Archives par mot-clé : Nouvelle Calédonie

Annick Le Bourlot : Chaque nuage est nimbé de lumière [2009]

[ndlr] Nous remercions Annick Le Bourlot pour nous avoir signalé et offert son roman historique fortement inspiré de son vécu au Viêt-Nam. Son ambition est de nous faire partager « un point de vue de Vietnamiens sur les incidences de la guerre qui a sévi au Vietnam de 1946 à 1954 ».

Du Vietnam ravagé par un siècle de troubles et de guerres, juste après les accords de Genève en 1954, Hoa s’envole vers la Nouvelle-Calédonie, île natale de Maurice, son nouveau compagnon, avec deux de ses trois enfants. Elle quitte le pays de ses ancêtres, mue par l’espoir de construire une vie plus paisible, mais la mort dans l’âme de devoir laisser à Saigon sa fille aînée, Mai, alors âgée de quinze ans. Celle-ci se considère maltraitée par l’ancienne patronne de sa mère. Mai s’enfuit alors et part à la recherche de son père, qu’elle n’a pas connu et qui est resté au Nord du pays, combattant auprès d’autres résistants contre le colonialisme français. Cette recherche du père est aussi une quête de ses racines et d’elle-même, à travers les lieux de son enfance marqués par le passé mouvementé de sa mère. Mai parviendra-t-elle jusqu’au village paternel et retrouvera-t-elle son père ? Choisira-t-elle de rester au Viêt-Nam et de participer au combat de celui-ci ou de rejoindre sa mère dans le Pacifique, sur un territoire étranger et inconnu ?

Réf. : Le Bourlot, Annick, Chaque nuage est nimbé de lumière, roman, Paris, L’Harmattan, Collection Lettres du Pacifique 18, mai 2009, 220 p. Fiche L’Harmattan

Je reste marquée par le message du roman Fahrenheit 451, prolongé par la magnifique réalisation filmique de Truffaut, selon lequel chacun de nous est porteur d’un pan de l’histoire de l’Humanité. En observant les modes de vie sur le Territoire, notamment ceux des communautés asiatiques, j’ai été étonnée par leur attitude industrieuse et leur silence. La lecture de Chân Dang de Jean Vanmai, les témoignages sur les conditions de vie des premiers immigrés vietnamiens m’ont  émue.

J’ai contextualisé ce roman en Nouvelle-Calédonie pour rendre hommage à tous ces exilés du Monde qui doivent se construire une nouvelle vie, avec d’autres repères, sans pour autant perdre leur mémoire du passé. Je suis également convaincue que la culture est un antidote par rapport aux guerres et autres catastrophes, ainsi qu’à notre condition de mortels. (extrait de l’interview réalisée par la Maison du Livre de la Nouvelle Calédonie au mois d’août 2009).

 

L’hommage à la Calédonie de l’inspectrice de français

Sa jeunesse est une aventure, au milieu des troubles du Vietnam et de l’Algérie. Annick Le Bourlot y a puisé la matière d’un roman, où la Calédonie a sa part comme terre d’accueil.

Elle dit d’elle-même qu’elle était condamnée à ne pas vivre, et à ne pas réussir. Née prématurée dans la jungle, près d’Hanoï, elle a miraculeusement survécu. Enfant dans la guerre du Vietnam puis d’Algérie, elle a étudié pour se libérer de l’angoisse du terrorisme. Un demi-siècle plus tard, la petite Maï est devenue Annick Le Bourlot, inspectrice d’académie, inspectrice pédagogique régionale en français, basée à Nouméa.

Elle affirme qu’elle doit sa réussite à l’école française. Voici quelques mois, à l’occasion du Forum francophone du Pacifique, elle publiait Aux bâtisseurs de l’école de la réussite, un hommage aux professeurs de lettres. Un ouvrage essentiellement didactique, mais dont quelques pages autobiographiques laissaient présager le roman à venir.

Ce roman, Annick Le Bourlot l’a présenté la semaine dernière, lors d’une soirée littéraire au musée de la Mer, en présence du vice-recteur, du membre du gouvernement chargé de l’éducation, du président du Cercle des auteurs du Pacifique et de nombreux enseignants avec qui elle travaille et dont elle a gagné l’estime.

« La culture permet à l’homme d’échapper à ses haines et à la violence ».

Chaque nuage est nimbé de lumière, paru dans la collection Lettres du Pacifique chez l’Harmattan, n’est pas une autobiographie mais un récit historique qui a fini par tourner au roman. Il parle de déchirures familiales, de quête du père, de violence et d’exil dans un Vietnam en guerre, de départ vers un territoire étranger et inconnu qui deviendra refuge, la Nouvelle-Calédonie. C’est une histoire de chez nous, qu’ont vécue bien des Calédoniens.

En bonne inspectrice de lettres, Annick Le Bourlot sait bien que toute interprétation d’une œuvre romanesque est plurielle. Certains y verront des messages de telle ou telle nature. Il en est un, au moins, qu’elle souhaite affirmer. C’est que « la culture, particulièrement artistique et littéraire, antidote à la guerre et à notre condition de mortel, permet à l’homme d’échapper à ses haines et à la violence ».

En fin de séjour, Annick Le Bourlot doit quitter le territoire dans quelques mois. Première inspectrice de lettres d’origine vietnamienne, elle laissera derrière elle, outre ses deux livres personnels, deux ouvrages en voie d’achèvement : un manuel de français à base de littérature calédonienne, et un livret d’évaluation 6e rénové. Elle en a donné l’impulsion, mais la réalisation en a été faite collectivement par plusieurs groupes de ces enseignants à qui elle rend hommage. « Je constitue avec vous, leur a-t-elle dit la semaine dernière, un maillon dans une chaîne de solidarité au service des élèves. »

Henri Lepot

Les Nouvelles Calédoniennes du 10/07/2009

Source : Café, thé, la soupe

Aperçu Google Books