Archives par mot-clé : Phnom Penh

Les excuses de Frère N°2 (Nuon Chea): « Je ne cherche pas à fuir mes responsabilités »

[ndlr] La presse française relaie les regrets tardifs de Nuon Chea, l’idéologue des Khmers rouges jugé à Phnom Penh pour crimes contre l’humanité. Extraits.

31 Aug 2011:Nuon Chea during the third day of Trial Chamber's preliminary hearing on fitness to stand trial © 2011 ECCC
31 Aug 2011:Nuon Chea during the third day of Trial Chamber’s preliminary hearing on fitness to stand trial © 2011 ECCC 

 Khmers rouges/génocide: l’idéologue assume

L’idéologue du régime des Khmers rouges, Nuon Chea, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a admis pour la première fois jeudi sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de morts entre 1975 et 1979.

Ancien numéro deux du régime, Nuon Chea, 86 ans, est l’un des deux derniers accusés encore jugés, après le décès en mars de Ieng Sary, ministre des Affaires étrangères de Pol Pot, à 87 ans.

« Je ne cherche pas à fuir mes responsabilités », a-t-il déclaré au cours de son procès devant le tribunal international de Phnom Penh, alors qu’il avait rejeté jusqu’à présent toutes les charges pesant contre lui.

Lire la suite : Le Figaro, 30/05/2013.

* * *

Procès des Khmers rouges : Nuon Chea reconnaît sa responsabilité

L’idéologue du régime des Khmers rouges Nuon Chea, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a admis pour la première fois jeudi 30 mai sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de morts entre 1975 et 1979. Ancien numéro deux du régime, Nuon Chea, 86 ans, est l’un des deux derniers accusés encore jugés, après la mort, en mars, de Ieng Sary, ministre des affaires étrangères de Pol Pot, à 87 ans.

Lire la suite : Le Monde, 30/05/2013.

* * *

Premiers remords de Nuon Chéa pour les crimes des Khmers rouges

Phnom Penh (Reuters) – Un responsable khmer rouge a exprimé jeudi du remords pour la mort d’environ 1,7 million de ses compatriotes lors du génocide perpétré dans les années 1970 par le régime maoïste et reconnu sa responsabilité pour la première fois depuis le début de son procès.

« Je suis responsable de ce qui s’est passé à l’époque du Kampuchéa démocratique », a déclaré Nuon Chéa devant le tribunal spécial mis en place avec le soutien de l’Onu et qui l’a inculpé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

« J’exprime de profonds regrets pour les événements qui ont eu lieu volontairement ou non. Je suis moralement responsable », a dit l’ancien n°2 et chef de la propagande du parti maoïste en adressant ses « condoléances » aux victimes de l’ex-régime présents dans le prétoire.

Lire la suite : Le Nouvel Observateur, 30/05/2013.

* * *

L’idéologue des Khmers rouges reconnaît sa responsabilité dans le génocide

C’est la première fois, depuis le début de son procès pour les crimes du régime de Pol Pot, que Nuon Chea exprime du remords. Il minimise toutefois sa responsabilité.

L’idéologue du régime des Khmers rouges, Nuon Chea, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a admis pour la première fois jeudi sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de morts entre 1975 et 1979.

Lire la suite : Libération, 30/05/2013.

* * *

Cambodge: les premiers remords de Nuon Chea, l’idéologue du régime des Khmers rouges

L’idéologue du régime des Khmers rouges, Nuon Chea, admet pour la première fois, ce jeudi 30 mai, sa responsabilité dans une entreprise de mort qui a fait quelque deux millions de victimes entre 1975 et 1979. Ancien numéro deux du régime, Nuon Chea est l’un des deux derniers accusés encore jugés. « Je ne cherche pas à fuir mes responsabilités », a déclaré cet homme de 86 ans, jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, alors qu’il avait rejeté jusqu’à présent toutes les charges pesant contre lui. Son procès se déroule devant le tribunal international de Phnom Penh.

Lire la suite : RFI, 30/05/2013.

Pour suivre l’actualité du Tribunal de Phnom Penh : The Extraordinary Chambers in the Courts of Cambodia (ECCC).

Le 17 avril 1975 par François Ponchaud

[ndlr] Le 17 avril 1975, les Khmers rouges investissent Phnom Penh et vident la ville en une journée. Témoin de cet événement historique qui se révèlera tragique pour les Cambodgiens, le père François Ponchaud raconte.

Phnom Penh, Jour Zéro


Le 17 avril 1975 par François Ponchaud par erenlai

Phnom Penh : Disparition de Ieng Sary, ancien co-fondateur des Khmer rouges, à l’âge de 87 ans

[ndlr] Articles de presse relatant la disparition de Ieng Sary, un des derniers chefs khmers rouges. « Il disparaît sans avoir jamais expliqué son rôle dans l’appareil marxiste totalitaire qui a détruit un quart de la population du Cambodge en moins de quatre ans (1975-79), vidant les villes, supprimant la monnaie, la religion et l’éducation, et plongeant la société dans la terreur et la paranoïa », rappelle l’AFP dans l’article du 14 mars 2013. Ce co-fondateur avec Pol Pot du mouvement Khmer Rouge s’est éteint sans avoir répondu de ses actes alors que le Tribunal international de Phnom Penh traverse une crise financière sans précédent. Portraits.

IengSary
Ieng Sary lors de son procès à Phnom Penh le 10 janvier 2012.
(Photo handout ECCC Nhet Sokheng. Reuters)

Mort de Ieng Sary, ancien ministre khmer rouge

Ieng Sary, l’ex-ministre des affaires étrangères du régime cambodgien des Khmers rouges, est mort jeudi 14 mars, à l’âge de 87 ans. Ancien visage public du régime marxiste totalitaire, responsable de la mort de près de 2 millions de personnes, il était jugé pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Il est mort « après avoir été hospitalisé le 4 mars », a déclaré Lars Olsen, porte-parole du tribunal.

Comme chef de la diplomatie, cet intellectuel, formé en France dans la mythologie de la révolution de 1789, était bien souvent le seul point de contact entre la direction particulièrement secrète du « Kampuchéa démocratique » et ses rares alliés dans le monde, notamment la Chine. Plus de trente ans après la chute du régime, il disparaît sans avoir donné la moindre explication, ni sur ses responsabilités ni sur le fonctionnement d’un appareil qu’il a servi quasiment jusqu’au bout.

Lire la suite : Le Monde, Asie-Pacifique avec AFP, 14/03/2013.

Cambodge : mort de Ieng Sary, le « frère numéro trois » du Kampuchéa démocratique

Ieng Sary, l’homme le plus célèbre aux côtés de Pol Pot à la tête des Khmers rouges pendant et après leur meurtrier passage au pouvoir au Cambodge (1975-1979), est mort le 14 mars 2013 à Phnom Penh, après avoir souffert de problèmes de santé divers et de troubles cardiaques. Il était inculpé pour « crimes contre l’humanité » par le Tribunal spécial Khmers rouges à composante internationale en charge de l’instruction des responsables encore en vie du génocide cambodgien.

Son âge se situait entre 87 et 93 ans, les incertitudes d’état-civil ne permettant pas d’être plus précis.

Ieng Sary était le beau-frère de Pol Pot, mort en 1998, et, lors du drame cambodgien, fut le chef de la « diplomatie » du Kampuchéa démocratique, à la tête du ministère des affaires étrangères d’un régime coupé de la quasi-totalité du reste du monde. Il était alors surtout l’homme de Pékin et le fidèle rouage de la politique étrangère chinoise auprès de ses chefs.

Il fut en particulier responsable de l’appel lancé aux Cambodgiens de la diaspora, réfugiés en Occident et en Chine après avoir fui les bombardements américains sur leur pays, pour qu’ils rentrent dans un Cambodge « libéré » après la victoire communiste d’avril 1975. La plupart de ces personnes de « retour de l’étranger » finirent assassinées dans des camps de travaux forcés ou sous la torture.

Lire la suite : Le Monde, Asie-Pacifique, par Francis Deron (1953-2009) avec Bruno Philip, 14/03/2013.

L’ancien Khmer rouge Ieng Sary meurt pendant son procès

Il avait 87 ans et il est mort brutalement, alors même qu’il était jugé pour son rôle dans la terreur Khmer rouge. En moins de quatre ans, entre 1975 et 1979, un quart de la population du Cambodge a été décimé par ce régime dont Ieng Sary était l’un des piliers.

Il ne reste désormais que deux dirigeants à juger aujourd’hui, l’un âgé de 81 ans, l’autre de 86 ans.

Ieng Sary souffrait d’une maladie du cœur et avait été hospitalisé il y a dix jours.

Source : Rue 89, 14/03/2013 (lire la suite sur Libération.fr).

Ieng Sary, le « frère numéro 3 » des Khmers rouges, est mort

Portrait – La disparition à 87 ans de ce pilier de la dictature cambodgienne met fin abruptement à son procès pour génocide et crimes contre l’humanité.

Etudiant à Paris dans les années 50, il avait fait la leçon à l’un de ses camarades : «Tu es trop sensible. Pour faire de la politique, il faut être dur.» Nul doute que Ieng Sary, décédé hier à Phnom Penh à l’âge de 87 ans, fut dur. C’était l’un des plus puissants dirigeants Khmers rouges et l’un des plus retors. Dans la galaxie sanguinaire du régime qui a dirigé le Cambodge entre avril 1975 et janvier 1979, Ieng Sary occupait le poste de vice-premier ministre des Affaires étrangères. Tour à tour frère numéro 2 ou 3, il était le l’homme le plus visible de la secrète «Angkar», l’organisation qui a fait régner la terreur en exécutant au moins 1,7 million de personnes en moins de quatre ans. Aux côtés de Pol Pot, l’obscur frère numéro un, de son adjoint Nuon Chea, l’idéologue exterminateur, de Ta Mok, le «boucher» de l’ouest cambodgien, ou de Son Sen, le patron de la police secrète, Ieng Sary affichait le visage en apparence lisse de la diplomatie khmère rouge.

Cet homme grand et replet – même aux pires moments des privations imposées par l’utopie polpotiste – jouissait d’un pouvoir considérable dans le Kampuchéa démocratique des Khmers rouges. Ieng Sary s’en est toujours défendu, comme il a toujours nié toute part dans les atrocités commises par le régime marxiste totalitaire. Il disparaît sans avoir livré la moindre explication sur son rôle et sa fonction passés devant les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens qui le jugeaient avec Nuon Chea et Khieu Samphan, l’ex-chef de l’Etat, pour génocide et crimes contre l’humanité. Depuis une quinzaine d’années, Ieng Sary rejetait la responsabilité de la terreur sur Pol Pot, «l’unique et suprême architecte de la ligne, de la stratégie et de la tactique du parti», et sur Nuon Chea qui a «mis en œuvre toutes les décisions de Pol Pot pour torturer et exécuter ceux qui ont exprimé des opposées et ceux qu’ils haïssaient comme les intellectuels».

Lire la suite : Libération, par Arnaud Vaulerin à Kyoto, 14/03/2013.

L’ancien Khmer rouge Ieng Sary décède avant la fin de son procès

Au Cambodge, l’ancien ministre des Affaires étrangères des Khmers rouges, Ieng Sary, est décédé ce jeudi matin à l’âge de 87 ans. Ieng Sary était l’un des anciens dirigeants Khmers rouges à être jugés dans le procès qui leur est intenté pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Il ne reste aujourd’hui plus que deux accusés.

Pour les anciennes victimes, la mort d’un des anciens responsables Khmers rouges, avant même la fin de son procès, est une terrible nouvelle. Ieng Sary comparaissait en même temps que trois autres leaders de ce régime sanguinaire, dont son épouse, Ieng Thirith, ancienne ministre des Affaires sociales, finalement déclarée folle et inapte à passer en justice.

Lire la suite : RFI, 14/04/2013.

Khmer Rouge’s Ieng Sary dies during genocide trial

PHNOM PENH, Cambodia (AP) — Ieng Sary, who co-founded the brutal Khmer Rouge movement in 1970s, was its public face abroad and decades later became one of its few leaders to be put on trial for the deaths of an estimated 1.7 million Cambodians, died Thursday morning before the case could be finished. He was 87.

His death before any verdict was reached in the lengthy case dashed hopes among survivors and court prosecutors that he would ever be punished for his alleged war crimes stemming from the darkest chapter in the country’s history.

Ieng Sary was being tried by a joint Cambodian-international tribunal along with two other former Khmer Rouge leaders, both in their 80s, and there are fears that they, too, could also die before justice is served. Ieng Sary’s wife, former Social Affairs Minister Ieng Thirith, had also been charged but was ruled unfit to stand trial last year because she suffered from a degenerative mental illness, probably Alzheimer’s disease.

Lars Olsen, a spokesman for the tribunal, confirmed Ieng Sary’s death. The cause was not immediately known, but he had suffered from high blood pressure and heart problems and had been admitted to a Phnom Penh hospital March 4 with weakness and severe fatigue.

« We are disappointed that we could not complete the proceeding against Ieng Sary, » Olsen said, adding the case against his colleagues Nuon Chea, the Khmer Rouge’s chief ideologist, and Khieu Samphan, an ex-head of state, will continue and will not be affected.

Ieng Sary founded the Khmer Rouge with leader Pol Pot, his brother-in-law. The communist regime, which ruled Cambodia from 1975 to 1979, claimed it was building a pure socialist society by evicting people from cities to work in labor camps in the countryside. Its radical policies led to the deaths of an estimated 1.7 million people from starvation, disease, overwork and execution.

Read more / Lire la suite : Associated Press, by Sopheng Cheang, 14/03/2013.

[AFP] Cambodge: crise financière au tribunal pour les Khmers rouges

Les Khmers rouges, au pouvoir entre 1975 et 1979, ont mis en place une dictature violente, faisant près de deux millions de morts. © Archives / Reuters.

 

Didier LAURAS
Agence France-Presse
PHNOM PENH

Ereinté par les critiques depuis son premier jour, le tribunal de Phnom Penh pour les Khmers rouges a surmonté toutes les épreuves, mais celle qu’il affronte actuellement menace en théorie jusqu’à son existence: il n’a plus d’argent.

Le budget 2013 n’a toujours pas été voté par les bailleurs de fonds, qui demandent au Cambodge un effort supplémentaire avant d’eux-mêmes augmenter leur participation.

Les employés étrangers ont été officiellement reconduits jusqu’à l’été. Mais depuis le 1er janvier, quelque 270 employés cambodgiens travaillent sans contrat. Ils n’ont pas été payés depuis novembre.

La cour doit trouver environ 9,5 millions de dollars. Une somme modeste sur le papier, mais une fortune compte tenu des relations tourmentées entre les donateurs et le gouvernement de Phnom Penh, accusé de ne rien faire pour sauver une juridiction qui juge les plus hauts responsables du régime de Pol Pot (deux millions de morts entre 1975 et 1979).

«Il y a une certaine lassitude des bailleurs qui se battent pour financer le tribunal et ont parfois l’impression que le gouvernement n’est pas pleinement mobilisé sur le sujet», constate un diplomate étranger. «Personne ne semble avoir d’argent pour payer».

D’autres sources évoquent un bras de fer malsain entre les bailleurs et le gouvernement de Hun Sen, un ex-Khmer rouge devenu premier ministre en 1985. «Il y a deux voitures lancées l’une contre l’autre à pleine vitesse pour voir qui tournera et évitera l’accident», ironise un cadre étranger du tribunal.

Entré en fonction en 2006 après des années de négociations, le tribunal a essuyé toutes les critiques. Corruption, pression politique sur les dossiers, lenteur des procédures au risque de voir mourir les trois derniers accusés, tous octogénaires, avant que justice soit rendue.

Lire la suite, La Presse, 10/02/2013

U.S. Diplomatic Oral Histories on Cambodia, Laos, and Vietnam

[ndlr] L’Association d’études diplomatiques et de formation (ADST) est une organisation indépendante à but non lucratif fondée en 1986. Localisée au Centre National de Formation des Affaires étrangères (Centre George P. Shultz) du Département d’État (NFATC) à Arlington, en Virginie, elle contribue à la compréhension de la diplomatie américaine et prend en charge la formation du personnel des affaires étrangères à l’Institut des Affaires étrangères du NFATC à travers une variété de programmes et d’activités. L’ADST propose en ligne une série audiovisuelle et une documentation très riche sous forme d’entretiens (Oral histories) sur le personnel diplomatique américain dans le monde. Nous proposons ci-après les liens menant aux « Readers » des trois pays de la péninsule indochinoise. Nous en profitons pour remercier le professeur Nguyen The Anh pour avoir signalé cette documentation en ligne comme présent de bienvenue dans la nouvelle année 2013.

 

The Association for Diplomatic Studies and Training (ADST)

Country and Subject Reader Series

Interested in a particular country or subject? Go beyond the experiences of simply one diplomat with Country and Subject Readers.

These Readers consist of relevant excerpts from individual oral history interviews arranged in approximate chronological order. They are designed to give users an overview of U.S. relations with a country or policy on a specific subject, as seen by those who dealt with it from Washington or in the field. The Readers offer unique insights over decades, though they may not provide full chronological continuity.

Some of our larger Country Readers that exceed 1,000 pages of content, such as China, are only available in part for free download. Full Country Readers that fall under this category are available for purchase in PDF format from the Official ADST Store. When your purchase is complete, you will be automatically sent a link to download your purchase(s). All proceeds are used to financially support ADST’s programs.

Note:  These oral histories contain the personal recollections and opinions of the individual interviewed.  The views expressed should not be considered official statements of the U.S. government or the Association for Diplomatic Studies and Training.

Source : ADST

  • Documentation on Cambodia (pdf 386 p.)
  • Documentation on Laos (pdf 459 p.)
  • Documentation on Vietnam (pdf extrait de 104 p.)

 

Geoff Gunn: The Passing of Sihanouk – Monarchic Manipulation and the Search for Autonomy in the Kingdom of Cambodia

Summary

The survival of the monarchy in Cambodia is little short of remarkable in the light of that country’s modern history. As this article develops, French manipulation of the monarchy and attempts to buttress religion and culture alongside the rise of nationalist youth and Buddhist radicalism was an important precursor to postwar events. No less momentous for modern Cambodian history was the Vichy French installation of Norodom Sihanouk as king and the elevation under Japan of the putative republican Son Ngoc Thanh. Facing down an armed Issarak-Viet Minh challenge also joined by a dissident prince, it is no less significant that the young King Sihanouk successfully trumped French ambitions by mounting his own “royal crusade” for independence even ahead of the Geneva Settlement of 1954.

Undoubtedly the passing of Norodom Sihanouk on October 15, 2012 at the age of 89 after six decades of close involvement in Cambodian politics has served to refocus attention upon the status of the monarchy in that country, facts not diminished by the actual succession in October 2004 to his son Norodom Sihamoni (b. 1953).

Though much exoticized and othered as a peaceful realm under the French protectorate, at least alongside the challenges imposed by Vietnamese nationalists, dissent always simmered beneath the surface calm in Cambodia, whether from the overburdened-over taxed peasantry, from the major immigrant communities, from religious radicals within and without the Buddhist hierarchies, or even from scheming royal princes. Given French manipulations of religion, tradition and even the royal line, a complex political picture emerges, even prior to the Japanese occupation. Japan was even more successful in Cambodia than in the other Indochina states in installing an anti-French republican demagogue, an enigmatic figure whose name recurs in Cambodian history down until the US-backed military coup in Phnom Penh of March 1970. Thanks to Anglo-French intervention, and Sihanouk’s personality, the post-war outcome in Cambodia was a “royal road to independence” although even that pathway was severely challenged by the Viet Minh and their sometime Issarak (Free Khmer) allies. Yet the royal ascendancy around the Vichy French-anointed monarch, Sihanouk, would also come back to haunt Cambodia, not only in striking a neutral course in the maelstrom of the American war, but also in lending his name to the China-backed anti-Vietnamese communist movement that triumphed in Phnom Penh in 1975.

As this article develops, below the politics of culture or the tendency of the French to buttress neo-traditionalist trends wherever they saw them, emerges a byzantine crossover of royal dynasties, powerful families and cliques that, in many ways, continued to define Cambodian politics through the modern period. It is also true, as Roger Kershaw (2000; 6; 17; 19-20) unveils in a comparative study on the “fortunes” of monarchy in Southeast Asia, that analysis of surviving monarchies (as with Thailand and Brunei alongside Cambodia), should at least account for the “synthetic” alongside the “authentic traditional values” (not excepting even Britain from this analysis). And so, with decolonization in Southeast Asia, legitimacy questions were raised to a new level as with the charisma of founding fathers of independence, alongside the role of modern bureaucracies, militaries and political parties. Cambodia under Sihanouk was not an exception.

As historian of Cambodia David Chandler (2008: 167) has written, there are several ways at looking at the years of French hegemony over Cambodia. One way is to phase this history as the extension and decline of French control. Another way is to examine the period and its ideology and practice from a French point of view. A third would be to treat the period as a part of Cambodian history, connected to the times before and after French protection. He finds the third approach seductive (insofar as it can be told through Cambodian eyes). Such would be meritorious, if possible, but without retreating entirely into a cultural studies-critical literature approach (Tully 2002; Edwards 2007), we should not ignore the established literature if we are to position Cambodia within an international political understanding.

Divided into five sections, a first section looks at French manipulation of the monarchy. A second turns to the French attempt to buttress religion and culture, alongside the rise of nationalist youth and Buddhist radicalism. A third section examines the vicissitudes of Cambodia under Vichy, including the installation of Norodom Sihanouk as king, climaxing with the rise of the Japanese-backed republican Son Ngoc Thanh. A final section examines the broad international context in which Sihanouk’s mounted his “royal crusade for independence.”

Lire la suite : Japan Focus

Geoff Gunn is the author of Historical Dictionary of East Timor, Singapore and the Asian Revolutions, and First Globalization: The Eurasion Exchange, 1500-1800. He is an Asia-Pacific Journal Coordinator.

Recommended citation: Geoff Gunn, « The Passing of Sihanouk: Monarchic Manipulation and the Search for Autonomy in the Kingdom of Cambodia, » The Asia-Pacific Journal, Vol 10 Issue 50, No. 1, December 10, 2012.