Archives par mot-clé : Parti du Peuple Cambodgien

Bruno Philip : Hun Sen verrouille son emprise sur le Cambodge [Le Monde]

[ndlr] Dimanche 29 juillet 2018 : élections législatives au Cambodge. La démocratie verrouillée. Articles de Bruno Philip, envoyé spécial du Monde à Phnom Penh.

Cambodge : forte participation aux législatives, le parti au pouvoir revendique la victoire

La participation est de 82 %. Le premier ministre, Hun Sen, au pouvoir depuis trente-trois ans, a annoncé sur Facebook une « victoire écrasante ». Le nombre de bulletins blancs ou nuls sera à scruter.

Lire la suite : Le Monde, 29/07/2018.

Hun Sen verrouille son emprise sur le Cambodge

Le principal parti d’opposition et la presse libre ont été interdits pour garantir une nouvelle victoire électorale du premier ministre.

Après trente-trois ans au pouvoir, le premier ministre cambodgien, Hun Sen, semble indéboulonnable. Ce qui ne l’empêche pas de serrer la vis de ses concitoyens : à l’approche des élections législatives du dimanche 29 juillet, le maître du pays a en effet pris toutes les précautions pour assurer la victoire de sa formation, le Parti du peuple cambodgien.

Fin 2017, il a fait dissoudre, par le biais d’un jugement de la Cour suprême, le plus grand parti d’opposition, le Parti du sauvetage national du Cambodge (PSNC), sous prétexte qu’un de ses chefs, Kem Sokha, était en train de préparer un « complot » contre le gouvernement avec l’aide des États-Unis. M. Kem est en prison depuis septembre 2017 et risque une très lourde peine de prison. Le cofondateur du PSNC, le franco-cambodgien Sam Rainsy, a dû se résoudre à l’exil en France.

Lire la suite : Le Monde, 28/07/2018.

Cambodge : fausse démocratie, vraie tyrannie

Le premier ministre à poigne et ancien Khmer rouge Hun Sen, devenu le meilleur « client » de Pékin dans la région, garde le champ libre pour les élections législatives du 29 juillet.

Lire la suite : Le Monde, 29/06/2018.

Voir aussi :

Illustration « à la une » : Le premier ministre cambodgien, Hun Sen, lors d’un discours aux ouvriers d’une manufacture de textile, dans la province de Kandal, le 30 mai 2018 © Samrang Pring / Reuters

[brève] Cambodge : Vers une dynastie politique ?

Le fils du Premier ministre a été désigné comme candidat de son parti pour les prochaines élections législatives. Les dirigeants au pouvoir nient toute forme de népotisme.

Le fils du Premier ministre Hun Sen, Hun Many, a été désigné comme candidat aux prochaines élections législatives prévues pour juillet prochain, indique le quotidien The Cambodia Daily. D’autres fils de dignitaires du régime sont également présents sur les listes du Parti du Peuple Cambodgien (PPC), notamment Dy Vichea, le fils de l’ancien chef de la police et gendre de Hun Sen. Le fils du ministre de l’Intérieur et celui du vice-Premier ministre sont également candidats.

Cambodge_PPC
Un militant du PPC, le Parti du peuple cambodgien de Hun Sen, arbore un drapeau aux couleurs du parti dans les rues de Siem Reap.
© 2008 Reuters

Niant toute forme de népotisme, le député Cheam Yeap a justifié ce choix : « Les enfants des dirigeants du PPC sont talentueux et détiennent un master. » Ils seront capables, selon lui, de diriger le pays et de le conduire sur la route du développement.

Le PPC contrôle aujourd’hui 90 des 123 sièges de l’Assemblée nationale.

Source : Courrier International, 22/02/2013.