Archives par mot-clé : Phan Chau Trinh

Phim tai lieu : chí sĩ yêu nước Phan Châu Trinh

[ndlr] Signalement de la diffusion d’un film documentaire sur le lettré moderniste Phan Châu Trinh.


Chí sĩ yêu nước Phan Châu Trinh

Un film réalisé par Nguyen Sy Bang sur un scénario de Duong Thi Thanh Huong et Nguyen Sy Bang. Directeur de la production : NSND Nguyen Nhu Vu (DSF, 2018).

Avec les participations de : Bui Van Tieng, François Guillemot, Le Thi Kinh, Luu Trong Van, Nguyen Thi Binh, Ngo Thi Hoang Mai, Nguyen Minh Triet, Nguyen Su, Tran Viet Ngac, Trinh Van Thao, Vu Ngoc Hoang…

Histoire d’un rendez-vous manqué entre la France et le Viêt-Nam colonisé et d’une vision politique pacifique pour accéder à l’indépendance.

Le film sera présenté au 10e festival euro-vietnamien du film documentaire du 31 mai au 9 juin 2019 à Hanoi (le 1er juin, 19h) et Ho Chi Minh-Ville.

Sur ce festival, voir :

THÔNG BÁO về việc Quỹ Văn hoá Phan Châu Trinh chấm dứt hoạt động

Lettre de Mme Nguyen Thi Binh annonçant la dissolution de la Fondation Phan Châu Trinh pour des « raisons objectives ».

Créée en 2007, cette fondation culturelle non gouvernementale a exercé pendant onze ans. Elle a permis la traduction de nombreux textes étrangers inédits au Viêt-Nam, organisé des colloques et des rencontres scientifiques. D’une façon générale, elle a contribué pendant une décennie à la rénovation culturelle du Viêt-Nam dans l’esprit du lettré moderniste à qui elle a emprunté le nom.

A travers son prix annuel « Prix culturel Phan Châu Trinh » la fondation a récompensé plusieurs historiens et vietnamologues vietnamiens et étrangers, notamment français, parmi lesquels : Georges Condominas en 2010, Philippe Langlet en 2013, Pierre Brocheux et Daniel Hémery en 2018, Lê Thành Khôi en 2013, Alain Ruscio en 2012, Trinh Van Thao en 2017… Notre collègue historienne Bui Tran Phuong fut également récompensée en 2013 pour sa contribution à l’éducation et à la formation de l’esprit critique au Viêt-Nam.

C’est donc avec beaucoup de regret que nous voyons s’éteindre une belle initiative hors des sentiers battus de l’Etat-Parti. La fondation culturelle Phan Châu Trinh, tout comme l’école Dong Kinh Nghia Thuc de 1907, a joué son rôle de promotion de l’intelligence et de l’ouverture d’esprit dans un Viêt-Nam aujourd’hui mondialisé qui, paradoxalement, est de plus en plus refermé sur lui-même sur les plans politique et culturel. Cette décennie d’effort fait désormais partie de l’histoire, une histoire sur laquelle des chercheurs se pencheront pour saisir toute la portée et l’action de ce groupe.

Pose dans la rénovation culturelle promue par un cercle d’intellectuels vietnamiens aux marges du compagnonnage du Parti communiste vietnamien… Comme Mme Nguyen Thi Binh, on attend et espère la relève.

FG

Image reproduite ci-dessous, tirée du site Dien Dan – Forum.

Communiqué d’auto-dissolution

Source : Dien Dan – Forum

Lien vers le site de la Fondation culturelle Phan Châu Trinh

Est / Ouest – Đông / Tây : Deux voies pour émanciper le Viêt-Nam

Pour accompagner le séminaire, deux fiches concises sur les deux lettrés modernistes du début du XXe siècle.

Inspiration républicaine à l’Ouest pour Phan Châu Trinh (gauche) et Voyage polito-militaire vers l’Est pour Phan Bôi Châu (droite)

Phan Châu Trinh (1872-1926)

Lettré moderniste, nationaliste réformateur partisan d’une solution pacifique pour accéder à l’indépendance. Il participe à l’aventure de l’École Libre du Tonkin en 1907 et soutient l’agitation anti-fiscale de 1908 dans le centre du pays. Condamné à mort par le régime colonial puis déporté au bagne de Poulo-Condore et enfin assigné à résidence. Il se rend en France en 1911 et y organise le combat anti-colonial au sein du groupe des « Cinq dragons ». De retour au Viêt-Nam en 1925, il décède un an plus tard à Saigon. Son enterrement donne lieu à de grandes manifestations populaires dans tout le pays. Auteur de nombreux écrits politiques, Phan Châu Trinh incarne aujourd’hui l’idéal démocratique. Un prix portant son nom récompense les talents intellectuels vietnamiens et étrangers en Vietnamologie.

  • Les œuvres complètes de Phan Châu Trinh ont été éditées au Viêt-Nam en trois volumes aux éditions de Danang en 2005.
  • Ses textes politiques ont été traduits en anglais par Vinh Sinh et édité en 2009 chez Cornell University puis en édition électronique en 2018. Cet ouvrage a été retraduit et publié en vietnamien en 2018.

Phan Bôi Châu (1867-1940)

Lettré moderniste, patriote, révolutionnaire. Opte pour la solution radicale contre le gouvernement colonial en organisant l’insurrection armée. Promoteur du « Voyage vers l’Est » (Đông Du) au Japon entre 1904 et 1908 pour former les futurs cadres de la révolution vietnamienne. Fonde l’Association pour le Renouveau du Viêt-Nam, monarchiste, en 1904 puis l’Association de Restauration du Viêt-Nam, républicaine, en 1912. S’appuyant d’abord sur le Marquis Cuong De, il change d’orientation après la fondation de la république en Chine par Sun Yat-sen (1911). Arrêté à Shanghai en 1925 sur dénonciation, il est d’abord condamné à mort puis sa peine est commuée en assignation à résidence jusqu’à sa mort à Huế en 1940. Auteurs de textes historiques et d’une autobiographie politique. Père du nationalisme révolutionnaire vietnamien, son combat inspire la génération des nationalistes radicaux des années vingt.

  • Les œuvres complètes de Phan Bôi Châu ont été publiées au Viêt-Nam en dix volumes à Huê chez Nhà xuất bản Thuận-Hóa, rééditée en 2000, augmentée d’un 11e volume « Complément 1 » publié chez Nhà xuất bản Lao động en 2012.
  • Son autobiographie a été maintes fois éditée, traduite en français et éditée en 1968 dans la revue France-Asie, traduite en anglais et éditée en 1999  chez University of Hawai’i Press.

On a souvent opposé les vues divergentes entre Phan Bôi Châu, le révolutionnaire et Phan Châu Trinh, le réformateur. Le premier organise la subversion au Japon puis en Chine du Sud, le second milite en Indochine puis en France. Le premier est un activiste clandestin mobilisant son réseau, le second se fait l’avocat du peuple au grand jour. Les deux actions sont complémentaires, l’objectif indépendantiste similaire, mais les modes d’action diffèrent. Les deux hommes se rencontrent à Canton puis au Japon en 1906 et discutent des « affaires du pays ». Phan Bôi Châu expose dans ses mémoires leurs divergences politiques :

[…] nos points de vue étaient inconciliables. Il voulait avant tout renverser la monarchie pour créer une base sur laquelle édifier la souveraineté nationale. Quant à moi, je voulais chasser les Français sans plus tarder et je ne songeai à entreprendre autre chose qu’une fois l’indépendance recouvrée. Il s’opposait avec énergie à mon intention d’utiliser la monarchie ; de mon côté, je ne l’approuvais pas dans ses projets de renversement du trône et de renforcement des droits démocratiques. Bien que nous eussions un même but, nos méthodes d’action divergeaient considérablement. Alors qu’il prenait appui sur la France pour faire tomber le roi, j’entendais d’abord chasser l’étranger pour relever le Viêt Nam. Ces divergences ne l’empêchaient pas néanmoins d’avoir beaucoup de sympathie pour moi. (Mémoires de Phan Bôi Châu, p. 65-66).

Réf. : Phan Boi Châu, « Mémoires de Phan Bôi Châu », traduction et notes de Georges Boudarel, France-Asie / Asia, 194-195, Vol. XII, n° 3-4, 3e et 4e trimestre 1968

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 1

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★


Mémoires militantes et anticoloniales

Séance 1 : mercredi 26 novembre 2018 – salle de réunion de l’IAO

Dans un premier temps, nous aborderons la question de la mémoire et de l’espace sociogéographique en péninsule indochinoise (anciens royaumes, « marche vers le sud », conflits). Après un bref rappel des tensions entre mémoire et histoire et du débat dans l’espace public nous nous pencherons sur les différentes formes d’écritures de soi dans cette partie de l’Asie. Nous mettrons enfin l’accent sur la notion de « situations ».

La seconde partie du séminaire dédiée à l’analyse des textes se focalisera sur le Paris anticolonial pour mieux saisir comment la lutte pour l’indépendance du Viêt-Nam s’est organisée hors de l’Indochine (en Asie ou en Europe) et quelles étaient les différentes voies pour accéder à cette indépendance. Nous évoquerons l’itinéraire politique des lettrés modernistes au Japon et l’action du groupe des « Cinq Dragons » à Paris. En particulier la voie réformiste de Phan Châu Trinh sera discutée.

Sources mobilisées :

Phan Boi Châu, « Mémoires de Phan Bôi Châu », traduction et notes de Georges Boudarel, France-Asie / Asia, 194-195, Vol. XII, n° 3-4, 3e et 4e trimestre 1968, p. 26-43 et p. 62-69.

Phan Van Truong : « De l’état d’esprit des Annamites vis-à-vis de la domination française » (p. 37-49), « Le lettré Phan-châu-Trinh et son calvaire » (p. 68-76), dans Une histoire de conspirateurs annamites à paris ou la vérité sur l’Indochine, Montreuil, Éditions L’Insomniaque, 2003. [Note de l’éditeur : « Ces mémoires ont été antérieurement publiés en feuilleton dans La Cloche Fêlée du 30 novembre 1925 au 15 mars 1926 puis par les éditions saïgonnaises Giadinh en 1928″].

Sources complémentaires :

Nguyen Ai Quoc, Le procès de la colonisation française. Première série : Moeurs coloniales, Paris, Librairie du Travail, [1924].

Nguyen An Ninh, « La France et l’Indochine », Europe, n° 31, 15 juillet 1925, p. 257-277.

Pour accompagner cette séance :

Mémento personnalités sur Mémoires d’Indochine

Balandier, Georges, « La situation coloniale : approche théorique », Paris, PUF, Cahiers internationaux de sociologie, vol. 11, 1951, p. 44-79. Document en ligne sur le site de l’UQAC.

Brocheux, Pierre, « Une histoire croisée : l’immigration politique indochinoise en France, 1911-1945, » article en ligne sur le site Europe Solidaire Sans Frontières, mai 2009.

Goebel, Mickaël, Paris, capitale du tiers monde. Comment est née la révolution anticoloniale, 1919-1939, Paris, La Découverte, coll. Sciences humaines, 2017. Présentation de l’éditeur.

Goscha, Christopher E. « Aux origines du républicanisme vietnamien. Circulations mondiales et connexions coloniales », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 131, no. 3, 2016, pp. 17-35. Article en ligne sur le portail Cairn.

Guillemot, François, « Les Cinq Dragons ou les voies divergentes du républicanisme vietnamien », in Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La découverte / Poche 476, 2018, p. 60-61 (Encadré 1).

Guillemot, François,  « Est / Ouest – Đông / Tây : Deux voies pour émanciper le Viêt-Nam, » Mémoires d’Indochine, 20 septembre 2018.

Guillemot, François, « Actualité de Phan Châu Trinh (1872-1926) : lutte pour l’intelligence et intelligence de la lutte, » Mémoires d’Indochine, 25 mars 2013.

Phan Châu Trinh & Vinh Sinh (trad.), Phan Châu Trinh and his political writings, Ithaca, N.Y., Southeast Asia Program, Cornel University, Studies on Southeast Asia, 49, 2009. (publié au Viêt-Nam en 2018, voir illustration ci-dessous)

Textes politiques du lettré moderniste Phan Châu Trinh, traduits de l’anglais dans une édition récente parue au Viêt-Nam (NXB Tre, 2018).

Chloé-Mélie Mazzani : Phan Châu Trinh, la république imaginée

[ndlr] Soutenance de mémoire de M2 en histoire contemporaine.

Logo_ENS

* * *

Phan Châu Trinh,
la République imaginée

PhanChauTrinh

Mémoire soutenu le 24 Juin 2014
Par Chloé-Mélie Mazzani

Mémoire de Master 2 d’Histoire contemporaine
2013/2014

Directeur de mémoire : M. François Guillemot, de l’Institut d’Asie Orientale.

Introduction (extraits). Le nom de Phan Châu Trinh est encore aujourd’hui gravé dans les mémoires vietnamiennes comme étant celui d’un des pères du nationalisme, tenant une place d’honneur au sein du panthéon national. On se souvient de lui pour avoir été un penseur réformiste qui, toute sa vie durant, a prêché la non violence et la modernité. Ce que les livres d’histoire retiennent peut être moins, c’est que Phan Châu Trinh, à la différence de son contemporain Phan Bội Châu, était avant tout favorable à la collaboration franco-annamite et que pour lui, l’indépendance du Viêt-Nam n’était envisageable que sur le long terme, une fois que le peuple vietnamien aurait suffisamment évolué.

Né en 1872 dans la province de Quảng Nam, connue pour être une pépinière de penseurs progressistes, Phan Châu Trinh adhère rapidement aux idées modernes véhiculées par les écrits de penseurs chinois comme Liang Qichao (1873-1929) et Kang Youwei (1858-1927). La présence coloniale française en Indochine mais aussi les incroyables bouleversements que connaît le Japon de l’ère Meiji convainquent le jeune homme de la nécessité d’engager le peuple vietnamien sur la voie de la modernité en rénovant la vieille tradition confucéenne et en s’inspirant des nouveautés techniques et intellectuelles venues d’Occident.

Tout au long de sa vie, Phan Châu Trinh n’a de cesse de dénoncer les injustices commises en Indochine par le système colonial et les mandarins de la Cour de Hué, ce qui lui vaut de se créer de nombreux ennemis et de n’éviter le bagne à perpétuité qu’au prix d’un exil de près de quinze ans en France. Durant son long séjour en Métropole, Phan s’intéresse de très près à la culture politique française : séduit par les principes de la République, il déclare que le Viêt-Nam libre sera une démocratie ou ne sera pas. Malgré cette fascination pour le modèle républicain, il continue à confronter les dirigeants de la Troisième République à l’attitude indigne de ses représentants en Indochine. Persuadé que la civilisation vietnamienne est en plein déclin et que seuls l’éducation du peuple et l’éveil patriotique pourront améliorer la situation du pays, Phan Châu Trinh incite les jeunes Vietnamiens à venir en France s’inspirer des pratiques métropolitaines.

À Paris, Phan se trouve au coeur d’un réseau mettant en lien des activistes politiques annamites de renom, tels Nguyễn Ái Quốc ou Nguyễn An Ninh, des étudiants vietnamiens et plusieurs membres de la haute administration française. Pendant des années Phan Châu Trinh s’efforce de faire connaître la cause annamite aux Métropolitains, convaincu de la nécessité que les Français civilisés de la métropole rappellent aux Français dévoyés de la colonie l’exigence de justice et d’humanité de la République. En d’autres termes, Phan Châu Trinh croit en la mission civilisatrice de la France. Il considère d’ailleurs cette dernière comme un moyen de transfert des qualités techniques et intellectuelles modernes vers le Viêt-Nam, qui pourra, en se modernisant et en atteignant un degré de civilisation proche de celui des Français, obtenir l’indépendance sans risquer de sombrer aussitôt sous la coupe d’une autre puissance étrangère. C’est ainsi qu’il imagine l’avènement de la République vietnamienne.

En étudiant les conditions dans lesquelles s’est formée sa pensée, nous pouvons envisager le transfert des exigences modernistes à la population vietnamienne, qui à son tour va se prendre à imaginer un avenir meilleur. Nous pourrions dès lors considérer que, plus que les difficultés du quotidien, c’est l’espoir d’un futur meilleur qui a motivé l’engagement politique puis révolutionnaire des Annamites. L’action pour le changement a lieu à partir du moment où la situation n’est plus seulement vécue mais est aussi pensée : c’est le décalage entre ce qu’on pense être et ce qui pourrait être qui déclenche la mobilisation. Phan Châu Trinh participe à la diffusion dans la société vietnamienne des années 1920 des notions de justice, de démocratie et de fierté patriotique, et de là, à la constitution d’une première forme de nationalisme indochinois. Si sa mort causée par la tuberculose en 1926 l’empêche de mener à bien son projet de réforme et de collaboration, le rassemblement auquel Phan Châu Trinh contribue s’avère une étape décisive sur le chemin de la mobilisation nationaliste, même si celle-ci s’éloignera des idéaux tracés par le penseur moderniste pour prendre finalement la forme de la révolution communiste et antifrançaise.

Triste nouvelle – Tin buồn: Giáo sư Vĩnh Sính (1944-2014)

VinhSinhNous avons appris tardivement comme d’autres la très triste nouvelle de la disparition à 70 ans du Professeur Vĩnh Sính, historien et spécialiste des relations vietnamo-japonaises. Comme le souligne Tran Huu Dung sur le site Dien Dan – Forum, il y a des pertes inconsolables. Celle de Vĩnh Sính le 1er janvier 2014 en est une.

Professeur émérite à l’Université d’Alberta au Canada, Vĩnh Sính laisse derrière lui une série de travaux importants sur le mouvement Dong Du au début du XXe siècle, sur le révolutionnaire Phan Boi Chau et le moderniste Phan Châu Trinh. Il fut également l’un des premiers à s’intéresser à l’itinéraire de Komatsu Kiyoshi, ami des révolutionnaires et indépendantistes vietnamiens.

Quelques références :

  • Edited and translated by Vinh Sinh, Phan Chau Trinh and His Political Writings, Ithaca, Cornell University, Southeast Asia Program Publications, 2009.
  • « Phan Châu Trinh (1872-1926) et sa conception  de la modernisation du Vietnam », in Gilles de Gantès & Nguyen Phuong Ngoc, Vietnam, le moment moderniste, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2009, pp. 115-123.
  • « Komatsu Kiyoshi and French Indochina », Moussons 3 (2001 ), pp. 57-86. [sommaire en PDF]
  • Việt Nam và Nhật Bản – Giao lưu Văn hoá, Nxb Văn Nghệ TP. HCM, 2000. [sélection d’articles publiés au Viêt-Nam]
  • Overturned Chariot: The Autobiography of Phan Boi Chau, Honolulu, University of Hawai’i Press, 1999.
  • Hyôden Tokutomi Sohô [Tokutomi Soho: A Critical Biography], Iwanami Shoten, 1994.
  • Phan Bội Châu and the Đông Du Movement, Yale Center for International and Area Studies, Council on Southeast Asia Studies, © 1988. PDF en ligne. Avec les contributions de Vinh Sinh (ed.), Nguyen The Anh, Nguyen Khac Kham, Shiraishi Masaya, Furuta Motoo, Huynh Sanh Thong.

Sources : Tin buồn: Giáo sư Vĩnh Sính (1944-2014), Dan Luan, 05/01/2014 & Vĩnh Sính (1944-2014), Dien Dan – Forum.

Voir aussi Tran Huu Dung, Nhớ Vĩnh Sính, Dien Dan – Forum, 07/01/2014.

FG

Hommage de Edward Miller, Associate Professor of History, Dartmouth College

This is indeed a terrible loss.  I first got to know Prof. Sinh via email when I was in graduate school.  At the time, I was working on a paper on Confucianism in South Vietnam.  Quite presumptuously, I emailed him a great many questions about the subject out of the blue.  He graciously sent detailed replies to each query.  In the years after that, Prof. Sinh continued to be exceedingly generous with his time and expertise on modern Vietnamese politics and culture, and he often went out of his way to share his research and published work with me.  He will be greatly missed.

PhanChauTrinhPoliticalWritings

PhanBoiChau_OverturnedChariot

Conférence : La révolution inachevée du nationalisme vietnamien – François Guillemot

Guillemot_PageTitre_RévolutionInachevéeCette communication s’intéresse aux projets avortés ou inachevés dans la construction d’un Viêt-Nam non communiste. Les différents processus, rappelés brièvement, permettent de comprendre ce qui fonde le Viêt-Nam actuel dans toute sa complexité. Nous interrogeons les rapports ambivalents entre nationalisme et démocratie à l’aune de quatre phases : situation coloniale, temps des révolutions, lutte pour l’indépendance, transformation idéologique. Toute une série d’acteurs impliqués à divers degrés dans l’avènement d’une solution politique démocratique et leurs projets sont évoqués, pour l’essentiel : Phan Chau Trinh, Nguyen An Ninh, Pham Quynh, Hoang Dao, Hoang Van Co, Tran Van Tung, Nguyen Van Tam, Nguyen Ngoc Huy, Nguyen Van Bong, Nguyen Manh Tuong, Ha Si Phu, Nguyen Ho, Tran Do…

Tran Van Tung et l'idéal d'un nationalisme libéral, humaniste et progressiste.
Tran Van Tung et l’idéal d’un nationalisme libéral, humaniste et progressiste.

Ainsi cet essai d’interprétation privilégie les projets politiques d’une multitude d’acteurs qui inscrivirent le devenir de leur pays dans un processus démocratique, dans une « pravis non-révolutionnaire » qui s’opposa sur de nombreux points aux projets et sratégies révolutionnaires qu’ils aient été nationalistes ou communistes. De Phan Chau Trinh, le précurseur, à Tran Do, le général dissident, en passant par Tran Van Tung ou Nguyen Ngoc Huy, les tenants d’un « nationalisme libéral », le processus inachevé de cette révolution démocratique est étudié en confrontant les déclarations d’intention à la réalité historique d’un Viêt-Nam inscrit dans les conjonctures spécifiques de la colonisation à l’indépendance nationale.

– – –

Affiche_RévolutionInachevée_UQAM

Cliquer sur l’affiche pour l’agrandir