Archives par mot-clé : opinion publique

Vietnamese see special economic zones as assault from China [SCMP]

[ndlr] La tension monte au Viêt-Nam au sujet du projet de trois zones économiques spéciales que l’opinion publique estime dédiées à la Chine. A lire sur le South China Morning Post. Article de Bennett Murray.

The South China Sea dispute, along with memories of the 1979 border war, run deep in the Vietnamese national psyche, making SEZs viscerally unpopular.

The Vietnamese government is confronting a rising tide of public anger as its parliament debates a controversial bill to create three new special economic zones (SEZs), raising fears of Chinese encroachment on Vietnamese soil.

Although Vietnam already has 18 SEZs, the new concerns largely stem from a provision that would allow 99-year leases in some cases within the three new zones in Quang Ninh and Khanh Hoa provinces, as well as on Phu Quoc Island. The bill does not explicitly mention any particular country but it is widely presumed China, Vietnam’s largest trading partner, would dominate investments in the SEZs.

Attempting to allay concerns, Prime Minister Nguyen Xhan Phuc announced on Thursday the government would adjust the 99-year time frame but did not elaborate.

Lire la suite : SCMP, 07/06/2018.

Voir aussi : Projet de « 3 zones économiques spéciales chinoises » au Viêt-Nam – Réactions

Image « à la une » : Manifestation anti-chinoise à Hanoi en 2014. La pancarte dit « La patrie avant tout » © DR

Review of The Birth of Vietnamese Political Journalism – by Haydon L. Cherry

Peycam_BirthVietnamPoliticalJournalism[ndlr] CR de lecture d’un ouvrage important de Philippe Peycam sur la naissance du journalisme politique à Saigon pendant la période coloniale. Publié sur New Mandala.

Philippe M. F. Peycam, The Birth of Vietnamese Political Journalism: Sài Gòn, 1916-1930. New York: Columbia University Press, 2012. Pp. xi, 320; maps, list of abbreviations, notes, bibliography, index. 

 Reviewed by Haydon L. Cherry.

It was the spring of hope; it was the winter of despair.  On 21 March 1926, fifteen hundred people, including street vendors, school teachers, and students congregated on the Rue Lanzarotte in Sài Gòn.  At the meeting, Phan Trương Mạnh announced the illegal foundation of the Annam Youth Party and called for all of those assembled to join.  The young Vietnamese journalist Lâm Hiệp Châu distributed a new newspaper titled Jeune Annam to the crowd.  Leaflets, extremely critical of the colonial government and carrying the names of the radical journalists Eugène Dejean de la Batie and Nguyễn An Ninh, circulated.  On the morning of 24 March, the colonial authorities arrested the three journalists.  Thousands gathered that evening on the pier of the Messageries Maritimes to await the return from France of Bùi Quang Chiêu, the editor of the Sài Gòn newspaper La Tribune Indigène and a proponent of moderate political reform.  French agitators who opposed Bùi Quang Chiêu tried to start a riot as he disembarked.  The arrest of Nguyễn An Ninh had alarmed the increasingly incendiary youth who had also learned that the great patriot, Phan Châu Trinh, had died during the previous night.  At a rally the following day, Bùi Quang Chiêu failed to denounce the arrest of Nguyễn An Ninh, to the dismay of the restive youth.  On 4 April, a funeral procession of seventy thousand people paraded through Sài Gòn to a mausoleum for Phan Châu Trinh in Tân Sơn Nhất.  Strikes and demonstrations against French rule broke out in the weeks that followed.  Radical activism had replaced more quiescent attempts at reform.  The press was transformed, as Vietnamese journalism became more dramatic and confrontational.  But by the end of the year political protest had moved from the pages of Sài Gòn’s newspapers to the pavements of its streets.  Contest in the press had given way to mass mobilization and militancy.

Read more : New Mandala, 05/05/2014.

Blogs du Viêt-Nam : La nouvelle guerre de l’opinion publique

Un homme consulte un site d’informations sur son ordinateur dans un café à Hanoi
(Photo : Hoang Dinh Nam. AFP)

On le savait déjà depuis quelques années déjà mais la confirmation est venue des Services de la propagande de la capitale eux-mêmes : l’embauche de contradicteurs politisés sur la toile pour soutenir à coups de répliques brèves le régime communiste vietnamien. Une simple visite sur You Tube démontre que, ces dernières années, la guerre vidéographique pour ou contre le régime s’est fortement développée. Les commentaires injurieux publiés sur ce site de partage de vidéos attestent de cette haine que se livrent les deux camps : l’ancien et le nouveau régime mais plus seulement, il s’agit aussi d’une nouvelle bataille entre partisans de la démocratie et défenseurs programmés de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN).

Cela a bien sûr existé depuis des décennies et la « guerre des mots » est une des clés de fonctionnement des systèmes totalitaires [1]. Le communisme vietnamien s’en est fait une spécialité [2]. La « novlangue » du Parti communiste vietnamien (PCV), propulsée dans la presse officielle, martelée dans les communiqués ou popularisée sous formes de formules choc, est aussi une des clés de son succès. Pendant la guerre du Viêt-Nam, les nombreuses officines de la propagande tournaient à plein régime pour Hanoi dans un contexte de Guerre froide très défavorable au régime de Saigon. Le « front diplomatique » (autrement dit la propagande) avait rempli sa mission avec brio en ralliant le monde occidental aux thèse de « la guerre juste » menée par Hanoi. Il y avait pour les esprits simples les gentils à Hanoi et les méchants à Saigon. Avec la fin de la guerre et la victoire du Nord sur le Sud, le Viêt-Nam socialiste ne parlait plus que d’une seule voix, la voix de la « Vérité » (Su That) comme le rappelaient les éditions du même nom dédiées à la propagande d’Etat.

Avec l’avènement du Doi Moi [Renouveau] en décembre 1986, les voix discordantes des artistes, des écrivains et des intellectuels aux idéaux trahis se sont élevées avant d’être muselées ou réprimées quelques années plus tard face au désarroi du PCV engendré par le délitement des pays frères en Europe de l’Est et le soulèvement étudiant de Tian’anmen. Pour une question de survie, l’Etat-Parti souhaitait ouvrir les vannes de la liberté intellectuelle mais pas trop largement et le moins longtemps possible. Il ne fallait pas aller trop loin dans la critique du régime sous peine de graves poursuites judiciaires au titre de l’article 88 du code pénal (« propagande anti-gouvernementale »). Plus de trente ans après le Doi Moi, les procès à répétition contre les blogueurs et autres avocats de la plèbe démontrent que c’est toujours le cas.

Cependant, la révolution des technologies de l’information et la circulation instantanée des informations ont changé la donne pour les États autoritaires. Au Viêt-Nam, l’arrivée de nombreux blogs politiques sur la Toile marque ce tournant technologique et les « gardiens idéologiques » du PCV doivent s’adapter pour tenter de canaliser les 25 millions d’utilisateurs d’internet (2010) [3]. Le régime affine sa contre-guérilla informative dans un contexte où les rôles se sont inversés. Il fait aujourd’hui figure de vieux père autoritaire face à une jeune blogosphère révolutionnaire, insolente, mais combien utile pour saisir l’évolution interne de ce pays comme le rappelle les auteurs de Vivre avec les Vietnamiens :

Tous ces blogs sont d’un grand intérêt, autant pour les renseignements que l’on y trouve, de première main, tirés d’expériences personnelles librement décrites, que pour la teneur des propos. On y respire comme le parfum de l’ère du temps, le vrai, celui qui vient de la population. Tout n’y est pas forcément exact, ni nuancé, ni même dénué d’arrière-pensées, certes, mais ce sont tout de même des petites caisses de résonance de ce qui se dit parmi les Vietnamiens [4].

On connaissait les méthodes d’espionnage du régime notamment en ce qui concerne la surveillance des messageries électroniques de particuliers influents « mis sur écoute » dans tous les sens du terme mais cette approche répressive ne suffit plus, elle doit être complétée. Pour tenter de désamorcer les vives critiques qui pleuvent sur la toile, un bataillon de près d’un millier de contre-blogueurs formatés a été recruté avec pour mission de faire taire au plus vite les propos négatifs sur les sujets sensibles ou de « guider le public » vers la conformité officielle. Pour cela, il s’agit surtout de répondre aux attaques par des contre-attaques brèves, ciblées et d’organiser la défense du régime. Exemples :

« N’écoutez pas les propos anti-patriotiques des réactionnaires de l’étranger. Ils ont été engagés par l’ancien régime pour répandre la propagande et semer le désordre social », a écrit l’un d’entre eux.

« Si les générations précédentes avaient perdu confiance dans le gouvernement, comme vous aujourd’hui, seriez-vous assis en train de surfer sur Facebook? », s’est interrogé un autre, s’emportant contre une génération « ingrate » [5].

Et les sujets sensibles qui font jaser la blogosphère indépendante sont nombreux. La corruption endémique et les grandes affaires qui affectent l’économie (Vinashin par exemple), l’exploitation de la bauxite sur l’ancienne Piste Ho Chi Minh, les libertés publiques, les droits de l’homme, la réforme juridique, le déclin de l’éducation, la violence sociale, les réquisitions de terre agricoles, les relations sino-vietnamiennes entachées par le conflit latent en Mer orientale (Bien Dong pour les Vietnamiens) : autant de sujets que le Polit-Buro permanent du Parti entend traiter à sa façon sans interférences intérieures (même au sein du Parti) ou extérieures.

Pour ce faire, les services d’Education et de Propagande du PCV se sont donnés pour objectif de rétablir « la vérité » (la leur) en mobilisant leurs cyber-partisans. La presse étrangère et française est revenue dernièrement sur cette nouvelle bataille de l’opinion publique qui mobilise désormais cette armée de l’ombre mise en place par Hanoi pour contrer les blogs d’opposition au régime communiste. Vaste entreprise dont personne ne connaîtra l’issue pas même le régime en place. La méthode employée est la cyber-surveillance et la mise en place d’un réseau de contre-blogueurs comme le rapporta la BBC le 12 janvier dernier :

Le Directeur du Département de la propagande et de l’éducation à Hanoi, M. Ho Quang Loi, a affirmé que les autorités avaient engagé des centaines d’internautes « polémistes » dans la lutte contre « les forces hostiles sur le web ».  Alors que le nombre exact de ces activistes est inconnu, M. Loi révélait que son département gère au moins quatre cents comptes en ligne et vingt microblogs [6].

Autre information intéressante qui ne risque pas d’être bien perçue par le public est le fait que ces méthodes de cyber-surveillance proviennent de Chine [7]. L’application d’un modèle chinois en pleine période de tensions sur la question des îlots de la Mer de Chine méridionale renforce l’image d’un Hanoi soumis au dictat de Beijing dans la conduite de son propre parti communiste, actuellement très soucieux de sa survie. Il y a déjà quelques mois, le Premier ministre Nguyen Tan Dung recommandait fortement au public de ne pas consulter les blogs dont il faisait l’attaque. Il promettait de faire la guerre à trois d’entre eux qui publiaient, à ses yeux, « de fausses informations sur la Toile » :

La décision du chef du gouvernement du Vietnam, le 13 septembre [2012], fait suite à des rapports de l’administration qui affirment, selon le site Thanh Nien, que des sites « publient de fausses informations dans le but de calomnier le gouvernement et de noircir sa réputation ». Thanh Nien mentionne trois sites indépendants accusés de « ruses diaboliques pratiquées par des forces réactionnaires et hostiles » [8].

Les blogs directement visés étaient alors celui des « Citoyens-journalistes » (Dan Lam Bao), celui des « Madarins-journalistes » (Quan Lam Bao) et celui dédié à la cause de la « Mer Orientale » (Bien Dong).  Il s’avère qu’aujourd’hui ces blogs sont toujours en place et la publicité faite par les autorités de la RSVN a démultiplié leur auditoire comme le mentionnait un des trois blogs incriminés :

Sur son site, Dan Lam Bao (littéralement les Citoyens journalistes) a indiqué avoir enregistré un record de 32.000 visiteurs en une heure après la diffusion par la télévision d’Etat des commentaires du Premier ministre [9].

*

La mise en place de ces escadrons politiques au service du régime démontre que le gouvernement de la RSVN a de plus en plus de mal à supporter la contestation intérieure qui l’interpelle sur son propre bilan. Contrôler l’information est une chose mais prétendre désarmer les propos considérés comme « négatifs » sur la Toile en est une autre. Le repli sur soi idéologique paraît d’ores et déjà très compromis car des voix s’élèvent à l’intérieur du PCV qui regrettent l’ère du « parler vrai » sous le Doi Moi. Cet aveu du régime est également le signe d’un certain désarroi face à la montée en puissance d’une critique interne autrefois maîtrisée, aujourd’hui devenue transnationale et le plus souvent incontrôlable. La nouvelle bataille pour la manipulation de l’opinion publique ne fait que commencer.

FG, 20/01/2013.

 

Notes :

[1] Voir l’analyse des narrations qui ont engendré le régime hitlérien par Jean-Pierre Faye, Langages totalitaires, Hermann, 1972 ; réédition augmentée, Paris, Hermann, 200 et Le langage meurtrier, Hermann, 1996.

[2] Le site Viet Studies a mis en ligne un dictionnaire évolutif et collectif intitulé « Dictionnaire de la Langue du Parti communiste vietnamien » pour décrypter le langage actuel du PCV (écrit et oral) : un corpus intéressant pour mener à bien une étude politico-linguistique sur la RSVN.

[3] Philippe Papin et Laurent Passicousset, Vivre avec les Vietnamiens, Paris, L’Archipel, 2010, p. 343.

[4] Id., p. 346.

[5] AFP, « Vietnam : les combats en ligne de la cyber-armée du régime », Le Point, 18/01/2013.

[6] Nga Pham, « Vietnam admits deploying bloggers to support government », BBC News, 12/01/2013. Information reprise par l’AFP : art. cit., Le Point, 18/01/2013 ; voir aussi Le Parisien ; Libération ; France 24

[7] AFP, « Vietnam : les combats en ligne de la cyber-armée du régime », Le Point, 18/01/2013.

[8] Jules Etienne, « Vietnam : Le Premier ministre déclare la guerre aux blogs », Asie Info, 13/09/2012.

[9] AFP, « Vietnam: le Premier ministre en guerre contre les blogs », Romandie, 13/09/2012.

Ph. Peycam: The Birth of Vietnamese Political Journalism – CR de lecture par Pierre Brocheux

Peycam M.F. Philippe, The Birth of Vietnamese Political Journalism.  Saïgon 1916-1930, Columbia University Press, New York, 2012, XI-306 p., index, bibliographie.

Le titre du livre est trompeur parce que Philippe Peycam ne s’est pas contenté d’écrire une histoire du journalisme vietnamien qui naquit, se développa et atteignit sa maturité au lendemain de la Première guerre mondiale, avant le tournant des années 1930. L’essor et l’effervescence d’ une opinion publique qui se radicalisa progressivement, précédèrent les événements dramatiques de 1928/1930 survenus du Tonkin et nord Annam à la Cochinchine (grèves ouvrières, mutinerie de la garnison de Yên Bay, xô việt du Nghê Tỉnh, manifestations paysannes en Cochinchine). Une  presse à double registre : d’information et d’opinion, créa, porta et façonna cette opinion publique qui se politisa au fur et à mesure de l’échec de la politique prônée par Albert Sarraut pour promouvoir l’association franco-annamite, Pháp Việt đề huề (littéralement “Français et Viêt la main dans la main”).

On peut qualifier de révolution médiatique ce phénomène singulier sinon exceptionnel dans l’espace impérial français. Le sous-titre Saïgon 1916-1930 met en relief le contexte spécifique de la Cochinchine, colonie et non protectorat comme l’Annam et le Tonkin, le Cambodge et le Laos. Cette terre méridionale était la  dernière conquise par les Viet descendus du nord de la péninsule, au dépens du royaume khmer déclinant et postérieurement à l’installation d’immigrants chinois fuyant la dynastie mandchoue. Largement ouverte vers l’outre-mer, insérée de bonne heure dans le maillage chinois de l’Asie du sud-est, elle fut aussi la première terre d’Extrême-Orient conquise par la marine française. De ce fait, la Cochinchine fut un réceptacle d’ influences et de nouveautés étrangères.

La Cochinchine se révéla un terrain propice à la mise en œuvre du « volet humaniste » de l’expansion impériale : une bourgeoisie urbaine (négociants, propriétaires fonciers, industriels, fonctionnaires) fréquenta très tôt un enseignement dont l’instrument principal fut le quốc ngử, la transcription latinisée, tandis que la première imprimerie fut celle des missions catholiques dans le quartier  de Tân Đinh et le premier journal trilingue (français-viet-chinois) parut dès 1865 alors que le collège des interprètes avait ouvert ses portes en 1864 suivi par celui des stagiaires de l’Administration en 1873. Ce que les Vietnamiens appelaient làng Báo chí, le village de la Presse, prit son véritable essor sous le regard bienveillant si ce n’est sous le patronage d’Albert Sarraut (gouverneur général puis ministre des colonies) qui espérait la formation d’une élite locale réceptive aux promesses françaises d’association.

Cette élite commença à publier des journaux en français mais aussi en quốc ngử dont des Français comme Canavaggio et Jeantet étaient propriétaires. C’est par ce biais que certains Vietnamiens s’exprimèrent avec audace et contestèrent la domination coloniale au début du 20ème siècle. Les autorités accusèrent Canavaggio (un franc maçon) d’avoir laissé la direction de son journal à Gilbert Chiêu (un « naturalisé ») qui publia des « philippiques  antifrançaises » pour lesquelles il fut condamné en 1908 à la prison et à la déchéance de la nationalité française. L’épisode Gilbert Chiêu ne fut pas oublié mais il n’empêcha pas une partie de l’élite cochinchinoise d’intervenir dans la sphère journalistique ; la presse en quốc ngử connut un essor remarquable dès 1916 (Philippe Peycam en cite 20 titres dans ses sources). Se cantonnant d’abord dans l’information, ces périodiques devinrent des tribunes d’opinion ou menèrent de front information et opinion. Ainsi naquit le Làng Báo Chí avec la sympathie voire le soutien actif les Français libéraux, souvent des franc-maçons, que l’establishment  colonial qualifiait ironiquement d’annamitophiles, tels les avocats Paul Monin (associé d’André Malraux), Georges Garros et d’autres.

Le grand tournant de la presse se situa en 1925-1926 lorsqu’elle mena campagne contre la condamnation à mort du lettré révolutionnaire Phan Boi Châu et à l’occasion du décès du lettré réformiste  Phan Chu Trinh  qui donna lieu à de véritables funérailles nationales bien que non officielles. À cette occasion, Le journalisme devint un « nouveau mode d’action politique », un instrument de mobilisation des masses. L’évolution fut poursuivie, avec l’intellectuel Nguyễn An Ninh, retour de France, le journalisme devint militant ; à la manière de l’agitprop communiste, Nguyễn An Ninh (qui n’adhéra jamais au PCI) vendait son journal en province et appelait la jeunesse à s’engager politiquement en accomplissant des actes illégaux. En 1927, lorsque le gouverneur général  Alexandre Varennes (député socialiste du Puy de Dôme) capitula devant le « Mur des intérêts coloniaux », son retour en France consacra l’échec du Sarrautisme, trois ans après qu’Edouard Herriot se fut heurté au « Mur de l’Argent » dans la métropole.  Mais il faut rappeler qu’Albert Sarraut avait pressenti cette évolution de l’opinion publique vietnamienne lorsqu’il disait à l’écrivain  Guy de Pourtalès « Les Annamites recevront la culture française et nous en acceptons les conséquences » (1930).

Les contrecoups de cette défaite furent déterminants dans les années 1930 : la presse vietnamienne trouva ses propres marques. Elle révéla les clivages politiques de l’opinion, notamment entre réformistes et radicaux mais aussi entre les Vietnamiens et les Français libéraux. Une génération nouvelle se démarqua complètement des réformistes  qui restèrent attachés à une évolution pacifique sous l’égide de la  collaboration franco-vietnamienne. Aux mains des radicaux, le journal devint un outil d’agitation politique plus que d’expression doctrinale et il participa à la redistribution des forces sur l’échiquier politique.  Mais dans le registre de la culture il y eut un fait capital : la presse, toutes tendances confondues et par un usage généralisée, conféra les lettres de noblesse au quốc ngử en même temps qu’elle le fit progresser, en enrichissant, entre autres, son vocabulaire politique. Par exemple, l’avocat Phan Văn Trương publia en feuilleton le Manifeste du Parti communiste de Marx et Engels dans le journal La Cloche fêlée. Dans la même période Nguyễn Aí Quốc se livrait à un travail identique à Canton dans l’école de formation du Thanh Niên et le lexicologue Đao Duy Anh en faisait autant à Huế. En 1907,  l’École de la Juste cause avait fait un premier pas pour dissocier le quôc ngu de la domination coloniale française qui l’avait imposé. La floraison de la presse dans les années 1920 confirma l’appropriation du quốc ngử par les Vietnamiens.

La presse de Cochinchine, à l’instar mais de façon plus intense et efficace que  dans le Conseil colonial de Cochinchine et le Conseil municipal de Saïgon investit un espace (et non un insterstice comme l’écrit l’auteur) de libre expression et de contestation du pouvoir colonial. En 1936-1937,  au moment du Front populaire, la presse lui donna une vigoureuse extension et une forte intensité.

Ce livre est la mise en forme d’une thèse de doctorat, exercice savant, qui exige la lecture et l’analyse des sources archivistiques. Philippe Peycam respecte parfaitement cette règle du travail universitaire tout en complétant les sources primaires (provenant majoritairement des fonds d’archives françaises et vietnamiennes) avec une bibliographie presque exhaustive. Son travail démontre qu’en histoire contemporaine, les périodiques sont des archives de base au même titre que les archives des institutions de l’État et d’autres corps établis. Sa connaissance du quốc ngử l’a rendu apte à lire cette documentation, à l’interpréter et en dégager le sens. Donc, l’ouvrage est neuf et très intéressant, je regrette qu’il n’ait pas été publié plus tôt et j’espère qu’il sera bientôt traduit en français. Philippe Peycam entremêle habilement le récit des événements, le tableau et l’évolution d’un milieu socio-professionnel, mieux, d’une micro-société, et l’analyse des courants politiques qui le traversent. Mais l’auteur n’en reste pas à une macro-vision de son sujet, il descend à l’instance individuelle et insère une série de touches biographiques des figures les plus remarquables du Làng Báo chí (Buì Quang Chiêu, Nguyễn Phan Long, Diêp Văn Kỳ, Trần Huy Liệu, Nguyễn An Ninh, Phan Văn Trương, Dejean de la Bâtie, Cao Văn Chánh …). Philippe Peycam a ajouté une contribution de qualité à l’écriture de l’histoire contemporaine du Viêt Nam et à celle de la colonisation française, sur un sujet qui n’avait pas été abordée jusqu’ici.

Pierre Brocheux, 28/10/2012