Archives par mot-clé : parti politique

« Studying Republican Vietnam: Issues, Challenges, and Prospects » – Call for papers

[ndlr] Appel à communication sur l’étude du républicanisme vietnamien. Une initiative importante pour la compréhension de la déchirure vietnamienne et ses conséquences politiques sur le long terme.

The Center for Asian-Pacific Studies and the Asian Studies Program at the University of Oregon, Eugene, OR, are pleased to announce the CALL FOR PAPERS for a Workshop on « Studying Republican Vietnam: Issues, Challenges, and Prospects, » to be held on October 14-15, 2019 at the University of Oregon, Eugene, Oregon, USA.

Abstract:

Scholarly interest in the Republic of Vietnam (RVN) has surged in the last decade. Yet Republican Vietnam is a much broader subject, ranging from the spread of republican ideas to French Indochina at the turn of the century to the memories of the RVN among the diaspora and the resurgence of interests in republican values in Vietnam today, and everything in between. We invite paper proposals from US, international and Vietnam-based scholars to address the following questions and topics:

• Vietnamese republicanism: its character, history, evolution, current status, and historical relations to communism and monarchism
• The RVN’s life and legacies: political, security, economic, social, cultural, religious and educational institutions and policies under the RVN
• The experience of the RVN in nation-building and in the struggle for democratic rule and constitutional order compared with other postcolonial contexts
• The evolution of Republican ideas, leaderships, and institutions from the First Republic (1955-63) to the Interregnum (1963-67) to the Second Republic (1967-75)
• The significance of the Republican experience in Vietnamese history; lessons from that experience
• Parallels between the civil wars of 20th-century Vietnam and earlier civil wars in Vietnamese history
• Historiography of the RVN: in today’s Vietnam, in foreign scholarship, among the diaspora
• Anticommunism in Vietnam and among the diaspora abroad: its main themes and organizations; its relationship with republicanism
• The diaspora: political, economic, cultural, religious, and educational organizations; issues of trauma, memories, and identity
• The study of the RVN and Vietnamese republicanism: challenges and prospects

Please submit your paper proposals by March 1st, 2019 to Tuong Vu, Department of Political Science, University of Oregon, at: StudyingRepublicanVietnamConf@gmail.com. Authors whose proposals are selected will be notified by April 15th, 2019. A draft of proposed papers is due by August 15th.

Paper presenters will be provided with funds for travel and accommodation during the Workshop. For updates on the Workshop, please use this link: https://caps.uoregon.edu/2018/10/08/studying-republican-vietnam/. We expect to edit and publish workshop papers with a university press.

Tuong Vu
University of Oregon, Eugene, OR 97403
http://polisci.uoregon.edu/profile/thvu/

Image « à la une » : Enveloppe Premier jour « Le Viêt-Nam dans la lutte et la reconstruction », 1966 © DR

17 juin 2016 – Tưởng niệm anh hùng liệt Sĩ Việt Nam Quốc Dân Đảng

[ndlr] L’hommage annuel à Nguyen Thai Hoc, chef du Parti National du Viêt-Nam guillotiné par les Français le 17 juin 1930 à Yên Bai avec 12 de ses compatriotes en réponse à l’insurrection anticoloniale de février.

NguyenThaiHoc_VNQDD_2016Source : Viet Quoc

Les noms des treize guillotinés

Bùi Tử Toàn

Bùi Văn Chuẩn

Bùi Văn Cửu

Ðào Văn Nhít

Ðỗ Văn Sứ

Hà Văn Lạo

Ngô Văn Du

Nguyễn An

Nguyễn Ðức Thịnh

Nguyễn Như Liên

Nguyễn Thái Học

Nguyễn Văn Tiềm

Phó Ðức Chính

 

VNQDD_17-06-1930Une des seules images de l’exécution des révolutionnaires du Parti Nationaliste. La tête de Nguyen Thai Hoc apparaît entourée d’un cercle. La source de l’image n’est pas mentionnée, elle proviendrait d’un journal franco-vietnamien édité en Indochine en 1930.

Voir aussi :

VNQDĐ 2016 : Unification et nouvelle espérance du nationalisme vietnamien

LogoVNQDD_2016Au mois de janvier 2016 s’est déroulé le XIIe Congrès national du Parti communiste vietnamien (PCV). Au début du mois d’avril, le Parti national du Viêt-Nam (VNQDĐ), son concurrent historique dans la lutte pour l’indépendance, s’est également réuni lors d’un congrès national important à Little Saigon aux États-Unis. Cet événement  que seuls les médias vietnamiens de l’étranger ont relayé (Người Việt, Viễn Đông, Việt Báo, FreeVN.net…) n’a rien d’anodin. Au prix d’un combat opiniâtre très coûteux sur le plan humain, le Parti a survécu et s’est même reconstitué à l’étranger. Il entend se repositionner comme l’une des principales forces d’opposition au régime de parti unique vietnamien.

Fondé le 25 décembre 1927 à Hanoi, le Parti national du Viêt-Nam, parti indépendantiste de type nationaliste-révolutionnaire1, a vu bon nombre de ses militants emprisonnés ou tués par la Sûreté coloniale après l’échec de l’insurrection générale de février 1930. Treize de ses partisans dont Nguyễn Thái Học, le chef du parti, furent guillotinés le 17 juin 1930 à Yên Bái, haut lieu de l’insurrection nationaliste. Des centaines de militants furent envoyés dans les bagnes indochinois et jusqu’en Guyane. Soumis à une terrible répression sanglante, le parti dut sa survie à une poignée de militants exilés en Chine du Sud notamment au Yunnan. Il refit surface au Viêt-Nam (encore colonisé) à la fin des années 30 et redevint très actif sur la scène politique vietnamienne pendant les années 1945-1946 avec sa participation au nouveau pouvoir de la jeune république2 aux côtés du Việt Minh. Selon l’historien Phạm Cao Dương, contrairement au Parti communiste indochinois (PCI), organe dirigeant du Việt Minh, le VNQDĐ n’a pas tenté de s’imposer comme parti unique de la jeune république et de prescrire une seule idéologie (en outre le marxisme-léninisme dont se réclame toujours le PCV) à l’ensemble de la nation.

BanThoNguyenThaiHoc_2015
Autel de Nguyen Thai Hoc lors d’une commémoration des guillotinés de Yen Bay en Californie © DR

En avril 1945, le VNQDĐ s’allia à deux autres partis nationalistes (le Đại Việt Quốc Dân Đảng de Trương Tử Anh et le Đại Việt Dân Chính de Nguyễn Tường Tam) dans un Front des Partis nationalistes (Mặt trận Quốc Dân Đảng3. Pendant une période décisive mais courte, il participa au gouvernement d’union et de résistance dirigé par Hồ Chí Minh (mars-novembre 1946). Tout en collaborant au premier gouvernement pluraliste de la RDVN4, le parti conserva sa forte détestation des Français de retour à Hanoi en mars 1946 après les Accords Sainteny/Hồ Chí Minh. Refusant ces accords avec l’ancien colonisateur, une partie du VNQDĐ fit dissidence pour s’opposer au retour de la France dans le nord du pays5. A partir de juillet 1946, lorsque les troupes d’occupation chinoises quittèrent le nord Viêt-Nam, les forces de Sécurité du Việt Minh lancèrent, sur ordre de Võ Nguyên Giáp, chargé des affaires militaires du gouvernement et de Trường Chinh, secrétaire général du PCI (devenu clandestin en novembre 1945), une vaste opération policière contre l’opposition nationaliste dernier frein à l’instauration de la dictature. Incriminée dans l’affaire dite « Ôn Như Hầu », une sordide affaire de cadavres déterrés dont les assassinats furent attribués au parti nationaliste, la décision du Viêt-Minh/PCI d’en finir avec l’opposition fut généralisée. Lors de son discours au Congrès d’unification d’avril 2016, le professeur Phạm Cao Duơng rappela que son père « s’était sacrifié » (đã hy sinh) en 1946, date du départ de la guerre civile entre Vietnamiens6. A la fois anticolonialiste et anticommuniste, le front QDĐ défendit ses zones de guerre dans le Tonkin et en Annam à la fois contre l’armée régulière de la RDVN (Vệ Quốc Đoàn, ébauche de la future armée populaire) et les forces militaires françaises jusqu’à la fin de l’année 1946.

Photo rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi en juin 1946 sur laquelle apparaît le drapeau du Front QDD. © Xua & Nay 2013
Photo rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi en juin 1946 sur laquelle apparaît le drapeau du Front QDD. © Xua & Nay 2013

Subissant de plein fouet la répression de la Sûreté du Viêt-Minh (emprisonnement et liquidations physiques), les militants de ce front QDĐ reprirent le chemin de l’exil jusqu’à l’avènement du régime de Bảo Đại en 1949, l’ex-empereur prenant la tête de l’État du Viêt-Nam (Quốc gia Việt Nam, in État anticommuniste concurrent de la RDVN). Une partie de la formation politique décida de rester dans l’ombre n’ayant qu’une confiance relative en l’ex-empereur et sa capacité à établir une république parlementaire à la fois démocratique et sociale. Ils ne furent pas démentis par l’histoire.

Fondamentalement indépendantiste et révolutionnaire, le parti prit peu à peu ses distances avec le gouvernement de Bảo Đại. Entre 1953 et 1956, d’abord dans les zones contrôlées par le Viêt-Minh puis pendant la réforme agraire radicale orchestrée par le Parti des Travailleurs du Viêt-Nam7, de nombreux membres du VNQDĐ furent de nouveau persécutés ainsi que leurs familles. Le VNQDĐ poursuivit sa lutte au Sud de 1954 à 1975 mais comme bon nombre de formations nationalistes, il effectua une traversée du désert sous le régime autocratique de Ngô Đình Diệm. Bon nombre de ses militants furent encore pourchassés ou emprisonnés. Pendant la guerre et ce jusqu’en 1975, la lutte se poursuivit dans le Quảng Ngãi et le Quảng Nam, deux fiefs électoraux du VNQDĐ, contre le FNL Sud Viêt-Nam et les forces communistes nordistes infiltrées.

Sous l’ère républicaine, à partir de 1964, le VNQDĐ entra dans un processus d’atomisation de ses forces. Il ne comptait pas moins de dix branches différentes sous la Seconde République de Nguyễn Văn Thiệu8. Après la chute de Saigon, le VNQDĐ fut interdit comme toutes les autres formations politiques non communistes jugées « réactionnaires ». Il ne dut encore une fois sa survie que grâce à la détermination de quelques militants présents en Europe et aux États-Unis. Des cellules se reconstituèrent mais les anciennes querelles entre chefs ne permettaient pas d’envisager une fusion des différentes factions.

ID_33798_politics_1967.jpg
Affiche électorale de la liste Nguyen Hoa Hiep – Nguyen The Truyen pour les élections générales de 1967 au Sud Viêt-Nam © Corbis

Ces dix dernières années, après la disparition d’un certain nombre de chefs de faction, des membres décidèrent d’enterrer les vieilles querelles pour reprendre le chemin du combat national.  Le site web Viet Quoc fut mis sur pied. En 2006, la célèbre monographie de Hoàng Văn Dào (l’édition révisée de 1970) fut rééditée aux États-Unis et en 2008 elle fut traduite en anglais pour la première fois9. Au Viêt-Nam même, en 2014, la biographie de Nguyễn Thái Học rédigée par l’intellectuel Nhượng Tống, un des fondateurs du parti assassiné en 1949 par le Việt Minh, a été réédité à Hanoi10. Une nouvelle histoire du VNQDĐ fut publiée par le chercheur Nguyễn Văn Khánh11. Bien qu’épousant la thèse officielle d’un bon « VNQDĐ authentique » avant 1930 et d’un « VNQDĐ réactionnaire » à partir de 1945, pour la première fois, la recherche vietnamienne reconsidérait la place de ce parti dans l’histoire nationale. Récemment, la mémoire des anciens membres du VNQDĐ relégués dans les bagnes de Guyane a été révélée et exposée dans une émission grand public diffusée sur VTV4, la chaîne dédiée aux Vietnamiens de l’étranger. Tous ces signes démontrent le regain d’intérêt pour l’histoire de ce parti dans le processus complexe de la lutte pour l’indépendance du pays.

HoangVanDao_VNQDD_2008
Cliquer sur l’image pour l’aperçu Google Books.

Lors de son discours du 3 avril, le professeur Phạm Cao Dương souligna l’importance de l’unification du parti qui fut divisé pendant plusieurs décennies, sans doute pendant plus d’un demi-siècle, malgré la qualité des dirigeants de chaque branche12. Cette unification revêt, selon lui, une signification importante à la fois pour la communauté vietnamienne à l’étranger mais aussi pour les compatriotes à l’intérieur du pays. De même, le docteur Mã Xái souligna le caractère historique de cette unification et sa portée non moins importante pour les partis politiques exilés, rappelons-le, encore interdits au Viêt-Nam depuis la réunification (juillet 1976). Lapsus révélateur, le docteur Mã Xái félicita la « réunification du Đại Việt » avant de se reprendre, sans doute ceci laissait poindre une espérance secrète13. Enfin, Lê Nguyên Minh, ancien vice-président du Tân Đại Việt fit remarquer que le Việt Quốc s’était finalement réunifié avant le Đai Việt, ce dernier étant divisé depuis 1964-1965 en trois partis différents14.

CoVNQDD_2013
Drapeau du VNQDD lors d’une manifestation à Washington contre la venue de l’ancien Président de la RSVN en 2013. Le DVQDD possède également ce même drapeau conçu en 1945 lors de l’alliance entre les deux formations politiques © DR

En 2013, le drapeau du VNQDĐ apparut dans plusieurs manifestations antichinoises organisées à l’étranger. C’est sans doute le contexte géopolitique et social notamment la question chinoise qui a réveillé l’un des plus anciens partis révolutionnaires du Viêt-Nam. L’existence du Viêt-Nam est menacée, selon ce parti, par deux faits : par la dictature du Parti communiste vietnamien ainsi que par l’expansionnisme chinois. L’appel est radical : « Si le peuple vietnamien ne met pas fin au régime communiste, le régime communiste mettra fin à l’indépendance du peuple vietnamien »15. On retrouve ici la vieille problématique de la survivance de la nation face à la Chine. Les organisations sont conscientes que seule l’union des nationalistes vietnamiens est la clé de la réussite du combat contre le totalitarisme communiste, seule issue pour sortir de la domination chinoise.

“Cương quyết đấu tranh bảo vệ tổ quốc. Đây là cuộc đấu tranh chính nghĩa, và đấu tranh chính nghĩa nhất định sẽ có thắng lợi cuối cùng…Tình trạng hiện nay đã báo động rằng Nếu dân tộc Việt Nam không đứng lên chấm dứt chế độ cộng sản Việt Nam thì Cộng sản Việt Nam sẽ chấm dứt dân tộc Việt Nam để dâng hiến cho Tàu. Cánh cửa công lý không bao giờ hé mở dưới chế độ cộng sản Việt Nam. Mất nước là mất tất cả!” (Lê Thành Nhân)

Devise_VNQDDDu 1er au 3 avril 2016, un grand congrès national, nous devrions dire transnational, se déroula en Californie. Ces trois jours de congrès rassemblèrent des militants des États-Unis, du Canada, d’Europe,   d’Australie et d’autres pays. La tâche significative de ce congrès consista à (ré-)unifier le parti sous une seule appellation générale « Việt Nam Quốc Dân Đảng » et un seul slogan : Dân tộc độc lập (Indépendance nationale), dân quyền tự do (Liberté civiles), dân sinh hạnh phúc (Bien-être du peuple). Une devise que la RDVN emprunta au VNQDĐ en 1945 et, elle-même, inspirée de la théorie des trois peuples de Sun Yat-sen traduite en vietnamien par Nhượng Tống et publié dans les années 1925-1927 par les éditions Nam Đồng Thư Xã16.

Ce retour aux origines est justifié par le nouveau Conseil de direction comme nécessaire pour faire face au PCV et constituer une alternative viable au communisme vietnamien. Le parti s’organise en effet pour la période postcommuniste. Le nouveau bureau directeur fut présenté publiquement le 3 avril 2016 lors d’une réunion rassemblant, essentiellement masculine, les principales organisations politiques vietnamiennes exilées présentes aux États-Unis : le Đại Việt Quốc Dân Đảng (représenté par son dirigeant Trần Trọng Đạt), le Tân Đại Việt (Mã Xái), le Việt Tân (Nguyễn Quốc Quân), l’Alliance pour la démocratie (Liên Minh Dân Chủ)… et des responsables d’associations de la communauté vietnamo-américaine. En particulier, dans un discours énergique, le président du ĐVQDĐ a réaffirmé sa solidarité dans la lutte et sa proximité politique avec le VNQDĐ tout en rendant hommage à Nguyễn Thái Học son fondateur. Enfin, on nota le soutien de la sénatrice Janet Nguyen, fidèle alliée de la lutte pour la démocratie au Viêt-Nam.

225678-Ra-Mat-QDD-1-60
De gauche à droite : MM. Lê Thành Nhân, Trần Tử Thanh, Lê Quốc Việt, Nguyễn Khắc Ninh, Phan Thanh Châu, Lê Trung Khương, Trần Việt Đạo © DR

Le Nouveau Conseil directeur du VNQDĐ (Tân Hội Đồng Lãnh Đạo Việt Nam Quốc Dân Đảng) est désormais composé de dix membres (photo ci-dessus) dont trois présidents : Lê Thành Nhân (président du Conseil des délégués), Trần Tử Thanh (président du Conseil exécutif), Lê Quốc Việt (président du Conseil de contrôle), Nguyễn Khắc Ninh, Phan Thanh Châu, Lê Trung Khương, Trần Minh Vũ, Trần Việt Đạo, Vũ Sơn17.

Cet effort d’unification des forces soulève néanmoins quelques interrogations. De combien le parti dispose-t-il de cadres et notamment de jeunes cadres ? Quid de la formation politique des jeunes générations et du rôle assigné aux femmes ? Quels sont ses relais et ses soutiens à l’intérieur du pays ? Pourra-t-il dépasser l’entre-soi familial ou le clanisme souvent observé dans les formations politiques (ce qui n’est pas spécifique au VNQDĐ) ? Ces questions se posent au regard de la visibilité de ce parti à l’intérieur du pays. Son activisme semble au point mort (par rapport à d’autres organisations) et une division interne liée aux événements de 1945-1946, savamment entretenue par le régime (qui n’hésita pas à créer un « Nouveau VNQDĐ » soumis au Viêt-Minh à la fin de l’année 1946), n’a pas disparu.

Le parti refuse par principe la coopération mais dans le cas d’une hypothétique transition politique où le multipartisme serait rétabli cette assertion pourrait être reconsidérée. Échaudé par sa propre expérience historique, le VNQDĐ, comme la plupart des organisations politiques exilées et interdites en République Socialiste du Viêt-Nam, ne croit pas à un partage du pouvoir avec le PCV. Deux solutions se présentent alors : le renversement du régime par la révolution violente ou l’évolution pacifique, cette dernière option étant privilégiée18.

★ ★ ★

Le VNQDĐ, en tant que « parti anticolonialiste traditionnel » reste dans l’imaginaire populaire celui qui a échoué mais a fait preuve de courage sous le colonialisme. Il conserve une aura non négligeable parmi les intellectuels du pays et l’annonce de cette unification des forces, attendue depuis longtemps, redonnera sans aucun doute à ses nombreux sympathisants du baume au cœur. C’est un petit pas de plus dans la longue marche de la lutte de ce parti contre la dictature communiste vietnamienne. Le nouveau dirigeant Lê Thành Nhân sait que la tâche est immense : formation des cadres, réorganisation générale des cellules sur le plan mondial, communication interne et externe pour une organisation devenue transnationale. La résurrection véritable du VNQDĐ se fera au prix de ces multiples efforts.

Installé au pouvoir depuis des décennies, le PCV ne devrait guère s’inquiéter de l’unification des forces en Californie de son concurrent historique qui revient de loin. Mais si, à l’avenir, des cellules de militants du VNQDĐ devaient reprendre pied à l’intérieur du pays sur ce programme politique de changement de régime, accompagné d’un discours nationaliste radical ancré dans la profondeur historique du parti (de l’anticolonialisme à l’anti-expansionnisme chinois), cela pourrait changer la donne.

François Guillemot, MàJ 18/04/2016.

Vidéos de référence.

Pour en savoir plus :

Nguyen Huy, Việt Nam Quốc Dân Ðảng ra mắt tân ban chấp hành, Nguoi Viet, 05/04/2016.

Thanh Phong, Lễ ra mắt tân Hội Đồng Lãnh Đạo Việt Nam Quốc Dân Đảng, Vien Dong Daily News, 04/04/2016.

VNQDĐ Đại Hội Toàn Đảng, Ra Mắt Tân Hội Đồng Lãnh Đạo, Viet Bao, 22/03/2016.

Phát biểu của Chủ Tịch Đảng Tân Đại Việt nhơn ngày Hợp Nhứt VNQD Đảng và Lễ Ra Mắt Tân Hội Đồng BLĐ VNQD Đảng, Tan Dai Viet, 05/04/2016.

3597 Lễ Ra Mắt Tân Ban Lãnh Đạo Toàn Đảng (Thống Nhất) Việt Nam Quốc Dân Đảng Tại Little Saigon Nam California, Viet Bao, 07/04/2016. (lien vers la vidéo de FreeVN.net en ligne)

Documents politiques sur le site du Viet Quoc :

Notes

  1. Prônant le renversement du pouvoir colonial par la violence armée et l’instauration d’une république sociale et nationale []
  2. République Démocratique du Viêt-Nam instaurée le 2 septembre 1945 par Hồ Chí Minh []
  3. Le ĐVQDĐ fut fondé en 1938 et existe toujours en exil. Le ĐVDC fusionna avec le VNQDĐ en 1945 sous l’impulsion de Nguyễn Tường Tam []
  4. Réunissant des membres issus des cinq formations suivantes : Parti communiste indochinois, Parti démocrate et Parti socialiste au sein de la Ligue Việt Minh ; Ligue révolutionnaire du Việt Nam dite ĐMH ou Việt Cách et Parti national, VNQDĐ ou Việt Quốc, correspondant à l’opposition []
  5. En juillet 1945, les Accords de Potsdam avait décidé que le Viêt-Nam devait être séparé en deux zones séparées au niveau du 16e Parallèle pour désarmer les forces japonaises vaincues. Les troupes chinoises de Tchang Kai-shek furent chargées de cette tâche au nord, les troupes britanniques au Sud []
  6. Cf. FreeVN.net, vidéo 3597 citée en référence, minute 57:25 et suiv. []
  7. Nouveau nom du PCI adopté lors du seconde congrès de février 1951 []
  8. Nguyễn Khắc Ngữ, Đại cương về các đảng phái chính trị Việt Nam, Montréal, Tủ sách nghiên cứu sử địa, 1989, pp. 72-75 []
  9. Hoang Van Dao, Viet Nam Quoc Dan Dang : a contemporary history of a national struggle, 1927-1954, Pittsburgh, PA, RoseDog Books, 2008 (traduction de Huynh Khue) []
  10. Nhượng Tống, Nguyễn Thái Học (1902-1930), Hà Nội, NXB Hội Nhà văn / Nhã Nam, 2014 []
  11. Nguyễn Văn Khánh, Việt Nam quoc dân đảng trong lịch sử cách mạng Việt Nam, Hà Nội, NXB Khoa học xã hội, 2005, réédité en 2012 chez Thế Giới []
  12. Citons pour mémoire quelques grandes personnalités du VNQDĐ : Nguyễn Hòa Hiệp, Nguyễn Tường Tam, Trần Văn Tuyên, Vũ Hồng Khanh… []
  13. Notons que le dirigeant du ĐVQDĐ fit le même lapsus à la fin de son discours, vidéo 3597, 1h27:48 []
  14. Cf. vidéo 3597, op. cit., 1h43. Une réunification du Đại Việt fut tentée en 1988 sous l’égide de Nguyễn Ngọc Huy mais elle ne dura que quelques années []
  15. Voir le discours de Lê Thành Nhân, vidéo 3597, minute 35:40 et suiv. []
  16. Réunissant un groupe d’intellectuels, cette maison d’édition figure de précurseur du VNQDĐ []
  17. Annoncés dans la vidéo 3597, op. cit., minute 26:08 et suiv. []
  18. Comme le rappelait Lê Thành Nhân dans le reportage  de SBTN (seconde vidéo ci-dessus). Voir aussi Lê Minh Nguyên en 2012 dans un autre entretien : minute 3:44 et suiv. []

Tân Ðại Việt hội thảo ‘Thoát Trung và Dân Chủ Hóa Việt Nam’

TanDaiViet_dangky[ndlr] Annonce d’un colloque politique intitulé « Sortir de l’orbite chinoise et démocratisation du Viêt-Nam » prévu le dimanche 16 novembre 2014 en Californie (Westminster). Organisé par le parti Tan Dai Viet (Néo-Dai Viêt), il sera l’occasion pour cette organisation en exil de célébrer les cinquante années de son existence (1964-2014) et le centenaire de la naissance de Truong Tu Anh (1914-1946?), le fondateur et chef du Dai Viet Quoc Dan Dang entre 1938 et 1946.

Tân Ðại Việt hội thảo ‘Thoát Trung và Dân Chủ Hóa VN’

WESTMINSTER (NV)Ðảng Tân Ðại Việt sẽ mở một cuộc hội thảo với chủ đề “Thoát Trung và Dân Chủ Hóa Việt Nam” vào ngày Chủ Nhật, 16 Tháng Mười Một, 2014, tại Westminster Community Civic Center, Westminster.

TanDaiViet

Trưởng ban tổ chức buổi hội luận này, ông Hoàng Ðình Khuê, khu bộ trưởng Miền Tây Hoa Kỳ, cho biết: “Ðây là một trong những sinh hoạt đấu tranh của Tân Ðại Việt tại nhiều nơi ở hải ngoại có cộng đồng người Việt sinh sống. Buổi sinh hoạt này cũng là nhân lễ kỷ niệm 50 năm ngày thành lập đảng Tân Ðại Việt, tưởng niệm 100 năm ngày sinh của nhà ái quốc Trương Tử Anh và cũng là ngày tưởng niệm lần thứ 24 cố Giáo Sư Nguyễn Ngọc Huy. Cuộc hội luận chính trị này được hai chính đảng anh em là Ðại Việt Quốc Dân Ðảng và Ðại Việt Cách Mạng Ðảng cùng tham dự thuyết trình.”

Lire la suite : Nguoi Viet, 27/10/2014.

Photo d’illustration : Ngày giỗ, cérémonie en hommage au Professeur Nguyen Ngoc Huy (1924-1990), le fondateur du Tan Dai Viet.

* * *

Đại Việt Mời Hội Luận Chính Trị Thoát Trung, Dân Chủ Hóa Việt Nam

WESTMINSTER — Bác sĩ Mã Xái, Chủ Tịch Đảng Tân Đại Việt, sáng Thứ Sáu đã tới thăm Việt Báo, nhờ chuyển lời mời tới đồng hương đến tham dự Hội Luận Chính Trị với chủ đề “THOÁT TRUNG VÀ DÂN CHỦ HÓA VIỆT NAM” với Thuyết Trình Viên của các Chánh Đảng Tân Đại Việt, Đại Việt Quốc Dân Đảng và Đại Việt Cách Mạng Đảng.

Cùng đi với BS Mã Xái là Ông Hoàng Đình Khuê, Trưởng Ban Tổ chức; và cựu dân biểu Bùi Văn Nhân.

BS Mã Xái nói rằng Hội Luận Chính Trị cuối tuần này sẽ có nhiều đề tài quan trọng và nhiều diễn giả là những người đã có nhiều thập niên học động đa dạng.

  • Được biết Đề tài I: Làm thế nào để Thoát Trung?

Diễn giả: Ông Trần Trọng Đạt, Chủ Tịch Ban Chấp Hành Trung Ương Đại Việt Quốc Dân Đảng

  • Đề tài II: Sự vùng lên của Phong Trào Đấu Tranh Dân Chủ

Diễn giả: Ông Đinh Quang Tiến, Đệ II Phó Chủ Tịch Đại Việt Cách Mạng Đảng

  • Đề tài III: Viễn kiến của Cố GS Nguyễn Ngọc Huy về Thoát Trung và Dân Chủ Hóa Việt Nam.

Diễn giả: Ông Cựu Dân Biểu Lê Tấn Trạng, Nguyên Tổng Thơ Ký Đảng Tân Đại Việt.

Đặc biệt, dịp này cũng là:

– Lễ kỷ niệm 50 năm ngày thành lập Đảng Tân Đại Việt;

– Tưởng niệm 100 năm ngày sanh Nhà Ái Quốc Trương Tử Anh, tưởng niệm lần thứ 24 Cố GS Nguyễn Ngọc Huy.

Buổi sanh hoạt được tổ chức tại:

Westminster Community Civic Center

8200 Westminster Ave, Westminster, CA 92683

Từ 1:00pm đến 5:00pm ngày Chủ Nhật 16 tháng 11 năm 2014.

Source : Viet Bao, 16/11/2014.

Phạm Đăng Cảnh, une figure discrète du Đại Việt Quốc Dân Đảng

ThayPhamDangCanhM. Phạm Đăng Cảnh, de son nom de guerre Nhân, est décédé le 6 mai 2014 à 5h du matin à Rouen lieu de sa résidence en France à l’âge de 94 ans. Ce monsieur discret et secret était une figure importante du parti Dai Viet (Đại Việt Quốc Dân Đảng) au Sud. Sa disparition nous donne l’occasion de survoler l’histoire du parti et sa difficile survivance en exil.

Lorsqu’entre 1940 et 1945, Trương Tử Anh, le chef de cette organisation nationaliste révolutionnaire décida d’implanter une cellule dans le Sud du pays, il envoya cinq étudiants de Hanoi pour accomplir cette mission. Phạm Đăng Cảnh au même titre que Nguyễn Văn Hướng (Phạm Hữu Lễ) ou Nguyễn Văn Kiều (Nghĩa) fit partie de ce groupe pour une tâche qui s’avéra compliquée. Cảnh alias « Bảy Cảnh » s’efforça de développer le parti aux côtés de Hướng puis de Nguyễn Tôn Hoàn. Cependant, le ĐVQDĐ implosa à la suite de l’échec de l’Etat national de Bảo Đại qu’il avait au départ soutenu dans l’espoir de le contrôler. Les scissions internes, déjà apparentes dès 1951, furent évidentes en 1954 lorsque globalement le parti Đại Việt fut divisé entre trois factions régionales. Bảy Cảnh, originaire du Sud, fut fidèle à la faction sudiste dirigée par Nguyễn Tôn Hoàn.

VungTau1957
Le professeur Pham Dang Canh et ses élèves à Vung Tau en 1957 © THVT

Ces divisions perdurèrent alors que le parti fut mis hors-la-loi par le pouvoir diemiste entre 1955 et 1963. Ses principaux militants furent pourchassés ou jetés en prison ou encore exilés au Cambodge voisin et revinrent néanmoins en force sur la scène politique en 1964. La division profonde entre les différentes factions devait aboutir à la création de deux nouveaux partis issus de ses rangs. Le 14 novembre 1964, le Tân Đại Việt [Néo Dai Viet], rassemblant une partie des militants du Sud, fut créé sous l’égide de Nguyễn Ngọc Huy puis un an plus tard le Đại Việt Cách Mạng [Dai Viet révolutionnaire] vit à son tour le jour le 25 décembre 1965 sous la direction de Hà Thúc Ký rassemblant principalement les militants originaires du centre du pays. Cependant, le parti d’origine fondé par Trương Tử Anh (disparu en décembre 1946) continua sa route et Bảy Cảnh contribua à maintenir l’organisation sur pieds malgré les défections.

phamdangcanh
© daivietquocdandang.net

Les 11 et 12 octobre 1972, il présida le premier congrès du parti à Saigon. Bien qu’éclaté en plusieurs factions se réclamant toutes de l’héritage du fondateur Trương Tử Anh et de sa doctrine de combat « La survivance du peuple » (Chủ nghĩa dân tộc sinh tồn), les partisans du Đại Việt restèrent très actifs au Sud sous la République du Viêt-Nam (1967-1975). Plusieurs membres de cette mouvance furent députés ou sénateurs et elle bénéficia de soutiens importants dans l’armée (ARVN). Ce furent par exemple des officiers affiliés au Đại Việt qui tentèrent de renverser le pouvoir diemiste en 1960 et 1962. En outre, le quotidien Chính Luận [Opinions politiques], très influent au Sud à cette époque était dirigé par Đặng Văn Sung, également membre du Đại Việt depuis 1945.

La chute de Saigon intervenant, le ĐVQDĐ comme de nombreuses autres organisations nationalistes non communistes fut interdit et bon nombre de ces militants envoyés en camp de rééducation ou éliminés physiquement. Une longue période d’environ vingt ans sépare le démantèlement de l’organisation et sa reconstruction à l’étranger due en partie aux libérations de prisonniers politiques des camps communistes. A la faveur de regroupements familiaux autorisés ou lors de la mise en oeuvre du programme américain H.O. pour les anciens rééduqués, des membres du parti purent rejoindre la France mais surtout les Etats-Unis. En mai 1988, grâce à l’action de Nguyễn Ngọc Huy, les différentes factions se regroupèrent sous la première appellation d’origine Đại Việt Quốc Dân Đảng et la revue Đại Việt fut créée. Mais cette idylle fut de courte de durée car à la mort de Huy en juillet 1990, chaque faction reprit son propre chemin.

En 1995, lors du premier véritable congrès du parti en exil, Phạm Đăng Cảnh fut l’un des trois vice-présidents de l’organisation aux côtés de Trương Văn Nguyên et Duy Thắng. Il fut membre du Comité directeur du parti et conserva la place de vice-président de l’organisation lors des Journées Đại Việt de 1998 alors que le parti traversait une période de dissension interne. Le 19 septembre 2001, Nguyễn Tôn Hoàn, le chef du parti en exil devait décéder en Californie. Un nouveau congrès fut organisé en 2002 et Phạm Đăng Cảnh devint président de l’organisation pour la mandature 2002-2005. Cependant, le décès de Hoàn provoqua une profonde scission au sein du parti qui perdure jusqu’à aujourd’hui.

DaiHoiDang_HoiDongLanhDao_1995
Nguyen Van Canh, Nguyen Ton Hoan, Pham Dang Canh et Truong Van Nguyen en 1995 au sein du Conseil directeur du DVQDD © daivietquocdandang.net

Alors âgé de 85 ans en 2005, Phạm Đăng Cảnh prit en quelque sorte sa retraite politique lors du congrès du parti des 16 et 17 avril de cette année-là. Triệu Thanh Sơn, un autre membre historique également très âgé, fut désigné chef du parti pour la mandature 2005-2009. Le bureau directeur connut alors de nouvelles dissensions internes et deux membres importants furent exclus du parti (Phan Văn Song et Trương Việt Hoàng). En 2009, à la suite de ces divisions le parti nationaliste réorganisa son Conseil directeur lors du 70e anniversaire de la création de l’organisation révolutionnaire par Trương Tử Anh (1939). L’avocat Lâm Thủy prit la tête de l’organisation en tant que nouveau chef du parti et Trần Trọng Đạt, plus jeune, prit la direction du Comité central.

PhamDangCanh2002
Bay Canh en 2002

Enfin, les 7, 8 et 9 décembre 2012, le septième congrès du parti fut organisé à Little Saigon en Californie confirmant l’ascension de Trần Trọng Đạt (alias Thái Dương) en tant que nouveau leader jusqu’en 2017. Quant à Phạm Đăng Cảnh, il conserva son rôle de « conseiller », une place d’honneur attribuée aux anciens présidents et membres historiques de l’organisation. Au fil de cet inventaire, on s’aperçoit que l’on connait très peu de choses sur son parcours personnel si ce n’est qu’il fut enseignant à Vũng Tàu dans les années cinquante et présent dans les instances de son parti jusqu’à son décès.

Il était aux côtés de Nguyễn Tôn Hoàn lorsque nous l’avions rencontré aux Etats-Unis en décembre 1998. Phạm Đăng Cảnh était resté une figure incontournable du parti Đại Việt exilé. Un parti qui connut son apogée pendant la période de Bảo Đại (1948-1954) puis de nouveau en 1964 au Sud Viêt-Nam avant peu à peu de retomber dans l’oubli à la suite de la création des partis Đại Việt concurrents. Ce parti, qui plonge ses racines dans la période révolutionnaire, tente aujourd’hui de renouveler ses cadres et de se maintenir avec difficulté au sein de la communauté vietnamienne exilée. Bảy Cảnh était le dernier représentant encore vivant du groupe de militants envoyés au Sud en 1945, formés des militants Nhân, Lễ, Nghĩa, Trí, Tín, et Nhân, son nom de guerre, est le premier terme de cette formule évoquant les cinq vertus confucéennes. Membre du Comité central, Conseiller du Parti lors de son grand âge, ancien Président de l’organisation pendant une courte période, le professeur Phạm Đăng Cảnh restait profondément attaché à cette tradition révolutionnaire à la fois anticoloniale (et donc anti-française) et anticommuniste. Son destin personnel l’amena finalement jusqu’à Rouen où il résida jusqu’à son décès.

FG, mise à jour du 05/06/2014.

Ressource en ligne : Lịch Sử Đấu Tranh Cận Đại – Việt Nam Quốc Dân Đảng

HoangVanDao_VNQDDLe 17 avril dernier, le site officiel du VNQDD aux États-Unis a posté en ligne le dernier volet de la célèbre monographie de Hoang Van Dao sur l’histoire du Parti National du Viêt-Nam (VNQDD) de 1927 à 1954.

Publiée une première fois à Saigon en 1965 (Giang Đông Nguyễn Hòa Hiệp xb), elle fut rééditée en 1970 dans une seconde édition augmentée et révisée. C’est cette dernière, rééditée une nouvelle fois en 2006 aux États-Unis (Nxb Tân Việt), qui a fait l’objet de la présente mise en ligne entre le 3 octobre 2013 et le 17 avril 2014. Alors que cet ouvrage important pour la connaissance du phénomène révolutionnaire vietnamien a été traduit en anglais en 2008 (RoseDog Books), on attend toujours une traduction française.

La publication en ligne de cet ouvrage en 5 parties se présente sous la forme de 53 pages html dont les liens sont indiqués ci-dessous.

THIÊN THỨ NHẤT (1927-1932)

THIÊN THỨ HAI (1930-1940)

THIÊN THỨ BA (1940-1946)

Thiên Thứ Tư (1947-1950)

Thiên Thứ  Năm (1950-1954)

L'insurrection de Yen Bai de février 1930
L’insurrection de Yen Bai de février 1930

Le 25 décembre 1927 était fondé à Hanoi le Parti National du Viêt-Nam – Việt Nam Quốc Dân Đảng (VNQDĐ)

Numéro spécial de la revue Cong Hoa [République] publié en 1964 au Sud-Vietnam. Source : sachxua.net

Il y a tout juste 85 ans, le 25 décembre 1927, un petit groupe d’intellectuels vietnamiens fondaient le Parti National du Viêt-Nam (Việt Nam Quốc Dân Đảng) à Hanoi. La nouvelle organisation révolutionnaire, qui prônait le renversement du pouvoir colonial par les armes et l’instauration d’une République, se dotait d’un programme politique ambitieux en trois points :

1) Indépendance nationale (Dân Tộc Độc Lập) : chasser les colonialistes français du territoire vietnamien pour recouvrer l’indépendance nationale.

2) Droits du peuple (Dân Quyền Tự Do) : après avoir accédé à l’indépendance, mettre sur pieds des institutions démocratiques respectueuses des droits du citoyen.

3) Bonheur du peuple (Dân Sinh Hạnh Phúc) : promouvoir une politique économique visant à donner le bien être au peuple. [1]


Le soir du 24 décembre 1927, les jeunes révolutionnaires anticolonialistes de la maison d’éditions Nam Đồng Thư Xã réunirent secrètement une Convention nationale chez le père de Lê Thành Vị, au hameau Thể Giao au sud de Hanoi. Etaient présents cette nuit là les intellectuels patriotes Phạm Tuấn Lâm, Phạm Tuấn Tài, Hoàng Phạm Trân (Nhượng Tống), Nguyễn Khắc Nhu, Phó Đức Chính, Hoàng Văn Tùng, Hồ Văn Mịch, Nguyễn Ngọc Sơn, Nguyễn Thế Nghiệp, Nguyễn Hữu Đạt… ainsi que celui que Louis Roubaud nomma le « Grand Professeur », Nguyễn Thái Học. La Convention secrète rassembla tout au plus 19 représentants de quelques provinces du Tonkin [2] et se termina à cinq heures du matin. Une première résolution fut émise collectivement avec la création du Parti Nationaliste et de sa charte politique. Nguyễn Thái Học fut désigné chef de la nouvelle organisation révolutionnaire.

Les années suivantes, le parti se développa dans les trois parties du Viêt-Nam colonisé (Tonkin, Annam, Cochinchine) parmi les intellectuels citadins, les petits propriétaires terriens, les agriculteurs et les tirailleurs. Il diffusa ses idées à travers le journal Hồn cách mạng [L’âme de la révolution], organe de propagande du parti, et établit son siège social à l’Hôtel Viêt-Nam à Hanoi. La nuit du 24 au 25 décembre fut choisie délibérément pour déjouer la surveillance de la Sûreté coloniale en principe bien occupée à fêter Noël. En principe seulement car la réunion fut découverte par la Sûreté dans la nuit autour de deux heures du matin et fut prudemment dissoute pour reprendre quelques temps plus tard au local des éditions Nam Đồng Thư Xã. Le lendemain, le 26 décembre, une seconde assemblée se déroula dans le hameau de Ngũ Xã (Cinq communes) pour déterminer le programme politique du parti et l’instauration d’une « Démocratie nationale socialiste » (Dân chủ quốc gia xã hội) [3]. Le destin malheureux de ce parti nationaliste révolutionnaire quasiment décimé en 1930 par la Sûreté coloniale puis de nouveau en 1946 par le Viêt-Minh/PCI ne faisait que commencer.

FG, 25/12/2012.

[1] Un objectif toujours inscrit dans le programme de lutte du VNQDĐ en exil, voir : Cương Lĩnh VNQDĐ 2006. En 1927, d’après Nhượng Tống, les deux premiers objectifs prévalaient : Révolution nationale visant à recouvrir l’indépendance et instauration d’une République démocratique parlementaire (Cf. Nhượng Tống, Hoa cành Nam [Fleurs de la branche du Sud], Westminster, CA, s.d., VNQDĐ xuất bản, p. 112). On remarquera que ces trois slogans inspirés du Triple démisme (la Théorie des trois peuples) de Sun Yat-sen forment la devise de la RSVN actuelle : « Độc Lập, Tự Do, Hạnh Phúc » (Indépendance, Liberté, Bonheur).

[2] Nhượng Tống évoque précisément le chiffre de 19 personnes à ne pas dépasser car à partir de vingt personnes la loi obligeait les responsables à déclarer la réunion à la préfecture et donc susciter l’intérêt immédiat de la Sûreté coloniale. Le chiffre de 36 représentants de 14 provinces, avancé par Hoàng Văn Ðào, semble de fait exagéré. Raison pour laquelle la Convention nationale mentionna le chiffre « 19 » à ne pas dépasser dans la composition d’une cellule du parti. Voir Nhượng Tống, Hoa cành Nam, p. 94.

[3] Traduction française faite par un membre du parti lors de la Commission criminelle de 1929, voir Nhượng Tống, Hoa cành Nam, p. 107.

Réf. : Hoàng Văn Ðào (ci-dessous) et Nhượng Tống, Hoa cành Nam, Westminster, CA, s.d., VNQDĐ xuất bản.

Aperçu Google Books