Archives par mot-clé : Norodom Sihanouk

Cambodia’s King Sihanouk to be cremated – BBC News 04-02-2013

[BBC News] Hundreds of thousands of people are expected to watch the cremation of the former Cambodian King, Norodom Sihanouk, on Monday.

The cremation will be marked with an elaborate ceremony in the capital, Phnom Penh. King Sihanouk died of a heart attack in Beijing at the age of 89. His embalmed body has been lying in state at the royal palace for three months to allow people to pay their respects. Jonathan Head reports from Phnom Penh.

 

Cambodia’s King Sihanouk to be cremated

 

Cambodia cremates former King Sihanouk

People from across Cambodia have queued to pay their respects

The body of Cambodia’s former King Norodom Sihanouk has been cremated in the capital, Phnom Penh.

Huge crowds gathered for the ceremony, which marked the final farewell for the man who was a prominent presence during decades of turmoil.

King Sihanouk died in Beijing in October at the age of 89. His embalmed body has been lying in state since then to allow people to pay their respects.

Foreign dignitaries from several nations were attending the ceremony.

Among them were French Prime Minister Jean-Marc Ayrault and Prince Akishino of Japan, the brother of the crown prince.

Chanting monks led Buddhist prayers for the former king, before an artillery salute sounded out and fireworks were set off.

His widow, Queen Monique, and the son in whose favour he abdicated, King Norodom Sihamoni, then lit the funeral pyre at the 15-storey-high purpose-built crematorium.

Some of the former king’s ashes will be scattered at the confluence of three rivers and the remainder stored in an urn in the royal palace.

The huge crowds who had been filing past the cremation site all day were kept away as the pyre was lit, and TV cameras were covered so the moment was private, the Associated Press reports.

Mixed legacy

Monday’s cremation marks the end of several days of commemorations for the former monarch, who died of a heart attack.

On Friday, tens of thousands of people turned out to watch as his golden sarcophagus was paraded through the streets of Phnom Penh to the crematorium.

Since then people from across Cambodia, dressed in mourning colours of white and black, have been lining up to file past his coffin, some holding lotus flowers.

“It’s the last day for us all to pay homage to the great hero king and to send him to heaven,” King Sihanouk’s long-time personal assistant Prince Sisowath Thomico was quoted as saying by AFP news agency.

King Sihanouk remained an influential figure in Cambodia until his death, despite abdicating in 2004.

He became king in 1941 while still a teenager, and led Cambodia to independence from France in 1953.

He was a presence through decades of political and social turmoil in Cambodia, despite long periods of exile overseas.

In later life he emerged as a peacemaker who helped bring stability back to his country, after an ill-fated choice to back the Khmer Rouge in its early years.

His record, says the BBC’s Jonathan Head, who is in Phnom Penh, is complex and showed many personal flaws.

But none of that was talked about among the crowds paying their last respects – they were simply mourning the loss of a giant personality, who has been one of the few constants in their tragic history.

“I don’t have any words to express the sorrow and suffering I feel when knowing his body will soon disappear,” Hin Mal, 79, told the Associated Press news agency.

“I love and respect King Sihanouk like my own father.”

Analysis

Jonathan Head – BBC News, Phnom Penh

Cambodia’s awful history has offered few figures of authority who engender respect, let alone affection. So it is perhaps fitting that so much of the population has joined the hushed lines snaking past the gilded sarcophagus of former King Sihanouk, a man whose tortuous career was inextricably entwined with the fate of his country.

Quietly, a few people have let it be known they would have pointed out some of Sihanouk’s glaring flaws at another time, but not when there is such a powerful public appetite to think fondly of the “Papa King”, as he styled himself. Every public comment I have heard talks of his devotion to the country, and of the many good things he did for Cambodia.

But how good were they? Appointed king by the French colonial authorities at the age of 18 in 1941, Sihanouk proved to be a masterful tactician as he confounded their expectations and drove a successful campaign for Cambodian independence in 1955 [1953]. He then abdicated from the throne, and went on to become prime minister, and then chief of state. He had unchallenged power for more than a decade.

He used it to push through modernisation projects for his country. But many of these proved impractical, and many more were never properly implemented. He tolerated no opposition and harshly repressed anti-government movements, until being ousted by a coup in 1970. He always believed he was indispensible, and some believe this led to his fateful decision to ally himself with the Khmer Rouge, in the early 1970s and in the 1980s.

He was a complex character of many contradictions. The journalist Philip Short has summed him up thus: “An improbable mixture of rage and self-pity, acid and honey, brutality and sarcasm, passion and wit.”

Source : BBC News, 04/02/2013.

Geoff Gunn: The Passing of Sihanouk – Monarchic Manipulation and the Search for Autonomy in the Kingdom of Cambodia

Summary

The survival of the monarchy in Cambodia is little short of remarkable in the light of that country’s modern history. As this article develops, French manipulation of the monarchy and attempts to buttress religion and culture alongside the rise of nationalist youth and Buddhist radicalism was an important precursor to postwar events. No less momentous for modern Cambodian history was the Vichy French installation of Norodom Sihanouk as king and the elevation under Japan of the putative republican Son Ngoc Thanh. Facing down an armed Issarak-Viet Minh challenge also joined by a dissident prince, it is no less significant that the young King Sihanouk successfully trumped French ambitions by mounting his own “royal crusade” for independence even ahead of the Geneva Settlement of 1954.

Undoubtedly the passing of Norodom Sihanouk on October 15, 2012 at the age of 89 after six decades of close involvement in Cambodian politics has served to refocus attention upon the status of the monarchy in that country, facts not diminished by the actual succession in October 2004 to his son Norodom Sihamoni (b. 1953).

Though much exoticized and othered as a peaceful realm under the French protectorate, at least alongside the challenges imposed by Vietnamese nationalists, dissent always simmered beneath the surface calm in Cambodia, whether from the overburdened-over taxed peasantry, from the major immigrant communities, from religious radicals within and without the Buddhist hierarchies, or even from scheming royal princes. Given French manipulations of religion, tradition and even the royal line, a complex political picture emerges, even prior to the Japanese occupation. Japan was even more successful in Cambodia than in the other Indochina states in installing an anti-French republican demagogue, an enigmatic figure whose name recurs in Cambodian history down until the US-backed military coup in Phnom Penh of March 1970. Thanks to Anglo-French intervention, and Sihanouk’s personality, the post-war outcome in Cambodia was a “royal road to independence” although even that pathway was severely challenged by the Viet Minh and their sometime Issarak (Free Khmer) allies. Yet the royal ascendancy around the Vichy French-anointed monarch, Sihanouk, would also come back to haunt Cambodia, not only in striking a neutral course in the maelstrom of the American war, but also in lending his name to the China-backed anti-Vietnamese communist movement that triumphed in Phnom Penh in 1975.

As this article develops, below the politics of culture or the tendency of the French to buttress neo-traditionalist trends wherever they saw them, emerges a byzantine crossover of royal dynasties, powerful families and cliques that, in many ways, continued to define Cambodian politics through the modern period. It is also true, as Roger Kershaw (2000; 6; 17; 19-20) unveils in a comparative study on the “fortunes” of monarchy in Southeast Asia, that analysis of surviving monarchies (as with Thailand and Brunei alongside Cambodia), should at least account for the “synthetic” alongside the “authentic traditional values” (not excepting even Britain from this analysis). And so, with decolonization in Southeast Asia, legitimacy questions were raised to a new level as with the charisma of founding fathers of independence, alongside the role of modern bureaucracies, militaries and political parties. Cambodia under Sihanouk was not an exception.

As historian of Cambodia David Chandler (2008: 167) has written, there are several ways at looking at the years of French hegemony over Cambodia. One way is to phase this history as the extension and decline of French control. Another way is to examine the period and its ideology and practice from a French point of view. A third would be to treat the period as a part of Cambodian history, connected to the times before and after French protection. He finds the third approach seductive (insofar as it can be told through Cambodian eyes). Such would be meritorious, if possible, but without retreating entirely into a cultural studies-critical literature approach (Tully 2002; Edwards 2007), we should not ignore the established literature if we are to position Cambodia within an international political understanding.

Divided into five sections, a first section looks at French manipulation of the monarchy. A second turns to the French attempt to buttress religion and culture, alongside the rise of nationalist youth and Buddhist radicalism. A third section examines the vicissitudes of Cambodia under Vichy, including the installation of Norodom Sihanouk as king, climaxing with the rise of the Japanese-backed republican Son Ngoc Thanh. A final section examines the broad international context in which Sihanouk’s mounted his “royal crusade for independence.”

Lire la suite : Japan Focus

Geoff Gunn is the author of Historical Dictionary of East Timor, Singapore and the Asian Revolutions, and First Globalization: The Eurasion Exchange, 1500-1800. He is an Asia-Pacific Journal Coordinator.

Recommended citation: Geoff Gunn, “The Passing of Sihanouk: Monarchic Manipulation and the Search for Autonomy in the Kingdom of Cambodia,” The Asia-Pacific Journal, Vol 10 Issue 50, No. 1, December 10, 2012.

Tipram Poivre : Le père adoptif. Portrait insolite du roi Sihanouk du Cambodge

[ndlr] Tipram Poivre nous informe de la sortie de son “portrait insolite” sur le roi Sihanouk sous la forme d’un ebook. Ce court témoignage en faveur du défunt roi est préfacé par John Gunther Dean, l’ambassadeur des Etats-Unis à Phnom-Penh qui, en 1975, avait dû fuir les Khmers rouges à bord du dernier hélicoptère.

Journalistes, diplomates et historiens ont beaucoup écrit sur le roi Norodom Sihanouk du Cambodge. Mais aucun observateur n’a publiquement abordé certaines facettes pourtant essentielles de la personnalité de l’être humain.

Sous la carapace de l’homme d’Etat, quelles sont les caractéristiques de la psychologie de la personne privée ? Quels ressorts lui ont permis de survivre aux cruels tours du destin puis de combattre jusqu’à réussir à se remettre en selle, un exploit salué sans réserve par le concert des nations ?

C’est précisément ce que ce livre met en lumière. Il adopte un angle subjectif pour évoquer son enfance et son adolescence. Il éclaire d’une lumière non-conventionnelle ce que les experts en relations internationales n’ont pas décelé chez l’homme qui occupa le devant de la scène politique d’avril 1941 à octobre 2004.

John Gunther Dean, l’ambassadeur américain qui a dû fuir Phnom-Penh en 1975, est l’une des rares personnalités politiques à avoir saisi la vraie nature du roi Sihanouk. Il a souhaité préfacer le livre de Tipram Poivre.

Réf. : Tipram Poivre, Le père adoptif. Portrait insolite du roi Sihanouk du Cambodge, Syllabaire éditions, 2012, 101 p. [Kindle Edition]

Aperçu sur Amazon

L’auteure :

Tipram Poivre est née en 1951 au Cambodge au lieu-dit des Quatre bras.

Quand la guerre a embrasé son pays, elle s’est réfugiée en France où elle a tenté de percer de nouvelles racines. Les aléas de la politique internationale l’ont ballotée entre l’Occident et l’Orient, des rives de l’Atlantique à la mer de Chine.

Après dix années passées dans une organisation internationale à concevoir des programmes pour les populations souffrant de traumatismes psychologiques de guerre, elle demeure convaincue que seule une culture de paix et de tolérance peut offrir une réponse efficace à toutes les formes de violence qui menacent nos enfants et nos petits-enfants.

Autres publications, chez Syllabaire Editions :

  • Paix perpétuelle, un conte pour enfants disponible en français et anglais
  • Trois hommes de ma vie, un roman basé sur une histoire vraie
  • La cuisine du Cambodge (avec Charlotte Farras)

 

Norodom Sihanouk, la clef politique de l’émergence des Khmers rouges

[ndlr] Le documentaire de Gilles Cayatte réalisé en 2008 intitulé “Les 9 vies de Norodom Sihanouk” retrace le parcours politique du roi du Cambodge à travers un portrait sans concession. Ce documentaire permet de mieux comprendre les causes politiques qui ont permis l’émergence des Khmers rouges. A voir sur la chaîne You Tube de Gabriel Valmont.

Avec les commentaires de :
Jacques Bekaert, David Chandler, Alain Daniel, Princesse Buppha Devi (fille de Sihanouk), Kek Galabru, John Gunther Dean, Julio Jeldres, Suon Kaset, Jean Lacouture, François Ponchaud, Sam Rainsy, Chak Sarik, Norodom Sihanouk, Son Soubert, Saumura Tioulong…

* * *

Documentaire
Durée : 52′
Auteur-réalisateur : Gilles Cayatte
Production : France 5 / Alegria / INA
Année : 2008

Lundi 23 février 2009 à 20.35 (première diffusion sur France 5)

Alors que le 17 février s’ouvre au Cambodge le procès tant attendu de Douch, ex-responsable du centre de torture S-21 poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, ce documentaire retrace la vie de Norodom Sihanouk, qui a épousé la destinée du Cambodge.

Roi, demi-dieu, père de l’indépendance, simple citoyen devenu prince, chef d’Etat, Premier ministre, exilé, prisonnier… au cours de sa très longue vie politique, Norodom Sihanouk a endossé tous ces costumes. Au total, neuf vies que Gilles Cayatte a choisi de raconter, qui correspondent à autant d’époques, de ruptures, de choix, de stratégies, subis ou adoptés par Sihanouk et qui ont écrit l’histoire de son pays. Cet homme est aujourd’hui le dernier survivant d’une époque, celle de la fin du colonialisme. Il a traversé toutes les épreuves, tous les courants.

Un parcours fait d’ombre et de lumière

Pour raconter ce parcours hors du commun, fait d’ombre et de lumière, le réalisateur a recueilli de nombreux témoignages de proches, de conseillers, de journalistes. Il donne à nouveau la parole à Norodom Sihanouk à travers de multiples extraits d’interviews. Parmi les archives utilisées apparaissent pour la première fois des archives cambodgiennes longtemps conservées à Phnom Penh. Le film montre comment il n’a jamais abandonné et combien il a toujours été adoré par le peuple cambodgien. En pleine guerre d’Indochine, ce « roi d’opérette », sous la tutelle des Français, négocie l’indépendance du Cambodge sans qu’une goutte de sang ne soit versée.

Pour préserver et construire son pays, il joue sur les tensions et les luttes de pouvoir. Selon les époques, les circonstances, il s’appuie sur la Chine, l’Amérique, la France, la Russie. Mais, renversé en mars 1970 par le général pro-américain Lon Nol, il n’est plus maître du jeu. Il s’allie alors aux ennemis communistes d’hier. De 1975 à 1979, l’horreur khmère rouge planifiée par Pol Pot fait environ 1 million et demi de victimes et ne l’épargne pas. Prisonnier puis exilé, il doit attendre la libération du Cambodge par le Vietnam, puis la fin de l’occupation vietnamienne, douze ans plus tard, pour rentrer dans un pays enfin en paix.

Valentine Ponsy (France 5).

Mort de l’ancien roi du Cambodge Norodom Sihanouk – RFI

© AP

Par RFI – Norodom Sihanouk est décédé lundi 15 octobre 2012 [1] à Pékin à l’âge de 89 ans. La nouvelle a été délivrée par l’agence Chine-Nouvelle, qui n’a pas donné plus de précision. L’ancien souverain venait régulièrement en Chine pour y recevoir des soins. dans un communiqué, Pékin déplore le décès d’un «grand ami». Sihanouk, dont le règne avait été l’un des plus longs d’Asie, est considéré comme l’un des pères fondateurs de la Francophonie et du Mouvement des non-alignés.

C’est un monument de l’histoire du XXe siècle qui vient de s’éteindre. « Sihanouk est le Cambodge », considère tout bonnement son biographe officiel Julio Jeldres. Cinéaste, journaliste, compositeur, poète, demi-dieu pour les siens, Norodom Sihanouk était en fait et surtout un animal politique, le souverain qui aura perdu et retrouvé son trône à deux reprises. Un personnage déroutant et ambigu.

Pour l’Agence France-Presse, « pendant plus de 50 ans, le petit homme au caractère souvent déconcertant et à la voix haut perchée, grand amateur de champagne et de foie gras, (…) s’est déployé inlassablement sur la scène diplomatique internationale en dépit d’une carrière à éclipses ».

Né le 31 octobre 1922 à Phnom-Penh, il n’a pas 20 ans lorsque la France coloniale, en 1941, le choisit pour succéder à son grand-père. Il obtient sa couronne de roi avec l’aval du gouverneur général d’Indochine, l’amiral Jean Decoux.

Dans les années 1950, après la brève incursion japonaise dans les affaires indochinoises puis le retour des Français, le jeune monarque goûte à la gestion politique à proprement parler, en véritable chef de gouvernement. Il se lance alors dans la première œuvre de sa vie : la « croisade royale pour l’Indépendance », qui porte enfin ses fruits en 1953, sans violence.

Libérateur de son peuple, Norodom Sihanouk consacre alors le reste de sa vie à la politique. En 1955, il cède sa couronne à son père mais garde le pouvoir, et peaufine sa stratégie de neutralité entre les deux blocs. Il est en première ligne entre 1955 et 1956, au côté de l’Egyptien Nasser, du Yougoslave Tito, de l’Indonésien Soekarno et de l’Indien Nehru, pour lancer le Mouvement des pays non-alignés. Il dirige son pays sans opposition jusqu’en 1969, sur la base d’un vaste rassemblement royaliste et socialiste.

Les années 1960 constituent une période d’alliances plus affirmées. Le monarque se rapproche d’abord du bloc de l’URSS, puis de la Chine à la fin de la décennie. Le général de Gaulle est reçu à Phnom-Penh en 1966. C’est également au début des années 1960, au côté des colonies africaines fraîchement libérées (la Tunisie de Habib Bourguiba, le Niger de Hamani Diori et le Sénégal de Léopold Sédar Senghor) que le Cambodgien milite pour que la communauté linguistique francophone, auquel il attache une grande importance, se dote d’institutions intergouvernementales durables.

La suite de l’histoire de Norodom Sihanouk est digne d’un roman, tandis que le pays s’enfonce dans l’instabilité. Le roi perd son trône en 1970, s’installe en Chine, récupère le titre de chef d’Etat en 1975 au côté des Khmers rouges (dans une alliance improbable avec Pol Pot), avant de démissionner un an plus tard, d’être placé en résidence surveillée par ses alliés, puis de fuir en Corée du Nord à leur chute.

Dix ans plus tard, après plusieurs années d’activisme international, il revient au pays en héros, fort d’avoir obtenu la signature des accords de paix de Paris en 1991. Il reprend sa place en 1993. Et en 2004, Norodom Sihanouk abdique une dernière fois, en faveur de son fils Sihamoni, invoquant son âge et des raisons de santé.

Pendant les onze dernières années de son règne, il aura vu grandir, impuissant, l’influence du Premier ministre Hun Sen et de son fils Norodom Ranariddh, président de l’Assemblée nationale. Après son retrait, il continuera de donner de ses nouvelles et publie ses observations sur la vie publique par internet. Parfois avec humour, comme le pointe notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde. Ainsi Norodom Sihanouk déclarait, en 2005 sur internet, «se porter de mieux en mieux», tout en présentant «ses plus humbles excuses à toutes les personnes qui souhaitent sa mort». Ses proches faisaient alors l’objet de vives attaques de la part du Premier ministre Hun Sen.

En 2009, après six mariages, une nombreuse progéniture (dont une partie décimée par les Khmers rouges) Norodom Sihanouk écrit : « cette trop longue longévité me pèse comme un poids insupportable ».

Source : RFI (Radio France Internationale)

A lire dans les archives de RFI : « Sihanouk : l’histoire du roi qui abdiqua deux fois »

  • Lire son portrait sur TV5 Monde : “Norodom Sihanouk : père de l’indépendance cambodgienne… et de la francophonie”

[1] France Info annonce le décès dans une nouvelle publiée le dimanche 14 octobre à 23:53.

* * *

Le Cambodge en deuil après la mort de N. Sihanouk (Euronews 15-10-2012)

Sihanouk et l’avenir du Cambodge – par Philippe Devillers [1980]

CR de lecture par Philippe Devillers de l’ouvrage Norodom Sihanouk, Chroniques de guerre… et d’espoir, Hachette-Stock, Paris, 1979, 304 p. (paru dans Le Monde Diplomatique, mars 1980).

 

TÉMOIGNAGE, PLAIDOYER ET PROGRAMME

Sihanouk et l’avenir du Cambodge

 

Sur le conflit cambodgien et la façon d’y mettre fin, Norodom Sihanouk a déjà beaucoup parlé, mais c’est par le livre, par nature moins éphémère, qu’il pouvait le mieux présenter sa réflexion sur les années tragiques que vient de traverser son pays. Par cet ouvrage non conformiste, Sihanouk, une fois de plus, surprend et certainement dérange bien des calculs, car il ne veut visiblement pas jouer le rôle qu’ici et là on lui destinait.

Son livre, d’une lecture presque trop facile, est à la fois un témoignage, une analyse, un plaidoyer et un programme. Sur cette période de l’histoire du Cambodge (1970-1978), l’auteur, par sa qualité, est le témoin politique n° 1. Dédaignant l’anecdote et les « incidentes », son discours « vole haut ». Il a, lui, vécu sinon dans, du moins à proximité immédiate du sérail rouge, et il peut citer les propos qui lui ont été tenus par les dirigeants khmers rouges et qui jettent une clarté nouvelle sur les raisons de leur désastre.

Ces « chroniques » sont d’abord un réquisitoire accablant contre le régime Pol Pot, considéré cette fois non sous le rapport du respect des droits de l’homme, mais sous celui de la défense de l’indépendance du Cambodge. Pour Sihanouk, les Khmers rouges sont les vrais responsables de la guerre et de la défaite, car, animés d’une vietnamophobie insensée, ils ont « provoqué en duel » le Vietnam, qu’ils ont proprement attaqué après l’avoir insulté sans arrêt pendant sept ans. Par une série de citations, il illustre le complexe de supériorité militaire qui animait Pol Pot et les siens à l’égard de ce Vietnam, dont ils croyaient ne « faire qu’une bouchée » , et avec lequel ils désiraient un affrontement armé, pour pouvoir rectifier la frontière et même récupérer la Cochinchine. Sihanouk, dénonçant les « rodomontades » , les pogroms et les agressions armées de ces « Tartarins » , accuse donc Pol Pot d’avoir provoqué la guerre et abouti à la perte de l’indépendance du Cambodge, une indépendance qui, dit-il, n’était déjà plus que « de surface ». La Chine, en effet, avait dû prendre en charge en partie ce « Kampuchea démocratique » dont la politique extérieure était entièrement à la remorque de la sienne.

A la suite de ce désastre, le Cambodge est aujourd’hui occupé par les Vietnamiens. Que faire ? Il faut, certes, rétablir l’indépendance du pays et obtenir le retrait des forces de Hanoï. Sihanouk, cependant, tout en prenant acte de « la haine viscérale du Viet » qui existe « chez les Khmers de toutes tendances ou idéologies » , ne cache pas qu’à son avis cette vietnamophobie ne peut mener qu’à la guérilla et à l’occupation permanentes, peut-être à l’extinction de la race. Ni la famine ni la faillite économique ni les « leçons chinoises » ne contraindront, dit-il, les Vietnamiens à quitter le Cambodge car, selon son expérience, les Vietnamiens n’ont pas l’habitude de céder à ceux qui les insultent ou qui les frappent. La seule chance de les « fléchir » est de leur parler le langage de la fraternité et de la courtoisie.

Sans ambages, Sihanouk déclare que, pour le moment, l’ennemi principal du Cambodge n’est pas le Vietnam mais les Khmers rouges, qui permettent à Hanoï de justifier son occupation. L’armée vietnamienne assure, en effet, la protection de la population contre les tueurs de Pol Pot, et, pour Sihanouk, demander son retrait inconditionnel n’est pas réaliste. S’il préconise de constituer un front uni pour faire pression sur le Vietnam, il entend en exclure complètement Pol Pot et ses partisans, qu’il qualifie de « disciples de Hitler » et accuse de vouloir toujours liquider leurs concurrents.

La « protection » vietnamienne n’est toutefois qu’un pis-aller provisoire. Elle doit être remplacée, le plus vite possible – et c’est là la « solution Sihanouk » – par une neutralisation garantie. Il propose donc un cessez-le-feu (ce qui est dépassé, mais le livre a été écrit en avril 1979), une relève de l’armée vietnamienne par les forces de l’ONU, des élections libres à une Constituante, sous contrôle international, et la négociation d’un régime de neutralité de type suisse ou autrichien, car pour lui le neutralisme est désormais un luxe inaccessible. Il croit que le Vietnam peut accepter pareille solution si lui, Sihanouk, apporte les garanties requises. Et il juge être le seul à pouvoir le faire.

Cet ouvrage au titre ambigu (mais il n’est pas de l’auteur) est en fait un plaidoyer pour la paix et la réconciliation. Tout en dénonçant fréquemment le séculaire expansionnisme vietnamien, Sihanouk demande, en effet, aux Khmers d’ « exorciser leur haine traditionnelle des Vietnamiens et d’oser regarder en face l’inéluctabilité d’une entente honorable et d’une coopération fraternelle entre deux pays qui, placés côte à côte, sont condamnés à coexister jusqu’à la fin des temps » (page 103). Il cite en exemple la France et l’Allemagne, hier « ennemies héréditaires » , aujourd’hui réconciliées, grâce à la lucidité de leurs hommes d’Etat, pour le plus grand bien de l’Europe.

Regardant au-delà des affrontements actuels, et parce qu’il veut que son peuple retrouve durablement la paix, Sihanouk plaide pour une entente entre peuples voisins d’Indochine et en énumère quelques conditions. Il reste à voir quel rôle il croit pouvoir jouer aujourd’hui dans cette réconciliation, notamment dans le contexte d’une nouvelle « guerre froide » à l’échelle mondiale.

Philippe Devillers
* * *
Voir aussi la recension plus critique d’Antoine Spire en ligne sur Persée. Recension parue initialement dans Politique étrangère.
Réf. : Spire Antoine. Chroniques de guerre… et d’espoir Norodom Sihanouk ; L’exode vietnamien. Les réfugiés du Pulau Bidong Patrice Franceschi, Politique étrangère, 1979, vol. 44, n° 2, pp. 376-377.

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Mémento personnalités – séance 2

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

* * *

Mémento Personnalités

Rappel biographique succinct des personnalités historiques évoquées lors de la Séance 2

 

Partie 1 : Textes politiques

 

Nguyễn Thái Học (1902-1930)

Révolutionnaire, nationaliste. Un des fondateurs et chef du Parti National du Viêt-Nam (VNQDĐ). Lance l’insurrection générale du VNQDĐ en février 1930 au Tonkin. La révolte est violemment réprimée par la Sûreté coloniale et le parti nationaliste en ressort en grande partie détruit. Fait prisonnier par les Français, il est guillotiné avec douze autres révolutionnaires le 17 juin 1930.

 

Trần Phú (1904-1931)

Révolutionnaire communiste, premier secrétaire général du PCI. Ancien membre du Thanh Niên de Canton, il suit une solide formation à l’Université des cadres d’Orient à Moscou de février 1927 à novembre 1929. « Retour de Russie » influent, il aligne le parti communiste vietnamien sur la ligne du Komintern et fait adopter les « Thèses politiques du PCI » au mois d’octobre 1930. Arrêté au mois d’avril 1931, il décède en prison des suites de sa tuberculose et des tortures qu’il a subies.

Trương Tử Anh (1914-1946 ?)

Fondateur et chef du Parti National du Đại Việt (Đại Việt Quốc Dân Đảng). Premier théoricien et fondateur de la doctrine de la « Survivance du Peuple » (Dân tộc sinh tồn) qui se présente comme une arme idéologique contre le colonialisme et le communisme. Il organise des maquis nationalistes avant de disparaître en décembre 1946 à la suite de son arrestation par la Sécurité publique Viêt Minh (Công An).

 

* * * * * *

Partie 2 : Mémoires d’acteurs

 

S.M. Bảo Đại (Nguyễn Phúc Vĩnh Thụy, 1913-1997)

Dernier Empereur de la dynastie des Nguyễn (1802-1945). Après des études en France, il retourne au Viêt-Nam à partir de 1932. Il entreprend la réforme du système impérial mais se heurte rapidement au conservatisme colonial notamment sur la question de la Cochinchine. Abdique en faveur du Viêt-Minh fin août 1945. Devient Conseiller suprême du premier gouvernement de la RDVN en 1946 puis s’exile en Chine et à Hong Kong. Soutenu par les nationalistes, il revient au Viêt-Nam en tant que Chef d’Etat du Viêt-Nam national, Etat indépendant et associé à l’Union Française entre 1949 et 1954. Décède à Paris en 1997 après un long exil en France.

Prince Mangkra Souvannaphouma (1938-)

Né en 1938 à Vientiane, officier de l’Armée de l’Air royale lao. Aide-de-Camp du Président du Conseil du Gouvernement royal, Premier ministre, ministre des Affaires Etrangères et de la Défense nationale. Ce militaire très impliqué dans la vie politique laotienne avant 1975 devient en exil un infatigable défenseur des droits des réfugiés laotiens. Il fonde en 1993 le parti Nation Lao et continue de militer pour un Laos libre et démocratique.

 

S.A.R. Norodom Sihanouk (1922-2012)

Personnage incontournable et controversé de la vie politique cambodgienne depuis les années cinquante. Homme d’Etat et monarque, il règne de 1953 à 1955 puis gouverne jusqu’en 1970 sur le Royaume du Cambodge après avoir obtenu l’indépendance des Français. Ecarté du pouvoir lors du coup d’Etat du général Lon Nol en 1970, il revient sur le devant de la scène en tant que président du Kampuchéa Démocratique des Khmers Rouges en 1975 puis démissionne un an plus tard. Il organise la résistance contre le Viêt-Nam communiste en 1979 et se réfugie en Corée du Nord et à Pékin. A la fin du conflit cambodgien, est instaurée une monarchie constitutionnelle (1991). Sihanouk retrouve son titre de roi en 1993. Il se maintient au pouvoir jusqu’en 2004, date à laquelle il abdique en faveur d’un de ses fils. Il décède à Pékin le 15 octobre 2012.