Archives par mot-clé : paradigme

Pham Van Quang : Penser le temps postcolonial du Vietnam – pour une reconfiguration du paradigme occidental

[ndlr] Message de Nguyen Giang Huong, organisatrice du séminaire France-Vietnam : un portail entre les cultures.

Durant le mois de mai 2019, le labex TransferS et l’équipe « Manuscrits francophones » (ITEM) accueillent PHAM Van Quang pour une série de 3 conférences autour du thème Penser le temps postcolonial du Vietnam : pour une reconfiguration du paradigme occidental.

Lieu : Espace Lettres 1 (45 rue d’Ulm, 75005 Paris – 2e étage, escalier B/C)

  • Mardi 7 mai 2019 – L’intelligentsia vietnamienne du Sud et le paradigme occidental
  • Mardi 14 mai 2019 – Les pensées occidentales dans la perspective vietnamienne. Étude des textes de la revue Tư Tưởng-Pensée
  • Lundi 27 mai 2019 – Le fondement d’une attitude de connaissance dans la construction sociale. Le cas de Nghiêm Xuân Hông

Argumentaire :

Revenir sur ce qui se produit à des moments primordiaux dans l’histoire intellectuelle du Vietnam postcolonial nous évoque tout de suite une réflexion sur le choix de paradigme ou de modèle qui régit ce champ dans son ensemble. Si le devoir qui nous est conféré à l’heure actuelle est de faire revivre l’héritage d’un espace culturel et d’une historiographie, il est nécessaire de souligner qu’il ne s’agit de rien autre que d’un regard rétrospectif sur la façon dont l’homme fait face à son époque tout en s’engageant dans la production et la transmission des connaissances. Mais comment parler de la postcolonialité du Vietnam dans son rapport de temporalité avec des formes de connaissances ? Comment redresser une histoire intellectuelle sans se passer des récits individuels et collectifs ? Et plus particulièrement comment comprendre la postcolonialité dans le contexte du Vietnam et sa fonction théorique dans l’étude de la mémoire et de l’oubli en corrélation avec l’hisoriographie française ?

Ces questions nous amènent forcément à la problématique de la temporalité et de l’événementialité pour reconfigurer un « récit national » dans lequel convergent toutes les dimensions sociale, historique, politique, phénoménologique, psychologique, ontologique et esthétique. En effet, si ce « grand récit » est un espace à la fois réel, fantastique et énigmatique, les moindres détails suffiraient à suggérer des interprétations significatives, d’autant plus que des personnages sociaux, des sujets individus, malgré la précarité dans leur temporalité personnelle, représentent une vie dotée de toute sa grandeur. Toute vie mérite effectivement d’être mise en considération, car elle se constitue par des trajectoires collectives et personnelles et forme un univers des mémoires, des souvenirs, des mythes, mais aussi un repère à partir duquel le présent serait éclairé et sur lequel se fonderait la société du futur.

Pour tout cet argumentatif, le séminaire interrogera la réflexion et l’intervention françaises comme les facteurs caractérisant un francocentrisme dans l’histoire intellectuelle postcoloniale du Vietnam. Car pour appréhender le Vietnam contemporain, il est nécessaire de faire référence à la « République coloniale ».

Pham Van Quang, Université nationale de Hô-Chi-Minh-Ville (Vietnam). Invité de l’ITEM – mai 2019

Nous voudrions profiter de ce message pour informer également la dernière séance du séminaire France-Vietnam : un portail entre les cultures:

Vendredi 10 mai 2019, de 16h à 18h
=> Salle Langevin (ENS, bâtiment Jaurès – entrée du public par le 24 rue Lhomond, 75005 Paris)

  • Cung Giu Nguyen, écrivain du domaine maudit, par PHAM Van Quang, Université nationale de Hô-Chi-Minh-Ville
  • Médias, espace public et société civile au Vietnam, par NGUYEN-POCHAN Thị Thanh Phượng, Université Paris 8

* * *

Le séminaire France-Vietnam : un portail entre les cultures, organisé par Nguyen Giang Huong de la BnF en partenariat avec le labex TransferS, est consacré aux recherches récentes sur les échanges culturels entre la France et le Vietnam. Il se tient un vendredi par mois à l’École normale supérieure, Paris.

Que sont les études post-coloniales ? – Entretiens vidéographiques 10-06-2012

[ndlr] Retour sur quelques les problématiques récurrentes des études post-coloniales (nouveau raisonnement, nouveau paradigme, nouvelle mise en perpective, longue durée et universalité) à partir d’un questionnement sur la pertinence du concept même de « post-colonial ». Entretien mené pour Mediapart et le Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Paris I-CNRS) par Antoine Perraud.

* * *

Pour aborder ce phénomène de reconceptualisation que sont les études post-coloniales, sont réunis quatre universitaires de haut vol. Emmanuelle Saada, historienne et sociologue à la lumière du droit, est spécialiste de la colonisation et de l’empire français, professeure à l’université Columbia (New York). Elle a publié un maître livre : Les enfants de la colonie. Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté (La Découverte, 2007). Souleymane Bachir Diagne, philosophe né au Sénégal, normalien, également professeur à Columbia, auteur de Bergson dans les colonies (CNRS-Éditions, 2011). Mamadou Diouf, lui aussi professeur à Columbia. Jean-François Bayart, ancien directeur du Ceri (Centre d’études et de recherches internationales) de Science-Po, blogueur à Mediapart, auteur d’un livre polémique sur le boomerang post-colonial en France : Les études postcoloniales, un carnaval académique (Karhala, 2010).

Que sont les études post-coloniales ? (1/3)

Cette première vidéo part du contresens induit par le préfixe “post”. Faudrait-il plutôt parler de “métacolonial” – sur le modèle de métaphysique –, à propos de cette appréhension du savoir (épistémologie) ? Parce qu’il s’agit bien d’une « remise en cause dans la manière de raisonner » (Mamadou Diouf). L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, publié en anglais (1978) par Edward Saïd (1935-2003) marque une rupture. Aujourd’hui, comme le note Emmanuelle Saada, la France s’entiche de ce label des études post-coloniales, alors qu’elles semblent s’essouffler dans la sphère culturelle anglo-saxonne…


Que sont les études post-coloniales ? (1/3) par Mediapart

Que sont les études post-coloniales ? (2/3)

Cette vidéo examine le changement de paradigme (de point de vue sur le monde) lié aux études coloniales, qui sont en définitive « une manière qu’a l’universel de s’interroger » (Souleymane Bachir Diagne), à travers la « compréhension de l’historicité du moment colonial encastré dans des durées longues », complexes et qui s’enchaînent (concaténation), selon Jean-François Bayart.


Que sont les études post-coloniales ? (2/3) par Mediapart

Que sont les études post-coloniales ? (3/3)

Cette troisième vidéo vidéo revient sur les tensions qui travaillent les études post-coloniales au sujet de l’universel.


Que sont les études post-coloniales ? (3/3) par Mediapart