Archives par mot-clé : Paracels

Laurent Gédéon : Mer de Chine méridionale – les racines géopolitiques de la crise

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne.

Samedi 24 mai 2014. ENS de Lyon

★ ★ ★

Mer de Chine méridionale : les racines géopolitiques de la crise

Par Laurent Gédéon

Institut d’Asie Orientale

UMR 5062 – CNRS – Ecole normale supérieure de Lyon

Le contexte

Le 2 mai 2014, la République populaire de Chine (RPC) a implanté une plateforme de forage en mer de Chine méridionale, dans un secteur revendiqué par le Vietnam. Cette implantation a été à l’origine d’une crise aigüe entre Hanoi et Pékin, marquée par des incidents maritimes entre navires des deux pays et des manifestations antichinoises au Vietnam, certaines accompagnées de graves violences à l’encontre d’usines et d’ouvriers chinois.

Cette rivalité prend sa source en mer de Chine méridionale (figure 1), un espace maritime qui présente trois caractéristiques géopolitiques majeures. La première est liée à sa centralité géographique qui en fait un point de jonction entre Asie du Sud-Est insulaire et Asie du Sud-Est « continentale ». La seconde se rapporte au fait que, dans une région où la plupart des conflits frontaliers terrestres ont été résolus (avec toutefois quelques exceptions telles celle du temple de Preah Vihear qui oppose le Cambodge à la Thaïlande ou encore celle de la province de Sabah, sujette à une rivalité entre la Malaisie et les Philippines), cet espace reste un lieu de rivalités et d’affrontement. Enfin, la mer de Chine méridionale est traversée par une des voies maritimes (Sea lane of communication) les plus importantes de la planète, véritable cordon ombilical entre l’Asie du Nord-Est et le Moyen-Orient ainsi que l’Europe.

schina_sea_88Figure 1 : la mer de Chine méridionale et les archipels contestés

Source : The University of Texas Librairies

La plateforme chinoise, appelée « Haiyang Shiyou-981 », a été implantée à 15 degrés, 29 minutes 58 secondes de latitude Nord et 111 degrés 12 minutes 06 secondes de longitude Est, soit légèrement au sud de l’île de Tri Tôn (située à 15 degrés, 47minutes et 0 secondes Nord et 111 degrés, 12 minutes et 0 secondes Est). Cet îlot fait partie de l’archipel des Paracels (Xisha – 西沙 pour les Chinois et Hoàng Sa pour les Vietnamiens), archipel qui comprend des récifs ainsi qu’une quinzaine d’îles, l’ensemble couvrant une superficie de près de 15 000 km². Il se situe à équidistance (environ 450 km) du Vietnam et de la Chine.

Cet archipel fait l’objet de revendications de la part de trois acteurs distincts : la République populaire de Chine, Taiwan et le Vietnam. Les revendications de ces pays sont similaires, chacun revendiquant la totalité du territoire. La souveraineté effective y est assurée par la RPC depuis le 20 janvier 1974, date de l’expulsion des soldats sud-vietnamiens qui y étaient présents par les troupes chinoises.

Toutefois et bien que centrale dans la crise actuelle, la question des Paracels ne saurait être séparée de celle de l’archipel des Spratleys et, partant, de la question de la mer de Chine méridionale dans son ensemble.

L’archipel des Spratleys ou Spratly (Nansha – 南沙 en chinois, ou encore Trường Sa en vietnamien) comprend une centaine d’îles réparties sur près de 160 000 km². Il se situe à environ 550 km du Vietnam et à près de 1 500 km des côtes chinoises.

La situation y est encore plus complexe et tendue que dans les Paracels puisque pas moins de six pays le revendiquent, en totalité pour ce qui est de la RPC, du Vietnam et de Taiwan et en partie en ce qui concerne les Philippines, la Malaisie et Brunei. Les revendications chinoises et vietnamiennes concurrencent, de ce fait, les ambitions croisées de trois autres pays de l’ASEAN (figure 2).

Afin de donner du poids à leurs revendications respectives et d’éviter un scénario « à la Paracels », les acteurs du conflit ont pratiqué la politique du fait accompli en occupant militairement la quasi-totalité des îlots. C’est ainsi que le Vietnam est présent sur 27 d’entre eux, les Philippines sur 9, la République populaire de Chine en occupe également 9, la Malaisie 3, quant à Taiwan, il n’en occupe qu’un, celui d’Itu Aba qui est aussi le plus étendu.

AFP_Mer-chine-meridionale

Figure 2 : Contentieux en mer de Chine méridionale

Source : Agence France Presse

Les enjeux

Les enjeux portant sur ces territoires insulaires sont divers mais ont peut globalement les réduire en trois catégories : enjeux politiques, enjeux économiques et enjeux géostratégiques.

Sur le plan politique, la question des archipels représente un indéniable enjeu interne pour les parties en présence, en particulier le Vietnam et la Chine car il permet de canaliser les dynamiques nationalistes dans un sens maîtrisé par les autorités. Les derniers événements survenus au Vietnam témoignent cependant du fait que des débordements sont toujours possibles avec des effets potentiellement beaucoup plus dévastateurs que prévu.

Les enjeux économiques, certainement les plus médiatisés, portent principalement sur les ressources halieutiques et les réserves en hydrocarbure de la région. Ils sont étroitement liés à la question de la définition de la zone économique exclusive (ZEE) des pays riverains dont le principe a été défini par la convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 (UNCLOS). Cette convention, également connue sous le nom de convention de Montego Bay, a été ratifiée par le Vietnam le 25 juillet 1994 et par la Chine le 7 juin 1996.

La ZEE, telle que définie par la convention, est large de 200 milles marins ; elle prolonge la mer territoriale (12 milles) ainsi que la zone contiguë (24 milles) (figure 3). On note que si les États ont juridiction sur cet espace, ils ne peuvent en principe, y entraver le passage des navires étrangers. Si la ZEE de chaque pays semble ainsi, de prime abord, clairement définie, la question du prolongement possible du plateau continental (jusqu’à 350 milles) apparaît comme un facteur de complexité voire de conflictualité supplémentaire. Ce dernier point est particulièrement vrai en ce qui concerne la partie ouest de la mer de Chine méridionale. Bien évidemment, ces différentes délimitations s’appliquent (avec certaines réserves) aux îles et îlots ce qui leur accorde une importance considérable et explique largement les rivalités intenses dont ils font l’objet.

Continental_shelf_definitionFigure 3 : les délimitations maritimes selon la convention de Montego Bay

Source : 2B1st Consulting

Il est cependant à noter que, pour la Chine, la question de la zone économique exclusive et celle du plateau continental ne se posent pas vraiment car elle revendique la totalité de la Mer de Chine Méridionale. L’espace maritime revendiqué par la RPC se superpose de ce fait aux ZEE des autres pays riverains et même, dans certains cas, à leurs mers territoriales. Il est délimité par la « ligne en neuf traits » (Nine Dash Line), également appelée « ligne en U » ou encore « langue de bœuf » (voir figure 1).

Outre les enjeux politiques et économiques, on peut identifier des enjeux stratégiques. Ces archipels exercent en effet plusieurs fonctions géostratégiques notamment celles de relais insulaire et de points de projection maritime. A ceci s’ajoute le fait que la mer de Chine méridionale représente le débouché est du détroit de Malacca, détroit dont l’importance géopolitique n’est plus à souligner et par lequel passe l’importante voie maritime internationale évoquée plus haut.

Les discours

L’analyse des discours émis par les acteurs montre qu’ils portent globalement sur trois registres :

Le registre de la légitimité historique. En effet, comme souvent dans les conflits d’antériorité, les acteurs cherchent à légitimer leur présence ou leurs revendications en s’appuyant sur des éléments historiques plus ou moins récents. Ces éléments sont fréquemment à l’origine des représentations les plus passionnées au sein des opinions publiques.

La légitimité juridique est également souvent invoquée en s’appuyant sur le droit international. La convention de Montego Bay apparaît à cet égard comme une référence incontournable notamment pour ce qui a trait à la définition de la ZEE de chaque État. Il faut cependant souligner que la Chine a établi son propre cadre juridique : c’est ainsi que les deux archipels des Paracels (Xisha) et des Spratly (Nansha) ont été intégrés administrativement à la province de Hainan le 13 avril 1988. L’Assemblée nationale de la RPC a ensuite voté une loi le 25 février 1992 plaçant les quatre cinquièmes de la mer de Chine méridionale sous la souveraineté de Pékin. Le texte réaffirme en outre l’appartenance au territoire chinois des cinq archipels des mers de Chine méridionale et orientale : Zhongsha (Macclesfield), Xisha, Nansha, Dongsha (Pratas) et Diaoyutai (Senkaku).

Cette position juridique chinoise est loin d’être simplement anecdotique. Même si cette décision est contestée par les acteurs régionaux, on ne peut que constater que la Chine monte régulièrement en puissance et devient, de ce fait, un acteur toujours plus agissant dans les relations internationales. Or ce sont ces acteurs qui pèsent sur l’évolution du droit international et c’est pourquoi la RPC peut tabler, à terme, sur une évolution du cadre juridique allant dans le sens de ses intérêts. Dans cette hypothèse, elle transformerait ainsi une situation de facto en situation de jure. C’est dans cette logique qu’il faut situer l’implantation des plateformes pétrolières chinoises, notamment celle de Haiyang Shiyou-981.

Bien évidemment, pour contrer une telle évolution, le Vietnam n’a de cesse, de manière inverse, de revendiquer ses droits sur la zone, y compris les Paracels dont il a été évincé depuis près de 40 ans.

Un dernier registre porte sur la légitimité géographique. Celle-ci est en effet parfois invoquée par les adversaires de la Chine pour lui dénier tout droit sur les Spratleys en raison de son éloignement considérable de l’archipel.

A ce stade et pour comprendre en profondeur les raisons de la conflictualité en mer de Chine méridionale, il est nécessaire de les rattacher à la question plus large de la stratégie maritime globale de la RPC.

La stratégie maritime chinoise

La montée en puissance économique de la Chine est inséparable de la dimension maritime. Le discours de Pékin est, à cet égard, dénué d’ambiguïté et lie étroitement sécurité nationale (notamment énergétique) et développement économique en particulier pour ce qui a trait à la sécurité énergétique. Or, il est clair que celle-ci nécessite la sécurisation des voies d’accès en particulier celle qui passe par la mer de Chine méridionale (figure 4). A ce facteur s’ajoute le fait que l’essentiel des importations et des exportations, vitales pour l’économie chinoise, s’effectue par voie maritime. La maîtrise des espaces marins, à tout le moins ceux par lesquels passent des routes maritimes stratégiques, apparaît donc fondamentale aux yeux de Pékin car elle garantit le maintien du développement économique du pays.

oil_trade_flows_map

Figure 4 : les flux d’hydrocarbures en mer de Chine méridionale

Source : US Energy Information Administration

Plus largement, il semble de plus en plus clair que la Chine ambitionne de développer progressivement son influence maritime. En témoigne la part du budget militaire allouée au développement de la marine chinoise, qui s’accroît d’année en année. Cette dynamique s’inscrit dans une volonté politique sur le long terme qui a été explicitée par Hu Jintao dans le rapport d’activité qu’il a présenté le 8 novembre 2012 à l’occasion du 18ème Congrès du PCC. Or, on mesure que la montée en puissance de ce nouvel acteur maritime ne peut que le faire entrer en concurrence, à terme, avec les autres puissances maritimes existantes à commencer par les États-Unis.

Compte tenu de ce qui précède, on comprend que, contrairement aux autres acteurs concernés par la dispute des Spartleys et des Paracels, la République populaire de Chine intègre cette question dans la rivalité beaucoup plus large qui l’oppose aux Etats-Unis. On peut donc poser comme hypothèse que la récente montée de la conflictualité autour de la plateforme pétrolière Haiyang Shiyou-981 viserait, au-delà du seul Vietnam, à adresser un message aux Américains et à renforcer la position de Pékin dans le bras-de-fer qui l’oppose à Washington au sujet des espaces maritimes limitrophes de la RPC (figure 5).

1042-MerChineMeridionale-655Figure 5 : les zones maritimes revendiquées par la PRC

Source : Courrier International

——————

Pour citer cet article :

Gédéon, Laurent (29 mai 2014), « Mer de Chine méridionale : les racines géopolitiques de la crise », Mémoires d’Indochine [carnet de recherche] : https://indomemoires.hypotheses.org/15040 (Page consultée le …).

François Guillemot : « L’urgence démocratique » – Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne.

Samedi 24 mai 2014. ENS de Lyon

★ ★ ★

« L’urgence démocratique ».

Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne

Par François Guillemot

Institut d’Asie Orientale

UMR 5062 – CNRS – Ecole normale supérieure de Lyon

Guillemot_UrgenceDémocratique_slide1

Introduction

[DIAPO 1] Les manifestations antichinoises de ces deux dernières semaines ont présenté un double visage, voire un triple visage qui, globalement, propose deux options différentes pour résoudre la crise actuelle. Le premier visage fut illustré par la protestation officielle du gouvernement de la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN) face à l’implantation de la plateforme HD 981 dans les eaux contestées des Paracels. Il fut relayé largement par la presse d’État mais aussi sur les réseaux de communications non officiels de l’État-Parti (par exemple les sites dédiés aux plus hautes autorités de l’État et les blogs de soutien au régime) et par les organisations mobilisées pour manifester dans la rue leur soutien à la politique gouvernementale. Le second visage revêtit la forme d’une contestation non officielle dont les mots d’ordre stigmatisaient autant l’expansionnisme chinois que le régime autoritaire vietnamien. C’est ce dernier aspect que nous proposons de survoler à travers les différentes voix de la dissidence qui se sont exprimées tout au long de ces deux semaines agitées. Enfin, le troisième visage portait pour ainsi dire la marque des « sans voix » les ouvriers de Dong Nai, de Binh Duong, de Ha Tinh, les étudiants de Can Tho, les Catholiques de Vinh, les bouddhistes Hoa Hao, les petites gens du régime qui se exprimés pacifiquement ou violemment à travers un nationalisme antichinois fait d’un bloc.

Je commencerai cette courte communication par identifier les principales voix dissidentes, incarnées par des leaders d’opinion aujourd’hui relativement bien connus, qui se sont fait distinguer sur le sujet. Quels furent leurs mots d’ordre, que contenaient leurs déclaration politiques, quelles types d’action préconisèrent-ils ? Je poursuivrai par les solutions envisagées pour sortir de l’impasse dans laquelle semble se trouver le gouvernement vietnamien actuel dont la tâche, il faut le souligner, est extrêmement difficile. Et qui pour l’heure, essentiellement par la voix de Nguyen Tan Dung et de ses deux jeunes vice-Premier ministres (Pham Binh Minh et Vu Duc Dam), parvient à maintenir le cap.

[DIAPO 2 & 3] Quelles voix se sont fait entendre au sein de la dissidence et pour dire quoi ? Les principales têtes dures de la dissidence vietnamienne se sont exprimées sur la crise actuelle. Les critiques émanent de différentes générations de contestataires incarnées aussi bien par le Dr Nguyen Dan Que, l’avocat exilé Cu Huy Ha Vu, que par la jeune génération des Pham Chi Dung, Pham Thanh Nghien ou Nguyen Tien Trung. Notons que tous sont d’anciens prisonniers de conscience. Des déclarations politiques ont été produites par un certain nombre d’organisations issues de la société civile, laïques et religieuses (bouddhistes et catholiques) à l’intérieur du pays, ou par des organisations politiques anticommunistes ou non communistes résidant à l’étranger (Viet Tan, Tan Dai Viet). Ces différentes déclarations et analyses, qui fondent le corpus de cette réflexion, permettent de rappeler rapidement ce qui préoccupe la dissidence.

[DIAPO 4] Avant cela, il convient d’évoquer en deux mots la politique actuelle du gouvernement :

  • Rester ferme sur la revendication de souveraineté ;
  • Ne pas envoyer de bâtiments militaires en Mer de Chine méridionale ;
  • Porter l’affaire au niveau régional (ASEAN) et international (ONU) ;
  • Maintenir les discussions au niveau bilatéral ;
  • Réprimer toute manifestation intérieure « illégale » mais promouvoir l’activisme à l’étranger ;
  • Rassurer les compagnies étrangères et et prévoir des dédommagements pour les compagnies attaquées.

Questions sans réponses

  • Le reflux de l’histoire

[DIAPO 5] Le premier aspect historique qui a ressurgi des affres de l’histoire du Viêt-Nam en guerre est la « Note diplomatique » de Pham Van Dong adressée à ses homologues chinois le 14 septembre 1958. Il s’agit d’une réponse banale mais affirmative validant le tracé maritime de la Chine maoïste sur la mer méridionale. Cette Note a suscité moult polémiques jusqu’à aujourd’hui [24 mai]. Les plus farouches opposants au régime la brandissent pour dire que les communistes vietnamiens ont vendu à la Chine cet espace maritime depuis des décennies. Un argument de poids qui a finalement été repris par la Chine elle-même dans sa joute verbale avec Hanoi. On parle d’une facture de 870 milliards de dollars pour solder la part de la dette de la guerre financée par la Chine contre la propriété des îlots de la mer de Chine méridionale. Ceux qui disent que ce texte n’a aucune valeur juridique s’appuient sur le fait que les Paracels dépendaient de la République du Viêt-Nam (Viêt-Nam du Sud pendant la guerre) déchue et non de la RDVN (Viêt-Nam du Nord) soutenue à l’époque par la Chine populaire. Enfin, certains font l’exégèse du texte pour contester toute allégeance à la Chine, minimisant ainsi la valeur du document. Le tonitruant député Duong Trung Quoc en appelait dernièrement à une clarification par l’Assemblée nationale et le gouvernement vietnamien a récusé officiellement le 24 mai toute valeur juridique à ce document.

  • Violences imprévisibles ?

La seconde grande thématique qui a traversé les analyses des dissidents est celle du déferlement de violence. De nombreuses questions restent aujourd’hui sans réponses sur le rôle de la police et sur l’intervention très tardive des pompiers. Un certain laisser-faire, je devrais dire laisser-détruire, a été constaté par de nombreux blogueurs. Cela rappelle nos casseurs d’ici et les violences en marge de manifestations pacifiques. Comme c’est un fait rare (en terme d’images et de médiatisation) mais peut-être pas si nouveau qu’il n’y paraît en RSVN, chacun y va de son hypothèse : la police ou ses hommes de main (côn đồ), les agents secrets (tình báo) de la Sécurité publique seraient derrière les événements dans le but de discréditer le mouvement dans son ensemble et permettre ainsi l’élargissement de la répression ; d’autres, comme l’avocat Nguyen Van Dai, pensent que des espions et agents chinois ont organisé les choses dans le but de frapper sans distinction les intérêts économiques taïwanais, japonais ou sud-coréens des zones industrielles de Binh Duong ou de Dong Nai. De façon plus prosaïque, on peut penser que la violence populaire impliquait des classes marginales prêtes à en découdre avec le « Chinois », incarnation d’une exploitation sans vergogne. Plus terrible encore furent les violences raciales lors de l’expédition punitive organisée contre des ouvriers chinois dans le complexe Formosa de Vung Ang dans la province de Ha Tinh. Il y a eu mort d’hommes, lynchages et sauvagerie manifeste si l’on croit les photos prises par le jeune net-citoyen photographe Nguyen Lan Thang. A la suite du rapatriement d’urgence d’un millier d’ouvriers chinois par le port de Vung Ang, la population locale rejetait la faute sur le laxisme des autorités provinciales qui fermeraient les yeux sur l’implantation de travailleurs chinois illégaux dans la province. Quoi qu’il en soit l’image de ses deux flambées de violence fut désastreuse pour le Viêt-Nam.

Les solutions préconisées

[DIAPO 6] Je voudrais ici mettre l’accent sur trois points clés développés par la dissidence :

1 – La survie passe par un changement intérieur radical (non violent et/ou violent) ;

2 – Les nouvelles alliances économiques, militaires, diplomatiques (le repositionnement du Viêt-Nam) ;

3 – La poursuite des manifestations pacifiques à l’intérieur du pays.

  • Démocratiser en urgence

[DIAPO 7 : Nguyen Dan Que] La parole du Dr Nguyen Dan Que, un dissident de longue date, est sans ambiguïtés. Comme beaucoup d’autres, il propose une marche salvatrice vers la démocratie. Selon lui, seule la démocratisation du régime permettra de résoudre les défis multiples du Viêt-Nam. Son analyse est sans pitié pour le régime communiste et porte sur un constat d’échec : « le pays est en faillite à cause de l’orientation générale prise où l’on passe d’une erreur à une autre, et de la gestion laxiste du fléau national que représente la corruption endémique ». Cette dégradation subie depuis des décennies est, selon lui, due « à la dictature communiste ». Il poursuit : « Il n’y a que le système démocratique qui pourra résoudre les impasses politiques, économiques, éducatives et culturelles, sociales actuelles du Viêt-Nam ». Sur le plan international, seul un gouvernement démocratiquement élu pourra obtenir une grande légitimité et le soutien populaire nécessaire pour défendre les intérêts vietnamiens en Mer de Chine. Il propose un plan de démocratisation en deux étapes. Une étape préliminaire qui verrait le bureau politique du Parti Communiste Vietnamien (PCV) démissionner en bloc pour transmettre le pouvoir à l’instance populaire suprême incarnée par l’Assemblée nationale. L’Assemblée désignerait un gouvernement intérimaire. Ce dernier modifierait en profondeur toute la politique étrangère en s’appuyant sur « la morale traditionnelle nationale au profit du peuple », en faisant de la défense de l’indépendance et de la souveraineté nationales le fondement de sa politique, tout en mettant en œuvre le processus de démocratisation du régime. L’étape suivante, l’Assemblée nationale abandonnerait la constitution actuelle et organiserait la décommunisation générale des organismes du pouvoir à tous les échelons. Elle détacherait le PCV de la police et de l’armée, tout comme des activités religieuses, syndicales ou celles des groupes constitués… L’Assemblée décréterait l’avènement d’un système démocratique et libéral. L’Assemblée rédigerait la nouvelle loi électorale en faveur du pluralisme et du multipartisme. Enfin, des élections libres, justes et transparentes sous supervision internationale pourraient se dérouler. C’est à ces conditions que la défense de l’intégrité du territoire vietnamien peut être envisagée. Toujours selon lui, la question de la « Mer orientale » pourra ainsi être débattue dans une conférence rassemblant tous les pays de l’ASEAN concernés par cet espace maritime contesté en présence des 4 puissances impliquées dans la région (États-Unis, Chine, Japon et Russie, il oublie Taïwan). Cette conférence internationale donnerait naissance à un nouvel accord définissant clairement les droits de souveraineté et économique de chacun. Cette proposition du Dr Nguyen Dan Que peut prêter à sourire et son programme de démocratisation volontariste bien idéaliste. Elle rejoint sur biens des points les questions débattues par des blogueurs et journalistes indépendants. Chacun de ces contestataires de penser que le gouvernement actuel, ligoté par la Chine, ne peut plus se porter garant de l’intégrité nationale.

  • Se repositionner, sortir du giron chinois

[DIAPO 8 : Pham Chi Dung] Cela fait déjà plusieurs mois que des blogueurs ont exposé leur désir de voir un changement de direction dans la politique diplomatique de leur pays. En clair, il s’agit d’abandonner les deux slogans politiques chinois « Phương Châm 16 Chữ Vàng » et « Tinh Thần 4 Tốt » (« voisinage amical, coopération globale, stabilité à long terme, en direction de l’avenir »). Ceux-ci, acceptés par le Politburo vietnamien lors de la fixation de la frontière à partir de 1999, fondent l’approche officielle et sont repris textuellement dans les médias vietnamiens pour qualifier les relations particulières entre les deux pays.

L’intellectuel Tran Trung Dao, poète et informaticien, se demande comment le Viêt-Nam peut-il battre la Chine ? Se basant sur le fait qu’aucun empire n’est immortel, et donc peut s’effondrer, il met en avant quatre conditions pour sortir du giron chinois : la première implique que le Viêt-Nam se démocratise avant la Chine (la même idée est reprise par la blogueuse Song Chi). Si la plupart des analystes du Viêt-Nam estiment que la démocratie peut s’avérer une solution efficace pour défendre l’intégrité du territoire vietnamien, Tran Trung Dao pense qu’elle sera aussi un outil pour vaincre la Chine. Cette démocratie doit se mettre en place rapidement avant qu’un conflit armé n’éclate en Asie qui donnerait l’avantage à la Chine. Selon M. Dao, la Chine populaire n’est pas effrayée par la puissance militaire des États-Unis ou la bombe atomique mais par la démocratie et s’inquiète beaucoup, dans sa cour arrière, de l’évolution du Viêt-Nam. « L’arme démocratique », ce sont les termes employés, provoquerait une réaction en chaîne menant à l’effondrement du système communiste chinois. L’éclatement de l’empire en plusieurs territoires ne permettrait pas à la Chine de s’occuper des îles lointaines des Paracels ou des Spratleys. Le second point concerne l’union nationale vietnamienne. La démocratie permettrait d’obtenir un large soutien international avec cette condition essentielle de l’union nationale. Sans cette dernière, aucun peuple ne peut vaincre. Mais le nationalisme préconisé par Tran Trung Dao doit reposer sur des bases humanistes et non pas verser dans l’extrémisme, le racisme ou la caricature. Le troisième point consisterait pour le Viêt-Nam d’activer une nouvelle stratégie nationale pour se repositionner sur le plan international. Il s’agit d’éviter à tout prix l’isolement du Viêt-Nam et d’inscrire le pays dans de nouvelles alliances militaires clairement définies. Sa neutralité actuelle le dessert. Enfin, la quatrième condition va dans le même sens puisqu’il préconise que le Viêt-Nam fasse le choix crucial de l’alliance militaire la plus sûre sur le modèle du Japon, des Philippines ou de la Corée du Sud ce qui revient à dire en langage décodé que seule une alliance américano-vietnamienne serait viable. Cependant, M. Dao, un rien désabusé, ne prévoit pas de changement possible au niveau de l’État-Parti, il en appelle finalement aux 90 millions de Vietnamiens à prendre leur destin en main.

Parmi les voix officielles relayées par la dissidence qui se sont fait entendre sur les solutions de sortie de crise, Mme Pham Chi Lan, experte économique du Viêt-Nam et conseillère de haut-rang dans l’appareil d’État, a souligné l’opportunité à saisir à l’issue de cette crise pour reconsidérer la politique économique de la Chine au Viêt-Nam. Elle propose un rééquilibrage avec le développement de nouveaux partenariats économiques avec de nouveaux pays afin de rendre l’économie vietnamienne plus indépendante c’est-à-dire moins dépendante de la Chine. Elle n’est pas tendre pour cette dernière qu’elle accuse de « procédures sales » dans leurs relations commerciales ou économiques avec le Viêt-Nam.

  • Lutter jusqu’au bout et manifester pacifiquement

[DIAPO 9 : Tan Dai Viet] Deux partis politiques interdits au Viêt-Nam ont rédigé des déclarations pour protester contre l’implantation de la plateforme chinoise HD 981. Le premier, le Tân Đại Việt (Néo Dai Viet), fondé à Saigon en 1964 mais interdit depuis 1975, principalement implanté aux États-Unis et en Europe, entend réagir devant « la catastrophique perte du pays » (đại họa mất nước). En cinq points, il condamne l’agression chinoise, interpelle l’opinion internationale sur la violations des droits maritimes par la Chine, condamne la faible réaction des autorités communistes vietnamiennes exigeant de leur part des mesures énergiques pour porter l’affaire devant un tribunal international, en appelle à la solidarité internationale et enfin, dans son cinquième point, se prépare avec les compatriotes à la lutte commune autour du mot d’ordre « Contre la Chine, éliminer les Communistes Vietnamiens » (Chống Tàu Diệt Việt Cộng). La déclaration est guerrière et rappelle les campagnes anticommunistes meurtrières organisées au Sud Viêt-Nam entre 1955 et 1975 pour éradiquer la résistance antigouvernementale ou antiaméricaine. Elle est de toute évidence une posture pour se démarquer de la propagande antichinoise promue par Hanoi. Elle reflète néanmoins l’état d’esprit d’une partie de la communauté exilée qui estime que seul un soulèvement populaire pourra débarrasser le pays du totalitarisme. Mis en cause par le pouvoir communiste d’être derrière les violences de Binh Duong, le parti Việt Tân, quant à lui, a immédiatement réagi dénigrant ces accusations sans fondement et réaffirmant son attachement à la lutte non violente (Đấu tranh bất bạo động) dans un communiqué de presse en ligne en date du 18 mai 2014. Cette aspect clé de la lutte est pour lui « la seule façon de ne pas pénétrer dans l’arène de la violence sur laquelle le régime détient la supériorité absolue ». C’est aussi la voie « la plus civilisée, la plus humaniste à l’aube du XXIe siècle ».

Les organisations anticommunistes vietnamo-américaines poursuivent leur manifestations sur des mots d’ordre autant antichinois qu’anti-gouvernementaux, la prochaine en date du mardi 27 mai se rassemblera autour de cinq slogans assez similaires de ceux du Tân Đại Việt [manifestation annulée depuis]. Sont mentionnés en prime le danger de la « sinisation » du Viêt-Nam et la « complicité » du PCV dans l’agression chinoise.

[DIAPO 10 : Pham Thanh Nghien] A l’intérieur du pays, le régime communiste nourrit cette contradiction interne qui est de promouvoir l’activisme à l’étranger pour porter la voix du Viêt-Nam sur le plan international et d’empêcher les gens de manifester dans le pays. On ne sait aujourd’hui si cette option pourra tenir longtemps. Sur son blog, la jeune dissidente Pham Thanh Nghien, assignée à résidence à Haiphong, s’interrogeait le 18 mai sur la violence étatique : « Il y a une chose que je ne peux comprendre : pourquoi, à l’heure où la patrie est en danger, que la seule porte de sortie pour sauver la Nation de la disparition est de s’appuyer sur la force du peuple, le gouvernement communiste maintient sa politique d’emprisonnement, de mépris, de vengeance et d’oppression contre l’expression du patriotisme ». Les dissidents vietnamiens mettent en garde le pouvoir contre la colère croissante du peuple si l’interdiction des rassemblements antichinois est maintenue. L’exaspération est difficilement contrôlable comme le démontre l’immolation par le feu, le vendredi 23 mai à l’aube, de la bouddhiste Le Thi Tuyet Mai (Dong Xuan) devant ce lieu hautement symbolique que représente le Palais de la Réunification. Toutes les associations de la société civile sont d’accord sur la nécessité de manifester pacifiquement (Pham Chi Dung, Nguyen Tien Trung). Ceci pose de nouveau la question soulevée il y a plusieurs années déjà d’une loi sur le droit de manifester, un sujet remis à l’ordre du jour par le député Duong Trung Quoc.

Cu Huy Ha Vu fait la synthèse contestataire

[DIAPO 11 : Cu Huy Ha Vu] L’analyse des événements par Cu Huy Ha Vu repose sur le ressentiment antichinois ancestral des Vietnamiens. Il y a cette idée chez certains intellectuels et politiciens (également au sein du parti) du danger permanent que représente la Chine (voir encore la dernière déclaration publique de Duong Trung Quoc). Ils évoquent la lutte multiséculaire et la période de domination chinoise. Pour M. Vu, porter l’affaire au niveau international n’apparaît pas comme une solution viable car la Chine n’acceptera jamais de reculer sur ce sujet. Cela fera donc perdre un temps précieux au Viêt-Nam. Le Viêt-Nam est engagé dans une course contre la montre pour changer sa politique intérieure et extérieure. Le gouvernement s’inscrit dans le long terme, sur une durée indéterminée, alors que la dissidence demande des mesures urgentes donc un très court terme. Cu Huy Ha Vu préconise une alliance militaire immédiate avec les États-Unis, la seule grande démocratie capable de mettre un frein aux ambitions de la Chine. De son côté, Nguyen Sinh Hung, le président de l’Assemblée nationale souligne que la politique gouvernementale envers la Chine doit à la fois être « souple et dure » ce qui revient à dire, selon ses détracteurs, qu’elle n’est pas clairement définie.

Quant à la perte du Parti en tant que formation politique unique et omnipotente, d’aucun considèrent que seul le territoire national compte, les régimes politiques quels qu’ils soient, passent. D’autres dissidents résument l’attitude du pouvoir actuel par cette formule frappante « Thà mất nước chứ không mất đảng » (Plutôt sacrifier le pays que le parti)… De nombreux citoyens partage ce sentiment de la trahison du pouvoir. Une société qui ne peut manifester est une société « cliniquement morte » (chết lâm sàng) répondait la fille d’un manifestant âgé interdit de sortir de chez lui (site Việt Tân). Selon Cu Huy Ha Vu (mais il n’est pas le seul à le penser), le changement passera par la violence si le gouvernement vietnamien n’écoute pas les aspirations du peuple. Cette éventualité que personne ne souhaite à vrai dire reste plausible. La mise en garde imprécatoire de l’avocat dissident est sérieuse.

* * *

Depuis la réunification, l’analyse des faits démontrent que le maintien du PCV à tous les échelons de la société freine aujourd’hui de nombreuses potentialités de la société vietnamienne. L’éducation en pâtit, la liberté académique, la liberté de penser (plus de 212 prisonniers de consciences selon la FIDH), de manifester pacifiquement, tous ces éléments engendrent des frustrations et provoquent chaque année la fuite des cerveaux. A l’ombre du PCV, il est difficile de construire en refusant la corruption et d’élaborer librement un projet car une ligne rouge invisible est toujours active. Il y a encore trop de tabous, de cicatrices à refermer. Le PCV a hérité en 1975 d’une société aux identités plurielles (politiques, sociales, religieuses, culturelles) qu’il a d’abord espéré pouvoir rééduquer selon les critères de sa révolution missionnaire. Il a finalement appris à l’accepter mais il reste une tension permanente entre cet état de fait et la nature du régime politique. Près de quarante ans après la guerre civile, aucune réconciliation officielle n’est intervenue. Tous les actes allant dans ce sens ont été initiés par la société civile ou les organisations religieuses. Les héros des uns font toujours le malheur des autres. L’État-Parti doit prendre en compte cette réalité qui pèse encore sur le quotidien des familles.

[DIAPO 12 : Ly lich gia dinh] Prenez l’exemple d’une demande officielle pour adhérer au parti unique. Nous sommes encore dans la rhétorique de la guerre avec une discrimination sociale et politique sur plusieurs générations. Il y a toujours ceux qui sont du côté du pouvoir et qui ont raison et ceux qui ont tort, les « ngụy » (fantoches), les « thù địch » (adversaires), les « phản động » (réactionnaires), l’ennemi intérieur logé au sein du corps social qui voudrait répandre le chaos. Cette vision binaire, caractéristique des régimes autoritaires, repose sur le vieux crédo léniniste de la purge sociale permanente. Il fait encore beaucoup de mal à la société vietnamienne. Ceci créé des tensions, des divisions, nourris des amertumes dans les histoires familiales et engendrent des réactions radicales. Il faut entendre la voix des paysannes « indignées » (dân oan) et celle des intellectuels issus des rangs du parti (le général Tran Do décédé en 2002, l’avocat Cu Huy Ha Vu, l’ancien officier de l’armée populaire et journaliste Pham Chi Dung, l’ancienne policière Ta Phong Tan…) pour évaluer l’ampleur du ressentiment face à l’injustice et à la corruption souvent liés aux groupes d’intérêts politico-économiques organisés au sein de l’appareil communiste et aujourd’hui taxés de collusion avec la Chine communiste.

Conclusion

  • Réconcilier
  • Réformer
  • Démocratiser

[DIAPO 13] La crise actuelle offre à de nombreux experts internationaux et/ou spécialistes de la région (Carl Thayer, Jonathan London, Murray Hiebert, Laurent Gédéon…) l’occasion d’affiner leurs analyses sur le danger potentiel d’une guerre limitée entre plusieurs belligérants de cet espace maritime fortement contesté. Les cartes peuvent en effet être redistribuées à travers de nouvelles alliances militaires. Cette crise est aussi une formidable occasion pour la dissidence vietnamienne de repenser sa stratégie et de construire son discours politique pour trouver des solutions viables et des alternatives envisageables. Coup d’État militaire par une faction patriotique de l’armée, renversement populaire violent, chute de l’intérieur sous la pression pacifique de la rue et sous l’effet de la détérioration du système policier (comme en RDA), réforme radicale initiée par le pouvoir actuel, démocratisation progressive du régime, toutes les options restent ouvertes pour mener le Viêt-Nam sur le chemin d’une nouvelle ère démocratique ou d’un second « Doi Moi » (Renouveau). Une évolution inverse peut être également plausible avec le renforcement de la faction pro-chinoise du PCV, l’intensification de la répression, l’interdiction de manifester, le blocage des réseaux sociaux, la baisse de la revendication territoriale et le règlement de la question au niveau bilatéral dans le plus grand secret. L’entre-deux probable est une solution « nửa vời », insuffisante et inachevée, visant à calmer le jeu et à reporter les problèmes cruciaux du moment au lendemain.

Comme vous avez pu le constater rien n’est simple et demandera de la part de celles et ceux qui mèneront ce combat une extrême lucidité, du pragmatisme, de l’expérience et une vision politique sur le long terme. La transition démocratique est une épreuve que beaucoup redoutent car potentiellement porteuse de désordres. Du côté du pouvoir vietnamien, l’État-Parti ne peut plus se permettre d’être aussi répressif que par le passé. Dans son évolution pragmatique, le PCV, véritable maître du jeu, aurait tout intérêt à favoriser la liberté d’expression et l’émergence de « think tanks » sur ces sujets complexes. Il pourrait tout à fait offrir des tribunes libres dans les quotidiens en ligne les plus en vues pour favoriser l’échange d’idées et le renouvellement de la pensée. Cela aurait le double avantage de recueillir les meilleures idées et de réintégrer au sein de la communauté nationale les intellectuels les plus critiques au lieu de les cantonner en marge des affaires publiques alors qu’ils possèdent aujourd’hui une notoriété internationale indéniable. Cela permettrait une transition politique en douceur mais demanderait du courage. En outre, d’accepter de libérer toutes celles et ceux qui ont exprimé des idées patriotiques et tenté de dessiner une « autre voie » pour le Viêt-Nam. Sans quoi le transnationalisme oppositionnel émergeant aura bien des chances de se développer.

[DIAPO 14] Le PCV devra un jour où l’autre mettre en œuvre la réconciliation nationale officielle, parfois timidement exprimée, mais jamais réalisée. Le 30 avril 2015 pourrait être décrété « Jour de réconciliation » pour ne plus signifier la victoire des uns sur les autres. De la sorte, la devise « Indépendance, Liberté et Bonheur », paradoxalement inspirée du triple démisme chinois (doctrine de Sun Yat-sen et devise du VNQDD, le Parti National du Viêt-Nam [interdit]), retrouvera tout son sens ou, si un changement radical s’opère, elle sera remplacée par une autre, plus conforme aux idéaux d’humanisme et de progrès fondement de l’identité nationale vietnamienne qui ont été ceux des lettrés modernistes du début du XXe siècle.

[DIAPO 15] Je vous remercie pour votre attention.

Guillemot_VietnamUrgenceDémocratique_24-05-2014

* * *

Documents de référence :

Pour citer cet article :

Guillemot, François (27 mai 2014), « ‘L’urgence démocratique’ : le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne », Mémoires d’Indochine [carnet de recherche] : https://indomemoires.hypotheses.org/14938 (Page consultée le …).

中越南海主权争议何以演变成前所未有的反华暴力?[RFI Chine]

[ndlr] Entretien avec Jean-Claude Pomonti et François Guillemot sur la crise sino-vietnamienne. Un dossier de Judith Geng à lire ou à écouter sur RFI Chine.

中国海警船向越南巡逻艇放射水炮。图片摄于2014年5月3日。 路透社
中国海警船向越南巡逻艇放射水炮。图片摄于2014年5月3日。
路透社

中国和越南围绕南海岛屿的主权争议由来已久,双方也曾为此兵戎相见。但今年5月中旬,继中国钻油平台“海洋石油981”向双方有主权争议的水域移动,开展 勘探之后,越南国内发生前所未有的大规模反华抗议游行,这些游行活动演变成严重暴力事件,致使500多家台商工厂遭到破坏,并有人员伤亡。由来已久的海岛 主权争议何以衍生出如此的暴力?如何理解反华游行前所未有的规模?越南政府在听任民间表达抗议之后,是否陷入被动?这场危机将如何收场?越南是否有可能效 仿菲律宾,加强与美国的军事联盟以求自保?我们分别电话采访了法国《世界报》常年关注东南亚国家情况的资深记者、让-克洛德•波孟蒂(Jean-Claude Pomonti)和法国里昂东亚研究中心、法国国家科研中心CNRS研究员弗朗索瓦•吉野莫(François Guillemot).

Lire la suite : RFI Chine, 24/05/2014.

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne

L’Institut d’Asie Orientale (IAO) et l’Association Culturelle des Vietnamiens du Rhône organisent

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne

Samedi 24 mai, de 15h à 18h, Salle de réunion de l’IAO (R66)

L’atelier se propose d’analyser les récents événements liés à l’implantation d’une plateforme pétrolière dans les eaux contestées des Paracels. Cette implantation considérée comme « illégale » par le Viêt-Nam a engendré de nombreuses manifestations de rue partout dans le pays. Il s’agira de rappeler les enjeux géopolitiques du moment et de comprendre les causes des violences antichinoises qui se sont déroulées principalement dans les provinces de Binh Duong, Dong Nai et de Ha Tinh ainsi que leur impact sur le Viêt-Nam.

Intervenants :

  • Christophe Tran (ACVR) : Les réactions des Vietnamiens à l’étranger

 

Places limitées. Inscription requise auprès de l’IAO :

laurent.gedeon@ens-lyon.fr ou francois.guillemot@ens-lyon.fr

AtelierReflexionChine-Vietnam_2014_05_24

Le Viêt-Nam veut faire entendre sa voix face à la puissance chinoise – par Lizzie Carboni

Bien-DongUn accrochage entre des navires chinois et vietnamiens dans les eaux méridionales contestées par les deux pays a engendré un soulèvement de la population vietnamienne contre la puissance chinoise. Début mai, Pékin installe une plateforme d’exploitation d’hydrocarbure, à l’intérieur de la zone économique exclusive du Viêt-Nam. Ce conflit est ancré dans l’histoire récente des deux pays. Mais à l’heure où la Chine devient la première puissance économique mondiale, le Viêt-Nam entend s’imposer.

« Le Viêt-Nam demande la paix, la Chine répond par la guerre ». La phrase est accrocheuse et figurait sur l’une des nombreuses banderoles brandies par les manifestants vietnamiens, le 11 mai dernier. Cette confrontation verbale est un évènement qualifié de rarissime par les autorités. « La pression au sein de la population et du Parti communiste vietnamien était telle que ce dernier a donné son feu vert aux manifestations. C’est un jeu qui s’est révélé dangereux car la Chine, agacée de ce nationalisme outrancier, a su exploiter les contradictions vietnamiennes », explique François Guillemot, ingé­nieur de recher­che au CNRS à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon. Conséquence directe de ces manifestations qui ont fait deux morts : le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a annoncé que le pays suspendra en partie les projets d’échanges bilatéraux avec le Viêt-Nam, signé en octobre 2013.

Nguyen Tan Dung, le PM vietnamien au 24 sommet de l'ASEAN © 2014 VTV1
Nguyen Tan Dung, le PM vietnamien au 24e sommet de l’ASEAN © 2014 VTV1 

Au Viêt-Nam, le Parti communiste comporte deux aspects avec d’un côté ceux qui veulent maintenir les bonnes relations avec la Chine pour des raisons politico-économiques et ceux aux intentions plus nationalistes. C’est ce second aspect qui se manifeste aujourd’hui envers Pékin. « Les Vietnamiens ont une vision dure de leur confrère chinois. Ils s’expriment aujourd’hui sous cette forme en référence à la domination chinoise. Il y a une forme de paranoïa qui se comprend en vue des relations anciennes entre les deux pays qui ont souvent été conflictuelles » explique François Guillemot. Les deux pays veulent apaiser les choses, notamment le Viêt-Nam pour des raisons de politique intérieure. Si la Chine affirme être dans son droit, elle tient cependant un double discours : elle prétend que les eaux territoriales qui bordent les îles Paracels lui appartiennent mais qu’elles sont également contestées. « On ne peut pas dire les deux. L’accord international (UNCLOS) sur la loi maritime signé par les deux pays en 1982 (ratifié en 1994 par le Viêt-Nam) puis en 1994 (ratifié en 1996 par la Chine) démontre de fait que c’est un espace contesté. La Chine ne souhaite pas que le Viêt-Nam porte le conflit devant l’ASEAN pour le résoudre, elle prévoit de le faire à un niveau bilatéral, n’engageant que les deux parties » précise le spécialiste.

Manifestation vietnamienne à Tokyo le 11 mai 2014
Manifestation vietnamienne à Tokyo le 11 mai 2014 © 2014 Blog nguoilotgach

Démonstration de force chinoise

L’implantation de la plateforme pétrolière chinoise n’est pas une coïncidence. Elle intervient au moment où le Viêt-Nam, les Etats-Unis et d’autres pays d’Asie du Sud-Est finalisent des accords économiques multilatéraux (Accord de Partenariat Trans-Pacifique). C’est un bon moyen donc pour la Chine de signifier sa domination. Le grand appétit territorial de la Chine se veut justifié. « Au regard de l’histoire, la Chine est chez elle, elle peut donc y construire ce qu’elle veut. Le Viêt-Nam jalouse son voisin qui est aujourd’hui devenu la première puissance économique mondiale » explique Pierre Picquart, spécialiste de la Chine à l’Université de Paris-VIII. Ces « îles de la discorde » possèdent des eaux environnantes riches en poissons et les fonds sous-marins pourraient receler d’importantes ressources en gaz ou pétrole. Mais bien plus important encore, elles se situent sur des routes maritimes internationales cruciales pour le commerce mondial : un gros avantage pour la Chine. « Pékin ne veut pas la guerre mais la paix régionale. Le conflit n’est pas du tout dans son intérêt ni dans celui des pays alentours qui forment une zone économique en pleine expansion. La Chine a plutôt intérêt à s’entendre avec ses voisins pour avoir des partenariats intégrés » explique le spécialiste. A l’image de l’Europe qui n’échappe pas à la règle des conflits territoriaux, cette dernière peut s’en sortir grâce à la mise en place de systèmes monétaires d’échanges et économiques comme l’affirme Pierre Picquart. Pour les relations sino-vietnamiennes, il affirme la même chose : les conflits territoriaux peuvent se résoudre sur le même schéma. L’entente qui paraît se dessiner entre le Viêt-Nam et la Chine lors de la 8ème Conférence des ministres de la défense des pays de l’ASEAN au Myanmar pour résoudre la crise devrait permettre de ramener le calme. « Si la logique nationaliste l’emporte sur le pragmatisme économique, le conflit risque au contraire de s’amplifier » précise François Guillemot.

Lizzie Carboni

 

La Chine, reine des rivalités territoriales asiatiques

HD981_BienDong
La plateforme chinoise HD981 © Viet Bao

La République populaire de Chine revendique depuis bien longtemps, l’ensemble de la mer de Chine méridionale. En 1958, le Premier ministre nord vietnamien (RDVN) reconnaît la souveraineté des îles à la Chine mais pas le Viêt-Nam du Sud (RVN). En 1974, prenant avantage du retrait des troupes américaines de la guerre du Viêt-Nam, la Chine a envahi les îles Paracels, occupées par le Sud Viêt-Nam. Une courte mais sanglante bataille navale s’en est suivi. Depuis la réunification officielle du Viêt-Nam en 1976 (RSVN), les deux pays se disputent la souveraineté de plusieurs zones maritimes. En 1988 vient s’ajouter une autre bataille, pour le contrôle des îles Spratleys, qui a fait quelque 70 morts côté vietnamien. Mais le Viêt-Nam n’est pas le seul à revendiquer les îles Paracels : les Philippines, Taïwan et le Bruneï veulent s’imposer dans le débat. Le Viêt-Nam apparaît toutefois assez isolé car le conflit actuel touche uniquement les îles Paracels, moins contestées par les autres pays d’Asie. Toutefois, les Philippines ont joué la manière forte, en arrêtant des pêcheurs chinois qu’ils ont par la suite, présentés en justice. Et Pékin ne s’arrête pas là, le pouvoir chinois est aussi en conflit avec le Japon depuis le début du XXème siècle : les Japonais revendiquent la souveraineté des îles Senkaku/Diaoyu, un archipel également situé en mer de Chine orientale.

Lizzie Carboni est étudiante en journalisme à l’ISCPA de Lyon.

Request the government of China immediately withdraw its HD-981 oil rig and other vessels out of Vietnam’s EEZ

We_the_People_logo[ndlr] Une pétition, adressée au gouvernement américain, a été mise en ligne hier sur le site de la Maison Blanche pour traiter de la question du forage chinois dans les Paracels. Les internautes disposent d’un mois pour atteindre les 100.000 signatures requises.

China has been using the unfounded nine-dashed line to claim ownership over the entire East Sea (South China Sea), which has absolutely no legal basis. China has been ignoring the international law and the world community and using that nine-dashed line to harass smaller countries in the region. On May 02, 2014, China placed oil rig HD-981 in Vietnam’s Exclusive Economic Zone with a flotilla of 80 military ships to ships, attacking Vietnamese patrol vessels working in the area.The world needs peace in the East Sea, and the United States has great interest in freedom of navigation in the East Sea. Peace will have a better chance to survive in the East Sea if the President of the United States weighs in the East Sea problem and requests that China stop its provocative and belligerent acts.

Source : We The People

Viêt-Nam: Répression attendue et image interdite

La Chine en avait fait la demande : les autorités vietnamiennes devaient faire en sorte de contenir l’agitation anti-chinoise. Le premier ministre vietnamien avait également ordonné à la Police et aux organismes d’État de prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la sécurité des biens et des personnes visés par les manifestations « illégales » [1]. Ce fut chose faite.

La manifestation nationale du dimanche 18 mai 2014 malgré ses mots d’ordre pacifiques fut réprimée en amont partout dans le pays et sur place tant à Hanoi qu’à Ho Chi Minh-Ville. La répression fut déclenchée dès le samedi 17 mai avec le déploiement de forces de sécurité à proximité des habitations personnelles des principaux blogueurs et manifestants potentiels. Il en fut ainsi des époux Hồ Nhật Thành et Trịnh Kim Tiến ou du journaliste indépendant Phạm Chí Dũng bloqués à Saigon, de la dissidente Phạm Thanh Nghien à Haiphong, de Mẹ Nấm – Nguyễn Ngọc Như Quỳnh à Nha Trang, de Nguyễn Văn Thạnh à Danang, des blogueurs Anh Chí, Lê Lan ou Phương Bích à Hanoi, de Nguyễn Thị Kim Liên et de son fils Đinh Nhật Uy à Long An… D’autres furent arrêtés préventivement à Nha Trang ou à leur arrivée sur les lieux comme Vũ Mạnh Hùng, Mai Dũng, Nguyễn Xuân Diện, Trần Quang Trung à Hanoi. Au total, c’est sans doute plus d’une trentaine d’activistes qui furent empêchés de manifester pacifiquement [2].

VandaLam_18-5-2014
La pancarte dit : « Nous participons à une manifestation pacifique visant à protester contre le gouvernement chinois. Appel en direction de l’international pour soutenir le peuple vietnamien sur la question de la Mer orientale. S’unir c’est vivre, se diviser c’est mourir ».

Cet effort pour éteindre le mouvement de protestation ne put éviter un rassemblement spontané (et donc considéré comme illégal) de quelques minutes dans le centre d’Ho Chi Minh-Ville mais il fut rapidement dispersé. Les manifestants furent arrêtés et forcés de monter dans les cars de la Sécurité publique affrétés pour l’occasion. Devant l’ambassade de Chine populaire, quelques dizaines de citoyens purent néanmoins faire entendre leur voix. Un incident fut remarqué lors de l’intervention de la police. Un jeune étudiant d’origine khmère nommé Vanda Lâm avait courageusement brandi une pancarte sur laquelle apparaissait le drapeau de la RSVN aux côtés du drapeau de l’ancienne République du Viêt-Nam du Sud. Il résumait ce transnationalisme naissant pour contrer la Chine (sur lequel nous reviendrons dans un billet plus conséquent). Ce jeune manifestant fut violemment frappé par un policier en civil avant d’être arrêté. Connu pour avoir par le passé interviewé et soutenu des paysans indignés (dân oan), ce jeune étudiant en pharmacie est aujourd’hui tenu au secret et selon le Facebooker Quang Cảnh aucun contact n’avait pu être pris avec lui depuis son arrestation [3].

Dans son compte-rendu de la manifestation « avortée » du 18 mai, le site China.org.cn relais de l’information officielle chinoise, soulignait l’importante présence policière deployée dimanche dernier et le contrôle exercé sur internet (mais aussi l’utilisation des réseaux sociaux pour diffuser l’exhortation du Premier ministre) :

Dimanche, alors qu’une vague de manifestations anti-Chinois étaient censées éclater dans tout le pays, les agents de police étaient plus nombreux que les dizaines de touristes à la Cathédrale Notre-Dame de Saïgon, célèbre site historique du centre-ville de Ho Chi Minh-Ville. […]

Les autorités vietnamiennes chargées de la sécurité ont renforcé la protection du Consulat général de Chine à Ho Chi Minh-Ville, l’une des principales cibles des manifestants vietnamiens. Certains manifestants ont même tenté d’y faire irruption la semaine dernière.

En plus des deux policiers qui gardent généralement la porte principale du consulat, plus de 20 gardes en uniforme équipés de gilets pare-balles et de fusils ont été déployés sur place pour défendre deux carrefours près de la mission diplomatique chinoise tout au long de la journée.

Le Premier ministre vietnamien Nguyen Tan Dung a envoyé dimanche trois textos à presque tous les utilisateurs de téléphones mobiles du pays, incitant tous ses compatriotes à ne pas participer à des manifestations sans autorisation gouvernementale [souligné par nous].

Pour empêcher les gens d’utiliser Internet pour organiser des manifestations, les autorités vietnamiennes ont fermé l’accès à Facebook pendant toute la journée de dimanche. Ce réseau social est largement utilisé par les utilisateurs vietnamiens de téléphones mobiles pour organiser des activités de groupe [4].

Les dernières nouvelles concernant cette crise sino-vietnamienne, inédite depuis le conflit armée de 1979, ne permettent pas d’envisager un rapide retour au calme. A ce jour, la Chine aurait déjà évacué plus de 3.000 de ses ressortissants tout en envoyant en direction du Viêt-Nam cinq navires afin de poursuivre l’évacuation de centaines d’autres [5]. En outre, plusieurs programmes d’échanges bilatéraux ont été suspendus par la Chine [6]. Les journaux vietnamiens en ligne rapportaient aujourd’hui que d’autres incidents en mer s’étaient produits contre deux marins pêcheurs vietnamiens battus par des Gardes-côtes chinois [7]. Des deux côtés, les appels au calme se dédoublent de commentaires aux tons plus guerriers. Le Viêt-Nam se prépare psychologiquement à la résistance nationale pendant que la Chine renforce sa présence dans les eaux revendiquées par le Viêt-Nam.

FG, mise à jour le 21/05/2014.

[1] Voir notre précédent billet : Expéditions punitives antichinoises sur fond de frustrations vietnamiennes, 17/05/2014. Sur la directive du Premier ministre : Công điện số 697/CĐ-TTg của Thủ tướng Chính phủ : Về việc đảm bảo an ninh trật tự (PDF téléchargeable sur le site officiel du PM) et voir l’annonce sur le site de la Télévision de la Sécurité publique : Thủ tướng Chính phủ: Không để xảy ra biểu tình trái pháp luật, ANTV, 17/05/2014.

[2] Voir le compte-rendu détaillé sur le site Dan Lam Bao : Tường thuật Biểu Tình Yêu Nước 18.5.2014 – Công an ngăn chận khắp nơi

[3] idem, voir en fin de CR sur Dan Lam Bao.

[4] Vietnam : les manifestations anti-Chinois avortées grâce au renforcement du dispositif de sécurité, China.org, 19/05/2014.

[5] Tensions Pékin-Hanoï: le Vietnam calme le jeu, la Chine évacue ses ressortissants, Euronews, 18/05/2014 ; Violences antichinoises au Vietnam : la Chine évacue 3 000 ressortissants, Le Monde, 18/05/2014. Voir aussi : Violences au Vietnam: 4000 Chinois en attente d’une évacuation, La presse, 19/08/2014.

[6] idem, La presse, 19/08/2014.

[7] Tran Mai, Ngư dân Việt Nam bị Trung Quốc đánh ở ngư trường Hoàng Sa, Tuoi Tre, 18/05/2014. Information largement reprise dans la presse vietnamienne y compris dans le Nhân Dân, l’organe officiel du PCV.

 La manifestation « illégale » en images :

Rappel des faits par Euronews :

Agression contre Vanda Lâm :

* * *

A lire sur Mémoires d’Indochine

* * *

Autres documents sur la crise sino-vietnamienne