Archives par mot-clé : Parti communiste du Vietnam

Le vieux général, le député audacieux et la jeune blogueuse

Daituong_VoNguyenGiap_50namDienBienPhuLe départ du vieux général Vo Nguyen Giap, héros militaire de la RDVN et de la RSVN, a suscité une impressionnante vague d’émotion au Viêt-Nam, plus particulièrement à Hanoi et à Quang Binh [1]. L’impact fut moindre dans l’ancienne Saigon (Ho Chi Minh-Ville) qui rappelle que le vieux clivage Nord-Sud de l’époque de la Guerre froide n’a pas totalement disparu. De toute part, la presse s’est emballée pour évoquer à travers des articles élogieux le destin de cet homme qui marqua le XXe siècle vietnamien en guerre.

A l’étranger, les agences d’informations qui possèdent un programme en langue vietnamienne (BBC, RFA ou RFI) ont consacré des dossiers spéciaux à la disparition attendue du vieux général [2]. D’autres sites d’informations en vietnamien situés à l’étranger ont fait de même comme Dien Dan Forum en France ou le très suivi Viet Studies aux Etats-Unis [3].

Généralement très bien informés et ayant fait appel à des expertises extérieures de chercheurs, historiens et politistes, ces sites ont pu offrir un vision pluraliste du destin si particulier du grand personnage de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. A titre d’exemple, Bui Tin, l’ancien rédacteur en chef du Nhân Dân, a offert son point de vue basé sur son expérience personnelle lorsqu’il était encore au Viêt-Nam [4]. Le politiste australien, spécialiste des questions de défense, Carlyle Thayer s’est intéressé aux “deux biographies” (officielle et non autorisée) du général dans un entretien sur RFI [5]. L’historienne Nguyen Lien Hang, auteure de Hanoi’s War (2012) revient sur le rôle limité de Giap au sein de l’appareil communiste et ses relations conflictuelles avec les deux Lê (Lê Duân et Lê Duc Tho) sur la conduite de la guerre [6].

Au Viêt-Nam même, après avoir recadré les commentaires spontanés, l’appareil d’Etat n’a offert qu’une seule voix, celle de la mythification absolue qui se résume au tryptique “Guerre – Patrie – Socialisme”. Mais plus encore, (est-ce une coincidence ?) les sites officiels des plus hautes personnalités de l’Etat (Truong Tan Sang, Nguyen Tan Dung, Nguyen Sinh Hung, Tran Dai Quang), ont offerts à leurs lecteurs des attaques en règle contre les centrales d’informations étrangères en langue vietnamienne, un jour avant l’annonce officielle du décès du Général. La BBC s’est retrouvée ainsi transformée en une officine du M16, les services secrets britanniques, RFA assimilée à peu de chose près à la CIA (“outil au service du gouvernement américain”) et RFI à une succursale occulte du Ministère des Affaires étrangères de la République Française [7]. Cela n’est pas juste ridicule mais souligne l’embarras dans laquelle se trouve l’information officielle en RSVN face à la contradiction et plus généralement au pluralisme d’opinion. Les jours suivants les attaques se sont concentrées sur les auteurs d’articles sur le parcours historique de Vo Nguyen Giap, articles parus sur les même médias étrangers de langue vietnamienne.

Jamais opposant mais indépendant

Cependant, quelques voix se sont élevées à l’intérieur même du pays pour exprimer une forme de lassitude face aux discours convenus (ceux-ci étant sans doute nécessaire au niveau des dirigeants) relayés de but en blanc dans la presse nationale et sur internet. L’historien et député de l’Assemblée nationale de la RSVN, M. Duong Trung Quoc, interviewé par la BBC, a donné son avis sur le traitement réservé à cet événement et préconisé quelques idées à l’attention des dirigeants actuels [8]. Son avis est intéressant à plus d’un titre. D’abord, parce que le célèbre député s’exprime dans son pays et il s’adresse à une chaîne étrangère (BBC) vilipendée par les scribes du régime. Ensuite parce, en l’espace de cinq minutes chrono, il a des choses à dire que l’on peut résumer de la façon suivante. Vo Nguyen Giap fut partie prenante d’un système politique et privilégia au delà de toutes considérations personnelles “la stabilité politique” du régime. A ce titre, il fut selon Duong Trung Quoc, “communiste jusqu’à la dernière minute de sa vie”. Malgré le fait que sa parole “indépendante” n’ait pas été suivie, Giap donnait son avis pour faire évoluer l’appareil dans l’esprit de la Rénovation continue mais, étant lui-même un des rouages essentiels de cet appareil,  il ne fut jamais un “opposant”. Jamais “opposant” mais toujours “indépendant”, une position délicate qui peut expliquer son silence. Duong Trung Quoc évoque ensuite l’importance que revêt la figure de Giap au sein du peuple vietnamien et que c’est le peuple lui-même qui en fera (ou non) un “saint”, un “héros” de l’histoire vietnamienne. A ce titre, il souligne l’importance de la tradition populaire pour les héros d’antan (Lê Loi, Tran Hung Dao). Il rappelle l’héritage pesant de la guerre et les conséquences terribles de cette dernière sur les familles vietnamiennes déchirées : camps de rééducation, boat people, communautés exilées. Selon Duong Trung Quoc, l’Etat vietnamien n’a pas été assez loin dans le processus de réconciliation nationale. Il termine par une appréciation générale de la situation difficile du Viêt-Nam actuel sur le plan de la morale, de la “pensée Ho Chi Minh” incarnée par Giap et en appelle à la clairvoyance des dirigeants envisager une auto-transformation (tự thay đổi) du parti (voir la vidéo ci-dessous).

Le dialogue avec le vieux général décédé s’est poursuivi avec la jeune blogueuse Huynh Thuc Vy. Dans un courageux texte mis en ligne sur son blog intitulé “Quelques réflexions sur M. Giap” (Vài suy nghĩ về ông Giáp), elle pose les questions dérangeantes que le pouvoir actuel ne serait entendre [9]. Cette discussion imaginaire avec le vieux général qui restera sans réponse pose de vraies questions sur le destin complexe d’un homme qui fut Ministre de l’Intérieur de la RDVN en 1945-46 puis en charge des affaires militaires à partir de mars 1946 et qui s’est muré dans un silence pesant pendant des décennies après la victoire de Dien Bien Phu. Huynh Thuc Vy n’entend pas attaquer personnellement le vieux général qui n’est plus. Ce n’est pas son but et se serait bien inutile. Son objectif est d’interroger deux aspects de la vie du général : 1) Sa réaction face aux grands enjeux de la RDVN puis de la RSVN ; 2) L’héritage qu’il laisse aux jeunes générations.

Où étiez-vous mon général ?

Sur un premier plan, elle interpelle le général sur sa responsabilité historique. Elle questionne le silence du vieux général sur les étapes clés de l’évolution du Viêt-Nam communiste.

“Que faisiez-vous lorsque l’avocat Nguyen Manh Tuong appelant à la démocratie et à l’état de droit était en disgrâce [en 1956] ?” ; “Où étiez-vous lorsque Nguyen Huu Dang, Tran Dan, Huu Loan furent accusés et opprimés ?” ; “Que pensiez-vous lorsque le général Tran Do a courageusement protesté avant d’être réprimé ?” ; “Qu’avez-vous fait lorsque Hoang Minh Chinh est entré en dissidence et puis jeté en prison ?”, telles sont les questions qui resteront sans réponses de la jeune blogueuse [10].

Deuxièmement, elle souligne l’héritage du général : un héritage douloureux dont les plaintes se font encore entendre aujourd’hui dans les campagnes vietnamiennes. Ses questionnements qui intéressent les historiens ne visent pas tant le vieux général décédé que tous ceux “qui sont encore en vie”, “ceux qui encore bercés d’illusions sur ce régime” et enfin la jeune génération dont elle fait partie. De ce fait, elle questionne l’avenir de son pays. Que laisse derrière lui le général Giap : “une dictature persistante, des vies brisées, une répression continue, des morts injustes”… En bref, un héritage lourd que le Viêt-Nam actuel doit gérer tant bien que mal.

HuynhThucVy
Huynh Thuc Vy © 2012 phovanblog

Ces deux interventions, l’une d’un député reconnu sans langue de bois et l’autre d’une jeune blogueuse sous surveillance, interrogent toutes deux les choix politiques qui conduisent la transformation du pays. A l’heure du départ du dernier “acteur-fondateur-constructeur-stratège” du régime communiste que faire de cet héritage lorsqu’une page d’histoire se tourne ? La même question taraude l’écrivaine Pham Thi Hoai dans son article aux accents pacifistes sur la disparition du général. Une page d’histoire se tourne et le moment d’en prendre conscience est arrivé [11]. Les dirigeants vietnamiens en sont tout à fait conscients mais auront-ils le courage de promouvoir et d’accompagner sereinement la transformation politique attendue du pays ?

Pour l’heure, la contradiction et le débat d’idées semblent insupportables pour l’Etat-Parti vietnamien qui, à court d’arguments, mobilise ses plumes agressives pour insulter les analystes qui ne sont pas conformes à la doxa officielle. L’hagiographie doit passer contre les commentaires qui interrogent le mythe. Ainsi Bui Tin, Nguyen Hung, le bloggeur Huynh Ngoc Chenh, le sénateur américain John McCain, moi-même (pour mon billet publié par la BBC) et bien d’autres encore sont insultés sur les blogs et sites officiels. Cette brève passe d’armes (l’émotion est retombée depuis) démontre que les vieux réflexes de la “Réforme de la pensée”, si bien décryptés par Georges Boudarel dans ses études sur le communisme vietnamien, sont toujours vivaces au détriment de la diversité des opinions [12]. Figure incontournable de l’histoire du communisme vietnamien, le vieux général est désormais sujet à la fabrication d’un véritable mythe, intéressant en lui-même à étudier en profondeur. Le culte autour de la personne du général, la cérénomie à Hanoi et les funérailles à Quang Binh sont en eux-mêmes des données historiques qui devraient intéresser les anthropologues. Vo Nguyen Giap ne fut pas le dissident de l’intérieur comme le pensaient parfois les médias occidentaux, il ne fut pas non plus en parfaite adéquation avec l’appareil politique et étatique dont il faisait partie et qu’il soutenait. L’émotion passée, la page tournée, l’histoire peut reprendre son cours et la recherche son processus scientifique.

François Guillemot, 16-10-2013.

Notes

[1] Voir la vidéo sur You Tube : [LIVE] Lễ Quốc tang: Lễ an táng Đại tướng Võ Nguyên Giáp tại quê nhà Quảng Bình (1:19) [Funérailles nationales : Les funérailles du Général Vo Nguyen Giap dans sa province de Quang Binh].

[2] Voir sur la BBC : Việt Nam để tang Đại tướng Giáp ; voir les articles sur Vo Nguyen Giap sur RFA (recherche par mot clé) et RFI (recherche par mot clé).

[3] Voir Dien Dan – Forum et Viet Studies (voir sous l’illustration de la couronne de fleurs offerte au général).

[4] Bui Tin, Tướng Võ Nguyên Giáp, như tôi từng biết [Le Général Vo Nguyen Giap tel que je l’ai connu], Bui Tin Blog / VOA, 04/10/2013.

[5] Trong Nghia, Những điều ít được biết đến về Tướng Giáp [Des choses peu connues sur le Général Giap], 13/10/2013.

[6] Nguyễn Liên Hằng, Khoảng trống trong đời Tướng Giáp [Les temps vides dans la vie du Général Giap], BBC Tieng Viet, 14/10/2013.

[7] Voir sur le site du Premier ministre Nguyen Tan Dung (rubrique “Lecteurs”) : Mộc Miên, Những sự thật cần phải biết về BBC, RFA, RFI ? [Les vérités qu’il faut connaître à propos de BBC, RFA, RFI ?], 03/10/2013 et Mộc Miên, Vì sao BBC, RFA, RFI ém nhẹm những lời khen quốc tế dành cho Việt Nam? [Pourquoi la BBC, RFA et RFI ont étouffé les éloges internationaux concernant le Viêt-Nam], 04/10/2013. Les jours suivants, les attaques concernent les auteurs des articles sur le Général Giap (voir infra).

[8] Tướng Giáp luôn muốn ‘ổn định chính trị’ [Le général Giap désirait constamment la ‘stabilité politique’], 14/10/2013.

[9] Thai Binh, Bộ mặt ghê tởm của RFA và Bùi Tín khi nói về Đại tướng Võ Nguyên Giáp!, [Le visage ignoble de RFA et de Bui Tin lorsqu’ils parlent du Général Vo Nguyen Giap], 05/10/2013. Voir aussi : Vien, Gui BBC va TS François Guillemot: Cho cu sua con khach bo hanh cu buoc [A l’attention de la BBC et du Dr François Guillemot: les chiens aboient, la caravane passe], 09/10/2013. L’article, réécrit plus poliment, complété et signé Mộc Miên, fut repris en boucle sur les sites des dirigeants de la RSVN sous le titre poétique : Cỏ làm sao che được mặt trời! [Comment l’herbe pourrait-elle masquer le soleil ?], 17/10/2013 (site du P.M. Nguyen Tan Dung). En dehors de ces articles de propagande, d’autres médias vietnamiens aux Etats-Unis ont pris au sérieux notre propos et celui d’autres historiens, voir par exemple : Võ Nguyên Giáp và bi kịch thất bại [Vo Nguyen Giap et l’échec tragique], Nguoi Viet, 12/10/2013.

[10] Nguyen Huu Dang (1913-2007), Tran Dan (1926-1997) et Huu Loan (1916-2010) sont trois figures importantes du mouvement des revues Humanisme et Belles Oeuvres jugé et condamné en janvier 1960. Le général Tran Do (1923-2002), ami de Giap, fut un des premiers à demander une évolution démocratique pour son pays et Hoang Minh Chinh (1920-2008) est un ancien compagnon de route, militant du Parti Démocrate de 1944 à 1988 (date d’existence de ce parti réactivé en 2006, connu sous le nom de “Parti Démocrate du 21e siècle” pour le différencier de la formation d’origine).

[11] Pham Thi Hoai, Vĩnh biệt một thời đại [L’adieu à une époque], 07/10/2013.

[12] Georges Boudarel, Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam. Communisme et dissidence 1954-1956, Paris, Jacques Bertoin, 1991. (voir en particulier le chapitre 4 : “De l’accumulation des barils de poudre made in China à l’explosion de l’été 1956”, pp. 145-231). Boudarel fut l’auteur également d’une biographie sur le général, intitulée simplement Giap (éditions Atlas, 1977). La première biographie publiée en France fut celle de Gérard Le Quang, Giap ou la guerre du peuple, parue chez Denoël en 1973 avant la fin de la guerre.

* * *

Les personnages :

  • Duong Trung Quoc : Historien et député de l’ANV. Connu pour ses prises de positions au sein de l’Assemblée, il se veut, tout comme Giap, un esprit indépendant mais pas un opposant. Il n’est pas membre du PCV et son comportement agace parfois les conservateurs du régime.
  • Huynh Thuc Vy : Jeune blogueuse résidant à Tam Ky dans la province de Quang Nam, elle est sous surveillance policière et fut déjà arrêtée pour son activisme lors des manifestations patriotiques antichinoises. Son père, l’écrivain Huynh Ngoc Tuan, fut condamné à dix ans de prison entre 1992-2002 pour ses écrits pro-démocratiques.

Illustration du haut (gauche) :  photo signée de Vo Nguyen Giap à l’occasion du cinquantième anniversaire de la bataille de Dien Bien Phu. Source : nguoiduatin.vn

Contribution à la refonte de la constitution de 1992 – la leçon en six points de Đặng Văn Việt

DangVanVietPublié sur le site Bauxite Viêt Nam, Dang Van Viet (1920-), le célèbre vétéran de la Route coloniale n°4, a fait dernièrement publiquement connaître  son avis sur les modifications nécessaires à apporter à la constitution de 1992. Nous résumons ci-dessous dans les grandes lignes cette contribution majeure présentées en six points sous la forme d’une lettre ouverte datée du 8 mai 2013. Rédigée dans une langue simple, dans un style clair et très efficace, la lettre de Dang Van Viet est une charge contre l’iniquité du régime actuel. Elle est adressée au Comité chargé de recueillir les avis sur la refonte de la constitution.

Après une brève présentation rappelant ses états de service pour le régime, le “vieux soldat” (Người Lính Già) entre dans le vif du sujet.

En finir avec le marxisme-léninisme

Le premier point soulevé par M. Viet concerne l’idéologie marxiste-léniniste. L’auteur pose la question de la pertinence de cette idéologie. Faut-il poursuivre la promotion et l’application d’une pensée marxiste officielle au Viêt-Nam ? Plus largement, il conteste ainsi en creux un cadre idéologique dépassé, contraignant et imposé de force à la population et aux cadres de l’Etat. S’il souligne les apports indéniables de cette pensée lors de la lutte contre les pays de l’Axe pendant la seconde guerre mondiale puis pendant la guerre de réunification du pays, il interroge le lourd passif du communisme dans le monde en ces termes :

“Sur une période de près d’un siècle, le marxisme a révélé plusieurs de ses faiblesses, de nombreuses lacunes, un déficit de réalité – celui de n’avoir pas favorisé le progrès social, et même d’avoir freiné l’évolution de l’humanité”.

Pour l’auteur, l’échec de cette idéologie est patent sur toute la planète et, citant l’exemple de l’Allemagne, même dans le pays de Karl Marx. Au Viêt-Nam, quatre événements majeurs initiés par cette idéologie se sont révelés être de cuisants échecs. Il précise : (1) la lutte des Soviets du Nghe Tinh de 1930 ; (2) la réforme agraire des années cinquante en RDVN ; (3) la réforme du commerce en 1975 ; (4) une attitude erronée envers le peuple après la réunification forçant des millions de gens à fuir à l’étranger. Le résultat de ce fiasco obligea le pouvoir communiste a engager la politique de Renouveau depuis 1986 pour qu’enfin la société vietnamienne renaisse de ces cendres. Il situe cette renaissance à partir de 1995 soit environ un an après la levée de l’embargo américain. Ce revirement pragmatique à 180 degrés qui autorisait désormais tout ce qui était autrefois condamné par le marxisme à la vietnamienne (s’enrichir, faire du commerce, accumuler des biens, etc.) redonna du souffle à une société à bout de forces. Il permit au Viêt-Nam de réduire son grand retard sur le plan économique. Mais cette renaissance possède son revers. Car si sur le plan économique, les principes directeurs du marxisme-léninisme ont été abandonnés, il n’en est rien sur le plan politique. Au contraire, l’auteur rappelle cette réalité, en ce qui concerne :

la liberté d’expression, liberté de la presse, les élections libres, les manifestations – l’appareil répressif a été renforcé (armée – police). L’organisation de l’État possède de nombreux ministères et branches, mais au-dessous de tout trône le Politburo, l’organisme qui a le droit de trancher sur toutes les questions, au-dessus même du gouvernement, de l’Assemblée nationale, de la Cour suprême. Le Politburo oeuvre selon le principe d’une minorité soumettant la majorité.

Cette dénonciation faite du rôle prépondérant et abusif du Politburo et d’une minorité autoproclamée, Dang Van Viet expose les multiples dérives liées à cette situation. Il évoque par le passé la neutralisation par le Parti des avis divergents de Ho Chi Minh au moment de la réforme agraire, il dénonce les faits de corruption restés impunis pour les membres du Parti ou l’accaparement de biens nationaux à titre privé. Le système s’est au fil du temps dévoyé jusqu’à provoquer un risque d’effondrement du régime selon lui. Il termine cette première salve par l’appel suivant :

Ceux qui sont patriotes, qui aiment le peuple, qui se soucient du sort du pays, qui s’intéressent à la survie du régime, tous doivent élever la voix pour proposer à l’Etat d’abandonner le marxisme-léninisme, une voie politique qui, en préservant les intérêts et les priviléges d’une “minorité”, a mené le Viêt-Nam d’échecs en échecs.

Le remède de Dang Van Viet : revenir à l’esprit d’unité, à la concordance nationale prônée par l’Oncle Hô [?], à l’union de tous les Vietnamiens de l’intérieur comme de l’extérieur du pays.

Vers le multipartisme

Le second point soulevé par le “petit Napoléon” de la RC4 aborde sans fioritures la question ultra sensible du multipartisme. Après avoir rappelé succinctement les défauts majeurs du parti unique (autoritarisme, injustice, autocritique de façade), il souligne particulièrement l’inefficacité de ce système qui interdit toute véritable remise en cause. La corruption est constamment dénoncée mais reste largement impunie, la presse est muselée et sévèrement orientée dans un sens, les erreurs politiques ne sont pas rectifiées par une voix alternative, la divulgation du patrimoine personnel des politiques a été officiellement votée mais nullement respectée. Bref, toute une série de dérives qui selon M. Viet discrédite le Parti et mène tout le système à une impasse politique.

La conclusion de Dang Van Viet sur ce point reste ouverte : le parti unique peut-être maintenu si les droits élémentaires de justice, de liberté et de sécurité sont respectées pour le peuple mais dans le cas contraire – ce qui est la situation actuelle – le peuple est en droit d’exiger l’existence de 2, 3 partis politiques (voire un nombre plus important) pour engendrer une saine concurrence et “promouvoir une histoire nationale continue”.

Supprimer l’Article 4

Le troisième point revient sur la question elle aussi très sensible de l’article 4 de la constitution qui rappelons-le donne un rôle prépondérant au Parti communiste vietnamien (PCV) dans la direction politique du pays. Dang Van Viet pose directement la question : “Faut-il abandonner l’article 4 ?” Dans cet exposé, il souligne l’injustice d’un système dirigé par une clique de 13 ou 14 hommes du Poliburo qui protègent les “leurs”, touchés par les grandes affaires de corruption. L’iniquité du régime qui place le Parti au-dessus des organes de l’Etat, de l’Assemblée nationale et donc des lois, est sévèrement condamnée. Elle est d’ailleurs plusieurs fois énoncée dans le texte. Il démontre également par des arguments simples l’absurdité parfaite d’inscrire le rôle d’un parti quelqu’il soit dans une constitution. Si tel était le cas dans les constitutions des autres pays du monde, cela aboutirait à une instabilité politique chronique lors des fréquents changements de pouvoirs. S’appuyant sur la longue durée des règnes dynastiques des empereurs vietnamiens, il rappelle qu’aucun d’entre eux n’a été éternel et qu’il en sera de même pour le Viêt-Nam communiste (il emploie le terme “Viêt Minh communiste” pour signifier cette ère qui débute en 1945).

Il souligne en gras quà l’époque de Ho Chi Minh (soit en RDVN, 1945-1976), il n’y avait pas d’article 4 dans la constitution et que le Parti et le peuple ne faisait qu’un. Il est vrai que l’article 4 a été introduit relativement tardivement après la réunification du pays dans la constitution de 1980. Ceci sans doute pour marquer la suprématie du PCV sur toutes les autres forces politiques ayant existé auparavant au Viêt-Nam, notamment sous les régimes nationalistes de l’Etat associé  de Bao Dai (1948-1955) puis de la République du Viêt-Nam au Sud (1955-1975). Cependant, si cette osmose Parti/Peuple recouvrait une certaine réalité à l’époque de la RDVN, Dang Van Viet oublie sciemment que le régime en place en RDVN n’avait rien de “démocratique” (dan chu) malgré le fait que ce terme soit présent dans son appellation officielle.

Prenant l’exemple de Tran Hung Dao pour signifier la justesse d’un gouvernement s’appuyant sur le peuple, puis sur Ho Chi Minh, disciple, selon lui, du généralissime qui vainquit les Mongols au XIIIe siècle, Dang Van Viet attaque frontalement l’actuel secrétaire général du PCV, Nguyen Phu Trong. Celui-ci ne s’appuierait plus sur le peuple pour faire face aux défis auxquels le Viêt-Nam est actuellement confronté mais il fonderait son action sur la doctrine marxiste-léniniste, sur la lutte des classes [?] et sur le Politburo, les trois mamelles qui nourrissent les opportunistes et les corrupteurs qui finiront par précipiter la chute du régime. La conclusion de ce point est sans appel : il faut abandonner l’article 4, source d’une dégradation continue du régime en place :

Il faut suffisamment d’esprits intelligents et perspicaces pour que l’on ose abandonner l’article 4. Supprimer le marxisme comme base idéologique, afin d’endiguer le cancer de la corruption à la source – alors seulement on pourra sauver et de maintenir le rôle directeur et la position du Parti communiste aujourd’hui.

L’abandon de l’article 4 reste donc pour Dang Van Viet une réponse satisfaisante pour arrêter le déclin du Parti. Mais son appel est ambigu car d’une part M. Viet voudrait mettre fin au rôle directeur de la doctrine communiste dans les affaires du pays et donc se débarasser de cette idéologie néfaste au développement et d’autre part, maintenir tant bien que mal le Parti. Une lecture entre les lignes laisse à penser que le Parti communiste que Dang Van Viet veut préserver sera en fait bien autre chose. On comprend mieux sa logique dans le quatrième point.

Le sens des mots

En effet, le quatrième point questionne les appellations actuelles du parti au pouvoir et du régime lui-même. Faut-il changer le nom du Parti et en conséquence l’appellation du pays ? Selon lui, ces deux appellations ont été contestées depuis plusieurs années sans qu’on y apporte de réponse. Il est donc grand temps de résoudre cette question. Il commence par évoquer le sujet de l’appellation nationale. Considérant que l’appellation nationale doit refléter la coloration du pays, il réfute la pertinence du terme “socialisme”, une référence explicite (dans le cas vietnamien) au modèle soviétique, un modèle qui a démontré ses limites et qui s’est révélé synonyme d’échec que ce soit en URSS, dans les anciens “pays frères”, qu’au Viêt-Nam lui même. Il propose :

Actuellement, la réalité historique l’exige, il faut se débarasser du nom utopique de socialisme (XHCN) pour le replacer par celui de République démocratique afin d’être en phase avec la situation économique, avec la réalité politique intérieure et extérieure du Viêt-Nam actuel et de façon durable.

Pour l’appellation du Parti, l’abandon du mot “communisme” lui paraît évidente parce qu’il incarne cette utopie irréaliste qui s’est révélée désastreuse pour son pays. Il s’appuie sur la demande de nombreux citoyens pour proposer de revenir à l’appellation plus concrète de “Parti des travailleurs du Viêt-Nam” (Đảng Lao động Việt Nam), conforme à la réalité du moment et de demain. Ce changement d’appellation aurait ainsi deux avantages. Celui d’offrir un visage réaliste au pays et peuple sur le plan intérieur, une façon d’éviter la duperie, et celui de revigorer l’image du Viêt-Nam sur le plan international, car dit-il :

Changer le nom de “communisme”, revêt aussi la signification d’abandonner un nom qui évoque les périodes douloureuses que l’histoire de l’humanité a dû traverser. L’évocation du mot “communisme” rappelle à tous Staline, Mao Zedong, deux dictateurs communistes responsables de la mort des dizaines de millions d’êtres humains pour protéger leur pouvoir ; ce mot rappelle le régime génocidaire de Pol Pot au Cambodge (Pol Pot au nom du communisme, a tué des millions de Cambodgiens […]), il rappelle la Réforme agraire [des années 1950], la réforme du commerce jusqu’aux millions de compatriotes qui ont quitté le pays après 1975, il rappelle une politique qui a fait de l’injustice une politique nationale, prôné le culte de l’ignorance sur l’intelligence créatrice. Abandonner le mot “communisme” a des avantages tout autant sur le plan de la politique intérieure que sur le plan diplomatique au niveau international.

Sa dénonciation en règle des désastres humains du communisme d’Etat l’amène a offrir au lecteur une charge peu courante sur Tran Phu (1904-1931), le premier secrétaire général du PCV, une figure vénérée par le régime. Selon Dang Van Viet, si le programme politique de ce sinistre personnage vis-à-vis des intellectuels et du confucianisme avait été appliqué au Viêt-Nam, il n’aurait rien eu à envier à ceux des trois dirigeants sanguinaires évoqués plus haut.

La patrie avant tout

Le cinquième point revient sur la question de l’armée et de son rôle vis-à-vis du peuple et du Parti, une question très controversée du projet d’amendement de la constitution. L’idée générale de Dang Van Viet est que le principe de fidélité doit revenir au pays et au peuple plutôt qu’au Parti et au peuple (“Trung với nước hiếu với dân” hay “Trung với Đảng hiếu với dân”). Il défend ainsi la suprématie de la nation sur l’appareil politique. A qui doit être fidèle l’armée populaire ? Au Parti ou à la patrie ? La réponse coule de source. La Patrie avant tout comme le rappelle la propre histoire de la fondation de l’armée populaire et comme l’avait enseigné Ho Chi Minh en 1946 à l’école des officiers Tran Quoc Tuan. Selon lui, le pays est éternel, les partis politiques changent au cours de l’histoire. Il affiche ainsi son credo nationaliste qui, à défaut d’être simpliste, résonne aujourd’hui de façon efficace chez la population.

Séparation et indépendance des pouvoirs

Le sixième point aborde la question de la séparation des pouvoirs. Son plaidoyer est en faveur de la séparation classique des trois pouvoirs (législatif, exécutif et judiciaire) et de la garantie de leur indépendance. Décrivant la situation actuelle, Dang Van Viet rappelle le caractère confiscatoire de ces trois pouvoirs par le PCV. Même rhétorique que dans le premier point de sa lettre, il dénonce la mainmise du Parti sur tous les droits nationaux :

Pour assurer sa domination, le Parti communiste a introduit l’article 4 dans la Constitution, le Parti s’est positionné au-dessus du gouvernement, de l’Assemblée nationale et du peuple. Il a placé le pouvoir législatif sous la direction du Parti, une direction du pouvoir législatif organisée de concert avec les règles de construction socialiste dans une perspective marxiste-léniniste.

La même remarque est faite pour les pouvoirs exécutifs et judiciaires, suivie d’une admonestation soulignée en caractères gras :

Le peuple exige que le Parti et l’Etat vietnamien respectent la séparation des pouvoirs et la souveraineté populaire, afin de maintenir l’égalité sociale, l’ordre et les lois d’un état civilisé, d’une nation civilisée.

Ces six points dûment argumentés, l’auteur termine par une partie conclusive, voire récapitulative, assez longue sous la forme d’un règlement de compte avec le communisme vietnamien et la direction actuelle du PCV.

Une histoire patriotique

Il inscrit d’emblée son argumentation du côté de la Déclaration pro-démocratique des 72 présentée en début d’année. Mais plus encore, il souscrit à la Déclaration de milliers de «citoyens libres», à la Déclaration de la Conférence épiscopale, celle du Vénérable Thich Chi H., représentant des millions de catholiques et bouddhistes. En faisant cela, il renforce les rangs d’une dissidence constructive qui met en avant l’intérêt suprême de la nation et du peuple pour refonder la constitution. Comme beaucoup d’autres, il pense que c’est une occasion historique pour le Parti de favoriser une véritable démocratie au Viêt-Nam. En vieux militant nationaliste, il invoque avec emphase Tran Quoc Tuan (Tran Hung Dao) le vainqueur des Mongols au XIIIe siècle, Le Loi, Nguyen Trai ou encore Ho Chi Minh qui ont su repousser les agressions étrangères grâce à l’appui du peuple, en faisant du peuple le socle et la raison de leur combat. Cette rapide mise en perspective historique lui permet d’attaquer le secrétaire général actuel du PCV qui ne s’appuie plus sur le peuple pour diriger le pays mais sur le Politburo et “la lutte des classes”. Une façon de faire de la politique qui mène le pays à une impasse et engendre une dégradation générale des moeurs, de la culture, du sentiment national.

Il invoque le célèbre lettré Le Quy Don pour dénoncer les cinq grandes menaces qui peuvent mener à la “perte d’une nation”. Parmi elles, la dégradation des rapports de hiérarchie entre le cadet et l’ainé, l’élève et le maître, le soldat et le général ; la corruption endémique ou encore le mépris des élites intellectuelles. Toutes ces menaces sont présentes selon lui actuellement au Viêt-Nam. Le rôle assigné aux vieilles élites révolutionnaires dont il fait partie est devenu insignifiant. Or, dit-il :

Ceux qui dirigent, ceux qui sont aux responsabilités se doivent d’être perspicaces, éclairés, réceptifs aux recommandations des vieux révolutionnaires, des intellectuels, qui incarnent l’intelligence de la nation, pour changer de ligne politique, construire un nouveau régime en phase avec la tendance du développement de l’époque pour sortir le pays d’une période sombre de son histoire, pour sauver le Parti communiste de l’effondrement, lui éviter la panique engendrant des attitudes menaçantes et terroristes triviales.

En clair, Dang Van Viet, qui connaît bien le Parti, s’inquiète à demi mots d’une probable vague de répression si la parole des anciens n’est pas entendue et respectée. Pour tenter l’illustrer l’intérêt général sur le particulier, l’intérêt du peuple sur une élite issue du Parti, il se remémore une anecdote marquante de 1952 au début de la campagne de rectification des cadres du Parti. En réponse à un cadre soucieux d’être dans la bonne direction, Ho Chi Minh aurait précisé :

A chaque fois que vous avez un travail à faire, il faut y penser : si ce travail est bénéfique pour les gens, pour le pays, pour le Parti, alors faite-le, sans craintes. Si ce travail n’est ni dans l’intérêt du peuple, ni celui du pays ou du Parti, mais seulement dans celui d’un individu, d’un petit nombre, alors soyez déterminés à ne pas l’accomplir.

De nouveau, cette rhétorique appuyée sur Ho Chi Minh permet à M. Viet de critiquer ouvertement la politique du PCV, une politique erronée depuis l’époque de Le Duan (1907-1986), soit, précise-t-il, depuis cinquante ans ! Il termine cette charge révolutionnaire – car lui se pose en révolutionnaire intègre – par une allusion à la doctrine bouddhiste. D’un grand âge, Dang Van Viet, comme beaucoup de personnes âgées, se rapproche des préceptes de Bouddha et des valeurs traditionnelles. Il change le curseur de ses références, abandonnant un instant l’Oncle Ho, pour invoquer le concept bouddhique de “causalité” (“thuyết nhân quả”) prescrite par le Karma. Telle cause provoque tel effet, telle action, telle conséquence, rappelle Dang Van Viet, soulignant ainsi que ceux qui ont commis des désastres devront répondre de leurs actes. Il oppose ainsi la loi de la compassion bouddhique à celle de la lutte des classes prônée par le marxisme, la première loi incarnant le Bien, la seconde le Mal. Il termine sur une ultime note nationaliste en renvoyant les dieux marxistes chez eux, vers l’Europe. “Les ancêtres nous ont enseigné qu’il faut prendre le peuple comme fondement. Soyons résolus à ne plus nous appuyez sur le marxisme-léninisme”, conclut-il.

“Du peuple, par le peuple, pour le peuple”

La longue lettre de Dang Van Viet fait de nombreuses fois référence à l’Oncle Ho (Bac Ho) à travers un temps idéalisé et arrêté à l’époque où le président de la RDVN incarnait une forme d’équilibre national, une unité territoriale et une possible alliance de partis différents. Mais cet exemple porté comme un modèle présente de fait de nombreuses contradictions. Tout d’abord, sur le plan politique, Dang Van Viet affiche son refus de l’utopie socialiste, une destinée politique vouée à l’échec partout dans le monde. Or, la RDVN de Ho Chi Minh nageait justement en pleine utopie. Ce rapprochement est-il donc si pertinent ? Il reproche aussi l’abandon de l’attitude révolutionnaire pour l’intérêt général. Mais qu’est-ce qu’un bon révolutionnaire, n’est-ce pas là une nouvelle utopie ? Enfin, la RDVN n’incarnait qu’une partie de la nation déchirée par la guerre civile et divisée en deux Etats antagonistes pendant deux décennies mais rien n’est dit sur cet autre Viêt-Nam.

Cependant son discours, qui s’apparente à une diatribe anticommuniste, comprend des aspects nouveaux. Tout d’abord, la reconnaissance de complexité de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam à travers l’évocation de ceux qui ont fui le pays après 1975. C’est reconnaître que la guerre de réunification fut aussi une guerre civile (même si le mot n’est jamais prononcé). C’est aussi la reconnaissance d’instances religieuses qui se sont ouvertement prononcées pour une évolution démocratique et qui dans l’histoire contemporaine du Viêt-Nam se sont souvent opposées au communisme. Ces allusions à la doctrine bouddhique ne sont pas sans rappeler le retour du général Vo Nguyen Giap vers la sagesse de cette religion à la fin de sa vie.

Enfin, sur un plan plus personnel, Dang Van Viet semble particulièrement préoccupé par la “lutte des classes”. Ceci trouve son explication dans son parcours personnel car sa famille, issue d’une lignée mandarinale, fut rudement touchée par la réforme agraire. Son père fut tué lors d’une campagne de dénonciation et sa famille dispersée. Lui-même fut directement concerné car, jugé “de lignée réactionnaire”, il fut écarté de la direction de l’armée populaire. C’est également la raison pour laquelle il se permet d’afficher le soutien en cinq points du général Vo Nguyen Giap en annexe de sa lettre. Le cinquième point demande justement la réhabilitation du père de Dang Van Viet, Dang Van Huong, assassiné pendant la réforme agraire comme nous venons de le signaler. La publication de ce texte avec l’accord de son auteur sur Bauxite Viêt-Nam, un blog dissident, démontre une fois de plus que les “anciens” ne sont plus en phase avec le Viêt-Nam capitaliste, individualiste, autoritaire et foncièrement injuste d’aujourd’hui. Pour Dang Van Viet, il n’y a aucun doute, le vieil adage national-communiste ou tiers-mondiste “Du peuple, par le peuple, pour le peuple” est aujourd’hui dévoyé en “Du parti, par le parti, pour le parti”. La voix de ce “vieux soldat” nationaliste de 93 ans sera-t-elle entendue ?

François Guillemot, 18/05/2013.

 * * *

Réf. : Bản góp ý sửa đổi Hiến pháp 1992 của ông Đặng Văn Việt, Hà Nội, ngày 8 tháng 5 năm 2013.

Rappel des six points en vietnamien :

1)  Vấn đề có nên tiếp tục vận dụng quan điểm tư tưởng Mác vào Việt Nam – hay nên chấm dứt

2)  Vấn đề một Đảng hay nhiều Đảng 

3)  Có nên bỏ điều 4 của Hiến pháp hay không? 

4)  Việc có cần đổi tên Đảng tên nước hay không? 

5)  Việc nên nêu khẩu hiệu

6)  Vấn đề tam quyền phân lập

 

Source : Bauxite Viêt Nam, 16/05/2013. Repris sur Cung Viet Hien Phap, 16/05/2013.

Pour en savoir plus sur Dang Van Viet :

  • Dang Van Viet, Souvenirs d’un colonel Vietminh : portrait, Paris : Indo éditions, 2006.

Procès d’une famille vietnamienne expropriée : le jeu délicat d’une justice affaiblie [3: Suites judiciaires]

VuAn_DoanVanVuon_PhaNha2Le vert olive des uniformes de la police populaire vietnamienne a de nouveau envahi la blogosphère et les sites d’information sur le Viêt Nam. L’opinion publique s’est passionnée pour l’ancien militaire Doan Van Vuon et les membres de sa famille jugés pour « tentative d’homicide » dans une affaire de rébellion armée contre la force publique survenue le 5 janvier 2012 et qui avait fait grand bruit. Dans ce troisième volet, nous revenons sur les suites judiciaires de cette semaine avec l’affaire de la “destruction des biens” de la famille de M. Vuon, les condamnés d’hier devenus victimes pour le temps de ce second procès.

Suites judiciaires, condamnations mesurées

Les suites de cette affaire furent quasi immédiates. Tout d’abord, parce qu’un second procès de moindre envergure se déroula les 8 et 9 avril. Il concernait la question de la destruction de la maison familiale de Dang Van Vuon et de son outil de travail. Cinq personnes devaient défiler à la barre des accusés pour répondre de leurs actes et tenter d’éclaircir l’affaire. Deuxièmement, les suites immédiates furent provoquées par la décision de faire appel de la famille de Doan Van Vuon de la condamnation du 5 avril [51]. L’affaire n’est donc pas terminée.

Le 8 avril, le Tribunal populaire de Haiphong ouvra le procès des responsables présumés de la destruction du bien immobilier de la famille de M. Vuon. En premier lieu, comparut Le Van Hien, le président du Comité populaire du district de Tien Lang accompagné des quatre autres accusés. Parmi ceux-ci, seul Nguyen Van Khanh, l’ancien adjoint du district de Tien Lang, avait été maintenu en détention. Du côté des plaignants, la logique voulut que l’on retrouva Doan Van Vuon, son épouse Nguyen Thi Thuong mais également Pham Thi Bau, l’épouse de M. Quy. Par contre ce dernier ne fut pas présent [52]. Les accusés d’hier se retrouvaient donc du bon côté de la barre. Le Parquet populaire (VKSND ou Viện kiểm sát nhân dân) devait juger Le Van Hien pour « Irresponsabilité ayant causé de graves conséquences » tandis que les quatre autre protagonistes pour « Destruction de biens ». Outre M. Khanh déjà cité, il s’agissait de juger MM. Pham Xuan Hoa, ancien directeur du Bureau des Ressources naturelles et de l’environnement du district et surtout adjoint en charge de l’opération de récupération des terres de M. Vuon ; de Le Thanh Liem, ancien président du Comité populaire de la commune de Vinh Quang et membre du Comité directeur chargé de la récupération des terres et Pham Dang Hoan, ancien secrétaire du PCV de la commune de Vinh Quang [53].

L'ancien président du district de Tien Lang © 2013 TTXVN
M. Le Van Hien, l’ancien président du district de Tien Lang © 2013 TTXVN

Le Parquet rappela rapidement que la mise en place de l’opération de réquisition forcée des 19,3 hectares de M. Vuon trouvait sa source dans le refus d’obtempérer de ce dernier. Puis les juges entrèrent dans les détails pour saisir la chronologie de cette journée d’affrontement du 5 janvier 2012. Comme chacun sait, l’opération policière se déroula le matin aboutissant à la neutralisation de l’espace piégé par M. Vuon et des frères. Mais une seconde opération non prévue se déroula dans la soirée. Le comité de réquisition se rendit de nouveau sur les lieux pour détruire l’outil de travail de Vuon, les installations secondaires et enfin l’habitation de cette famille. Cependant, celle-ci étant solidement construite sur deux étages, ils firent appel à un conducteur de bulldozer pour mettre à bas l’édifice [54]. Au total 19 individus avaient participé à l’action. Le première responsabilité de cette action de destruction volontaire revenait à Nguyen Van Khanh à qui Le Van Hien avait confié la charge de diriger l’éviction forcée. Khanh ordonna à Hoa et Liem de mener cette tâche jusqu’à son terme. Au total, la valeur des biens détruits s’élevaient à plus de 290 millions de Dongs (environ 11.000 euros), soit une somme assez considérable pour une famille paysanne du Nord du pays. La valeur des biens détruits de M. Quy s’élevait à 190 millions tandis que pour Vuon et son épouse à environ 104 millions [55]. Dans tous les cas, l’objectif était bien de ruiner économiquement les récalcitrants. Cette version des faits rappelée par le Parquet tranchait sévèrement avec la version présentée par Do Trung Thoai, le président du Comité populaire de la ville de Haiphong, le 17 janvier 2012 qui arguait de représailles spontanées de la population mécontente [56].

La séance du 8 avril fut épique car chaque accusé se rejeta la responsabilité de l’action de destruction. Chacun des accusés nia la version du Parquet considérant leur responsabilité limitée et seulement partielle. Les quatre accusés reconnurent qu’ils avaient bien participé à l’opération mais aucun ne l’avait dirigé. Un témoin appelé à la barre, rejeta la faute de donneur d’ordre sur Nguyen Van Khanh mais à la surprise générale celui-ci fut défendu à son tour par Doan Van Vuon en personne. M. Vuon, hier dans le box des accusés, demanda au Tribunal d’alléger la peine de Nguyen Van Khanh mais de l’alourdir pour les autres ! [57] Le 9 avril, les débats reprirent avec un mea culpa de Le Van Hien, très affecté et acceptant d’endosser la responsabilité de ses trois subalternes “encore utiles à la collectivité” [58]. Pour Nguyen Van Khanh l’affaire se compliqua car, par la voix de son avocat, il réfuta les déclarations évasives et contradictoires des témoins jugeant l’enquête bâclée [59]. Enfin Doan Van Vuon et Pham Thi Bau donnèrent leur avis avec un certain aplomb. Ils considérèrent que le Tribunal n’allait pas au fond des choses, que les débats sur les chefs d’accusation restaient superficiels, que l’on couvrait trop les coupables, que les mobiles véritables de cette action restaient flous… et qu’il fallait rouvrir l’enquête pour poursuivre les 19 personnes qui avaient participé à cette entreprise de destruction incluant le conducteur du bulldozer [60].

M. Nguyen Van Khanh, l'ancien chef-adjoint du Comité populaire de Tien Lang © 2013 TTXVN
M. Nguyen Van Khanh, l’ancien chef-adjoint du Comité populaire de Tien Lang © 2013 TTXVN

Le verdict de l’affaire des destructions de biens de la famille de M. Vuon fut sans complaisance pour les cinq accusés. Bien que placées au bas de l’échelle du réquisitoire du procureur, les peines n’exclurent aucun des cinq protagonistes. Le Van Hien, l’ancien président du Comité populaire du district de Tien Lang écopa de 15 mois de prison avec sursis pour “manquements à ses responsabilités ayant causé de graves conséquences”. Les quatre autres coupables se virent condamnés pour “destruction de biens” : Pham Van Hoa, adjoint en charge de l’opération de réquisition pris 24 mois de prison avec sursis tout comme Nguyen Thanh Liem, l’ancien président de la commune de Vinh Quang. Pham Dang Hoan, l’ancien secrétaire du PCV de la commune fut condamné à une peine moindre de 15 mois de prison avec sursis. Quant à Nguyen Van Khanh, ancien adjoint de Le Van Hien, il écopa de la condamnation la plus lourde avec 30 mois de prison. Tous devront être mis à l’épreuve pendant une période de 30 à 48 mois après avoir effectué leur peine et ne pourrons réintégrer les services de l’Etat qu’un an après avoir terminé cette longue période de mise à l’épreuve. La condamnation fut accompagnée d’un dédommagement financier à pourvoir à la famille de Doan Van Vuon. Trois des coupables devront chacun payer à la famille une somme de 82 millions de Dong, et de son côté Pham Danh Hoan, une somme de 47 millions de Dong [61]. L’ensemble de ces sommes correspondait peu ou prou à l’évaluation des dégats sur le terrain de M. Vuon établie par l’enquête.

Au vu de l’importance de l’affaire, la condamnation des responsables locaux du Parti et de l’Etat n’est pas une surprise. Même si elle apparaît relativement clémente, elle est exemplaire à plus d’un titre. La justice, très affaiblie au moment des enquêtes, se concentra sur les éléments probants de l’affaire de “destruction de biens”. Celle-ci était si évidente et les images de la maison détruite de la famille de M. Vuon ayant largement circulées dans la presse et sur internet qu’il convenait de marquer le retour de l’Etat sur le Parti, ceci bien entendu de façon mesurée. La parole du Premier ministre (du 10 fécrier 2012) devait également se faire entendre. Le passage dans le box des cinq anciens cadres se veut un signe fort pour empêcher toute dérive dans des cas similaires de tensions accrues entre les paysans et les instances locales du PCV. Mais la question reste posée : est-ce bien suffisant ? Il n’y a eu ni exclusion du Parti ni même directive nationale de l’Etat pour tirer les leçons d’un tel affrontement. La loi sur la terre actuellement en cours d’étude pourra-t-elle clarifier l’imbroglio local ? L’Etat-Parti a-t-il bien pris la mesure du mécontentement paysan ? De fait, on se demande quel sera l’impact réel de ces deux affaires jugées en continue et aux verdicts sensiblement différents ?

FG, 10/04/2013.

A suivre : 4. Réactions et leçons.

Les cinq accusés à la barre © 2013 TTXVN
Les cinq accusés à la barre © 2013 TTXVN

Notes

[51] Gia đình ông Đoàn Văn Vươn sẽ kháng án, 05/04/2013.

[52] (Nhóm phóng viên), Xét xử 5 cựu quan chức phá nhà ông Vươn, VN Express, 08/04/2013.

[53] art. cit., Xét xử 5 cựu quan chức phá nhà ông Vươn, VN Express, 08/04/2013.

[54] id.

[55] id.

[56] Voir volet 1. Rébellion et contexte, note 16.

[57] (Nhóm phóng viên), Không ai nhận đã ra lệnh phá nhà ông VươnVN Express, 08/04/2013.

[58] (Nhóm phóng viên), Cựu chủ tịch Tiên Lãng nhận tội cho cấp dưới, VN Express, 09/04/2013.

[59] art. cit., VN Express, 09/04/2013.

[60] id.

[61] (Nhóm phóng viên), Cựu chủ tịch Tiên Lãng lĩnh 15 tháng tù treo, VN Express, 10/04/2013.

* * *

Les lieux de l’affaire : commune de Vinh Quang, dictrict de Tien Lang, Ville de Haiphong.

En bas à droite, sur le bord de mer, l’exploitation de Doan Van Vuon (Đầm thủy sản Đoàn Văn Vươn)


Agrandir le plan

Cùng Viết Hiến Pháp – Ecrivons ensemble la constitution : une initiative vietnamienne constructive

HienPhapAlors que le Parti Communiste Vietnamien (PCV) a décidé de répliquer et de contre-attaquer les idées “dégradées” de démocratie, de multipartisme ou de séparation des pouvoirs [1], les initiatives visant à réécrire de fond en comble la constitution actuelle se développent chaque jour davantage et rencontrent un vif succès auprès de la population[2]. Le billet d’aujourd’hui revient sur une des initiatives les plus organisées sur le plan académique pour nourrir le débat et contribuer à la connaissance du droit constitutionnel vietnamien.

Depuis le 1er février 2013, une initiative à la fois judicieuse et constructive a vu le jour sur la toile. Trois scientifiques vietnamiens, et non des moindres, ont ouvert le site “Cùng Viết Hiến Pháp” – Ecrivons ensemble la constitution (ou Co-écrire la constitution) pour réfléchir sur la question de la refonte de la constitution de 1992, l’actuelle constitution de la RSVN (amendée en 2001). Les trois signataires de l’initiative sont :

  • NgoBaoChau-sach250Le célèbre scientifique Ngô Bảo Châu, professeur de mathématiques à l’Université de Chicago, décoré de la médaille Fields en 2010, membre de l’American Mathematical Society en 2012, auteur du blog : http://thichhoctoan.net
  • L’historien Nguyễn Anh Tuấn, affilié au Centre Joan Shorenstein sur la presse, la politique et l’ordre public de l’Université de Harvard, ancien rédacteur en chef de VietNamNet et cofondateur de Diễn đàn Boston.

Ces trois scientifiques qui possèdent chacun une entrée détaillée sur Wikipedia (en anglais, en français ou en vietnamien) sont représentatifs de la nouvelle élite intellectuelle. Comme le stipule le titre de l’ouvrage paru à Hanoi en 2010 sur Ngo Bao Chau (voir ci-contre), ils incarnent “l’honneur intellectuel vietnamien”.

Déclaration d’intention : un espace pour dialoguer

Dans la page Déclaration d’intention (Lời phi lộ), les auteurs du site ont clairement présenté leur objectif premier en créant ce site :

“Écrivons ensemble la constitution” a été créé pour offrir un espace de dialogue pour tous ceux qui s’intéressent à l’amendement de la Constitution, afin qu’ils puissent discuter ensemble de cette question sérieusement et démocratiquement.

Considérant cette affaire de façon scientifique et pragmatique, ils rappellent l’importance de l’enjeu:

“La Constitution est la loi fondamentale d’une nation. La Constitution doit contenir les principes qui sous-tendent la construction d’institutions politiques, l’organisation et le fonctionnement de l’État, la protection des droits fondamentaux des personnes. Une bonne constitution est la première étape pour s’assurer que les citoyens travaillent ensemble pour construire une vie de paix, de liberté, une société démocratique et égalitaire, ce qui, après tout, est la raison de l’existence de toutes les institutions sociales”.

La déclaration d’intention des trois auteurs s’accompagne d’une perspective historique qu’il convient de ne pas négliger. Ainsi, sachant que la constitution d’un pays quel qu’il soit naît toujours dans des contextes historiques forts différents, ils en appellent à relire la Constitution de 1992 à l’aune des précédentes constitutions qu’a connues le Viêt-Nam indépendant depuis 1946 ainsi que des constitutions marquantes de l’histoire du monde. Pour ce faire, le site a mis en ligne les différentes constitutions vietnamiennes qui ont marqué l’histoire de ce pays en guerre pendant plus de trente ans. Rappelons brièvement aux lecteurs quelles étaient ces constitutions par ordre chronologique :

A l’appui de cette déclaration d’intention, le site se propose de recevoir toutes les contributions sérieuses à l’élaboration du nouvelle constitution vietnamienne pour la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN). En quelques semaines, force est de constater que des centaines d’articles ont été postés sur le site, répartis en plusieurs catégories correspondant chacune à une thématique de la constitution (voir Posts per category sur le site) : Conseil constitutionnel, anciennes constitutions vietnamiennes, constitutions d’autres pays, direction du PCV et de l’État, séparation des pouvoirs, armée nationale, droits de l’homme et du citoyen, propriété privée et économie nationale, ouvrages de référence, référendum, courrier des lecteurs, idées et sujets divers…

Malgré l’importance de ces sujets, le site se limite exclusivement aux questions directement liées à la Constitution et à la construction d’un État de droit. En s’interdisant de commenter les idées émises tout en filtrant les propositions qui doivent être dûment argumentées et claires, ni diffamantes ni calomnieuses, le site prétend à une certaine impartialité.

Exemple de contribution : Tuấn, le correcteur méticuleux

Le 22 mars 2013, un contributeur nommé Do Quang Tuan a présenté sa critique du Projet gouvernemental sous la forme peu habituelle d’un “suivi des modifications”. L’intérêt de l’exercice est que les idées, critiques et commentaires de l’auteur apparaissent clairement ainsi que les portions de texte à corriger. Et l’exercice, qui peut paraître scolaire, permet à l’auteur d’insister sur des points qu’il considère comme essentiels. En préambule de son texte corrigé, l’auteur expose les sources d’inspiration qui ont motivé sa correction et qui lui ont permis de proposer des textes alternatifs aux différents amendements du projet gouvernemental : il évoque la constitution des États-Unis, celle de la France, la première constitution vietnamienne de 1946 et enfin celle préconisée par le groupe des 72 intellectuels dite “Requête des 72”.

Sans entrer dans le détail (le lecteur intéressé se reportera au texte original sur le site [3]), voici quelques exemples de bon sens avancés par M. Tuấn :

  • Le préambule de la constitution est entièrement repensé et vidé de ses références à 1930, date de la création du parti communiste au Viêt-Nam (à l’époque PCI / Parti Communiste Indochinois). L’argument est simple : le Viêt-Nam n’a pas attendu le parti communiste pour résister à l’envahisseur à travers les siècles et s’affirmer en tant que nation unifiée (p. 1, voir image ci-dessous). En clair, le parti communiste ne peut s’autoproclamer unique détenteur d’une tradition millénaire. Dans le même sens, les références explicites au marxisme-léninisme et à la “transition vers le socialisme” sont des expressions liées à l’histoire du PCV et non à celle du peuple vietnamien dans son ensemble (p. 2). L’auteur ici dénie clairement la voie socialiste sous la direction du PCV pour défendre l’existence d’une démocratie parlementaire tout au long des articles suivants.
  • Pour l’article 1, il suggère de supprimer le terme « socialiste » de la dénomination nationale du pays. L’appellation “République du Viêt-Nam” serait ainsi bien suffisante. Le mot « liberté » qui figurait dans la constitution de 1946 dans plusieurs clauses devrait être de nouveau mentionné (p. 3).
  • L’article 2 insiste sur la séparation des trois pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire, p. 4).
  • L’article 4 est entièrement révisé avec l’abandon du rôle directeur du PCV au profit du multipartisme (p. 5).
  • Les articles 6 et 7 clarifient et renforcent le rôle de l’Assemblée nationale (p. 7).
  • L’article 8 rappelle le droit constitutionnel et les institutions démocratiques.
  • L’article 9 redéfinit le rôle du Front de la Patrie : une organisation qui doit favoriser la réconciliation nationale, [etc.].

Nous pourrions poursuivre en décryptant et résumant les différents apports proposés par l’auteur et discuter chacun de ses arguments. L’exercice serait bien entendu intéressant et aussi fastidieux que le travail de déconstruction entrepris par cet ingénieux contributeur. Remarquons que nombreux articles proposent d’effacer le mot “socialiste”, donnant ainsi le ton d’une constitution dépolitisée, non plus pensée pour le seul profit d’un parti politique et de ses organisations satellites mais pour le peuple dans son ensemble. Notons également que l’auteur ne propose pas de modifications pour l’emblème national, le drapeau national (étoile jaune sur fond rouge) ou le choix de la capitale (Hanoi). D’une façon générale, les corrections apportées se focalisent sur la “décommunisation” du texte gouvernemental pour promouvoir un État de droit “neutre” (et non plus socialiste) dans lequel les droits fondamentaux des citoyens seraient dûment respectés et garantis.

* * *

L’utilité des articles compilés par le site “Cùng Viết Hiến Pháp” n’est plus à démontrer. Le site rassemble à ce jour un corpus tout à fait pertinent et riche pour qui s’intéresse à ces questions. Il devrait par la même susciter de nouvelles recherches académiques sur l’évolution du droit constitutionnel vietnamien au cours du XXe siècle. En outre, l’existence de ce nouveau site prouve que l’affaire de la révision de la constitution suit toujours son cours et suscite l’intérêt grandissant des Vietnamiens du pays comme de l’étranger, du simple paysan au chercheur internationalement reconnu. Chose remarquable, le vent de liberté qui souffle à travers la toile, sans précédent depuis la réunification dans sa contestation frontale de l’autorité communiste, permet d’avancer que le second Doi Moi est désormais en marche. En ce sens, en tant que nouvelle pierre du débat démocratique en construction, “Cùng Viết Hiến Pháp” est une démarche intéressante et originale pour penser de façon sérieuse le Viêt-Nam de demain.

François Guillemot, 24/03/2013.

[1] Voir à titre d’exemple les articles attaquant la “Requête des 72”, dénommée “requête fantôme”, postés sur le site du Premier ministre Nguyen Tan Dung : “Kiến nghị ma 72″: Cáo già biến thành hề trên sân khấu “rân chủ” ; Voir aussi EDA, Les autorités dénoncent les « conceptions erronées » de certaines contributions au projet constitutionnel, 07/03/2013. La dernière attaque pour discréditer la “Requête des 72” est illustrée par l’interview, diffusée le 22/03/2013 sur VTV, de l’ancien ministre de la Justice, Nguyen Dinh Loc et chef de la délégation des 72. Coup dur pour le groupe de signataires, ce dernier affirmait qu’il n’avait pas participé à l’élaboration de la nouvelle constitution préconisée par les 72 et que ses remarques concernant la Requête en sept points n’avaient pas pu être prises en compte. Une façon de se désolidariser de l’initiative : voir Mặc Lâm, Có phải phát biểu bị lợi dụng?, RFA, 23/03/2013.

[2] A ce stade, pas moins de sept groupes citoyens ou organisations religieuses ont exprimé leur désir de changement profond du système politique vietnamien en proposant pour certains d’entre eux des constitutions alternatives. Ce sont respectivement : la Requête des 72, le site Co-rédigeons la constitution, la Déclaration des citoyens libres, la Déclaration de la Conférence épiscopale, la Déclaration du vénérable Thich Quang Do de l’Eglise bouddhique unifiée du Viêt-Nam, la Déclaration du Bloc pro-démocratie 8406, la Déclaration de Le Quang Liem, représentant du Bouddhisme Hoa Hao. Voir l’article de Phạm Nhật Bình, Nếu họ cứ giữ hiến pháp như cũ thì làm gì?, 21/03/2013, sur le site du Viet Tan.

[3] Góp ý cho Dự thảo sửa đổi – Đỗ Anh Tuấn (pdf ou doc)

GopYChoSuaDoiHP

 

 Cliquez sur l’image pour l’agrandir

L’affaire de la refonte de la constitution vietnamienne : Fin de Parti ou fin de partie ?

NguyenDacKienA en croire les différentes initiatives citoyennes appelant au multipartisme et à la démocratie, le monopole du Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) est de plus en plus fortement contesté. Fait assez nouveau, cette contestation est désormais publique et ostentatoire. Depuis la création du Bloc pro-démocratie en 2006, le nombre de citoyens autodéclarés en dissidence avec l’Etat-Parti n’a fait que progresser malgré les campagnes de répression politique de ces dernières années. Ceci démontre les limites de la répression et offre de surcroît à la RSVN un visage rétrograde à l’image des régimes finissants de l’Europe de l’Est des années 90. En Asie du Sud-Est, le Myanmar a bien compris les avantages que pouvaient apporter un retour de la démocratie et même s’il y a encore beaucoup à faire le chemin est tracé. Or, le Viêt-Nam semble devoir amorcer un virage avec un clivage aujourd’hui flagrant entre le pouvoir communiste et le peuple vietnamien. Paysans expropriés en colère, intellectuels bâillonnés ayant décidé de rompre le silence, blogueurs déconstructeurs des discours officiels, une partie de l’élite citadine et de la paysannerie pauvre est entrée en fronde sans parler des milieux bouddhistes ou catholiques étroitement encadrés depuis 1975.

Fin de Parti…

HienPhap1992Au mois de novembre 2012, l’Assemblée nationale vietnamienne, par la décision n° 38/2012/QH13, proposait une refonte de la constitution vietnamienne actuelle [1]. Un Comité officiel, validé par le PCV, chargé de récolter les avis de la population fut mis sur pied le 2 janvier 2013 [2]. Dès la diffusion de cette nouvelle, très encadrée et présentée dans la forme la plus habituelle du régime, des intellectuels renommés et des citoyens concernés se sont mis au travail pour proposer une alternative à la constitution actuelle. Deux mois après, les autorités ont pu recueillir les précieux avis qui dépassent à n’en pas douter les résultats escomptés. En effet, le message principal de la consultation populaire pour amender et réviser la constitution de 1992 (déjà amendée en 2001) peut se résumer en cette nouvelle assertion : nous ne voulons plus du monopole du parti. C’est l’objet de la demande de l’abrogation de l’article 4 de la Constitution actuelle qui stipule : « le Parti communiste vietnamien (…) est la force dirigeante de l’Etat et de la société » [3]. Le projet d’abolition pur et simple de cet article n’est pas nouveau et a été défendu par la dissidence depuis des années mais il s’est toujours heurté à une vive opposition du pouvoir en place. En 2007, sur cette question brulante, l’ancien Président de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN), Nguyen Minh Triet, avait répondu que cela équivalait à un suicide « tự sát » pour le parti [4].

Reprenons ici le fil chronologique de cette affaire. Le 19 janvier 2013, une « Requête pour une refonte de la Constitution » était mise en ligne sur internet (site Bauxite Viêt Nam) pour exprimer l’avis d’un groupe de 72 intellectuels, anciens responsables politiques ou personnalités de la hiérarchie catholique [5]. Cette requête prend à contrepied le projet gouvernemental sur plusieurs points. Elle affirme la nécessité d’un certain nombre de changements radicaux pour que la nouvelle constitution soit crédible et conforme à la volonté du peuple. Outre l’abrogation de l’article 4, le texte aborde la question de la propriété collective de la terre, une « invention soviétique » que les précédentes constitutions de 1946 et de 1959 ne mentionnaient pas. Il s’agit de revenir donc à une forme de propriété privée préexistante à des époques différentes au Nord comme au Sud avant 1975. Le troisième point tout aussi important concerne la neutralité de l’armée et des appareils de contrôle, des « forces armées populaires » (lực lượng vũ trang nhân dân) vis-à-vis du pouvoir. Il s’agit en clair de dépolitiser l’armée et la police qui ne doivent en aucun cas servir les intérêts d’un parti politique quel qu’il soit. Et ce point prend à contresens le projet de l’article 70 (visant à compléter l’article 45 de la constitution actuelle) qui affecte ce rôle de protection et de fidélité au PCV seul [6]. La revue en ligne Eglises d’Asie a parfaitement résumé dans les grandes lignes les changements préconisés :

La requête contient sept propositions d’amendements, dont certains remettent en cause les fondements du régime actuel. Dans le nouveau texte constitutionnel proposé, on ne retrouve plus l’article 4 de l’actuelle Constitution présentant le Parti communiste comme la force dirigeante du système politique et de la société. Il devient une organisation politique comme les autres, soumise à l’épreuve des élections et ne possédant aucun privilège sur les autres. C’est le peuple qui désormais détient la souveraineté. La propriété du peuple tout entier (c’est-à-dire, concrètement, l’Etat) sur les terres est, elle aussi, mise en cause. Les droits de l’homme sont énumérés et définis. Le régime institué par le nouveau texte serait une république de type présidentiel [7].

La requête rencontra rapidement un immense succès avec, lors de sa soumission officielle le 3 février 2013, au comité de l’Assemblée nationale chargé de relever les avis, plus de 2500 signataires et l’adhésion de la Fédération des étudiants catholiques du Vietnam [8]. Elle continue de recueillir des centaines de signatures.

GauUngHo
La jeunesse mobilise ses avatars : vu sur le blog Dân Luận.

L’affaire a pris un nouveau tournant lorsque le 26 février 2013 le journaliste hanoïen Nguyen Dac Kien fut forcé de quitter la rédaction du journal Gia đình & Xã hội (Famille et Société) à la suite d’un article critique vis-à-vis du Secrétaire général du PCV Nguyen Phu Trong [9]. En effet, ce dernier soulignait, plutôt timidement d’ailleurs, les « Points de vue politiques dégradés » proposés pour réformer la constitution [10]. Cette opinion maladroitement divulguée laisse entrevoir que la consultation populaire n’a en réalité aucun sens. Elle souleva des protestations et des interrogations sur les objectifs réels du pouvoir (voir plus bas). Courageusement, le journaliste Nguyen Dac Kien avait exprimé, en cinq points, un certain nombre d’idées partagées par de nombreux blogueurs et citoyens sur ce qu’il considérait comme nécessaire pour sortir le pays de l’impasse politique. Nous reproduisons ci-dessous ces propositions révolutionnaires traduites en français sur le blog Dân Làm Báo :

1. Nous voulons non seulement supprimer l’article 4 de la Constitution, mais aussi organiser un Congrès constitutionnel pour établir une nouvelle Constitution; celle qui reflèterait la vraie volonté de l’ensemble du peuple vietnamien, et non pas la volonté du Parti communiste telle que défend la Constitution actuelle.

2. Nous soutenons le pluralisme, le multipartisme, et tous les partis politiques qui se concurrencent loyalement pour la liberté, la démocratie, la paix et le progrès du peuple vietnamien. Aucun parti politique, quelque que soit le statut, n’aura le droit de manipuler notre nation par le totalitarisme.

3. Nous soutenons la création d’un Etat fondé non seulement sur la séparation des pouvoirs (séparation du législatif, de l’exécutif et du judiciaire), mais aussi sur la décentralisation du pouvoir gouvernemental, c’est-à-dire un système qui augmente l’autonomie des régions et établit des administrations locales fortes. Nous soutenons la suppression de grandes entreprises nationales (ou entreprises soutenues par l’État) ainsi que celle des institutions publiques qui emploient improprement le budget national, qui détournent les biens collectifs, et qui détruisent la confiance, l’esprit et la solidarité du peuple vietnamien.

4. Nous soutenons l’apolitisme de l’armée. L’existence de l’armée a pour but de protéger le peuple et la patrie, de défendre la souveraineté nationale, et non pas de servir n’importe quel parti politique.

5. Nous affirmons avoir le droit de faire la déclaration ci-présente, et que tous les autres vietnamiens possèdent le même droit. Nous sommes en train d’appliquer les droits fondamentaux de l’homme qu’il s’agisse de la liberté d’expression et la liberté de pensée. Ces droits sont acquis par chaque être humain à la naissance; ils sont reconnus et respectés par le peuple vietnamien; Ces droits n’ont pas été octroyés par le Parti Communiste Vietnamien, par conséquent, ce dernier n’a en aucun cas le droit de nous en déposséder, ni d’en juger. De ce fait, nous considérons que tous les jugements et accusations à notre égard sont des diffamations. Et nous croyons que ceux qui s’opposent à ces droits de l’homme s’opposent aussi aux intérêts nationaux et au progrès de l’humanité. [11].

Cette véritable déclaration politique a suscité une troisième initiative citoyenne intitulée « Déclaration des ces citoyens libres » [12]. Elle s’est affichée sur la toile sous la forme d’une pétition en ligne en reprenant mots pour mots la missive du journaliste expulsé (ci-dessus, le “je” de Nguyen Dac Kien étant remplacé par le “nous” des citoyens libres). La première phrase de ce nouvel appel est un signe de solidarité : « Nous, les premiers signataires du texte qui suit, nous dressons aux côtés du journaliste Nguyen Dac Kien et appelons les autres citoyens à déclarer avec nous » les cinq mesures phares avancées par le jeune journaliste [13]. Voici donc l’essentiel de ce qui s’est dit dans le premier volet de cette affaire.

… ou fin de partie ?

Hienphap2La consultation populaire en a fait rêver plus d’un et des groupes d’intellectuels issus des rangs même du PCV se sont pris au jeu. Mais le projet de réécriture pour l’avènement d’une nouvelle constitution porté par les 72 personnalités n’a pas fait long feu. Quatre jours seulement après le dépôt de la requête, la commission de l’Assemblée nationale faisait connaître son avis. Très habilement, elle ne discutait pas du contenu mais pointait le caractère déplacé de la demande, qui ne s’inscrivait pas, selon elle, dans le cahier des charges de l’arrêté de novembre 2012 puisque la requête n’était ni plus ni moins un projet concurrent [14]. Notez que cette agitation soudaine se manifesta juste avant les festivités du nouvel an lunaire (dimanche 10 février). Fait peu habituel, la joute fut reprise ce jour-là par le cardinal archevêque de Saigon, Mgr Jean-Baptiste Pham Minh Mân, qui, de son côté, en guise de cadeau de nouvel an, édita une lettre ouverte adressée aux autorités comme aux citoyens appelant à une rénovation totale (toàn diện) du pays [15]. La lettre, modérée, humaniste et pleine bon sens, propose une refonte de la société sur des bases plus morales, sur l’Etat de droit, le respect mutuel. Cette rénovation intégrale, souligne-t-il, « doit s’effectuer non dans la violence, mais dans le dialogue, la collaboration et en plein accord avec la culture vietnamienne » [16]. Puis, à partir de Hanoi, la Conférence épiscopale a emboîté le pas de Saigon pour annoncer ses propositions de réforme dans une nouvelle lettre ouverte dûment argumentée le 4 mars 2013 [17].

NguyenPhuTrong2013
Nguyen Phu Trong, le secrétaire général du PCV

La réponse du pouvoir à ces différentes vues pour tenter d’influer sur l’avenir du Viêt-Nam reste ambiguë. Les ténors du PCV et de l’Assemblée nationale poursuivirent la contre-offensive en assénant la ligne à ne pas franchir. Les derniers propos de Nguyen Phu Trong, le secrétaire général du PCV, qui mirent le feu aux poudres, en date du 25 février, ne sont guère rassurants mais se sont pas étonnants non plus [18]. Il assimilait les différentes propositions de réforme démocratique de ses collègues (la requête des 72) à une « régression à la fois politique et morale ». Il mettait en garde les cadres du parti contre ces « dérives » pour que la consultation populaire soit mieux dirigée. Signe d’un possible désarroi, il reprenait les mots principaux mots d’ordre des intellectuels frondeurs (abrogation de l’article 4, multipartisme, séparation des pouvoirs, dépolitisation de l’armée) pour marteler qu’il s’agissait bien, selon lui, d’une dégradation et non d’une avancée politique [19]. Qu’à cela ne tienne, les réponses aux inquiétudes soudaines du secrétaire général du PCV se sont fait connaître sur la toile : outre l’article très exceptionnel de Nguyen Dac Kien, d’autres voix continuent de s’exprimer. Le maintien de l’article 4 illustrerait à lui seul la régression politique actuelle défend le journaliste Vo Van Tao sur RFA [20]. De Hanoi, le dissident Nguyễn Thanh Giang décrypte les ambiguïtés du secrétaire général [21]. Quant au journaliste dissident Huy Duc, il exprime sur son blog Osin son point de vue sur la réforme de la constitution qui selon lui ne devrait pas consister pas à construire des abris pour le pouvoir communiste en déclin [22]. Et la liste des avis frondeurs est encore longue [23].

Quels sont les enseignements à tirer de cette joute politique ou de ce dialogue de sourds qui se répètent depuis plusieurs années ?

  • La chose la plus importante est illustrée par le fait que le PCV est désormais attaqué non plus sur son bilan mais sur sa raison d’être, sur son essence même, sur son utilité et son efficacité réelles pour le pays, et ceci  à l’intérieur du pays. Et cette contestation est désormais ouverte, déclarée, exprimée sur la place publique. Entaché par les affaires de corruption, par la mauvaise gestion économique, par la richesse accumulée au profit d’une nomenklatura méprisante, beaucoup pensent qu’il n’est plus crédible.
  • Deuxièmement, cela démontre aussi que le divorce entre une partie de la population et le PCV est consommé. La dislocation de cette osmose entre le Parti et le peuple, construite, promue, nourrie et contrôlée par le PCV est désormais un processus reconnu dont on ne peut prévoir l’issue. Autant la période de la guerre dans un Viêt-Nam divisé donnait à la RDVN le visage d’une population soudée derrière le Parti des Travailleurs (il aurait été dangereux de signifier alors une dissidence), autant la période du retour à la paix véritable, c’est-à-dire depuis la fin de l’aventure militaire au Cambodge (1989), a révélé le visage multiple et complexe d’un Viêt-Nam que les autorités communiste voulaient « unique » (mais qui ne l’a jamais été).
  • Troisièmement, le nombre de citoyens-dissidents de l’Etat-Parti est en constante augmentation et affiche désormais non plus quelques dizaines d’individus courageux mais rassemble aujourd’hui des dizaines de milliers de Vietnamiens dont une bonne partie vit et travaille au Viêt-Nam. Qui plus est, la contestation est le fait d’anciens « camarades », d’anciens responsables politiques, d’intellectuels membres du PCV ou proches de lui et donc hors de tout soupçon.

Cette nouvelle contestation intérieure est portée par des groupes de citoyens que le pouvoir communiste ne peut aisément taxer de « réactionnaires » ou d’organisation voulant « renverser le gouvernement populaire ». Ces intellectuels sont par ailleurs conscients de la portée surtout symbolique de leur acte :

Interrogé par Radio Free Asia, un des membres du groupe des premiers signataires, Mme Pham Chi Lan, a déclaré que, selon elle, les réformes suggérées dans la requête étaient à la fois conformes aux aspirations du peuple et accordées à l’évolution des divers pays dans le monde. Elle pense que les réformes démocratiques demandées seront difficilement acceptées par le Parti communiste vietnamien. Pourtant, souligne-t-elle, les dirigeants eux-mêmes sont persuadés que seules des réformes profondes pourront arracher le Parti à la crise qu’il traverse actuellement [23].

Face à cette situation inédite, le pouvoir va être obligé de choisir. Engager le second Renouveau préconisé depuis 2010 par les experts politiques et économiques ou faire le dos rond avant de lancer une nouvelle répression lorsque la fièvre « démocratique » sera apaisée. Le choix est cornélien car il engage l’avenir du Viêt-Nam sur le plan intérieur et extérieur. L’échec de la réforme constitutionnelle enverrait un signe négatif et désespérant pour les centaines de milliers de petits acteurs économiques et sociaux du pays et surtout pour la jeunesse en soif de changement. Un capital social non négligeable pour sortir de la crise et de la concurrence économique implacable que se livrent les pays de la région. Sur le plan extérieur, l’impossibilité de changer démontrerait que l’Etat-Parti vietnamien est acculé à une impasse historique. Pour ainsi dire, afin de conserver une certaine aura, en partie due à la couteuse guerre de réunification, le PCV a le devoir de prendre la mesure de la nouvelle aversion vietnamienne pour l’idéologie marxiste-léniniste que certains intellectuels dénoncent aujourd’hui clairement comme un « stalinisme », historiquement dépassé et politiquement nocif (voir à titre d’exemple les propos très directs du Professeur Tuong Lai).

* * *

En bref, comme en décembre 1986 lors du VIe congrès du PCV, il convient de « parler vrai » mais plus encore : il faut agir. Le PCV doit réfléchir à une nouvelle stratégie : le « changer pour faire du neuf » de l’époque de l’avènement du Đổi Mới (Renouveau) ne risque plus de faire recette tant il s’est concrétisé par un « changer pour survivre » en permettant l’avènement d’une riche et puissante nomenklatura aujourd’hui soucieuse de ses privilèges.

Il faudra donc être inventif, saisir cette occasion favorable pour passer en douceur à la transition démocratique. Sans quoi, à la fronde courtoise engagée par les intellectuels conquis par les rêves de démocratie et de multipartisme risque de succéder une déflagration sociale ou militaire entraînant le pays dans l’instabilité. Le risque est sérieux, c’est pourquoi une transition raisonnée, à la cambodgienne ou à la birmane – et le Viêt-Nam est dans une meilleure position -, permettrait au PCV de réformer le système en profondeur tout en conservant les clés du nouveau pouvoir (cas des transitions russes et des pays de l’Europe de l’Est des années 1990) ou à se ménager une porte de sortie sans conséquences politiques lourdes. Le second Đổi Mới prendra-t-il la forme d’un « changer pour rester » ou offrira-t-il au Viêt-Nam l’évolution pacifique qu’il mérite après des années de guerre et de totalitarisme ?

François Guillemot, 05/03/2013

 

Notes

[1] Nghị quyết số 38/2012/QH13 ngày 23/11/2012.

[2] Voir l’annonce officielle sur le site du gouvernement : VGP News, “Chính thức công bố Dự thảo sửa đổi Hiến pháp 1992“, 02/01/2013.

[3] Voir : Les constitutions du Vietnam, 1946-1959-1980-1992, Hanoi, Editions The Gioi, 1995, p. 154. La constitution de 1992 sur le portail du gouvernement de la RSVN : “Hiến pháp nước CHXHCN Việt Nam“.

[4] Cf. Guillemot, François, “Viêt-Nam, résistances, révolutions, réunification”, in Joao Medeiros (dir.), Le mondial des nations, 30 chercheurs enquêtent sur l’identité nationale, Paris, Choiseul éditions & RFI, 2011, p. 365.

[5] Voir : “Kiến nghị về sửa đổi Hiến pháp 1992“. Voir l’analyse d’Eglises d’Asie : EDA, “Déjà 800 signatures pour une lettre ouverte demandant le remaniement de la Constitution“, 24/01/2013.

[6] L’article 45 stipule actuellement : “Les forces armées populaires doivent être d’une fidélité absolue envers la Patrie et le peuple ; se tenir prêtes à combattre pour défendre l’indépendance, la souveraineté, l’unité et l’intégrité territoriale de la Patrie, la sûreté nationale, l’ordre et la sécurité sociale [sic], défendre le régime socialiste et les acquis de la révolution ; ensemble avec tout le peuple, édifier le pays”. Il n’est donc pas officiellement fait mention de la protection du PCV comme le stipule l’amendement n°70 : “Điều 70 (sửa đổi, bổ sung Điều 45) Lực lượng vũ trang nhân dân phải tuyệt đối trung thành với Đảng cộng sản Việt Nam, Tổ quốc và nhân dân, có nhiệm vụ bảo vệ độc lập, chủ quyền, thống nhất, toàn vẹn lãnh thổ của Tổ quốc, an ninh quốc gia và trật tự, an toàn xã hội; bảo vệ Đảng, Nhà nước, nhân dân, chế độ xã hội chủ nghĩa, cùng toàn dân xây dựng đất nước và thực hiện nghĩa vụ quốc tế”.

[7] Souligné par nous. EDA : “La requête pour la refonte de la Constitution, signée par des milliers de personnes, a été remise au bureau de l’Assemblée nationale“, 07/02/2013.

[8] Voir sur Mémoires d’Indochine : “Le 4/02/2013 : une journée historique ? – Trao kiến nghị về Hiến pháp” et EDA : “Des évêques et des étudiants catholiques signent la requête pour la refonte de la Constitution“, 25/01/2013. Voir aussi les photographies de “supporters” sur le blog Dân Luận : “Cùng chụp ảnh ủng hộ Bản Kiến Nghị về Sửa Đổi Hiến Pháp 1992“.

[9] Voir RFA : “Vietnamese Reporter Fired for Critical Essay“, 26/02/2013 (Reported by Chan Nhu. Written in English by Joshua Lipes).

[10] Voir l’extrait vidéographique de l’émission de VTV1 sur le site de la BBC, 26/02/2013.

[11] Dan Lam Bao, “Déclaration des Citoyens libres“. Voir la version originale sur son blog : Nguyễn Đắc Kiên, “Vài lời với TBT ĐCS VN Nguyễn Phú Trọng“, 26/02/2013 et une autre traduction française sur le site Dân Luận.

[12] Voir sur le blog DanLamBao : “Lời Tuyên Bố của các Công Dân Tự Do“, 28/02/2013. Le blog annonce 4300 signatures après la mise à jour de la pétition en ligne le 05/03/2013.

[13] Voir aussi : Gia Minh, “Nhóm “Công dân tự do” ra tuyên bố ủng hộ PV Nguyễn Đắc Kiên“, RFA, 28/02/2013.

[14] voir l’analyse d’EDA : “L’Assemblée nationale embarrassée par la requête pour la refonte de la Constitution“, 20/02/2013.

[15] Voir EDA : “Le cardinal archevêque de Saigon propose un programme de rénovation (dôi moi) intégrale du pays“, 27/02/2013.

[16] id.

[17] Cf. : VNRs, “Thư của Hội đồng Giám mục Việt Nam gửi Ủy ban Dự thảo sửa đổi Hiến pháp năm 1992 nhận định và góp ý sửa đổi Hiến pháp“, 01/03/2013. Voir l’analyse d’EDA : Pour approfondir. “Contribution de la Conférence épiscopale à la refonte de la Constitution de 1992“, 04/03/2013. Le texte original en vietnamien est disponible sur le site officiel de la Conférence épiscopale : “Thư của Hội đồng Giám mục Việt Nam nhận định và góp ý sửa đổi Hiến pháp“, 01/03/2013.

[18] BBC, “TBT Trọng nói về sửa đổi Hiến pháp“, 26/02/2013 et Thanh Quang, Vùng cấm và những loại “bẫy người”, RFA, 04/03/2013.

[19] RFA, Vùng cấm và những loại “bẫy người”, 04/03/2013.

[20] Voir le blog Ba Sàm : Võ Văn Tạo, “Giữ Điều 4 mới chính là suy thoái đạo đức, thưa ông Tổng Bí thư!“, 26/02/2013.

[21] Voir sur le site de Viet Tan : Nguyễn Thanh Giang, “Ông Nguyễn Phú Trọng rất hàm hồ“, 27/02/2013.

[22] Voir sur le site Facebook de Huy Đức : “Sửa Hiến Pháp Chứ Không Phải Xây Hầm Trú Ẩn“, 19/02/2013. Voir également sur Nam Nguyên, “Đảng yếu nên sợ hãi đa nguyên đa đảng?“, RFA, 01/03/2013.

[23] Voir Chân Như, “Người dân nghĩ gì về phát biểu của Tổng bí thư?“, RFA, 26/02/2013.

[24] EDA, art. cit., 07/02/2013.

* * *

Nhà báo Nguyễn Đắc Kiên trả lời phỏng vấn RFA

Aperçu sur les mutations sociales et politiques dans le Vietnam d’aujourd’hui – Philippe Papin [conférence]

Centre Asie du Sud-Est, UMR 8170, Unité mixte CNRS-EHESS

Séminaire général
animé par Andrée Feillard et Rémy Madinier

Sociétés d’Asie du Sud-est : permanences et mutations

 

Photo diffusée par la Vietnam News Agency du plenum du parti communiste vietnamien, le 1er octobre 2012 à Hanoï.


Jeudi 31 janvier 2013

 

Philippe Papin, EPHE

 

Aperçu sur les mutations sociales et politiques dans le Vietnam d’aujourd’hui

Le Vietnam connaît depuis quinze ans, et plus encore depuis ces cinq dernières années, ce paradoxe de voir son corps social se modifier profondément tandis que sa structure politique, elle, semble parfaitement immobile. Certaines évolutions très récentes montrent même d’étonnants pas en arrière, avec d’une part la mise sous tutelle officielle de l’appareil d’Etat par l’appareil strictement politique, et d’autre part une vague déferlante d’autocritiques qui est allée jusqu’au plus haut niveau du gouvernement.

Philippe Papin, directeur d’études à la 4e section de l’EPHE, dont les travaux habituels concernent l’épigraphie villageoise du 17e siècle, a accepté de faire un pas de côté pour venir parler à notre séminaire des mutations politiques et sociales dans le Vietnam d’aujourd’hui.

Le jeudi de 10 heures à 12 heures. Salon du premier étage

Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75016 Paris

M° Iéna ou Trocadéro