Archives par mot-clé : patrimoine

Lucie Labbé : « Danseuses et divinités. Modalités et enjeux de l’apprentissage de la danse de cour cambodgienne » [thèse]

[ndlr] Annonce d’une soutenance de thèse en anthropologie sociale sur le Cambodge.

« Danseuses et divinités. Modalités et enjeux de l’apprentissage de la danse de cour cambodgienne »

Lucie Labbé

Soutenance de thèse de doctorat de l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales) en ethnologie – anthropologie sociale sous la direction de Mme Bénédicte Brac de la Perrière

mercredi 6 avril 2016 à Paris

 

Résumé de la thèse :

Cette thèse a pour objet la danse de cour cambodgienne qu’elle aborde non seulement en tant que production sociale mais aussi dans ses aspects esthétiques et techniques. D’origine rituelle et palatine, cette forme de danse également nommée « danse classique khmère » est aujourd’hui enseignée dans un contexte étatique institutionnel. Depuis quelques décennies, la danse de cour est aussi enseignée et pratiquée dans les cadres touristique et humanitaire au sein de groupes de danse constitués, le plus souvent, de jeunes gens issus de milieux défavorisés. Des tournées internationales de troupes professionnelles et des associations créées par des Cambodgiens de la diaspora ont également contribué à l’exporter hors du Cambodge.

Partant de ces observations, les conditions dans lesquelles le « savoir dansé » est aujourd’hui incarné hors de la cour sont examinées afin de mettre en évidence le rôle actuel de la danse et des danseuses. Il s’est avéré que, dans les différents contextes où elle existe, la danse de cour n’apparaissait pas seulement comme un symbole visible de l’identité cambodgienne. En effet, une efficacité rituelle lui est toujours reconnue dans certains cadres, en particulier celui du ministère de la Culture et des Beaux-Arts. Là, l’apprentissage est particulièrement rigoureux et rythmé par des cérémonies qui actualisent le lien entre les générations passées et présentes de maîtresses et d’élèves.

Les danseuses, forgées par la danse à la fois dans leur corps et dans leur esprit, incarnent des modèles de femmes khmères dans un cadre ethnico-national où la royauté demeure un référent social. Certaines  revendiquent par ailleurs un nouveau statut d’artiste en développant une expression personnelle dans la continuité mais aussi, pour quelques-unes, dans une forme de rupture avec les référents monarchiques et étatiques.

Le jury sera composé de :

  • M. Michel ANTELME, professeur, INALCO
  • Mme Bénédicte BRAC DE LA PERRIÈRE, directrice de recherche, CNRS
  • M. Jean-Paul COLLEYN, directeur d’études, CNRS / EHESS
  • M. Michael HOUSEMAN, directeur d’études, CNRS / EPHE
  • Mme Dana RAPPOPORT, chargée de recherche, CNRS / EHESS
  • Mme Ashley THOMPSON, maître de conférence, SOAS (Royaume Uni)

 

Informations pratiques :

La soutenance aura lieu le mercredi 6 avril 2016 à 14h au

Centre Asie du Sud-Est (CASE)

Bâtiment Le France, salle 638 (6ème étage)

190 avenue de France, 75013 Paris

Accès : Métro ligne 6 (station : Quai de la gare) ou bus 89 (arrêt : Bibliothèque François Mitterrand).

Image « à la une » : danse classique khmère dans Reamker, danse avec les dieux, documentaire de Stéphane Lebon, 1993, 58’.

Colloque international franco-khmer “Mémoire des lieux – lieux de mémoire et création : architecture, ville, territoire” [4-5/12/2015]

[ndlr] Annonce d’un important colloque international au Cambodge.

Center of Khmer Studies (CKS) Vat Damnak – Siem Reap –

4 et 5 décembre 2015

Colloque international Franco-Khmer

“Mémoire des lieux :

lieux de mémoire et création : architecture, ville, territoire”

AfficheColloqueFrancoKhmer_2015

Organisateur : Center for Khmer Studies, Royal University of Fine-Arts of Phnom Penh, École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville, Research Unit UMR AUSser of the French National Center of Scientific Research, Architectural and Urban Research Network “Métropoles d’Asie Pacifique”.

Accédez au programme en anglais : programme-en-anglais

Programme :

Vendredi 4 Décembre 2015

Accueil

Bienvenue et présentation de la journée : Krisna Uk, directrice du Center of Khmer Studies, Chandevy Men-Sisowath, Directrice du centre du patrimoine du Cambodge, vice-rectrice de l’Université Royale des Beaux-Arts de Phnom Penh, Nathalie Lancret, Directrice de recherche CNRS, directrice de l’UMR AUSser

Aménagement des lieux de mémoire
modérateur: Pierre Clément

  • Philippe Prost, Professeur à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville et président de son conseil d’administration, chercheur UMR AUSser
    « Anneau de la mémoire » : pas de création sans mémoire

Pause

  • Serge Remy, consultant, chef d’étude pour la revalorisation patrimoniale du centre de conférence Chaktomuk à Phnom Penh (Agence française de Développement)
    Patrimoine de l’inhumanité : de la douleur à la reconnaissance
  • Directrice du centre du patrimoine du Cambodge, vice-rectrice de l’Université Royale des Beaux-Arts de Phnom Penh
    Enjeux de la valorisation des lieux de mémoire au Cambodge

Discussion

Déjeuner

Patrimoine urbain et projets
modérateur: Nathalie Lancret

  • Pierre Clément, Professeur honoraire de l’ENSA de Paris-Belleville, chercheur associé UMR AUSser
    Patrimoine et création, les leçons des villes d’Asie du Sud-Est
  • Pornthum Timtimol, Architecte paysagiste, département de Beaux-Arts du Ministère de la Culture (Thaïlande)
    Permanences urbaines et paysagères dans l’urbanisation de Rattanakosin (Bangkok)
  • Vipakorn Thumwimol, Architecte paysagiste, présidente de l’association thaïlandaise des architectes paysagistes (Thai Association of Landscape Architects)
    La mémoire des lieux dans les projets de paysage en Thaïlande
  • Natacha Pakker, Ecole de Chaillot
    Une approche de traitement des lieux de mémoires à travers les différents ateliers et projets en Asie de Sud Est et ailleurs (Europe de l’est, Maghreb)

Pause

Conclusion

table ronde animée par François Brouat, directeur de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, avec :

  • Bruno Favel, chef du département des affaires européennes et internationales, direction générale des patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication
  • Ros Borath, Président du comité national pour le patrimoine mondial, Directeur général adjoint des monuments et de l’archéologie du site d’Angkor
  • Chandevy Men-Sisowath, Directrice du centre du patrimoine du Cambodge, vice-rectrice de l’Université Royale des Beaux-Arts de Phnom Penh

Samedi 5 Décembre 2015

Accueil

  • François Brouat, Directeur de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville –  ENSA Paris-Belleville
    Une coopération internationale au long cours. Un réseau pluridisciplinaire pour la recherche et l’enseignement
  • Cyril Ros, enseignant à l’ENSA de Paris-Belleville, chercheur associé UMR AUSser
    Point de vue sur l’enseignement du projet architectural et urbain en Asie du Sud-Est
  • Aline Hétreau-Pottier, membre de l’équipe Asie de l’ENSA de Paris-Belleville
    Le relevé d’architecture et les enquêtes ethnographiques
  • Cyril Ros, Serge Rémy et Nathalie Lancret
    Présentation du projet sur la station balnéaire de Kep et son territoire
  • Virginie Picon-Lefebvre, Professeur à l’ENSA de Paris-Belleville, chercheur UMR AUSser
    La narration touristique et la fabrique des territoires

Pause

Présentation des étudiants

Exposition et buffet

Source : AUSSER

Exposition « Serpenter dans la ville » du 16 au 23 mars 2014, square Lam Son [HCM-Ville]

DaoQuanhThanhPho[ndlr] L’exposition « Serpenter dans la ville » sur une idée de l‘IAO a débuté à Ho Chi Minh-Ville. L’occasion de découvrir ou redécouvrir la mégapole sudiste à travers trois thématiques (eau, expansion urbaine, mobilité) mises en regard avec Lyon, la capitale des Gaules. Plaquettes de présentation ci-dessous en vietnamien, français et anglais. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Regards croisés sur Hô Chi Minh-Ville et Lyon : Exposition « Serpenter dans la ville » du 16 au 23 mars, square Lam Son.

Dans le cadre de la coopération entre la région Rhône Alpes, le Grand Lyon et Hô Chi Minh-Ville, une exposition mettant en lumière les muta­tions urbaines des deux métropoles est organisée du 16 au 23 mars au square Lam Son, face à l’Opéra. Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de l’année France-Vietnam qui marque les 40 ans de relations diplomatiques entre les deux pays.

Sous le pilotage du Comité Populaire de Hô Chi Minh-Ville, cette exposition est organisée conjointement par le PADDI (Centre de Prospective et d’Etudes Urbaines), le Département de la Planification Urbaine et de l’Architecture, le Service des Relations Extérieures et le Département de la Culture, des Sports et du Tourisme.

L’exposition « Serpenter dans la ville » est l’occasion de présenter les politiques urbaines innovantes des deux villes – Hô Chi Minh-Ville et Lyon – qui traduisent les mutations urbaines en cours et participent à leur rayonnement, via leurs grands projets urbains, l’aménagement des espaces publics, la mobilité, la place de la nature en ville…

A travers plus de 300 photos, panneaux, vidéos, animation 3D, écrans tactiles, l’exposition propose de (re)découvrir ces deux métropoles au travers des grands enjeux urbains contemporains :

  • La Ville et l’eau : construction de la ville sur l’eau, inondations et changement climatique, aménagement des berges des fleuves et canaux, qualité de l’eau.
  • L’expansion urbaine : maîtrise de l’étalement urbain, mise en œuvre de grands projets, préservation et valorisation du patrimoine bâti et végétal, skyline et mutation des formes urbaines.
  • La mobilité : construction de grandes infrastructures, amélioration et développement des réseaux de transport en commun, prise en compte de l’usager dans les réflexions actuelles sur les mobilités.

Professionnels de l’urbain, amateurs ou simples curieux, nous vous invitons à venir découvrir gratuitement cette exposition ludique et interactive.

Pour plus d’informations et suivre l’exposition : PADDI EXPOSITIONS

* * *

SerpenterDansLaVille-VN

* * *

SerpenterDansLaVille-FR

* * *

SerpenterDansLaVille-EN

Le grand compositeur Phạm Duy s’est éteint laissant derrière lui une « oeuvre patrimoniale »

Chợ Neo, 1949 – Phạm Duy, Thái Hằng, một tháng sau ngày cưới
© Pham Duy website

L’information a été divulguée par le poète Do Trung Quan à la BBC [1]. Selon VietNamNet, le grand compositeur Pham Duy est décédé le 27 janvier 2013 à 14h30 à l’âge de 93 ans [2]. Considéré comme un génie de la musique vietnamienne, il fit entrer celle-ci dans la modernité. Après 70 ans d’une carrière musicale exceptionnelle, il laisse à la postérité plus d’un millier de compositions.

Celles-ci démontrent le fort attachement du compositeur à son pays qui, depuis 1942, n’eut de cesse de créer des œuvres musicales reflétant l’évolution du Viêt-Nam en révolution puis plongé dans une guerre fratricide. Tout au long de sa longue carrière, Pham Duy composa, chanta, interpréta mais fit également des recherches en musicologie. Il amena tout un répertoire traditionnel et populaire (âm nhạc cổ truyền, dân ca) dans la nouvelle musique (tân nhạc) qu’il justifiait ainsi : « Je devais commencer ma création par des chansons véhiculant l’esprit du Viêt-Nam et, de plus, avec les ingrédients du Viet-Nam » [3].

Pham Duy naquit le 5 octobre 1921 à Hanoi sous le nom de Pham Duy Can. Il était un des trois fils de l’écrivain Pham Duy Ton (1881-1924), un lettré moderniste réputé pour être le premier « romancier social » de la littérature du XXe siècle [4]. Pendant la guerre d’Indochine, Pham Duy rejoignit le Viêt-Minh « une guitare à la main » puis abandonna les rangs de la résistance afin d’assurer sa propre sécurité, certaines de ces chansons étant jugées trop « sentimentales » [5].

© VietNamNet

En se réfugiant au Sud, il rallia de fait le camp de Saigon pour lequel il continua à composer. Comme des centaines de milliers de Vietnamiens, Pham Duy quitta son pays en 1975 à la suite de la chute de la République du Viêt-Nam. Il composa de nombreuses chansons pour ses compatriotes réfugiés et les boat people. Sa chanson patriotique « Viêt Nam Viêt Nam » fut souvent interprétée dans les spectacles musicaux de la communauté vietnamienne exilée. Il revint régulièrement dans son pays à partir de 2000 avant de s’installer définitivement à Ho Chi Minh-Ville en 2005. Son retour provoqua des débats au Viêt-Nam où une partie de son répertoire musical est toujours considéré comme « réactionnaire ». Il participa alors à de nombreux concerts à Ho Chi Minh-Ville ou Hanoi. Dernièrement très affecté par la mort de son fils aîné Duy Quang (survenue le 19/12/2012) aux États-Unis, sa santé se dégrada, il s’éteignit à l’hôpital un mois après.

L’ensemble de sa création constitue un patrimoine considérable pour la musique vietnamienne du XXe siècle. Une œuvre musicale qui, tour à tour, fut à la fois héroïque, bucolique ou romantique. Les textes de ses chansons forment également un corpus qui mérite d’être étudié en profondeur tant ils épousent le destin du Viêt-Nam au cours du vingtième siècle.

FG, 27/01/2013.

Notes

[1] « Nhạc sĩ Phạm Duy qua đời« , BBC, 27/01/1993.

[2] « Nhạc sĩ Phạm Duy qua đời ở tuổi 93« , VietNamNet, 27/01/1993.

[3] BBC, art. cit.

[4] VietnamNet, art. cit. Voir l’entrée en vietnamien Pham Duy Ton sur Wikipedia.

[5] Mặc Lâm, « Nhạc sĩ Phạm Duy: những bộc bạch cuối đời« , RFA, 23/06/2012.

  • A parcourir : L’album de famille (Tập Ảnh Gia Ðình) sur le site de Pham Duy.
  • A relire : les Mémoires de Pham Duy (Hồi ký Phạm Duy) en 3 volumes sur la période 1945-1975, publiés entre 1989 et 1991 chez Pham Duy Cuong Musical Productions.

 

* * *

Việt Nam Việt Nam – chung khúc trường ca Mẹ Việt Nam của Phạm Duyphần hòa âm của nhạc sĩ Lê Văn Khoa hòa âm Ban hợp xướng Ngàn Khơi trình bày cùng với Festival Orchestra do nhạc trưởng Trần Chúc điều khiển.

* * *

La version traduite en français sur des images extraites d’une ancienne vidéo de Thuy Nga Paris (1987)

Việt Nam Việt Nam – Hợp Ca


VietNam – VietNam – Hop Ca par HongTuyet

François Hartog : Régimes d’historicité et présentisme – [conférence 2004]

[ndlr] En 2003, François Hartog, Directeur d’études à l’EHESS, publiait un ouvrage majeur proposant une analyse des catégories du temps dans l’histoire et de leurs relations avec les sociétés d’hier et d’aujourd’hui. L’ouvrage qui fut traduit en plusieurs langues a été réédité en poche en 2012 (Points Histoire). L’occasion pour Mémoires d’Indochine de signaler quelques recensions de cet ouvrage et d’inviter le lecteur à visionner la conférence de François Hartog faite le 21 janvier 2004 à la Maison Suger à Paris dans laquelle il explicite les concepts de « régimes d’historicité » et de « présentisme ».

Présentation de l’éditeur :
Les expériences du temps sont multiples. Chaque société entretient un rapport particulier avec le passé, le présent et le futur. En comparant les manières d’articuler ces temporalités, François Hartog met en évidence divers « régimes d’historicité ». Dans les deux dernières décennies du XXe siècle, la mémoire est venue au premier plan. Le présent aussi. Histoire du présent, Les Lieux de mémoire ont exploré ces mots du temps : commémoration, mémoire, patrimoine, nation, identité. Tandis que le temps lui-même devenait, toujours plus, objet de consommation et marchandise. Historien attentif au présent, François Hartog observe la montée en puissance d’un présent omniprésent, qu’il nomme « présentisme ». Cette expérience contemporaine d’un présent perpétuel, chargé d’une dette tant à l’égard du passé que du futur, signe, peut-être, le passage d’un régime d’historicité à un autre. Serait-on passé insensiblement de la notion d’histoire à celle de mémoire ?

Réf. : François Hartog, Régimes d’historicité, Présentisme et Expériences du temps, Paris, Le Seuil (coll. « La Librairie du XXIe siècle »), 2003 ; trad. en hongrois, A történestiség Rendjei. Prezentizmus és idötapasztalat, L’Harmattan-Atelier, Budapest, 2007 ; en italien, Regimi di storicità, Palerme, Sellerio editore, 2007 ; en bulgare, 2007 ; en espagnol, 2008 ; en japonais 2008 ; en arabe 2011 ; en grec 2011.

Recensions de l’ouvrage :

  • Claude Dubar, « François Hartog, Régimes d’historicité, Présentisme et expériences du temps », Temporalités [En ligne], 2 | 2004, mis en ligne le 29 juin 2009.
  • Laurent Sébastien Fournier, François Hartog, Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps, Culture & Musées, 2004, vol. 4, n° 1, pp. 128-133.
  • Martine Fournier dans la revue Sciences Humaines, mis à jour le 15 juin 2011.
  • Bertrand Lessault, « F. Hartog. Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps », L’orientation scolaire et professionnelle [En ligne], 33/3 | 2004, mis en ligne le 28 septembre 2009.

* * *

L’objectif d’Hartog (EHESS) est de réfléchir sur un certain nombre de notions qui sont présentes dans l’espace public aujourd’hui. Son exposé porte essentiellement sur la réflexion qu’il développe dans son livre Régimes d’historicité. L’outil qu’il propose pour élaborer cette réflexion sur le contemporain est la notion de régime d’historicité qu’il définit comme la manière dont les catégories du passé, du présent et du futur s’articulent. Toute société à un moment donné a articulé ces catégories, même si le contenu de chacune des trois catégories peut varier. Il utilise comme référence l’Europe et la vieille France, mais il essaie d’étendre sa réflexion vers d’autres espaces. Il développe alors cette notion de régime d’historicité, en partant de l’hypothèse que dans les trente dernières années le rapport au temps a changé et qu’il est dominé par la catégorie du présent. Cette période est par lui nommée présentisme. Au cours de son exposé Hartog explique la notion de régime d’historicité en revenant non seulement sur son concept de présentisme, mais aussi sur les régimes d’historicités antérieurs.