Archives par mot-clé : Parti Communiste Indochinois

H-Diplo Roundtable XX, 2 on Vietnam’s Communist Revolution: The Power and Limits of Ideology

[ndlr] Une table ronde sur le dernier ouvrage de Tuong Vu, à lire sur le site de H Diplo.

Roundtable Editors: Thomas Maddux and Diane Labrosse

Roundtable and Web Production Editor: George Fujii
Introduction by Peter B. Zinoman

Tuong Vu.  Vietnam’s Communist Revolution:  The Power and Limits of Ideology.  Cambridge:  Cambridge University Press, 2017.  ISBN:  9781107154025 (hardback, $105.00); 9781316607909 (paperback, $35.99).

URL: http://www.tiny.cc/Roundtable-XX-2

Contents

Introduction by Peter B. Zinoman, University of California, Berkeley

© 2018 The Authors.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 United States License.

 

Introduction

by Peter B. Zinoman, University of California, Berkeley

I this forum on Tuong Vu’s Vietnam’s Communist Revolution: The Power and Limits of Ideology, four distinguished historians address critical questions raised in the book about the history of Vietnamese Communism. They include Christopher Goscha (the most important historian of Vietnam writing today in English), Sophie-Quinn Judge (author of the best biographical study of Ho Chi Minh in any language), Stein Tønnesson (a prolific scholar of the ‘international’ history of Vietnam in the 1940s) and Alec Holcombe, (a brilliant young historian of Vietnamese Communism). The four participants sort themselves into two factions, a war-era faction (Quinn-Judge and Tønnesson) who reject Tuong Vu’s central claims, and a post-war faction (Goscha and Holcombe) who endorse them. The division on exhibit here confirms that, despite the passage of over four decades, old disputes over interpretations of the Vietnam War remain unresolved.

While many Western-language studies have explored discrete periods in the history of Vietnamese Communism, Vietnam’s Communist Revolution is the first sweeping examination of the movement from its origins in the 1920s through the post-Vietnam War era. Based on a trove of vernacular-language sources of unparalleled scope and depth, it proposes a novel and interesting periodization of Vietnamese Communism (1917-1930, 1931-1940, 1940-1951, 1953-1960, 1957-1963, 1964-1975, 1976-1979, 1980-1991, 1991-2010) and offers a wide-ranging account of its evolution over time.   The historical insight featured in the book is especially impressive given Tuong Vu’s disciplinary background in political science. Supplementing his arguments about continuity and change, Tuong Vu advances the straightforward thesis that the most influential factor in the history of Vietnamese communism has been its leaders’ unwavering devotion to the political ideas of Karl Marx, Vladimir Lenin, Joseph Stalin, and Mao Zedong. This thesis makes a modest contribution to the political science scholarship, Tuong Vu notes, by adding “another case to the comparative literature, demonstrating the salience of revolutionary ideology in world politics” (13). In the context of Vietnam War studies, on the other hand, Tuong Vu’s thesis represents a forceful intervention into one of the oldest and most contentious debates in the field.

During the Vietnam conflict, ‘hawks’ and ‘doves’ disagreed about the fundamental political orientation of America’s enemy. For hawks, both the northern Democratic Republic of Vietnam (DRV) and the guerilla insurgency that it supported in the southern Republic of Vietnam (RVN) were principally motivated by a version of Communist internationalism. As evidence, hawks pointed to Ho Chi Minh’s long career as a Comintern agent, the integration of the DRV into the Eastern bloc, the violent social revolution (including the land reform and collectivization) that the Party spearheaded in the North, and the Vietnamese movement’s formal veneration of Mao and Stalin.  For hawks, the Communist leadership’s relentless and ultimately successful drive to conquer South Vietnam derived from a quasi-religious desire to liberate countrymen oppressed by capitalism and imperialism.

For doves, on the other hand, the Vietnamese Communist leadership’s core motivation was nationalism. As evidence, they pointed out that the two great causes animating the movement between 1925 and 1975 were freedom from colonial rule and territorial unification. They also found an intense nationalism in the trope of ‘resistance to foreign invasion’ that saturated the historical narratives and political culture promoted by Vietnamese Communism.  For doves, the critical nationalist agenda of the Vietnamese Communists was an important reason why the containment doctrine should never have been applied to the country and why the American intervention was misguided from the start.

Tuong Vu’s argument about the devotion of Vietnamese Communist elites to a radical leftist ideology reprises the hawkish position but he fortifies it significantly by mobilizing a massive new body of corroborating evidence. “In researching his topic,” Holcombe points out, “Tuong Vu took advantage of thousands of Party resolutions, orders, circulars, and general policy statements made public by the Vietnamese government in its 2001 Party Documents series. He appears to have read, cover to cover, every one of this series’ fifty-nine volumes, along with a variety of newspapers, archival materials, memoirs, and secondary scholarship.” Tuong Vu’s exceptionally wide reading impresses even his toughest critics. Tønnesson praises his “thorough research and impressive erudition” while Quinn-Judge, in an otherwise unsympathetic review, acknowledges that the “author has gone farther and deeper into this topic than any previous writer in English.”

While they do not map on to each other with complete precision, the dovish and hawkish positions dovetail with contending schools of historical interpretation of the Vietnam War known as orthodoxy and revisionism. The persistence of these tendencies in the field may be seen in two issues raised in the Forum about which reviewers express conflicting views. The first is the so-called ‘lost opportunity thesis’ which argues that an irrationally anti-Communist United States rejected friendly overtures from Ho Chi Minh during the 1940s and 50s thus driving the Vietnamese Communists into the arms of Beijing and Moscow. Citing copious textual evidence, Tuong Vu rejects this thesis, arguing that the zealous ideological partisanship of the Vietnamese leadership at the time made an alliance with America unlikely in the extreme. Goscha and Holcombe support Tuong’s Vu’s rejection of the ‘lost opportunity thesis,’ with Goscha noting that a similar argument about a lost American opportunity in communist China has been called convincingly into question by scholars such as Chen Jian.[1] Quinn-Judge and Tønnesson, on the other hand, continue to endorse ‘the lost opportunity thesis,’ with Quinn-Judge arguing that it was American intransience that radicalized the DRV.

A second issue over which reviewers disagree is Tuong Vu’s argument about internal factionalism within the Communist leadership. For Tuong Vu, factionalism in the Party has been overrated, as has a theory that the leadership was split between a moderate nationalist wing headed by Ho Chi Minh and a radical, internationalist wing led by Le Duan. Calling into question the characterization of Ho Chi Minh as a moderate nationalist, Tuong Vu suggests that what is most striking about the Vietnamese Communists was their shared commitment to the same overarching ideological project.   With some minor caveats, Holcombe endorses this interpretation adding that doves inflate the significance of factionalism within the Vietnamese Communist leadership for two instrumental reasons: it evokes the presence of moderate Communist elites who deserved American support and it heightens a contrast between a flexible, moderate Ho Chi Minh and a rigid extremist United States. Quinn-Judge and Tønnesson remain unconvinced by this revisionist argument.  The former argues that Ho Chi Minh was a moderate pragmatist with a strong nationalist streak. The latter attempts to resuscitate the fifty-year old interpretive scheme advanced by Huynh Kim Khanh which highlighted a conflict between ‘national patriots’ (led by Ho Chi Minh) and ‘proletarian internationalists’ (ultimately the Le Duan and Le Duc Tho faction).[2]

Contributors to the Forum raise additional questions and concerns. In response to Tuong Vu’s analysis of ‘factional divides within the party’ during the latter stages of the War, Goscha requests more historiography through additional engagement with the work of scholars who hold differing views. Holcombe attributes greater significance to Ho Chi Minh’s struggles with rivals in the 1930s and he disputes Tuong Vu’s optimistic speculation that the War was ‘winnable’ for the RVN. He also questions Tuong Vu’s conclusions about the ‘rationality’ of Hanoi’s post-war foreign policy. Quinn-Judge and Tønnesson question the book more aggressively. Quinn-Judge challenges its mono-causal explanatory framework and its static portrayal of Communist ideology. She restates her essentially sympathetic interpretation of Ho Chi Minh as a moderate, pragmatic nationalist, an argument of Tønnesson’s as well. Tønnesson rejects Tuong Vu’s overly rigid view of Communist ideology which, he claims, changed over time and included space for the expression of diverse positions.  He also argues that patriotism, not Communism, “carried the greatest normative weight for Vietnam’s Communist leaders.”

The critiques of Quinn-Judge and Tønnesson affirm the durability of divisions that date back fifty years. But they also introduce little new concrete evidence to back up their claims. This contrasts with the massive excavation of primary source material carried by Tuong Vu. Owing to his prodigious labors, the weight of the empirical record tips significantly in favor of his revisionist thesis.

Jeoung Jaehyun : Exploitation minière et humaine – Les charbonnages dans le Vietnam colonial, 1874-1945 – thèse

[ndlr] Annonce d’une soutenance de thèse à l’Université Paris Diderot.

« Exploitation minière et humaine : les charbonnages dans le Vietnam colonial, 1874-1945 »

Jeoung Jaehyun

thèse sous la direction de Claire Trân Thi Liên, maître de conférences de l’Université Paris-Diderot

Le jury est composé de :

  • Bernard THOMANN, professeur de l’Inalco
  • Andrew HARDY, directeur d’études de l’EFEO
  • Chad DENTON, professeur associé de l’Université Yonsei (Corée)
  • Judith RAINHORN, professeure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Sophie QUINN-JUDGE, professeure associée de l’Université Temple (Etats-Unis)
soutenance le jeudi 13 septembre 2018 à 14 h à l’Université Paris Diderot – Bâtiment Olympe de Gouges, Salle 870
8 place Paul Ricoeur, 75013 Paris

Résumé de la thèse :

Le charbon était connu au Vietnam depuis longtemps, mais c’est pendant la période coloniale qu’il fit l’objet d’une exploitation systématique. Les Français s’intéressèrent à ces ressources minières du Vietnam dès avant la conquête coloniale. Après l’établissement du protectorat français au Tonkin et en Annam en 1883-1884, l’exploitation des mines de charbon connut un essor rapide sous l’effet de l’afflux de capitaux et l’introduction de techniques de France et devint l’une des principales activités industrielles du Tonkin. Les autorités coloniales soutinrent fortement la « mise en valeur » de la colonie par le capitalisme français. Néanmoins, il n’était pas toujours facile même pour les plus grandes compagnies françaises d’organiser une nouvelle activité de production dans un pays peu industrialisé.

Alors que les charbonnages de Hòn Gai parvinrent à surmonter des difficultés d’ordre financier, commercial et industriel et réaliser des profits considérables, la plupart des autres entreprises minières ne rémunèrent jamais suffisamment les capitaux engagés, et même certaines d’entre elles se terminèrent par des échecs complets. En particulier, les compagnies minières rencontrèrent une grande difficulté à recruter des ouvriers et les retenir dans les mines, dont les conditions de travail furent particulièrement dures. La forte mobilité caractérisait la main-d’oeuvre des mines et retarda ainsi la formation d’une conscience de classe parmi les ouvriers des mines. La grève générale des ouvriers de Hòn Gai en novembre 1936 témoigne pourtant la naissance d’une nouvelle classe sociale, que les militants communistes vietnamiens visèrent à transformer en avant-garde révolutionnaire contre le colonialisme et le capitalisme.

L’Humanité : Nguyen Ai Quoc, le vaillant fondateur du PC Indochinois est mort emprisonné [1932]

[ndlr] Depuis quelques jours, l’itinéraire si particulier du révolutionnaire Nguyên Ai Quôc est de nouveau questionné sur la toile. Celui qui deviendra la Président Hô Chi Minh serait mort à Hong-Kong en 1932 comme le rappelle cet article du journal L’Humanité, publié à l’époque et désormais disponible sur Gallica. Autant dire que cela jette le trouble sur l’itinéraire marqué de zones d’ombre de cette personnalité mondialement connue, qui pris le soin de rédiger par deux fois sa propre biographie sous des pseudonymes. Si le décès de Quôc en 1932 était avéré cela constituerait une révolution à la fois historique et historiographique mais rien n’est moins sûr. Ce dossier aux allures de « théorie du complot » remue la blogosphère vietnamienne depuis dix ans lorsqu’un chercheur taïwanais publia en 2008 une biographie controversée et contestée sur Hô Chi Minh/Nguyên Ai Quôc affirmant qu’il s’agissait de deux hommes différents. Qu’en pensent les biographes renommés (Pierre Brocheux1, William Duiker, Daniel Hémery, Sophie Quinn-Judge…) ? L’Humanité a-t-il publié un démenti plus tardif ?

 

Seule l’ouverture des archives vietnamiennes (et éventuellement chinoises) accompagnée de la liberté académique dans ces deux pays permettront d’éclairer les zones d’ombre qui jalonnent l’itinéraire de ce personnage historique.

Avec le recul et la prudence nécessaires, nous proposons aujourd’hui ce document-source étonnant comme contribution à l’histoire.  

L’Humanité du vendredi 19 juin 1931 (28e année, n° 11875) rapporte l’arrestation de Nguyên Ai Quôc à Shanghai. Il s’agit en réalité de Hong Kong. Texte de l’article reproduit ci-dessous :

Les impérialismes solidaires

Les Anglais arrêtent à Shanghaï le révolutionnaire annamite N’Guyen Aï Quoc

Les dépêches annoncent que la police anglaise a arrêté à Shanghaï le communiste annamite Nguyen Ai Quoc, ainsi qu’un Français du nom de Serge Lefranc (?).

La presse bourgeoise célèbre cette « importante capture ».

Il est certain que Nguyen Ai Quoc, qui milita en France pour l’adhésion de notre Parti à la Troisième Internationale et poursuit, depuis dix ans, une action énergique pour l’organisation de ses frères annamites, est l’un des meilleurs pionniers du mouvement communiste mondial.

Nous le saluons au moment où, comme Tao, il est frappé par la répression internationale.

L’impérialisme anglais de McDonald est ici en collaboration étroite avec l’impérialisme français, servis par nos chefs socialistes nationaux.

Mais nos adversaires délirent lorsque M. Jean Tourène, du Journal, ils affirment que l’arrestation en Chine de Nguyen Ai Quoc va arrêter le mouvement annamite.

Pas plus celle que Tao, pas plus celles que les fusillades du Premier Mai et les déportations en masse, l’arrestation de Nguyen Ai Quoc ne brisera l’élan révolutionnaire des travailleurs indochinois. Celui-ci a une base sociale trop solide.

C’est au contraire la révolution annamite qui, en chassant l’oppresseur, glorifiera les courageux camarades qui, comme Tao, comme Nguyen Ai Quoc et des milliers d’autres se sont dévoués à la cause des travailleurs d’Indochine.

Source : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k403934z

Dans L’Humanité du mardi 9 août 1932 (29e année, n° 12292), sa mort est annoncée et un hommage lui est rendu. Texte de l’article reproduit ci-dessous :

Luttons pour libérer l’Indochine

Nguyen Ai Quoc, le vaillant fondateur du PC Indochinois est mort emprisonné

Nguyen Ai Quoc, fondateur du Parti communiste indochinois emprisonné par l’impérialisme britannique, de complicité avec l’impérialisme français est mort de la tuberculose à l’infirmerie de la prison de Hong Kong.

Militant héroïque, il ne cessa durant toute sa vie de se dépenser sans compter pour faire pénétrer le communisme dans l’Indochine opprimée par le fer et par le feu par l’impérialisme français ; pour grouper les masses ouvrières et paysannes pour la lutte libératrice.

Il fonda le Parti communiste indochinois qui fut à la tête des luttes des ouvriers et des paysans, et qui malgré la terreur que fait régner l’impérialisme, les conduira, avec le soutien actif du prolétariat de France, à la victoire.

L’impérialisme a assassiné Nguyen Ai Quoc, mais il ne réussira pas à étouffer la lutte du peuple indochinois pour sa libération. Il vient d’interdire la plantation du riz pour « remédier» à la crise économique, mesure qui n’aura d’autre effet que d’accentuer la famine ; il vient d’incendier le village de Son Duong, jetant ainsi 64 familles sur la route. Mais 2.000 coolies licenciés des plantations de caoutchouc ont organisé une marche de la faim sur Saigon.

L’impérialisme français a assassiné Nguyen Ai Quoc, mais malgré les milliers d’arrestations de vaillants communistes, d’ouvriers et de paysans qui ont lutté pour leur droit à la vie et pour leur libération, notre Parti communiste frère d’Indochine reste inébranlable à la pointe du combat. Des dizaines de nouveaux militants et révolutionnaires se lèvent pour continuer l’oeuvre de Nguyen Ai Quoc.

Au moment même où l’Impérialisme assassine Nguyen Ai Quoc dans ses prisons, l’héroïque Parti communiste d’Indochine lance son programme d’action qui sera le guide de millions d’ouvriers et de paysans dans leur lutte contre l’impérialisme français.

Le comité central du Parti communiste français, en s’inclinant devant la dépouille du chef communiste Nguyen Ai Quoc, salue avec enthousiasme le programme d’action du Parti communiste indochinois, signé de son comité central provisoire qui continuera et amplifiera la lutte commencée avec Nguyen Ai Quoc.

Ce document montre le degré de maturité auquel est parvenu notre jeune parti frère. Il prouve qu’en dépit d’une répression dépassant en horreur les plus sauvages atrocités des débuts du colonialisme, en dépit des monstrueux massacres de Nghe Tinh et de Nghe An, en 1930, l’impérialisme français n’a pu empêcher notre Parti frère d’Indochine de grandir, de se renforcer, de se lier chaque jour plus profondément a la lutte du peuple indochinois, aux prolétaires avant tout.

L’impérialisme français vient d’assassiner à la prison de Saïgon notre camarade Likvey, secrétaire du Parti communiste et de faire mourir en prison le fondateur de ce parti.

Le Comité central du Parti communiste Indochinois lui répondra par le développement, de son programme d’action qui libérera l’Indochine des vampires impérialistes et de leurs soutiens, les socialistes français et les féodaux bourgeois indigènes.

L’Humanité publiera des extraits du programme d’action du P. C. I.

Le Comité central du Parti communiste français appelle la classe ouvrière française à renforcer son alliance de combat avec le peuple indochinois, affamé et torturé, dans une lutte accentuée contre l’ennemi commun : l’impérialisme français.

Il demande particulièrement aux ouvriers socialistes d’entrer dans ce front, unique anti-impérialiste et de s’écarter de la voie sanglante du colonialisme où veut les entraîner leur parti, celui de Varenne, cette voie hideuse des têtes coupées réclamées par la fédération socialiste du Tonkin après Yen Bay et après l’insurrection du Nord-Annam.

Il demande aux soldats et aux marins français, coloniaux et légionnaires, eux aussi ouvriers et paysans, de ne jamais oublier que l’ouvrier, le coolie, le nha-qoué [nhà quê, paysan] d’Indochine sont leurs frères et que leurs vrais ennemis sont les oppresseurs de ce peuple martyr qui les envoient mourir sous un climat meurtrier pour les seuls intérêts des capitalistes français, des rois du caoutchouc, de l’industrie, de la banque.

Au moment où notre parti frère publie son programme d’action, puisons dans l’exemple de nouvelles forces pour soutenir leurs luttes libératrices et mener la nôtre propre en renforçant sur tous les terrains notre action révolutionnaire contre notre propre impérialisme.

Source : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k404359z.item

Articles évoquant cette polémique :

Principales biographies sur Hô Chi Minh :

  • Hémery, Daniel [1990], Ho Chi Minh, de l’Indochine au Vietnam, Paris, Gallimard, Découvertes Gallimard, 2013, nouvelle édition.

Nous invitons nos lecteurs/trices à relire également outre les biographies mentionnées ci-dessus l’ouvrage collectif édité en 1990 intitulé en français : Ho Chi Minh, l’homme et son héritage, Paris, Đường Mới La Voie Nouvelle, 1990  et en vietnamien : Hồ Chí Minh. Sự thật về thân thế và sự nghiệp, Paris, Nhà Sách Nam Á, 1990.

FG

MàJ 03/10/2018

 

Notes

  1. Notons que Pierre Brocheux est le plus catégorique sur la « fausse mort » de Nguyen Ai Quoc, un leurre lancé par Loseby, l’avocat de Quoc, cf. biographie de Hô Chi Minh publiée en 2003, voir aux pages 91-95 et en particulier p. 94 []

Ngo Van : Au pays de la cloche fêlée – CR de lecture par Nelly Didelot

CR de lecture de Nelly Didelot : Ngo Van, Au pays de la cloche fêlée, tribulations d’un Cochinchinois à l‘époque coloniale, Montreuil, L’Insomniaque, 2000, 237 p. (réédition en poche en 2013).

Ngo-VanL’auteur de ce récit, Ngo Van (1913-2005), est un homme de condition modeste, né dans le sud du Viêt Nam. Il commence tôt à travailler à Saigon ce qui le pousse à militer dans le mouvement communiste oppositionnel (trotskiste). Contraint de se réfugier en France en 1948 pour des raisons politiques, il travaille comme ouvrier tout en continuant à militer et à poursuivre ses études qui le mènent notamment à un doctorat en histoire des religions, selon la présentation de son éditeur.

Ngo Van, témoin engagé

Il se présente comme un survivant de la purge effectuée dans les rangs des opposants au communisme stalinien, incarné par le Viêt-Minh/PCI (Parti communiste indochinois) qui a pris les commandes du mouvement anticolonial et révolutionnaire à partir de 1945. Son objectif est de donner un témoignage direct de cette purge mais très largement postérieur aux faits, son récit ayant été écrit à la fin de sa vie. Il ne s’exprime donc pas en tant qu’historien mais comme un témoin engagé, en se présentant lui-même comme un militant de base et non comme un leader de parti, ce qui s’explique aussi par la structure horizontale de ce mouvement et par sa faiblesse numérique. Ce récit peut être lu comme une forme de testament, une des dernières actions d’un homme révolté depuis toujours contre le pouvoir oppressif des régimes successifs au Viêt Nam.

A travers son témoignage apparait la figure d’un homme en révolte contre l’oppression coloniale, à la fois politique et économique (par le capitalisme), pour qui la révolution russe apparait comme un signe d’espoir, vite dévoyée par les dérives staliniennes. Son récit est celui d’un combat sur deux fronts : contre un pouvoir décrit comme « réactionnaire », la colonisation, et contre un parti stalinien prêt à tout pour obtenir le pouvoir. Son livre-témoignage propose une autre vision de l’histoire de la lutte anticoloniale et révolutionnaire vietnamienne. C’est une manière d’opposer la mémoire des vaincus à celle des vainqueurs, de combattre une histoire officielle en noir et blanc. Son ultime objectif est ainsi de préparer le futur en connaissant le passé, de « retrouver la trace vivante de ce relais de révolte » comme il l’annonce à la fin de son introduction. On peut donc y lire une tentative d’ébranlement du pouvoir actuel, dont la légitimité majeure repose sur la lutte contre le colonialisme et pour le socialisme.

NgoVan_AuPaysDeLaClocheFêlée

Une histoire alternative de la révolution vietnamienne

La construction du récit se décline en neuf chapitres. Le premier est consacré à son arrestation et à sa détention par la Sureté coloniale, ce qui permet de mettre tout de suite le lecteur aux prises avec sa lutte contre le pouvoir colonial aveugle et violent, les raisons de son arrestation n’étant qu’implicites. On les suppose liées à son rôle dans le mouvement ouvrier (comme l’indique le chapitre 3). Les deux chapitres suivants montrent comment, poussé par la situation et des rencontres, il en vient à la lutte révolutionnaire qui le conduit finalement à la prison. Il nait dans une famille de petits paysans, mais son père est un lettré et appartient au conseil des notables. Ses frères arrêtent leurs études pour subvenir aux besoins de la famille et lui permettre de poursuivre sa scolarité modèle quand leur père meurt prématurément. L’enfance apparait ainsi comme une période où il ne prend pas conscience de l’ampleur de la colonisation et de ses méfaits. Toutefois le quotidien difficile de sa famille lui permet de donner une idée concrète de la misère des campagnes idée partielle, sa famille n’appartenant pas aux plus défavorisées , qu’il lie ensuite au capitalisme. Son départ pour Saigon en 1930, d’abord pour ses études et très vite pour le travail, lui permet de continuer sa formation en autodidacte par des lectures françaises. Un autre aspect de sa formation intellectuelle se fait par les rencontres qui le font entrer dans des réseaux clandestins et révolutionnaires. Le début de son attachement au trotskisme, à l’internationalisme peut être daté de cette époque.

Les quatrième et cinquième chapitres sont le récit d’une vie entrecoupée d’arrestations et de périodes d’emprisonnement dans un contexte de révoltes populaires et d’augmentation des tensions entre staliniens et internationalistes. Le sixième chapitre couvre la période de la Seconde Guerre mondiale qu’il vit emprisonné dans l’ouest cochinchinois et est l’occasion pour le lecteur de comprendre comment sont vécus au niveau local de grands événements. Enfin les chapitres 7 et 8, abordent les événements historiques qui ont lieu après que les Japonais aient renversé les Français à la tête du système d’oppression tout en se présentant comme des libérateurs et après que l’indépendance ait été proclamée par l’empereur Bao Dai sous l’égide des Japonais le 11 mars 1945. La fin de la guerre est marquée par une désorganisation générale, qui favorise la prise de pouvoir du Viêt Minh / PCI au Nord et le début de ses actions dans le Sud. Le PCI s’oppose aux créations spontanées de comités du peuple et aux expropriations agraires. Il veut que tout se fasse sous son étroit contrôle et craint les mouvements autogérés même s’ils sont d’obédience communiste.

ManifestationSaigon21-08-1945
Manifestation du 21 août 1945 à Saigon. A premier plan : partisans de la Quatrième Internationale brandissant leur drapeau (éclair traversant un cercle) © Coll. Ngo Van

En septembre 1945, l’arrivée des Alliés et des Français augmente la terreur. Les luttes de pouvoir entre révolutionnaires vietnamiens font rage dans le front de résistance aux Français, de petits groupes armés s’opposent et veulent imposer leur idéologie dans un climat de guerre civile. L’auteur dépeint un parti stalinien qui appelle au meurtre contre ses opposants de toute nature, décrits comme des « agents du fascisme ». Le dogmatisme communiste s’est accentué au point de rejeter entièrement toute alternative. Cette série de massacres entre groupes touche largement les « civils » (facilement amalgamés avec les combattants dans la guérilla), déjà confrontés à la reconquête militaire française. Dans ce climat de violence extrême et de terreur les trotskistes sont réprimés par les deux forces principales (Vietnamiens staliniens et colonisateurs français) et tentent d’organiser ou de se greffer aux comités populaires. L’auteur proclame leur non-violence mais au vu de la situation et de l’appel qu’il lance à l’armement du peuple, on peut douter que tous aient eu un comportement exemplaire. Harcelé par la Sureté en ville et dans l’impossibilité de rejoindre la campagne où la terreur à la fois Viêt-Minh et française fait des ravages, Ngo Van prend la décision de s’exiler en France.

Le tout dernier chapitre, intitulé « Et les amis ? », tranche sur les autres. Il y liste ses amis militants, ses compagnons de lutte trotskistes et raconte leur vie, dans une tentative de rendre hommage à ceux ignorés voire vilipendés par l’histoire et la mémoire officielles.

Les horizons troublés de la lutte

Au cours de son récit Ngo Van aborde plusieurs thèmes transversaux et centraux, qui façonnent ses luttes. Certains éléments se recoupent mais d’autres sont propres à chacune de ses deux luttes majeures, contre le colonialisme français et contre le dogmatisme et les dérives dictatoriales staliniennes. Au cours du récit la première lutte est progressivement remplacée par la seconde et les enjeux changent. Parmi ces enjeux on peut citer l’école, un élément central du 2e chapitre, qui lui permet une forme d’ascension. Cela pourrait s’apparenter à une forme concrète de mise en pratique de « l’œuvre civilisatrice », un républicanisme français qui fonctionnerait : il obtient une bourse au mérite, est poussé par les maîtres à continuer ses études. Toutefois les limites sont vite atteintes : cela ne touche qu’une petite minorité des élèves. Au delà de la prime de scolarité règne la corruption, les « marchands d’instruction » le poussent à s’arrêter à 13 ans, freiné par le manque d’argent. Il évoque également la torture que subissent les prisonniers politiques dans ce lieu symbolique incarné par la sinistre maison centrale. A la fois communistes et colonisés, les révolutionnaires subissent une double répression et discrimination. Le poids en est renforcé par la collaboration de certains « Annamites », des policiers, des juges, des tortionnaires, des fonctionnaires qui abusent de leur petit pouvoir… Tout cela pointe une absence de solidarité de « race », ethnique, qui est remplacée par des rapports de classe. En effet à la collaboration s’oppose la solidarité dans les prisons qui sont aussi un autre lieu de rencontre, de consolidation du réseau insurrectionnel et même un lieu de lutte politique (grève de la faim…). La solidarité se crée face à une justice arbitraire, faussée au profit des autorités avec des procès entièrement en langue française (la Cochinchine est une colonie), même quand juges et parties sont Annamites. L’absurdité de ce système colonial nuit aux non francophones, et donc aux plus humbles. Tous sont privés des libertés élémentaires ce qui forme aussi l’un des moteurs d’une série de révoltes populaires, néanmoins essentiellement motivées par une pauvreté insoutenable. Ces révoltes, brutalement réprimées dans tout le pays, rythment la narration et rendent présent l’idée d’un peuple à bout.

VuAnMoscou_1937

L’autre grand combat de l’auteur concerne le dogmatisme et les dérives dictatoriales du groupe des communistes orthodoxes qu’il décrit comme « staliniens » tout au long de son ouvrage. L’affrontement entre staliniens et trotskistes est sans aucun doute la question majeure qui l’occupe. Cet affrontement, qui enfle au cours du récit, commence par des débats, y compris dans les prisons où les prisonniers politiques sont rassemblés, mais n’empêche pas une association des tendances au sein du groupe La Lutte de 1934 à 1937. La rupture se fait véritablement au moment du Front Populaire : les communistes français participent au gouvernement sans que rien ne change fondamentalement dans la gestion des colonies. Le mouvement ouvrier est toujours réprimé (son premier emprisonnement a par exemple lieu sous le Front Populaire), pourtant les staliniens refusent toute critique du PCF. C’est pour l’auteur une preuve de plus que les partisans du PCI sont inféodés au PCF et à l’URSS : adhérer à leur mouvement serait subir un autre impérialisme. Son récit nous permet de nous faire une idée des sérieuses divergences idéologiques et politiques à la fin des années 1930 au moment du départ de l’impérialisme japonais. Les staliniens sont prêts à soutenir le pouvoir colonial dans sa défense de l’Indochine en échange des libertés fondamentales, et de ce fait apparait presque réformiste. Toutefois cela s’explique par ce qui est, aux yeux de l’auteur, la caractéristique fondamentale de ce parti de « révolutionnaires professionnels soumis », c’est à dire l’allégeance à l’URSS, au comité central du parti. Pour leur part, les trotskistes sont eux très opposés à la guerre, qui se traduit par l’augmentation des impôts, et militent pour une IVe Internationale. Ils espèrent construire un parti de masse, reposant sur des comités populaires, et donc sur une forme d’autogestion. Un autre débat anime les mouvements révolutionnaires. Il porte sur la question du nationalisme et de l’internationalisme, l’auteur critique le combat pour la seule libération nationale qui ne changera pas la situation de la majeure partie de la population, opprimée par les structures mêmes de la société. Pour les trotskistes vietnamiens, la vraie libération passe aussi par la lutte des classes.

Un autre aspect, assez secondaire du livre de Ngo Van, concerne la méfiance viscérale envers les Annamites qu’il ressent lors des années qu’il passe à Phnom Penh lorsqu’il doit quitter Saigon suite à ses démêlés avec la justice. Il évoque la difficulté d’entrer en contact avec les autochtones pour étendre la lutte en raison de la barrière de la langue et de cette méfiance qui remonte au XVIIIe siècle, avec la conquête par les Annamites de terres khmères en Cochinchine. Cette hostilité est par ailleurs entretenue par le pouvoir colonial qui favorise les Annamites sur le territoire cambodgien. Son internationalisme proclamé se heurte à des limites ethniques et spatiales.

Une mémoire concurrente

Son témoignage remplit un objectif mémoriel et cherche à rendre visible ou à réhabiliter tous ceux qui ont été ignorés ou vilipendés par une histoire officielle à sens unique. Au cours de son récit apparaissent différents types d’opposants au colonialisme, ce qui lui permet de montrer que le mouvement anticolonial loin d’être uniquement dominé par le Viêt Minh recouvrait une multitude d’acteurs très divers. Parmi eux, des paysans révoltés par leurs conditions de vie, ouvriers et coolies grévistes, les révolutionnaires permanents staliniens et les leaders trotskistes, mais aussi des mystiques. La nouvelle religion syncrétiste de Cao Dai, née dans les années 1920 en même temps que le mouvement nationaliste, permet à une partie de la bourgeoisie de s’inventer un domaine transcendant où elle retrouve une prééminence sociale en marge de la société coloniale. Cette religion d’espoir, qui recrute largement dans la paysannerie locale, forme à la fin de la Seconde Guerre mondiale des groupes armés, soutenus par les Japonais, et qui sont eux aussi violemment réprimés par le Viêt Minh à partir de 1945.

NgoVan_citation

L’auteur porte ainsi la voix des trotskistes, celle des communistes oppositionnels, dits « traitres à la patrie » et traqués dès 1945, parce qu’internationalistes dans un climat nationaliste et d’allégeance à l’URSS. Ce témoignage est d’autant plus important qu’il n’existe presque aucun survivant du groupe des trotskistes restés au pays selon lui. Cette mémoire concurrente critique les choix idéologiques du Viêt Minh et ses dérives dictatoriales. Le dernier chapitre, constitué de notices biographiques des militants du mouvement (peut-être inspiré par les dictionnaires français des mouvements ouvriers), fait apparaître le profil de ces militants qui sont plutôt issus de milieux populaires, ou dans une moindre mesure, de milieux favorisés mais en rupture avec leur classe, dont la vie fut émaillée d’emprisonnements. Les leaders du mouvement ont eu accès à l’instruction et beaucoup ont fait un séjour en France. Un des éléments qui les a unis au départ est l’admiration pour Nguyen An Ninh (1900-1943), un pionnier de l’anticolonialisme, solide soutien du mouvement paysan mais qui refuse de rejoindre le groupe des communistes ou des trotskistes. Cet homme hors du commun est par ailleurs le créateur du journal La Cloche fêlée, l’une des premières sources d’inspiration de Ngo Van qui lui rend hommage dans le titre de son livre. L’ouvrage et le mouvement évitent la mise en avant d’un leader unique mais s’il faut retenir un nom c’est celui de Ta Thu Thau (1906-1945), le leader trotskiste tué en 1945 par le Viêt Minh. Le mouvement est extrêmement éclaté, comme le montre le grand nombre de groupes politiques cités dans les biographies du dernier chapitre, que le groupe de La Lutte fédère temporairement. Ces hommes s’auto-définissent comme trotskistes mais non dogmatiques et leur mouvement semble plutôt horizontal, un réseau clandestin qui apparait comme peu hiérarchisé même si des hommes d’influence émergent. La description de son mouvement ouvre la voie à une critique du régime en place, dont les réalisations sont bien loin des espoirs de cette lutte et dont la prise de pouvoir est plus que contestable.

NguyenAnNinh&TaThuThau
Deux inspirateurs de Ngo Van : Nguyen An Ninh (1900-1943) et Ta Thu Thau (1906-1945).

Toutefois, au cours de ce récit, se pose la question des femmes, du traitement de la révolutionnaire. Le milieu dont témoigne l’auteur apparaît comme très masculin, ce qui était probablement le cas, mais aussi le résultat de son récit. Ses évocations des femmes engagées dans la lutte sont très brèves, elles sont souvent citées comme « femme de » et non comme révolutionnaires à part entière. Par ailleurs, aucune ne figure dans la liste des personnes qui l’ont particulièrement marqué. Il s’agit d’une autre forme de mémoire qui reste dans l’ombre. Le statut des femmes dans la lutte anticoloniale et communiste révolutionnaire non stalinienne pourrait être intéressant à étudier dans le cadre d’une opposition à deux régimes oppressifs pour lesquels la vision de la femme diffère considérablement. Pour autant on peut aussi penser que ces femmes, imprégnées des idéaux universalistes, ne se concevaient pas forcément comme femmes.

* * *

Le principal objectif de cet ouvrage est donc la dénonciation en règle du colonialisme français et du dogmatisme communiste stalinien, qui créent une double terreur, contraire à la vie libre, à l’épanouissement, au développement. La critique de ce communisme est moins présente au début mais apparaît finalement plus forte : la comparaison entre anciens et nouveaux maîtres et bourreaux met à mal la légitimité du PCI et son régime. En pointant la multiplicité des acteurs et la complexité des enjeux révolutionnaires, cet ouvrage pose un jalon pour le développement d’une mémoire concurrente. Par l’insertion de documents d’époque (photos de famille, extraits de journaux, avis de recherche..) l’auteur affiche une volonté d’avancer des preuves. Enfin, par son écriture qui se rapproche souvent de celle d’un journal de bord, ce récit de vie, qui se lit très bien, essaie d’éviter l’impression d’un souvenir reconstruit et nous plonge dans le quotidien de son groupe d’opposants.

Nelly Didelot, ENS de Lyon

Pour en savoir plus :

_______________
Nelly Didelot est étudiante en première année de Master histoire contemporaine à l’ENS de Lyon, ses recherches actuelles portent sur l’action d’Auguste Pavie pour la création du territoire laotien.

Les Congrès du Parti Communiste Vietnamien (1935-2016)

[ndlr] Depuis sa date de fondation en 1930, le Parti communiste vietnamien (sous ses différentes appellations au cours de l’histoire) a organisé onze congrès nationaux (1935, 1951, 1960, 1976, 1982, 1986, 1991, 1996, 2001, 2006, 2011). Petit rappel officiel mis en ligne par Vietnam + et rédigé par le PCV et l’Agence vietnamienne d’information (VNA).

CPV/VNA, Le 1er Congrès national du Parti communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 27 au 31 mars 1935 à Macao (Chine)

* * *

CPV/VNA, Le 2e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 11 au 19 février 1951, province de Tuyên Quang (Nord)

* * *

CPV/VNA, Le 3e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : le 5 septembre 1960 à Hanoi (RDVN)

* * *

CPV/VNA, Le 4e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 14 au 20 décembre 1976 à Hanoi (RSVN)

* * *

CPV/VNA, Le 5e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 27 au 31 mars 1982 à Hanoi (RSVN)

* * *

CPV/VNA, Le 6e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 15 au 18 décembre 1986 à Hanoi (RSVN)

* * *

CPV/VNA, Le 7e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 24 au 27 juin 1991 à Hanoi (RSVN)

* * *

CPV/VNA, Le 8e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 28 juin au 1er juillet 1996 à Hanoi (RSVN)

* * *

CPV/VNA, Le 9e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 19 au 22 avril 2001 à Hanoi (RSVN)

* * *

CPV/VNA, Le 10e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 18 au 25 avril 2006 à Hanoi (RSVN)

* * *

CPV/VNA, Le 11e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 12 au 19 janvier 2011 à Hanoi (RSVN)

* * *

Le 12e Congrès national du PCV s’est tenu à Hanoi du 20 au 28 janvier 2016.

MàJ 28/01/2016.

Voir aussi :

Trois conférences de Sophie Quinn-Judge sur le Viêt-Nam à l’Université Paris Diderot – Paris 7

L’historienne Sophie Quinn-Judge (Temple University, Philadelphie) donnera trois conférences à l’Université Paris Diderot – Paris 7 au mois de mars 2014. A ne pas manquer.

SophieQuinnJudge

Auteure de Ho Chi Minh: The Missing Years (1919-1941), Berkeley, University of California Press (2001).

Professeure invitée à Paris Diderot

* * *

Logo_DenisDiderot_Paris7

  • Le vendredi 7 mars 2014 de 14h à 16h en salle 127 – Bâtiment Olympe de Gouges

Women in the early Vietnamese communist movement: Nguyen Thi Minh Khai, Her Unexamined Legacy

  • Le mardi 11 mars 2014 de 14h à 16h en salle 1019 – Bâtiment Sophie Germain

Histoire du communisme vietnamien: sources et méthodes

  • Le vendredi 14 mars 2014 de 10h à 12h en salle 204 – Bâtiment Olympe de Gouges

International Influences on the Vietnamese Communist Movement: from Moscow and Paris to Shanghai and Singapore

* * *

Ces conférences sont organisées dans le cadre des séminaires de Master Histoire de l’Asie (Claire Trân Thi Liên) et Relations internationales contemporaines (Sophie Coeuré) et en association avec les laboratoires Cessma et ICT.

Lieu: Université Paris Diderot – Paris 7, Bâtiment Olympe de Gouges et Bâtiment Sophie Germain

Rue Albert Einstein, Paris 13e.

Métro ligne 14 – RER C Arrêt Bibliothèque François Mitterrand – Tram T3 Porte de France.

Télécharger le programme des conférences (pdf) :

Séminaire_Master_Asie_conférences_Sophie_Quinn_Judge_mars_2014

Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [4] – La marche vers le Sud

Giap_QDNDVN[ndlr] Suite du récit du général Vo Nguyen Giap (recueilli par Tran Cu) sur l’implantation de la Ligue Viêt-Minh en Haute-région et le départ vers le delta. Disparition et réapparition de Ho Chi Minh.

LA MARCHE VERS LE SUD – L’OUVERTURE DES LIAISONS ENTRE CAO BANG ET THAI NGUYEN

Depuis son retour dans le pays, sur la frontière, l’Oncle Ho s’était constamment préoccupé de garder le contact avec le Comité central qui se trouvait dans le delta. A partir du moment où la 8ème Session du Comité central décida la formation de deux bases révolutionnaires au Viet Bac, la liaison entre Cao Bang et la région de Bac Son-Vu Nhai devint une nécessité impérieuse.

Outre notre réseau de liaison clandestin, il nous fallait de toute urgence organiser de nombreuses autres filières de liaison populaires entre Cao Bang et le delta. Ainsi, en cas de répression, nous pourrions garder le contact et créer les conditions de la reprise d’activité de nos détachements de guérilla.

Pour ouvrir la liaison en direction du delta, nous devions passer par des régions habitées par les Tho et les « Man à sapèques »(1). Nous commençâmes un travail d’agitation parmi ces derniers. De même que les Man Blancs, les Man à sapèques sont droits et francs de nature. Eux aussi étaient las de l’impérialisme et prêts à se soulever. L’hospitalité et l’entraide étaient chez eux de tradition. Ils étaient enthousiasmés à l’idée de se rassembler dans une ligue pour chasser colonialistes français et les fascistes japonais, mais ils n’accordaient toute leur confiance qu’après une prestation de serment solennelle suivant les rites traditionnels. Pour leur prouver notre bonne foi, nous prenions part à ces cérémonies au cours desquelles on éteignait des baguettes d’encens ou sacrifiait un poulet. Nous jurions de nous unir comme des frères au sein d’une même famille pour chasser de nos villages les Japonais et les Français, au nom de la Patrie, suivant le programme de la Ligue Viêt Minh ; nous jurions de rester solidaires dans les moments les plus critiques, de ne jamais trahir la Ligue, même sous les tortures. Quiconque trahirait, encourrait la mort. Pour sceller nos serments, nous enfoncions une baguette d’encens allumée dans de l’eau ou nous tranchions la tête d’un poulet d’un coup sec de coupe-coupe. Les cellules du Parti commencèrent bientôt à faire leur apparition parmi ces minorités Man. Le premier Man à sapèques qui adhéra au Parti s’appelait Hoan, c’était un homme de Ha Hieu (Cho Ra), débordant d’activité, qui jouissait d’un grand prestige parmi la population. Il rendit d’immenses services dans l’organisation de la région. Arrêté plus tard par l’ennemi, il s’évanouit onze fois de suite sous les tortures sans livrer un seul renseignement. Il fut fusillé à Bac Can. Avant de mourir, il s’adressa à sa femme venue lui rendre une dernière visite :

« Je pense qu’ils vont me fusiller, mais ne te laisse pas ébranler. De toute façon la Révolution vaincra. Sois toujours fidèle au Parti, aide nos camarades. » Puis, lui remettant un morceau de gélatine de tigre (2), il ajouta :

– Quand tu verras le camarade Van, donne lui le bonjour de ma part et passe lui ce fortifiant. Ça l’aidera à rester en forme pour travailler.

Quelques temps après, de passage à Ha Hieu, je rendis visite à la famille du camarade Hoan. Sa femme pleura beaucoup en me racontant sa dernière rencontre avec son mari et me remit le morceau de gélatine de tigre.

La vieille maman de notre camarade, elle aussi, pleurait en me parlant :

« Aujourd’hui Hoan n’est plus là et la dernière récolte n’est pas bonne, mais quand même j’ai mis de côté pour nos guérilleros un peu de riz gluant. Mes enfants, ajouta-t-elle, ne perdez pas courage, écraser toute cette clique pour que nous puissions enfin vivre ! ».

A partir du moment où le mouvement prit une certaine ampleur, l’ennemi déclencha la répression. Des unités de Ngan Son, Nguyen Binh et Cao Bang montèrent vers le canton de Kim Ma qu’elles encerclèrent. Elles bloquèrent toutes les voies de communications, routes et pistes, pour faire la chasse aux militants et mettre la main sur nos services clandestins. A ce moment, j’étais en train d’ouvrir un cours politique avec le camarade Thiet Hung et, par-dessus le marché, j’avais une crise de paludisme. La population nous conseilla de quitter la région :

« Il s’agit cette fois d’une grande opération, nous disait-on. La troupe est montée par ici pour vous arrêter. Mieux vaudrait interrompre momentanément les activités de la Ligue. Quant à vous, il serait plus prudent de vous retirer dans la forêt ou de revenir auprès de l’échelon supérieur et après on verra. »

Dès qu’ils surent la nouvelle, l’Oncle Ho et le Comité interprovincial nous envoyèrent des émissaires pour nous faire revenir au P.C. Mais nous pensions que dans de telles circonstances, notre départ pourrait amener l’éclatement des organisations de base. Pour les maintenir nous avons donc demandé à rester sur place.

Dans la journée même, l’ennemi nous livra une chasse sans merci. Guidés par les camarades Khanh et Lac, nous avons marché, sous une pluie diluvienne, en ligne droite à travers la jungle et les champs, évitant les pistes, durant toute une nuit, jusqu’au matin nous avons escaladé des crêtes et dévalé des pentes. Au petit jour, la brume était si épaisse qu’on n’y voyait pas à plus de trois mètres. Quand le brouillard se leva au milieu de la matinée, nous étions au sommet d’un mamelon dénudé, à proximité d’un hameau que les tirailleurs fouillaient maison par maison. Nous nous sommes jetés à plat-ventre et nous avons rampé sur plus d’un kilomètre pour atteindre l’orée de la forêt où nous avons repris notre marche. A midi, nous étions si épuisés que nous étions incapables d’aller plus loin et ce sont les camarades de la région qui, nous prenant par la main, nous ont fait marcher jusqu’au soir. Au crépuscule, nous avions atteint l’emplacement prévu, au sommet d’une montagne assez élevée. Après avoir bâti hâtivement une hutte pour nous abriter, nous avons échafaudé un plan pour reprendre contact avec la population et diriger l’action contre la répression. Après cette marche mouvementée, le camarade Thiet Hung et moi-même avons été secoués par la fièvre durant deux mois et demi. Comme médicament, nous n’avions que des infusions de racines « cu ao ». Quelques-unes de nos militantes que notre état de santé inquiétait, prirent notre longue tunique indigo des minorités Tho pour aller implorer notre guérison chez le sorcier. Mais que pouvait le sorcier ! Il nous fallut attendre jusqu’au moment où la liaison se rétablit. Le camarade Cap qui vint du P.C. pour reprendre le contact nous apporta alors quelques comprimés de quinine qui nous soulagèrent.

En réalité, cette rafle n’était encore qu’une opération de petite envergure. Mais comme elle était la première dans la région, elle ne fut pas sans nous provoquer de sérieuses difficultés. Le mouvement connut un recul pendant un certain temps. Néanmoins la propagande et les cours politiques se poursuivaient. Puis tout redémarra. Les Associations pour le salut national, les organisations d’autodéfense s’étaient trempées dans l’épreuve. La vallée de Kim Ma retentit de nouveau des échos enthousiastes des meetings en vue de l’insurrection. Bientôt fut convoquée la première Conférence des Délégués des Minorités Man qui décida la création de la zone Quang Trung. Le mouvement avait repris son élan. A l’occasion de l’anniversaire de la Révolution d’Octobre, les représentants des cantons de Nguyen Binh et Ngan Son tinrent une conférence préparatoire en vue de l’insurrection armée avec la participation de quelque trois cents délégués et d’une dizaine de détachements de choc qui firent une démonstration militaire.

Pour faciliter notre propagande, nous avions mis en vers le programme de la Ligue Viet Minh. Je le traduisis dans le dialecte des Man à sapèques et des Man Blancs. Nous adaptions de nouvelles paroles sur des airs folkloriques pour exalter la révolution. Le programme de la Ligue se propageait ainsi très rapidement et pénétrait en profondeur dans les masses. En arrivant dans un village qui venait d’être gagné à notre cause, je fus un jour très étonné d’entendre les jeunes filles et les enfants réciter par cœur les vers du Programme de la Ligue en pilant le riz et en cardant le coton.

A ce moment, le Parti avait étendu ses organisations au Bac Can où avait été installé un Comité provisoire provincial avec le camarade Dang comme premier secrétaire. Ce communiste intrépide et fidèle à toute épreuve tomba en héros en faisant le coup de feu contre les soldats ennemis qui avaient réussi à encercler son P. C.

Plus la « marche vers le Sud » gagnait du terrain, plus elle exigeait de cadres. A l’appel du Comité interprovincial, une centaine de garçons et de filles de Cao Bang quittèrent leurs foyers pour former des groupes d’assaut armés. Ils se procurèrent par eux-mêmes des armes, mousquetons ou grenades. Le camarade Thiet Hung possédait un revolver capricieux qui s’enrayait un coup sur deux. Quant à moi, j’avais une grenade hors d’usage que je portais à mon ceinturon car un avantage moral n’est jamais à dédaigner. En étroite coopération avec les militants locaux, les groupes d’assaut armés se répartirent en plusieurs formations qui se dirigèrent vers le Sud pour leur mission de propagande. Le groupe d’assaut chargé du démarrage partait en premier. Il contactait les militants locaux pour un travail d’enquête et de propagande, puis mettait sur pied des organisations de base. Venait ensuite le groupe chargé de consolider ces premiers résultats. Il faisait le tri des éléments sûrs parmi les sympathisants et ouvrait à leur intention des cours politiques accélérés. Les cadres ainsi formés devenaient le noyau de l’extension du mouvement. Pour accélérer le travail, nous n »abordions pas simplement les villages dans l’ordre géographique, nous faisions souvent un bond en avant. Quand les conditions le permettaient, nous n’hésitions pas à envoyer au loin un groupe d’assaut qui se déplaçait clandestinement pour venir organiser un village où les masses avaient déjà plus ou moins pris conscience. Ce groupe faisait tache d’huile et établissait peu à peu le contact avec les anciennes bases. Nous avions baptisé cette méthode la « tactique du parachutage ».

Au cours de notre marche vers le Sud, il nous arriva une histoire qui mérite d’être signalée.

Suivant les progrès du mouvement, j’étais descendu peu à peu du canton de Kim Ma jusqu’à Ngan Son en passant par le canton Hoang Hoa Tham pour contrôler le travail et ouvrir des cours de formation pour les cadres régionaux. J’étais sur une montagne aux abords du chef-lieu du district de Ngan Son, quand je reçus une lettre urgente du camarade Tong me demandant de revenir immédiatement au P.C. Je retournai en toute hâte à Cao Bang. Notre P.C. était toujours sur la montagne de Lam Son. Dès mon arrivée, les camarades Tong et Vu Anh m’annoncèrent que l’Oncle Ho avait été arrêté au cours d’une mission en Chine, et qu’il venait d’y mourir de maladie en prison. Jamais je ne me serais attendu à une telle nouvelle. Tout tournait autour de moi. Ce que nous ressentions ne saurait se dire. L’Oncle Ho n’était plus ! Quelle perte pour notre Parti, pour notre peuple ! Nous discutâmes ensuite de la rédaction d’un rapport pour informer le Comité central et l’organisation d’une cérémonie à la mémoire du défunt. Le camarade Tong était chargé de prononcer l’oraison funèbre. Le camarade Cap apporta la valise de rotin de l’Oncle Ho où nous pensions trouver quelques objets à conserver en souvenir. Nous projetions aussi d’envoyer le camarade Cap en Chine pour essayer de trouver l’emplacement de la tombe.

Quelques jours plus tard, je reprenais la route pour continuer ma mission. Jamais je n’oublierai cette nuit où, en compagnie d’un camarade de la « marche vers le Sud », je cheminai par des montagnes désertes couvertes d’herbes à paillote. Il faisait un froid piquant et des milliers d’étoiles illuminaient l’immensité du ciel. Je me sentais comme abandonné. Une tristesse infinie me poignait. Une tristesse que mes mots n’auraient su exprimer.  Et les larmes aux yeux, je regardais les étoiles.

Un certain temps s’écoula. Un jour nous reçûmes un journal envoyé de Chine. En marge, quelques lignes en caractères chinois. C’était l’écriture de l’Oncle Ho !

« A tous, bonne santé et bon courage dans le travail. Ici, tout va bien. »

Suivaient quelques vers :

« Les nuages embrassent les monts
Les monts étreignent les nuages
Le fleuve est un miroir que rien ne ternit
Sur la crête des Monts de l’Ouest
Solitaire, je vais, le cœur ému
Je scrute au loin le ciel du Sud
Je pense à mes amis. »

Notre joie ne saurait se dire.

— Alors quoi ? Qu’est-ce que cela veut dire ? avons-nous demandé au camarade Cap en lui montrant le journal.

— Moi-même, je ne comprends plus rien, nous répondit-il. Quand j’étais en Chine, c’est le gouverneur du Kuomingtang qui m’a annoncé que Nguyen Ai Quoc était mort.

Nous harcelions Cap de questions.

– Essaye de te souvenir des termes exacts de ce qu’il t’a dit en chinois.

Il finit par se les rappeler et nous avions deviné. Cap avait mal entendu. Le gouverneur chinois en parlant de l’Oncle Ho avait prononcé les mots « su lo, su lo » qui signifient « bien, bien » mais notre camarade les avait mal interprétés, car il suffit d’un changement dans l’accent tonique du premier mot pour que l’expression signifie « déjà mort, déjà mort. »

Nous fûmes secoués d’une crise de fou rire. N’empêche que nous avions trainé un poids dans le cœur pendant des mois et des mois.

Vers le mois d’août 1943, la route vers le Sud était ouverte. Je l’empruntai pour me rendre au delta afin d’y rencontrer le camarade Ba, c’est-à-dire Chu Van Tan.

Mes pensées se reportaient un an en arrière. Au cours de notre marche vers le Sud, j’avais appris que le camarade Chu Van Tan de Bac Son, après être passé clandestinement en Chine, était revenu au pays et avait pu rejoindre le P.C. du Comité interprovincial de Cao-Bac-Lang. J’étais venu le rencontrer à Lam Son. Sur les ordres du Parti, il était retourné à Bac Son par That Khe, Dinh Ca pour y consolider nos organisations de base, et établir la liaison entre Thai Nguyen et Cao Bang. Quant à moi, je devais poursuivre l’ouverture de la route « vers le Sud » en direction du delta. Je me souvenais que nous avions discuté longuement ensemble sur les points possibles de notre future rencontre. Le camarade Chu Van Tan m’avait présenté des militants de Bac Son qui allaient me seconder dans « la marche vers le Sud ».

Après un long travail et en dépit de multiples difficultés, la route vers le Sud, partant du district de Kim Ma à Cao Bang, atteignait enfin Cho Don (province de Bac Can) et Cho Chu (Thai Nguyen), en passant par Ngan Son, Phu Thông, Cho Ra. Nous avions réussi à organiser les masses sur un assez vaste secteur. Notre piste franchissait plusieurs chaînes de montagnes et plusieurs vallées en passant par des villages des minorités Tho, Man à sapèques et Man rouges.

Je marchai vers le delta par la piste de Phu Thông – Cho Don. Partout sur mon passage, je constatais une atmosphère fiévreuse de préparatifs à l’insurrection. Le moral de la population était excellent. Les minorités Tho, comme les minorités Man, étaient gagnées à notre cause. Elles réservaient aux révolutionnaires un accueil des plus chaleureux. Tous les villages Mon qui jalonnaient la route vers la crête du Mont Phia Booc, un des sommets les plus élevés de la région sur lequel il ne cesse de crachiner d’un bout à l’autre de l’année, même quand il fait beau dans la vallée, travaillaient pour le Viêt Minh ; les femmes et les enfants savaient par cœur les vers du programme de la Ligue en langue Man et plusieurs chansons révolutionnaires. Quand des mouchards montaient par là, la population faisait tout pour cacher et protéger les révolutionnaires. Elle n’hésitait pas, s’il le fallait, à nous aménager des cachettes jusque dans les chambres à coucher ou sous l’autel des génies tutélaires, qui sont des lieux absolument tabous pour les étrangers.

Après quinze jours de marche, j’arrivai près de Cho Chu. Je suivais un sentier montagneux qui surplombait le poste de Coc. Quelques pas encore et je serais au rendez-vous. je trouvai le camarade Chu Van Tan dans un « ray » (3) en pleine jungle. Inutile de vous dire notre joie ! Nous avons immédiatement convoqué un certain nombre de cadres de Bac Son qui faisaient de l’agitation dans la région et des cadres de la « marche vers le Sud » pour un échange de vues. Après quoi nous avons organisé une petite fête intime où nous causions à bâtons rompus ; la nuit venue, nous avons dormi à la belle étoile sur des feuilles de lataniers.

Le camarade Tan nous brossa un tableau de la situation à Thai Nguyen et dans le delta. A cette époque, nos organisations de base à Bac Son et Vu Nhai s’étaient fortement implantées et le mouvement gagnait les régions de Cho Chu, Dai Tu. L’ennemi poursuivait sa politique de répression. Nos militants de Bac Son, malgré mille dangers et mille difficultés, s’efforçaient par tous les moyens de consolider et d’étendre les organisations de base. Le camarade Tan nous fit savoir encore qu’un rapport avait été envoyé au Comité central qui allait dépêcher immédiatement un de ses membres auprès de nous. Je restai un certain temps à l’attendre. Chaque jour, on nous annonçait son arrivée imminente ; mais deux semaines s’écoulèrent sans qu’on le vit arriver. La répression était si intense qu’aucune piste n’était sûre. Je dus donc retourner à Cao Bang comme prévu lors de mon départ. J’avais profité sur de ces jours d’attente pour écrire une brochure sur « L’expérience de la Ligue Viêt Minh au Viêt Bac » destinée à être envoyée dans le delta.

J’arrivai à Cao Bang, à la veille de la fête du Têt. Au dernier jour de l’année lunaire, la plupart des cadres et une vingtaine de détachements d’assaut armés de la « marche vers le Sud » s’étaient réunis pour fêter nos succès. La « Ligue Viêt Minh » et la Fédération du Parti du Cao-Bac-Lang nous remirent un fanion sur lequel étaient brodés les mots « Assaut victorieux ». Cet honneur souleva un enthousiasme indescriptible.

Au même moment, l’ennemi déclenchait la terreur blanche.

[à suivre]

Notes :

(1) Groupes de Man dont les femmes portent des sapèques comme parure.

(2) La « gélatine de tigre » est un médicament rare et recherché pour ses qualités toniques.

(3) Champ cultivé sur la pente de la montagne après avoir abattu et brûlé la forêt.

 

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 109-121.

Épisodes précédents :

Thèses politiques du Parti Communiste Indochinois (1930) [extrait]

Tran Phu, Premier secrétaire général du PCI (1904-1931)
Tran Phu (1904-1931), Premier secrétaire général du PCI.

[ndlr] En octobre 1930, le Parti communiste indochinois (PCI) adoptait lors du premier plénum du Comité central les Thèses politiques rédigées par Tran Phu (1904-1931), le premier secrétaire général du parti. Voici quelques extraits du programme d’action du PCI, publiés en 1970 à Hanoi.

 
 

* * *

Thèses politiques du Parti Communiste Indochinois

* * *

 
 

I. La situation mondiale et la révolution indochinoise

1. L’évolution de la situation mondiale peut se diviser en trois périodes depuis la fin de la guerre impérialiste de 1914-1918 ;

a. Dans la première période (1918-1923), l’économie capitaliste ravagée par la guerre était en pleine crise. Dans maints pays d’Europe, le prolétariat s’est soulevé pour s’emparer du pouvoir. Le prolétariat russe a réussi à vaincre les impérialistes qui encerclaient le pays des Soviets et l’attaquaient du dehors, et les contre-révolutionnaires qui le sabotaient au dedans, ainsi qu’à asseoir fermement sa dictature ; par contre, le prolétariat de l’Europe de l’Ouest a essuyé un échec (comme le prolétariat allemand en 1923).

b. Dans la seconde période (1923-1928), les impérialistes, mettant à profit cet échec du prolétariat européen, menaient activement l’offensive en exploitant le prolétariat ainsi que les peuples colonisés : l’économie impérialiste était, de ce fait, provisoirement stabilisée et le prolétariat des pays impérialistes, battu dans la période précédente, était sur la défensive. Cependant la révolution éclatait dans les colonies. En Union soviétique, l’économie se consolidait, de sorte que l’influence du communisme s’étendait dans le monde entier.

c. La troisième période, qui est la période actuelle, présente ces caractéristiques :

Le capitalisme, après une période de stabilité relative, connaît de nouveau la crise ; les impérialistes se disputent âprement les marchés mondiaux ; une nouvelle guerre impérialiste est inévitable.

En Union soviétique, l’économie a dépassé son niveau de production du temps du capitalisme ; le socialisme a été édifié avec succès. Les impérialistes nourrissent une haine accrue pour l’Union soviétique et cherchent d’autant plus à renverser la citadelle de la révolution mondiale.

Dans les pays impérialistes, le prolétariat mène une lutte acharnée ; de grandes grèves éclatent en Allemagne, en France, en Pologne, etc., la révolution gronde dans les pays colonisés (notamment en Chine et en Inde). L’existence d’un tel mouvement révolutionnaire est due au fait que le capitalisme en crise exploite sans vergogne les masses dans le monde, réduisant des dizaines de millions d’ouvriers au chômage et rendant la condition des masses ouvrières et paysannes très misérable. Dans cette troisième période, la révolution prolétarienne et la révolution dans les colonies atteignent un niveau très élevé, en certains endroits le mouvement révolutionnaire s’apprête à s’emparer du pouvoir.

A l’heure actuelle, les forces révolutionnaires d’Indochine participent au mouvement mondial de lutte impétueuse contre l’impérialisme, notre front ouvrier-paysan s’élargit. Par contre la révolution en pleine effervescence dans le monde (en premier lieu en Chine et en Inde) influe sur le mouvement de lutte en Indochine et pousse la révolution indochinoise à prendre un rapide essor. Ainsi il y a entre la révolution mondiale et la révolution indochinoise une étroite corrélation.

II. Les caractéristiques de la situation en Indochine

2. L’Indochine (Viêt Nam, Cambodge, Laos) est une colonie d’exploitation de l’impérialisme français. Aussi une économie dépend-elle de celle de la France. Les deux caractéristiques du développement de l’Indochine sont les suivantes :

a. L’Indochine a besoin d’avoir un développement indépendant. Mais comme elle est une colonie, cela lui est refusé.

b. Les contradictions de classe s’exacerbent chaque jour entre d’un côté les ouvriers, les paysans et les travailleurs misérables et de l’autre les prolétaires fonciers féodaux, les capitalistes et l’impérialisme.

3. Contradictions économiques :

a. L’agriculture produit surtout pour l’exportation au profit de l’impérialisme sans que l’économie soit pour autant libérée des forces féodales. Les plantations (caoutchouc, coton, café) appartiennent pour la plupart au capital français. La grande majorité des terres appartient aux propriétaires terriens autochtones qui les exploitent suivant des procédés féodaux, c’est-à-dire qu’ils les louent parcelle par parcelle aux paysans pauvres moyennant de fermages élevés. Le rendement des terres en Indochine est inférieur à celui d’autres pays (1.210 kg de paddy par hectare contre 2.150 kg en Malaisie, 1.870 kg au Siam et 4.570 kg en Europe). Les exportations de riz augmentent chaque année, cela ne résulte cependant pas de l’essor de la riziculture mais plutôt de l’accaparement du riz par les capitalistes qui l’écoulent sur les marchés extérieurs.

b. Le joug de l’impérialisme français entrave l’essor des forces productives de l’Indochine. Les impérialistes ne développent pas l’industrie lourde (métallurgie, construction mécanique, etc.) car son essor nuirait au monopole industriel français, seules peuvent être développées les industries nécessaires à la domination de l’impérialisme et à son commerce comme les chemins de fer, les petits arsenaux, etc.

c. L’exportation est entre les mains des capitalistes français. Le commerce et la production intérieurs dépendent étroitement des besoins de l’exportation. Plus l’exportation se développe et plus le pays est spolié de ses ressources naturelles par l’impérialisme français d’autant plus que les banques françaises (Banque de l’Indochine, Crédit foncier, etc.) mettent les capitaux des autochtones à la disposition des exportateurs français.

En résumé, l’économie indochinoise reste une économie agricole où les formes féodales d’exploitation prédominent. Ces facteurs l’empêchent de se développer de façon indépendante.

4. Contradictions de classe :

De connivence avec les propriétaires fonciers, les compradores et les usuriers autochtones, l’impérialisme français exploite cruellement la paysannerie ; il accapare les produits agricoles pour les exporter, introduit dans le pays les marchandises de la métropole, lève de lourds impôts, réduisant les paysans à la misère et la grande masses des artisans au chômage.

Les terres sont accaparées de plus en plus par les impérialistes et les propriétaires fonciers. Il existe en outre des intermédiaires qui les afferment pour les sous-louer. Elles passent par plusieurs transactions avant d’être remise en les mains des paysans pauvres qui doivent payer de ce fait des prix élevés et de lourds fermages. Quand, pressés par le besoin, les paysans sont obligés d’emprunter, ils tombent sous la coupe des usuriers à qui ils sont souvent obligés de remettre leurs lopins de terre ou leurs enfants en paiement des dettes.

Les impérialistes ne se soucient guère de l’entretien des digues. Les ouvrages hydrauliques sont aux mains des capitalistes qui les louent fort cher. Les paysans pauvres qui ne peuvent payer n’ont pas d’eau pour leurs rizières. Les mauvaises récoltes dues aux inondations et à la sécheresse sont de plus en plus fréquentes. La paysannerie dépend chaque jour plus étroitement des capitalistes et ne cesse de péricliter. Le nombre augmente des chômeurs et de ceux qui meurent de faim.

Si l’économie traditionnelle du pays se détériore très vite, les nouvelles industries se développent avec beaucoup trop de lenteur : les miséreux et les chômeurs ne peuvent tous se faire embaucher comme ouvriers et beaucoup restent à la campagne où la situation est lamentable.

Dans les entreprises, les plantations et les mines, les capitalistes exploitent et oppriment les ouvriers avec férocité. Le salaire de l’ouvrier, insuffisant pour son entretien, est encore rogné de diverses façons. La journée de travail dure en moyenne de 11 à 12 heures. Souvent l’ouvrier est l’objet de brimades et de sévices. En cas de maladie, loin de recevoir des soins médicaux, il est licencié. Pour lui, l’assurance sociale n’existe pas.

Dans les plantations et les mines, les patrons parquent leurs salariés dans des camps et empêchent tout déplacement au-delà des lieux de travail. La main-d’œuvre embauchée dans une région au moyen de contrats est transportée dans d’autres régions. Par ce moyen, le patronat contrôle les ouvriers, s’arroge même le droit de les frapper d’amendes. Vu les très dures conditions de travail, nombreux sont les ouvriers indochinois atteints de maladies graves (tuberculose, ophtalmies, paludisme, ect.) ; le nombre déjà important de ceux qui meurent prématurément ne fait que croître.

Quoique peu nombreux, les effectifs des ouvriers indochinois, en premier lieu ceux des plantations, augmentent chaque jour. Ils mènent une lutte de plus en plus intense. La paysannerie, dont la conscience s’est éveillée, s’oppose farouchement aux impérialistes et aux propriétaires fonciers. Les grèves de 1928, 1929 et les mouvements d’âpre lutte des ouvriers et des paysans de cette année (1930) montrent l’ampleur croissante de la lutte des classes en Indochine. Fait particulier et de première importance, dans la révolution indochinoise la lutte des masses ouvrières et paysannes revêt un caractère nettement indépendant et n’est plus comme auparavant influencée par le nationalisme.

PCI_1930
Affiche du PCV (pré-PCI) en 1930 dans le Nghe An. © Ecritures au Vietnam

III. La nature et les tâches de la révolution indochinoise

5. Les contradictions énoncées ci-dessus poussent la révolution indochinoise à se développer. Au début, c’est une révolution démocratique bourgeoise, car il n’est pas possible de résoudre directement les problèmes de l’organisation du socialisme ; l’économie du pays demeure très faible, les vestiges du féodalisme nombreux, le rapport des forces entre les classes ne penche pas encore du côté du prolétariat, d’ailleurs l’oppression de l’impérialisme subsiste toujours. Étant donné ces conditions, la révolution dans la période actuelle ne peut être qu’une révolution agraire et anti-impérialiste.

La révolution démocratique bourgeoise est la période de préparation à la révolution socialiste. Avec le succès de la révolution démocratique bourgeoise et la création d’un gouvernement des ouvriers et des paysans, l’industrie nationale pourra se développer, les organisations prolétariennes gagneront en puissance, la direction du prolétariat se consolidera et le rapport des forces entre les classes penchera en faveur du prolétariat. La lutte gagnera alors en profondeur et en ampleur, pour progresser sur la voie de la révolution socialiste. Cette période sera celle de la révolution prolétarienne dans le monde entier et de l’édification du socialisme en Union soviétique. Grâce à la dictature du prolétariat dans les autres pays, l’Indochine se développera pour s’engager directement dans la voie socialiste sans passer par l’étape capitaliste.

Le prolétariat et la paysannerie sont les deux forces motrices essentielles : dans la révolution démocratique bourgeoise, celle-ci ne réussira que si le prolétariat en prend la direction.

6. La révolution démocratique bourgeoise consiste essentiellement, d’une part à effacer les vestiges du féodalisme, à liquider les méthodes d’exploitation pré-capitaliste et à réaliser totalement la réforme agraire, d’autre part à renverser l’impérialisme français et à rendre l’Indochine complètement indépendante. Ces deux aspects de la lutte sont intimement liés, c’est en renversant l’impérialisme qu’on peut abolir la classe des propriétaires fonciers et réaliser avec succès la révolution agraire, et c’est en anéantissant le régime féodal qu’on peut renverser l’impérialisme.

Pour réaliser ces points essentiels, il est indispensable d’instituer le pouvoir des Soviets d’ouvriers et de paysans. Seul ce pouvoir pourra servir d’instrument puissant pour renverser l’impérialisme, le féodalisme et les propriétaires fonciers, pour donner la terre aux paysans et appliquer une législation protégeant les intérêts du prolétariat.

Les tâches essentielles de la révolution démocratique bourgeoise sont :

1 – Renverser l’impérialisme français, le féodalisme et les propriétaires fonciers.

2 – Instituer un gouvernement des ouvriers et des paysans.

3 – Confisquer les terres des propriétaires fonciers étrangers et autochtones et des églises, les remettre en jouissance aux paysans moyens et aux paysans pauvres, le droit de propriété restant au gouvernement des ouvriers et des paysans.

4 – Nationaliser les grandes entreprises des capitalistes étrangers.

5 – Abolir les taxes et impôts actuels, créer l’impôt progressif.

6 – Décréter la journée de travail de 8 heures, améliorer la vie des ouvriers et des masses laborieuses.

7 – Faire de l’Indochine un pays complètement indépendant et reconnaître le droit des peuples à l’autodétermination.

8 – Mettre sur pied une armées des ouvriers et des paysans.

9 – Promouvoir l’égalité des sexes.

10 – Soutenir l’Union soviétique, s’allier au prolétariat mondial et au mouvement révolutionnaire dans les colonies et semi-colonies.

TranPhu_ThèsePolitiquePCI

Source : « Thèses politiques du Parti Communiste Indochinois (1930), extraits », in Brève histoire du Parti des Travailleurs du Viet Nam (1930-1970), Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1970, pp. 159-168.

Nguyên Thi Minh Khai, “l’initiée éclairée”, la militante communiste de premier rang – par Bui Tran Phuong

[ndlr] Dans sa thèse « Viêt-Nam 1918-1945, genre et modernité », l’historienne Bui Tran Phuong dresse un portrait détaillé de l’héroïne du PCI décédée à l’âge de 31 ans dans une prison coloniale. Elle confronte les sources biographiques pour tenter de reconstruire l’itinéraire politique et la vie sentimentale de la jeune révolutionnaire. Devenue aujourd’hui une figure incontournable du mouvement communiste vietnamien, elle incarne une expérience révolutionnaire « exceptionnelle en son temps », comme le rappelle Bui Tran Phuong. Extrait.

Cette photo est la seule qu’on dispose de Nguyên Thi Minh Khai. Elle est reproduite dans la partie Illustration de l’ouvrage de Nguyêt Tu, Chi Minh Khai (Grande sœur Minh Khai), Ha Nôi, Nxb Phu nu, 1976.

[…] Née le 30 septembre 1910, Nguyên Thi Minh Khai fut d’abord nommée Nguyên Thi Vinh, du nom de la commune Vinh Yên du chef-lieu Vinh de la province de Nghê An. Ses camarades de classe se souviennent d’une petite fille turbulente qui préférait des jeux de garçon, qui courait, sautait, grimpait plutôt que de rester sagement assise dans son coin ; d’une jeune « garçonne » qui mimait les minauderies coquettes de ses camarades pour en faire la risée de la classe mixte. A quatorze ans, elle était en effet – avec onze autres filles – en classe avec des garçons à l’école primaire supérieure Cao Xuân Duc, une institution privée. Il y avait parmi ses jeunes enseignants des militant-es communisant-es comme Trân Phu, Ha Huy Tâp, mesdemoiselles Phuong, Loan. Nguyên Thi Minh Khai vivait dans l’aisance matérielle ; son père était fonctionnaire à la gare de Vinh et sa mère tenait une boutique de tissus. C’étaient d’une part les réalitées quotidiennes de la misère ouvrière et paysanne autour d’elle, d’autre part les récits de lutte anticolonialiste dans cette terre effervescente de Nghê An, province natale de Phan Bôi Châuet l’influence des enseignant-es de l’école Cao Xuân Duc qui furent à l’origine de son choix politique : se dévouer à la cause patriote et à la lutte en faveur des opprimé-es.

Introduite par Phuong, de cinq, six ans son aînée et qui était une enseignante de l’école hébergée chez elle, Minh Khai constitua vers 1925 une première cellule de trois élèves-filles sympathisantes du parti Tân Viêt (Viêt Nam nouveau), organisation communisante du Centre Viêt Nam qui se transformera en parti communiste en 1930. Le titre de l’ouvrage biographique de Nguyêt Tu est inspiré justement de ce rôle de « sœur aînée » que jouait Minh Khai par rapport aux cellules d’élèves-filles qui dans les années 1925, 1926 participaient activement aux mouvements réclamant l’amnistie pour Phan Bôi Châu et célébrant les funérailles de Phan Châu Trinh.

Minh Khai fut officiellement admise au parti Tân Viêt en 1927 et brûlait de partir à l’étranger « faire la révolution comme Phan Bôi Châu ». Elle était en effet connue dès l’école comme une « fanatique des œuvres de Phan Bôi Châu », c’est-à-dire des poèmes patriotes de Phan qui circulaient clandestinement dans la jeunesse scolaire. Mais elle se passionnait aussi pour les ouvrages de l’édition Nam Cuong qui vulgarisaient des connaissances marxistes. Ses deux livres préférés étaient intitulés Le colonialisme et Le régime des puissances. Nous n’avons pas d’autres précisions sur ces publications, mais la formulation des titres (souvent en sino-vietnamien) laisse supposer qu’il s’agissait des écrits publiés en Chine, ou reproduits par les maisons d’édition vietnamiennes patriotes à partir de sources chinoises. Minh Khai représente un cas unique de femme militante vietnamienne – non seulement de sa génération mais aussi des générations suivantes – dont on a pu retrouver la trace, si peu précise soit-elle, de lecture personnelle de la littérature marxisante ou marxiste-léniniste sur la colonisation et la révolution prolétarienne.

Dans les années 1928-1929, Minh Khai, dont le domaine d’activités ne se limitait plus au milieu scolaire mais recouvrait Vinh et la campagne environnante, organisa avec une grande détermination et des succès durables la “prolétarisation” – qui consistait à envoyer les militant-es du parti Tân Viêt, dans la plupart des cas issu-es de familles de lettrés ou de paysans aisés, se faire ouvrier-ères dans les usines de Vinh. La filature de Vinh comptait une centaine d’ouvrières entre dix-sept et vingt ans. Entraînées au militantisme dans une cellule dite de “Femmes émancipées (Phu nu giai phong)”, des paysannes, membres de Tân Viêt y furent placées comme ouvrières, dont les deux sœurs Nguyên Thi Xân et Nguyên Thi Thiu, Xân sera plus tard l’unique femme dans le comité exécutif du Parti communiste vietnamien au district Nghi Lôc de Nghê An. Le premier secrétaire de la cellule de Nghi Lôc du Parti communiste fut aussi formé par Minh Khai.

Mais Minh Khai partit à l’étranger début 1930 avant d’avoir vu ces résultats. Déguisée – cheveux coupés courts et en costume d’ouvrier-soldat, elle quitta Hai Phong comme d’autres militants en qualité de voyageurs sans billet, cachés dans la cale. De 1930 au 29 avril 1931, quand elle fut prise dans un guet-apens tendu par la police britannique à Hongkong, Minh Khai, sous l’apparence d’une Chinoise, milita à Canton et à Hongkong au bureau Orient du Komintern sous les pseudonymes Duy, Trân Thai Lan ou T. Lan, Ly Huê Phuong. Elle avait un autre pseudonyme Phan Lan, utilisé notamment quand elle fut déléguée au 7ème Congrès de l’Internationale. Nguyêt Tu et Lê Minh affirment l’une et l’autre que Minh Khai fut formée par Ly Thuy, alias Nguyên Ai Quôc en compagnie d’une autre militante de seize ans venue de Thailande. Ly Thuy aurait consacré une heure chaque matin à ce cours de « théorie politique » où « il n’y avait qu’un maître et deux élèves ». Les deux biographes relatent ce cours avec des détails précis sur les questions et réponses, elles ont sans doute l’une et l’autre exploité le témoignage de la camarade de Minh Khai. D’après Lê Minh, cette jeune militante venue de Thailande était la première à servir d’agent de liaison à Ly Thuy. Minh Khai fut ensuite mobilisée du pays, non sans une certaine intention de la part du parti pour qu’elle devienne la compagne du leader.

* * *

« Nous les ouvrières et paysannes des pays d’Orient, des pays colonisés et semi-colonisés, nous qui souffrons bien davantage que nos camarades de l’Europe occidentale, nous nous sommes engagées dans la voie de la lutte révolutionnaire. (…) Depuis des centaines d’années, les lois et coutumes féodales obsolètes ont fait des femmes orientales des esclaves dociles de leurs parents et de leurs époux, ont paralysé leur volonté et obscurci leur esprit. » (interventrion de Phan Lan [Nguyen Thi Minh Khai] au VIIe Congrès de l’Internationale communiste à Moscou.

Lire la suite : Viêt Nam 1918-1945