : « Grande journée de deuil », « Honneur à nos soldats morts pour la liberté »…

Quelques trois cents étudiants vietnamiens des facultés du Quartier Latin, d’Orsay et de Nanterre convergent vers la Sorbonne. Le défilé  démarre de la Résidence universitaire Lutèce dans le 5e arrondissement, passe rue Gay Lussac (d’où est prise la photo par l’étudiant Trần Đình Thục) pour se rendre place de la Concorde. La marche silencieuse traverse le jardin du Luxembourg, se poursuit rue d’Assas où est localisée l’ambassade de la République du Viêt-Nam puis rejoint le Sénat. A proximité de l’ambassade américaine des slogans sont scandés : « A bas les Américains”, “A bas les communistes vietnamiens” …

Dans le quartier du Sénat, les étudiants vietnamiens manifestent dans une certaine tension craignant d’être pris à partie par les deux jeunesses françaises aux positions radicales opposées et prêtent à en découdre : l’extrême-gauche soutenant la lutte contre la guerre du Viêt-Nam et favorable au Viêt-Công et à Hanoi et l’extrême-droite, anticommuniste, soutenant l’intervention américaine et le régime de Saigon. Les jeunes vietnamiens qui défilent possèdent leur propre vision du conflit loin des extrêmes et des totalitarismes.

Après la chute de Saigon, le cliché de Trần Đình Thục est tombé dans l’oubli. En 2014, soit 39 ans après, l’écrivain Huy Phương publiait aux Etats-Unis un carnet de souvenirs liés au 30 avril 1975 avec en couverture la photo de Thục. De nouveau mise à l’honneur par l’édition de ce livre, Trần Đình Thục décide de l’offrir et de la dédicacer à la communauté vietnamienne exilée de Little Saigon en Californie. Une façon de dire à tous ceux qui souhaitent l’avènement d’un Viêt-Nam libre et démocratique : « Nous sommes toujours là » (Chúng ta vẫn còn đây).

FG


Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

Pour en savoir plus :

Le lourd silence de la mer vietnamienne : « La mer morte » de Nguyên Công Nhân

Art et autoritarisme ne font pas bon ménage en République socialiste du Viêt-Nam. Une œuvre et son auteur ont fait l’objet d’une confiscation et d’une sanction disciplinaire de la part de l’Association des Lettres et Arts de la province de Tra Vinh dans le sud du pays. L’œuvre picturale incriminée, intitulée « La mer morte » de l’artiste Nguyên Công Nhân, fait référence au scandale écologique de la pollution maritime de la société taïwanaise Formosa. C’est un tableau figuratif comme il en existe des milliers d’autres… mais celui-ci déclenche une gêne, une inquiétude, un brouillage entre rêve et réalité, un dialogue silencieux entre ciel et mer.

On observe au premier plan une femme ramassant des poissons morts, une image directement inspirée d’une photographie prise lors de la pollution maritime au Centre du Viêt-Nam1. L’image de cette femme accroupie occupe une grande partie du tableau. Au second plan, on distingue nettement en haut à gauche une forme allongée : une jeune femme vêtue de blanc, couleur de la mort, semble flotter sur les eaux. Le symbole est fort, le cadavre fantomatique de l’océan. De l’image se dégage une impression de silence puis de malaise. L’océan habité par la mort déverse son chargement de poissons morts que cette femme, les yeux baissés, récupère… dubitative. Elle est plongée dans ses pensées et ne paraît pas se rendre compte du danger qui l’a déjà enveloppée. La mort est là, dans un bleu vert envahissant, conférant une unité de ton et de couleur au tableau.

La position de la jeune fille morte est particulièrement frappante. Son cadavre flotte dans la partie gauche du tableau, derrière le chapeau conique, comme si il était intégré dans les pensées de la femme de pêcheur. Qui est cette femme ? Est-ce la fille de la femme au chapeau conique ? Positionné horizontalement, le corps ne brise pas la ligne d’horizon. Seule la tête, oreilles dégagées et cheveux noirs plongés dans l’eau, apparaissent. Le reste du corps est comme recouvert d’un linceul blanc. Un croissant de lune éclaire la scène renforçant le caractère funèbre de l’œuvre.

« Biển chết » du peintre Nguyễn Nhân © DR

Les autorités n’ont pas apprécié cette charge à la fois symbolique et politique. Le 1er juin 2017, l’Association des Lettres et des Arts de Tra Vinh émanation du Comité populaire de Tra Vinh (et donc instance de l’Etat-Parti au niveau local) publiait une Décision disciplinaire contre l’artiste. Ce dernier recevait un avertissement doublé d’une mise à l’épreuve d’un an. En outre, le troisième prix qu’il avait reçu en 2016 de la province de Tra Vinh pour cette œuvre lui fut retiré et l’artiste fut sommé de rembourser les gratifications et récompenses liées à ce prix. Officiellement la raison de cette confiscation et de cette mesure disciplinaire ne serait liée qu’à un non respect du droit d’auteur et non à un quelconque tabou lié à l’affaire Formosa. Or, pour l’artiste, il s’agit bien d’une censure a posteriori. L’autorisation d’exposer avait été donnée par l’Association des Lettres et Arts du Viêt-Nam après un contrôle effectif. De plus, l’auteur de la photographie n’avait pas porté plainte contre l’artiste pour cette œuvre dérivée. Réfutant toute violation de droits d’auteurs l’artiste défend son droit à l’adaptation à partir d’une photo de presse :

« J’insiste, j’ai seulement emprunter cette image pour composer un travail pictural personnel et je n’ai pas juste recopié l’image. Cette photo que j’ai trouvé dans la presse représente une femme de pêcheur ramassant chaque poisson mort échoué sur la plage, alors que dans ma peinture il y a aussi une jeune fille morte sous un clair de lune au milieu de l’océan. Ces deux images sont complètement différentes. Donc, on « m’oblige » à dire que j’ai violé le droits d’auteur alors que je ne l’ai pas fait. Je suis prêt à rendre le prix, mais je n’accepte pas cette accusation de violation du droit d’auteur. »2.

Le 3 juillet prochain, l’Association des Lettres et des Arts de Tra Vinh doit organiser une conférence de presse au sujet de cette affaire qui secoue le monde des artistes. Et ce d’autant plus que l’Association des Lettres et des Arts du Viêt-Nam (au niveau national) a condamné l’acte confiscatoire, jugé contraire à la loi, de sa filiale de Tra Vinh.

Nous avons, vu de France, peu l’occasion de connaître les œuvres récentes liées au drame de Formosa. L’occasion nous est donné par cette mesure disciplinaire. Rien de mieux pour un auteur qu’une publicité de cet ordre pour donner résonance à son œuvre. C’est chose faite.

FG, 01/07/2017.

En haut : la photographie publiée dans le quotidien Thanh Niên et en bas : l’interprétation artistique de Nguyên Nhân © DR

Pour en savoir plus :

L’artiste (au milieu) et son tableau © VnExpress

Notes

  1. Cette inspiration non dissimulée a servi de prétexte pour attaquer l’artiste pour non respect des droits d’auteurs []
  2. Lùm xùm “án kỷ luật” đối với tác giả bức tranh “Biển chết” ở Trà Vinh, Dân Tri, 29/06/2017 []

Les premiers photographes au Viêt Nam [parution]

[ndlr] Présentation de l’éditeur.

En coédition avec l’Académie des sciences d’outre-mer

Sous la direction de Loan de Fontbrune

Cet ouvrage est le fruit d’une rencontre : celle de photographes français précurseurs de leur art avec le Viêt Nam du XIXe siècle. Cochinchine, Tonkin, Annam : des régions alors méconnues dont Gsell, Hocquard, Dieulefils… sauront saisir avec acuité la société aujourd’hui disparue.

Les bords de la Rivière de Saïgon en 1880, l’empereur Thành Thái vers 1897, le tombeau du roi Thiêu Tri… Au fil de cent cinquante et une photographies réunies pour la première fois par l’Académie des sciences d’outre-mer, c’est à un voyage dans le temps que nous voici conviés à travers l’objectif de ces précurseurs.

Un voyage dans le temps passé que les chercheurs du temps présent ont su, avec passion, réveiller pour nous, confirmant au passage que le pouvoir mystérieux de la photographie demeure intact…

Source : Riveneuve

L’ Académie des sciences d’outre-mer et les éditions Riveneuve feront une présentation du livre
Les premiers photographes au Việt Nam

 le jeudi 10 décembre à 17 h 30 
à l’Académie des sciences d’outre-mer
15, rue La Pérouse
75016 PARIS
(sur invitation)

Thy Phu : Diasporic Vietnamese Family Photographs, Orphan Images, and the Art of Recollection

[ndlr] Signalement d’un article paru dans Trans Asia Photography Review (Volume 5, Issue 1: Photography and Diaspora, Guest Edited by Anthony W. Lee, Fall 2014). Un numéro entièrement dédié à l’étude de la photographie asiatique de plusieurs diasporas. Il explore le travail et les réflexions d’artistes sur la mémoire. Nous remercions Caroline Grillot pour nous avoir signalé cette édition en ligne.

DinhQLe_CrossingTheFartherShore_2014
Dinh Q. Lê, detail from Crossing the Farther Shore, 2014 © Nash Baker and the Rice Gallery, Houston.

Nathalie Huynh Chau Nguyen yearns for a box of photos her family shipped to their temporary home in Japan in 1975, a box that never arrived. The journalist Andrew Lam confesses to the “unforgivable act” of burning his family photos, which reduced three generations to ashes.[1] During her first journey back to Vietnam in thirty years, Kim’s hired car circles the roads of Bien Hoa, a town just south of Saigon, in search of the photo studio where dozens of her portraits were kept, only to learn that the owners have emigrated and no one knows what happened to these old photos. She returns to her home in Ontario, disappointed and bereft.[2]

Such stories of visual yearning are familiar to the Vietnamese diaspora. They are especially poignant for the first wave of refugees, those who fled in 1975, in the immediate aftermath of the fall of Saigon, as well as for the second wave, the “boat people,” whose plight gave rise to the Indochinese humanitarian crisis of the late 1970s to the early 2000s.[3] For these two groups, photos are an often fraught, incomplete record of a painful past.

As they awaited their chance to flee, refugees hid, altered, abandoned, buried, or even burned photos that contained incriminating evidence of collaboration with Americans and loyalty to the defeated Republic of Vietnam. Many of those who fled abandoned compromising pictures in the name of survival. For others, photos that remained intact were left behind to make room for jewelry with which to barter and enough food to keep them going.

Photographs lie at the core of the Vietnamese diaspora, especially for those who struggle to piece together incomplete stories told by images, many of which were defaced, discarded, or destroyed. At the same time, such photos represent a tie to the families left behind, whether as memories of artifacts that no longer exist or as surviving images that evoke layers of memories.

Despite the prominence of these stories of visual longing among diasporic Vietnamese, however, few critics have paid careful attention to them. How has photography — especially family photography — affected this community? This paper explores the function of family images in recent projects by first- and second-wave refugees.

Lire la suite / Read more : Trans Asia Photography Review

Exposition « Vietnam, un et multiple » à l’Orangerie [25 juin – 6 juillet 2014]

Exposition « Vietnam, un et multiple » à l’Orangerie

25 juin – 6 juillet 2014

PhotoS.Laval
© Sébastien Laval

L’exposition « Vietnam, un et multiple », accueillie à l’Orangerie dans le cadre de l’année France-Vietnam, croise le regard de deux photographes sur les ethnies du Vietnam et présente un ensemble de vêtements traditionnels.

Après le Musée des Beaux-Arts d’Ho Chi Minh Ville et la Médiathèque François Mitterrand de Poitiers, l’exposition « Vietnam, un et multiple – 54… visages et parures de la nation vietnamienne » arrive à Paris ! L’exposition est accueillie à l’Orangerie du Sénat du 25 juin au 6 juillet. Elle croise le regard des photographes Lê Vuong et Sébastien Laval sur les ethnies du Vietnam.

Photographe vietnamien francophone de 95 ans, Le Vuong a passé sa vie à photographier son pays. Ses photos, réalisées à partir des années 1960 et jusqu’à tout récemment, majoritairement en couleur, au moyen format puis en 24 x 36, sont notamment venues illustrer les allées du Musée d’ethnographie de Hanoi.

Sébastien Laval, photographe français indépendant, se rend régulièrement au Vietnam depuis 1995. Il a commencé en 2005 un travail de mémoire photographique sur 54 ethnies du Vietnam.

En complément des photos sera présentée une grande collection de vêtements traditionnels des ethnies du Vietnam proposée par Alain Dussarps, philanthrope qui a reçu le prix Volontariat national du Vietnam en 2012. Conférences, débats et rencontres viendront compléter l’exposition.

Organisée par l’Union Générale des Vietnamiens de France (UGVF) et Association d’amitié franco-vietnamienne (AAFV), l’exposition bénéficie du soutien de l’Institut français et de la ville de Paris. Elle s’inscrit dans le cadre de l’année du Vietnam en France, qui célèbre depuis le mois de janvier 2014, le 40e anniversaire de l’établissement de relations diplomatiques entre les deux pays à la suite de l’année de la France au Vietnam.

Source : Institut Français

Talk Vietnam – Catherine Karnow and her photos of Gen. Vo Nguyen Giap

[ndlr] Message de Catherine Karnow, fille de l’historien et journaliste Stanley Karnow, nous invitant à regarder le documentaire consacré à son travail de photographe auprès du Général Vo Nguyen Giap et de sa famille.

VoNguyenGiap

Dear Friends and Clients,

I am proud to share with you a wonderful documentary made by Talk Vietnam, on my photography and long time friendship with the late General Giap and his family, for the 60th Anniversary of Dien Bien Phu.

General Giap master-minded this historic battle, which gave Vietnam its independence from the French, after 60 plus years of colonial rule.

The show, which is in English, will air on May 7th in Vietnam, Anniversary day.

You are invited to watch an exclusive viewing here: https://youtu.be/EwpAKgpzAxQ

Sincerely,

Catherine Karnow

40 năm Điện Biên Phủ trên không qua tư liệu ảnh (1972 – 2012)

[ndlr] Signalement d’un ouvrage photographique commémorant le 40ème anniversaire des bombardements de décembre 1972 au Nord Viêt-Nam et la résistance anti-américaine. Edité par les éditions « Politique nationale – Vérité » et intitulé « 40 ans: le Dien Bien Phu aérien à travers les documents photographiques (1972-2012) », il comprend 200 photographies issues des collections du Centre n° III des Archives nationales (Hanoi) et de l’Agence vietnamienne d’information (AVI).

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

40 năm Điện Biên Phủ trên không qua tư liệu ảnh (1972 – 2012). – H. : Chính trị quốc gia – Sự thật, 2012. – 176tr : ảnh ; 29×21 cm.

Năm 1972, cuộc kháng chiến chống Mỹ, cứu nước đã bước vào giai đoạn quyết định, ta đã từng bước dành thắng lợi trên cả hai miền Nam, Bắc. Ngày 7/11/1972, Ních-xơn được tái cử Tổng thống nhiệm kỳ lần thứ hai. Sau khi thắng cử, ông ta ra lệnh bí mật chuẩn bị một kế hoạch tập kích đường không chiến lược bằng B-52 đánh vào Hà Nội, Hải Phòng và một số mục tiêu quan trọng trên miền Bắc với âm mưu sẽ phá vỡ Hiệp định Pari với quyết tâm đánh phá hủy diệt tiềm lực kinh tế, quốc phòng của miền Bắc, hạn chế sự chi viện cho cách mạng miền Nam, làm giảm thế và lực của ta so với quân đội và chính quyền Sài Gòn. Cuộc tập kích chiến lược này mang tên “Lai-nơ-bếch-cơ II” diễn ra từ tháng 4 đến tháng 12 năm 1972 nhằm đánh huỷ diệt, làm tê liệt ý chí quyết chiến quyết thắng của dân tộc ra, buộc ta phải khuất phục và chấp nhận những điều kiện mà chúng đưa ra ở Hội nghị Pa-ri.

Tuy nhiên, cuộc tập kích chiến lược ồ ạt và tàn bạo bằng B-52 của mỹ đã thất bại thảm hại. Với sức mạnh của quân, dân ta và sức mạnh tổng hợp của thế trận phòng không nhân dân, sau 12 ngày đêm chiến đấu ngoan cường, mưu trí, dũng cảm, sáng tạo ta đã bắn rơi  81máy bay của Mỹ, trong đó có 34 chiếc B-52, 5 chiếc F.111 và 42 máy bay chiến thuật các loại… Thắng lợi của “Điện Biên Phủ trên không” là nhân tố thắng lợi quan trọng trong giai đoạn “đánh cho Mỹ cút” tạo điều kiện thuận lợi cho nhân dân ta tiến lên “đánh cho ngụy nhào” trong đại thắng mùa xuân 1975.

Nhân dịp kỉ niệm 40 chiến thắng lừng lẫy của quân và dân ta trong 12 ngày đêm chiến đấu và chiến thắng sức mạnh quân sự Mỹ trên bầu trời Hà Nội, Nhà xuất bản Chính trị quốc gia – Sự thật xuất bản cuốn sách “40 năm Điện Biên Phủ trên không qua tư  liệu ảnh (1972 – 2012)”  gồm 200 bức ảnh có chú thích những tư liệu ảnh có giá trị lịch sử do Trung tâm Lưu trữ quốc gia III và Thông tấn xã Việt nam cung cấp. Qua đó, giúp bạn đọc có  được góc nhìn xuyên suốt, toàn diện về  mức độ khốc liệt và chiến thắng hào hùng của trận “Điện Biên Phủ trên không” như cái tất yếu cho sự tàn bạo, hiếu chiến đến cùng của đế quốc Mỹ; sự kiên cường, quả cảm của tinh thần thép, của ý chí Việt Nam đã làm nên  thắng lợi của chiến dịch “Điện Biên Phủ trên không” cũng như thắng lợi vang dội của Việt Nam tại hội nghị Pari năm 1973. Ngoài ra sách còn giới thiệu một số bức ảnh về cuộc chiến tranh phá hoại lần thứ hai của đế quốc Mỹ ở miền Bắc từ đầu năm 1972 đến trước khi diễn ra trận “Điện Biên Phủ trên không” và những bức ảnh ghi nhận lại diễn biến và chiến thắng của Hội nghị Pari về chấm dứt chiến tranh, lập lại hòa bình ở Việt Nam, Mỹ rút quân về nước.

Sách hiện có phục vụ tại Thư viện Tổng hợp Thừa Thiên Huế, trân trọng giới thiệu đến toàn thể bạn đọc.

Thanh Hoá biên soạn.

Source : Thu Vien Hue, 19/12/2012.