Archives par mot-clé : Paracels

Tưởng niệm 46 năm Hải chiến Hoàng Sa

[ndlr] Au Viêt-Nam, la mémoire de certains faits militaires reste interdite : 46 ans après la bataille des Paracels contre la Chine communiste, la commémoration du sacrifice des 74 (ou 75) marins sud-vietnamiens se déroulent dans la sphère privée et sous le contrôle de la police politique.

Sur la vidéo, autel dédié au Capitaine de vaisseau Nguy Van Tha décédé lors de la bataille des Paracels le 19 janvier 1974.

Le Vietnam demande à la Chine de respecter sa souveraineté [CVN]

[ndlr] Mer de Chine méridionale : Le dossier de la « Mer de l’Est », selon la dénomination vietnamienne, revient sur le devant de la scène.

Le Vietnam s’oppose résolument à l’installation par la Chine d’une nouvelle structure sur le récif de Bong Bay (Bombay) dans l’archipel vietnamien de Hoàng Sa (Paracels), et demande à la Chine de mettre fin immédiatement à l’opération et de ne pas mener des actions similaires, a déclaré la porte-parole adjointe du ministère des Affaires étrangères, Nguyên Phuong Trà.

Lire la suite : Le Courrier du Vietnam, 22/11/2018.

Précédents articles sur ce sujet :

Manifestation vietnamienne contre contre “l’expansionnisme chinois” en mer de Chine méridionale

[ndlr] Manifestation d’étudiants vietnamiens contre “l’expansionnisme chinois” dans l’espace maritime revendiqué par le Viêt-Nam.

Plus de 300 vietnamiens et leurs amis internationaux du Collectif Vietnam se sont rassemblés le 23 janvier 2016 devant le Mur pour la Paix (Paris 7ème) pour appeler la communauté internationale à protester énergiquement contre “l’expansionnisme chinois” en mer de Chine méridionale afin de préserver la liberté de navigation, de survol et “d’éviter tous risques de guerre”.

Lire la suite : Mediapart, 25/01/2016 / Blog de Nguyen Hoai-Tuong

Voir aussi : Anh Ngọc, Người Việt tại Pháp biểu tình phản đối Trung Quốc ở Biển Đông, VnExpress, 25/01/2016.

Protestation organisée par le Collectif Vietnam

Collectif Vietnam

Collectif Vietnam est un rassemblement des citoyens vietnamiens ou d’origines vietnamiennes et d’amis du Vietnam de toutes générations vivant, étudiant et travaillant en France qui souhaitent soutenir le Vietnam. Source : https://goo.gl/Zm6wfH

Maritime trade on the Biển Ðông Sea (the South China Sea) in History – 10/11/2015

[ndlr] Annonce d’un séminaire à New York sur l’histoire du commerce en Mer de Chine méridionale.

New York (November 10th, 2015).

The Institute for Vietnamese Culture & Education ( IVCE) is pleased to announce a seminar on Maritime trade on the Biển Ðông Sea (the South China Sea) in History.

Topic I: Archaeological finds in the Biển Đông Sea (otherwise called the South China Sea), and historical documents found in the archives of Vietnam, Japan, China and Western countries reveal the important role of the Biển Đông Sea and Vietnam in the maritime trade network of the world between the Xth and the XXth centuries, especially in the Grand Commercial Era of world (XVIth to XVIIIth centuries). Vietnam is located on the vast western continental shelves running lengthwise along the Biển Đông Sea, where a series of harbors were convenient for the trade ships of international merchants to dock and do business since the XIth century. Vietnam also possessed and frequented several archipelagoes in the Biển Đông Sea, including the Paracels (quần đảo Hoàng Sa) and the Spratlys (quần đảo Trường Sa), that lie on these busy trade routes. Presented by Dr. Trần Đức Anh Sơn.

Topic II: State regulations on foreign maritime trade areas and merchants and state expeditions to archipelagos in the Biển Đông Sea (the South China Sea) under the various dynasties, from the Lý, Trần to the Lê and Nguyễn, in Vietnam (Xth to XXth centuries). The legal and general historical documents, such as: Đại Việt sử ký toàn thư [Complete Annals of Đại Việt], Khâm định Việt sử thông giám cương mục [Comprehensive Annals of Vietnam as Ordered by the King], Lê triều chiếu lệnh thiện chính [The Book on Good Government of the Lê Dynasty], Phủ biên tạp lục [Miscellaneous Chronicles of the Pacified Frontier] show how foreign trade areas were established and foreign merchants’ movements regulated. Besides promoting foreign trade, the State also made itself present in the Biển Đông Sea by launching state expeditions to the Paracels (quần đảo Hoàng Sa) and Spratlys (quần đảo Trường Sa) for salvage and asserting sovereignty. Presented by Dr. Tạ Văn Tài.

 TranDucAnhSon  Dr. Trần Đức Anh Sơn, Ph.D. in History (Vietnam National University in Hanoi, 2002) was awarded scholarships to study on museology, archaeology, history of art and management of cultural heritage in Japan, Korea and Germany. Dr. Trần Đức Anh Sơn is the author of several research books, including Blue and White porcelain of Huế – Some Academic Exchanges (ed.), Thuận Hóa in Huế 1997; Sino-Vietnamese Porcelain in the Nguyễn Period, Vietnam National University in Hanoi, 2008; Documents on Vietnam’s sovereignty over the Paracels, Văn hóa-Văn nghệ in HCMC, 2014; Ship and Shipbuilding in Vietnam in the Nguyễn Dynasty, Văn hóa-Văn nghệ in HCMC, 2014. He is currently a Vice-Director of Danang Institute for Socio-Economic Development and a Fulbright visiting scholar at Yale University.
 TaVanTai Dr. Ta Van Tai, Ph.D. (University of Virginia), LL.M. (Harvard Law School), was former professor of law and lawyer in South Vietnam prior to 1975, former research associate and lecturer at Harvard Law School, and is a practicing attorney in Massachusetts, USA. His publications include, among others, The Vietnamese Tradition of Human Rights, Institute of East Asian Studies, University of California-Berkeley, 1988; with co-author Nguyen Ngoc Huy, The Lê Code: Law in Traditional Vietnam, 3 Vols., Ohio University Press, 1987; The Rule of Law in 19th Century Vietnam and China, Chapter in Histoire de la Codification Juridique au Vietnam, ed. by Bernard Durand et. al., Faculty of Law of Montpellier University, February 2001; U.S.-Vietnam Trade Agreement, Harvard Asia Quarterly, Winter 2001; with co-authors Thanh Trai and Sesto Vecchi, Doing Business in Vietnam, Vietnam Council on Foreign Relations, Saigon, Vietnam 1970 and 1974; Ethnic Minorities’ Rights in Old Vietnam in Vietnam Forum, Yale University, March 1984 and May 1985; Confucianism: Rule by Law and Rule of Law, The Conference in Hanoi, Vietnam, co-sponsored by Vietnam and the Harvard-Yenching Institute, 2007; published also in the Vietnam Social Sciences Journal, Nos. 1 and 3, 2009. His awards include: Fulbright, then U.S. Agency for International Development, Asia Foundation, Ford Foundation and Aspen Institute. He is listed in Who’s Who in American Law, Who’s Who in the World, Who’s Who in America.

Place: Hamilton 309, Columbia University.
Time: Thursday, November 12th, 2015. 8.00 – 9.00pm: Seminar
9.00 – 9.30pm: Documentary on Maritime trade on the Biển Ðông Sea (South China Sea)
Contact: Ngoc Le-Cascarino, ntl2105@columbia.edu
Sponsor: Columbia VSA, Weatherhead East Asian Institute and IVCE.

Place: Terrace Room, Paige Hall, Tufts University.
Time: Friday, November 13th, 2015. 7 – 8pm: Seminar
8 – 8.30pm: Documentary on Maritime trade on the Biển Ðông Sea (South China Sea)
Contact: Trang Nguyen, Minh_Trang.Nguyen@tufts.edu
Sponsor: Tufts Vietnamese Students Club, Tufts International Relations Department and IVCE.

Source : VSG.

Image « à la une » : illustration de l’ouvrage : Trần, Đức Anh Sơn & Vũ, Hữu San, Ngành đóng thuyền và tàu thuyền ở Việt Nam thời Nguyễn : phụ lục đôi nét về hàng hải nước Việt xưa, TP. Hồ Chí Minh : Nhà xuất bản Văn hóa-văn nghệ, 2014.

Mer et îles du Viêt-Nam : une vision « dai vietnamienne » de l’histoire

Mer et îles du Viêt-Nam : une vision « dai vietnamienne » de l’histoire

Mise en ligne sur YouTube le 23 juin 2015 par la chaîne de télévision HTV (la télévision de Ho Chi Minh-Ville) du  film réalisé par le journaliste Nguyen Quy Hoa « Mer et îles du Viêt-Nam, les origines séculaires ». En cinq parties d’environ 30 minutes chacune, une fresque historique, agrémentée de courts entretiens de spécialistes [1], se déroule sous nos yeux pour promouvoir et expliquer la souveraineté vietnamienne sur les îles contestées de la mer de Chine orientale. Ce travail de (re)conquête d’une opinion publique interne et internationale pourrait s’avérer payant sur le long terme.

En deux heures et demi, un destin « dai-vietnamien » est retracé avec la mer comme toile de fond et, selon les auteurs, facteur essentiel de la survivance nationale. La mer est décrite comme un « espace vital et un espace culturel » tous deux intimement liés à la lutte pour l’existence du pays. Dans la première partie, les civilisations de Dong Son, Sa Huynh, Oc Eo et même du Champa (!) sont mobilisées à cet effet. Les dessins des tambours de bronze attestent de l’identité maritime des anciens Viet. L’empereur Ly Thai To est présenté comme le grand inspirateur de la protection du territoire national relayé par la célèbre diatribe du général Ly Thuong Kiet. Trois étapes permettent aux auteurs du film d’expliquer la souveraineté vietnamienne : la découverte de terres sans propriétaires ; l’appropriation de ces terres de façon légale ; l’administration de la souveraineté (des territoires découverts). On perçoit la complexité de la question à travers la terminologie de ce processus qui s’avère ni stable ni linéaire. Ainsi, pour appuyer cette « histoire écrite avec du sang » sont passés en revue les textes anciens vietnamiens et les encyclopédies chinoises mentionnant l’utilisation de la mer au profit du Viêt-Nam.

Cette utilisation « régulière » de la mer forme le fil directeur de la seconde partie. Les relations de voyage des étrangers sont mises en valeur pour appuyer la démonstration. En particulier, le rôle du Japon sur cet espace maritime entre le XVIe et le XVIIIe siècle est rappelé ainsi que les relations commerciales ou culturelles, voire matrimoniales, entre la ville de Hoi An et les Japonais. Le périple en mer se poursuit avec l’expérience des Portugais et des Néerlandais, grands navigateurs dans la région et témoins de l’expansion du royaume d’Annam.

Dans la troisième partie du film, une équipe de chercheurs mène l’enquête (qui a débuté de fait déjà dans la seconde partie) dans différents centres d’archives et bibliothèques au Portugal, en Hollande, en France, aux Etats-Unis, en Italie à la recherche de documents sources (cartes, lettres, traités de géographie, atlas) comme autant de précieux indices ou preuves. Ceux-ci doivent illustrer la légitimité de la revendication vietnamienne. Le voyage ne s’arrête pourtant ni en Inde, ni en Chine, ni en Indonésie, trois grands pays susceptibles d’avoir produit des cartes et des relations de voyages sur l’occupation des mers. Les relations de voyages des marchands arabes ne sont pas convoquées.

Cette série documentaire révèle l’importance que revêt l’espace maritime dans l’imaginaire national et la géopolitique vietnamienne d’aujourd’hui. Le destin « dai-vietnamien » de la lutte pour l’existence mis en scène avec un certain sens de la dramaturgie chère aux documentaires révèle également la portée transnationaliste de cette opération de communication à destination des Vietnamiens du monde entier et de la communauté internationale. Les expressions « espace vital » (không gian sinh tồn) et de « lutte pour l’existence » (tranh đấu sinh tồn) rythment le discours narratif. Elles rappellent, volontairement ou non, les discours des nationalistes Dai Viet des années quarante sur la « survivance nationale » (dân tộc sinh tồn) [2].

BandoHanNom_une
Cuốn Càn khôn Nhất lãm do Phạm Đình Hổ (1768-1839) biên tập có Đại Nam dư địa chí toàn đồ có bản đồ vẽ Hoàng Sa © 2014 Viet Bao

Si l’accent est mis sur la mention cartographique des archipels Paracels et Spratleys, la constitution de l’espace national vietnamien à travers les siècles n’est pas réellement abordée. Le processus multiséculaire de la marche vers le Sud (Nam Tiến), la destruction puis la disparition du Champa et la conquête des anciens territoires khmers ne sont pas mentionnés donnant la fausse impression que l’espace vietnamien actuel était déjà formé au Xe siècle. La quatrième partie, revient de façon plus détaillée sur le destin particulièrement tumultueux du Viêt-Nam au cours d’un vingtième siècle.

Cette partie, débutant par la colonisation française, rappelle le nouveau cadre juridique et administratif qui s’impose à la dernière dynatie vietnamienne des Nguyen. Les Français exploitent et mettent en valeur les Paracels. L’investigation se poursuit pendant la période de l’occupation japonaise lors de la Seconde Guerre mondiale et celle de l’Etat national de Bao Dai entre 1948 et 1954. Enfin, sont rapidement évoqués la division du pays puis le rôle clé de la République du Viêt-Nam dans le maintien de la souveraineté sur les Paracels jusqu’en 1975 (bataille perdue de Hoang Sa en 1974). Ainsi, les Paracels changent quatre fois de tutelles (française, japonaise puis de nouveau vietnamienne) entre 1885 et 1975.

La dernière partie, consacrée au Viêt-Nam officiellement réunifié depuis juillet 1976, présente la lutte contre la Chine populaire comme un enjeu majeur, d’abord sur le front du Nord en février 1979 puis sur le front maritime de Truong Sa en 1988. En particulier, cette partie insiste sur les nouvelles et récentes prétentions chinoises, la fameuse « langue de boeuf » en neuf ou dix traits (suivant les cartes), sur cet espace maritime international. Dans cette partie se succèdent les différents avocats du discours officiel sans éviter l’effet propagandiste. Sur le plan esthétique, l’image est assombrie par un effet de lumière (halo plus filtre) peu valorisant. Enfin, les cinq dernières minutes ne nous épargnent pas une lourdeur de plus en nous résumant le film pour le cas où n’où n’aurions pas saisi son objectif premier.

L’intérêt majeur de ce film documentaire réside ainsi autant dans ce qu’il montre que dans ce qu’il omet de dire sur la formation du Viêt-Nam indépendant que l’on connaît aujourd’hui et sur la réalité des relations sino-vietnamiennes entretenues entre la République socialiste du Viêt-Nam et la République populaire de Chine. Ce dernier aspect, notamment les tractations secrètes entre les deux Etats communistes depuis 1990, permettrait de mieux saisir les raisons, les tenants et les aboutissants de la politique de fait accompli chinoise. Le mutisme des autorités vietnamiennes sur ces accords est peu rassurant et ouvre la porte à toutes les interprétations.

Enfin, réalisé par la télévision d’Ho Chi Minh-Ville avec un narrateur à l’accent sudiste, le film témoigne de la résurgence depuis quelques années d’un nationalisme anti-chinois porté à la fois par de nombreux intellectuels du pays [2] et par des figures importantes de la dissidence (par ex. Cu Huy Ha Vu). Dernier point quelque peu surprenant : le film documentaire donne la priorité à l’histoire des Paracels (Hoàng Sa), les ilôts vietnamiens perdus en 1974, alors que l’on sait que la mainmise chinoise est effective sur ce territoire depuis cette date.  Ce qui nous amène à conclure que le Viêt-Nam place sa « lutte pour l’existence » dans une perspective de longue durée, ce qui, par le passé, a démontré une certaine efficacité.

FG, 10/07/2015, MàJ

[1] Avec la participation des chercheurs, journalistes, avocats, religieux et experts (par ordre d’apparition) :

[2] Un vocabulaire qui trouve ses origines dans le social-darwinisme en vogue au début du XXe siècle et que l’on peut suivre dans les textes de l’école Dong Kinh Nghia Thuc ou du lettré révolutionnaire Phan Boi Chau.

[3] A titre d’exemple, voir la mise en garde de Mme Bui Tran Phuong, rectrice de l’université Hao Sen (Ho Chi Minh-Ville), à ses étudiants lors du discours d’ouverture de la campagne de recrutement. Cf. Diễn văn Hiệu trưởng nhân lễ trao bằng tốt nghiệp lần thứ 26, Dai Hoc Hoa Sen, 23/06/2015.

 

English version

Episode 1: https://www.youtube.com/watch?v=gTfnz7TSedk

Episode 2: https://www.youtube.com/watch?v=Cu00mR9X_NE

Episode 3: https://www.youtube.com/watch?v=i93hfKUrZP0

Episode 4: https://www.youtube.com/watch?v=XYFCshLoEDY

Episode 5: https://www.youtube.com/watch?v=B22KfiCfDcU

 

Image « à la une » : carte du Dai Nam du XVIIIe siècle sur laquelle apparaît les Paracels (Hoàng Sa), source Viet Bao (lien ci-dessus).

Mer Orientale : la “souveraineté territoriale” infondée de la Chine [Vietnam +]

[ndlr] Le Viêt-Nam et la communauté internationale s’inquiètent des constructions militaires illégales de la République Populaire de Chine en Mer de Chine méridionale. Une affaire qui attise de nouveau les tensions sur le plan régional. A lire sur Vietnam +.

Les constructions d’îles semi-artificielles à grande échelle dans l’archipel de Truong Sa (Spratly), le déploiement d’armes et de munitions sur ces îles artificielles… violent arrogamment la souveraineté du Vietnam, provoquent de profondes inquiétudes dans les pays avoisinant cette zone comme ceux de la communauté internationale, sur leurs conséquences pour la liberté, la sécurité et la sûreté de la navigation maritime et aérienne en Mer Orientale. Il s’agissait de l’un des points ayant suscité une attention soutenue et ayant été le plus discuté lors du 14e Dialogue de Shangri-La à Singapour.

[…]

Depuis 2014, la Chine a construit environ 800 ha, soit une superficie plus vaste que le total des superficies revendiquées par l’ensemble des autres parties en présence. [souligné par nous]

[…]

Lire la suite : Vietnam +, 04/06/2015.

Image « à la une » : l’ilôt Tư Nghĩa photographié en janvier 2015. Source : Trung Quốc ráo riết xây dựng đảo trái phép trên Biển Đông, Doi song va Phap luat, 21/02/2015.

 

Des documents sur la souveraineté nationale en Mer Orientale [Vietnam+]

[ndlr] La question des archipels vietnamiens dans les annales impériales de la dynastie des Nguyen. La bibliothèque de l’IAO (Fonds Langlet-Quach) possède la collection complète de cette précieuse réédition japonaise.

 

Le chercheur Hô Tan Phan vient de remettre au Comité national des frontières des documents sur la souveraineté nationale sur les deux archipels de Hoàng Sa (Paracel) et de Truong Sa (Spratly).

Il s’agit d’une copie du recueil « Dai Nam thuc luc » (Annales royales du Grand Viet Nam) de la dynastie des Nguyên (1802-1945), réédité par l’université japonaise de Keio. En effet, les annales originales sont des ouvrages xylographiques. Le « Dai Nam thuc luc » [大南寔錄] comprend plus de 550 livres totalisant près de 33.000 pages. Il a été élaboré par le Bureau d’historiographie qui, créé en 1820 sous le règne du roi Minh Mang, était chargé de la recherche, de la mise au point rédactionnelle, de la gravure et de l’impression des tablettes de la dynastie des Nguyen. De 1961 à 1981, l’université japonaise de Keio a étudié et photographié ces tablettes pour publier enfin une version de 20 tomes de plus de 8.000 pages.

HoTanPhanMr. Ho Tan Phan and the valuable document. © VietnamNet

Selon le chercheur Ho Tan Phan, ces annales historiques comprennent 13 parties sur l’étendue de la souveraineté du Vietnam concernant Hoàng Sa et Truong Sa. Il s’agit donc d’une solide preuve de la souveraineté vietnamienne sur ces deux archipels. -VNA

Source : Vietnam +, 07/06/2015.

Voir aussi :

Image « à la une » : le Đại Nam thực lục en 20 volumes dans le Fonds Langlet-Quach © FG