Archives par mot-clé : Paris

Les Missions Etrangères de Paris créent l’Institut de recherche France-Asie

Communiqué de presse des Missions Etrangères de Paris du 4 novembre 2019. Nous saluons cette belle initiative.

Depuis septembre 2019, les archives, bibliothèques, iconothèque, cartothèque et collection d’objets des Missions Etrangères de Paris (MEP) sont regroupées au sein d’un institut de recherche : l’IRFA. Dans la continuité du travail effectué sur le patrimoine historique des MEP depuis 360 ans, cette nouvelle institution se donne pour but de le valoriser auprès du plus large public.

Chercheurs en toutes spécialités, l’IRFA est à votre service. Nos fonds sont issus des travaux missiologiques, théologiques, linguistiques, ethnographiques, cartographiques et scientifiques des prêtres et communautés des MEP, de 1658 au XXIe siècle, dans 15 pays s’étendant de l’Inde au Japon.

  • En ligne, vous pouvez préparer vos recherches sur notre site www.irfa.paris.
  • Sur place, vous serez accueillis dès maintenant dans nos salles de lecture : bibliothèque asiatique, cartothèque et iconothèque sont ouvertes sur rendez-vous ; les archives seront à votre disposition à partir du 6 janvier 2020.

En coulisses, l’équipe de l’IRFA travaille à vous fournir les ressources nécessaires à vos recherches : catalogues, inventaires, notices biographiques, etc. Pour assurer aux collections un avenir pérenne, nous numérisons manuscrits, photos, cartes et même films et enregistrements audio. Une quantité croissante de documents sera ainsi à votre disposition sur notre site internet. Les collections des MEP continueront à s’enrichir.

L’IRFA s’attachera à partager les connaissances léguées par plus de 4 300 missionnaires, passeurs de culture entre la France et l’Asie.

Infos pratiques
28 rue de Babylone, 75007 Paris
www.irfa.paris
Contact IRFA
Marie-Alpais Dumoulin, directrice
Tél. : +33 1 44 39 91 30 – contact@irfa.paris

Site internet : https://www.irfa.paris/fr

“Mémoires d’Indochine” 2018 : séance 1

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★


Mémoires militantes et anticoloniales

Séance 1 : mercredi 26 novembre 2018 – salle de réunion de l’IAO

Dans un premier temps, nous aborderons la question de la mémoire et de l’espace sociogéographique en péninsule indochinoise (anciens royaumes, “marche vers le sud”, conflits). Après un bref rappel des tensions entre mémoire et histoire et du débat dans l’espace public nous nous pencherons sur les différentes formes d’écritures de soi dans cette partie de l’Asie. Nous mettrons enfin l’accent sur la notion de “situations”.

La seconde partie du séminaire dédiée à l’analyse des textes se focalisera sur le Paris anticolonial pour mieux saisir comment la lutte pour l’indépendance du Viêt-Nam s’est organisée hors de l’Indochine (en Asie ou en Europe) et quelles étaient les différentes voies pour accéder à cette indépendance. Nous évoquerons l’itinéraire politique des lettrés modernistes au Japon et l’action du groupe des “Cinq Dragons” à Paris. En particulier la voie réformiste de Phan Châu Trinh sera discutée.

Sources mobilisées :

Phan Boi Châu, “Mémoires de Phan Bôi Châu”, traduction et notes de Georges Boudarel, France-Asie / Asia, 194-195, Vol. XII, n° 3-4, 3e et 4e trimestre 1968, p. 26-43 et p. 62-69.

Phan Van Truong : “De l’état d’esprit des Annamites vis-à-vis de la domination française” (p. 37-49), “Le lettré Phan-châu-Trinh et son calvaire” (p. 68-76), dans Une histoire de conspirateurs annamites à paris ou la vérité sur l’Indochine, Montreuil, Éditions L’Insomniaque, 2003. [Note de l’éditeur : “Ces mémoires ont été antérieurement publiés en feuilleton dans La Cloche Fêlée du 30 novembre 1925 au 15 mars 1926 puis par les éditions saïgonnaises Giadinh en 1928″].

Sources complémentaires :

Nguyen Ai Quoc, Le procès de la colonisation française. Première série : Moeurs coloniales, Paris, Librairie du Travail, [1924].

Nguyen An Ninh, “La France et l’Indochine”, Europe, n° 31, 15 juillet 1925, p. 257-277.

Pour accompagner cette séance :

Mémento personnalités sur Mémoires d’Indochine

Balandier, Georges, “La situation coloniale : approche théorique”, Paris, PUF, Cahiers internationaux de sociologie, vol. 11, 1951, p. 44-79. Document en ligne sur le site de l’UQAC.

Brocheux, Pierre, “Une histoire croisée : l’immigration politique indochinoise en France, 1911-1945,” article en ligne sur le site Europe Solidaire Sans Frontières, mai 2009.

Goebel, Mickaël, Paris, capitale du tiers monde. Comment est née la révolution anticoloniale, 1919-1939, Paris, La Découverte, coll. Sciences humaines, 2017. Présentation de l’éditeur.

Goscha, Christopher E. « Aux origines du républicanisme vietnamien. Circulations mondiales et connexions coloniales », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 131, no. 3, 2016, pp. 17-35. Article en ligne sur le portail Cairn.

Guillemot, François, “Les Cinq Dragons ou les voies divergentes du républicanisme vietnamien”, in Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La découverte / Poche 476, 2018, p. 60-61 (Encadré 1).

Guillemot, François,  “Est / Ouest – Đông / Tây : Deux voies pour émanciper le Viêt-Nam,” Mémoires d’Indochine, 20 septembre 2018.

Guillemot, François, “Actualité de Phan Châu Trinh (1872-1926) : lutte pour l’intelligence et intelligence de la lutte,” Mémoires d’Indochine, 25 mars 2013.

Phan Châu Trinh & Vinh Sinh (trad.), Phan Châu Trinh and his political writings, Ithaca, N.Y., Southeast Asia Program, Cornel University, Studies on Southeast Asia, 49, 2009. (publié au Viêt-Nam en 2018, voir illustration ci-dessous)

Textes politiques du lettré moderniste Phan Châu Trinh, traduits de l’anglais dans une édition récente parue au Viêt-Nam (NXB Tre, 2018).

1948-2018 : 70 ans d’existence du drapeau du Viêt-Nam libre

[ndlr] A l’occasion du 70ème anniversaire du Drapeau du Viêt-Nam libre, initié par l’AGEVP (Association Générale des Étudiants Vietnamiens de Paris) avec le soutien d’autres associations, une grande marche s’est déroulée à Paris le samedi 9 juin 2018.

Le défilé qui serpentait dans le 13e arrondissement a rassemblé environ 450 personnes. Cette manifestation colorée a été un moment fort pour signifier l’attachement des réfugiés vietnamiens et des générations suivantes à un symbole national en vigueur au Viêt-Nam entre 1948 et 1975 et un symbole communautaire pour de nombreux réfugiés politiques après 1975 à travers le monde. Particulièrement importante aux États-Unis, au Canada, en Australie ou en Europe, la communauté vietnamienne reste attachée aux valeurs de liberté, de progrès et de justice sociale du pavillon aux trois bandes rouges.

L’argumentaire de cette manifestation en précisait le contexte :

  • 1948 : le 10 décembre, l’Assemblée générale des Nations Unies adopte la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme à Paris au Palais de Chaillot.
  • 1948, le 2 juin, six mois plus tôt, le Gouvernement Central Provisoire du Vietnam adopte comme drapeau national « Cờ Càn », le Drapeau Jaune avec trois bandes rouges continues, et comme hymne national « Thanh niên hành khúc », “La marche de la Jeunesse”.

Le choix de ce drapeau est fondé sur sa signification et son symbole : les couleurs jaune et rouge représentent le peuple vietnamien de peau jaune et de sang rouge.

Historiquement, le fond jaune constitue la représentation des différentes dynasties du Vietnam, avec des écritures centrales en rouge variant selon les époques. « Cờ Vàng », le Drapeau Jaune est l’empreinte de l’Histoire vietnamienne et de ses traditions millénaires.

Les trois bandes rouges ont un sens particulier : elles symbolisent la réunification des trois régions, reconnue en 1948 après des décennies de lutte, pour laquelle des hommes et des femmes se sont sacrifiés. Elles incarnent la liberté, la démocratie et la souveraineté :

– Liberté, ou le droit à l’expression de son opinion, dans le respect de l’ordre social,

– Démocratie, où le vote citoyen et le pluralisme politique conditionnent l’évolution sociale et politique du pays,

– Souveraineté, ou le droit et le devoir de préserver son identité, son âme de toute ingérence extérieure.

Mais au Vietnam, qu’en est-il aujourd’hui ?

70 ans après, le Drapeau Jaune flotte toujours, pour nous rappeler la nécessité absolue de ces principes, seuls garants d’un état indépendant de toute puissance étrangère et qui reconnaît à ses citoyens leurs droits humains, civils et politiques.

“Pour un Viêt-Nam libre, démocratique et souverain”… rappelle la grande banderole de début de défilé. Alors que le pays traverse depuis 2011 des périodes de tension liée à l’expansionnisme chinois et que des interrogations se posent de nouveau sur le rôle de l’État-Parti vietnamien face à son grand voisin du nord, ce symbole est réapparu au Viêt-Nam même comme un défi de légitimité.

FG

Photos : © AGEVP

Reportage court :

Reportage de la chaîne STBN :

Reportage de RFA :

Chants de lutte et d’espoir :
;

Paris, 27 avril 1975 – 3 jours avant la chute de Saigon

L’image du jour : Paris, des étudiants vietnamiens manifestent pour soutenir la République du Viêt-Nam vivant ses derniers moments.

A l’initiative de Trần Văn Bá, président de l’Association Générale des Etudiants Vietnamiens de Paris, “Une journée pour la terre natale” (“Một ngày cho quê hương”), dédiée aux événements historiques qui se déroulent au Viêt-Nam est programmée le 27 avril 1975 alors que le Sud Viêt-Nam s’effondre. Une marche silencieuse est organisée pour célébrer le sacrifice des soldats du Sud morts dans la guerre civile qui oppose le Sud et le Nord Viêt-Nam. La marque du deuil est évoquée par le bandeau blanc porté par les manifestants et les banderoles noires qui indiquent en lettres blanches : “Grande journée de deuil”, “Honneur à nos soldats morts pour la liberté”…

Quelques trois cents étudiants vietnamiens des facultés du Quartier Latin, d’Orsay et de Nanterre convergent vers la Sorbonne. Le défilé  démarre de la Résidence universitaire Lutèce dans le 5e arrondissement, passe rue Gay Lussac (d’où est prise la photo par l’étudiant Trần Đình Thục) pour se rendre place de la Concorde. La marche silencieuse traverse le jardin du Luxembourg, se poursuit rue d’Assas où est localisée l’ambassade de la République du Viêt-Nam puis rejoint le Sénat. A proximité de l’ambassade américaine des slogans sont scandés : “A bas les Américains”, “A bas les communistes vietnamiens” …

Dans le quartier du Sénat, les étudiants vietnamiens manifestent dans une certaine tension craignant d’être pris à partie par les deux jeunesses françaises aux positions radicales opposées et prêtent à en découdre : l’extrême-gauche soutenant la lutte contre la guerre du Viêt-Nam et favorable au Viêt-Công et à Hanoi et l’extrême-droite, anticommuniste, soutenant l’intervention américaine et le régime de Saigon. Les jeunes vietnamiens qui défilent possèdent leur propre vision du conflit loin des extrêmes et des totalitarismes.

Après la chute de Saigon, le cliché de Trần Đình Thục est tombé dans l’oubli. En 2014, soit 39 ans après, l’écrivain Huy Phương publiait aux Etats-Unis un carnet de souvenirs liés au 30 avril 1975 avec en couverture la photo de Thục. De nouveau mise à l’honneur par l’édition de ce livre, Trần Đình Thục décide de l’offrir et de la dédicacer à la communauté vietnamienne exilée de Little Saigon en Californie. Une façon de dire à tous ceux qui souhaitent l’avènement d’un Viêt-Nam libre et démocratique : “Nous sommes toujours là” (Chúng ta vẫn còn đây).

FG


Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

Pour en savoir plus :

Cao Dai, une religion vietnamienne dans la banlieue de Paris – par Sylvia Romanelli [2016]

[ndlr] Récit visuel intéressant sur une religion vietnamienne assez méconnue. Publié par Sylvia Romanelli sur Storybuilder le 14 février 2016.

Si l’on en croit les guides touristiques du Vietnam, là où cette religion est née, le caodaïsme est « la rencontre de l’Occident et de l’Orient », un pot-pourri au vague goût new age, qui mélange les bodhisattvas bouddhistes avec les séances de spiritisme, et le yin et le yang du Taoïsme avec un décor kitsch au pur style Disney. Ajoutons enfin, cerise sur le gâteau, une vénération pour le moins inattendue pour Victor Hugo, William Shakespeare ou encore Jeanne d’Arc ; et tous les ingrédients sont là pour donner l’image d’une religion ridicule et grotesque, difficile à prendre au sérieux.

Mais il faut regarder un peu plus en profondeur.

Visite au temple d’Alfortville, en banlieue parisienne, pour découvrir une communauté qui s’interroge sur les moyens de transmettre aux jeunes de la deuxième génération le sens d’une religion dont la langue et les repères culturels leur échappent chaque jour davantage.

Lire la suite : StoryBuilder

Michael Goebel : Paris, capitale du tiers monde. Comment est née la révolution anticoloniale (1919-1939)

[ndlr] Parution à La Découverte d’une étude intéressante et importante (450 p.) sur la l’organisation et la lutte des immigrés de Paris contre l’impérialisme et l’oppression coloniale. Présentation de l’éditeur.

Ce livre retrace l’expansion, au cours de l’entre-deux-guerres, de l’anti-impérialisme mondial, mouvement dans lequel Paris joua un rôle de tout premier plan. La Ville Lumière accueillit en effet d’innombrables futurs leaders tiers-mondistes qui vinrent y faire, sans même le savoir, leur formation politique – formation qui, en retour, les mènera vers l’une des plus fantastiques déflagrations révolutionnaires de l’histoire. Dans ce Paris incroyablement cosmopolite où affluaient les âmes errantes venues du monde entier, on pouvait ainsi croiser Hô Chi Minh, Zhou Enlai, Léopold Sédar Senghor, C. L. R. James, George Padmore, Messali Hadj ou le révolutionnaire indien M. N. Roy. En étudiant le contexte sociopolitique parisien dans lequel ces apprentis activistes évoluaient, ce livre nous plonge dans des complots d’assassinat prétendument ourdis par des étudiants chinois, dans des manifestations menées par des nationalistes latino-américains, ou simplement dans la vie quotidienne des ouvriers algériens, sénégalais ou vietnamiens.

Sur la base de rapports de police et autres sources de première main, Michael Goebel montre le rôle de force motrice essentiel joué par les mouvements migratoires et les interactions vécues au sein des milieux immigrés dans le développement de l’opposition à l’ordre impérial mondial, qui a fait se croiser les histoires de peuples issus de trois continents.

S’appuyant sur les travaux de l’histoire globale et impériale, et sur les études des questions migratoires et « raciales » en France, ce livre ne propose rien de moins qu’une compréhension renouvelée des origines de l’idée de tiers monde et de tiers-mondisme.

Mickaël Goebel est historien. Il enseigne l’histoire globale et de l’Amérique latine à la Freie Universität de Berlin.

Source : La Découverte

Image “à la une” : Nguyen Ai Quoc (le futur Ho Chi Minh) lors du congrès fondateur du Parti communiste français (Congrès de Tours) en 1920 © DR

Manifestation vietnamienne contre contre “l’expansionnisme chinois” en mer de Chine méridionale

[ndlr] Manifestation d’étudiants vietnamiens contre “l’expansionnisme chinois” dans l’espace maritime revendiqué par le Viêt-Nam.

Plus de 300 vietnamiens et leurs amis internationaux du Collectif Vietnam se sont rassemblés le 23 janvier 2016 devant le Mur pour la Paix (Paris 7ème) pour appeler la communauté internationale à protester énergiquement contre “l’expansionnisme chinois” en mer de Chine méridionale afin de préserver la liberté de navigation, de survol et “d’éviter tous risques de guerre”.

Lire la suite : Mediapart, 25/01/2016 / Blog de Nguyen Hoai-Tuong

Voir aussi : Anh Ngọc, Người Việt tại Pháp biểu tình phản đối Trung Quốc ở Biển Đông, VnExpress, 25/01/2016.

Protestation organisée par le Collectif Vietnam

Collectif Vietnam

Collectif Vietnam est un rassemblement des citoyens vietnamiens ou d’origines vietnamiennes et d’amis du Vietnam de toutes générations vivant, étudiant et travaillant en France qui souhaitent soutenir le Vietnam. Source : https://goo.gl/Zm6wfH