Archives par mot-clé : Parti Communiste Indochinois

Thèses politiques du Parti Communiste Indochinois (1930) [extrait]

Tran Phu, Premier secrétaire général du PCI (1904-1931)
Tran Phu (1904-1931), Premier secrétaire général du PCI.

[ndlr] En octobre 1930, le Parti communiste indochinois (PCI) adoptait lors du premier plénum du Comité central les Thèses politiques rédigées par Tran Phu (1904-1931), le premier secrétaire général du parti. Voici quelques extraits du programme d’action du PCI, publiés en 1970 à Hanoi.

 
 

* * *

Thèses politiques du Parti Communiste Indochinois

* * *

 
 

I. La situation mondiale et la révolution indochinoise

1. L’évolution de la situation mondiale peut se diviser en trois périodes depuis la fin de la guerre impérialiste de 1914-1918 ;

a. Dans la première période (1918-1923), l’économie capitaliste ravagée par la guerre était en pleine crise. Dans maints pays d’Europe, le prolétariat s’est soulevé pour s’emparer du pouvoir. Le prolétariat russe a réussi à vaincre les impérialistes qui encerclaient le pays des Soviets et l’attaquaient du dehors, et les contre-révolutionnaires qui le sabotaient au dedans, ainsi qu’à asseoir fermement sa dictature ; par contre, le prolétariat de l’Europe de l’Ouest a essuyé un échec (comme le prolétariat allemand en 1923).

b. Dans la seconde période (1923-1928), les impérialistes, mettant à profit cet échec du prolétariat européen, menaient activement l’offensive en exploitant le prolétariat ainsi que les peuples colonisés : l’économie impérialiste était, de ce fait, provisoirement stabilisée et le prolétariat des pays impérialistes, battu dans la période précédente, était sur la défensive. Cependant la révolution éclatait dans les colonies. En Union soviétique, l’économie se consolidait, de sorte que l’influence du communisme s’étendait dans le monde entier.

c. La troisième période, qui est la période actuelle, présente ces caractéristiques :

Le capitalisme, après une période de stabilité relative, connaît de nouveau la crise ; les impérialistes se disputent âprement les marchés mondiaux ; une nouvelle guerre impérialiste est inévitable.

En Union soviétique, l’économie a dépassé son niveau de production du temps du capitalisme ; le socialisme a été édifié avec succès. Les impérialistes nourrissent une haine accrue pour l’Union soviétique et cherchent d’autant plus à renverser la citadelle de la révolution mondiale.

Dans les pays impérialistes, le prolétariat mène une lutte acharnée ; de grandes grèves éclatent en Allemagne, en France, en Pologne, etc., la révolution gronde dans les pays colonisés (notamment en Chine et en Inde). L’existence d’un tel mouvement révolutionnaire est due au fait que le capitalisme en crise exploite sans vergogne les masses dans le monde, réduisant des dizaines de millions d’ouvriers au chômage et rendant la condition des masses ouvrières et paysannes très misérable. Dans cette troisième période, la révolution prolétarienne et la révolution dans les colonies atteignent un niveau très élevé, en certains endroits le mouvement révolutionnaire s’apprête à s’emparer du pouvoir.

A l’heure actuelle, les forces révolutionnaires d’Indochine participent au mouvement mondial de lutte impétueuse contre l’impérialisme, notre front ouvrier-paysan s’élargit. Par contre la révolution en pleine effervescence dans le monde (en premier lieu en Chine et en Inde) influe sur le mouvement de lutte en Indochine et pousse la révolution indochinoise à prendre un rapide essor. Ainsi il y a entre la révolution mondiale et la révolution indochinoise une étroite corrélation.

II. Les caractéristiques de la situation en Indochine

2. L’Indochine (Viêt Nam, Cambodge, Laos) est une colonie d’exploitation de l’impérialisme français. Aussi une économie dépend-elle de celle de la France. Les deux caractéristiques du développement de l’Indochine sont les suivantes :

a. L’Indochine a besoin d’avoir un développement indépendant. Mais comme elle est une colonie, cela lui est refusé.

b. Les contradictions de classe s’exacerbent chaque jour entre d’un côté les ouvriers, les paysans et les travailleurs misérables et de l’autre les prolétaires fonciers féodaux, les capitalistes et l’impérialisme.

3. Contradictions économiques :

a. L’agriculture produit surtout pour l’exportation au profit de l’impérialisme sans que l’économie soit pour autant libérée des forces féodales. Les plantations (caoutchouc, coton, café) appartiennent pour la plupart au capital français. La grande majorité des terres appartient aux propriétaires terriens autochtones qui les exploitent suivant des procédés féodaux, c’est-à-dire qu’ils les louent parcelle par parcelle aux paysans pauvres moyennant de fermages élevés. Le rendement des terres en Indochine est inférieur à celui d’autres pays (1.210 kg de paddy par hectare contre 2.150 kg en Malaisie, 1.870 kg au Siam et 4.570 kg en Europe). Les exportations de riz augmentent chaque année, cela ne résulte cependant pas de l’essor de la riziculture mais plutôt de l’accaparement du riz par les capitalistes qui l’écoulent sur les marchés extérieurs.

b. Le joug de l’impérialisme français entrave l’essor des forces productives de l’Indochine. Les impérialistes ne développent pas l’industrie lourde (métallurgie, construction mécanique, etc.) car son essor nuirait au monopole industriel français, seules peuvent être développées les industries nécessaires à la domination de l’impérialisme et à son commerce comme les chemins de fer, les petits arsenaux, etc.

c. L’exportation est entre les mains des capitalistes français. Le commerce et la production intérieurs dépendent étroitement des besoins de l’exportation. Plus l’exportation se développe et plus le pays est spolié de ses ressources naturelles par l’impérialisme français d’autant plus que les banques françaises (Banque de l’Indochine, Crédit foncier, etc.) mettent les capitaux des autochtones à la disposition des exportateurs français.

En résumé, l’économie indochinoise reste une économie agricole où les formes féodales d’exploitation prédominent. Ces facteurs l’empêchent de se développer de façon indépendante.

4. Contradictions de classe :

De connivence avec les propriétaires fonciers, les compradores et les usuriers autochtones, l’impérialisme français exploite cruellement la paysannerie ; il accapare les produits agricoles pour les exporter, introduit dans le pays les marchandises de la métropole, lève de lourds impôts, réduisant les paysans à la misère et la grande masses des artisans au chômage.

Les terres sont accaparées de plus en plus par les impérialistes et les propriétaires fonciers. Il existe en outre des intermédiaires qui les afferment pour les sous-louer. Elles passent par plusieurs transactions avant d’être remise en les mains des paysans pauvres qui doivent payer de ce fait des prix élevés et de lourds fermages. Quand, pressés par le besoin, les paysans sont obligés d’emprunter, ils tombent sous la coupe des usuriers à qui ils sont souvent obligés de remettre leurs lopins de terre ou leurs enfants en paiement des dettes.

Les impérialistes ne se soucient guère de l’entretien des digues. Les ouvrages hydrauliques sont aux mains des capitalistes qui les louent fort cher. Les paysans pauvres qui ne peuvent payer n’ont pas d’eau pour leurs rizières. Les mauvaises récoltes dues aux inondations et à la sécheresse sont de plus en plus fréquentes. La paysannerie dépend chaque jour plus étroitement des capitalistes et ne cesse de péricliter. Le nombre augmente des chômeurs et de ceux qui meurent de faim.

Si l’économie traditionnelle du pays se détériore très vite, les nouvelles industries se développent avec beaucoup trop de lenteur : les miséreux et les chômeurs ne peuvent tous se faire embaucher comme ouvriers et beaucoup restent à la campagne où la situation est lamentable.

Dans les entreprises, les plantations et les mines, les capitalistes exploitent et oppriment les ouvriers avec férocité. Le salaire de l’ouvrier, insuffisant pour son entretien, est encore rogné de diverses façons. La journée de travail dure en moyenne de 11 à 12 heures. Souvent l’ouvrier est l’objet de brimades et de sévices. En cas de maladie, loin de recevoir des soins médicaux, il est licencié. Pour lui, l’assurance sociale n’existe pas.

Dans les plantations et les mines, les patrons parquent leurs salariés dans des camps et empêchent tout déplacement au-delà des lieux de travail. La main-d’œuvre embauchée dans une région au moyen de contrats est transportée dans d’autres régions. Par ce moyen, le patronat contrôle les ouvriers, s’arroge même le droit de les frapper d’amendes. Vu les très dures conditions de travail, nombreux sont les ouvriers indochinois atteints de maladies graves (tuberculose, ophtalmies, paludisme, ect.) ; le nombre déjà important de ceux qui meurent prématurément ne fait que croître.

Quoique peu nombreux, les effectifs des ouvriers indochinois, en premier lieu ceux des plantations, augmentent chaque jour. Ils mènent une lutte de plus en plus intense. La paysannerie, dont la conscience s’est éveillée, s’oppose farouchement aux impérialistes et aux propriétaires fonciers. Les grèves de 1928, 1929 et les mouvements d’âpre lutte des ouvriers et des paysans de cette année (1930) montrent l’ampleur croissante de la lutte des classes en Indochine. Fait particulier et de première importance, dans la révolution indochinoise la lutte des masses ouvrières et paysannes revêt un caractère nettement indépendant et n’est plus comme auparavant influencée par le nationalisme.

PCI_1930
Affiche du PCV (pré-PCI) en 1930 dans le Nghe An. © Ecritures au Vietnam

III. La nature et les tâches de la révolution indochinoise

5. Les contradictions énoncées ci-dessus poussent la révolution indochinoise à se développer. Au début, c’est une révolution démocratique bourgeoise, car il n’est pas possible de résoudre directement les problèmes de l’organisation du socialisme ; l’économie du pays demeure très faible, les vestiges du féodalisme nombreux, le rapport des forces entre les classes ne penche pas encore du côté du prolétariat, d’ailleurs l’oppression de l’impérialisme subsiste toujours. Étant donné ces conditions, la révolution dans la période actuelle ne peut être qu’une révolution agraire et anti-impérialiste.

La révolution démocratique bourgeoise est la période de préparation à la révolution socialiste. Avec le succès de la révolution démocratique bourgeoise et la création d’un gouvernement des ouvriers et des paysans, l’industrie nationale pourra se développer, les organisations prolétariennes gagneront en puissance, la direction du prolétariat se consolidera et le rapport des forces entre les classes penchera en faveur du prolétariat. La lutte gagnera alors en profondeur et en ampleur, pour progresser sur la voie de la révolution socialiste. Cette période sera celle de la révolution prolétarienne dans le monde entier et de l’édification du socialisme en Union soviétique. Grâce à la dictature du prolétariat dans les autres pays, l’Indochine se développera pour s’engager directement dans la voie socialiste sans passer par l’étape capitaliste.

Le prolétariat et la paysannerie sont les deux forces motrices essentielles : dans la révolution démocratique bourgeoise, celle-ci ne réussira que si le prolétariat en prend la direction.

6. La révolution démocratique bourgeoise consiste essentiellement, d’une part à effacer les vestiges du féodalisme, à liquider les méthodes d’exploitation pré-capitaliste et à réaliser totalement la réforme agraire, d’autre part à renverser l’impérialisme français et à rendre l’Indochine complètement indépendante. Ces deux aspects de la lutte sont intimement liés, c’est en renversant l’impérialisme qu’on peut abolir la classe des propriétaires fonciers et réaliser avec succès la révolution agraire, et c’est en anéantissant le régime féodal qu’on peut renverser l’impérialisme.

Pour réaliser ces points essentiels, il est indispensable d’instituer le pouvoir des Soviets d’ouvriers et de paysans. Seul ce pouvoir pourra servir d’instrument puissant pour renverser l’impérialisme, le féodalisme et les propriétaires fonciers, pour donner la terre aux paysans et appliquer une législation protégeant les intérêts du prolétariat.

Les tâches essentielles de la révolution démocratique bourgeoise sont :

1 – Renverser l’impérialisme français, le féodalisme et les propriétaires fonciers.

2 – Instituer un gouvernement des ouvriers et des paysans.

3 – Confisquer les terres des propriétaires fonciers étrangers et autochtones et des églises, les remettre en jouissance aux paysans moyens et aux paysans pauvres, le droit de propriété restant au gouvernement des ouvriers et des paysans.

4 – Nationaliser les grandes entreprises des capitalistes étrangers.

5 – Abolir les taxes et impôts actuels, créer l’impôt progressif.

6 – Décréter la journée de travail de 8 heures, améliorer la vie des ouvriers et des masses laborieuses.

7 – Faire de l’Indochine un pays complètement indépendant et reconnaître le droit des peuples à l’autodétermination.

8 – Mettre sur pied une armées des ouvriers et des paysans.

9 – Promouvoir l’égalité des sexes.

10 – Soutenir l’Union soviétique, s’allier au prolétariat mondial et au mouvement révolutionnaire dans les colonies et semi-colonies.

TranPhu_ThèsePolitiquePCI

Source : « Thèses politiques du Parti Communiste Indochinois (1930), extraits », in Brève histoire du Parti des Travailleurs du Viet Nam (1930-1970), Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1970, pp. 159-168.

Nguyên Thi Minh Khai, “l’initiée éclairée”, la militante communiste de premier rang – par Bui Tran Phuong

[ndlr] Dans sa thèse « Viêt-Nam 1918-1945, genre et modernité », l’historienne Bui Tran Phuong dresse un portrait détaillé de l’héroïne du PCI décédée à l’âge de 31 ans dans une prison coloniale. Elle confronte les sources biographiques pour tenter de reconstruire l’itinéraire politique et la vie sentimentale de la jeune révolutionnaire. Devenue aujourd’hui une figure incontournable du mouvement communiste vietnamien, elle incarne une expérience révolutionnaire « exceptionnelle en son temps », comme le rappelle Bui Tran Phuong. Extrait.

Cette photo est la seule qu’on dispose de Nguyên Thi Minh Khai. Elle est reproduite dans la partie Illustration de l’ouvrage de Nguyêt Tu, Chi Minh Khai (Grande sœur Minh Khai), Ha Nôi, Nxb Phu nu, 1976.

[…] Née le 30 septembre 1910, Nguyên Thi Minh Khai fut d’abord nommée Nguyên Thi Vinh, du nom de la commune Vinh Yên du chef-lieu Vinh de la province de Nghê An. Ses camarades de classe se souviennent d’une petite fille turbulente qui préférait des jeux de garçon, qui courait, sautait, grimpait plutôt que de rester sagement assise dans son coin ; d’une jeune « garçonne » qui mimait les minauderies coquettes de ses camarades pour en faire la risée de la classe mixte. A quatorze ans, elle était en effet – avec onze autres filles – en classe avec des garçons à l’école primaire supérieure Cao Xuân Duc, une institution privée. Il y avait parmi ses jeunes enseignants des militant-es communisant-es comme Trân Phu, Ha Huy Tâp, mesdemoiselles Phuong, Loan. Nguyên Thi Minh Khai vivait dans l’aisance matérielle ; son père était fonctionnaire à la gare de Vinh et sa mère tenait une boutique de tissus. C’étaient d’une part les réalitées quotidiennes de la misère ouvrière et paysanne autour d’elle, d’autre part les récits de lutte anticolonialiste dans cette terre effervescente de Nghê An, province natale de Phan Bôi Châuet l’influence des enseignant-es de l’école Cao Xuân Duc qui furent à l’origine de son choix politique : se dévouer à la cause patriote et à la lutte en faveur des opprimé-es.

Introduite par Phuong, de cinq, six ans son aînée et qui était une enseignante de l’école hébergée chez elle, Minh Khai constitua vers 1925 une première cellule de trois élèves-filles sympathisantes du parti Tân Viêt (Viêt Nam nouveau), organisation communisante du Centre Viêt Nam qui se transformera en parti communiste en 1930. Le titre de l’ouvrage biographique de Nguyêt Tu est inspiré justement de ce rôle de « sœur aînée » que jouait Minh Khai par rapport aux cellules d’élèves-filles qui dans les années 1925, 1926 participaient activement aux mouvements réclamant l’amnistie pour Phan Bôi Châu et célébrant les funérailles de Phan Châu Trinh.

Minh Khai fut officiellement admise au parti Tân Viêt en 1927 et brûlait de partir à l’étranger « faire la révolution comme Phan Bôi Châu ». Elle était en effet connue dès l’école comme une « fanatique des œuvres de Phan Bôi Châu », c’est-à-dire des poèmes patriotes de Phan qui circulaient clandestinement dans la jeunesse scolaire. Mais elle se passionnait aussi pour les ouvrages de l’édition Nam Cuong qui vulgarisaient des connaissances marxistes. Ses deux livres préférés étaient intitulés Le colonialisme et Le régime des puissances. Nous n’avons pas d’autres précisions sur ces publications, mais la formulation des titres (souvent en sino-vietnamien) laisse supposer qu’il s’agissait des écrits publiés en Chine, ou reproduits par les maisons d’édition vietnamiennes patriotes à partir de sources chinoises. Minh Khai représente un cas unique de femme militante vietnamienne – non seulement de sa génération mais aussi des générations suivantes – dont on a pu retrouver la trace, si peu précise soit-elle, de lecture personnelle de la littérature marxisante ou marxiste-léniniste sur la colonisation et la révolution prolétarienne.

Dans les années 1928-1929, Minh Khai, dont le domaine d’activités ne se limitait plus au milieu scolaire mais recouvrait Vinh et la campagne environnante, organisa avec une grande détermination et des succès durables la “prolétarisation” – qui consistait à envoyer les militant-es du parti Tân Viêt, dans la plupart des cas issu-es de familles de lettrés ou de paysans aisés, se faire ouvrier-ères dans les usines de Vinh. La filature de Vinh comptait une centaine d’ouvrières entre dix-sept et vingt ans. Entraînées au militantisme dans une cellule dite de “Femmes émancipées (Phu nu giai phong)”, des paysannes, membres de Tân Viêt y furent placées comme ouvrières, dont les deux sœurs Nguyên Thi Xân et Nguyên Thi Thiu, Xân sera plus tard l’unique femme dans le comité exécutif du Parti communiste vietnamien au district Nghi Lôc de Nghê An. Le premier secrétaire de la cellule de Nghi Lôc du Parti communiste fut aussi formé par Minh Khai.

Mais Minh Khai partit à l’étranger début 1930 avant d’avoir vu ces résultats. Déguisée – cheveux coupés courts et en costume d’ouvrier-soldat, elle quitta Hai Phong comme d’autres militants en qualité de voyageurs sans billet, cachés dans la cale. De 1930 au 29 avril 1931, quand elle fut prise dans un guet-apens tendu par la police britannique à Hongkong, Minh Khai, sous l’apparence d’une Chinoise, milita à Canton et à Hongkong au bureau Orient du Komintern sous les pseudonymes Duy, Trân Thai Lan ou T. Lan, Ly Huê Phuong. Elle avait un autre pseudonyme Phan Lan, utilisé notamment quand elle fut déléguée au 7ème Congrès de l’Internationale. Nguyêt Tu et Lê Minh affirment l’une et l’autre que Minh Khai fut formée par Ly Thuy, alias Nguyên Ai Quôc en compagnie d’une autre militante de seize ans venue de Thailande. Ly Thuy aurait consacré une heure chaque matin à ce cours de « théorie politique » où « il n’y avait qu’un maître et deux élèves ». Les deux biographes relatent ce cours avec des détails précis sur les questions et réponses, elles ont sans doute l’une et l’autre exploité le témoignage de la camarade de Minh Khai. D’après Lê Minh, cette jeune militante venue de Thailande était la première à servir d’agent de liaison à Ly Thuy. Minh Khai fut ensuite mobilisée du pays, non sans une certaine intention de la part du parti pour qu’elle devienne la compagne du leader.

* * *

« Nous les ouvrières et paysannes des pays d’Orient, des pays colonisés et semi-colonisés, nous qui souffrons bien davantage que nos camarades de l’Europe occidentale, nous nous sommes engagées dans la voie de la lutte révolutionnaire. (…) Depuis des centaines d’années, les lois et coutumes féodales obsolètes ont fait des femmes orientales des esclaves dociles de leurs parents et de leurs époux, ont paralysé leur volonté et obscurci leur esprit. » (interventrion de Phan Lan [Nguyen Thi Minh Khai] au VIIe Congrès de l’Internationale communiste à Moscou.

Lire la suite : Viêt Nam 1918-1945