Archives par mot-clé : Parti communiste du Vietnam

Letter of Support for Pr. Chu Hảo and NXB Tri Thức

Statement of Concern over Accusations Directed at Chu Hảo and the Knowledge Publishing House (Nhà Xuất Bản Tri Thức)

To:       Mr. Nguyễn Phú Trọng, General Secretary of the Vietnamese Communist Party and President of the Socialist Republic of Vietnam

Mr. Nguyễn Xuân Phúc, Prime Minister of the Socialist Republic of Vietnam

Central Inspection Commission of the Vietnamese Communist Party

Cc:       Foreign Embassies in Hanoi

Dear Sirs and Madams:

We, who have signed our names below, are scholars, academics and researchers, who have dedicated much of our careers and lives to the study of Vietnam.  Hailing from universities and research institutes around the world, we are often at the forefront of promoting a deeper understanding of Vietnam, as well as Vietnamese language learning and international educational cooperation.  As part of this work, we regularly seek funding and opportunities for Vietnamese students and scholars to visit, study and work at our respective universities, departments and research institutes.

We write this letter to express our profound disagreement and disappointment with accusations directed at Professor Chu Hảo, Director of the Knowledge Publishing House, by the Central Inspection Commission on October 25, 2018, as well as follow-up comments posted on the Commission’s webpage on October 31.

Chu Hảo’s primary work at the Knowledge Publishing House has been to make more accessible major academic works to Vietnamese students and scholars by translating them into Vietnamese.  This initiative has been both far-sighted and highly important for scientific inquiry.  Such works constitute the foundations of contemporary research and thinking in the social sciences and humanities.  In high schools and universities around the world, they represent a body of essential readings across disciplines and subjects.  Unfortunately, the language barriers that Vietnamese scholars and, especially, students face when trying to access these works puts them at a significant disadvantage when competing for university admissions, scholarships and research funding.

As researchers and educators from around the world, we reject any assertion that these works present a threat to the stable or peaceful development of Vietnam.  Modern education has been founded on an ability to discuss and incorporate a wide range of ideas and theoretical propositions.  Restricting or denying people access to these ideas will only reduce the analytical tools available to them and impoverish their intellectual development.  Even controversial works must be read and analysed before they can be credibly criticized or refuted.

At a time when Vietnam is vying to be internationally competitive in university education and academic scholarship, we find the accusations made by the Central Inspection Commission to be unfounded and disturbing.  In the interests of international cooperation and educational development for Vietnam, we strongly request the Commission to revise its assessment of the important work that Chu Hảo is leading at the Knowledge Publishing House.  We also strongly support the open letter to support Chu Hảo signed by former members of the Institute of Development Studies (IDS) and more than 200 eminent supporters.

At the same time, we recommend that the government cultivate wide intellectual discussion of ideas on all topics in Vietnam, and we strongly urge the government to desist from any efforts to harass, intimidate or otherwise punish persons for peacefully expressing their views or opinions.

We thank you for your attention to this matter and we trust that you will respond in a matter that reflects the civility, dignity and educational ambitions of Vietnam.

November 11, 2018

LIST OF SIGNERS

No.Full NameCurrent Position(s) and Institution(s)Country
1Pierre ASSELINProfessor of History, San Diego State UniversityUSA
2Margaret B. BODEMERChair, Viet Nam Studies Group, Professor of History and Asian Studies, California Polytechnic State UniversityUSA
3Pascal BOURDEAUXAssociate Professor, École Pratique des Hautes ÉtudesFrance
4Mark Philip BRADLEYProfessor of History, University of ChicagoUSA
5Pierre BROCHEUXProfessor (retired), Université Paris – Denis DiderotFrance 
6Joe BUCKLEYPhD Candidate, SOAS University of LondonUnited Kingdom
7BÙI Xuân QuangEditor, Viet Nam Infos, and Independent Researcher, ParisFrance
8Jim COBBEEmeritus Professor of Economics, Florida State UniversityUSA
9Nguyet DANGPhD Researcher, Erasmus University RotterdamNetherlands
10ĐỖ Đăng Giu CNRS Research Director (retired), University Paris–SudFrance
11ĐOÀN Cầm ThiAssociate Professor, InalcoFrance
12George DUTTONProfessor of History and Director for Southeast Asian Studies, University of California – Los Angeles (UCLA)USA
13Dominique FOULONCarnets du Viet Nam, and Independent Researcher, LyonFrance
14Laurent GEDEONAssociate Professor, UCLy, Lyon UniversityFrance
15Francis GENDREAUDemographer (retired), Institute of Research for Development (IRDn), ParisFrance
16Christoph GIEBELProfessor of History, University of WashingtonUSA
17Christopher GOSCHAProfessor of History, Université du Québec à MontréalCanada
18François GUILLEMOTCNRS Research Engineer, ENS de Lyon, Lyon Institute of East Asian Studies, LyonFrance
19HÀ Dương TườngProfessor of Mathematics (retired), University of Technology of CompiègneFrance
20Erik HARMSAssociate Professor, Anthropology and Southeast Asian Studies, Yale UniversityUSA
21Bill HAYTONIndependent ResearcherUnited Kingdom
22Judith HENCHYAffiliate Faculty, Jackson School of International Studies, University of WashingtonUSA
23Caroline HERBELINLecturer, University of Toulouse Jean JaurèsFrance
24Carina HOANGAuthor/Publisher, School of Humanities, Curtin UniversityAustralia
25Hue-Tam HO TAIProfessor Emerita, Harvard UniversityUSA
26Rob HURLELecturer (retired), Australian National UniversityAustralia
27Charles KEITHAssociate Professor, Department of History, Michigan State UniversityUSA
28Ben KERKVLIETProfessor Emeritus, Australian National UniversityAustralia
29John KLEINENAssociate Professor Emeritus, Amsterdam Institute for Social Science Research (AISSR)Netherlands
30Gary KULIKWriter and Vietnam-War VeteranUSA
31Scott LADERMANProfessor of History, University of MinnesotaUSA
32LÊ Minh Hằng Hydrologist (retired), Vietnam Hydro-Meteorological ServicesVietnam
33LÊ Trung TĩnhEngineerUnited Kingdom
34Christian C. LENTZAssociate Professor of Geography, University of North CarolinaUSA
35Ann Marie LESHKOWICHProfessor of Anthropology, College of the Holy CrossUSA
36David MARRProfessor Emeritus, Australian National UniversityAustralia
37André MENRAS (HỒ Cương Quyết)Documentary Filmmaker and Independent ResearcherFrance
38Pamela MCELWEEAssociate Professor, Department of Human Ecology, Rutgers UniversityUSA
39Edward MILLERProfessor of History, Dartmouth CollegeUSA
40Dominique De MISCAULTArtistFrance
41Anthony MORREALEPhD Student, University of California – BerkeleyUSA
42Jason MORRIS-JUNGSenior Lecturer, Singapore University of Social SciencesSingapore
43NGÔ Như BìnhHarvard UniversityUSA
44Lam NGOInformation Specialist, Special Collection Services, Leiden UniversityNetherlands
45NGÔ Vĩnh LongProfessor of History, University of MaineUSA
46NGUYỄN Thế AnhProfessor Emeritus, École Pratique des Hautes Études, ParisFrance
47NGUYỄN ĐiềnIndependent ResearcherAustralia
48NGUYỄN Ngọc GiaoLecturer (retired), Université Paris – Denis DiderotFrance
49NGUYỄN Trọng HiềnPhysicist, Jet Propulsion Laboratory, California Institute of Technology, PasadenaUSA
50NGUYỄN Đức HiệpAtmospheric Scientist, Office of Environment & Heritage, NSWAustralia
51Huong NGUYENEditor, The 88 ProjectUSA
52NGUYỄN Thanh LamPhD, California Institute of TechnologyUSA
53Lien-Hang T. NGUYENProfessor of History, Columbia UniversityUSA
54Viet Thanh NGUYENWriter and Professor, University of Southern CaliforniaUSA
55Le Anh Tu PACKARDSenior Economist (retired), Moody’s AnalyticsUSA
56Natasha PAIRADEAUBye Fellow, Murray Edwards College, University of CambridgeUnited Kingdom
57PHẠM Xuân YêmPhysicist, CNRS Research Director (retired), Université Paris–SorbonneFrance
58Chloé PHAN-LABAYSLecturer, University of Lyon 3France
59Emmanuel POISSONCentre de Recherches sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO), ParisFrance
60John PRADOSSenior Fellow, Intelligence Documentation and Vietnam Projects, National Security ArchiveUSA
61Benoit QUENNEDEYAuthor of books and articles on East AsiaFrance
62Sophie QUINN-JUDGEAssociate Professor (retired)USA
63Frédéric ROUSTANAssociate Researcher, Institut de Recherche Asiatique (IrAsia)France
64Christina SCHWENKELAssociate Professor and Director of Southeast Asian Studies, University of California, RiversideUSA
65Mark SIDELDoyle-Bascom Professor of Law and Public Affairs, University of Wisconsin-MadisonUSA
66Balazs SZALONTAIAssociate Professor, Korea UniversityKorea
67Tai Van TAFormer Lecturer and Associate, Harvard Law SchoolUSA
68Philip TAYLORProfessor Emeritus, Australian National UniversityAustralia
69THÁI Văn CầuSpace Systems SpecialistUSA
70TRẦN Hữu DũngProfessor Emeritus, Wright State UniversityUSA
71TRẦN Hải HạcAssistant Professor (retired), Université Paris XIIFrance
72Nhung Tuyet TRANAssociate Professor, University of TorontoCanada
73Qui-Phiet TRANEmeritus Professor, Schreiner UniversityUSA
74Richard TRANAssistant Professor, Ca’Foscari University of VeniceItaly
75TRỊNH Văn ThảoProfessor Emeritus, Aix-Marseille UniversityFrance
76TRỊNH Xuân ThuậnProfessor, University of VirginiaUSA
77William TURLEYProfessor Emeritus, Southern Illinois University CarbondaleUSA
78Kieu-Linh Caroline VALVERDEAssociate Professor, University of California – DavisUSA
79VŨ Quang ViệtFormer Chief of National Accounts Statistics at the United NationsUSA
80VŨ Đức VượngEditor, Trồng Người, A Clearinghouse on Education in Vietnam, San Francisco – Sai GonUSA
81Peter ZINOMANProfessor of History, University of California – BerkeleyUSA

Source : Tieng Dan

PDF en ligne : Viet Studies

Illustration « à la une » : © NXB Tri Thuc

« L’affaire Chu Hảo » : vieille purge systémique et nouvelle mise au pas des intellectuels au Viêt-Nam

Le 25 octobre 2018, le professeur Chu Hảo, directeur des éditions Tri Thức [Connaissances], une des maisons d’édition les plus ouvertes et les plus appréciées du pays, a fait l’objet d’une proposition de sanction disciplinaire. Cette demande du Comité central de discipline du Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) contre un intellectuel vietnamien soulève plus généralement la question du fonctionnement de l’État-Parti sous la direction de ce parti unique. Cette mise à l’index aux allures d’accusation publique a provoqué un certain émoi chez les intellectuels vietnamien et une vive réaction chez de vieux compagnons de route du parti. Ainsi, l’écrivain Nguyen Ngoc, le professeur Mac Van Trang, ou d’autres comme Tran Nam ont pris la décision de quitter le PCV en signe de protestation. L’intéressé lui-même a décidé le 26 octobre de rendre sa carte du PCV. Retour sur une affaire qui provoque des remous jusque dans les milieux universitaires étrangers.

Depuis le début des années 2010, marquées par une série de manifestations antichinoises (été 2011, été 2014, juin 2018), le PCV a renoué avec ses vieux démons : celui de la purge politique et de la double répression policière et judiciaire.

Une manœuvre systémique

Sur un plan historique, cette dimension du pouvoir communiste vietnamien n’est pas une surprise, elle est systémique. Le maintien du Parti au pouvoir sur une si longue période (depuis 1945 au Nord et depuis 1975 pour le Sud) est en grande partie dû à sa capacité à exclure et neutraliser, de fait, à réduire au silence toute dissension interne au sein de l’appareil. La récente directive 102-QĐ/TW du 15 novembre 2017 du Comité central sur la discipline de parti va dans ce sens1. La lutte extérieure contre les opposants politiques (nationalistes, trotskistes, monarchistes), laminés au fil des décennies, a laissé place à une lutte interne au parti. Au cours de l’histoire de la République Démocratique du Viêt-Bam (1945-1976), ce fut le cas à plusieurs reprises : en 1948 lors de l’affaire H122 contre le « Quốc dân Đảng » [Parti nationaliste]2, en 1956-1960 lors de la mise au pas des intellectuels répression des périodiques Nhân Văn (Humanisme) et Giai Phẩm (Belles Lettres)3, en 1967 lors de l’affaire dite du « révisionnisme anti-parti » visant à éliminer les partisans d’une coexistence pacifique avec le Sud, en 1972 avec l’éviction de Vo Nguyên Giap du Polit-Buro4. Et des exemples moins connus pourraient être multipliés.

Après la réunification, ce processus permanent de la purge léniniste s’est poursuivi et s’est élargi aux forces dites « réactionnaires », à tous les mouvements opposés directement ou indirectement à une « nord-malisation » politique du Viêt-Nam. Ce fut le cas notamment des anciens du Front national de libération du Sud Viêt-Nam juste après la « libération » puis du Club des résistants du Sud en 1988 autour de Nguyên Hô (1916-2009). Ce fut également le cas du général Trân Dô (1923-2002), figure emblématique de l’exigence d’une transformation politique vers la démocratie ou du colonel Trân Anh Kim (né en 1949), toujours emprisonné pour ses prises de positions politiques. La liste est longue et devra être un jour établie par les chercheurs pour analyser finement les ressorts du fonctionnement du PCV face à sa propre évolution. Sous couvert de luttes de faction (nord/sud) et de campagnes contre la corruption (visant les groupes d’intérêt politico-économiques), la purge interne revêt une dimension systémique du pouvoir vietnamien permettant au PCV d’unifier ses troupes dans le but de se maintenir au pouvoir5. Cette dimension est visible et comptable à travers les procès politiques à répétition et lisible à travers le vocabulaire spécifique employé par les dirigeants, les idéologues et les instances judiciaires de l’État-Parti.

Ennemi intérieur et sables mouvants

La rhétorique de l’ennemi intérieur n’est certes pas nouvelle mais elle a pris ses dernières années une certaine vitalité6. Est-ce à dire que le pouvoir se sent menacé ? Il faut en effet revenir aux années 1990 soit deux décennies en arrière pour voir resurgir les vieux concepts de « phản động » [réactionnaire], « lật đổ chính quyền nhân dân » [renversement du pouvoir populaire] et ceux de « diễn biến hòa bình » [évolution pacifique] aujourd’hui transformé en « tự diễn biến », « tự chuyển hóa » [auto-évolution, auto-transformation]7. Or, ces expressions sont en elles-mêmes très floues comme le démontre l’analyse de l’avocat Lê Công Dinh à propos de l’accusation de « renversement du pouvoir populaire » dont il fut lui-même accusé en 2010, permettant tous les abus8. Le terme d’auto-évolution n’a également rien de précis car la « ligne rouge », celle que tout citoyen doit respecter et ne pas dépasser, est strictement définie par le Parti. Cette ligne est par ailleurs toujours mouvante laissant tout le loisir aux forces de sécurité de vous faire basculer ou non dans ces « sables mouvants rougeoyants ».

Éduquer le peuple, sur les pas de Phan Châu Trinh

En s’attaquant au professeur Chu Hảo et sa maison d’édition, le PCV cherche la mise au pas des intellectuels dans un contexte de contestation sourde d’une mainmise chinoise (économique et politique) sur le pays. Le pedigree du professeur Chu Hảo mérite d’être rappelé ici pour mesurer la profondeur de la mesure disciplinaire à venir. Né le 15 mai 1940 dans la province de Bac Giang, Chu Hảo est le fils de Chu Dinh Xuong, ancien directeur du Département de la sécurité publique du nord en 19459. Son père fut ensuite Directeur adjoint du département de la sécurité publique pour la région centre, puis directeur du département de la police de région sud du centre du pays, avant de changer de ministère et devenir chef du bureau du ministère de la Culture. En clair, Chu Hảo est un enfant de la révolution d’août. Formé à l’école de Pékin puis de Moscou, il a la particularité d’avoir suivi une scolarité très jeune en Chine populaire pendant cinq ans puis en 1960 en URSS à l’université polytechnique de Kiev. Il fut diplômé de cette université en 1965 puis resta en URSS jusqu’au grade de docteur adjoint (équivalent du niveau Master 2). De 1976 à 1979, Chu Hảo enseigne à l’université polytechnique de Hanoi puis se rend en France pour faire sa thèse. Doctorat en poche, il peut gravir les échelons en devenant Professeur des universités. A partir du milieu des années 1980, il dirige plusieurs organe dédiés à la recherche technologique et fut en 1996 nommé Vice-ministre des sciences et de la technologie du Viêt-Nam. A la retraite en 2005, il consacra celle-ci à son nouveau métier d’éditeur et de promoteur d’idées nouvelles et de connaissances de base au public vietnamien. Autrement dit, son parcours ne le prédestinait pas à devenir l’actif défenseur de l’intelligence du peuple promue par le lettré Phan Châu Trinh.

La culture contre l’ignorance, l’élévation intellectuelle comme condition du progrès social. Tels pourraient être les ambitions qui guident les choix éditoriaux des éditions de la Connaissance. [FG]

« Discipliner » le monde des idées

Le 25 octobre dernier, la Commission centrale d’enquête du PCV a donc recommandé « d’examiner et d’appliquer des mesures disciplinaires pour violations graves » de la discipline de parti10. Il est reproché à Chu Hảo d’agir à l’encontre des directives du parti et de l’État communiste. Le texte du parti mentionne : « En tant que directeur – rédacteur en chef, M. Chu Hảo est au premier chef responsable de la publication par la maison d’édition Tri Thuc d’un certain nombre d’ouvrages dont le contenu va à l’encontre des points de vue, des directives et de la politique du parti et de l’État, violant ainsi la loi sur la publication ; ouvrages qui devront être contrôlés, récupérés et détruits par les autorités compétentes ». Il s’agit ni plus ni moins de faire main basse sur le catalogue de la maison d’édition et de procéder à un nettoyage politique de livres considérés comme problématique11. Quels sont ces ouvrages ? Dans la ligne de mire de la Commission de contrôle sont les traductions de classiques occidentaux discutant des formes de gouvernement et de systèmes politiques. On peut citer à titre d’exemple l’essai sur la liberté du philosophe anglais John Stuart Mill (1806-1873) et d’une façon générale les ouvrages traduits de l’étranger présentant un contenu ou une réflexion politiques soit une grande partie du catalogue de cet éditeur12. Comme son nom l’indique, les éditions de la Connaissance ont pour objectif de proposer au public vietnamien des classiques des sciences sociales et de philosophie politique. On trouve parmi les auteurs traduits, familiers du public français, des études de/sur : Gaston Bachelard, Roland Barthes, Nicolas Berdiaev, Pierre Bourdieu, Noam Chomsky, Guy Debord, Gilles Deleuze, Jared Diamond, Émile Durkheim, Albert Einstein, Gustave Le Bon, Claude Lévi-Strauss, John Locke, Marcel Mauss, Jacques Monod, Edgar Morin, Friedrich Nietzsche, Jean-Jacques Rousseau, Jean-Paul Sartre, Adam Smith, Max Weber…13 soit un large corpus des idées contemporaines.

Conclusion : une chape de plomb transitoire ?

La décision disciplinaire contre Chu Hảo n’a pourtant rien d’une surprise. En effet, l’engagement de cet intellectuel pour une réforme profonde du régime est connu. Son appartenance au « groupe des 72 » lors de l’affaire de la refonte de la constitution était clair14. Il faisait partie de ces intellectuels courageux qui demandaient une évolution pacifique interne vers un régime démocratique, pluraliste et respectueux de l’humanisme vietnamien promu par le lettré moderniste Phan Châu Trinh15. Sa quasi-dissidence qu’il définissait récemment non comme une « opposition » (đối lập) mais plutôt comme une « discussion » (đối trọng [contrepoids]) ou un dialogue interne n’a pas convaincu les gardiens de l’idéologie au sein du PCV16.

En provoquant cette violente charge contre les intellectuels, le PCV s’enferre dans son marxisme-léninisme le plus conservateur, digne des années cinquante et des périodes les plus sombre du communisme vietnamien. De cette paranoïa systémique contre un ennemi intérieur mis en scène, imaginé ou réel, le parti ne saurait sortir indemne. Cette affaire confirme l’incapacité du PCV à se réformer de l’intérieur, à accepter un « dialogue interne » sur des sujets politiques clés et à se projeter dans l’avenir. Dans le même temps, elle démontre que la lutte interne engagée par Nguyên Phu Trong, le nouveau président de l’État et du Parti, entre dans une phase décisive pour les deux années à venir avant le XIIIe Congrès national de 2021. Date à laquelle toutes les questions sur le système de gouvernement seront de nouveau posées par les partisans d’une auto-évolution assumée.

FG, 30/10/2018. MàJ 13/11/2018.

Notes

  1. Texte soumis en ligne : Quy Dinh 102-QĐ/TW []
  2. Cf. Christopher E. Goscha, Intelligence in a time of decolonization. The case of the Democratic Republic of Vietnam at war (1945–50), Intelligence and National Security, 2007, Vol. 22:1, pp. 100-138 []
  3. Voir Peter Zinoman, « Nhân Văn Giai Phẩm on Trial. The Prosecution of Nguyễn Hữu Đang and Thụy An, Journal of Vietnamese Studies, Vol. 11, No. 3-4, Summer-Fall 2016, pp. 188-215 []
  4. Sur ce sujet voir les études de Sophie Quinn-Judge et de Martin Grossheim []
  5. Voir notre billet : « La lutte contre la corruption, outil politique du Politburo vietnamien« , Mémoires d’Indochine, 31/01/2018 []
  6. Voir notre article : « Vraie et fausse contre-révolution au Nord-Vietnam : de l’invention et de l’usage de ‘l’ennemi intérieur’ 1945-1967 », in Stéphane Courtois & Christopher E. Goscha (Ed.), Revue Communisme : Vietnam, de l’insurrection à la dictature 1920-2012, Paris, Éditions Vendémiaire, 2013, pp. 259-302  []
  7. Sur ces concepts, voir la rhétorique du PCV : « Tự diễn biến », « tự chuyển hóa » trong cán bộ, đảng viên và giải pháp phòng, chống, Quân Dôi Nhân Dân, 15/06/2017 et “Tự diễn biến”, “tự chuyển hóa” về tư tưởng trong cán bộ, đảng viên: Nhận diện và phòng, chống, Tap chi Công San, 22/11/2017 []
  8. Hoai Ai, Thế nào là “lật đổ chính quyền nhân dân” tại Việt Nam?, RFA Viêt, 13/04/2018 []
  9. A cette époque la sécurité publique du Viêt-Minh était engagée dans la répression du principal mouvement nationaliste d’opposition incarné par le Front Quôc Dân Dang alliance entre le VNQDD et deux partis Dai Viêt []
  10. Voir le communiqué officiel Thông cáo Báo chí Kỳ họp 30 của Ủy ban Kiểm tra Trung ương, UBKTTW, 25/10/2018 []
  11. Cette méthode rappelle les mesures prises après la chute de Saigon sur les ouvrages édités au Sud entre 1955 et 1975 []
  12. Voir en ligne : NXB Tri Thuc []
  13. Voir la photographie à la une []
  14. Voir notre analyse sur Mémoires d’Indochine : « L’affaire de la refonde de la constitution vietnamienne : fin de parti ou fin de partie ? » []
  15. Voir « Le 4/02/2013 : Une journée historique » sur Mémoires d’Indochine []
  16. GS Chu Hảo bị đề nghị kỷ luật vì ‘tự diễn biến’, BBC Vietnamese, 25/10/2018 []

Thư ngỏ của giới trí thức về Giáo sư Chu Hảo nhắm vào 4 triệu đảng viên còn trong đảng [RFA]

Depuis qu’elle a été prononcée par le Comité central d’enquête du Parti communiste vietnamien le 25 octobre 2018, la demande de mesures disciplinaires à l’encontre de l’intellectuel et éditeur Chu Hao soulève la réprobation de nombreuses personnalités à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Le principal intéressé a décidé de quitter le PCV le 26/10/2018. Nous reviendrons sur cette affaire dans un prochain billet. Sources en ligne ci-dessous.

Ít nhất đã có 9 trí thức, đảng viên và cựu đảng viên kỳ cựu của đảng Cộng sản tham gia ký một bức thư ngỏ hôm 27/10/2018 gửi Uỷ ban Kiểm tra Trung ương đảng Cộng sản Việt Nam và Bộ chính trị phản đối quyết định kỷ luật đối với Giáo sư Chu Hảo, Giám đốc nhà xuất bản Tri thức, nguyên Thứ trưởng Bộ Khoa học Công nghệ.

Hôm 25/10, Uỷ ban Kiểm tra Trung ương ra quyết định đề nghị kỷ luật Giáo sư Chu Hảo vì lý do “suy thoái về tư tưởng chính trị, đạo đức, lối sống, tự diễn biến, tự chuyển hoá; có những bài viết, phát ngôn có nội dung trái với cương lĩnh chính trị, Điều lệ Đảng, nghị quyết, chỉ thị, quy định của Đảng, chính sách, pháp luật của nhà nước ». Không những thế, kết luận của uỷ ban còn cho rằng nhà xuất bản Tri thức của Giáo sư Chu Hảo đã “xuất bản một số cuốn sách có nội dung trái với quan điểm, chủ trương, đường lối của đảng, nhà nước, vi phạm luật Xuất bản, bị cơ quan chức năng xử lý, thu hồi và tiêu huỷ”

Trong thư ngỏ được lan truyền rộng rãi trên mạng, các trí thức cho rằng “quy kết như vậy của Uỷ ban Kiểm tra Trung ương về ông Chu Hảo là không chính đáng, không đúng sự thật, thể hiện sự trấn áp thô bạo những nỗ lực rất đáng trọng của một trí thức hết lòng vì dân vì nước, chà đạp những ý kiến chân thật và xây dựng của ông về những vấn đề nóng bỏng của đất nước”.

Lire la suite : RFA, 28/10/2018.

Le communiqué du Comité d’enquête (Commission centrale d’inspection du PCV) :

Extrait :

Kiểm tra khi có dấu hiệu vi phạm đối với đồng chí Chu Hảo, Giám đốc – Tổng Biên tập Nhà xuất bản Tri thức

Với cương vị là Giám đốc – Tổng Biên tập, đồng chí Chu Hảo chịu trách nhiệm chính về việc Nhà xuất bản Tri thức xuất bản một số cuốn sách có nội dung trái với quan điểm, chủ trương, đường lối của Đảng, Nhà nước, vi phạm Luật Xuất bản, bị cơ quan chức năng xử lý, thu hồi và tiêu hủy.

Từng giữ chức vụ Thứ trưởng Bộ Khoa học và Công nghệ, đồng chí đã vi phạm Quy định về những điều đảng viên không được làm, có những bài viết, phát ngôn có nội dung trái với Cương lĩnh chính trị, Điều lệ Đảng, nghị quyết, chỉ thị, quy định của Đảng, chính sách, pháp luật của Nhà nước; đồng chí đã suy thoái về tư tưởng chính trị, đạo đức, lối sống, “tự diễn biến”, “tự chuyển hóa”. Vi phạm, khuyết điểm của đồng chí Chu Hảo là rất nghiêm trọng, làm ảnh hưởng đến uy tín của tổ chức đảng, tác động xấu tới tư tưởng xã hội, đến mức phải xem xét, thi hành kỷ luật.

La démission de Chu Hao du PCV :

TS Chu Hảo tuyên bố từ bỏ Đảng Cộng sản Việt Nam, Tiêng Dân, 29/10/2018.

Les réactions et les analyses des observateurs et journalistes :



Carlyle A. Thayer: “Vietnam: Expanded Powers for the President-Secretary General”

[ndlr] L’analyse du chercheur australien Carlyle Thayer sur le rôle de Président de la RSVN cumulé avec celui de Secrétaire général du PCV. Document édité par Thayer Consultancy, 4 octobre 2018.

Vietnam is a one-party state led by the Communist Party of Vietnam (CPV). The most senior members of the Politburo hold the four top party-state leadership posts: Secretary General of the CPV, State President, Prime Minister and Chair of the National Assembly Standing Committee. Ministers and their equivalent rank in Cabinet are invariably members of the CPV Central Committee. Every ministry and government agency, the people’s armed forces, and mass organisation has an internal party committee.

[…]

The decision by the eighth executive session, or plenum, of the CPV Central Committee to nominate Nguyen Phu Trong to simultaneously hold the posts of party Secretary General and State President will weaken if not erode the informal system of checks and balances that has been in place since the adoption of the 1992 Constitution of the Socialist Republic of Vietnam.

Lire la suite : PDF en ligne sur le site Viet Studies.

Autres articles de Carlyle A. Thayer sur le portail Scribd

Vietnam : le chef du PC, tenant de la ligne dure, devrait devenir président

[ndlr] L’AFP confirme ce que les observateurs attentifs prédisaient : l’actuel secrétaire général du parti communiste vietnamien est désigné pour cumuler sa fonction avec celle de président de la République socialiste du Viêt-Nam sur le modèle de son homologue chinois. A lire dans L’Express et sur les médias vietnamiens.

Hanoï – Le secrétaire général du Parti communiste vietnamien Nguyen Phu Trong, un tenant de la ligne dure, devrait prochainement devenir le président de son pays et ainsi être le premier à cumuler ces deux postes depuis Ho Chi Minh, père de l’indépendance.

Nguyen Phu Trong, 74 ans, connu pour être un conservateur ayant orchestré une lutte à la fois contre la corruption qui a conduit en prison des dizaines d’anciens responsables politiques, banquiers et autres cadres, et contre les dissidents, a en effet été investi mercredi par la direction du PCV, le parti unique, seul candidat pour les fonctions de chef de l’État. […]

Le parlement doit en effet entériner sa nomination au cours de la session qui s’ouvre le 22 octobre.  […]

Nguyen Phu Trong « sera l’homme le plus puissant de l’histoire du Vietnam après Ho Chi Minh (mort en 1969) et l’ancien chef du parti (de 1960 à son décès en 1986) Le Duan« , a dit à l’AFP Tran Vu Hai, un expert en sciences politiques.

Lire la suite : L’Express, 03/10/2018.

Voir aussi :

David Hutt, « All of Vietnam’s power is in Trong’s hands, » Asia Times, 04/10/2018. Communist Party General Secretary Nguyen Phu Trong is set to assume the presidency, an unprecedented consolidation of power that could make him the Xi Jinping of Vietnam.

Thanh Phuong, « Việt Nam : Tổng bí thư Nguyễn Phú Trọng sẽ kiêm chủ tịch nước, » RFI, 03/10/2018. Theo tin từ báo chí trong nước, chiều nay, 03/10/2018, Văn phòng Trung ương Đảng Cộng Sản Việt Nam vừa thông báo là Hội nghị lần thứ 8 Ban Chấp hành Trung ương với tỷ lệ phiếu thuận 100% đã quyết định « giới thiệu » tổng bí thư đảng Nguyễn Phú Trọng để Quốc Hội Việt Nam bầu vào chức chủ tịch nước.

Xuân Hai, « Trung ương thống nhất giới thiệu Tổng Bí thư Nguyễn Phú Trọng để Quốc hội bầu giữ chức Chủ tịch Nước, » Lao Dong, 03/10/2018.


Rappel de la biographie de Nguyen Phu Trong sur la BBC et du débat sur le cumul des mandats de l’État-Parti, programme en vietnamien (3 premières minutes) :

Sur les médias d’opposition en ligne, le 100% des voix du Comité exécutif du 8e Plenum provoque de multiples railleries. Sous le dessin suivant du caricaturiste Ba Bui, deux Nguyen Phu Trong sont mis en scène. Le premier déclinant ce qu’il avait déclaré à la presse en mai 2015 : « Un secrétaire [du Parti] cumulant la présidence [de la RSVN] c’est beaucoup trop. Qui le contrôlera ? » La réplique virtuelle du seconde Nguyen Phu Trong, trois ans plus tard : « 100 % parce J’AI aussi voté pour MOI ! ».

Source : Dân Làm Báo

Décès de Đỗ Mười, ancien secrétaire général du PCV

Décès de l’ancien Secrétaire général du Parti communiste vietnamien (PCV) à l’âge de 101 ans.

Do Muoi (1917-2018)

Son décès, sans surprise car annoncé dès le 21 septembre le même jour que l’ancien président Tran Dai Quang selon une rumeur persistante de la blogosphère, serait intervenu le 1er octobre 2018 à 23 heures. La mort de l’ancien secrétaire général du PCV, malade depuis longtemps a été constaté à l’hôpital militaire central 108 selon la presse officielle qui a relayé l’information.

Do Muoi, de son vrai nom Nguyen Duy Cong, a été secrétaire général du PCV de juin 1991 à décembre 1997 pendant une période capitale de repositionnement de la RSVN sur le plan régional puis international. L’agence d’information chinoise Xinhua rappelle que l’ancien secrétaire général du PCV « Do Muoi s’était rendu en visite en Chine en 1991, 1995 et 1997 », acteur du rapprochement sino-vietnamien1. Auparavant, il avait été président du Conseil des ministres de la RSVN de 1988 à 1991. De 1997 à 2001, il resta proche de la direction du PCV en tant que conseiller du Comité central du parti.

Né le 2 février 1917 à Dong My Commune, district de Thanh Tri, à Hanoi, Do Muoi s’est construit avec et pour le parti. Il devient membre du Parti communiste indochinois (PCI) en 1939. Depuis la révolution d’Août 1945, son parcours politique est celui d’un compagnon de route du communisme vietnamien et de sa branche la plus conservatrice. Selon l’agence officielle d’information (VNA) :

Il s’est forgé au cours des périodes de résistance, d’édification et de défense de la Patrie pour devenir un dirigeant au caractère ferme, vif, décisif et attaché au peuple2.

Comme pour de nombreux officiels du PCV, sa biographie présente des parties peu développées sur la période de la guerre. Le journaliste Jeremy Grant souligne :

On ne sait rien de son rôle, le cas échéant, dans la guerre du Vietnam. Il existe des preuves qu’il pourrait avoir souffert d’une dépression nerveuse prolongée, faisant la navette en Chine pour son traitement médical3.

Bien qu’il s’agisse de décisions collectives du Politburo, après la chute de Saïgon, son nom reste associé aux campagnes politiques contre « la bourgeoisie citadine » dite X2 et à l’échec des « zones d’économie nouvelle » dans le Sud du pays  poussant des milliers de familles à fuir le pays à la recherche de liberté.

Après la décennie noire 1975-1985 sur les plans sociaux, économiques et militaires débouchant sur l’avènement du Renouveau (VIe congrès de décembre 1986), Do Muoi aurait continué à promouvoir la politique d’ouverture économique de son prédécesseur Nguyen Van Linh. Homme d’appareil, son bilan épouse scrupuleusement les changements de décisions du PCV. Il est à ce titre célébré par la presse officielle comme « un communiste exemplaire et loyal »4. Il fut d’ailleurs récompensé pour ses 80 années d’appartenance au Parti5.

L’agence de presse officielle va annoncer dans les heures qui viennent les modalités de ses funérailles.

FG, MàJ 05/10/2018.

Infographie de son parcours sur le site Zing

Notes

  1. Cf. « Vietnam : décès de Do Muoi, ancien secrétaire général du Comité central du PCV », Xinhua, 02/10/2018 []
  2. Cf. « L’ancien secrétaire général Do Muoi, un communiste exemplaire et loyal », Vietnam +, 02/10/2018 []
  3. Jeremy Grant, « Do Muoi, Vietnamese communist leader, 1917-2018 », Financial Times, 01/10/2018 []
  4. Cf. « L’ancien secrétaire général Do Muoi, un communiste exemplaire et loyal », art. cit.  []
  5. Cf. « Vietnam : décès de Do Muoi, ancien secrétaire général du Comité central du PCV », art. cit. []

Vietnam’s President Tran Dai Quang dies of illness at 61

[ndlr] La disparition du Président de la République socialiste du Viêt-Nam a été annoncée. Selon l’agence VnExpress : « Le président Tran Dai Quang est décédé à l’âge de 62 ans ce matin à Hanoi après une maladie virale rare ».  Voir la vidéo en ligne.

HANOI, Vietnam — Vietnamese President Tran Dai Quang, the country’s No. 2 after the ruling Communist Party’s leader, died Friday after a serious illness, the government said. He was 61.

Quang passed away despite “utmost efforts to treat him by Vietnamese and foreign professors and doctors and care by the party and state leaders,” the statement said. It said Quang died at a military hospital in Hanoi but did not elaborate on his illness.

The state-run online newspaper VnExpress quoted a former health minister and the head of a national committee in charge of leaders’ health, Nguyen Quoc Trieu, as saying that Quang had contracted a rare and toxic virus since July last year and had traveled to Japan six times for treatment. He did not specify the virus.

Trieu said the president lapsed into a deep coma hours after being admitted to the National Military Hospital 108 on Thursday afternoon.

Lire la suite : The Washington Post, 21/09/2018. Kham/Pool Photo via AP, File.

Parcours biographique : Vietnam +

Voir également :

Le président Tran Dai Quang a été contaminé par quel virus ?
A lire sur Radio Free Asia Vietnam

Mort du président vietnamien, Tran Dai Quang, qui était gravement malade, Le Monde, 21/09/2018. Figure du camp conservateur au sein du régime communiste, il s’est éteint vendredi à l’âge de 61 ans.

Vietnam President Tran Dai Quang dies aged 61, BBC Vietnamese, 21/09/2018.

Infographie de son ascension :

Source : site dédié aux activités du président de la RSVN

Khai Nguyen : A democratic revolution has just begun in Vietnam [Asia Times]

[ndlr] Analyse de la situation vietnamienne par le journaliste Khai Nguyen. Pas d’indication de sources pour les données chiffrées.

Massive but orderly protests across the country hint at the beginning of the end of Communist Party rule

On June 7, a group of about 300 ordinary Vietnamese in Phan Ri Cua City of Binh Thuan province formed the first rally against a draft law on special economic zones (SEZ). They had trouble before with an ongoing Chinese thermal power plant investment project in their own province and were opposed to more such Chinese investments.

Two days later, tens of thousands of workers at Pouyuen footwear company in Tan Tao Industrial Park, Ho Chi Minh City, went on strike against the SEZ draft law.

The following day, on June 10, many demonstrations sprung up in other cities throughout the country, including the capital of Hanoi, Nghe An, Da Nang, Khanh Hoa, Dac Lac, Binh Duong, Dong Nai, My Tho, Vinh Long, Kien Giang, and Ho Chi Minh City.

[…]

The government now spends about 82.1% of the national budget to pay salaries to government officials, military, police, 205 public security generals and five million Party members. The remaining 17.9% is earmarked for development investments.

Lire la suite : Asia Times, 08/07/2018.

Illustration « à la une » : Vietnamese protesters shout slogans against a proposal to grant companies lengthy land leases during a demonstration in Ho Chi Minh City on June 10, 2018  © AFP/Kao Nguyen

François Guillemot : Le « Renouveau » vietnamien, bilan provisoire [Fils Rouges Vietnam]

[ndlr] Résumé de notre intervention à la conférence Fils Rouges Vietnam du samedi 30 juin 2018.

Dans cette présentation succincte de trente minutes, l’auteur balaie 30 ans de la politique vietnamienne du « Renouveau » (Đổi Mới) en partant de la chute de Saigon. L’objectif de cette introduction générale est d’offrir aux étudiants une grille de compréhension et un cadre de réflexion sur cette politique vietnamienne à travers ses forces et ses faiblesses, ses réussites et ses défis en cours et à venir. Décrétée lors du VIe congrès du Parti communiste vietnamien en décembre 1986, le Đổi Mới, véritable « révolution dans la révolution », a façonné le Viêt-Nam actuel autant par son ouverture que ses limites. L’intervention sera suivie d’un débat avec le public.

Pour approfondir :

  • Brocheux, Pierre, Histoire du Viêt Nam contemporain . La nation résiliente (Fayard, 2011)
  • Catherine Earl, Vietnam’s New Middle Classes, Gender, Career, City (NIAS Press, 2014).
  • Christopher Goscha, The Penguin book of Modern Vietnam (Penguin, 2016).
  • François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1958 à nos jours (La Découverte, 2018).
  • Pamela D. McElwee, Forests are Gold. Trees, People, and Environmental Rule in Vietnam (University of Washington Press, 2016).
  • Minh T. N. Nguyen, Vietnam’s Socialist Servants. Domesticity, Class, Gender, and Identity (Routledge, 2015).
  • Keith W. Taylor, A History of the Vietnamese (Cambridge University Press, 2013).
  • Benoît de Tréglodé (dir.) Histoire du Viêt-Nam de la colonisation à nos jours (Editions de la Sorbonne, 2018).
  • Benoît de Treglodé & Stéphane Dovert (dir.), Viêt Nam contemporain (Les Indes savantes / Irasec, 2009, nouvelle édition).
  • Documents IRASEC en ligne (Hien Do & Pham Quang Minh, Leroy Nguyen, Vigne…)
  • Articles « Viêt-Nam », de Gédéon/Guillemot dans L’Asie du Sud-Est (Irasec, 2011-2016).

Lectures en complément :

Nicholas Chapman, The Beginning of a Political Doi Moi? Takeaways From the VCP’s Seventh Plenum, The Diplomat, 15/05/2018. The Vietnam Communist Party steps up efforts to reform its inner workings.

Nguyên Quynh – Hoàng Phuong/CVN, L’intégration mondiale, clé du succès économique, Le Courrier du Vietnam, 24/06/2018. C’est l’intégration internationale qui a permis au Vietnam d’obtenir des résultats encourageants, surtout dans le secteur économique. Mais si celle-ci peut créer des opportunités, elle est également source de défis. Recommandations d’économistes et de dirigeants.

VNA/CVN, IDE au Vietnam: 30 ans d’attraction, Le Courrier du Vietnam, 05/07/2018. La conférence bilan des 30 ans d’attraction des investissements directs étrangers (IDE) au Vietnam aura lieu le 4 octobre prochain.

World Bank, Country Partnership Framework for the Socialist Republic of Vietnam for the period FY18-FY22, 4 May 2017.

Illustration « à la une » : détail d’une affiche de propagande © FG / Virtual Saigon

MàJ : 10/07/2018

Belles perspectives… : discours officiel vietnamien et contre-discours à l’occasion du partenariat France Viêt-Nam

[ndlr] Nous publions sur ce billet les deux discours qui se sont croisés (et percutés) à l’occasion de la venue en France de Nguyen Phu Trong, le Secrétaire général du Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) du 26 au 28 mars 2018. Ce voyage officiel du « numéro un » de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) a été organisé dans le cadre des célébrations du 45e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et le Viêt-Nam (1973) et du 5e anniversaire du Partenariat stratégique signé à Paris le 25 septembre 2013.

La voix du dirigeant…

Le premier texte intitulé « Belles perspectives des relations vietnamo-françaises » est une tribune officielle du Secrétaire général du PCV publiée par le journal Le Monde dans sa rubrique « Publicité ». Il s’agit plus précisément d’un publi-communiqué, une technique de marketing plutôt prisée par les entreprises1. Car vous l’avez compris, cette publicité payante2 vise à promouvoir les relations franco-vietnamiennes dans le cadre du Partenariat stratégique signé entre les deux pays en septembre 2013. C’est donc un exercice (assez rare de nos jours) de propagande d’État. Le chef d’un État-Parti, le PCV étant l’unique parti politique autorisé au Viêt-Nam, s’accorde cette façade publique dans la presse française pour faire entendre la voix officielle du Parti au pouvoir. La méthode est surprenante mais inscrite dans les pratiques habituelles de l’État-Parti vietnamien vis-à-vis de sa presse nationale. A quand une tribune payée par d’Erdogan pour promouvoir les relations européano-turques ? Ou celle du nouveau Grand Timonier chinois Xi Jinping pour vanter sa vision géopolitique du monde ? Les lecteurs du Monde ne peuvent être dupes de cet exercice d’autopromotion mais surtout, se demande-t-on, sont-ils le bon lectorat ? Car l’objectif n’est-il pas in fine d’inciter les chefs d’entreprise français à investir massivement au Viêt-Nam… après le RV manqué des années 1990-2000 ?3. Une publicité moins ostentatoire publiée dans Les Échos ou les grandes revues économiques françaises auraient été sans doute plus appropriée. En outre, cette tribune ne laisse plus aucun doute sur la primauté du Parti sur l’État vietnamien et de son dirigeant, « le vrai patron du Viêt-Nam » dont le portrait figure au centre de la tribune4. Mais il n’est ici question que de forme, je laisse nos lecteurs lire en ligne ce plaidoyer en trois parties pour une consolidation de nos relations.

Page du journal Le Monde, lire le texte en ligne sur Le Courrier du Vietnam

L’objectif pour le Viêt-Nam de faire « miroiter son dynamisme économique à Paris, » comme le présente Yves Bourdillon dans Les Échos a, semble-t-il, reçu un bon accueil puisqu’il a permis la signature de contrats importants avec les groupes EDF, Bouygues, Airbus et Safran rehaussant le très faible pourcentage d’échanges entre nos deux pays5. En effet, comme le rappelle le dirigeant communiste « la valeur des échanges commerciaux reste modeste et ne représente que 1% de la valeur totale des exportations et importations du Viêt Nam« . Les historiens et analystes s’accordent sur le fait que le recentrage du Viêt-Nam sur l’Asie opéré dans à partir des années 1990 a laissé la France sur le bord du chemin.

vs la voix des dissidents

Cette publicité officielle de l’État-Parti est percutée par un discours concurrent émanant des organisations de défense des droits de l’homme. Un premier texte très documenté sous la forme d’une « Lettre ouverte au Président de la République Française » a été publié le 26 mars par la Fédération Internationale des Droits de l’Homme pour rappeler l’incongruité qu’il y avait à inviter un chef de Parti comme un Chef d’État alors que la « répression en cours » s’avère être « une des pires depuis l’ouverture économique du Dôi Moi en 1986 ». Et la lettre ouverte de revenir en détail sur la répression « pensée, planifiée et organisée » qui s’exerce sous la mandature de M. Trong contre la société civile vietnamienne en rappelant les condamnations de quelques figures récentes parmi les 130 prisonniers de conscience aujourd’hui incarcérés6. Un second texte, émanant des ONG Reporters sans frontières (RSF), de l’ACAT (Action by Christians for the Abolition of Torture) et de l’organisation politique Viêt Tân a été publié sur les sites de ces organisations sous la forme d’un communiqué de presse conjoint le 23 mars 2018. Comme pour le précédent texte de la FIDH, celui-ci insiste sur la répression actuelle contre les blogueurs, dissidents politiques et activistes sociaux et rappelle les mauvaises conditions de détention de certains d’entre eux. Le 23 mars, RSF appelait les autorités françaises « à poser les questions interdites » au Secrétaire général du PCV « sur l’état déplorable de la liberté de la presse dans son pays »7. Ces contre-discours qui interviennent à un moment clé visant à revigorer les relations franco-vietnamiennes démontre une fois de plus que l’État-Parti ne peut plus fonctionner en autarcie sans prendre en compte les améliorations attendues et réclamées par ses propres citoyens sur le plan des libertés civiques.

Que retient-on de ces deux discours ? Tout d’abord une certaine complémentarité. Si le bilan économique positif du Renouveau (Dôi Moi, décrété en décembre 1986) est dûment souligné et avéré, il doit s’accompagner d’une transformation du régime comme l’ont réclamé les intellectuels les plus en vue, rédacteurs de la « Motion 72 » exigeant une refonte politique du régime, lors de la refonte de la constitution en 2013 8. Les appels de personnages clés comme l’économiste Lê Dang Doanh pour s’acheminer vers un Second Renouveau, à la fois économique (sur le plan structurel) et politique (sur le plan des institutions), permettant de libérer les énergies et de se débarrasser du carcan sécuritaire, restent lettre-morte9.

« Le sourire que tu envoies revient vers toi »

C’est avec ce sympathique proverbe hindou que le Président de la République, Emmanuel Macron, a terminé son discours à l’Élysée le 27 mars 2018 célébrant les cinq ans du partenariat stratégique franco-vietnamien. Ce beau discours plein d’espoir est néanmoins terni par un climat politique général alourdi. Depuis 2013, le pouvoir vietnamien a durci sa législation sur l’utilisation d’internet et a neutralisé la plupart des blogueurs et lanceurs d’alerte10. Une force dénommée « Force 47 » et dépendant de l’Armée populaire, annoncée le 25 décembre 2017, est dédiée au nettoyage des avis critiques sur la toile11. Du côté des affaires interne du Parti, c’est aussi le verrouillage. De nouvelles dispositions ont été décrétées (Décision 102-QD/TW) pour sanctionner plus lourdement les dérives économiques ou politiques des membres du parti12. La peur de « l’auto-évolution pacifique » des membres du PCV vers une émancipation politique inquiète toujours autant les dirigeants actuels. L’action de la dissidence, si mince soit-elle et souvent initiée par de jeunes activistes, est rapidement circonscrite et réprimée. L’ACAT rappelle dans son communiqué qu’en 2017, « Hanoi a lancé la pire vague de répression contre la liberté d’expression depuis vingt ans. Au moins 25 blogueurs, défenseurs des droits de l’homme et militants pro-démocratie ont été arrêtés ou déportés ». L’association en appelle au « devoir moral » de la France et de ses partenaires européens pour signifier aux dirigeants de la RSVN que de telles pratiques autoritaires doivent cesser. Si l’objectif affiché est « le renforcement de la relation [vietnamo-française] dans tous les domaines »13 cette exigence fait sens.

Le programme politique d’Emmanuel Macron « Révolution » traduit en vietnamien et diffusé au mois de mars 2018 au Viêt-Nam, accompagné d’un message explicite de Barack Obama en couverture « Il faut se battre pour la liberté – N’ayez pas peur ! » (Plus percutant qu’une page de pub dans le Nhân Dân [Le peuple], organe officiel du PCV…)

Et il y aurait beaucoup à dire sur la promotion de l’innovation du côté vietnamien car si les partenariats scientifiques se passent bien du côté des sciences dures, médicales et des sciences naturelles, il est beaucoup plus délicat de monter des projets innovants au sein des universités vietnamiennes dans le domaine des sciences sociales et humaines comme l’a démontré le projet d’un enseignement supérieur non-lucratif  porté par Mme Bui Tran Phuong, l’ancienne rectrice francophone de l’université privée Hoa Sen 14. L’expulsion manu militari du Viêt-Nam en juin 2017 du dissident Pham Minh Hoang, professeur de mathématiques dans une université à Hô Chi Minh-Ville et citoyen franco-vietnamien déchu de sa nationalité vietnamienne par le pouvoir en place, n’est pas non plus un signe encourageant15.

C’est dans ce contexte répressif que la RSVN entend promouvoir les « belles perspectives » d’avenir entre les deux pays et d’inciter les entreprises françaises à s’impliquer davantage dans l’économie vietnamienne. Est-ce bien réaliste ? Si la France, pragmatique, ne voit le Viêt-Nam que comme une opportunité pour investir l’Asie du Sud-Est, le pari moral et historique est risqué. La tâche « franco-vietnamienne » est donc immense et il ne suffira sans doute pas seulement d’un « sourire mutuel » (même si cela peut aider) pour engager le Viêt-Nam vers une nouvelle réforme à la fois politique et économique.

FG

MàJ 29/03/2018.

Annexe vidéographique et texte de la déclaration conjointe (sur le site de L’Élysée, 27/03/2018) :

Lectures :

Deux ouvrages à lire pour comprendre l’histoire contemporaine du Viêt-Nam :

  • Benoît de Tréglodé (sous la dir.), Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Libre cours », 2018. (12 auteur.es)
  • François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines et sociales », 2018.

Notes

  1. Cette pratique, autrefois utilisée par les groupes pharmaceutiques ou les compagnies touristiques pour vanter leurs produits commerciaux est aujourd’hui déclinante []
  2. A hauteur de 150.000 euros selon le dissident Pham Minh Hoang, en exil forcé : « Hai tấm hình: Sự khác biệt không chỉ 150 ngàn Euros, » Viêt Tân, 28/03/2018 []
  3. Voir l’extrait souligné par Miche De Grandi dans la chronique « Le livre du jour » : « Pourquoi la France a perdu pied au Viêt Nam, » Les Échos, 27/03/2018 []
  4. Cf. « France: le chef des communistes vietnamiens reçu à l’Elysée, » RFI, 28/03/2018 []
  5. Cf. « La France signe pour plusieurs milliards d’euros de contrats avec le Vietnam, » BFM Business, 27/03/2018 []
  6. Cette Lettre est signée conjointement par la FIDH, La Ligue des Droits de l’Homme et l’ONG vietnamienne Quê Me / Vietnam Committee on Human Rights []
  7. Cf. « Vietnam : la France doit interpeller le chef du Parti communiste sur la répression de la liberté de la presse, » RSF, 23/03/2018 []
  8. « Le 4/02/2013 : une journée historique ? – Trao kiến nghị về Hiến pháp, » Mémoires d’Indochine, 07/02/2013 []
  9. Voir son entretien à la BBC en 2015 : « Việt Nam đang rất cần cuộc ‘đổi mới lần hai’, » BBC Tiêng Viêt, 19/08/2015 []
  10. Voir sur ce sujet notre article : « Internet au Viêt-Nam : le tour de vis politique du ‘Décret 72’, » Mémoires d’Indochine, 09/08/213 []
  11. Voir Mai Hoa, « Hơn 10.000 người trong ‘Lực lượng 47’ đấu tranh trên mạng, » Tuoi Tre, 25/12/2017 []
  12. Voir « Toàn văn Quy định xử lý kỷ luật đảng viên vi phạm, » VietnamNet, 07/12/2017 []
  13. « Viêtnam : La France doit exiger le plein respect des droits de l’homme, » ACAT, 26/03/2018 []
  14. Sur le renouveau éducatif promue par la rectrice, historienne, docteur de l’Université Lyon 2, voir les deux entretiens en ligne : Huy Quân, « TS.Bùi Trân Phượng, Hiệu trưởng Trường Đại học Hoa Sen: ‘Phải đúng nghĩa giáo dục và đúng nghĩa đại học’«  » HSU, 11/10/2017 et Quang Tuan, « Hoa Sen: Non-profit university orientation« , The Saigon Times, 09/07/2015 []
  15. Cf. Harold Thibault et Bruno Philip, « Au Vietnam, la répression des blogueurs s’intensifie, » Le Monde, 21/07/2017 []