Archives par mot-clé : péninsule indochinoise

“Mémoires d’Indochine” 2021 – Séance 7

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

Exemples de Mémoires de femmes vietnamiennes publiés au Viêt-Nam ou à l’étranger, en exil.

★ ★ ★

Mémoires et genre : mémoires genrées

Séance 7 : mercredi 17 novembre 2021 (9-12h)

Un coup d’œil sur nos rayons de bibliothèques et l’on sera surpris-e du poids écrasant des auteurs sur les autrices. En philosophie occidentale, les manuels présentent essentiellement des auteurs. Rares sont les femmes philosophes à être citées, à deux exceptions près Hannah Arendt et Simone de Beauvoir. Est-ce à dire qu’elles n’existent pas ? Rien n’est moins sûr car le processus de leur invisibilité est désormais connu (Michèle Le Doeuff, 1989 et 1998). En histoire, Michelle Perrot, dans un ouvrage célèbre, rappelait les lourds “silences de l’histoire” en ce qui concerne les femmes. “Écrire l’histoire des femmes suppose qu’on les prenne au sérieux, qu’on accorde au rapport des sexes un poids, même relatif, dans les événements et dans l’évolution des sociétés”, écrit-elle. Les nouvelles études sur le rôle des femmes dans la préhistoire (Anne Augereau, 2021) sont le signe d’un changement. Dans le domaine des études sur le genre la tendance s’inverse peu à peu avec l’apparition cette dernière décennie d’une multitude de productions nouvelles, décapantes et dérangeantes. Cependant, cette “prise de conscience” que retrace la sociologue Christine Détrez ne doit pas être passagère et épouser les simples contours d’une mode.

Des outils sont forgés comme les dictionnaires sous la direction des chercheures Christine Bard et Sylvie Chaperon (Dictionnaire des féministes, PUF, 2017) ou sous la direction de Catherine Achin et de Laure Bereni (Dictionnaire genre et science politique, Science Po, Les Presses, 2013), l’Encyclopédie critique du genre sous la direction de Juliette Rennes (La Découverte, 2016 et 2021 pour l’édition en ligne) ou encore Feu ! Abécédaire des féminismes présents coordonné par la philosophe Elsa Dorlin (Libertalia, 2021). Une nouvelle histoire illustrée avec une riche iconographie se construit comme le démontrent les ouvrages de Bibia Pavard, Florence Rochefort et Michelle Zancarini-Fournel (Ne nous libérez pas, on s’en charge, 2020), ou Combattantes sous la direction de Martial Poiron (Seuil, 2020). Des précis sont édités comme l’Histoire mondiale des féminismes de Florence Rochefort (coll. Que Sais-Je ?, 2018), des collections sont initiées comme “EgalE à égal” chez Belin ou de conséquents recueils d’articles (Geneviève Fraisse, La fabrique du féminisme, Le passager clandestin, 2012 ; Michèle Riot-Sarcey, Le genre en questions, Creaphis Editions, 2016) donnent à voir l’évolution et l’affirmation d’une pensée. Des archives féministes sont constituées pour offrir à la recherche des sources sur des travaux ignorés ou sur des actions invisibilisées.

Cette dernière séance du séminaire Mémoires d’Indochine s’intéressera à l’émergence des études de genre en péninsule indochinoise. Au Viêt-Nam, l’historienne vietnamienne Bui Trân Phuong est sans doute la pionnière dans ce domaine avec sa thèse soutenue en 2008 en langue française consacrée à l’émergence du féminisme dans ce pays confucéen en situation coloniale. Cependant, du point de vue des sources, rares sont encore les récits de vie des femmes dans cet angle de l’Asie. En particulier, les autrices vietnamiennes, à l’intérieur du pays ou en terre d’exil, ont forgé leurs propres récits de la révolution et de la guerre. On peut compter parmi elles les grandes écrivaines Duong Thu Huong, Nha Ca, Pham Thi Hoai mais aussi sur quelques activistes des deux camps (Nord et Sud Viêt-Nam). Au Cambodge, les témoignages de femmes martyrisées sous le régime de Pol Pot ont également vu le jour. D’autres récits, comme celui d’une grand-mère Hmong, montrent l’importance qu’il y aurait à mener une étude genrée des événements tragiques du XXe siècle de l’Indochine coloniale aux États post-coloniaux mais aussi dans leurs dimensions transnationales et multiethniques. Ou comment concevoir une histoire qui lie “race, genre, classe” (selon le concept développé par le Black Feminism) et écologie.

Pour approfondir, voir l’aperçu bibliographique en ligne : “CONSTELLATION” : OUTILS POUR L’ÉTUDE DU GENRE ET DES FÉMINISMES. URL : https://guerillera.hypotheses.org/5042

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux derniers exposés oraux autour de deux sujets liés à la domination et à l’émancipation en Indochine coloniale.

Visioconférence et texte :

Christine Détrez : “Des femmes au genre : les étapes d’une prise de conscience” (conférence de mars 2021).


Bui Tran Phuong, « Bui Tran Phuong, Viêt Nam 1918-1945, genre et modernité : Émergence de nouvelles perceptions et expérimentations », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 14 juillet 2008. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/255


Recensions d’ouvrage pour accompagner la séance :



Numéro spécial de revue :

Sous la direction de Naomi Davidson et Capucine Boidin, Le genre des indépendances, CLIO, Femmes, Genre, Histoire, n° 53, 2021. Aperçu en ligne : https://journals.openedition.org/clio/19549

Exposés oraux

Louise Arnoux-Maillet :

  • Christina E. Firpo, Black Market Business. Selling Sex in Northern Vietnam, 1920–1945, Ithaca, NY, Cornell University Press, 2020.


Anatole Bernet :

Geoffrey Gunn, Monarchical Manipulation in Cambodia. France, Japan, and the Sihanouk Crusade for Independence, Copenhague, NIAS Press, 2018. Présentation : https://www.niaspress.dk/book/monarchical-manipulation-in-cambodia/


Illustration “à la une” : Récits de vie de femmes vietnamiennes.

Séminaire Mémoires d’Indochine : Synopsis 2021

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :
La décolonisation et la guerre vécues par les populations
du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes

Enseignant : François Guillemot

Courriel : francois.guillemot@ens-lyon.fr

Jour : le mercredi

Horaires : 9h-12h et 9h-11h

Salles :  D4.070 (IAO) sauf indication

Structure du séminaire :

Chaque séance de 3 heures se décompose en deux parties. La première partie est consacrée à l’étude des documents, auparavant lus par tous. La seconde partie est consacrée aux exposés oraux des étudiants et/ou consiste en une discussion autour d’un documentaire historique. Dans tous les cas, les deux parties exigent la participation active des étudiants.

Description succincte et objectif du séminaire :

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a été, le plus souvent, présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs. Dans ces textes, la parole des populations reste assez peu lisible. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américains et les Vietnamiens exilés de la République du Sud, voire quelques écrivains du Renouveau) ont chacun de leur côté beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. A l’intérieur du pays, aux côtés d’une peinture héroïque et hagiographique de la révolution et de la lutte pour l’indépendance, de nouveaux témoignages entendent bousculer les certitudes. Les Cambodgiens ont largement témoigné du destin de leur pays en guerre en particulier de la violence vécue pendant la dictature du Kampuchéa Démocratique. Le procès des Khmers Rouges a ravivé les traumatismes mais aussi refermé une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Au Laos, les nouvelles réalités locales interpellent les jeunes adultes de la diaspora sur leur identité et la mémoire collective élaborée en exil. A l’appui de nombreuses publications historiques et politiques et de construction de lieux de mémoires imposants, les vainqueurs de ces trois pays continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités postcoloniales et la parole d’après-guerre.

L’objectif de ce séminaire est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits (à portée autobiographique et « archives de soi »), de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. Cette approche, très liée aux enjeux mémoriels, permettra de mieux saisir comment nous sortons d’une période où la conscience historique prévalait pour entrer dans une ère où les mémoires envahissent peu à peu la sphère politique. Mémoires manipulées, mémoires conflictuelles ou juxtaposées, tronquées ou oubliées, chacun de ces aspects sera discuté à travers les textes et les exposés oraux du séminaire. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement des États-nations postcoloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) est donc ici appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays. Il s’agit en quelque sorte de prendre la juste mesure des mémoires, écrites ou orales, pour interroger l’histoire récente de ces trois pays, et tenter d’élaborer une histoire vue du bas.

Cette année, notre champ d’investigation s’intéressa à la question des altérités et au regard ontologique que les mémoires proposent. Qui sommes-nous et qui est l’autre ? Quelles interactions régissent les rapports colonisés / colonisateurs, quelles dominations se mettent en place ? Comment s’expriment les maintiens des mémoires dans le champ virtuel, interactif et visuel de la toile ? A travers les différentes approches anthropologiques, sociologiques et historiques, du “militaria” au décolonial, du colonial au post-colonial, c’est tout compte fait la question de l’Autre qui se pose à nous et qui bouscule nos propres raisonnements. Cette dernière année du séminaire Mémoires d’Indochine s’attachera donc, entre bilan et perspectives, à revenir sur des enjeux qui traversent les sociétés de la péninsule indochinoise et qui ne peuvent trouver une véritable conclusion académique, voire une finalité ontologique.

Mots clés : archives de soi ; commémoration ; communisme ; discours ; ethnies minoritaires ; ethnoscape ; femmes ; guerre ; histoire orale ; historiographie ; identité ; internet ; libération ; mémoire ; mouvements politiques ; nationalisme ; netnographie ; oppression ; péninsule indochinoise ; récit de vie ; réseaux sociaux ; résistance ; subaltern studies

Sites du séminaire :

★ ★ ★

Plan du séminaire :

Séance introductive (9-11h). Mercredi 22 septembre 2021 : Introduction (notions, modalités, calendrier).

Séance 1 (9-11h). Mercredi 29 septembre 2021 – “Le devoir de mémoire”, France, Indochine, états post-coloniaux

Séance 2 (9-11h). Mercredi 6 octobre 2021 – Archives, sources et mémoires

Séance 3 (9-12h). Mercredi 13 octobre 2021 – Corps et mémoires : mémoires des corps

Séance 4 (9-12h). Mercredi 20 octobre 2021 – Famille et mémoires : récits familiaux et transmission

Séance 5 (9-12h). Mercredi 27 octobre 2021 – Guerre et mémoires : enjeux mémoriels

Séance 6 (9-12h). Mercredi 10 novembre 2021 – Art et mémoires : transfigurer l’indicible

Séance 7 (9-12h). Mercredi 17 novembre 2021 – Genre et mémoires : mémoires genrées

★ ★ ★

Bibliographie

Instruments de travail :

DALLOZ, Jacques, Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006. Présentation éditeur.

DULUCQ, Sophie, KLEIN, Jean-François, STORA, Benjamin (sous la dir.) Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher E., Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Honolulu, University of Hawaii Press/Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, 2012. (voir lien “Guerre d’Indochine 1945-1956″ ci-dessus). Présentation éditeur.

KLEIN, Jean-François, SINGARAVELOU, Pierre & SUREMAINN, Marie-Albane de, Atlas des empires coloniaux : XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2012. Présentation éditeur.

TERTRAIS, Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2004 (réédition 2007). Présentation éditeur.

★ ★ ★

Quelques lectures pour accompagner le séminaire :

ABDOUL-CARIME, Nasir / MIKAELIAN, Grégory et THACH, Joseph (eds.), Le passé des Khmers. Langue, textes, rites, Berne, Peter Lang, 2016. Présentation éditeur.

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2006. Présentation éditeur.

APPADURAI, Arjun, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Editions Payot & Rivages, Petite Bibliothèque Payot, 2005. (Voir le CR de lecture de Marie Bellot).

BANCEL, Nicolas ; BLANCHARD, Pascal ; LEMAIRE, Sandrine, La fracture coloniale. La société française au prisme de l’héritage colonial, Paris, La Découverte, La Découverte Poche, n° 232, 2006. Présentation éditeur.

BORGHI, Rachele, Décolonialité et privilège. Devenir complice, Villejuif, Éditions Daronnes, 2021. Présentation éditeur.

BRISSON, Thomas, Décentrer l’Occident. Les intellectuels postcoloniaux, chinois, indiens et arabes, et la critique de la modernité, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2018. Présentation éditeur.

BROCHEUX, Pierre & HEMERY, Daniel, Indochine la colonisation ambiguë 1858-1954, Paris, Éditions La Découverte, textes à l’appui / histoire contemporaine, 2001, nouvelle éd. augmentée et mise à jour. Version anglaise sous le titre Indochina: An Ambiguous Colonization, 1858-1954, Berkeley, University of California Press, 2011. Présentation éditeur (fr.)

DALISSON, Rémi, Les guerres et la mémoire, Paris, CNRS éditions, 2013. Présentation de l’éditeur.

DOAN CAM THI, Écrire le Vietnam contemporain: guerre, corps, littérature, Paris, PUPS, 2010. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015. Traduction de Going Indochinese. Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, Copenhagen, NIAS Press, 2012. Présentation éditeur (fr.).

GOSCHA, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane, 2016. Présentation éditeur.

GUILLEMOT, François, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, « La Découverte / Poche », 2018. Présentation éditeur.

GUILLEMOT, François & LARCHER-GOSCHA, Agathe, La colonisation des corps. De l’Indochine au Viêt Nam, Paris, Vendémiaire, « Chroniques », 2014. Présentation éditeur.

HARDY, Andrew, Red Hills. Migrants and the state in the highlands of Vietnam, Copenhagen, Singapore, NIAS press / ISEAS, 2005. Présentation éditeur.

HARTOG, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points Histoire H458, 2012 (rééd.). Présentation éditeur.

HICKEY, Gerald C., Free in the forest. Ethnohistory of the Vietnamese central highlands, 1954-1976, New Haven, Yale University Press, 1982.

HUE-TAM HO TAI (ed.), The Country of Memory. Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, University of California Press, 2001. Présentation éditeur.

IVARSSON, Søren, Creating Laos, The Making of a Lao Space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen, NIAS Press, 2008. Présentation éditeur.

LE DANTEC-LOWRY, Hélène ; RENAULT, Matthieu et al., Histoire en marges. Les périphéries de l’histoire globale, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Civilisations étrangères », 2018. Présentation éditeur.

LE FAILLER, Philippe, La rivière Noire, l’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, CNRS éditions, coll. « CNRS Alpha », 2014. Présentation éditeur.

NGUYEN, Nathalie Huynh Chau, La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne, Paris, Riveneuve éditions, 2013.

NGUYEN Thê Anh, Monarchie et fait colonial au Viêt-Nam (1875-1925). Le crépuscule d’un ordre traditionnel, Paris, L’Harmattan, “Recherches asiatiques”, 1992. Présentation éditeur.

PANH, Rithy et BATAILLE, Christophe, L’Élimination, Paris, Grasset, 2012. Présentation éditeur.

PO DHARMA, Du Flm au Fulro : une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006. Présentation éditeur.

RICOEUR, Paul, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, Points Essais 494, 2000 (rééd. 2003). Présentation éditeur.

SEMELIN, Jacques, Purifier et détruire. Usages politiques des massacres et génocides, Paris, Éditions du Seuil, Point Seuil Essais 696, 2005, parution en poche en 2017. Présentation éditeur.

SOUYRI, Pierre-François (textes réunis par), Mémoire et fiction. Décrire le passé dans le Japon du XXe siècle, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2010. Présentation éditeur.

SPIVAK, Gayatri Chakravorti, Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2009, nouvelle édition 2020. Présentation éditeur.

TARAUD, Christelle, La colonisation, Paris, Éditions Le Cavalier bleu, coll. “idées reçues”, 2008. Présentation éditeur.

TRAVERSO, Enzo, Passés singuliers. Le “Je” dans l’écriture de l’histoire, Montréal, Luc éditeur, coll. “Hors collection”, 2020. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana & KWOK Kian-Woon (eds), Contestations of memory in Southeast Asia, Singapore, National University of Singapore Press, 2012. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana (ed.), Southeast Asian Lives: Personal Narratives and Historical Experience, Singapore, National University of Singapore Press, 2006. Présentation éditeur.

Numéros spéciaux de revues et articles en ligne :

ARTIERES, Philippe & KALIFA, Dominique (éd.), “Histoire et archives de soi”, Sociétés & Représentations, n° 13, 2002/1.

BAUSSANT Michèle et al., « Des passés déplacés. Mémoires des migrations », Paris, Seuil, Communications, EHESS, Centre Edgar Morin, n° 100, 2017. Disponible sur Persée.

CHIVALLON, Christine, « Retour sur la « communauté imaginée » d’Anderson. Essai de clarification théorique d’une notion restée floue », Raisons politiques, 2007/3 (n° 27), p. 131-172. Disponible sur Cairn.

DOAN Cam Thi, « Femme, fantasme et guerre. Genèse d’une parole libre dans « La survivante de la Forêt qui rit », nouvelle vietnamienne de 1991 », La revue des ressources, lundi 2 avril 2007. Voir en ligne.

LAPIERRE, Nicole (sous la dir.), « La mémoire et l’oubli », Seuil, Communications, n° 49, 1989.

TORRES, Pedro Ruiz (dir.), « Transferts de mémoires », Passés Futurs, n° 3 en ligne sur Politika.

VIRGILI, Fabrice (éd.), “Les lois genrées de la guerre”, CLIO Femmes, Genre, Histoire, n° 39, 2014. Voir en ligne.

ZANCARINI-FOURNEL, Michelle, « À propos du « retard » de la réception en France des Subaltern Studies », Actuel Marx, 2012/1 (n° 51), p. 150-164. Disponible sur Cairn.

Sur le carnet Mémoires d’Indochine :

Fourton, Marjolaine, « Les Subaltern Studies : principes fondateurs et postérité d’un projet historique », Mémoires d’Indochine, 08/02/2016.

  • Bibliographie spécifique du séminaire (PDF ci-dessous) :

A consulter également :

“CONSTELLATION” : OUTILS POUR L’ÉTUDE DU GENRE ET DES FÉMINISMES. URL : https://guerillera.hypotheses.org/5042

★ ★ ★

Travaux à faire et notation : Présence régulière au séminaire requise, participation active, lecture et commentaire des documents proposés obligatoires (30 % de la note). Chaque étudiant devra faire le Compte rendu de lecture [CR] d’un ouvrage sur 3 ou 4 pages (maxi) interligne 1,5, accompagné d’une recherche bibliographique autour de l’ouvrage (40 % de la note). Le même ouvrage sera présenté oralement pendant vingt minutes au cours du séminaire (30 % de la note). Des précisions sur ces travaux seront apportées lors de la séance introductive. Dans les conditions particulières de ce semestre liées à la crise sanitaire, le travail demandé pourra être modifié.

Image « à la une » : FX, Dévastation, 2021 (détail).

“Mémoires d’Indochine” 2020 : séance 7

Année universitaire 2020-2021 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

« Mémoires online : commémorations officielles et récits alternatifs »

Montagnards armés des hauts-plateaux du centre du Viêt Nam © 1962 AP wire photo / collection FG

★ ★ ★

Ethnies minoritaires en danger et formations religieuses sous contrôle : histoires et mémoires de groupes “subalternes”

Séance 7 : mercredi 2 décembre 2020 (visioconférence)

Pendant la longue période de la décolonisation et d’accession à l’indépendance, les populations de la péninsule indochinoise ont enduré des guerres civiles particulièrement meurtrières au sien desquelles les ethnies minoritaires ont dû se positionner. Les belligérants de part et d’autre ont en effet recruté, utilisé, formé des bataillons composés de membres de différentes ethnies et ont partitionné leur territoire. Pendant la guerre d’Indochine puis la guerre du Viêt-Nam, des groupes ethniques se sont mobilisés pour former des fronts de résistances montagnards (Thai, Nung, Barajaka, FULRO…) dans le but de préserver leur territoire et leurs identités plurielles face aux hégémonies locales. D’autre groupes comme les Hmongs au Laos ou les Nungs au Viêt-Nam ont joué un rôle clé dans la guerre.

La religion a de façon plus subtile été également partie prenante de ces conflits. Les années soixante dans le Sud du Viêt-Nam sont connus pour avoir traversé une crise importante entre catholiques et bouddhistes et d’autres groupes comme les bouddhistes Hoa Hao, les protestants ou encore les musulmans de l’ethnie Cham ont moins retenus l’attention des observateurs pendant la période de la guerre. Le front montagnard FULRO a également été au cœur de l’actualité de la République du Viêt-Nam entre 1964 et 1975. Les problématiques liées à l’existence de ces groupes ethniques, parfois avec une dimension politico-religieuse (cas des nouvelles religions : caodaïsme et bouddhisme Hoa Hao dans le delta du Mékong), a néanmoins ressurgi à l’heure de la mise en place des Etats post-coloniaux unifiés sous l’égide des partis communistes.

L’historiographie s’est encore assez peu intéressée à la trajectoire particulière de ces minorités ethniques ou religieuses, en marge ou au cœur des guerres d’indépendance. Cette séance proposera un survol des enjeux actuels et mémoriels autour des questions ethnico-religieuses en péninsule indochinoise.

La seconde partie de la séance est consacrée au dernier exposé.

Lectures :

Bruneau Michel, « Évolution des étagements ethnopolitiques dans les montagnes sino-indochinoises », Hérodote, 2002/4 (N°107), p. 89-117. DOI : 10.3917/her.107.0089. URL : https://www.cairn.info/revue-herodote-2002-4-page-89.htm

Jammes Jérémy, Sorrentino Paul, « Géopolitique des religions au Viêt Nam. Les voies multipolaires d’une société civile confessionnelle », Hérodote, 2015/2 (n° 157), p. 112-125. DOI : 10.3917/her.157.0112. URL : https://www.cairn.info/revue-herodote-2015-2-page-112.htm

Corpus d’ouvrages accompagnant la séance.

Exposé de Clémence-Leïla AITOUT :

Gerard C. Hickley, Free in the forest : ethnohistory of the vietnamese central highlands 1954-1976, London, Yale University Press, 1982.


Image « à la une » : Rizières en terrasse de Sapa © 1996 FG

“Mémoires d’Indochine” 2020 : Séance 5

Année universitaire 2020-2021 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

« Mémoires online : commémorations officielles et récits alternatifs »

★ ★ ★

The Lewiston Daily Sun – Jun 5, 1975

Exils, résistances et génocides : une péninsule “brutalisée”

Séance 5 : mercredi 18 novembre 2020 (visioconférence)

L’avènement de nouveaux États postcoloniaux communistes en péninsule indochinoise s’est réalisé dans des contextes accrus de guerre civile. Que ce soit au Cambodge, au Laos ou au Viêt-Nam, ces guerres ont laissé des traces indélébiles dans les chairs et la mémoire des populations. Mais plus encore, la création de trois États communistes marqués par l’alignement sur l’URSS ou la Chine populaire a engendré une vague d’exils sans précédent par terre (land people) et par mer (boat people) jusqu’au règlement du conflit cambodgien au début des années 1990 . Victimes de cette reconfiguration géopolitique, minorités politiques, ethniques ou religieuses ont choisi la fuite comme gage de survie face à des états répressifs organisateurs d’une massive purge dans chaque pays. Ces victoires communistes ont été ainsi des défaites humanistes et posé des défis humanitaires. Au Cambodge, les killing fields (champs de tuerie) ont rythmé l’épuration khmère rouge pour asseoir le “peuple ancien” (campagnard) au pouvoir. Au Laos ou au Viêt-Nam, les goulags de la rééducation politique se sont vite transformés en camps de la mort lente. D’une certaine façon, la décolonisation s’est faite par la “brutalisation des sociétés” de la péninsule indochinoise.

Cependant, ce contexte particulièrement éprouvant pour les populations a engendré des résiliences à la fois politiques (avènement du Renouveau au Viêt-Nam et solution politique au Cambodge), militaires (résistances armées anticommunistes puis démilitarisation de la péninsule), sociales et culturelles (constitution de communautés exilées importantes). Cette séance consacrée aux bouleversements post-1975 s’intéressera donc à ces trois phénomènes qui ont marqué la péninsule du fer rouge pendant une quinzaine d’années : les exils des populations ; les résistances armées indissociables de la troisième guerre d’Indochine ; la question du génocide perpétré par les Khmers rouges entre 1975 et 1979 ; et leurs répercutions sur la toile.

La seconde partie de la séance est consacrée aux exposés oraux.

★ ★ ★

Exposé de Marine Bruder

Cambodia celebrates 40th anniversary of Khmer Rouge ouster. Source : DW (Deutsche Welle)

  • Retour sur la date anniversaire du renversement des Khmers rouges.

Exposé de Zoé Liénard

  • COOPER, Frederick, Le colonialisme en question. Théorie, connaissance, histoire, Paris, Payot, 2010.

Illustration “à la une” : boat people vietnamiens © DR

« MÉMOIRES D’INDOCHINE » 2020 : SÉANCE 4

Année universitaire 2020-2021 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

« Mémoires online : commémorations officielles et récits alternatifs »

★ ★ ★

Postcolonial Studies sur l’Indochine, aperçu bibliographique

Séance 4 : mercredi 4 novembre 2020 – salle de réunion de l’IAO (à confirmer)

Reprise de la thématique du séminaire de l’année dernière.

L’avènement du courant des Postcolonial Studies a bousculé la tradition historiographique française et l’emploi de cette notion se révèle tout aussi parcimonieux dans les études conduites par des chercheurs français. Cette séance reviendra sur la réception de ce courant en France avant de présenter quelques ouvrages clés sur la péninsule indochinoise qui s’inscrivent dans ou autour de ce champ. Notre attention se portera sur les « modes d’emploi » et la portée d’une notion plurielle à l’intersection de multiples problématiques – notion qui s’interroge, dans un effort réflexif, sur son propre fondement théorique.

La seconde partie de la séance est consacrée aux exposés oraux.

★ ★ ★

Exposé de François Cormier

Hue-Tam Ho Tai, Passion, betrayal, and revolution in colonial Saigon: the memoirs of Bao Luong, Berkeley, University of California Press, 2010. Présentation de l’éditeur.

Exposé de Maïlys de Colnet

Mike Davis, Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales. Aux origines du sous-développement, Paris, La Découverte, La Découverte Poche / sciences humaines et sociales n°228, 2006. Présentation de l’éditeur.

★ ★ ★

Lectures requises :

Nicolas Bancel, « Un malentendu postcolonial ? Réception et débats dans le champ académique français autour des Postcolonial Studies », in Collectif Write Back, Postcolonial Studies : modes d’emploi, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2013, p. 29-70.

Burleigh Hendrickson, « Qu’est-ce que la postcolonialité ? Vers une définition pluraliste », in Collectif Write Back, Postcolonial Studies : modes d’emploi, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2013, p. 155-173.

Entretiens vidéographiques :

Autres références signalées sur Mémoires d’Indochine : 

Illustration « à la une » : Les deux Soeurs Trung repoussant l’envahisseur chinois, d’après une estampe de Dông Hô © Mémoires d’Indochine

Disparition de l’ethnologue Richard Pottier (1940-2020)

[ndlr] Annonce de Vanina Bouté, codirectrice du Centre Asie du Sud-Est (UMR CNRS/EHESS 8170). Enseignante-chercheuse à l’Université de Picardie.


Nous venons d’apprendre avec tristesse la disparition, avant-hier, le 8 septembre, de Richard Pottier, ethnologue de la péninsule Indochinoise, disciple revendiqué de Georges Condominas, particulièrement connu pour ses recherches sur les pratiques thérapeutiques au Laos et sur la mythologie thaïe.

Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages, parmi lesquels : Les réfugiés originaires de l’Asie du Sud-Est (avec G. Condominas), La Documentation française, 1983; Santé et société au Laos, 1973-1978, Scripta, 2004; Yû dî mî hèng. Essai sur les pratiques thérapeutiques lao, Ecole française d’Extrême-Orient, 2007; Anthropologie du mythe, Editions Kimé, 1994; “Asie du Sud-Est” in Encyclopédie philosophique universelle, T. IV, 1998; Anthropologie du mythe 2. Ancêtres et fondateurs de dynastie dans la mythologie Lao, Éditions Kimé, 2012.

Richard Pottier était professeur émérite en anthropologie à l’université Paris-Descartes, où il a dirigé de nombreuses thèses, membre de l’unité mixte “Langues, musique et société”, et ancien membre permanent du CEDRASEMI. Il a siégé au Comité national (CNRS) et a présidé durant plusieurs années la section 20 (ethnologie) du CNU.

Vanina Bouté, 10/09/2020.

Retrouvez Richard Pottier dans un entretien sur Canal U en 2007 : ANTHROPOLOGIE DE LA MALADIE ET DU MYTHE AU LAOS ET EN ASIE DU SUD-EST

Marie de Rugy : Aux confins des empires – Université Paris Diderot, 28 mars 2019

L’Université Paris Diderot accueillera Marie de Rugy ce jeudi 28 mars 2019 pour une présentation de son ouvrage Aux confins des empires, Cartes et constructions territoriales dans le nord de la péninsule Indochinoise (1885-1914), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018, 312 p.

Marie de Rugy présentera son travail et les coulisses de l’écriture de son livre le jeudi 28 mars 2019, de 17h à 18h30, dans la salle 165 E (Halle aux farines) de l’Université Paris Diderot. Séminaire d’actualité scientifique ouvert à tous. Affiche ci-dessous.

Présentation éditeur :

Au milieu des années 1880, les marges septentrionales de la péninsule indochinoise sont soumises à une double conquête coloniale, celle de l’Annam et du Tonkin par les Français, et celle de la Haute-Birmanie par les Britanniques. Aux explorations fluviales s’ajoutent la délimitation des frontières et la cartographie régulière des territoires sous l’égide des différents services géographiques. Diplomates chinois, siamois et européens négocient dans les capitales et dans les montagnes, sous la tente. Topographes européens et indiens arpentent les routes et les sentiers pour lever les itinéraires et mesurer l’espace. Ils s’enquièrent auprès des habitants du juste toponyme, collectent et font traduire des cartes autochtones, interrogent leurs guides, les chefs locaux et les marchands venus de Chine.

Ce livre retrace les politiques institutionnelles, les pratiques de terrain et les constructions territoriales qui en découlent. Par une étude croisée de la cartographie dans ces espaces, il met en lumière le statut central d’un territoire spatialement périphérique, à propos duquel on a pu parler d’une « géographie de l’ignorance ». À rebours de quelques idées reçues, il montre que les cartes ont un pouvoir limité, même en contexte colonial, si l’on accepte de dépasser les discours pour observer les modalités de leur production et leurs différents usages.

Page institutionnelle de Marie de Rugy (en post-doctorat à l’Université de Cambridge).