Archives par mot-clé : Pham Chi Dung

Viêt-Nam : défense de faire bouger les lignes !

En République socialiste du Viêt Nam (RSVN), rien de nouveau. Fort de son capital de sympathie pour son efficace lutte contre le coronavirus, l’Etat-Parti n’oublie pas la lutte contre cet autre « ennemi intérieur » susceptible de lui porter la contradiction. A l’approche du prochain Congrès national du PCV (du 25 janvier au 2 février 2021), le seul parti au pouvoir et le seul à être autorisé à l’exercer, journalistes et dissidents n’en finissent pas de subir la répression d’un autoritarisme revigoré par le contexte épidémique.

15 + 11 + 11 = 37 ans de prison

Le couperet est tombé. L’assaut contre le journalisme indépendant et la liberté d’expression d’une façon plus générale trouve son expression la plus crue dans le procès rapide et inique du mardi 5 janvier 2021 à Hô Chi Minh-Ville. A l’approche du XIIIe congrès du Parti communiste vietnamien (PCV), l’État-Parti renoue avec ses procès pédagogiques dont le message de terreur est clair : en République socialiste du Viêt-Nam, la chose publique, la « res publica » est chasse-gardée du Parti, exclusivement. Les trois journalistes qui viennent d’être condamnés à de très lourdes peines de prison (15 ans pour le premier, 11 ans chacun pour les deux autres) s’y attendaient sans doute. Pham Chi Dung (54 ans), Nguyen Tuong Thuy (69 ans) et Le Huu Minh Tuan (39 ans), membres de l’Association des Journalistes Indépendants fondée en 2014, avaient l’ambition de faire bouger les lignes, d’offrir au Parti, dont ils sont parfois issus, et au Viêt-Nam, leur pays, un nouvel horizon plus démocratique, plus fidèle à la défense des droits humains, plus conforme aux exigences d’une société civile responsable, plus respectueux de l’environnement. Tout ceci par le dialogue, la discussion, le débat.

Lê Huu Minh Tuân, Pham Chi Dung et Nguyên Tuong Thuy © DR

Que reproche le pouvoir communiste à ces trois journalistes ? Le plus célèbre d’entre eux, Pham Chi Dung, né en 1966, est un intellectuel dissident de notoriété publique1. Fondateur de l’Association des Journalistes indépendants, il la présidait jusqu’à son arrestation en novembre 2019. En cinq ans, cette association, regroupant quelques 70 adhérents, s’est dotée d’un outil de communication Việt Nam Thời Báo [Je Journal du Viêt-Nam] sur lequel Pham Chi Dung et ses quelques chroniqueurs commentaient l’actualité nationale ou internationale2. Ils y donnaient donc leur point de vue sans jamais organiser une attaque frontale contre le régime sachant qu’une ligne rouge franchie serait fatale. Cependant, Pham Chi Dung dans ses commentaires publics n’a jamais caché son intention de réformer l’État-Parti. Son parcours est celui d’un intellectuel engagé.

L’ombre pratique des « forces hostiles de l’étranger »

Cette simple disposition d’esprit et les actions qui en découlent sont considérées comme une atteinte à l’intégrité de la RSVN. C’est ce qui est reproché aux trois accusés : « production, détention, diffusion d’informations, de documents, d’articles dans le but de s’opposer à l’État »3. Selon le communiqué du ministère de la justice, ils ont écrit des articles pour « déformer et diffamer l’administration du peuple, enfreindre les intérêts du Parti communiste du Vietnam et de l’État »4 ; voilà une accusation des plus larges. Leur crime ? Écrire, commenter, exprimer des idées sans la validation des « comités d’éducation et de propagande », la police de la pensée vietnamienne. Il faut sans doute le rappeler, selon Emerlynne Gil d’Amnesty International : « Le seul crime de ces journalistes est d’avoir osé discuter de politique et d’autres questions d’intérêt public »5.

En réalité, derrière l’action des ces quelques journalistes, le pouvoir communiste redoute les liens et contacts pris avec des organisations politiques exilées susceptibles de renverser la donne ou d’exercer une quelconque influence sur la politique intérieure du pays. En effet, leur condamnation à de lourdes peines tient aussi au fait qu’ils auraient été « régulièrement été en contact avec des opposants au régime » à l’intérieur et à l’extérieur du pays avant leur arrestation fin 2019 et mi-2020, rappelle l’AFP6. Les autorités de Hanoi agitent toujours dans ces cas précis le vieux spectre du Viêt Tân, l’organisation pro-démocratique basée aux États-Unis la plus honnie du régime.

Bandeau du « Journal du Viêt Nam » et sigle de l’Association des Journalistes Indépendants du Viêt Nam © DR

« Surveiller et punir » en RSVN

Que révèle cet acharnement ? Une fragilité, une obstination, une dérive vers plus d’autoritarisme ? Sans doute les trois à la fois. Le pouvoir a toujours usé d’une certaine paranoïa, processus interne au fonctionnement du communisme d’État avec le besoin d’un antagonisme construit selon les besoins du moment (ennemi intérieur ou extérieur, purge, campagne de rectification idéologique). Pour autant, l’État-Parti, même si traversé par de multiples tensions, ne semble pas fragile. L’obstination politique est aussi une forme récurrente de l’exercice du pouvoir dans ce sens que le PCV a toujours raison. Il donne le « la » et accepte encore difficilement la contradiction ne venant pas de propres ses rangs. Dérive autoritaire ? Force est de constater que la répression contre toute forme de dissidence s’est amplifiée ces dernières quinze dernières années, depuis les premières manifestations d’une société civile organisée. La quasi-totalité de la dissidence, politique ou intellectuelle7, est aujourd’hui neutralisée, emprisonnée ou exilée de force. En octobre 2020, ce fut l’arrestation de la célèbre militante féministe et éditrice Pham Doan Trang8 et depuis quinze ans la liste des (anciens et actuels) prisonniers d’opinion s’est considérablement étoffée.

Pris dans le collimateur de la Sécurité publique, ces journalistes et chroniqueurs politiques indépendants se sont transformés, bien malgré eux, en dissidents puis en « accusés » par l’État-Parti. Dans le Viêt Nam communiste la politique sociale et économique ne se discute pas hors du Parti, la remise en cause des principes de l’autoritarisme ne se discute pas, l’état policier construit depuis la prise du pouvoir en 1945 ne se discute pas malgré les appels à l’ouverture lors de la réforme de la constitution en 20139. Le PCV, fort de sa police et de son armée, peut poursuivre sa route en écrasant les trublions en toute quiétude. A l’approche du XIIIe Congrès du PCV, le message est clair et bien relayé par les médias officiels10. Réprimer pour prévenir. Condamner à de lourdes peines pour dissuader. Emprisonner pour étouffer. Rééduquer pour anéantir. C’est le « surveiller et punir » de la RSVN. « 170 prisonniers politiques sont actuellement incarcérés dans le pays, selon les données de l’ONG [Amnesty International] » rapporte l’AFP11. Quand cette interdiction de penser, d’exprimer des idées, de commenter la chose publique, prendra-t-elle donc fin ? Que restera-t-il comme force à ces journalistes, qui seront âgés respectivement de près de 70 ans, 80 ans et 50 ans pour le plus jeune d’entre eux, au sortir de 15 ans ou de 11 ans de camp et de maltraitance ? Leur engagement total pour la liberté d’expression fera-t-il des émules ?

Comme l’écrivait Pham Chi Dung dans une chanson écrite en détention peu avant Noël : « Le cachot ne peut emprisonner la volonté de liberté… » (« Ngục tối không giam cầm được ý chí tự do…”)12. En matière de droits humains, l’espoir du Viêt Nam réside dans ces paroles-là.

FG, 07/01/2021. MàJ 08/01/2021.

Photographie « à la une » : Inauguration de la fondation de l’Association des Journalistes Indépendant du Viêt-Nam à Hanoi le 04/07/2014. Source : Dien Dan / Forum

Notes

  1. Voir son portrait sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/35303 []
  2. Cf. « Nhà báo tự do Phạm Chí Dũng, Nguyễn Tường Thụy và Lê Hữu Minh Tuấn bị án tù », BBC Vietnam, 05/01/2021 []
  3. Cf. Khanh Vu, « Vietnam : Lourdes peines de prisons pour des journalistes indépendants critiques du régime », Reuters, 05/01/2021, version française Kate Entringer []
  4. Reuters, art. cit. []
  5. AFP, « Vietnam : trois journalistes emprisonnés à l’approche du congrès du Parti », TV5 Monde, 05/01/2021 []
  6. AFP, art. cit. []
  7. Par exemple l’affaire des éditions Tri Thuc en octobre 2018, voir : « Letter of support for Pr. Chu Hao and NXB Tri Thuc, https://indomemoires.hypotheses.org/31650 []
  8. Cf. « Le Vietnam emprisonne la célèbre militante Pham Doan Trang », https://indomemoires.hypotheses.org/36574 []
  9. Voir sur ce sujet notre article : « La constitution vietnamienne de 2013 confrontée au monde réel : choix pragmatique ou réflexe protectionniste ? », https://indomemoires.hypotheses.org/12313 ; « Cùng Viết Hiến Pháp – Ecrivons ensemble la constitution : une initiative vietnamienne constructive », https://indomemoires.hypotheses.org/7196 []
  10. Cf. VNA/CVN, « Trois hommes poursuivis pour propagande contre l’État », Le Courrier du Vietnam, 05/01/2021 []
  11. « Vietnam : trois journalistes emprisonnés à l’approche du congrès du Parti », art. cit. []
  12. Cf. « VNTB – Ngục tối không giam cầm được ý chí tự do », Viêt Nam Thoi Bao, 07/01/2021 []

Vietnam: trois journalistes emprisonnés à l’approche du congrès du Parti

[ndlr] Une information importante à lire sur TV5 Monde.

Trois journalistes vietnamiens ont été condamnés mardi à des peines de 11 à 15 ans de prison pour avoir critiqué le régime communiste, sur fond de répression croissante à l’approche du congrès du Parti.

Les congrès du Parti communiste, qui ont lieu tous les cinq ans, permettent de renouveler les membres du comité central et du bureau politique, l’instance dirigeante suprême qui en est issue.

Dans les mois qui précèdent, théâtres d’intenses tractations, les autorités ont l’habitude d’intensifier leur répression afin de prévenir toute perturbation.

Pham Chi Dung, Nguyen Tuong Thuy et Le Huu Minh Tuan, membres de l’Association des journalistes indépendants du Vietnam et connus pour leurs plaidoyers en faveur de la démocratie, ont été reconnus coupables, lors d’un procès expéditif à Ho Chi Minh-Ville, d’avoir « fourni et diffusé des informations en ligne contre la République socialiste du Vietnam ».

Lire la suite :

TV5 Monde. URL : https://information.tv5monde.com/info/vietnam-trois-journalistes-emprisonnes-l-approche-du-congres-du-parti-390415

Voir également :

Khanh Vu, version française Kate Entringer, « Vietnam: Lourdes peines de prisons pour des journalistes indépendants critiques du régime », Reuters, 05/01/2021. URL : https://uk.reuters.com/article/vietnam-securit-proces-idFRKBN29A18M


La nouvelle a été commentée dans la presse vietnamienne :

« Nhà báo tự do Phạm Chí Dũng, Nguyễn Tường Thụy và Lê Hữu Minh Tuấn bị án tù », BBC News / Vietnamese, 05/01/2021. URL : https://www.bbc.com/vietnamese/vietnam-55513271

« Nhà báo Phạm Chí Dũng bị kết án 15 năm tù, 3 năm quản chế », VOA, 05/01/2021. URL : https://www.voatiengviet.com/a/nha-bao-pham-chi-dung-bi-ket-an-15-nam-tu-3-nam-quan-che/5725001.html

Ái Chân, « Tuyên truyền chống Nhà nước, Phạm Chí Dũng lãnh 15 năm tù », Sài Gòn Giải Phóng, 05/01/2021. URL : https://www.sggp.org.vn/tuyen-truyen-chong-nha-nuoc-pham-chi-dung-lanh-15-nam-tu-707027.html

Tuyết Mai, « Bị cáo Phạm Chí Dũng lãnh 15 năm tù », Tuổi Trẻ, 05/01/2021. URL : https://tuoitre.vn/bi-cao-pham-chi-dung-lanh-15-nam-tu-20210105141726544.htm


Illustration « à la une » : Les trois accusés lors du procès au Tribunal populaire de Ho Chi Minh-Ville : Nguyen Tuong Thuy, Le Huu Minh Tuan (en arrière-plan) et Pham Chi Dung © VNA

Freedom of the Press under Renewed Siege in Vietnam

Le point sur la situation de la liberté de la presse au Viêt-Nam. En 2020, la répression continue.

Six months into 2020, the intensive crackdown against activists and journalists carried out by the Vietnamese government continues. Its latest victim includes arguably the last independent journalist organization in the country. 

On May 23, 2020, Nguyen Tuong Thuy was arrested and his apartment searched by the Public Security Department of Hanoi. Thuy, a 70-year-old military veteran, is currently the vice president of the Independent Journalists Association of Vietnam (IJAVN). Then, on June 12, 2020, the Public Security Department of Ho Chi Minh City arrested Le Huu Minh Tuan, another member of IJAVN. Pham Chi Dung, IJAVN’s president, was arrested in November last year.

The new attack on an association of journalists might seem expected in the current political climate of Vietnam. Yet, it also reflects a much deeper and more systematic issue concerning the institutional suppression of journalism in the country. This article examines how and why the Vietnamese government still completely controls the Vietnamese media and also offers a historical explanation for the contemporary situation of the profession.

Lire la suite : The 88 Project

Illustration « à la une » : IJAVN’s President Pham Chi Dung in a 2016 demonstration against China’s aggressions in the China Sea. Source : Dan Chim Viet

Arrestation du journaliste Pham Chi Dung : un assaut contre la liberté d’expression

Le 21 novembre 2019, le département d’enquête du Ministère de la Sécurité publique à Hô Chi Minh-Ville annoncé officiellement l’arrestation du journaliste indépendant Pham Chi Dung. A travers un communiqué lapidaire l’annonce a été faite sur le site de la Police et largement diffusée dans les médias1.

Le département de police de Hô Chi Minh-Ville, après avoir ouvert une enquête, a exécuté sans tarder le mandat d’arrêt pour la détention et le mandat de perquisition à l’encontre de Pham Chi Dung, une personnalité célèbre de la dissidence vietnamienne. Ce journaliste indépendant, né en 1966 dans la province de Dông Thap, a été arrêté à son domicile au 298/4, Nguyên Trong Tuyên, quartier 1, district de Tân Binh à Hô Chi Minh-Ville sous les chefs d’inculpation « de fabrication, de stockage, de diffusion d’informations ou de propagande et documents destinés à s’opposer à l’État de la République socialiste du Viêt Nam ». Cette inculpation s’appuie sur l’article 117 du Code pénal de 2015 (modifié et complété en 2017) de la République socialiste du Viêt Nam. La nouvelle a été présentée sur le Courrier en Vietnam, organe de l’agence vietnamienne d’information en français, dans des termes déniant toute qualité de journaliste à M. Dung présenté comme « une personne », « un homme » responsable d’une grave infraction :

L’Agence de police d’enquête de la police de Hô Chi Minh-Ville a introduit une instance et interpellé un homme domicilié dans la mégapole du Sud pour propagande contre l’État vietnamien, a-t-elle informé jeudi 21 novembre2.

Le communiqué de la Police précise, sans réelle surprise, que « récemment, Pham Chi Dung a eu de nombreuses activités publiques très dangereuses, violant gravement la loi et nuisant à la stabilité sociale, à la sécurité et à l’ordre public ». Cette nouvelle confirme le durcissement des autorités communistes du Viêt-Nam vis-à-vis de toute expression pluraliste dans le pays. Dans le collimateur de la police politique depuis des années, Pham Chi Dung avait créé l’Association des journalistes indépendants du Viêt-Nam (Hội nhà báo độc lập Việt Nam) en juillet 2014, association dont il était le président et l’un des principaux rédacteurs. A la suite de cette arrestation, le quotidien en ligne fondé par Pham Chi Dung a été rapidement déconnecté de la toile3.

L’intellectuel Nguyen Quang A réagissait à cette arrestation sur le programme vietnamien de la BBC : « Je me sens dévasté, triste et de plus en colère car l’arrestation de M. Pham Chi Dung est un signe très inquiétant de la politique actuelle du gouvernement vietnamien, car les accusations portées contre lui sont absolument sans fondement »4. De son côté l’avocat Trân Quôc Thuân se montrait « à la fois surpris et non surpris » par une telle arrestation. Il rappelait que Pham Chi Dung avait été, par le passé, en partie protégé par ses relations familiales, étant le fils de Pham Hung, un dirigeant communiste notoire dans le sud qui fut le secrétaire de l’ancien Premier ministre Vo Van Kiêt5. Le fait que ce journaliste indépendant, fondateur du Viêt Nam Thoi Bao un quotidien en ligne, soit bien informé par des sources non identifiées a poussé la Sécurité publique à diligenter une perquisition et à mener cette enquête6.

Sur sa page Facebook, l’Association des journalistes indépendants publia le 22 novembre 2019 un Communiqué de presse rappelant la légalité de Pham Chi Dung dans sa construction d’un journalisme professionnel détaché du pouvoir politique conformément à l’article 25 de la Constitution du pays et aux accords internationaux en matière de droits civils et politiques signés par la RSVN7. Le communiqué rappelait son soutien total et inconditionnel au travail de Pham Chi Dung dans sa volonté de construire ce journalisme vietnamien indépendant et dénonçait toutes les arrestations de personnalités jugées dissidentes par le régime, utilisées comme monnaie d’échange dans les négociations commerciales internationales, notamment celles en cours avec l’Union Européenne8.

L’association Reporters sans frontières qui avait fait de Pham Chi Dung un de ses « héros de l’information » en 2014 a fermement condamné cette mesure policière :

Reporters sans frontières (RSF) condamne avec la plus grande fermeté l’interpellation de ce défenseur opiniâtre de la liberté de la presse, qui œuvre depuis plusieurs années pour la consolidation d’une société civile ouverte et informée, au-delà de la propagande du Parti communiste vietnamien (PCV)9.

D’autres ONG de défense des Droits de l’homme ont immédiatement adressé une lettre de protestation aux autorités vietnamiennes. En particulier, l’OMCT (Organisation mondiale contre la torture) a rappelé l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, ratifié par la RSVN le 24 septembre 1982 :

The Observatory strongly condemns the arbitrary detention and judicial harassment of Mr. Pham Chi Dung, which seem to be only aimed at punishing him for his legitimate exercise of his right to freedom of expression. The Observatory calls on the Vietnamese authorities to immediately release Mr. Pham Chi Dung and put an end to any acts of harassment, including at the judicial level, against him and all the human rights defenders in the country. The Observatory further calls on the authorities to respect the right to freedom of opinion and expression as enshrined in Article 19 of the International Covenant on Civil and Political Rights (ICCPR).10

Si actuellement, « l’affaire est en cours d’investigation » comme le rappelle le communiqué de la Sécurité publique, cette arrestation est le signe d’une tension grandissante chez les autorités communistes à l’approche du XIII congrès de janvier 2021. L’inquiétude n’est pas feinte car, outre le fait que la RSVN ne respecte pas la liberté de la presse et d’expression, elle démontre une fois de plus que les dirigeants actuels affichent un profond mépris pour les recommandations de la communauté internationale en la matière, bafouant allégrement la propre constitution du Viêt-Nam amendée en 2013.

En cinq ans, Pham Chi Dung a pu démontrer qu’un journalisme indépendant de qualité était possible et pouvait agir sur l’évolution des mentalités au sein du Parti communiste vietnamien. L’influence grandissante de ce média à travers la pertinence des analyses de Pham Chi Dung a sans doute été la cause de cette répression aussi soudaine que malheureusement prévisible dans un État-Parti tenu d’une main de fer par la police politique.

FG, MàJ 25/11/2019.

Extrait de L’Asie du Sud-Est 2015 (Bangkok, IRASEC).

Notes

  1. Cf. Khởi tố hình sự đối với Phạm Chí Dũng về hành vi “Làm, tàng trữ, phát tán hoặc tuyên truyền thông tin, tài liệu, vật phẩm nhằm chống Nhà nước Cộng hòa xã hội chủ nghĩa Việt Nam”, Bô Công An, 21/11/2019 []
  2. Hô Chi Minh-Ville : une personne poursuivie pour propagande contre l’État, Le Courrier du Vietnam, 22/11/2012 []
  3. Le site renvoie désormais les lecteurs sur une page d’inscription à Blogger []
  4. Phản ứng dư luận sau khi cây bút Phạm Chí Dũng bị bắt, BBC Vietnamese, 22/11/2019. Voir aussi : Việt Nam bắt và khởi tố hình sự ông Phạm Chí Dũng, BBC Vietnamese, 21/11/2019. []
  5. Voir le portrait que nous avions fait de lui dans L’Asie du Sud-Est 2015 – Bilan, enjeux et perspectives, sous la dir. d’Abigaël Pesses et François Robinne : « Pham Chi Dung, figure du nouveau journalisme indépendant », pp. 337-338, reproduit ci-dessus []
  6. Phản ứng dư luận sau khi cây bút Phạm Chí Dũng bị bắt, BBC Vietnamese, 22/11/2019. Voir aussi les détails biographiques mentionnés par le quotidien californien Nguoi Viêt : CSVN bắt giam nhà báo tự do Phạm Chí Dũng, Nguoi Viêt, 21/11/2019 []
  7. Un aperçu des sujets traités par ce journaliste est donné sur Voice Of America : https://www.voatiengviet.com/z/4579 []
  8. Voir : https://www.facebook.com/ijavn.org/ []
  9. Cf. Inquiétante arrestation du journaliste indépendant vietnamien Pham Chi Dung, RSF, 22/11/2019 []
  10. Cf. Viet Nam: Arbitrary detention of Mr. Pham Chi Dung, OMCT, 22/11/2019. Sur ce pacte voir : International Covenant on Civil and Political Rights, ONU ; texte en français et sa ratification par les États membres : 4. Pacte international relatif aux droits civils et politiques, UNTC []

Quang dies and a vacuum opens in Vietnam [Asia Times]

[ndlr] Le décès soudain du président de la RSVN ouvre une période incertaine au sein du cercle très fermé du Polit-Buro vietnamien. Dans cet article renseigné, le journaliste David Hutt revient sur l’action et le rôle de Tran Dai Quang ces deux dernières années. De son côté, la BBC organise une table ronde sur les réactions et les conséquences de cette disparition.

President Tran Dai Quang’s demise will enliven factional rivalry inside the ruling Communist Party ahead of an increasingly uncertain leadership transition

Vietnamese President Tran Dai Quang died on Friday morning after months of public speculation about his poor health, creating a power vacuum in the communist country’s triumvirate leadership structure.

As the former head of the fearsome Ministry of Public Security, Quang was known as a hard-line figure in the ruling Communist Party, but since last year was also seen as a budding rival to the nation’s top politician, Party Secretary General Nguyen Phu Trong.

The cause of Quang’s death was not immediately announced but local media reports quoted a senior healthcare official as saying he suffered from a “serious illness.” Quang was receiving treatment at Hanoi’s Military Central Hospital when he died just after 10am this morning, the reports said.

A member of the Politburo since 1997 and the dominant force within the Ministry of Public Security for the last 15 years, Quang has served as the ceremonial head of the government since becoming president at the January 2016 Party Congress, a quinquennial event.

It was no secret, however, that Quang often butted heads with Trong, who has launched a politicized anti-corruption drive and shifted the Party back towards its ideological roots since the Congress. While neither official had made any public comments about their disagreements, the rivalry had been a rich source of speculation over the last year.

Lire la suite : Asia Times, 21/09/2018. Article traduit en vietnamien sur le site d’information indépendant Viet Nam Thoi Bao de Pham Chi Dung : Chủ tịch nước chết và vùng cấm hé mở

La BBC, programme en vietnamien a organisé aujourd’hui une table ronde sur cette disparition, le legs politique de Tran Dai Quang et ses conséquences.